• Accueil
  • > Recherche : ronaldo sa femme

Scandale à la FIFA

28052015

*Blatter démissionne de la présidence de la Fifa

Scandale à la FIFA dans actualité media_xll_7762042

**Zurich--mardi 02 juin 2015**Joseph Sepp Blatter a annoncé mardi sa démission de la présidence de la Fifa à la suite des nombreux scandales financiers et de corruption qui éclaboussent l’institution et qui ont entaché sa réélection pour un cinquième mandat vendredi à Zurich.

M. Blatter, 79 ans, en poste depuis 1998, a indiqué qu’il convoquait un congrès extraordinaire où il remettra en jeu son mandat et au cours duquel son successeur sera élu. Ce congrès devrait avoir lieu entre décembre 2015 et mars 2016, a précisé Domenico Scala, président de la commission d’audit de la Fifa. « Même si un nouveau mandat m’a été confié, il semble que je ne sois pas soutenu par tous dans le monde du football, c’est pourquoi je vais convoquer un congrès extraordinaire et remettre mon mandat à disposition », a déclaré le Valaisan, au siège de la Fifa, à Zurich. « Je vais continuer à exercer mes fonctions d’ici là, et je suis désormais libre des contraintes d’une élection. Je vais me concentrer pour engager des réformes ambitieuses ». La Fifa fait « face à des défis qui ne s’arrêtent pas et a besoin d’une profonde restructuration », a ajouté M. Blatter. Cette démission intervient quelques heures à peine après de nouvelles accusations du New York Times visant cette fois le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa et bras droit de M. Blatter. Le quotidien américain a accusé M. Valcke d’être le responsable d’un virement de 10 millions de dollars sur des comptes gérés par l’ancien vice-président de l’organisation Jack Warner, mis en cause par la justice américaine dans un scandale de corruption. Dans un communiqué mardi matin, la Fifa avait tenté de dégonfler ces accusations en affirmant que M. Valcke n’était en rien en cause dans ce virement et qu’il ne s’agissait que d’un projet d’aide à la diaspora africaine dans les Caraïbes, au nom de l’Afrique du Sud.*médias-mardi 02 juin 2015

media_xll_7761994 Blatter.démissionne dans société

********************

*Plusieurs dirigeants arrêtés à Zurich pour corruption

 La corruption, »une pratique enracinée dans la culture de la Fifa »

Mort du

**Zurich--vendredi 29 mai 2015** Joseph Blatter (79 ans) obtient un cinquième mandat à la présidence de la Fifa après le retrait du Prince jordanien Ali ben al-Hussein au deuxième tour.

*Le camp de la corruption triomphe

Coup de théâtre à Zurich. Alors que les deux candidats à la présidence de la FIFA, Sepp Blatter et le prince Ali, devaient passer par un deuxième tour pour être départagé, le candidat jordanien s’est retiré, offrant un cinquième mandat à Sepp Blatter, en place depuis 1998. Ce dernier, 79 ans, reste donc président de la FIFA jusqu’en 2019.

Au premier tour, Blatter avait obtenu 133 voix (140 étant nécessaires pour être élu) et le Prince Ali, 73. Le prince Ali avait donc réussi à pousser Joseph Blatter au deuxième tour, avant de se retirer. Immédiatement après l’élection, Blatter a promis de « donner une Fifa plus forte à (son) successeur ». Au premier tour, la majorité des deux tiers était nécessaire. Pour le second tour et les éventuels tours suivants, la majorité simple, c’est-à-dire plus de 50% des suffrages valablement exprimés, aurait suffi. Le président est élu par le congrès de la Fifa (209 votants), pour une période de quatre ans. L’élection est organisée à bulletin secret. Lors du précédent scrutin, en 2011, Joseph Blatter avait été élu avec près de 90% des suffrages (186 voix sur 203 suffrages exprimés). Il était alors le seul candidat en lice après le forfait du président de la Confédération asiatique, Mohammed Bin Hammam, contraint de se retirer quelques jours avant l’élection et suspendu à vie pour des achats de voix dans sa campagne.*vendredi 29 mai 2015media_xll_7753007 corruption

****************

*Zurich--mercredi 27 mai 2015**Le Comité exécutif de l’UEFA a demandé le report du Congrès de la Fifa et du scrutin présidentiel, a déclaré mercredi à Varsovie Gianni Infantino, secrétaire général de l’institution européenne, après le nouveau scandale de corruption qui a frappé l’instance suprême du football mondial.

