le Mondial 2010 en Afrique du Sud

***Afrique du Sud, fierté de tout un continent

Un enfant joue au football, à Soweto, le 2 juin dernier.
Un enfant joue au football, à Soweto, le 2 juin dernier. 

En accueillant la première Coupe du monde en Afrique, le pays s’impose comme leader. 

le Mondial 2010 en Afrique du Sud  coeur-Dans quelques heures, le public du nouveau stade de Soccer City, au cœur de Soweto, affichera la fierté de tout un pays. Devant les caméras du monde entier, l’Afrique du Sud lancera le coup d’envoi de la Coupe du monde de football. Dans les tribunes, autour de la figure de Nelson Mandela – dont tout le monde espère la présence – et d’un aréopage de chefs d’État, on verra sur les visages des sourires et un certain soulagement. Le gouvernement du président Jacob Zuma, à la tête de la première puissance économique d’Afrique, saura alors qu’il a déjà gagné l’essentiel de son pari. Le continent est parvenu pour la première fois à organiser le plus grand et le plus médiatisé des événements de la planète.

Dix stade bâtis

Le défi était de taille. En mai 2004, lors de sa désignation comme pays hôte du Mondial, l’Afrique du Sud avait déjà remporté une victoire. La «nation arc-en-ciel» tenait une occasion de démontrer qu’elle appartient au «premier monde», tant au plan diplomatique qu’économique. Le vote de la Fifa, remporté au détriment du Maroc et de l’Égypte, l’avait confirmée comme première puissance du continent. Les répercussions de cette décision dépassent de loin le cadre du football, au moment où de nombreuses voix, à commencer par celle de la France, souhaitent ouvrir rapidement le Conseil de sécurité de l’ONU à de nouveaux membres permanents. Le président sud-africain Jacob Zuma ne s’y est pas trompé, évoquant une «chance unique de montrer notre diversité et notre potentiel au monde. Nous devons raconter l’histoire d’un continent qui fourmille de possibilités».

Restait encore à gagner le test de la crédibilité. Le pays s’est jeté dans un extraordinaire programme de grands travaux. Dix stades ont été bâtis ou rénovés au travers le pays. Au Cap, les nouveaux échangeurs d’autoroutes désengorgent les abords de la capitale parlementaire. À Johannesburg, le Gautrain, un métro aérien et souterrain qui reliera à terme la capitale économique à la capitale politique, Pretoria, a été ouvert. À Durban, un nouvel aéroport international a été inauguré. Le tout en un temps record, comme pour mieux montrer la confiance et la compétence des Sud-Africains. Ces infrastructures réussies ont déjà changé le visage du pays. Les rares difficultés qui ont surgi, comme une fréquentation de touristes plus faible que prévu ou les problèmes initiaux dans la vente des billets, ont été surmontées. Sepp Blatter, le président de la Fifa, a affirmé cette semaine que la Coupe du monde 2010 serait «la plus belle de l’histoire».

«Bafana Republic» 

«On disait qu’on serait incapable de finir les stades! Et puis qu’on n’arriverait jamais à assurer la sécurité. Mais finalement, on est prêt!», jubile Nyathi Mthethwa. Le ministre de la Police avait la tâche délicate de rassurer sponsors, sportifs et supporteurs, d’écarter de leurs esprits les peurs sécuritaires dans un pays qui passe pour le plus dangereux de la planète. La mobilisation de 50.000 hommes des forces de l’ordre y est à peu près parvenue. Nul n’ignore le revers de la médaille : la Coupe va coûter fort cher, près de 5 milliards de dollars. À l’intérieur du pays, on sent déjà poindre l’amertume. «On a vendu le pays à la Fifa», titrait le week-end dernier le journal City Press. Selon ce quotidien, les recettes de la Fédération – 2,2 milliards attendus – ne seront assujetties à aucun impôt. Pour une population qui, dans l’ensemble, a du mal à joindre les deux bouts, ces détails financiers agacent.

