• Accueil
  • > Recherche : grands magasins parisiens

Louer des jouets sur Internet au lieu de les acheter

24122010

*Le site Internet Ecojouet.fr propose aux parents d’enfants âgés de zéro à cinq ans de louer trois, quatre, cinq, voire même six jouets, sur une période de un à six mois.

 Crédits photo : AFP

Consommer sans acheter. Un entrepreneur français a décidé d’appliquer ce principe aux jouets pour enfants. Son site Internet, Ecojouet.fr, propose aux parents d’enfants âgés de zéro à cinq ans de louer trois, quatre, cinq, voire même six jouets, sur une période de un à six mois.

Une opportunité pour certains parents alors que de nombreux jouets achetés en France finissent chaque année à la poubelle.«Cette idée m’est venue avec la paternité, il y a un peu plus d’un an. À l’époque, j’étais dans une période de transition professionnelle, je venais de quitter mon entreprise et je me posais des questions sur mon avenir, raconte au figaro.fr Stéphane Cozic, le fondateur du site. En observant mon fils de dix mois, en pleine phase de découverte, je me suis rendu compte qu’il passait sans cesse d’un jouet à l’autre, voire qu’il ne s’intéressait parfois qu’à leur emballage!» Un gâchis qui a donné à ce père de famille l’idée de proposer des jouets en location sur la toile.Le principe? Les parents choisissent au minimum trois jouets, ceux de leur choix, pour une durée de un, trois ou six mois et la location ne peut excéder six jouets. Les tarifs varient entre 15,90 et 59,80 euros par mois suivant la formule choisie. Soit une économie, selon lui, de 20 à 60 % par rapport à un potentiel achat dans la grande distribution. Une équation qui devient donc moins avantageuse à partir du deuxième mois de location. Chaque prix comprend également la livraison aller-retour, les piles et le nettoyage des jouets. Si le jouet est retourné cassé au fournisseur ou avec des pièces manquantes, le consommateur devra en revanche ajouter à son tarif de base une pénalité de l’ordre de 80% de la valeur de l’objet. Parmi les clients: des «parents en couple ou célibataires», des «grands-parents», mais aussi «des touristes en vacances quelques semaines en France». Un geste pour la planèteAu-delà de l’alternative proposée aux parents, Stéphane Cozic voit également dans sa petite entreprise le moyen de faire un geste pour la planète. «Je propose une consommation collaborative qui permet de limiter la production puisque les jouets sont réutilisés», se réjouit-il. Autre point positif selon lui: ce système permet d’apprendre le partage à son enfant, en lui expliquant qu’il transmettra plus tard son jouet à un autre enfant, qui le donnera lui-même à quelqu’un d’autre, etc. En cas de crises de larmes ou si l’objet a vraiment plu à son enfant, il est toutefois possible de l’acheter à un prix préférentiel.Depuis le lancement de son site, Stéphane Cozic constate une progression régulière du nombre de ses clients. Si certains d’entre eux ne renouvellent pas leur commande, il compte aujourd’hui une centaine de consommateurs réguliers. Un business que ce père de famille n’est pas le seul à avoir flairer. Trois autres sites Internet offre actuellement le même type de prestation pour des tarifs équivalents.  (Le Figaro-23.12.2010.)

 

**Les intempéries perturbent la livraison des colis avant Noël

Louer des jouets sur Internet au lieu de les acheter dans actualité 4bec74fa-0deb-11e0-a49d-8f0c64ed980c

Ceux postés ce mercredi ont peu de chance d’arriver à temps pour les fêtes, prévient la Poste.

coeur- dans sociétéLa période de Noël est traditionnellement très chargée pour la Poste. «Nous traitons environ 900.000 colis par jour en temps normal, et 1,5 million à Noël. Nous nous y préparons longtemps en avance. Ce pic, on y est habitué», explique-t-on à la direction de l’entreprise publique. Mais cette année, la météo s’est chargée de compliquer un peu plus la tâche des postiers. En bloquant l’accès de certaines routes aux camions, les fortes chutes de neige de la semaine dernière ont retardé nombre de livraisons. «A partir de mercredi soir, 500.000 colis en retard se sont accumulés. Ils sont maintenant à nouveau dans le circuit, et arriveront avant Noël. Hier, la livraison de 80.000 colis a encore été repoussée, mais la situation est aujourd’hui presque revenue à la normale», assure-t-on à la Poste. Pour livrer davantage de clients, les agences postales ouvriront exceptionnellement le jeudi jusqu’à 20 heures. De leur côté, les postiers travailleront plus tard que d’habitude dans l’après-midi du 24 décembre.

Certaines régions comme les zones rurales de Lorraine et des Ardennes, isolées et particulièrement touchées par la neige, resteront cependant difficiles à livrer avant la soirée du 24. «A l’impossible, nul n’est tenu», a souligné mardi à l’AFP Jean-Claude Sonet, directeur commercial de ColiPoste. Quant au délai de livraison, habituellement d’environ 48 heures, «il ne peut être aujourd’hui absolument garanti, en raison du retard accumulé». En clair, si vous souhaitez voir livré un colis avant Noël, à moins d’avoir opté pour le Chronopost, mieux vaut l’avoir déjà posté.