« Les membres du Comité exécutif de l’UEFA sont convaincus qu’il y a un fort besoin de changement de leadership à la Fifa et que le Congrès de la Fifa devrait être reporté avec une nouvelle élection à la présidence (prévue vendredi, ndlr) organisée dans les six mois », a expliqué M. Infantino à l’issue d’une réunion du Comité exécutif tenue à Varsovie en marge de la finale de l’Europa League. 

media_xll_7745265 Angela.Merkel dans Eco-finances

« Désastre pour la FIFA »
« Les événements du jour sont un désastre pour la Fifa et ternissent l’image du football dans son ensemble. L’UEFA en est profondément choquée et attristée. Ces événements montrent que la corruption est profondément enracinée dans la culture de la Fifa », a également affirmé le secrétaire général de l’UEFA. 

« Réforme »
« Il y a un besoin pour la Fifa d’être ‘rebootée’ et une vraie réforme doit être entreprise. Le Congrès de la Fifa risque de tourner en une farce et les associations européennes doivent considérer avec attention si elles doivent même y assister et cautionner un système qui, s’il n’est pas stoppé, tuera le football », a-t-il ajouté. 

Double « séisme »
Une réunion des associations membres de l’UEFA est prévue jeudi à Zurich avant le début du Congrès. La Fifa a été frappée mercredi par un double séisme avec l’arrestation, à la demande de la justice américaine, de sept responsables soupçonnés de corruption notamment pour l’attribution du Mondial-2010, et parallèlement la perquisition de son siège zurichois en raison de soupçons sur l’attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. 

Sepp Blatter
Vendredi, le président Joseph Blatter (79 ans) briguera un cinquième mandat lors de l’élection à la présidence de la Fifa et fera face au Prince jordanien Ali, à qui le président de l’UEFA Michel Platini a apporté son soutien en début de semaine.*mercredi 27/05/15 -Source: Belga

***************

**Zurich--mercredi 27 mai 2015**Six responsables du monde de football ont été arrêtés mercredi matin à Zurich à la demande des autorités américaines, soupçonnés de corruption, ont indiqué les autorités suisses. le parquet suisse a ouvert une procédure pénale contre X pour soupçon « de blanchiment d’argent et gestion déloyale » entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022 et a saisi mercredi des documents électroniques au siège de la FIFA à Zurich. Des représentants des médias sportifs et de sociétés de marketing sportif seraient impliqués dans des versements à de hauts fonctionnaires d’organisations footballistiques (des délégués de la Fifa et d’autres personnes appartenant à des organisations affiliées à la Fédération Internationale de Football Association) en échange de droits médiatiques et des droits de marketing de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud », a indiqué le ministère suisse de la Justice dans un communiqué, précisant agir à la demande du parquet du district est de New York. »Les enrichissements illégitimes se seraient déroulés en partie au moins en Suisse », précise le ministère de la Justice, ajoutant que cette procédure pénale est ouverte depuis le 10 mars 2015. Elle n’avait pas été révélée jusqu’à ce jour *médias

Le siège de la Fifa à Zurich, le 30 mars 2015.

**C’est la coupe du monde de la fraude!

Les autorités américaines se sont expliquées sur les arrestations à la Fifa

« C’est le début de notre effort, pas la fin ». Kelly Currie, le procureur fédéral de Brooklyn Kelly Currie, s’est exprimé mercredi sur la vague d’arrestations qui secoue la Fifa. Lors d’une conférence de presse, la ministre américaine de la justice Loretta Lynch a accusé les 14 inculpés d’avoir « corrompu les affaires du football mondial pour servir leurs intérêts et pour s’enrichir personnellement ». Elle a ajouté que la prochaine étape dans ce dossier était une demande d’extradition des accusés vers les Etats-Unis pour y être jugés.

« C’est la Coupe du monde de la fraude. Aujourd’hui nous avons sorti le carton rouge », a lancé Richard Weber, un responsable du fisc américain. Neuf élus de la Fifa et cinq partenaires de l’instance mondiale du football ont été inculpés mercredi de corruption, racket et blanchiment à New York,accusés d’avoir reçu ou distribué plus de 150 millions de dollars depuis 1991,pour les droits de diffusion de tournois internationaux. Sept d’entre eux ont été arrêtés à Zurich, ville où siège la Fifa, et où doit être organisée vendredi l’élection du président de la Fifa. Ils risquent jusqu’à 20 ans de prison.