«Quand on voit tout ce qu’on est capable de construire pour le foot en deux ans, on se demande pourquoi notre peuple attend des maisons depuis quinze ans !», fait remarquer Eddie Cottle de la campagne «Pour un travail décent, avant et après 2010». Il précise que presqu’aucun gadget de la Coupe du monde n’a été fabriqué en Afrique du Sud. Même Zakumi, la mascotte officielle, est «made in China». Les autorités rétorquent que les sommes engagées sont un gage pour l’avenir. «Cette Coupe du monde débouchera sur une croissance du tourisme, un climat fort d’investissement», affirme Danny Jordaan, le président du Comité d’organisation. La fête éteindra-t-elle la polémique? «Si la question est de savoir si cet argent pouvait être mieux dépensé, la réponse est clairement oui. Mais la vraie question est de savoir si les sommes engagées serviront à l’Afrique du Sud. Et là aussi, la réponse est oui», relève Adam Abib, vice-président de l’université de Johannesburg.

En attendant, l’Afrique du Sud s’enthousiasme et prie pour que rien ne vienne perturber les matchs. «Pour quatre semaines au moins, soyez de bons Sud-Africains», demande Jacob Zuma à son peuple. Patriotes et patients, les Sud-Africains obéissent pour se concentrer sur la «Bafana Republic». (Le Figaro-11.06.2010.)

********************** 

**l’ONU se mobilise pour les Objectifs du millénaire

26-05-2010football

 

6 juin 2010 – A trois jours du coup d’envoi de la Coupe du monde de football, qui se déroule pour la première fois sur le continent africain, les agences de l’ONU saisissent cette occasion unique pour organiser une multitude d’actions et promouvoir dans le monde entier les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Arrivé mardi en Afrique du Sud, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, devait s’entretenir avec le Président Jacob Zuma dans l’après midi, avant de participer dans la soirée à un gala baptisé ‘Sport pour la paix’. Preuve de l’importance de l’événement, huit artistes africains de renommée internationale se sont également engagés aux côtés de l’ONU en produisant une chanson sur les OMD.Il s’agit de réduire de moitié l’extrême pauvreté (1), d’assurer une éducation primaire pour tous (2), de promouvoir l’égalité des sexes (3), de réduire la mortalité infantile (4), améliorer la santé maternelle (5), de combattre des maladies telles que le VIH/sida et le paludisme (6), de préserver l’environnement (7) et de construire un partenariat mondial pour le développement (8). En septembre 2000, les dirigeants de la planète réunis à New York ont adopté la Déclaration du millénaire dans laquelle ils ont prévu la réalisation des huit OMD d’ici 2015. L’intention de l’ONU d’être entièrement impliquée dans cette Coupe du Monde de foot s’est concrétisée en octobre 2009 par le vote à l’Assemblée générale de la résolution 64/5 qui reconnait le potentiel de l’événement et incite tous les Etats membres à y participer.« L’édition 2010 de la Coupe du Monde laissera un héritage, non seulement pour l’Afrique du Sud mais également pour tout le contient », a déclaré le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le sport au service du développement et de la paix, Wilfried Lemke.« La transformation durera dans le temps, qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Toutes les parties prenantes doivent garantir cette promesse », a-t-il insisté.Accompagné par Wilfried Lemke, Ban Ki-moon, se rendra au stade de Johannesburg vendredi pour le coup d’envoi du tournoi. Aujourd’hui, il ne reste plus que cinq années pour les atteindre et l’Afrique est le continent le plus en difficulté dans la marche vers la réalisation de ces objectifs.L’ensemble des agences ont souhaité profiter de la Coupe du monde pour lancer cette chanson et rappeler aux dirigeants qu’il faut redoubler d’efforts pour tenir la promesse des OMD.

« L’horloge fait tic-tac, tic-tac, le temps s’écoule/Il s’écoule au loin/Entendez l’appel pour la passe décisive/Oui la lutte continue/Il n’y a plus de temps à perdre/L’Afrique ne rêve seulement que de 8 objectifs/Africa E ! Africa O », entonnent en cœur sur le refrain les artistes Yvonne Chaka Chaka d’Afrique du Sud, Angélique Kidjo du Benin, Olivier Mutukidzi du Zimbabwe, Mingas du Moozambique, Eric Wainaina du Kenya, HHP d’Afrique du Sud, Baba Maal du Sénégal, et les Soweto Gospel Choir d’Afrique du Sud.