Services de livraison rapide

Interrogé sur le sujet mardi, Pierre Kosciusko-Morizet, PDG de PriceMinister et président de l’Acsel, une association pour l’économie numérique, mettait d’ailleurs en garde les internautes: «Pour ceux qui commandent mardi ou mercredi, le délai commence à être juste». La plupart des sites de commerce en ligne incitent leurs clients à recourir aux services de livraison rapide. Certains, comme Pixmania, vont jusqu’à proposer un service de portage. Car en cas de retard ou de non livraison du colis, la responsabilité n’incombe pas à la Poste, mais aux cybercommerçants. «Les sites de commerce en ligne sont responsables de plein droit de l’exécution des contrats passés avec leurs clients, y compris pour la livraison des produits», précise Patricia Foucher, juriste à l’Institut National de la Consommation (INC). Même si la loi ne prévoit pas de dédommagement en cas de retard de livraison, mais la seule possibilité d’annuler la commande une fois les sept jours de retard écoulés. «Si votre colis n’arrive pas à temps pour Noël, la meilleure option est de régler le conflit à l’amiable avec votre cybercommerçant. Il pourra, dans le meilleur des cas, consentir un geste commercial». (Le Figaro-23.12.2010.)

 

**Neige, verglas:

Circulation «très délicate, voire impossible» sur certains axes dans le Nord

Un tableau d'affichage à Roissy, le 22 décembre 2010Un tableau d’affichage à Roissy, le 22 décembre 2010 P.

Les intempéries, principalement la neige et le verglas, menacent les départs en vacances en ce jour de réveillon de Noël.

En raison de problèmes d’approvisionnement de liquide pour dégivrer les avions, la DGAC a demandé aux compagnies aériennes d’annuler préventivement 50% de leurs vols au départ de Roissy, jusqu’à ce vendredi 13h. A Orly, en revanche, la totalité des vols devrait être assuréeJeudi soir, de nombreux vols enregistraient des retards de plusieurs heures et environ 2.000 personnes ont été contraintes de passer la nuit dans les aéroports parisiens.

Côté circulation, Bison Futé annonce une journée verte pour la journée du réveillon de Noël. L’Ile-de-France, Rhône Alpes et le sud-est verront cependant «orange» dans le sens des départs. Jeudi soir, la ministre des Transports a indiqué que la situation était «tendue» sur les stocks de sels. La circulation est «très délicate, voire impossible» sur certains axes du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie. Des mesures d’interdictions et de stockage aux poids lourds sont actuellement en cours sur les départements des Ardennes et de la Marne. La Sécurité routière prévoit des chutes de neige et une baisse importante des températures en Rhône-Alpes et en Auvergne.

Pour l’instant, la SCNF n’a annulé aucun train pour le week-end, mais prévient que «les conditions météorologiques imposeront très probablement une limitation de la vitesse des trains principalement dans l’Est et dans le Sud-Est» et que «des retards liés aux intempéries sont donc à prévoir durant le prochain week-end». Des correspondances en province pourraient ne plus être garanties sur des TGV de fin de soirée qui seraient ralentis, prévient la SNCF, qui invite les voyageurs ayant absolument besoin d’emprunter ces correspondances à anticiper leur voyage. Deux millions de voyageurs sont attendus dans les gares.

La RATP annonce de son côté un trafic normal sur l’ensemble de ses ligne de métro et RER ainsi que pour les tramways. En revanche, la circulation des bus est perturbée. (20Minutes-24.12.2010.)

** Annulations, évacuations : Noël de cauchemar à Roissy


 
 Des passagers dorment à même le sol, dans la nuit de jeudi à vendredi, à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.
Des passagers dorment à même le sol, dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. 

En raison de la neige accumulée sur le toit, environ 2000 personnes ont été évacuées du terminal 2E. Des milliers de personnes sont par ailleurs toujours bloqués en raison de l’annulation de leurs vols et devraient passer le réveillon dans l’aéroport.

coeur-La neige continue de semer une belle pagaille à Roissy-Charles-de-Gaulle. Environ 2000 personnes ont été évacuées vendredi du terminal 2E de l’aéroport parisien de Roissy, qui s’était effondré peu après son inauguration en 2004, à cause d’une accumulation excessive de neige sur le toit. Cette procédure, effectuée par précaution en raison d’une quantité de neige d’environ 60 cm, s’est déroulée dans le calme.

La journée a par ailleurs été marquée par l’annulation de la moitié des vols et la nouvelle recommandation de la direction de l’aviation civile de supprimer 35% des vols cet après-midi. Au total, 670 vols ont déjà été annulés, sur les 1160 normalement programmés. Un avion représentant en moyenne 150 passagers, quelque 100.000 personnes seraient donc concernées.

11669d58-0f83-11e0-9e93-d33c91ae8efd
Mais la situation, assure les Aéroports de Paris, devrait s’améliorer dans la soirée, et redevenir normale samedi. «Les prévisions météorologiques plus optimistes laissent espérer un retour progressif à la normale du trafic dans la soirée» a ainsi déclaré ADP dans un point presse à 17h30. Ils ont également souligné qu’une «mobilisation exceptionnelle» a été organisée à Roissy pour informer et accompagner les passagers pour la soirée.

Des cadeaux distribués

Une centaine de volontaires d’Aéroports de Paris supplémentaires seront ainsi présents dans les aérogares. Le service des transports en commun sera prolongé avec des navettes de bus gratuites vers la gare du Nord (3 départs par heure) et 300 chambres supplémentaires à proximité de Roissy ont été louées par ADP. Par ailleurs, une distribution de cadeaux (peluches, chocolats et jouets pour les enfants) sera mise en place dans les aérogares pour «rendre plus agréable la soirée de Noël».

