• Accueil
  • > Recherche : tom gabel femme

François Hollande-La politique autrement

15052012

**D’entrée, il affiche ses différences avec Sarkozy

François Hollande-La politique autrement dans actualité media_xll_4831117

François Hollande s’est employé lors de sa première journée de président à se démarquer de Nicolas Sarkozy, en promettant notamment de ne pas décider de « tout » et en rendant un hommage appuyé aux enseignants, qui se sont estimés malmenés durant le dernier quinquennat. Les deux hommes, départagés par les électeurs le 6 mai, ont procédé mardi matin à l’Elysée à la traditionnelle passation de pouvoir dans un climat républicain déjà entrevu lors des cérémonies du 8 mai. Mais sitôt investi et M. Sarkozy parti de l’Elysée, M. Hollande a marqué dans son premier discours de chef de l’Etat ses différences avec la pratique du pouvoir de son prédécesseur, qui avait placé son mandat sous le signe de « l’hyper-présidence ».
« Je fixerai les priorités, mais je ne déciderai pas de tout, pour tout et partout », a ainsi assuré M. Hollande dans les salons de l’Elysée. « Le Parlement sera respecté dans ses droits, la justice disposera de toutes les garanties de son indépendance, le pouvoir au sommet de l’Etat sera exercé avec dignité mais simplicité », a insisté M. Hollande, en allusion là aussi aux critiques dont a fait l’objet M. Sarkozy depuis 2007.

François Hollande pris en flagrant délit?

Le bilan du président Sarkozy a aussi été indirectement attaqué, M. Hollande mesurant le « poids des contraintes » de sa charge, à commencer par une « dette massive ».
La cérémonie organisée mardi après-midi dans le jardin des Tuileries en hommage à l’ancien ministre Jules Ferry (1832-1893), auteur dans les années 1880 des grandes lois républicaines sur l’école « gratuite, laïque et obligatoire », a fourni une autre occasion à M. Hollande de prendre ses distances avec son prédécesseur.

Hollande dit au revoir au PS

Dans « un message de confiance à l’Education nationale », il a indirectement répondu à M. Sarkozy qui avait déclaré le 20 décembre 2007, à l’église Saint-Jean-de-Latran: « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé ». « Une chose est pérenne, une chose est éternelle: si le savoir n’est pas le monopole du maître, celui-ci doit garder la responsabilité d’en ordonner le sens », lui a répondu mardi après-midi M. Hollande.

Le nouveau président rend hommage à Jules Ferry

Les chercheurs, eux-aussi bousculés par M. Sarkozy, qui leur avait reproché notamment de publier « de 30 à 50% en moins qu’un chercheur britannique », ont eu droit eux aussi aux égards du nouveau président. Comme les enseignants, ils sont « au service de la France » et vont participer à la « nouvelle hiérarchie de valeurs » que M. Hollande appelle de ses voeux et dans laquelle « la science l’intelligence, la recherche » seront « les plus reconnues et les plus respectées, bien davantage que l’argent ». (AFP-15.05.2012.)

************************************

*Hollande: le retrait d’Afghanistan fin 2012 « n’est pas négociable »

Le président français François Hollande a déclaré vendredi à Washington que sa décision de retirer les troupes françaises combattantes d’Afghanistan à la fin 2012 n’était « pas négociable », avant le début d’un sommet du G8 à Camp David et d’un sommet de l’Otan à Chicago. « Le retrait n’est pas négociable. Le retrait des forces combattantes, c’est une décision de la France et cette décision sera appliquée », a assuré M. Hollande lors d’une conférence de presse. « J’ai conscience que la France est dans une alliance, qu’elle est engagée dans les opérations depuis longtemps, donc elle doit faire ses choix en bonne intelligence, en bonne association avec ses alliés et notamment nos partenaires américains », a-t-il ajouté. « Sur la zone de Kapisa (une province au nord-est de Kaboul sous contrôle militaire français), les troupes afghanes vont prendre le relais des troupes françaises, permettant ainsi le retrait, j’en ai eu confirmation à la suite d’une conversation téléphonique avec le président (afghan Hamid) Karzaï », a insisté le chef de l’Etat français. « Au-delà de la fin 2012, les effectifs résiduels seront simplement affectés à la logistique pour rapatrier nos matériels (…) mais sous la protection des forces de l’Otan », a poursuivi M. Hollande. Le président français a également précisé que le traité franco-afghan signé début 2012 par son prédécesseur Nicolas Sarkozy serait « ratifié » et ses dispositions prévoyant un soutien à la formation des forces de police et de sécurité afghanes honorées. « Les missions de formation, notamment pour la police et pour l’armée afghanes, ces missions-là aussi seront conduites dans le cadre de l’Otan, il n’y a pas de contrepartie, cela fait suite à ce que la France et l’Afghanistan ont déjà signé », a-t-il expliqué. (Ennahar-19.05.2012.)

***********************************

*Cécile Duflot en jean au conseil des ministres

1151999135 françois-hollande dans société

Jeudi 17 mai 2012, Cécile Duflot, nouvelle ministre de de l’Egalité des territoires et du logement, a semé la panique sur Twitter et surtout chez Nadine Morano, habituée des coups de sangs et ancienne ministre de l’apprentissage.
En cause, sa tenue vestimentaire lors de la cérémonie de passation de pouvoir et du premier conseil des ministres du gouvernement Ayrault: une chemise blanche, une veste bleu marine cintrée, des talons marron clair… et un jean. Un jean bleu foncé, manifestement en bon état, avec une coupe droite, légèrement évasé en bas. Mais un jean qui ne passe pas auprès de tout le monde. Selon Nadine Morano, «il faut faire la différence entre la dilettante du week-end et la tenue du conseil des ministres qui est un moment protocolaire de la République». Sur Twitter, les réactions sont partagées. Certains y voient la représentation de ce fameux «gouvernement normal», de quoi les «décoincer» pour @AurianeSynal. «La ministre en jean, prend toujours le métro et tweete elle-même. Ministre normale d’un gouvernement normal?» s’interroge @custinda. (20Minutes-18.05.2012.)