Cette chanson produite par Arthur Baker, écrite par Eric Wainaina du Kenya et jouée par les instrumentistes d’Afrique du Sud, Hugh Masekela et Jimmy Dludlu, est découpée en huit couplets correspondants aux huit objectifs.

« Les gens qui travaillent pour moins d’un dollar par jour/et qui n’ont pas de solution à la faim/ Et que la pauvreté ne semble jamais quitter/ Ils demandent/ Encore combien de temps ? », chantent les artistes sur l’objectif n°1 qui promet de « Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour ».

Pour l’éducation la chanson entonne « Laissez les enfants aller a l’école/Il n’y a pas de raison/Ils ne peuvent pas avoir une éducation/Je vois les beaux esprits venir/De kilomètre en kilomètre comme des papillons/Nourrissons cette soif dans leurs yeux ».

Sur la réalisation de l’objectif n°3 relatif à l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, ils chantent : « Si nous apprenons aux filles à lire/Une nouvelle génération sera ravie, ravie/Donnez un micro à nos sœurs/Entendez leurs voix, connaissez leurs choix ! ».

Chaque objectif est ainsi décliné par couplet afin d’appeler le monde à s’engager d’urgence à l’atteinte de ces objectifs. La chanson et son clip vidéo seront diffusés gratuitement dans le monde, avant, pendant et après la Coupe du monde. Les artistes viendront la chanter le jour de la finale du tournoi au stade de Johannesburg. ( Centre d’actualité de l’ONU)