Plus tôt dans la journée, le secrétaire d’Etat aux transport a estimé probable que des passagers passent le réveillon de Noël à l’aéroport de Roissy. En cause : les températures négatives, et surtout le manque de glycol, le liquide utilisé pour dégivrer les avions. Des importations de ce produit, en provenance d’Allemagne et des Etats-Unis, sont notamment prévues pour pallier à cette situation de pénurie.

Des camions d’Allemagne contenant 40 tonnes de glycol devraient notamment parvenir à Roissy d’ici à la fin de journée, explique le service de presse des Aéroports de Paris au figaro.fr. Un avion en provenance des Etats-Unis a également apporté dans la matinée 12 tonnes de dégrivant.

Jeudi, la direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait déjà demandé l’annulation de 20% des vols à Roissy, tandis qu’Aéroports de Paris (ADP) avait prévenu que 60 départs de vol seraient retardés dans la soirée. Résultat : 6.000 à 7.000 passagers n’ont pas eu de vol. 2.000 d’entre eux se sont retrouvés bloqués à Roissy dans la nuit de jeudi à vendredi. Parmi ceux, certains, souvent résidents en Ile-de-France, sont rentrés chez eux, tandis que d’autres ont été hébergés soit dans des hôtels voisins, soit dans deux gymnases ouverts pour l’occasion à Dugny et au Bourget (Seine-Saint-Denis), a indiqué une source aéroportuaire.

Des retards à Orly

Aéroports de Paris (ADP) a également fourni 500 lits et la Sécurité civile 300 pour les personnes restées dans les aérogares, où étaient par ailleurs distribuées des milliers de couvertures, selon une autre source aéroportuaire. Air France a de son côté annoncé avoir «mis à disposition 3.500 chambres d’hôtel» pour ses passagers en détresse.

«Mon avion devait décoller à 19h20 pour Venise, mais il a été annulé. On ne m’a pas donné de motif. Si tout va bien, j’espère pouvoir prendre un vol à 7 heures», a expliqué une Italienne, venue à Paris pour son travail. Un peu plus loin, Zakaria Talhaoui cherche quant à lui un médecin. Sa femme Malika est enceinte de six mois et demi et a des maux de ventre. «Nous sommes là depuis jeudi matin. On nous a dit que nous étions sur liste d’attente et que nous pourrions peut-être prendre un vol, mais sans nous donner d’horaire précis. C’est inadmissible!», a dénoncé cet habitant de Seine-Saint-Denis, qui doit se rendre avec Air France à Casablanca, au Maroc, pour le mariage de son frère. «Tout le monde se renvoie la balle, la compagnie, la direction de l’aéroport. On nous a fait marcher toute la journée dans l’aérogare sans prendre en considération le fait que je suis enceinte», a protesté sa jeune épouse de 25 ans, les larmes aux yeux.

A l’aéroport d’Orly, 560 vols sont prévus vendredi et l’objectif «devrait être atteint», a assuré en début d’après-midi le porte-parole de la DGAC. A la mi-journée, les vols à Orly enregistraient toutefois des «retards allant de 45 minutes à une heure en moyenne», selon une source aéroportuaire. Mais une journaliste de l’AFP présente sur place a constaté des annulations de vols (une dizaine sur la matinée sur les vols intérieurs, des court-courriers), ainsi que des retards pouvant atteindre parfois plusieurs heures. Ces perturbations sont uniquement liées à la neige, Orly disposant suffisamment de stocks de glycol, contrairement à Roissy. Roissy n’a d’ailleurs pas pu puiser dans les stocks d’Orly, leurs dégrivrants n’étant pas similaires: «Roissy et Orly utilisent des produits différents, indique ainsi le service de presse des Aéroports de Paris. Leurs systèmes d’application du produit sont également différents : Orly utilisent de petites machines tandis qu’Orly, des grosses». (Le Figaro-24.12.2010.)

** Des vents violents balayent le pourtour méditerranéen.

Vendredi matin, il neige de l’Alsace aux Alpes en passant par le Massif Central. Cette neige tient au sol, avec des accumulations de 1 à 5 cm pour l’instant.Météo Consult a p lacé 9 départments en alerte Orange, neige t et Verglas (Ain(01), Corrèze(19), Doubs (25), Jura (39), Lot (46), Haut-Rhin(68), Saône-et-Loire (71), Haute-Savoie (74), Territoire de Belfort (90)) et 50 autres en risque important.

Sur les régions s’étendant de l’Alsace à la Bourgogne jusqu’au Jura et aux Alpes du Nord, les chutes de neige persisteront tout au long de la journée. Elles seront généralement faibles, mais plus soutenues sur la Franche-Comté. En raison des températures négatives, cette neige tiendra très facilement au sol.De plus, le vent de nord à nord-est soufflera très fort et favorisera la formation de congères, compliquant encore les conditions de circulation.Une autre zone neigeuse active concernera jusqu’en début d’après-midi le Limousin et le nord de la région Midi-Pyrénées. Elle apportera de 5 à 10 cm de neige fraîche, puis ensuite les chutes faibliront un peu, tout en conservant un caractère persistant.

En cours de nuit, la neige faiblira toujours sur la façade est mais persistera encore pour votre réveillon de Noël. C’est seulement demain matin que les flocons prendront un caractère plus intermittent, avant de se limiter aux reliefs.