*********************************

Le premier gouvernement de l’ère Hollande est formé

*Le premier gouvernement de l’ère Hollande

Le président François Hollande a rendu public mercredi -16.05.2012- la composition de son premier gouvernement, dans lequel l’ex-Premier ministre Laurent Fabius, 65 ans, occupe le poste de ministre des Affaires étrangères et Pierre Moscovici, 54 ans, celui de ministre des Finances. (7s7-16.05.2012.)… 34 ministres, dont 17 femmes..(Le gouvernement en images)

**D’autres détails sur les ministres

 20120515PHOWWW00609

Le nouveau président a choisi l’un de ses proches, Michel Sapin, 60 ans, pour le ministère du Travail et il a confié le dossier de la réindustrialisation à Arnaud Montebourg, 49 ans, membre de l’aile gauche du parti socialiste…Le premier ministre français a fixé le cap du nouveau gouvernement. Au menu : une baisse de 30 % des salaires de l’exécutif dès le premier conseil des ministres. Ayrault a également annoncé que « tout ministre battu aux législatives ne restera pas au gouvernement. »

Ayrault Premier Ministre
L’ex-chef de file des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault, avait été nommé mardi Premier ministre.

media_l_4834497

Valls ministre de l’Intérieur
L’élu breton Jean-Yves Le Drian, 64 ans, est ministre de la Défense et Manuel Valls, de l’aile droite du PS, au ministère de l’Intérieur.

media_l_4834515

Michel Sapin au Travail
François Hollande a choisi l’un de ses proches, Michel Sapin, 60 ans, pour le ministère du Travail et son ancienne porte-parole de campagne, Najat Vallaud-Belkacem, Franco-Marocaine de 34 ans, comme ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement.

media_l_4834505

Christiane Taubira à la Justice
L’élue de Guyane (territoire français en Amérique du Sud) Christiane Taubira, 60 ans, est nommée à la Justice, Aurélie Filipetti à la Culture et Marisol Touraine, 53 ans, aux Affaires sociales et à la Santé… »Mme Taubira est 3e dans l’ordre protocolaire, loin devant l’Intérieur, ce qui est en soi un signe plutôt positif de la marque qu’on veut donner à la justice dans notre pays », a déclaré Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), « On va attendre de voir les premières mesures prises et si elles vont dans le sens des engagements, notamment pour une réforme du Conseil supérieur de la magistrature », prévient-il.Mme Taubira est quelqu’un d’indépendant, qui a du caractère et il lui en faudra. Ses interventions à l’Assemblée nationale lors du débat sur la loi pénitentiaire de 2009 étaient empreintes d’humanisme, elle avait le souci de l’homme, voulait éviter la surpopulation carcérale », a commenté Matthieu Bonduelle, président du Syndicat de la magistrature (SM, gauche).

media_l_4834520

Moscovici aux Finances
Au ministère de l’Economie et des Finances, crucial en ces temps de crise de l’euro, Pierre Moscovici sera assisté d’un ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac.

34 membres + le 1er
Le gouvernement compte 34 membres, sans compter le Premier ministre. Le précédent cabinet du Premier ministre de droite François Fillon comptait déjà 32 ministres et secrétaires d’Etat.

Premier Conseil jeudi
Le premier Conseil des ministres se tiendra jeudi après-midi à 15H00 (13H00 GMT). La patronne du parti socialiste, Martine Aubry, dont le nom avait aussi circulé pour le poste de Premier ministre, avait annoncé mercredi matin qu’elle n’entrerait pas au gouvernement.

Voici la liste des membres du gouvernement français nommé mercredi par François Hollande:

MINISTRES:

François Hollande semble avoir pardonné les jeux de mots douteux de Laurent Fabius à son encontre. À moins qu'il ne souhaite le maîtriser.

Ministre des Affaires étrangères: Laurent Fabius…L’ex-plus jeune premier ministre de la Ve République fait son retour au gouvernement. Laurent Fabius, 65 ans, devient ministre des Affaires étrangères. Il avait 37 ans et déjà une solide expérience gouvernementale quand François Mitterrand en fit le successeur de Pierre Mauroy à Matignon, en 1984. Le président, qui s’était attaché les services de ce surdiplômé, énarque et normalien, sur la suggestion de son ami Georges Dayan, lui avait successivement confié le Budget, l’Industrie et la Recherche, puis la Modernisation industrielle.Son passage à Matignon, où il dut affronter le couple infernal «dette en explosion et inflation galopante», lui valut une réputation «droitière» chez les socialistes. Il eut sa revanche en mars 2000, quand Lionel Jospin le nomma ministre des Finances

Vincent Peillon est agrégé de philosophie.

Ministre de l’Éducation nationale: Vincent Peillon…Vincent Peillon hérite de l’Éducation, un ministère clef dans le dispositif de François Hollande, qui, durant toute sa campagne, a mis en avant l’école et la jeunesse. Durant toute la campagne, il a mis en scène l’opposition entre le programme du candidat Hollande sur l’éducation et le bilan de Luc Chatelau ministère. Par delà les 60.000 postes promis dès la primaire socialiste, il s’agissait de proclamer la grande réconciliation de la communauté éducative en retrouvant les accents d’une gauche républicaine longtemps oubliée. (Reuters) – Le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, agrégé de philosophie de 51 ans, a une longue carrière au Parti socialiste mais encore aucune expérience ministérielle. Ce débatteur brillant, au physique d’acteur de cinéma, hérite pourtant d’un portefeuille clé, auquel il s’est préparé en assumant la charge de ce dossier dans l’équipe de campagne du nouveau président de la République. François Hollande a fait de l’éducation, pour laquelle il a promis 60.000 emplois de plus, une priorité de son quinquennat. Or, l’expérience passée a montré, même sous des gouvernements de gauche, que ce portefeuille est tout sauf une sinécure. Directeur d’une collection consacrée aux grands auteurs républicains, réputé plutôt calme et modéré, Vincent Peillon est passé par différents courants d’une gauche dans laquelle il a grandi depuis son enfance. Il a été le cofondateur, avec deux enfants terribles du PS, Arnaud Montebourg et Julien Dray, de l’éphémère « Nouveau Parti socialiste » (NPS, 2002-2005), courant qui prônait une profonde rénovation du PS. Né le 7 juillet 1960 à Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, il est issu du côté maternel d’une famille juive alsacienne. Sa mère fut directrice de recherche à l’Inserm. Son grand-père, le professeur Léon Blum, fut l’initiateur de l’insulinothérapie en France. Sa grand mère, Thérèse Lion, était avocate et féministe. Son père, Gilles Peillon, décédé en 2007, était à la fois banquier et communiste. Bachelier à 16 ans, licencié de philosophie à 20 ans, le jeune Vincent commence à militer dans la mouvance trotskiste, travaille pour la Société des wagons-lits et crée une société d’importation de saumon fumé, avant de devenir enseignant en philosophie en 1984, puis de passer l’agrégation. 