Des partenaires de la Fifa ont également été inculpés. Ils sont des professionnels du marketing sportif, soupçonnés d’avoir « payé de manière systématique et accepté de payer bien au-delà de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions pour obtenir de lucratifs droits médiatiques et marketing pour des tournois internationaux de football », selon les autorités judiciaires américaines. Six autres personnes avaient plaidé coupable dans ce dossier entre juillet 2013 et mai 2015, dont Charles Blazer, ancien secrétaire général de la Concacaf et ancien membre du comité exécutif de la Fifa, et deux fils de Jack Warner, a précisé la justice américaine.*20 minutes+afp-mercredi 27/05/2015

**Dix millions de dollars pour un Mondial

Selon l’acte d’accusation de la justice américaine, dix millions de dollars ont été versés à Jack Warner, alors président de l’Union caribéenne de football, contre trois voix en faveur de la candidature sud-africaine à l’organisation du Mondial 2010.

Le gouvernement sud-africain et le comité de candidature du Mondial 2010 ont versé dix millions de dollars à Jack Warner en échange de trois voix en faveur de l’Afrique du Sud, selon l’acte d’accusation de la justice américaine publiée mercredi.

Racket-fraude
« Soutenir la diaspora africaine »: c’est officiellement l’objet incongru du versement à l’Union caribéenne de football (CFU), présidée de 1983 à 2001 par le Trinidadien Jack Warner, d’une somme de 10 millions de dollars. 

La réalité est toute autre. »Ce versement avait pour contre-partie les voix de Warner, du conjuré N.1 et du conjuré du N.17 en faveur de l’Afrique du Sud, plutôt que du Maroc, pour organiser le Mondial 2010″, explique le ministère de la Justice qui a inculpé neuf responsables de la Fifa, dont deux vice-présidents, de complot de « racket, fraude et blanchiment ».

Via les comptes de la FIFA
Si l’Afrique du Sud est devenue le 15 mai 2004 avec 14 voix, au détriment du Maroc (10 voix) et de l’Egypte (0 voix) le pays-hôte du Mondial 2010, le versement des fameux dix millions a pris plus de temps que prévu et a transité par des comptes de la… Fifa.

« Les Sud-Africains n’ont pas pu organiser le versement à partir de fonds du gouvernement: des dirigeants de la Fifa ont alors obtenu que ces 10 millions soient envoyés par la Fifa à la CFU, en utilisant les fonds qui auraient dû être envoyés à l’Afrique du Sud pour l’organisation de l’événement », détaille l’acte d’accusation.

Des opérations de blanchiment d’argent
Entre janvier et mars 2008, un haut-dirigeant de la Fifa a fait procéder aux transferts de 616.000 dollars, de 1,6 millions de dollars et de 7,784 millions de dollars entre un compte en banque de la Fifa en Suisse et deux comptes détenus par la CFU et la Concacaf, contrôlés personnellement par Warner.

« Jack Warner a ensuite détourné une partie de ces fonds pour son usage personnel: par exemple, le 9 janvier 2008, 200.000 des 616.000 dollars transférés par la Fifa une semaine plus tôt, ont été transférés sur un compte en banque à son nom », a expliqué la justice américaine. Les enquêteurs américains ont également établi que Warner avait procédé à des opérations de blanchiment d’argent, d’un montant d’1,4 million de dollars, grâce à un homme d’affaires trinidadien et à une chaîne de supermarchés contrôlée par cet individu.

Warner, président de la Concacaf entre 1990 et 2011, a ensuite versé sur une période de trois ans un total de 750.000 dollars au conjuré N.1 à qui il avait promis initialement un million de dollars.
L’Afrique du Sud n’est pas la seule à avoir approché le sulfureux Warner: selon la justice américaine, le Maroc lui avait proposé en 2004 un million de dollars pour voter en faveur du dossier marocain.*vendredi 29/05/15 -Source: AFP

************************

*Ce que vous ne savez pas sur Joseph Blatter 

media_xll_7768813 FIFA

Plusieurs médias internationaux lui prêtent notamment une relation avec Irina Shayk (l’ex de Cristiano Ronaldo). Que se cache-t-il derrière l’homme qui a dirigé le football mondial pendant 17 ans?

media_l_7768816 foot

1. « Joseph Blatter a eu une relaiton avec Irina Shayk« 
Tout au long de sa vie, Sepp Blatter a été un grand séducteur. Pour plusieurs médias internationaux, dont notamment le sérieux site espagnol El Mundo, l’ancien patron de la Fifa a connu une relation amoureuse avec Irina Shayk, l’ancienne compagne de Cristiano Ronaldo. Le mannequin russe file aujourd’hui le parfait amour dans les bras de Bradley Cooper.

media_l_7768820 Joseph.Blatter

2. Sepp Blatter en couple avec une femme mariée
Lors de la remise du Ballon d’Or 2014 (janvier), Sepp Blatter est apparu aux côtés de Linda Barras (51 ans), une femme plus jeune que lui de 28 ans. Quelques jours après, Christian Barras a confirmé au Daily Mail qu’il était toujours mariée à cette femme. Il a aussi précisé que Sepp Blatter était un ami de la famille depuis plusieurs années.