Des vents à 155 km/h au Cap Béar

Depuis plusieurs jours, les régions méditerranéennes étaient plongées sous les nuages, avec des pluies persistantes. Aujourd’hui, c’est surtout la tramontane qui souffle en tempête, alors que demain le mistral se renforcera sensiblement pour dépasser à son tour les 100 km/h. Ce matin, les valeurs sont remarquables sur l’Aude et les Pyrénées-Orientales, même si un coup de vent aussi puissant se produit plusieurs fois par an sur ces régions habituellement ventées.

Le ressenti est donc glacial, avec des températures qui ne dépassent 3 à 5°C, et des bourrasques plus de 100 km/h, soit un ressenti largement négatif.

» Toutes les prévisions (avec Météo Consult)

**La neige perturbe toujours les départs en vacances

À Roissy, 20% des vols ont été annulés jeudi. NKM craint par ailleurs une pénurie de liquide de dégivrage pour les avions.
À Roissy, 20% des vols ont été annulés jeudi. NKM craint par ailleurs une pénurie de liquide de dégivrage pour les avions.

Neuf départements sont placés en alerte orange par Météo Consult et des vols sont toujours annulés à Orly et Roissy.

coeur-La France est toujours partagée entre neige et pluies. Neuf département sont placés jeudi soir en alerte orange à la neige par Météo Consult, et 51 en risque important de neige et de verglas.

Les chutes de neige ont cessé sur le sud du département de la Seine-et-Marne alors qu’elles ont commencé à faiblir au nord. Mais d’assez fortes chutes de neige persistent sur une partie de l’Aisne, le nord de la Marne et les Ardennes. Les intensités sont de 1 à 2 cm par heure. Cette neige tient au sol en raison des températures négatives.

Par ailleurs, de fortes pluies continuent à toucher le sud-est (10 départements en risque important Précipitations selon Météo Consult). Les intensités moyennes de ces précipitations sont de 5 mm. D’autres pluies commencent à se renforcer sur l’ouest du Var et à faiblir à l’inverse partiellement de l’est du Var aux Alpes Maritimes.

 

 

Risque de crues locales dans le sud-est

Jeudi soir, les chutes de neige vont progressivement baisser d’intensité de l’Aisne aux Ardennes, avant de cesser en milieu de nuit. Parallèlement, des chutes de neige faibles commenceront à se développer en milieu de nuit près des côtes de la Manche. Elles ne devraient pas affecter le littoral en raison de la présence de températures positives. Dans les terres en revanche, ces chutes de neige pourraient tenir au sol sur des épaisseurs de 1 à 3 cm. Au cours de la nuit, la situation restera bien hivernale avec la persistance de faibles chutes de neige des régions du nord-est au bassin parisien puis en descendant vers le sud-ouest du pays. En fin de nuit, ces chutes de neige s’intensifieront au nord de la région Midi-Pyrénées.

Dans le Sud, les pluies continues et modérées persisteront en Lozère et à un moindre degré sur les départements limitrophes. Elles se maintiendront également sur le Var, les Alpes de Haute- Provence et l’ouest des Alpes Maritimes. S’y ajouteront en cours de nuit l’est des Bouches-du-Rhône et une partie du Vaucluse. Ces pluies prendront localement un caractère orageux, avec une lame d’eau pouvant dépasser 30 mm en quelques heures. Ces fortes précipitations associées à la fonte des neige au dessus de 1500 m provoqueront une élévation significative du niveau des cours d’eau et un risque de crues locales. Cet épisode d’importants cumuls de pluies prendra fin à 4 heures vendredi, avec l’éloignement de la dépression vers l’Italie.

Vendredi, l’épisode de neige près des côtes de la Manche prendra fin en matinée alors que de faibles chutes de neige, localement modérées, toucheront toutes les régions du nord-est au sud-ouest ainsi que la région Rhône-Alpes toute la journée. Les régions les plus exposées à des chutes de neige plus significatives et persistantes sont celles de Franche- Comté jusqu’en limite des régions Auvergne et Rhône-Alpes. Les chutes de neige d’intensités modérées persisteront sur ces régions jusqu’a samedi matin.

• Routes

Dans le département de la Marne, à quelques kilomètres de Reims, l’autoroute A4 a été coupée jeudi à la circulation sur six kilomètres en raison du verglas. Dans l’Aisne limitrophe, la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes a été interdite sur tous les axes routiers, y compris autoroutiers. Dans la Somme, quelques routes départementales ont également été coupées pour cause de poids lourds en portefeuille ou de déneigement en cours. Une dizaine de routes, principalement des départementales, ont également été fermées à la circulation dans les Ardennes.

En région parisienne, la préfecture de police a «fortement déconseillé à l’ensemble des usagers» de prendre le volant, «sauf impératif absolu». Mais jeudi est classé orange par Bison Futé dans le sens des départs en Ile-en-France (et vert ailleurs). La circulation des poids lourds a par ailleurs été restreinte en Seine-et-Marne, mais aussi sur la RN118 dans les deux sens entre les Ulis (Essonne) et le pont de Sèvres (Hauts-de-Seine), et sur l’A6 dans les deux sens de Corbeilles-Essonne (Essonne) à la limite de l’Ile-de-France.

Nathalie Kosciusko-Morizet a confirmé jeudi les inquiétudes sur de probables pénuries de sel pour les routes – révélées par Le Figaro – et de liquide de dégivrage pour les avions. «On manque (…) de glycol», ce produit «qui permet de dégivrer les avions», a-t-elle déclaré. «En fait c’est une entreprise qui fait ça à Fos (Bouches-du-Rhône), qui ne l’a pas fait pendant quelque temps et qui est en train de revenir à la production», a-t-elle détaillé, assurant qu’il «y en aura à nouveau lundi». «Sur les stocks de sel, c’est tendu mais il y a de la production et on a mis une dérogation par rapport à la circulation de poids lourds pour les camions transportant du glycol et du sel», a-t-elle ajouté. (Le Figaro-23.12.2010.)