Ministre de la Justice: Christiane Taubira

Ministre de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur: Pierre Moscovici

39944946-9f8e-11e1-8ed9-d7bef2049404-178x178

Ministre de l’Intérieur: Manuel Valls..
Manuel Valls, né à Barcelone en 1962… maire d’une ville emblématique de la crise des banlieues, Évry et ses 52.000 habitants.Manuel Valls revendique haut et fort la nécessité de préserver l’ordre, rêvant depuis toujours de réconcilier Jaurès et Clemenceau, dans lequel, dit-il, il se reconnaît. Proche du criminologue Alain Bauer (qui est parrain de l’un de ses enfants) et du communiquant Stéphane Fouks, deux fidèles avec qui il fit ses débuts en politique chez les rocardiens, Valls le Catalan, né à Barcelone en 1962, a fait le choix de la France à 18 ans.Rocardien au départ, il prit son envol politique dans les années Jospin, dont il fut conseiller pour la presse à Matignon. En 2001, à peine installé à la tête de la ville nouvelle d’Évry, il décida d’en faire le laboratoire de ses idées souvent iconoclastes sur l’intégration, la sécurité, la jeunesse, l’immigration..

Cécile Duflot a voté vers 16h dans une école primaire du 11e arrondissement de Paris, le 6 mai 2012.

Ministre de l’Égalité des territoires et du logement: Cécile Duflot….A à peine 37 ans, Cécile Duflot, la nouvelle ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, a gravi rapidement tous les échelons politiques. Fille aînée d’un cheminot syndicaliste et d’une professeur de physique-chimie, elle grandit à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne). Sa vie militante commence tôt au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Son engagement à gauche et sa foi, Cécile Duflot les assume encore.Urbaniste de profession, diplômée de l’ESSEC et titulaire d’un DEA de géographie, elle adhère aux Verts en 2001 et se présente la même année aux élections municipales à Villeneuve-Saint-Georges, sa ville natale. Quatre ans plus tard, elle devient porte-parole du parti. Ambitieuse, elle est candidate malheureuse à l’investiture des Verts pour l’élection présidentielle de 2007. Ce qui ne l’empêche pas de devenir en novembre 2006 secrétaire nationale du parti à 31 ans à peine.Elle acquiert alors doucement une notoriété nationale. Maîtresse d’œuvre du rassemblement Europe Ecologie- Les Verts, elle marque des points en permettant à la nouvelle formation de recueillir 16,28 % des suffrages, soit six points au-dessus du record historique des Verts. C’est sous cette nouvelle étiquette qu’elle mène la bataille des régionales en Ile-de-France en 2010. Une élection dans laquelle les transports en commun sont au cœur des débats.A cette occasion, elle se montre une redoutable négociatrice en obtenant un groupe de 50 élus et de nombreuses vice-présidences au sein de l’Assemblée régionale. Un tour de force qu’elle réitère à l’occasion de l’accord avec le PS pour les élections législatives en 2012 en négociant de 25 à 30 sièges éligibles pour sa formation et ce, malgré le piètre score d’Eva Joly à la présidentielle. Divorcée et mère de trois enfants, elle vit avec Xavier Cantat, le frère du célèbre chanteur. (source:20Minutes)+Avec François Lamy, maire de Palaiseau, délégué à la Ville, elle devra gérer les questions liées à la rénovation des quartiers, des zones urbaines sensibles ou un tiers des habitants vit en dessous du seuil de pauvreté. Elle devra aussi avoir une vision plus transversale incluant les territoires ruraux. « J’ai décidé que priorité sera accordée aux écoles des quartiers populaires et à celles de certaines zones rurales » a martelé François Hollande en rendant hommage à Jules Ferry. Si elle se dit insensible aux attributs du pouvoir, Cécile Duflot est une personne tenace qui n’a jamais reculé devant la prise de responsabilités. A la tête d’Europe-Ecologie Les-Verts depuis sa création en mai 2011 (et avant cela secrétaire national des Verts depuis 2008), elle a réussi plusieurs défis : unifier les deux mouvements en vue de la bataille des européennes, dans laquelle EELV a remporté un beau succès (16,3 % au niveau national), mettre un peu de discipline dans un parti qui en manquait cruellement, et obtenir un groupe parlementaire au Sénat. Elle devra user de son talent de diplomate pour gérer la déception des élus qui avaient rêvé d’un grand ministère de l’égalité territoriale placé directement sous la tutelle de matignon, capable de mobiliser l’ensemble des ministères.Au moment de sa réélection à la tête du parti en mai 2011 (pour son troisième mandat successif), elle a obtenu, face à Daniel Cohn-Bendit, plus de 50 % des suffrages dès le premier tour. Un succès qui montre qu’elle a le parti bien en main et qu’à 37 ans à peine, Cécile Duflot est une vraie stratège politique. C’est sa principale qualité, mais aussi son principal défaut selon ses détracteurs, qui critiquent son côté « apparatchik » et son habitude de ne reculer devant rien pour obtenir ce qu’elle veut. Le fait d’être candidate aux législatives dans la 6e circonscription de Paris, à la place de l’actuelle députée socialiste Danièle Hoffman-Rispal qui sera finalement sa suppléante, a par exemple fait grincer bien des dents. Reste que la mutation du mouvement écologiste sous sa direction a été incontestable.