3. Sepp Blatter a voulu vivre comme Ronaldo
Lors du Mondial 2014, Sepp Blatter a loué l’appartement de luxe de Ronaldo (Ronaldo Nazário de Lima) situé à Rio de Janeiro. Son prix? 10.000 euros par jour.

media_l_7769133 scandales

4. Sepp Blatter aime le luxe
Selon sa déclaration de biens immobiliers, Sepp Blatter possède une maison en Suisse, pas très loin du siège de la Fifa. Elle contient plus de 30 chambres. Sepp Blatter est aussi l’heureux propriétaire d’une Bentley, dont l’intérieur du véhicule est décoré de diamants.

5. Sepp Blatter, le croyant? 
Sepp Blatter se décrit comme « un missionnaire du football ». Très croyant, il prie tous les jours dans une chapelle qu’il a faite construire au siège de la Fifa.
« Il s’est toujours senti investi d’une mission personnelle confiée par Dieu », ajoute Guido Tognoni, ancien directeur marketing de la Fifa.*vendredi 5/06/201515 / 7 sur7

***************************

*Voici les neuf membres officiels de la FIFA qui sont poursuivis

media_xll_7745738

Le département américain de la Justice a confirmé mercredi avoir engagé des poursuites contre neuf officiels de la FIFA, dont deux vice-présidents en exercice ainsi que l’ancien et l’actuel président de la CONCACAF. Cinq dirigeants d’entreprise actifs dans le marketing sont aussi poursuivis. Sept d’entre eux ont été appréhendés en Suisse. Le dossier concerne « une conspiration de 24 ans visant à l’enrichissement personnel par la corruption du football international », précise le département dans un communiqué.

Les neuf officiels de la FIFA sont Jeffrey Webb (îles Caïmans), vice-président et président de la CONCACAF, Eugenio Figueredo (Uruguay), vice-président, ancien président de la CONMEBOL et président de la fédération urugayenne, Jack Warner (Trinidad et Tobago), ancien vice-président de la FIFA, président de la CONCACAF et déjà impliqué dans des dossiers de corruption en 2011, Eduardo Li (Costa Rica), président de la fédération costa-ricienne de football, Julio Rocha (Nicaragua), officiel de développement, Costas Takkas (Royaume-Uni), membre de la CONCACAF, Rafael Esquivel (Venézuela), membre du comité exécutif, José Maria Marin (Brésil), ancien président de la fédération brésilienne, et Nicolás Leoz (Paraguay), président de la COMMEBOL, qui avait annoncé sa démission de la FIFA il y a deux ans pour avoir été mêlé à des affaires de corruption dans le passé. Le siège de la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF), situé à Miami, a été perquisitionné dans le cadre de cette procédure, a précisé le département de la Justice. Jeffrey Webb, Eduardo Li, Julio Rocha, Costas Takkas, Eugenio Figueredo, Rafael Esquivel et José Maria Marin ont été appréhendés à la demande du département américain, mercredi matin à Zurich.Quatre dirigeants d’entreprise de marketing sportif sont également poursuivis: Alejandro Burzaco (Torneos y Competencias S.A., Argentine), Aaron Davidson (président de Traffic Sports USA Inc., Etats-Unis), et Hugo et Mariano Jinkis (Full Play Group S.A., Argentine).Le dernier inculpé est José Margulies (Valente Corp. and Somerton Ltd., Brésil), actif dans le secteur des médias et qui aurait facilité des paiements illégaux entre des officiels et des entreprises de marketing. « Trop c’est trop »
« Cette annonce devrait faire passer le message que ‘trop c’est trop’ », a commenté le procureur new-yorkais Kelly T. Currie. « Après des décennies de ce corruption présumée, le football international a besoin d’un nouveau départ, d’une nouvelle chance pour ses institutions gouvernantes d’offrir une surveillance honnête et un soutien à un sport aimé partout dans le monde et de plus en plus ici, aux Etats-Unis. Je vais être claire: ces inculpations ne sont pas le chapitre final de notre enquête. » *mercredi 27/05/15 -Source: Belgamedia_xll_7746839

*Joseph Blatter peut-il sauver sa peau?