******************* 

**Les ventes de Noël bloquées par la neige

Quelque 70% des hypermarchés Carrefour (ci-dessus, jeudi à Bercy, en région parisienne) ont organisé des ouvertures nocturnes au dernier moment.
Quelque 70% des hypermarchés Carrefour (ci-dessus, jeudi à Bercy, en région parisienne) ont organisé des ouvertures nocturnes au dernier moment. 

Victimes des intempéries depuis dix jours, les distributeurs font tout pour se rattraper d’ici à ce vendredi soir, à coups de promotions et d’ouvertures tardives. Ils auront du mal à rattraper leur retard, même la semaine prochaine. 

coeur-Branle-bas de combat chez Carrefour. Aujourd’hui comme jeudi, 70% des 231 hypermarchés de l’enseigne ont exceptionnellement ouvert dès 8h30, au lieu de 9 heures. Jeudi, ils ont fermé à 23 heures, au lieu de 22 heures.

Officiellement, il s’agit de «permettre aux clients de faire leurs courses de Noël ». En réalité, l’enjeu est de sauver le chiffre d’affaires de décembre. Un mois traditionnellement «compte double» dans la distribution alimentaire. Cette année, il a été cauchemardesque. Les intempéries ont désorganisé l’approvisionnement des magasins et dissuadé des clients de prendre leur voiture. Dès mi-décembre, Arnaud Mulliez, le président d’Auchan France, qui réalise près de 15 % de son chiffre d’affaires annuel en décembre, pronostiquait de piètres performances en raison des fermetures de magasins liées aux chutes de neige. «Tous les distributeurs espèrent pouvoir rebondir, déclarait-il. Mais en alimentaire, ça va être difficile de compenser.» Chez Système U, les conséquences des fermetures et des ruptures de stocks ont été lourdes la semaine dernière. Depuis, la situation est suivie d’heure en heure. «On s’adapte comme on peut», indique un porte-parole

Dans l’univers du jouet, qui réalise entre 50% et 75% de son chiffre d’affaires pendant la saison de Noël, la neige a douché les espoirs. «Nous nous attendons à une croissance avoisinant les 2,5% pour l’ensemble de 2010», prévoit Frédérique Tutt, analyste chez NPD, contre plus de 3% prévus initialement.

Même le commerce en ligne est touché 

Pour limiter la casse, King Jouet offre depuis une semaine à tous ses clients un bon d’achat de 50 euros à utiliser en 2011. «Quand on a compris que la part du gâteau serait plus petite, on a voulu préserver notre budget prévisionnel, explique Sébastien Pingault, directeur achats marketing. D’ici à ce soir, une dizaine de milliers de clients en auront bénéficié.» King Jouet espère ainsi terminer la saison à +0,5%, contre +2% prévus au départ.

«Cela sera très difficile de rattraper le retard, tout dépendra de la semaine prochaine», selon Franck Mathais, porte-parole de La Grande Récré, deuxième enseigne spécialisée en France, qui parie sur un «effet étrennes». «Nous continuons à faire entrer de la marchandise, comme les toupies Beyblade d’Hasbro. Les clients se passent le mot, ça peut créer une dynamique de dernière semaine. »

«Heureusement, les épisodes neigeux n’ont pas duré plus de douze heures, ce qui n’a fait que décaler les livraisons, sans compromettre l’activité », explique Dominique Carlier, le patron de la logistique d’Auchan. Trois régions ont été fortement touchées : l’Ile-de-France, le Nord-Pas-de-Calais et la Normandie. Par ricochet, le fait que la région parisienne soit une zone de transit pour de nombreuses marchandises venues de l’Ouest, comme la volaille ou la marée, a eu un impact sur les livraisons dans l’Est. «Jusqu’à présent, on a toujours réussi à rattraper notre retard. Mais les prochaines vingt-quatre heures vont être cruciales» , indiquait jeudi Dominique Carlier.

Tous les commerçants attendent ce soir pour dresser un premier bilan. Il risque d’être très contrasté. Les hypers et centres commerciaux de périphérie sont victimes d’une désaffection des clients. Dans les commerces de centre-ville, où les consommateurs se rabattent pour faire leurs achats in extremis, l’histoire n’est pas la même.

Les grands magasins ont bénéficié d’un double effet : la proximité et la possibilité de grouper tous ses achats. À l’inverse, les grands centres commerciaux régionaux ont beaucoup souffert. Des baisses de fréquentation allant jusqu’à 25% sont évoquées. «C’est un cauchemar depuis le 8 décembre, reconnaît le directeur régional de Nature et Découvertes. À Parly 2, les clients ne sont toujours pas là. On ne récupérera pas le chiffre d’affaires perdu.»

Même chez les cybermarchands, après l’envolée des commandes ces quinze derniers jours, l’activité s’est très fortement ralentie, en raison des craintes que font peser les intempéries sur les délais de livraison. «Par sûreté, les clients préfèrent se rabattre sur le commerce physique», indique un vendeur en ligne. Un comble. (Le Figaro-23.12.2010.)