8a228204-9f8b-11e1-8ed9-d7bef2049404-178x178

Ministre des Affaires sociales et de la Santé: Marisol TouraineNommée ministre des Affaires sociales et de la Santé, l’élue d’Indre-et-Loire s’est imposée en quelques années comme la spécialiste socialiste de la protection sociale. Elle est la fille du sociologue Alain Touraine et d’une mère chilienne. Elle est normalienne, diplômée de Sciences Po, passée par Harvard. Elle a fait de l’Indre-et-Loire sa terre électorale, y devenant députée puis présidente du conseil générale, bien que née et élevée à Paris. Conseiller d’État, elle s’est immergée en 1997 dans les questions de protection sociale quand François Hollande, premier secrétaire du PS, lui a confié un secrétariat national sur ce thème. Elle est ainsi devenue l’une des rares spécialistes des questions de Sécurité sociale et de santé à l’Assemblée qui ne soit pas issue du monde médical.

Ministre du Redressement productif: Arnaud Montebourg

Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie: Nicole Bricq

Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social: Michel Sapin

Ministre de la Culture et de la Communication: Aurélie Filippetti….La députée socialiste de Moselle a été nommée mercredi ministre de la Culture et de la communication à l’âge de 38 ans. Normalienne, issue d’une famille de mineurs d’origine italienne, Aurélie Filippetti, nommée mercredi ministre de la Culture et de la communication à l’âge de 38 ans, est députée socialiste de Moselle, passée par le bouillonnement des Verts parisiens. Née le 17 juin 1973 à Villerupt en Meurthe-et-Moselle, Aurélie Filippetti a été élue députée de Moselle en 2007 après avoir été membre de l’équipe de campagne de Ségolène Royal, dont elle s’est progressivement éloignée après le Congrès de Reims en 2008. Habituée de la salle des Quatre-Colonnes de l’Assemblée, elle avait choisi François Hollande pendant la primaire, animant la cellule culture du candidat pendant la campagne. Après Fukushima, l’ex-militante écologiste avait été rappelée à l’ordre par la première secrétaire du PS, Martine Aubry, pour avoir dénoncé la « vision dépassée » des socialistes sur le nucléaire. Auparavant, la jeune femme avait quitté les Verts en 2006. En 2001, à 27 ans, la Normalienne était tête de liste du parti écologiste dans le Ve arrondissement aux élections municipales en 2001. Très appréciée par le futur maire de Paris Bertrand Delanoë, la jeune professeure agrégée de lettres classique choisit sa rampe de lancement médiatique en défiant dans son fief Jean Tiberi et un dissident RPR-séguiniste, un certain Henri Guaino. Aurélie Filippetti est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « les derniers jours de la classe ouvrière » en 2003. Elle est la fille d’un ancien mineur de fond et maire communiste. Son grand-père était également mineur, venu d’Italie pour travailler en Lorraine.

Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire: Stéphane Le Foll

Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche: Geneviève Fioraso

Ministre des Femmes et porte-parole du gouvernement: Najat Vallaud-Belkacem

Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional de Bretagne, le 27 janvier 2011 à Rennes pour le lancement de la marque Bretagne.

Ministre de la Défense: Jean-Yves Le DrianUn fidèle de François Hollande arrive à la Défense. Il s’agit de Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne, spécialiste des questions de défense au sein de l’équipe de campagne de François Hollande. Issu d’une famille modeste, cet agrégé d’histoire contemporaine, qui débute comme assistant à l’université de Rennes au début des années 1970, prend à la même époque sa carte au Parti socialiste. Il va cumuler toutes les fonctions électives dans sa région.

Ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique: Marylise Lebranchu

Ministre des Outre-mer: Victorin Lurel

Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire: Valérie Fourneyron

MINISTRES DÉLÉGUÉS:

Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, chargé du Budget: Jérôme Cahuzac

Ministre délégué auprès du ministre de l’Education nationale, chargée de la Réussite éducative: George Pau-Langevin

Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement: Alain Vidalies

Ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux ministre de la Justice: Delphine Batho

Ministre délégué auprès de la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, chargé de la Ville: François Lamy…Bras droit de Martine Aubry, François Lamy a participé à la campagne de François Hollande, en étant en charge des relations avec le parti. Le député-maire de Palaiseau, né en 1959, est un ancien instituteur. Il siège à l’Assemblée depuis 1997. De 1988 à 1991, il était chef de cabinet du secrétaire d’État à l’Enseignement, puis à partir de 1992, conseiller technique à la cellule Porte-parole du gouvernement et au cabinet du ministre du budget.

Ministre délégué auprès du Ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes: Bernard Cazeneuve

Ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes âgées et de la dépendance: Michèle Delaunay

Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme: Sylvia Pinel

Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des finances et du commerce extérieur, chargé de l’Economie sociale et solidaire: Benoît Hamon

Ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille: Dominique Bertinotti

Ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées: Marie-Arlette Carlotti

Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement: Pascal Canfin

Yamina Benguigui, le 13 octobre 2011.

Ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Français de l’étranger et de la Francophonie: Yamina Benguigui…Une femme du monde de l’art, Yamina Benguigui, dont les œuvres portent beaucoup sur l’immigration en France et sur son histoire, a été nommée ministre déléguée aux Français de l’étranger. Son nom constitue l’une des surprises du gouvernement de Jean-Marc AyraultNée en France de parents algériens, âgée de 55 ans, elle est connue notamment pour le documentaire «Mémoires d’immigrés» (1997), le long métrage de fiction «Inch’Allah dimanche» (2001) et la fiction télévisée «Aïcha» (2007), un succès d’audience pour France 2. ….