******************

**L’heure de gloire africaine….

Si Pelé s’était un peu trop avancé en annonçant qu’une équipe africaine remporterait la Coupe du monde de la Fifa avant la fin du siècle dernier, les Africains espèrent que la première épreuve suprême organisée chez eux sera l’occasion de frapper un grand coup. Nombre d’observateurs estiment même qu’une absence du dernier carré constituerait une grosse déception pour ce peuple amoureux fou du ballon rond.
Les supporters des équipes participantes seront bien évidemment derrière les leurs, mais en second lieu, ils soutiendront aussi tous les autres représentants de la CAF. L’objectif demi-finale est donc de taille. Après tout, le Cameroun à Italie 1990 et le Sénégal à Corée/Japon 2002 sont à ce jour les deux seules sélections africaines à avoir atteint les quarts de finale de l’épreuve suprême. De plus, sur toutes les éditions de l’épreuve, jamais deux représentants de la CAF ne se sont retrouvés en même temps dans la phase à élimination directe. Certes, le continent continue de produire certains des meilleurs joueurs de la planète, mais l’irrégularité des sélections nationales laisse encore perplexe. Mais l’Afrique a pris pour habitude de défier les pronostics. D’ailleurs, de nombreuses personnalités du football africain, qu’elles soient encore en activité ou pas, ont d’ores et déjà annoncé leur optimisme. «Mes coéquipiers et moi, nous voulons entrer dans l’histoire et changer la façon dont les gens perçoivent le football africain. J’espère que nous serons l’équipe qui ira jusqu’à la finale et qui remportera la compétition», espère Didier Drogba. L’attaquant de Chelsea pourrait manquer le tournoi en raison d’une fracture du cubitus mais il n’en demeure pas moins le chef de file d’une formation considérée par beaucoup comme la plus talentueuse du continent.
Le Ghana a ouvert la voie
Le légendaire Ghanéen Abedi Pelé pense lui aussi que son continent a des chances de décrocher le Graal le 11 juillet. Toutefois, il rappelle aussi que dans une compétition de ce calibre, où le tirage n’a pas forcément gâté les représentants africains, l’impression laissée pourrait finalement être plus importante que le résultat. «Le tournoi va être très difficile pour les équipes africaines», annonce l’ancien Marseillais, qui compte deux fils, André et Rahim Ayew, dans les rangs des Black Stars. «Elles sont dans des groupes relevés et elles auront du mal à s’en extirper. On entend dire que c’est le meilleur moment pour qu’une équipe africaine remporte la Coupe du monde. Je veux y croire. Il faudra voir ce que ça donne, mais quoi qu’il arrive, je pense que nos représentants vont nous remplir de fierté.» Pelé pense sûrement à la Coupe du monde U-20 de la Fifa 2009, où le Ghana est devenu le premier pays africain à remporter cette épreuve. Aujourd’hui, on retrouve dans l’effectif des Black Stars de nombreux joueurs ayant pris part à cette campagne victorieuse. En début d’année, la Coupe d’Afrique des nations a même permis de vérifier que ces jeunes talents ont le niveau nécessaire pour évoluer chez les seniors.
Des préparations contrastées
L’Afrique du Sud est elle aussi sur la pente ascendante, elle qui reste invaincue sur ses 12 derniers matches et semble atteindre son pic de forme au meilleur moment sous la houlette de l’expérimenté Carlos Alberto Parreira. De surcroît, comme tous les pays organisateurs avant elle, la Nation arc-en-ciel bénéficiera d’un immense soutien de la part de son public. Ancienne figure des Bafana Bafana, Lucas Radebe estime que les locaux ont le potentiel pour atteindre les demi-finales, mais il souligne aussi qu’il ne faudra pas forcément mesurer la réussite des Africains à l’aune de leurs résultats sportifs. «Cette Coupe du monde dépasse le cadre du football. Elle permet à l’Afrique de se réinventer», explique l’ancien défenseur de Leeds United. «Bien entendu, nous souhaitons que la réussite sportive soit au rendez-vous, mais nous aimerions également que ce tournoi soit un succès hors des terrains. Nous voulons que le monde fasse confiance à l’Afrique. Nous voulons montrer à tout le monde que nous sommes capables d’organiser des événements de cette ampleur. Après le 12 juillet, il faudra que tous les Africains soient fiers de leur continent.» Pour la première fois de l’histoire, la CAF comptera six représentants en phase finale. Cette année, les observateurs attendent plus que jamais le réveil de deux géants endormis, le Cameroun et le Nigeria. Même s’ils participent à leur sixième Coupe du monde de la Fifa, les Lions Indomptables n’ont plus brillé dans l’épreuve suprême depuis 1990. Quant aux Super Eagles, qui s’alignent pour la quatrième fois, ils ont collectionné les déceptions depuis leur accession au deuxième tour d’États- Unis 1994 et de France 1998. Hélas, tous les voyants ne sont pas au vert. Peu rassurants lors de leurs matches de préparation, les Nigérians ont par ailleurs enregistré le forfait de John Obi Mikel, la pierre angulaire de leur entrejeu. Quant aux Camerounais, ils ont eux aussi réalisé un tour de chauffe plutôt médiocre. Compte tenu du niveau de leurs groupes respectifs, les équipes africaines ne font pas figure de favorites pour accéder au deuxième tour. Cela dit, chacune d’entre elles semble avoir les moyens de trouver la bonne carburation et d’aller loin dans la compétition. «Par rapport aux dernières éditions, nous sommes dans une situation différente, je nous vois mieux partis. Je pense que nous sommes mieux préparés», affirme l’ancienne légende zambienne Kalusha Bwalya. «Nous avons la confiance et l’expérience. Je suis convaincu que nos équipes se croient aujourd’hui capables de réussir à ce niveau.» (Le Soir d’Algérie-09.06.2010.)

