Infos internationales.3

13122018

**Au TOGO, le troc est une affaire de respect des traditions qui perdure aussi par nécessité

Au marché de Togoville, le troc est roi, pas l’argent

Infos internationales.3 rss_1544625099_4d687ea822fb50b39bf78d2458fa8bbb2b6773b2_0

Debout au milieu du marché de Togoville, l’émissaire Alohou Papa souffle de toutes ses forces dans un sifflet: « Il est 9H. Le chef du village m’envoie vous annoncer que les échanges peuvent maintenant démarrer. Pas de disputes et pas de provocation! »

Tous les samedis sur les rives du lac Togo, à 65 km à l’est de Lomé, la bourgade accueille l’un des derniers marchés de troc en Afrique de l’Ouest, une tradition ancestrale.

Toute transaction monétaire est prohibée sur la petite place publique de ce haut lieu de la religion vaudoue, où se pressent commerçants, pêcheurs et cultivateurs des villages de la région.

A « Togossimè », qui signifie « marché du Togo » en langue locale Ewé, on échange toutes sortes de marchandises, mais les plus prisées sont les céréales, le poulet, le poisson et les fruits de mer.

« Togoville est un village conservateur. Autrefois, nos parents vivaient des produits de la terre et de la mer. Ils s’échangeaient ces produits et vivaient dans une parfaite ambiance », raconte Simon Tovor, conseiller spécial du roi Mlapa VI, également chef de canton.

« Pour ne pas perdre les traces de nos grands-parents, nous avons jugé bon de préserver cette pratique. Il faut montrer aux enfants la manière dont nos parents ont vécu », ajoute-t-il.

Togoville compte 10.000 habitants. Cette ancienne capitale ayant donné son nom au pays semble figée dans le temps et continue à vivre au rythme du lac et des saisons de la pêche, principale richesse locale.

C’est là qu’en 1884 le roi Mlapa III de Togoville signa un traité de protectorat avec l’Allemagne, bien avant que le Togo ne devienne une colonie française. 

Pour rejoindre Togoville depuis Lomé, l’actuelle capitale, il faut contourner le lac Togo en empruntant une vieille route parsemée de nids-de-poule, si bien qu’aujourd’hui encore, la bourgade reste plus facilement accessible en pirogue.

- Cherté de la vie -

 A Togoville, le troc n’est pas qu’une affaire de respect des traditions: il perdure aussi par nécessité. 

Près de la moitié des 8 millions de Togolais vivent sous le seuil de pauvreté et souffrent de l’inflation qui renchérit le coût de l’alimentation. Dans les villages reculés, tous n’ont pas assez d’argent pour acheter des produits de base.

Les commerçants « apportent les chaussures, les costumes, les boissons », raconte James Dotse, un chef local. En échange, « nous donnons les (produits des) cultures qui réussissent bien chez nous, c’est-à-dire le maïs et le haricot ».

Parmi les clients qui sont aussi, de fait, vendeurs, une petite fille de 10 ans a « quitté la maison avec du maïs et du gari pour venir les échanger contre du poisson ». « Je ne viens pas souvent au marché », confie Edola, seulement « quand j’ai un peu faim ».

Sur le marché, la plupart des affaires se concluent en plein air, sous une chaleur écrasante. Seuls deux petits hangars en piteux état servent d’abris à quelques femmes.

Les autres étalent leur marchandise sur la terre poussiéreuse. Les vendeuses ambulantes, enroulées dans des pagnes colorés, se frayent habilement un chemin à travers la foule, trouvant l’équilibre malgré les lourdes cargaisons qu’elles portent sur la tête.

Atsupi Fiodjio vient ici tous les samedis depuis plus de 25 ans. Assise sur une brique, cette commerçante originaire d’un village voisin propose des poissons fumés.

« Je viens chaque samedi avec deux ou trois grands paniers de gros poissons fumés et je rentre chez moi en fin de journée avec au moins trois sacs de maïs, de haricot et de voandzou (sortes de gros haricots jaunâtres) », explique-t-elle.