Ministre délégué auprès de la ministre de l’Ecologie et du développement durable, chargé des Transports et de l’économie maritime: Frédéric Cuvillier

Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique: Fleur Pellerin

Ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants: Kader Arif…Le nouveau ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, est un très proche du président de la République. Lorsque François Hollande a dirigé le Parti socialiste, il était à ses côtés, au poste de numéro trois. Candidat dans la 10e circonscription de la Haute-Garonne, en juin, il a fait partie de l’équipe de campagne du candidat Hollande. Il était chargé du pôle «coopération et développement».«Je suis très fier d’avoir été choisi ! C’est un honneur de servir la république.» Né à Alger le 3 juillet 1959, Kader Arif a fait ses études à Castres dans le Tarn. C’est dans cette ville qu’il a mené ses premiers combats dans les mêlées de rugby lorsqu’il occupait le poste de talonneur chez les juniors du Castres-Olympique.Puis, le jeune militant socialiste est allé poursuivre ses études à Toulouse avant de faire la connaissance de Lionel Jospin dont il devient très rapidement l’assistant parlementaire. Il l’accompagne partout. Les deux hommes ne se quittent pas. «J’étais un peu son guide dans la circonscription de Cintegabelle car Lionel n’avait pas de voiture. Je lui dois beaucoup. Il a été mon maître en politique. Il est devenu mon ami. Il m’a appris à ne pas souffrir de mon histoire. Il m’a donné de la reconnaissance sociale. Ma carrière, je la dois également à François Hollande qui m’a formé, éduqué», avoue-t-il.

************************

*Les ONG écologistes satisfaites

La socialiste Nicole Bricq, nommée ministre de l’Ecologie et de l’Energie, a une « culture écolo » et représente un « gage de sérieux » pour la gestion des questions environnementales, ont estimé les principales ONG environnementales.

France Nature Environnement (FNE), fédération regroupant 3.000 associations environnementales, salue le retour de l’énergie dans le périmètre du ministère de l’Ecologie, estimant qu’il n’était « pas possible d’envisager une transition écologique sans une transition énergétique solide ». FNE regrette toutefois que ce périmètre n’inclue pas le logement et souligne

Greenpeace, qui a beaucoup mis en avant la question du nucléaire pendant la campagne présidentielle, voit aussi « un bon signal » dans le retour de l’énergie dans le giron de l’écologie mais jugera « sur pièces ».

Dans un communiqué, WWF souligne également que « la nomination de Nicole Bricq représente un gage de sérieux et de crédibilité pour mieux intégrer l’environnement au coeur du budget et des politiques publiques ». « Il tient maintenant au premier ministre de garantir que l’écologie n’est pas un strapontin, notamment face à Bercy, nuance toutefois Benoît Faraco, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

***17 femmes, 7 jeunes et 4 «Hollandais» historiques, dans le gouvernement Ayrault

Sans compter le Premier ministre, la moyenne d’âge du premier gouvernement Ayrault est d’un peu plus de 52 ans. Najat Vallaud-Belkacem est la benjamine de l’équipe.

La confection du gouvernement n’a pas été simple. Mais François Hollande et Jean-Marc Ayrault sont parvenus à concilier les exigences de parité, de diversité, de renouvellement, d’expérience et d’équilibre politique entre les sensibilités du PS. Pas sûr qu’il soit pour autant parvenu à éviter quelques grincements de dents. « 400 ministres potentiels et 34 places au final. Les déceptions étaient inévitables… », glisse un heureux élu.

Dix-sept femmes

François Hollande s’était engagé pendant la campagne à mettre sur pied un gouvernement comportant avec « autant d’hommes que de femmes ». Il a tenu parole. Forte de 34 membres (sans compter le Premier ministre), l’équipe emmenée par Jean-Marc Ayrault comprend 17 femmes. Avec, en très bonne place, Marisol Touraine, nouvelle ministre des Affaires sociale et de la Santé, et surtout Christiane Taubira, propulsée ministre de la Justice et numéro quatre du gouvernement. Elle est la seule femme à occuper un ministère régalien. En 2007, Nicolas Sarkozy avait offert à des femmes deux ministères régaliens : l’Intérieur à Michèle Alliot-Marie et la Justice à Rachida Dati.

Mais François Hollande recrée aussi, lui, un ministère du Droit des femmes, confié à Najat Vallaud-Belkacem, également porte-parole du gouvernement.

A noter qu’aucune des deux femmes de la primaire socialiste, Martine Aubry et Ségolène Royal, ne figure dans l’équipe.

Sept jeunes pousses

C’est une difficulté de taille pour tous les présidents et François Hollande n’y a pas échappé : trouver le juste équilibre entre la nécessaire expérience -surtout en cette période de crise -et le souci de faire émerger de nouvelles têtes pour illustrer le changement. La gauche n’étant pas au pouvoir depuis dix ans, seuls cinq membres du gouvernement ont déjà occupé, par le passé, des fonctions ministérielles (Laurent Fabius, Pierre Moscovici, Michel Sapin, Marylise Lebranchu et Jean-Yves Le Drian).

L’âge moyen de l’équipe dépasse de peu les 52 ans, proche de celui du premier gouvernement Fillon en 2007. Le plus âgé est Laurent Fabius (65 ans). La benjamine du gouvernement est Najat Vallaud-Belkacem (34 ans), avec quelques jours seulement de moins que la députée du Tarn-et-Garonne Sylvia Pinel, nouvelle ministre déléguée aux Personnes âgées et à la Dépendance.

Sept membres du gouvernement -dont six femmes -ont moins de 40 ans. Et douze ont plus de 60 ans.

Toutes les sensibilités du PS représentés

Dans la composition du premier gouvernement de son mandat, François Hollande n’a sacrifié ni ses fidèles ni ses soutiens. Outre les quatre « historiques », le président a promu des parlementaires qui s’étaient rangés derrière lui pour la primaire (Nicole Bricq, Aurélie Filippetti, Victorin Lurel) et des figures du PS qui avaient fait de même tel Vincent Peillon et les ex-strauss-kahniens Pierre Moscovici, Marisol Touraine et Jérôme Cahuzac.

Parmi ses concurrents de la primaire, Manuel Valls et Arnaud Montebourg sont de l’équipe, ainsi qu’un soutien de ce dernier Christiane Taubira. Ségolène Royal ne voulait pas en être mais trois de ses proches sont ministres (Delphine Batho, Najat Valaud-Belkacem et Dominique Bertinotti).

L’absence, involontaire de Martine Aubry est censée être compensée par la nomination de deux fidèles -François Lamy et Marylise Lebranchu -et d’un allié Alain Vidalies.

Numéro deux du gouvernement, Laurent Fabius est accompagné de Bernard Cazeneuve.