*Joseph Blatter, 79 ans, président de la FIFA qui brigue un 5e mandat, aime se présenter comme un « capitaine qui ne quitte pas le navire en mer agitée » mais peut-il rester à la barre avec le tsunami de mercredi ?

Le natif du canton du Valais, dans les Alpes, « un peu prématuré, à l’âge de sept mois », selon ses confidences, a survécu jusqu’ici à toutes les tempêtes. Mais cette fois, la FIFA connaît sa plus grave crise. D’un côté avec des interpellations de responsables de l’instance au petit matin dans hôtel cinq étoiles de Zurich, dans le cadre d’une procédure pour corruption (de 1990 à nos jours) initiée par la justice américaine. De l’autre, une procédure du parquet suisse contre X pour soupçon « de blanchiment d’argent et gestion déloyale » entourant les attributions des Coupes du monde de 2018 (à la Russie) et 2022 (au Qatar) avec saisie de documents au siège de la FIFA. Mais Blatter, entré il y a 40 ans à la FIFA, président depuis 1998, reste candidat à sa succession et l’élection, vendredi, n’est pas remise en cause. « Le président Blatter est affecté, il est à la tête de la FIFA, mais comment pouvez vous dire qu’il doit se retirer ? Si les 209 fédérations l’élisent vendredi, il le sera pour les quatre prochaines années », a insisté Walter de Gregorio, directeur de la communication de la FIFA. 

Blatter promettra-t-il le grand ménage ? 
Lors de la dernière présidentielle en 2011, la FIFA avait déjà connu une belle poussée de fièvre. Mohamed Bin Hammam, alors président de la confédération asiatique, avait retiré sa candidature, avant d’être radié à vie du foot pour avoir acheté des voix dans sa campagne. Seul candidat, Blatter demanda toutefois un vote et récolta 186 voix sur 203 suffrages exprimés (209 votants). A 75 ans il promit alors de se faire le réformateur pour un dernier mandat. Cette fois, il lui faudrait aller plus loin. Un argumentaire possible a été dévoilé par De Gregorio. La FIFA a impulsé une partie des actions en cours. L’instance a en effet porté plainte le 18 novembre dernier auprès du ministère public suisse en raison de « soupçons » semblant « peser sur des transferts internationaux de patrimoine avec comme point de contact la Suisse », dans le cadre de l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. « La FIFA a initié cette procédure le 18 novembre 2014, la FIFA accueille cette procédure et coopère, et comme l’a dit la justice, la FIFA est la partie lésée », a détaillé De Gregorio, thème qui pourrait être développé par Blatter. « Le président Blatter et la FIFA peuvent faire le ménage jusqu’à un certain point, mais après nous avons besoin de l’aide de la justice », a conclu De Gregorio. C’est ce que pourrait redire Blatter dans ses discours au Congrès jeudi soir (cérémonie d’ouverture) et vendredi (vote). 

Le prince Ali peut-il gagner?
Le seul adversaire qui reste en lice contre Blatter est le Prince Ali, un de ses vice-présidents, âgé de 39 ans. Le Jordanien allait à une défaite quasi-certaine mais pourrait profiter des derniers évènements, puisqu’il a fait toute sa campagne sur l’intégrité à restaurer à la FIFA. Blatter avait lui capitalisé sur son bilan. Dans une vidéo électorale soignée, Ali a dénoncé le « gâchis » actuel de la FIFA, entre « intérêts personnels », « décisions unilatérales sur le jeu », « leadership controversé », « éthique tombée dans l’ornière » et « départs de sponsors ». Celui qui a le rang de général dans l’armée jordanienne est également soutenu par deux légendes du foot, le fantasque Diego Maradona, anti-Blatter enragé, et surtout par Michel Platini, président de l’UEFA. Mais l’électorat de la FIFA est majoritairement conservateur, et un de ses réflexes face au chaos, comme lors des élections en 2002 et 2011, pourrait être de revoter Blatter. Il reste quelques heures au Prince Ali pour convaincre qu’il est vraiment « le changement », comme il l’avait dit mardi devant les membres de la Concacaf (Confédération d’Amérique du nord, centrale et caraïbes) frappée de plein fouet par les actions judiciaires le lendemain. Les cartes sont rebattues.*mercredi 27/05/15 -Source: Belga

media_l_7745962

media_l_7745966

******************************

*Carton rouge

A deux jours des élections pour la présidence de la FIFA, la police suisse arrête plusieurs de ses dirigeants qu’elle va extrader vers les Etats-Unis. Cela s’est passé mercredi dans un luxueux hôtel de Zurich. Pourquoi pas pour le foot ?!