« Je les revends dans notre marché où ces céréales s’écoulent très rapidement car la population est en majorité constituée de pêcheurs. On ne cultive rien », explique Mme Fiodjio, entourée d’une dizaine de clients.

Quelques mètres plus loin, Jeannette Tengué, assise à même le sol devant son étal, vante les qualités de ses petits poissons fumés ou séchés: « Je n’accepte que les céréales, surtout le maïs et le riz, sans oublier la farine de manioc. Ainsi, je fais mes stocks pour toute la semaine pour ma famille ». – .slateafrique.- mercredi 12 décembre 2018

************************************************

Au Maroc, les producteurs de safran bataillent contre les contrefaçons

rss_1545047166_855488f1ad9ff2d5b192314875db2c0fdc121e09_0

*Les agriculteurs marocains ont produit 6,8 tonnes de safran en 2018

*Cette petite fleur mauve aux pistils rouges est payée cinq euros le gramme

*Cette petite fleur mauve aux pistils rouges est un trésor qui suscite bien des convoitises: les producteurs de safran de la région de Taliouine, dans le sud du Maroc, tentent de protéger leur épice rare et précieuse face aux contrefaçons.

Producteur local, Brahim Afezzaa est très attaché à la valeur de sa récolte, protégée par un label d’Appellation d’origine protégée (AOP). « Le safran pur de Taliouine est le meilleur au monde, selon les experts« , va-t-il même jusqu’à affirmer, ce que contesteraient à coup sûr d’autres producteurs, notamment en Iran, le champion mondial de la production de safran.

Mais ce Marocain de 51 ans regrette que des produits de « contrefaçon » soient commercialisés en usurpant l’appellation « Taliouine », sans respect des critères stricts de qualité imposés par le label AOP.

Au pied des cimes enneigées du mont Toubkal, les méthodes de culture n’ont guère changé depuis des siècles: à la saison de la cueillette, des travailleuses agricoles s’emploient dès l’aube à ramasser à la main les petites fleurs qu’elles posent minutieusement dans des paniers en tiges de roseaux. Une fois séchés et triés, les stigmates du pistil donneront le safran, l’épice la plus chère au monde, très prisée par les chefs étoilés.

Sara, une Belge trentenaire, a profité de vacances au Maroc pour découvrir le safran de Taliouine vanté dans les guides touristiques. Dans son pays, elle paye cette épice cinq euros le gramme mais, « en Belgique, on n’est pas vraiment sûr qu’elle soit pure », confie-t-elle pendant une journée d’initiation chez un producteur local.

- « Fierté » -

Dans la région de Taliouine, on s’en sert surtout pour pimenter les tajines de poulet. Mais « beaucoup préfèrent vendre le safran pour subvenir à leurs besoins », explique Driss, un acteur du monde associatif âgé de 24 ans.

Principale richesse de la cité berbère de Taliouine, le safran y fait vivre près de 1.500 familles. Et la contrefaçon « nuit à l’image de cette culture transmise de père en fils qui fait notre fierté », s’insurge Driss.

L’enjeu financier n’est pas anodin pour le Maroc, quatrième producteur mondial de cette épice derrière l’Iran, l’Inde et la Grèce, selon une étude de l’institut FranceAgriMer publiée en 2013.

La fleur de crocus sativus exige des conditions climatiques drastiques (été chaud, hiver froid et humide) et se cueille de mi-octobre à mi-novembre, pendant seulement deux à trois heures par jour, à l’aube, avant qu’elle ne s’ouvre.

Brahim Afezzaa vante les multiples débouchés du safran: « On l’utilise en pharmacie contre le froid et les douleurs d’estomac, en cuisine, en cosmétique… »

Sa rareté, sa culture particulièrement lente et difficile et ses vertus expliquent son prix élevé, alors qu‘il faut environ un kilo de fleurs pour obtenir 12 grammes d’épice.

- Colorants et débris -

Au Maroc, le safran certifié AOP se négocie en moyenne autour de trois euros le gramme, selon les informations obtenues auprès de Dar Safran (La Maison du Safran), qui regroupe 25 coopératives locales et défend l’AOP de Taliouine.