Benoît Hamon est le représentant de la gauche du PS.

Et parce qu’il ne faut pas négliger les symboles, Marie-Arlette Carlotti, s’illustre dans son département d’élection, les Bouches-du-Rhône en demandant régulièrement le départ de de la présidence du conseil général de Jean-Noël Guérini, mis en examen en septembre 2011 dans une affaire de marchés publics.

Quatre « Hollandais » historiques

François Hollande avait confié à la fin de la campagne qu’il serait contraint de faire des choix de raisons et non de coeur. En constituant son gouvernement, il a sacrifié deux amis : André Vallini, le président du Conseil général de l’Isère, qui visait la justice, et François Rebsamen, qui a affirmé avoir choisi de conserver ses fonctions de sénateur et de maire de Dijon et qui convoitait l’Intérieur.

Mais quatre compagnons de route du locataire de l’Elysée figurent en bonne place. Michel Sapin, son ami depuis le service militaire et l’ENA, qui s’était occupé de son projet présidentiel, devient ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social. Jean-Yves Le Drian, le président du Conseil régional de Bretagne, récupère le portefeuille de la Défense. Kader Arif, proche de François Hollande depuis 2002, récupère le portefeuille des Anciens combattants.

Stéphane Le Foll, qui fut son chef de cabinet lorsqu’il tenait les rênes du PS, a, lui, été repêché à la dernière minute à l’Agriculture. Un moyen, au passage, de le mettre en valeur alors qu’il tente de faire basculer à gauche, lors des législatives, la circonscription délaissée par François Fillon dans la Sarthe.

Six représentants des minorités

Le gouvernement compte trois personnalités issues des Dom-Tom : Victorin Lurel, député et président du Conseil régional de Guadeloupe, Christiane Taubira, députée de Guyane et George Pau-Langevin, députée de Paris mais native de Pointe-à-Pitre. L’équipe Ayrault inclut aussi deux responsables politiques issus de l’immigration : Kader Arif, eurodéputé, né en Algérie ; Najat Vallaud-Belkacem, conseillère municipale à Lyon et porte-parole du candidat Hollande, née au Maroc. Et Fleur Pellerin, née en Corée du Sud, mais adoptée à l’âge de six mois par une famille française.

Trois représentants des partis alliés

L’ouverture du gouvernement socialiste aux autres partis de la nouvelle majorité est très limitée. Deux écologistes font leur entrée au gouvernement : Cécile Duflot, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie -Les Verts, au poste de ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, et l’eurodéputé Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement.

Sylvia Pinel représentera les Radicaux de gauche comme ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme.

La réalisatrice Yamina Benguigui (bien qu’adjointe à la mairie de Paris) est la seule personnalité issue de la société civile.

Aucun représentant du Front de Gauche n’est présent. La candidate d’Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly, avait recueilli 2,3% des voix au premier tour de l’élection présidentielle. Jean-Luc Mélenchon en avait obtenu 11,1 % mais le Front de Gauche avait prévenu qu’ils ne souhaitaient pas obtenir de portefeuille avant les législatives. Et il est fort probable qu’il n’en demandera pas davantage après le scrutin de juin.

Les grands absents

D’abord, évidemment, c’est l’absence de Martine Aubry -qui voulait le poste de Premier ministre ou rien -qui a frappé les esprits. Mais d’autres « poids lourds » sont également absents. Ainsi, longtemps pressenti au poste du travail et de l’emploi, l’ancien ministre et député Claude Bartolone a fait les frais de la nomination de Laurent Fabius au Quai d’Orsay qui, indirectement, l’a chassé du gouvernement. En effet, Pierre Moscovici, qui espérait ce poste, a obtenu, finalement, Bercy, qui était promis à Michel Sapin, ce dernier « échouant » au ministère du Travail et de l’Emploi.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui convoitait la place Vendôme, n’a pas intégré le gouvernement, de même que l’ancienne ministre Elisabeth Guigou, le radical Jean-Michel Baylet, l’écologiste Jean-Vincent Placé et le protégé de Laurent Fabius, l’ambitieux Guillaume Bachelay.

Autres recalés, deux « hollandais » historiques : François Rebsamen et André Vallini.

**************************

media_xll_4834434

************************************

*Sarkozy en «vacances» au Maroc chez Mohammed VI, après sa défaite électorale

1057_slide_1_120518053703

Si le retour à la «vie normale» de Sarkozy continue d’alimenter les spéculations quant à son «avenir politique» sa présence dans la contrée a tout l’air d’une mauvaise plaisanterie. Certains n’hésitent pas à parler de «mauvaise farce» tant le président sortant n’a cessé de fustiger durant son mandat les Maghrébins.