********************* 

**Piratage, cartes officielles, démos…Le Mondial coûte que coûte !

spacer

A quelques jours du début du rendez-vous planétaire, la fièvre du Mondial monte parmi les férus de la balle ronde. La priorité pour les inconditionnels du sport roi est de regarder l’intégralité des matchs de la Coupe du monde 2010 au moindre coût. Une mission impossible.Tout comme ART, dans un passé récent, les cheikhs de la chaîne satellitaire d’Al Jazeera, à la tête de moyens financiers colossaux, se sont assurés l’exclusivité de la retransmission de tous les matchs de cette compétition. Les fans de la balle ronde devront revivre ainsi le cauchemar du Mondial 2006 où le cheikh Salah Kamel avait placé la barre très haut pour tirer le maximum de profits de l’acquisition des droits de retransmission. Le patron de la chaîne ART s’était offert les droits de retransmission des Coupes du monde, 2006, 2010 et 2014 pour un montant exorbitant de 210 millions de dollars. Les Algériens, qui avaient misé dans un premier temps, en 2006, sur les chaînes suisses et le piratage, déchantent vite. Les férus de la balle ronde s’étaient résignés à contrecœur à voir les images de la Coupe du monde sur les chaînes allemandes en clair (ZDF, SDF, ORF…). Le gouvernement était finalement intervenu pour acheter des cartes ART avant de les revendre au public à un prix «soutenu» de 3.000 dinars. La chaîne qatarie Al Jazeera, consciente de l’ampleur de ce marché juteux, a lancé une stratégie agressive pour affaiblir ART Sport avant de la racheter en novembre 2009 pour une somme mirobolante de trois (3) milliards de dollars. Depuis, la chaîne qatarie a mobilisé tous ses moyens pour avoir un retour d’investissement. La chaîne, qui détient l’exclusivité, ne négocie plus la vente des droits de retransmission. Les acheteurs sont dans un rapport de force largement désavantageux. L’ENTV a acheté 22 des 64 matchs de la Coupe du monde 2010, prévue du 11 juin au 11 juillet prochain en Afrique du Sud, pour la coquette somme de 14 millions de dollars, selon des sources bien informées. Les Algériens pourront voir, en direct, les 22 matchs mais uniquement sur la chaîne terrestre. L’ENTV a choisi 15 matchs pour le premier tour, alors que pour les autres tours, ce serait deux matchs d’assurés jusqu’à la finale. C’est-à-dire deux matchs au choix des huitièmes de finale, deux des quarts, les demi-finales et enfin la finale. Les férus de la balle ronde, qui veulent voir l’intégralité du Mondial, doivent mettre la main dans la poche pour se procurer une carte officielle de la chaîne satellitaire Al Jazeera Sport. L’offre commerciale d’Al Jazeera Sport est désormais la plus chère du marché algérien avec une carte cédée à 17.000 dinars pour un abonnement d’une année ou 13.000 DA TTC pour 6 mois. Les abonnés des cartes spéciales Al Jazeera pourront choisir en option d’étoffer leur bouquet par cinq autres chaînes (ESPN, ESPN classic, ESPN America, NBA TV et Sport 7) en payant un complément de 1.500 DA. Les anciennes cartes Al Jazeera donnant accès à 8 chaînes pour 7.200 dinars sont encore vendues dans les magasins spécialisés mais sans garantie. Les détenteurs de ces cartes ne pourront pas regarder le Mondial puisque les chaînes +9, +10 HD et JSC WC ne sont pas proposées dans l’ancienne offre, à moins de débourser 10.000 dinars pour un rechargement. L’autre option est la carte Canal+ Maghreb cédée à 15.000 dinars pour une année d’abonnement. L’offre officielle la moins chère sur le marché est cependant la carte Bis proposée à 9.000 dinars. Le bouquet Bis donne accès à l’ensemble des bouquets de la TNT française (TF1, M6, Orange Sport, France 2…). Pour les adeptes des cartes pirates «Oumnia» ou «Abracadabra», ils risquent de ne pas être de la partie dans ce Mondial 2010, puisque les bouquets Al Jazeera et Canal + sont en train de migrer vers le Viaccess 4.0, inviolable même avec la nouvelle «Omnia Premium». Le distributeur officiel des cartes du bouquet payant Al Jazeera Sport en Algérie a d’ailleurs entamé une large opération d’échange des anciennes cartes pour fournir aux abonnés du bouquet de nouvelles cartes compatibles avec la nouvelle norme de cryptage. Al Jazeera Sport a aussi fait une extension jusqu’à Canal +18 et + 19 dans le but d’empêcher tout décryptage de ses programmes. Cette offensive des bouquets payants a eu comme conséquence la chute des prix des cartes pirates. Le prix de la carte «Oumnia» est ainsi passé de 8.000 dinars fin 2009 à seulement 3.500 dinars aujourd’hui, à cause de l’absence de garantie. De nombreux responsables de magasins spécialisés dans le numérique refusent même de vendre cette carte pirate. La fin de la guerre entre les bouquets payants et les pirates n’est toutefois pas pour demain. Les sites pirates préparent une contre-attaque pour décrypter le Viaccess 4.0. Les pirates travaillent jour et nuit pour trouver les failles techniques de ce système de cryptage. Une nouvelle carte évolutive capable de déchiffrer le nouveau système de cryptage sera prochainement commercialisée sur le marché algérien, annonce-t-on dans les sites spécialisés dans le piratage. (Quotidien d’Oran-23.05.2010.)************************** 