Mais les produits de contrefaçon « peuvent descendre à moins d’un euro le gramme au célèbre marché Derb Omar de Casablanca », souligne Ismaïl Boukhriss, directeur de Dar Safran.

L’ampleur de la contrefaçon n’est pas chiffrée, mais on sait que les possibilités de fraude sont multiples. La poudre pure peut facilement être mêlée à des colorants chimiques, à du safran de mauvaise qualité ou à des débris d’autres plantes, comme du maïs, expliquent des producteurs locaux.

Interrogé par l’AFP, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), qui contrôle notamment la qualité des produits agricoles, confirme que des « non-conformités » ont été décelées lors de contrôles « sur des safrans vendus en vrac ou dans des emballages ne portant aucune indication d’étiquetage ». À savoir: teneur trop faible en principes actifs (pigments et arômes) et présence « dans certains échantillons, de matières étrangères et de colorants artificiels ».

- Contrôle -  

Les adhérents de Dar Safran, eux, soumettent leur précieuse récolte à différents tests: mesure du taux d’humidité, concentration des composants qui donnent le goût, couleur et odeur de l’épice. Obtenir le label AOP nécessite le feu vert d’un laboratoire spécialisé.

Le directeur de Dar Safran aimerait bien que le marché informel soit soumis « au même contrôle ».

L’ONSSA invite les commerçants à « n’acheter que des produits emballés et étiquetés issus d’établissements agréés et autorisés » par ses services. Et précise que le safran destiné à l’export est soumis « à la certification sanitaire à la demande de l’exportateur quand c’est exigé par le pays de destination ».

Mais beaucoup de safran frelaté circule au Maroc.

Pour Lahcen, le producteur qui accueille les touristes belges dans sa maison au bord d’un champ de safran, « les intermédiaires sont les premiers responsables de la fraude ». « Il faudrait leur imposer de lourdes amendes », suggère-t-il.

Selon lui, certains petits producteurs préfèrent passer par ces intermédiaires quitte à brader leur produit, pour éviter les délais de paiement pratiqués par les coopératives. Or le risque de fraude augmente quand le circuit passe par le réseau informel de marchands ou de courtiers, souligne le directeur de Dar Safran, Ismaïl Boukhriss.

Le royaume a produit 6,8 tonnes de safran en 2018, pour 1.800 hectares cultivés, selon les chiffres du ministère de l’Agriculture. Dont plus de 90% à Taliouine et chez sa voisine Taznakht.*Slate – luni 17 décembre 2018

**************************************************

*Ports africains: le groupe Bolloré mis en examen pour « corruption »

rss_1544668355_b16ec4fc5626f33ce0e5764a3c089e16bb07feeb_0

Six mois après la garde à vue du milliardaire Vincent Bolloré, sa holding a été mise en examen à son tour mercredi dans l’enquête sur des soupçons de corruption dans le cadre de l’obtention de concessions portuaires en Afrique de l’Ouest, a annoncé le groupe.

« La holding Bolloré SA, qui n’est en rien concernée par les faits objets de l’investigation, a décidé d’exercer un recours afin d’être mise hors de cause », s’est-elle défendue dans un communiqué annonçant l’information.

Le 25 avril, l’homme d’affaires de 66 ans avait été mis en examen dans ce dossier, après deux jours de garde à vue dans les locaux de la police anticorruption, une procédure rarissime pour un chef d’entreprise aussi influent. Deux de ses proches collaborateurs avaient été mis en examen le même jour.

Mercredi, les juges d’instruction Serge Tournaire et Aude Buresi ont procédé à la mise en examen attendue de la holding, pour les mêmes qualifications que son patron - »corruption d’agent étranger » ainsi que complicité d’ »abus de confiance » et de « faux et usage de faux » – selon Me Olivier Baratelli, l’avocat du groupe et de M. Bolloré joint par l’AFP.

« C’est la suite logique, sans aucun élément nouveau à la procédure depuis le mois d’avril, afin que la société ait accès au dossier », a-t-il déclaré.

Les juges d’instructions du pôle financier du tribunal de Paris soupçonnent le groupe Bolloré d’avoir utilisé les activités de conseil politique de sa filiale Havas afin de décrocher la gestion des ports de Lomé, au Togo, et de Conakry, en Guinée, via une autre de ses filiales, Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV.