Les autorités marocaines ont finalement confirmé l’arrivée mercredi soir à Marrakech de l’ancien président français Nicolas Sarkozy accompagné de son épouse la chanteuse Carla Bruni. A sa descente d’avion à l’aéroport international de Marrakech-Ménara, le couple a rejoint le Salon d’honneur avant de regagner son lieu de résidence dans la cité ocre. D’après le site marocain Goud, trois voitures officielles noires ont quitté le salon d’honneur de l’aéroport en direction de Jnane El Kébir (le grand jardin), un palais royal situé sur la route de Fès. Une information aussitôt confirmée par Frédéric Gerschel, grand reporter du service politique du Parisien qui croit savoir sur son fil Twitter que Sarkozy sera logé dans cette «résidence ultra surveillée prêtée par le Roi». Et donc inaccessible pour les paparazzis. D’après le journaliste Marocain Ali Amar, auteur du brûlot Mohammed VI, le grand malentendu, le clan Sarkozy serait un habitué de « Kech» (Marrakech pour les intimes). Il rapporte dans Slate Afrique que le souverain Chérifien a mis à la disposition de Sarkozy, durant son quinquennat, plusieurs fois «le dernier né des palais du monarque alaouite, mélange d’architecture mauresque et de décoration africaine». En 2007, pour son premier déplacement au Maroc, Sarkozy y aurait déjà séjourné. Une chose est néanmoins sûre : Carla Bruni-Sarkozy s’y serait, elle, rendue au moins à trois reprises ces derniers mois. Des indiscrétions affirment en effet que Carla, accompagnée de son bébé Giulia, mise au monde en octobre 2011 avait déjà résidé dans ce palais royal lors des fêtes de fin d’année. Mais quid des projets de l’ancien locataire de l’Elysée dans la ville Ocre ? Selon les autorités marocaines, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni devraient rester à Marrakech jusqu’au 31 mai pour une «visite privée». Toutefois en quittant son domicile privé dans le XVIe arrondissement à Paris le couple a été vu emmenant un grand nombre de valises. Est-ce à dire qu’ils vont résider à Marrakech beaucoup plus longtemps? Ceci est très possible si l’on en croît plusieurs sources qui accréditent l’idée que Sarkozy, prévoyant, est devenu «propriétaire au Maroc» en acquérant un «pied à terre» précisément à Marrakech. L’hebdomadaire Al Ousboué avait laissait entendre, il y a quelques temps que c’était Nicolas Sarkozy qui avait reçu une maison en cadeau: «un superbe palais faisant partie du projet immobilier de luxe Amelkis à Marrakech qui aurait été offert à un célèbre chef d’Etat européen». Pour plus de précisions, Al Ousboué indiquait tout de même que c’est un riche homme d’affaires des Emirats arabes Unis qui avait offert cette luxueuse demeure à un «chef d’Etat européen à l’occasion de la naissance récente de son bébé». La villa de près de 700 m2, construite dans une enclave VIP et ouvrant de plein pied sur l’un des plus beaux golfs de la ville, serait similaire à celle que s’étaient fait construire en 2004, sur le même site, Jean-Louis Borloo, ex-ministre de Sarkozy et son épouse, la journaliste de télévision Béatrice Schonberg. Elle fait partie d’un projet du groupe émirati Emaar (un temps associé au roi du Maroc sur le projet) où les demeures de ce standing sont commercialisées à partir de 700.000 euros. Carla Bruni-Sarkozy l’avait probablement visité en décembre dernier dans la plus grande discrétion lorsqu’elle avait séjourné à Marrakech pour les fêtes de fin d’année. Le choix porté sur la ville Ocre n’étonne plus personne. C’est à Marrakech, un fief de la droite française où le candidat Sarlozy a réussi l’un des ses meilleurs scores au premier tour des élections présidentielles du vote des Français à l’étranger. Un résultat qui ne peut rivaliser qu’avec certains bureaux de vote en Israël où le candidat malheureux reste très populaire.(Liberté-19.05.2012.)

**Encore plus-cliquer ici: Une retraite dorée pour Sarkozy à Marrakech?

********************************

**François Hollande accueilli à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel
media_xll_4831862
Le président français François Hollande a été accueilli mardi soir à la chancellerie à Berlin par Angela Merkel, avec un retard de plus d’une heure lié à un incident de vol causé par un orage.Pour son premier déplacement à l’étranger, le jour même de sa prise de fonction, M. Hollande devait discuter avec la chancelière allemande de la crise en zone euro alors que la Grèce s’enfonçait dans la crise politique après les législatives du 6 mai qui n’ont pas permis de former un nouveau gouvernement. (7s7-15.05.2012.)

*Rencontre Hollande-Merkel: Berlin et Paris travailleront ensemble sur la croissance

France et Allemagne sont convenues, mardi à Berlin, à l’occasion d’un premier entretien entre Angela Merkel et François Hollande, de présenter en commun des idées sur les moyens de relancer la croissance européenne au Conseil européen du mois prochain. La relance de l’Europe sur fond de crise grecque a constitué l’essentiel de cette visite du président socialiste chez la chancelière conservatrice, quelques heures seulement après son entrée officielle à l’Elysée.

Maintenir la Grèce dans la zone euro

Lors d’une conférence de presse commune à la chancellerie, les deux dirigeants ont précisé que les mesures à venir sur la croissance devraient notamment concerner les Grecs, dont ils souhaitent le maintien dans la zone euro. S’agissant du pacte budgétaire européen, François Hollande a rappelé qu’il avait demandé sa renégociation pendant la campagne électorale, tout en laissant entendre qu’il était prêt à envisager un texte séparé sur la croissance.

Tout mettre sur la table

Le président français a déclaré que tout dépendrait de l’issue des discussions sur la croissance. «Tout doit être mis sur la table par les uns comme par les autres, tout ce qui peut contribuer à la croissance» lors du sommet informel du 23 mai, a-t-il dit en évoquant les euro-obligations ou l’utilisation des fonds structurels européens. «Ensuite, nous en tirerons les conclusions en termes d’instruments juridiques nécessaires», a-t-il ajouté.

Discussions sur la croissance

Angela Merkel s’est quant à elle dite persuadée que Paris et Berlin sauraient «trouver une solution aux différents problèmes». Au conseil informel, «les discussions porteront essentiellement sur la croissance. Il sera très important que la France et l’Allemagne présentent ensemble leurs idées en juin au Conseil», a-t-elle déclaré. Le dossier grec fait consensus entre Paris et Berlin, qui souhaitent le maintien d’Athènes dans la zone euro, contrairement à une partie de la classe politique grecque. (20Minutes avec Reuters-16.05.2012.)

 

**Jean-Marc Ayrault nommé Premier ministre

media_xll_4831342

Le président François Hollande a nommé mardi le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre, a annoncé le secrétaire général de l’Elysée Pierre-René Lemas. »Le président de la République a nommé M. Jean-Marc Ayrault Premier ministre et l’a chargé de former le nouveau gouvernement », a annoncé M. Lemas sur le perron de l’Elysée dans une très courte déclaration.
Président du groupe parlementaire socialiste à l’Assemblée nationale, M. Ayrault succède à Matignon à François Fillon, chef du gouvernement de Nicolas Sarkozy de mai 2007 à mai 2012.
La composition du nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault doit être dévoilée d’ici à mercredi en fin de journée.
Profil et parcours
Fils d’ouvrier, marié, père de deux filles, et trois fois grand-père, Jean-Marc Ayrault est né le 25 janvier 1950 à Maulévrier (Maine-et-Loire). Comme le nouveau chef de l’Etat, M. Ayrault, 62 ans, n’a jamais été ministre. Elu en 1977 à la mairie de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), il est maire de Nantes depuis 1989 et député depuis 1986.
Primaire socialiste
A la primaire PS en 2011, il rallie François Hollande en juin après la chute de DSK, devenant par la suite le « conseiller spécial » du candidat pendant la campagne présidentielle.
Peu connu des Français hors de Nantes, il a néanmoins été associé aux grandes décisions du gouvernement Jospin entre 1997 et 2002.
Germaniste
Jean-Marc Ayrault, ancien professeur d’allemand, a été préféré pour Matignon à Martine Aubry ou Manuel Valls, malgré une condamnation en 1997 pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public.(7s7-15.05.2012.)