 

**Les produits phares du dîner de Noël 2010

Au pavillon des viandes, chapons et poulardes ne font leur apparition que pendant les fêtes.
Au pavillon des viandes, chapons et poulardes ne font leur apparition que pendant les fêtes. 

À Rungis, le plus grand marché de gros européen, les commerçants rivalisent d’imagination avant les fêtes.  

coeur-Chapons, huîtres, foie gras, fruits exotiques sans oublier le traditionnel sapin. Les étals de Rungis regorgent de mets et ornements raffinés, annonçant l’arrivée de Noël et ses repas festifs. Au pavillon «la Marée» qui donne le coup d’envoi du plus grand marché de gros européen dès 2 heures du matin, c’est l’effervescence. L’approche de la trêve des confiseurs se traduit par un doublement d’activité. «En décembre, il s’est vendu chaque jour 500 tonnes de poisson et de crustacé , souligne Marc Spielrein, président de la Semmaris, la société gestionnaire de Rungis. Pour les ostréiculteurs, cela représente 40% de leur activité annuelle», poursuit-il. Toutefois, les mareyeurs sont inquiets. Cette année, ils subissent pour la première fois les contrecoups de la mortalité estivale des naissains décimés par une maladie virale. Il faut deux années pour que l’huître soit consommable. Pour le reste, langoustes, saumons fumés et homards figurent toujours parmi le trio de tête des produits les plus consommés. On remarque une nouveauté cette année: l’apparition du bar bio qui vient compléter la gamme existante avec la dorade et la crevette. Toutefois, ces produits sont peu développés. «Cela représente à peine 5% de notre activité mais nous permet d’atteindre une clientèle en plein essor qui ne se limite plus à quelques bobos parisiens», ironise Éric Achard, directeur général des établissements Reynaud.

Noël rime aussi avec fruits exotiques. A Rungis, on trouve des fruits de la passion en provenance de Thaïlande, des cerises du Chili ou des fraises de Palestine.
Noël rime aussi avec fruits exotiques. A Rungis, on trouve des fruits de la passion en provenance de Thaïlande, des cerises du Chili ou des fraises de Palestine.

Au pavillon des viandes, certains produits à poils ou à plumes ne font leur apparition que pendant les fêtes. C’est le cas des gibiers tels les cuissots de chevreuils ou de sangliers que l’on peut trouver pour 9 euros le kilo, prix grossiste. De même pour les chapons ou les poulardes. «Contrairement aux poissons, nous vendons le même volume de volailles à Noël, mais nous les parons d’habits de fête», résume Philippe Stisi, porte-parole de la Semmaris. Le foie gras est lui aussi le grand classique de cette période avec des fantaisies comme le foie gras au kirsch ou au pain d’épice. «En décembre, nous vendons 60 tonnes de foie gras, soit près de 40% du volume annuel», indique Gino Catena, négociant au pavillon de la volaille. Côté légumes, le crône, petit nodule très croustillant, est le produit de circonstance. «Il n’y en a qu’en décembre et son prix grossiste varie entre 16,50 et 18 euros le kilo», explique Jean-François Chemouni. Au marché, le consommateur le retrouvera entre 22 et 24 euros le kilo. Enfin, pour ceux qui recherchent un peu de chaleur en cette période glaciale, Noël rime aussi avec fruits exotiques, à Rungis où l’on trouve des fruits de la passion en provenance de Thaïlande, des cerises du Chili ou des fraises de Palestine. Tous «CO2 compatibles»!

 Les quantités disponibles d'huîtres matures ont baissé cet hiver de 40% en moyenne. (Crédits photo : Le Figaro)

Les quantités disponibles d’huîtres matures ont baissé cet hiver de 40% en moyenne.

L’huitre, rare et chère

L’huître se fait rare. Depuis deux étés consécutifs, les naissains des élevages français mais aussi des voisins européens sont décimés par un virus -herpès- non transmissible à l’homme. Résultat: les quantités disponibles d’huîtres matures ont baissé cet hiver de 40% en moyenne. «Si ce phénomène se poursuit, nous serons au chômage dans trois ans», s’inquiète Jean-Pierre Blanc, mareyeur à Rungis. Conséquence: en un an, les prix ont augmenté de 30 à 50% pour les numéros trois et quatre, huîtres de taille moyenne, les plus demandées.

L’arrivée du bar bio

Depuis quelques semaines, le bar bio a fait son apparition dans les allées de Rungis. Pour avoir ce label, il faut respecter tout un cahier de charges. «La qualité des eaux, la nourriture, le conditionnement et le transport du poisson» font la différence, explique Franck Petiniot, vendeur aux établissements Reynaud. «C’est du haut de gamme similaire à de la pêche de ligne. Visuellement et gustativement je mets quiconque au défi de pouvoir faire la différence», ajoute-t-il. Principal avantage de ce produit bio: il pallie la rareté du bar de ligne, de plus en plus difficile à trouver. Mais il a un coût: il s’achète 20 à 30% plus cher que le bar d’élevage «classique».

La poularde façon pintade

C’est la grande nouveauté du rayon volailles. «Nous lançons cette année la poularde de pintade», sourit Gino Catena, l’un des grossistes chevronnés du pavillon. Techniquement, une poularde est l’équivalent féminin du chapon, c’est-à-dire une femelle stérilisée. Un principe jusque-là appliqué à la poule et décliné cette fois-ci à la pintade. «Gustativement, c’est un petit peu plus grassouillet et tendre. La poularde de pintade a l’avantage de ne pas être trop grosse et convient donc très bien à quatre ou cinq personnes», explique M. Catena. (Le Figaro-10.12.2010.)