SDV a obtenu la gestion du port de Conakry quelques mois après l’élection d’Alpha Condé fin 2010, et avait remporté la concession à Lomé peu avant la réélection en 2010 au Togo de Faure Gnassingbé, qui étaient alors tous deux conseillés par Havas.

- « Je privilégie les amis » -

S’appuyant en particulier sur les documents retrouvés lors des perquisitions de 2016 au siège du groupe Bolloré, les magistrats soupçonnent Havas d’avoir sous-facturé ses services rendus aux deux candidats victorieux pour obtenir, en contrepartie, la gestion des concessions portuaires.

A chaque fois, la désignation de SDV a entraîné une bataille judiciaire avec les anciens gestionnaires. S’agissant de Conakry, le français Necotrans avait, dès mars 2011, déposé une plainte pour « corruption internationale », rapidement classée sans suite par le parquet de Paris.

Bolloré avait fini par être condamné en 2013 à Nanterre à verser plus de 2 millions d’euros à Necotrans. Le groupe avait toutefois été placé en redressement judiciaire en juin 2017 avant d’être racheté par Bolloré.

Les soupçons sur les activités africaines de Vincent Bolloré ont par ailleurs été nourris par les plaintes d’un de ses anciens associés, le Franco-Espagnol Jacques Dupuydauby, qu’il avait évincé du port de Lomé en 2009 et attaqué en justice avec succès.

Dans cette affaire, le directeur général de Bolloré, Gilles Alix, est mis en examen pour les mêmes qualifications que son patron et que le groupe. Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international d’Havas est lui poursuivi pour « abus de confiance » et « faux et usage de faux ».

Le groupe Bolloré avait déjà « formellement » contesté avoir commis des irrégularités en Afrique où il gère 16 terminaux portuaires.

« Les concessions obtenues au Togo l’ont été en 2001, bien avant l’entrée du groupe dans Havas, et en Guinée, en 2011, à la suite de la défaillance du n°1 (le groupe étant arrivé en seconde position lors de cet appel d’offres), défaillance constatée avant l’élection du président », avait fait valoir le groupe lors de la garde à vue de ses dirigeants au printemps.

« Bolloré remplissait toutes les conditions d’appel d’offres. C’est un ami, je privilégie les amis. Et alors ? », s’était justifié pour sa part en 2016 le président Alpha Condé auprès du journal Le Monde.*.slateafrique.- jeudi 13 décembre 2018

***************************************

Cinq Rwandais renvoyés devant la justice belge pour « crime de génocide » en 1994

Cinq Rwandais accusés d’avoir pris part au génocide de 1994 dans leur pays ont été renvoyés devant la cour d’assises de Bruxelles pour « crime de génocide » et « crimes de guerre », a annoncé mercredi le parquet fédéral belge.

« C’est la première fois qu’une cour d’assises belge aura à connaître de faits qualifiés de crime de génocide », précise le parquet dans un communiqué.

Quatre procès relatifs au génocide rwandais s’étaient déjà tenus en Belgique, l’ancienne puissance coloniale, entre 2001 et 2009, mais ils ne concernaient que des faits de « crimes de guerre », est-il rappelé.

Fin 2009, Ephrem Nkezabera, surnommé le « banquier du génocide », avait été condamné à 30 ans de réclusion par la cour d’assises de Bruxelles.

La même cour d’assises avait déjà condamné à de lourdes peines deux religieuses, un universitaire et un industriel rwandais en 2001, deux commerçants du nord du pays en 2005, puis un ex-major en juillet 2007.

Deux nouvelles procédures concernant au total cinq personnes ont depuis été ouvertes devant la justice belge, à la suite d’arrestations survenues notamment en 2011.

En mars 2011, deux hommes d’origine rwandaise avaient été arrêtés en Belgique et inculpés de « crime de génocide », « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » pour leur rôle présumé dans le génocide.

Selon le journal rwandais New Times, il s’agissait d’Ernest Gakwaya, dit « Camarade », et d’Emmanuel Nkunzuwimye, dit « Bomboko ».