**Martine Aubry ne sera pas au gouvernement

Martine Aubry entourée de Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Bel au Conseil national du parti socialiste, le 14 mai 2012.

Première surprise du futur gouvernement Hollande: Martine Aubry, présentée comme un poids lourd politique incontournable, n’en sera pas, annonce Le Monde..La première secrétaire du PS visait Matignon, mais le président a préféré nommer un proche, Jean-Marc Ayrault. Lundi, «il m’a dit qu’il avait fait le choix de Jean-Marc Ayrault. Nous sommes convenus que, dans cette configuration, ma présence au gouvernement n’aurait pas grand sens», explique-t-elle au quotidien du soir.Pourtant, longtemps, la maire de Lille paraissait bien placée pour avoir un grand pôle ministériel autour de la jeunesse. Au quotidien du soir, Martine Aubry assure n’avoir «rien demandé ni rien négocié». «C’est le choix de François Hollande et je le respecte», ajoute-t-elle. La nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon n’était «pas une surprise» pour elle puisqu’elle dit avoir été persuadée dès le second tour des primaires qu’il en serait ainsi.Quel avenir pour Martine Aubry? Elle a répété à plusieurs reprises qu’elle ne voulait pas rempiler à la tête du PS, alors que son mandat prend fin à la fin de l’année et qu’un congrès se tient en novembre prochain. Elle confirme qu’elle ne sera pas candidate aux législatives et reste donc maire de Lille. Difficile d’imaginer qu’elle arrête pour autant sa carrière nationale. D’ailleurs, elle même souhaite la continuer, sans donner de piste sur son avenir. Mais d’abord il y a les législatives. Et la première secrétaire, qui mènera avec Jean-Marc Ayrault la bataille, assure qu’elle y mettra toute son «énergie». (20Minutes-16.05.2012.)

******************************

*A l’Elysée, Hollande s’entoure de proches

Pour diriger son équipe élyséenne, François Hollande a appelé deux anciens camarades de la promotion Voltaire de l’Ena: Pierre-René Lemas et Sylvie Hubac.

Le chef de l’Etat français a appelé auprès de lui deux anciens camarades de promotion de l’Ena: Pierre-René Lemas comme secrétaire général de l’Elysée et Sylvie Hubac comme directrice de cabinet. Découvrez les principales figures de son équipe.

Un communiqué de la présidence de la République vient d’annoncer les nominations des principaux collaborateurs de François Hollande à l »Elysée.

Secrétaire général de l’Elysée: Pierre-René Lemas

Ancien des cabinets de Pierre Joxe et Gaston Defferre, le successeur de Xavier Musca a fait carrière comme préfet de région en Corse et en Lorraine. Michel Sapin, qui fut son camarade de la promotion Voltaire à l’ENA, affirme que le président lui voue « respect et tendresse ». C’est Hollande qui a suggéré son nom à Jean-Pierre Bel pour qu’il en fasse son directeur de cabinet à la présidence du Sénat. Par la suite, Lemas a décliné le poste de secrétaire général de la campagne de Hollande.

Secrétaires généraux adjoints: Emmanuel Macron et Nicolas Revel

Le jeune inspecteur des finances Emmanuel Macron (34 ans) devrait s’occuper des questions économiques. Il a pour parrains Jacques Attali (il fut membre de sa commission sur la croissance) et Jean-Pierre Jouyet. Techno, il fait aussi de la politique – il est au PS, a milité dans le Pas-de-Calais dans les années 2000. C’est lui qui a centralisé le travail des experts économiques. Même si, depuis janvier, il est moins présent, se consacrant à son métier de banquier (chez Rothschild), il a l’oreille de François Hollande.

Fils de l’écrivain Jean-François Revel, Nicolas Revel était jusqu’ici directeur de cabinet de Bertrand Delanoë. Il pourrait être plus particulièrement chargé des questions régaliennes.

Directrice de cabinet: Sylvie Hubac

Enarque de 56 ans, membre elle aussi de la célèbre promotion Voltaire, Sylvie Hubac connait donc François Hollande puis longtemps. Elle a été conseillère technique au cabinet de Michel Rocard (1988-1991) puis de directrice adjointe du cabinet de Jack Lang, ministre de la Culture (1992-1993) avant de rejoindre la direction générale des services de la région Île-de-France. Sylvie Hubac était jusque-là présidente du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique.

Elle aura pour adjoint l’ancien préfet de Corrèze Alain Zabulon. Jusqu’ici en poste dans les Landes, ce dernier s’occupera des questions de sécurité intérieure.

Conseiller spécial: Aquilino Morelle

Enarque, médecin, 50 ans dans un mois, il a été la plume de Lionel Jospin entre 1997 et 2002. Après avoir dirigé la campagne d’Arnaud Montebourg pendant la primaire socialiste, il a rejoint François Hollande et s’est imposé dans le premier cercle. Seul bémol dans son parcours, il a toujours été battu là où il s’est présenté…

Chef de cabinet: Pierre Besnard

Chef de cabinet du président du Sénat, Jean-Pierre Bel, Pierre Besnard occupera le même poste à l’Elysée où il gérera l’agenda et les déplacements du Président.

Chef d’état-major particulier: Benoît Puga

Ce général d’armée, ancien commandant du 2e régiment étranger de la Légion étrangère, était déjà le chef d’état-major de Nicolas Sarkozy. (L’Express-15.05.2012.)

 

 

**********************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café