*** La police suisse a agi sur demande de la justice américaine qui instruit une affaire de corruption et de blanchiment d’argent dont seraient coupables plus d’une dizaine de cadres de la FIFA. Ils seraient six à avoir été arrêtés au saut du lit. D’autres ne s’y trouvaient pas et ont donc échappé au coup de filet. Selon les premières informations, il s’agirait de membres de la Concacaf (Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes). Ils étaient à Zurich en prévision des élections pour la présidence de la Fifa prévues demain. Dans une conférence de presse tenue hier à la mi-journée, le porte-parole de la FIFA a assuré que ces arrestations n’entraveront pas la tenue, comme prévu, des élections. Deux candidats se présentent. Sepp Blatter, candidat à sa succession, affrontera le prince jordanien Ali Ben El Hussein qui s’est déjà plaint d’avoir été l’objet de tentative de corruption. Tout ceci ne semble pas émouvoir ni impressionner la FIFA qui maintient sereinement ses élections de demain. Des scandales de ce type, elle en a connu d’autres. C’est même devenu régulier. L’argent brassé par les compétitions internationales de football donne plus que le vertige à ceux qui le gèrent. Les scandales qui ont déjà touché la fédération vont des irrégularités dans la vente des tickets jusqu’aux droits de retransmissions télévisuelles en passant par l’achat de voix lors de la désignation des pays devant organiser la Coupe du monde, l’éventail est large. L’autre particularité de la FIFA est qu’elle est constituée principalement de personnalités du troisième âge. Parmi les six cadres arrêtés à Zurich, deux sont âgés de 83 ans. Que faire de l’argent de la corruption à cet âge-là si c’est pour finir le peu de jours restant à vivre, en prison? Ce qui confirme que l’argent rend fous certains individus. Rapidement, on peut donner les explications pour savoir pourquoi ce sont les Etats-Unis qui demandent à la Suisse ces arrestations. Les actes de corruption commis par ces personnes auraient eu lieu sur le territoire américain. C’est le FBI qui enquête sur cette affaire depuis une vingtaine d’années. L’accord d’extradition existant entre les Etats-Unis et la Suisse permet la remise des personnes arrêtées à la justice américaine. Le montant de la corruption dans cette affaire n’a pas été divulgué mais il serait de plusieurs millions de dollars. Au-delà de ces points presque «techniques», il y a un gros problème d’éthique. Le sport en général et le football en particulier auraient-ils perdu toute notion de valeurs humaines? Auquel cas ce ne serait plus du sport mais au mieux une industrie et au pire un casino. Avec la triche et la fraude dans les deux cas. Les dindons de la farce dans ce «jeu» ne sont que les supporters. Ils paient soit pour accéder aux stades soit en suivant les retransmissions de matchs concédées à prix d’or et souvent en exclusivité pour faire monter les enchères. Le sport bénéfique à l’entretien du corps humain et à ses prouesses seulement, relève aujourd’hui de la naïveté à l’état pur. Ni les dirigeants, ni les joueurs n’ont ce souci en tête. Ou plutôt ils ne l’ont plus car c’était le seul sens initialement donné à l’exercice du sport. Et si la plus haute instance de ce football est régulièrement traversée par des scandales de ce type, cela rejaillit forcément sur l’ensemble de la pyramide jusqu’au club de quartier. Aucun pays ne peut, devant de telles conditions, trouver les bonnes mesures pour mettre à l’abri ses clubs. Surtout à l’heure des TIC et des satellites. Cette corruption, ces matchs truqués, ces présidences «achetées», ces lieux de compétitions «vendus», ces retransmissions sélectives, etc. dans un sport considéré comme le premier au monde, font des dégâts considérables sur les sociétés. Ils forment, à bien y voir, le plus grand foyer de la violence à l’échelle planétaire et qui impacte tous les pays. On a souvent qualifié le football comme étant une «religion» devant l’addiction qu’il entraîne dans les peuples. Il serait alors dans le même «tourbillon» de ces guerres qui agitent les vraies religions. Venues pour unir les humains, elles ont été retournées par l’homme pour combattre son prochain. Bref, cette affaire de Zurich et de la FIFA, permet de relativiser les maux qui frappent notre football. Un des responsables de la FIFA a déclaré, hier, que son organisation «est une victime» dans cette affaire. Il oublie le nombre considérable des «victimes collatérales» que cause cette déliquescence des moeurs au plus haut niveau du sport mondial. Dans les fédérations des pays, dans les clubs et parmi les joueurs du monde entier. La grande réflexion qui devrait être engagée est de chercher les voies et les moyens, au niveau national, pour échapper à cette «épidémie» pire que le sida. L’un des grands axes d’une telle réflexion devrait se situer autour de la nécessité ou pas de transformer nos clubs amateurs en clubs professionnels. Le choix entre le sport et l’argent! *Par Zouhir MEBARKI - Jeudi 28 Mai 2015/ L’Expression