Un mois plus tard, en avril 2011, c’est un ancien magistrat rwandais, Mathias Bushishi, recherché par Interpol pour sa participation au génocide de 1994, qui avait été arrêté et incarcéré à Bruxelles.

Mercredi, le parquet fédéral n’a évoqué les cinq accusés renvoyés aux assises qu’avec des initiales, sans dévoiler les identités.

Selon ce communiqué, « E.G. » est « renvoyé pour crime de génocide et crimes de guerre (meurtres et viols) », « E.N » pour « crime de génocide et crimes de guerre (meurtres, tentatives de meurtre et viol) ».

Enfin « M.B. » devra répondre de « crime de génocide et crimes de guerre (meurtres et tentative de meurtre) ».

Le génocide rwandais a fait environ 800.000 morts, selon l’ONU, essentiellement des membres de la minorité tutsi.*.slateafrique.- mercredi 12 décembre 2018

****************************************

Un patron du football centrafricain et ex-milicien arrêté en France pour crimes de guerre

rss_1544639482_530c90ec8fafeea5426c5df24950ee522b7b0d37_0

Un ex-chef de milice centrafricaine et figure de proue des autorités du football africain a été arrêté mercredi en France pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a annoncé la Cour pénale internationale (CPI).

« M. Patrice-Edouard Ngaïssona a été arrêté par les autorités de la République française conformément à un mandat d’arrêt » délivré par la Cour en décembre 2018, a indiqué la CPI dans un communiqué.

« Nous avons été informé de cette arrestation il y a très peu de temps. La CPI a son fonctionnement, j’imagine qu’ils ont estimé avoir une opportunité pour le faire », a déclaré à l’AFP Ange-Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement centrafricain.

Brièvement ministre des Sports en Centrafrique, M. Ngaïssona est poursuivi pour sa responsabilité pénale présumée dans des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans l’ouest de la République centrafricaine entre septembre 2013 et décembre 2014, a précisé la Cour. 

Malgré un lourd passif en Centrafrique à la tête de milices antibalaka, M. Ngaïssona avait été élu en février au comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF).

Personnage controversé, il préside également la région « centre » de la confédération ou UNIFFAC (Union des Fédérations de football d’Afrique centrale).

Selon son porte-parole, M. Ngaïssona est de plus président de la Fédération centrafricaine de football.  

Son nom est régulièrement cité dans les rapports de l’ONU et dans les notes d’enquête de la justice centrafricaine comme l’un des chefs des milices antibalaka qui ont semé la terreur dans le pays.

Créées en 2013 après la prise du pouvoir à Bangui par les rebelles de la coalition à dominante musulmane de la Séléka, ces milices peu structurées ont pris les armes en prétendant défendre les intérêts des chrétiens et en représailles aux exactions des groupes armés musulmans. 

A la chute du président Michel Djotodia issu de la Séléka en 2014, les antibalaka se sont lancés dans une chasse aux musulmans dans Bangui et ses environs, faisant des centaines de morts.

Basée à La Haye, la CPI « a soumis aux autorités françaises une demande en vue de l’arrestation et de la remise à la Cour de M. Ngaïssona à l’issue des procédures nationales nécessaires ».

- Réactions en Centrafrique -

Cette arrestation intervient quelques semaines seulement après la remise à la Cour d’un autre ex-chef de milice antibalaka, Alfred Yekatom, surnommé Rambo.

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) s’est félicitée de cette nouvelle.

« Ngaissona est un grand leader antibalaka. Après l’arrestation de Rambo et Ngaïssona, la CPI doit également se tourner vers les leaders de l’ex-Séléka », a déclaré Pierre Brunisso, coordinateur du projet FIDH à Bangui.

Selon la CPI, il y a des « motifs raisonnables » de croire qu’une « attaque généralisée et systématique a été perpétrée par les antibalaka contre la population civile musulmane et quiconque semblait soutenir la Séléka ».

« En tant que plus haut dirigeant et +coordinateur général national+ des antibalaka », M. Ngaïssona est notamment accusé par la Cour de « meurtre et tentative de meurtre, extermination, déportation ou transfert forcé de population » ainsi que de « l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans ».