**la marque Nelson Mandela n’est pas à vendre. « Tout abus est sanctionné…Le nonagénaire à la santé fragile a beau se tenir de plus en plus à l’écart de la vie publique, il est révéré dans le monde entier pour les valeurs universelles qu’il incarne.

Sur les trottoirs de la fameuse rue Vilikazi, où vécut Nelson Mandela dans une modeste maisonnette de Soweto, les marchands à la sauvette proposent aux visiteurs une incroyable déclinaison d’objets à l’effigie du héros de la lutte anti-apartheid. Le visage du premier président noir d’Afrique du Sud sourit sur des tee-shirts, des drapeaux, des badges qui parsèment les étals judicieusement positionnés aux arrêts des autocars de touristes parcourant l’immense township au sud de Johannesburg. Kgomotoso Mahlasela, installé juste en face de la maison transformée en musée, offre même des bustes de plâtre de l’icône planétaire, hâtivement recouverts d’une peinture dorée ou argentée.

« Les gens de la maison de Mandela disent que son image est protégée par une licence d’exploitation et que nous ne sommes pas supposés la vendre », dit le jeune homme de 25 ans. « Il faut d’abord obtenir la permission. » Mais personne ne s’en est jamais inquiété. Le seul objet qu’on lui ait demandé de retirer fut un grand tableau de la main de son oncle, un portrait du héros que l’artiste a fini par céder à un musée proche. Pour le jeune marchand, qui réalise un profit de 200% sur les badges vendus 30 rands (moins de quatre dollars US, ou de trois euros), l’image de Madiba, le nom de clan de l’ancien prisonnier politique le plus connu de la planète, « devrait appartenir à tout le monde parce qu’il est notre icône ». Et d’ajouter : « Nous vendons ces objets aux gens du monde entier, ce sont eux qui veulent l’image de Mandela. »

La Fondation Mandela, qui poursuit l’œuvre du nonagénaire envers les enfants et l’éducation, se débat pourtant pour éviter les dérapages. L’actrice sud-africaine, Charlize Theron, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, ou encore des escrocs du courriel espérant faire fortune en alliant le nom de Mandela au Mondial de foot 2010 en Afrique du Sud, tous l’ont appris à leurs dépens : la marque Nelson Mandela n’est pas à vendre. « Tout abus est sanctionné, affirme la Fondation créée par Mandela lorsqu’il s’est retiré de la vie politique en 1999. « Dès que nous décelons un problème, nous intervenons. » C’est une tâche sans fin. Le nonagénaire à la santé fragile a beau se tenir de plus en plus à l’écart de la vie publique, il est révéré dans le monde entier pour les valeurs universelles qu’il incarne, de pardon et de réconciliation.

Son nom se glisse partout, du dépôt de pièces automobile Mandela Auto Body Parts à Port Elizabeth, sur l’océan Indien en Afrique du Sud, jusqu’au Madiba Restaurant à New York, aux Etats-Unis. Aucune information n’est disponible sur l’argent réalisé grâce aux droits d’exploitation, mais la Fondation décline sur son site internet la liste des fraudes à laquelle n’échappent ni célébrités ni offices publics. (El Watan-13.02.2010.)