********Six responsables du monde de football soupçonnés de corruption ont été arrêtés mercredi matin à Zurich à la demande des autorités américaines, ont indiqué les autorités suisses, à deux jours de l’élection présidentielle de la FIFA, alors que le président Joseph Blatter brigue un cinquième mandat. Selon le New-York, 14 ou 15 personnes sont impliquées dans le dossier, mais Sepp Blatter n’y figure pas.

« La police cantonale a arrêté six fonctionnaires du football (…) à la demande des autorités américaines. Des représentants des médias sportifs et de sociétés de marketing sportif seraient impliqués dans des versements à de hauts fonctionnaires d’organisations footballistiques (des délégués de la FIFA et d’autres personnes appartenant à des organisations affiliées à la Fédération Internationale de Football Association) en échange de droits médiatiques et des droits de marketing de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud », a indiqué le ministère suisse de la Justice dans un communiqué, précisant agir à la demande du parquet du district est de New York.

Ils sont suspectés d’avoir accepté des dessous de table d’un montant de plusieurs millions des années 1990 à nos jours, précisent les autorités judiciaires suisses. Le chiffre de 100 millions a été évoqué par le New York Times.

Pas Sepp Blatter
Le New York Times, citant une source officielle, précise que les six personnes sont Jeffrey Webb, vice-président de la FIFA, des Iles Caïmans, l’Uruguayen Eugenio Figueredo, Jack Warner de Trinidad & Tobago, ancien vice-président de la FIFA, déjà impliqué dans des dossiers de corruption en 2011, Eduardo Li, président de la fédération costa-ricienne de football, le Nicaraguéen Julio Rocha, Costas Takkas, membre de la CONCACAF, le Venezuélien Rafael Esquivel, le Brésilien José Maria Marin, ancien président de la fédération brésilienne, et le Paraguayen Nicolás Leoz, président de la Commebol, qui avait annoncé sa démission de la FIFA il y a deux ans pour avoir été mêlé aussi à des affaires de corruption dans le passé. Des charges pourraient aussi être retenues contre des responsables de marketing sportif Alejandro Burzaco, Aaron Davidson, Hugo Jinkis et Mariano Jinkis. Les autorités visent aussi José Margulies en tant qu’intermédiaire, ayant facilité les paiements illégaux, toujours selon le New York Times.

« Selon la demande d’arrestation américaine, l’entente relative à ces actes aurait été conclue aux Etats-Unis, où ont également eu lieu les préparatifs. Des paiements auraient transité par des banques américaines », ajoute le communiqué suisse. Les suspects, interpellés dans un grand hôtel de Zurich où ils se trouvent pour assister au Congrès de la FIFA, font l’objet d’une demande d’extradition américaine.

Extradition
Ils vont être entendus par la police de Zurich. Ceux qui accepteront leur extradition feront l’objet d’une procédure simplifiée « par laquelle l’OFJ (Office Fédéral de la Justice) pourra sans délai approuver la demande d’extradition vers les Etats-Unis et l’exécuter. Pour celles qui s’y opposeront, l’OFJ priera les Etats-Unis de faire parvenir une demande formelle d’extradition à la Suisse dans le délai de 40 jours prévu par le traité d’extradition en vigueur entre les deux pays », selon le communiqué.

Le parquet du district est de New York qui tiendra une conférence de presse mercredi matin encore à Brooklyn, à 10h30 locales (16h30 heures belges).

De con côté, la FIFA cherche « à clarifier » la situation après ces arrestations, a indiqué une porte-parole. « Nous avons vu les comptes rendus des médias. Nous cherchons à clarifier la situation. Nous ne ferons pas de commentaire à cette étape », a déclaré la porte-parole.