**La solitude, un mal discret partagé par 4 millions de Français

Grande cause nationale 2011, la solitude touche un Français sur dix, selon la Fondation de France. Micheline, 65 ans, s’est confiée à Libération.fr.

Un Français sur 10 souffre de grande solitude, selon une étude de la Fondation de France.

Un Français sur 10 souffre de grande solitude, selon une étude de la Fondation de France. «Pouvez-vous imaginer ce que ça fait, de ne voir absolument personne pendant un mois?» Micheline Pierre, 65 ans, semble ne pas y croire elle-même. C’était pendant les grandes vacances. Comme elle se déplace difficilement, elle sort très peu du 12e étage de sa «tour» de Colombes (Hauts-de-Seine). L’épicier, qui envoie d’habitude ses enfants pour lui livrer de la nourriture, était fermé. Pendant trois semaines, elle n’a pas mangé.

Voilà dix ans qu’elle s’est peu à peu laissée envahir par cette solitude. Avant, elle était «très famille», avait un mari, deux enfants, un travail dans un cabinet de notaire. Puis elle a divorcé, a pris sa retraite, ses parents et son frère sont morts, ses enfants sont partis en Ecosse et dans le Sud de la France. Tous ses liens ont fini par s’étioler. «Quand j’ai eu des problèmes d’argent, je suis descendue d’un étage… Mes collègues et mes amis ont lâché le contact.»

Il y a quelques mois, Micheline est passée au JT de TF1. Elle a alors reçu une quinzaine de lettres de ses anciennes relations, qui n’avaient pas donné de nouvelles depuis dix ans. «Comme je suis passée à la télé, ils ont dû penser que j’étais devenue riche, fréquentable… Mais le lendemain, tout redevient aussi vide.»

Le plus insupportable, pour Micheline, est cette indifférence ordinaire qu’elle ressent dans l’ascenseur, dans la rue, dans les commerces. «Quand je sors, les voisins me disent à peine bonjour, pas un sourire. Je prend le taxi, mais ils ne discutent plus, ils écoutent la radio. A la banque, on me demande ma carte d’identité… ou on parle à des machines.»

«L’esprit de Noël»

Lorsqu’elle s’est cassée le bras, elle est restée près de deux heures par terre devant chez elle. Les voisins ont fini par l’entendre et appeler les secours, mais ils ne sont pas monté la voir. «La solitude, il faut vraiment y passer pour comprendre ce que c’est: pas de coup de fil, personne qui sonne à la porte, plus personne qui vous regarde. Je comprend que certains en arrivent au suicide.»

« A Noël, je suis tellement dégoûtée que je me mets dans mon lit, devant la télé. Quand ça ne va vraiment pas, je prends un antidépresseur et je dors, beaucoup.» Depuis dix ans, les fêtes de fin d’année sont particulièrement difficiles à traverser. Pour Micheline, les gens ont perdu «l’esprit de fête de Noël». Elle se souvient de ses réveillons avec toute sa famille et sa belle-famille, parfois même le prêtre, qui venait chez elle en compagnie de vieilles dames seules. Du sapin, de la crèche, de la dinde. «A l’époque, ça aurait été une honte si je n’avais pas invité ma mère à Noël ou si je l’avais mise en maison de retraite. Aujourd’hui, les gens ne peuvent plus se passer de foie gras… Mais de leur famille, si!»

Cette année, les choses ont changé. Ce 24 décembre, Micheline fête le réveillon avec les bénévoles de la société Saint-Vincent de Paul. «Et pas seulement des personnes âgées: il y a des gens de 40, 50 ans qui sont seuls aussi!», s’étonne-t-elle.

L’association porte, avec 24 autres, la «grande cause nationale» de l’année 2011. Son président, Bruno Dardelet, entend «sensibiliser la France à plus de fraternité. Nous avons perdu le lien social. Alors qu’il suffit d’un geste, d’un sourire, de quelques mots pour donner un peu de bien-être à une personne seule.» (Libération-22.12.2010.)

**Grande solitude, cause nationale 2011 en France

Selon une étude de la Fondation de France :

Un Français sur 10 souffre de grande solitude, c’est-à-dire qu’il n’a pas ou quasi pas de relations sociales avec autrui.

Un Français sur 4 est en situation de « précarité relationnelle », c’est-à-dire qu’il n’a accès qu’à un seul réseau social (travail, famille, amis, etc.).

Un Français sur 3 n’a pas de contact avec sa famille

Un Français sur 5 n’a pas ou quasi pas d’amis

Une personne en emploi sur 5 n’a pas de relations sociales au travail

Pour Marie-Chantal Doucet, sociologue et auteur de « Solitude et sociétés contemporaines  – Une sociologie clinique de l’individu et du rapport à l’autre », les liens sociaux traditionnels s’affaiblissent : « Les échanges, il y a à peine quarante ans, étaient encadrés dans des structures stables à forte teneur symbolique. Les liens familiaux, le voisinage et plus largement la communauté prenaient plus d’importance que l’individu. On parle aujourd’hui d’une individualisation croissante de la vie quotidienne qui s’étend à la société tout entière. »

9 % des 40-49 ans souffrent de grande solitude.

La solitude est donc loin de toucher seulement les seniors. François de Singly, sociologue et auteur de « Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien », souligne que « les personnes âgées sont plus isolées du fait de la retraite et donc du retrait d’un pourvoyeur principal de lien social qu’est le travail. Mais de plus en plus de jeunes ne trouvent pas de travail, ou ont des travaux précaires, six mois ici et trois mois là. (…) La croissance de la précarité tend à accroître l’isolement. »

9 personnes seules sur 10 ne fréquentent pas les réseaux sociaux sur Internet.