Son arrestation a été diversement accueillie en Centrafrique.

« C’est normal, il fallait que ça arrive. Il a fait des choses lui aussi, il doit être puni », a expliqué Marcellin, un habitant de Bangui qui faisait partie des milices antibalaka en 2014.

Mais un chef antibalaka d’un quartier de la capitale centrafricaine, estime que c’en est « trop ».

« On a montré notre bonne volonté à déposer les armes mais ça fait deux fois qu’un ancien antibalaka est arrêté. Il commence à y avoir des gens qui s’agitent dans les quartiers, mais nous sommes en train d’appeler au calme tant que nous n’avons pas plus d’informations. On essaie d’entrer en contact » avec Ngaïssona, a-t-il indiqué sous couvert d’anonymat.

burs-smt/jpc / .slateafrique.- mercredi 12 décembre 2018

*************************************************

Les quinze trésors intacts de Namibie

Le rivage des grands frissons

 Le rivage des grands frissonsNOS ROAD-TRIPS

Flore et faune prodigieuses, immenses étendues désertes : au pays des braves, dame Nature est en état de grâce. Voici quinze de ses trésors intacts.

Tout au nord, une étonnante mer de sable ondule le long de l’Atlantique : la côte des Squelettes. Elle doit son nom aux carcasses de mammifères marins et aux épaves de navires jonchant ses plages. Ces sables de l’enfer, surnommés ainsi par les navigateurs portugais, sont baignés par une eau qui ne dépasse pas les 10 °C, en raison d’un courant traître et froid venu d’Antarctique, le Benguela. Gare à ne pas s’aventurer dans cette région sans guide !

**photo.geo.fr

***************************

Un aloès avec plus d'une corde à son arc

 Un aloès avec plus d’une corde à son arcNOS ROAD-TRIPS

Quel spectacle que ces branches dressées formant un bouquet d’étoiles ! Endémique de l’Afrique australe, cette variété d’aloès est appelée kokerboom, arbre à carquois en afrikaans, car les San se servent de son écorce pour fabriquer des étuis à flèches. Cette plante survit dans le désert en stockant l’eau dans son tronc et en sécrétant une cire qui freine l’évaporation. Pour admirer ces spécimens rares, rendez-vous dans la réserve privée d’Aussenkehr, dans l’extrême sud du pays.

****************

Un décor de western en Afrique

 
 Un décor de western en AfriqueNOS ROAD-TRIPS

C’est une cassure inconcevable. Une entaille de 27 km de large pour 160 de long. Le canyon de la Fish River, dans le sud du pays, est le deuxième plus grand du monde (après celui du Colorado, aux Etats-Unis). Pour en saisir le gigantisme, rien ne vaut une randonnée le long de la rivière. En trois à cinq jours, on remonte jusqu’aux sources chaudes d’Ai-Ais, réputées pour leurs vertus thérapeutiques.

*********************************

Un bain de fraîcheur en plein four

 Un bain de fraîcheur en plein fourNOS ROAD-TRIPS

Alimentées par la Kunene, qui coule le long de la frontière entre la Namibie et l’Angola, les chutes d’Epupa sont une bénédiction. Haute de 37 m, la cascade la plus impressionnante s’abat avec fracas sur la roche. Ces cataractes permettent à une végétation plantureuse de s’épanouir aux portes du désert. On peut même s’y baigner ou y faire du rafting… quand les crocodiles n’y font pas trempette.

De monts rouges en vallée immaculées

 
 De monts rouges en vallée immaculéesNOS ROAD-TRIPS

C’est la merveille des merveilles de Namibie : les dunes orangées de Sossusvlei, dans le sud-ouest, comptent parmi les plus hautes du monde (plus de 300 mètres), et elles changent de physionomie au gré des vents. Elles étreignent des cuvettes d’argile blanche, où trônent parfois, comme dans le fameux Dead Vlei, des acacias morts, noirs comme le jais. L’idéal ? Contempler ces paysages fous depuis le ciel, en embarquant près de Sesriem, avant l’aube, dans une 

**source: photo.geo.fr

******************************************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café