Mardi, Joseph Blatter, dirigeant en exercice de la FIFA depuis 1998 et qui cherche sa réélection vendredi, s’était adressé à huis clos, à une réunion de Concacaf (Amérique du nord, Amérique centrale et Caraïbes), qui représente 35 voix sur les 209 votants, dans un grand hôtel de Zurich.
« Sepp » Blatter, 79 ans, est favori pour un cinquième mandat face au Prince Ali, 39 ans, un de ses vice-présidents.*27/05/15 – Source: Belga

media_l_7745075

*Joseph Blatter

media_l_7745059

*Eugenio Figueredo

media_l_7745062

*Philippe Auclair 

media_l_7745064

*Jack Warner

media_l_7745147

*José Maria Marin 

media_l_7745060

*Jeffrey Webb

*************

media_xll_7751353

« Nous avons un dictateur à vie » à la tête de la Fifa, a affirmé Diego Maradona avant l’élection présidentielle vendredi à Zurich où Joseph Blatter, en poste depuis 1998, partira largement favori pour un cinquième mandat devant le prince Ali de Jordanie.

media_xll_7741079

« Sous Sepp Blatter, la Fifa est devenue une honte et une douloureuse gêne pour nous autres qui aimons le football », a notamment déclaré Maradona dans une interview au Daily Telegraph de lundi. « J’appelle Blatter ‘l’homme de glace’ parce qu’il lui manque l’inspiration et la passion qui constituent le coeur même du football. S’il incarne le visage du football international, alors nous sommes bien mal embarqués », a ajouté Maradona, vainqueur de la Coupe du monde avec l’Argentine en 1986. « Alors que personne ne soutient ouvertement Blatter, beaucoup pensent qu’il va remporter son cinquième mandat, une absurdité! », a encore dit Maradona. Sepp Blatter, 79 ans, se présente pour un inédit cinquième mandat consécutif à la tête de la Fifa. Son seul adversaire est le prince Ali, 39 ans et l’un des sept vice-présidents de l’organisme suprême du football mondial.*25/05/15 -Source: AFP

* Il n »y a plus de confiance en la Fifa si Joseph Blatter est encore là

Le président de la fédération anglaise de football (FA) Greg Dyke a appelé jeudi le président de la Fifa Joseph Blatter, candidat à un cinquième mandat à la tête de l’organisation, à quitter son poste après l’arrestation de responsables soupçonnés de corruption.

Sepp Blatter doit abandonner son poste de président », a déclaré Greg Dyke à l’agence de presse Press Association. Greg Dyke a ajouté qu’il n’était pas « possible de rétablir la confiance en la Fifa si Sepp Blatter est encore là ». Le président de la Fifa « doit s’en aller en démissionnant, ou il doit être mis en minorité, ou nous devons trouver une troisième voie », a-t-il ajouté. Le président de la fédération anglaise s’était déjà interrogé mercredi dans un communiqué sur l’intérêt d’élire vendredi le président de la Fifa après l’inculpation de neuf de ses responsables soupçonnés de corruption. 
L’Angleterre a été candidate malheureuse pour le Mondial-2018, attribuée finalement à la Russie dans des conditions litigieuses, en même temps que l’édition 2022 qu’organisera le Qatar.*7sur7-28/05/15 - 

*****************************

*Joseph Blatter, moqué par les internautes

media_xll_7748107

*Même s’il n’est pas inquiété (pour le moment) par le scandale de corruption qui éclabousse la FIFA, Sepp Blatter reste pour beaucoup le symbole des magouilles qui se jouent à la Fédération internationale de football. Du coup, il est très vite devenu la cible préférée des internautes sur les réseaux sociaux, qui se sont amusés des interpellations qui ont eu lieu mercredi à Zurich. Voici une petite compilation des meilleurs montages vu sur le net.*7sur7–28/05/15

display?key=fd92ebbc52fc43fb98f69e50e7893c13&url=https%3A%2F%2Fscontent.cdninstagram.com%2Fhphotos-xaf1%2Ft51.2885-15%2F11355967_1442665539371350_1996067519_n

display?key=fd92ebbc52fc43fb98f69e50e7893c13&url=https%3A%2F%2Figcdn-photos-d-a.akamaihd.net%2Fhphotos-ak-xaf1%2Ft51.2885-15%2F11262756_691594427613707_1852954100_n

**************************************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café