François de Singly : « La représentation idéale du lien sociale est celle de l’interaction en face à face. Internet n’a pas, pour le moment, détrôné cette image. En fait, il soutient surtout les personnes qui ont déjà de nombreuses relations dans la vie quotidienne, et qui peuvent ainsi gérer leurs liens, les multiplier à souhait. (…) Le problème de la solitude est qu’elle s’apprend, et donc que les personnes peuvent perdre l’habitude de nouer des liens aussi bien sur Internet que dans la vie ordinaire. »

Les résultats ne varient pas entre urbains et ruraux.

Pour cause, selon François de Singly, « La grande ville offre la possibilité d’avoir des liens plus libres (…) et peut aider à une certaine émancipation. Mais elle assure ce service en augmentant l’anonymat. »

Par contre, les personnes qui ont un niveau de vie plus faible sont plus fragiles vis-à-vis de la solitude.

3/4 des sondés estiment que les pouvoirs publics ne font pas assez d’efforts pour lutter contre ce fléau (selon un sondage TNS-Sofres paru en octobre).
****************************

 Pourquoi il fait si froid cet hiver en Europe?

**Le pôle Nord se réchauffe, l’Europe se refroidit

Les quais des bouquinistes à Paris couverts de neige depuis lundi. Plusieurs spécialistes estiment qu'il va désormais falloir s'habituer à des hivers rigoureux.
Les quais des bouquinistes à Paris couverts de neige depuis lundi. Plusieurs spécialistes estiment qu’il va désormais falloir s’habituer à des hivers rigoureux. 

Selon certains scientifiques, la fonte de la banquise arctique serait responsable des basses températures sous nos latitudes. 

coeur-Bis repetita. Les hivers se suivent et se ressemblent. La neige et le froid paralysent l’Europe en cette fin décembre et, comme l’hiver dernier, font sourire tous ceux qui doutent fort de l’existence d’un changement climatique. Mais de leur côté, certains chercheurs persistent et signent. C’est même le réchauffement particulièrement marqué dans l’Arctique qui serait la cause de la chute du thermomètre sous nos latitudes. Une théorie qui nécessite toutefois d’être confirmée.

La fonte de la banquise dans l’Arctique est particulièrement importante depuis quelques années: de 20 à 30% selon les estimations. Cette diminution de la glace de mer fait évoluer le phénomène bien connu dit de l’albédo: en été, les rayons du soleil qui, en temps normal, étaient renvoyés par la glace, sont désormais absorbés dans la noirceur de l’océan du fait de la réduction de la banquise.

«Mettons que l’océan soit à zéro degré, explique Stefan Rahmstorf interrogé par l’Agence France-Presse. Il est ainsi beaucoup plus chaud que l’air polaire dans cette zone en hiver. Vous avez alors un important flux chaud qui remonte vers l’atmosphère que vous n’avez pas quand tout est recouvert de glace. C’est un changement énorme», estime le chercheur spécialiste du climat à l’institut Postdam en Allemagne. Les conséquences seraient un système de hautes pressions qui pousserait l’air polaire vers l’Europe.

Sur la base de ce raisonnement, plusieurs spécialistes estiment qu’il va désormais falloir s’habituer à des hivers rigoureux dans nos pays. Mais attention, prévient Robert Vautard, le directeur du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, «l’évolution projetée par les modèles du Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ne montre pas de refroidissement sur l’Europe à l’échelle du siècle. On ne sait pas encore suffisamment bien modéliser les interactions de l’atmosphère avec la glace de mer. Il va falloir encore un certain nombre d’études avant que l’on puisse éventuellement confirmer cette hypothèse».

S’il continue ainsi de faire anormalement chaud au pôle en contraste avec nos régions, il n’est pas besoin de regarder aussi loin pour voir des écarts marqués de températures. Ainsi la France sert-elle en ce moment de frontière entre les masses d’air chaud qui remontent du sud et le froid qui nous vient du Grand Nord. «La limite entre l’air froid et l’air doux se maintient dans la moitié nord de l’Hexagone, explique Météo-France. Les perturbations qui se succèdent ainsi décalent la frontière entre les masses d’air alternativement vers le nord ou vers le sud.»

Il était caractéristique hier de voir des habitants grelotter dans le nord du pays et d’autres plus au sud bénéficier de températures particulièrement clémentes. Le contraste était saisissant entre le 0 °C à Rouen ou le 1°C à Lille, et des villes comme Ajaccio, Lyon ou Saint-Jean-de-Luz qui affichaient respectivement 22, 16 et 19°C. Les scientifiques soulignent également que ces hivers froids sur le nord de l’Europe ne reflètent pas la tendance globale dans le reste du monde. Au cours de la décennie 2001-2010, les températures mondiales ont été en moyenne 0,43°C supérieures à la normale calculée pour la période 1961-1990, «soit le chiffre le plus haut jamais constaté pour une période de dix ans», écrit l’OMM (Organisation météorologique mondiale). 2010 devrait d’ailleurs être la troisième année globalement la plus chaude depuis 1850, précise encore l’OMM. Mais le classement définitif de toute l’année ne paraîtra que début 2011, une fois que les données relatives aux mois de novembre et décembre seront disponibles. (Le Figaro-23.12.2010.)

 

****







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café