************************* 

*Transformés en hôtels flottants la nuit
Des navires de tourisme pour transporter les supporters des verts en Afrique du Sud

 algrieferries.jpg

Le ministre des transports, Amar Tou, a demandé au directeur de la marine marchande, M Noureddine Zebar, de trouver et de louer des navires touristiques pour le transport des supporters algériens des verts, en Afrique du Sud, en juin prochain. Cette opération, ordonné par le président Bouteflika en personne, aura pour objectif de fournir des dizaines d’embarcations pour le transport des aficionados des verts en Afrique du Sud, et de les transformer le soir venu en hôtels flottants.
Les représentants ont, en effet, vu dans la baisse du prix des voyages touristiques et du tourisme du fait de la peur provoquée par la grippe porcine, une formidable occasion de prendre en charge les supporters efficacement et à moindres coûts.
Des employés du ministère des transports ont révélé à El Khabar que le directeur de la marine au ministère, Noureddine Zebar était sur le point de constituer une équipe de travail chargée d’établir des contacts avec différentes agences touristiques internationales, pour réquisitionner leurs bateaux touristiques de début juin à la  mi-juillet, soit toute la durée de la coupe du monde. Une autre source du ministère dont on ne peut citer le nom a déclaré que le président Bouteflika était à l’origine de cette décision, et qu’il avait demandé à Ouyahia de s’en occuper, ajoutant que la marine marchande avait d’ores et déjà pris contact avec de grandes sociétés algériennes, privés et publiques, pour solliciter leur parrainage et le sponsoring de l’opération. Parmi ces sociétés la Sonatrach et la Sonelgaz.
Il est en effet prévu qu’au moins 20 sociétés financent le transport des supporters en Afrique du Sud, puisque le ministre des transports projette de réduire le coût du billet d’avion de 50 à 60%, devenant ainsi à la porté des jeunes algériens. 
El Khabar a d’un autre coté appris que les responsables du service commercial d’Air Algérie, avaient quant à eux entamé des négociations avec des hommes d’affaires et de grandes sociétés pour le financement du transport des supporters en Angola et en Afrique du Sud. Le responsable du service commercial de la  société, M Halimi, a contacté un grand nombre d’entre eux, et a jusque la obtenu les engagements et promesses de 8 hommes d’affaires et directeurs de sociétés.
Il est attendu que ces participations permettent de faire baisser le prix du billet d’avion pour l’Angola d’au moins 50%…
Rappelons que 18 sociétés et hommes d’affaires avaient participé financièrement à l’opération de transport des supporters des verts à Khartoum, dont 10000 avaient été pris en charge  par Air Algérie, et les autres grâce au ministère de la défense qui affrétera des avions pour la circonstance.(El Khabar-10.12.09.) *****lire aussi….

 

******************************* 

*Un nouveau maillot pour l’équipe nationale

Le nouveau maillot de l’équipe nationale sera prochainement présenté lors d’une cérémonie qu’organisera la FAF, à Alger, en présence des responsables de la firme Puma, le nouveau équipementier qui remplace Le Coq sportif. Pour rappel, le contrat FAF-Puma a été signé cette année. La firme, qui équipe de nombreuses sélections et clubs dans le monde, a déjà préparé tout le matériel en prévision de la CAN 2010 en Angola et la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Le montant du contrat d’une année (2009-2010) avoisinerait un million de dollars. Les deux parties ont convenu de renégocier le contrat après la coupe du monde 2010. Les sélections nationales, toutes catégories confondues, seront équipées par PUMA qui fournira à la FAF tout l’équipement dont auront besoin les joueurs (sacs, survêtements, tenues de parade, jogging, bas, shorts, maillots, protège-tibias, ballons…). Les responsables de PUMA étaient disposés à équiper l’équipe nationale lors des matches retour des éliminatoires combinées CAN et coupe du monde. La FAF a préféré attendre la double qualification (CAN et coupe du monde) pour porter l’équipement PUMA. Par ailleurs, PUMA devrait prendre en charge au moins un des deux stages de préparation de l’équipe nationale avant la CAN et la coupe du monde 2010.(El vvatan-10.12.09.)

**************************** 

*Tirage au sort de laCcoupe du Monde 2010…Le 04.12.06. à Cap Town

coupmondalg.jpg 

Il était  19h pile quand le sablier a fini de s’égrener donnant libre cours aux résultats du tirage au sort de la coupe du Monde 2010. Les quatre poules rassemblant trente deux équipes qualifiées à aller en Afrique du Sud viennent de livrer leur secret. Sur les huit groupes, l’Algérie qui fait partie du chapeau 3 est classé dans le groupe « C » et affrontera l’Angleterre, les USA et la Slovénie.

 

Les Groupes :Match d’ouverture : Afrique du Sud – Mexique

Groupe A

Afrique du Sud.
 Mexique
 Uruguay
 France

Groupe B

Argentine
 Corée du S.
 Nigeria
 Grece

Groupe C

Angleterre
 USA
Algérie
Slovenie

Groupe D

Allemagne
 Australie
 Ghana
 Serbie

Groupe E

 

 Pays Bas
 Japon
 Cameroun
 Danemark

Groupe F

 Italie
 N. Zelande
 Paraguay
 Slovaquie

Groupe G Brésil
 Corée du N.
 C. Ivoire
 Portugal

   Groupe H 

Espagne
 Honduras
 Chili
 Suisse

Les matchs de l’ALGERIE :- 13 juin : Algérie-Slovenie à Plokwane (13h30)
- 18 juin : Algérie-Angleterre
à Le Cap (20h30)
- 23 juin : Algérie-
USA à Pretoria (16h00)

******* L’Algérie dans le groupe C

L’Algérie évoluera dans le groupe “C” aux côtés de  l’Angleterre, des USA et de la Slovénie, en phase finale de la Coupe du monde de football  (11 juin-11 juillet 2010), à l’issue du tirage au sort effectué hier (04.12.09.) au Centre  de conférence de la ville du Cap. 
Composition du groupe C : Angleterre, USA, Algérie, Slovénie           
L’Algérie disputera son premier match face à la Slovénie.

************************ 

 image

**** MONDIAL 2010
L’ALGÉRIE AFFRONTERA L’ANGLETERRE, LES USA ET LA SLOVÉNIE

C’est jouable!

C’est fait, l’Algérie connaît désormais ses prochains adversaires du Mondial-2010 prévu cet été en Afrique du Sud

 image

Les Verts ont évité le groupe de la mort qui renferme tout de même le Brésil avec ses 5 titres mondiaux, le Portugal de Cristiano Ronaldo, la Côte d’Ivoire de Didier Drogba et la Corée du Nord qui est malgré tout, le Cendrillon de ce groupe H.
Ainsi, l’Algérie se trouve dans le groupe C en compagnie de l’Angleterre de Capello, les Etats-Unis qui ont fait sensation durant la récente Coupe des Confédérations en s’inclinant difficilement en finale contre l’ogre brésilien et la Slovénie qui a tout de même éliminé la Russie au cours des éliminatoires. Difficile, c’est le moins de ce que l’on puisse dire pour ce groupe même si les Guerriers du Désert ont récemment prouvé, lors des éliminatoires, qu’ils étaient capables de relever n’importe quel défi que ce soit en Algérie ou ailleurs comme le confirme si bien notre belle victoire aux dépens de l’Egypte à Khartoum. Rendez-vous donc, le samedi 12 juin à Polokwane (13h30) pour assister à la première sortie des Verts face à la Slovénie (l’un des Etats de l’ex-Yougoslavie). Une sortie à ne pas rater sous aucun prétexte connaissant l’importance de l’enjeu du premier match de cette phase de poules. D’ailleurs, les hommes de Rabah Saâdane souhaitent réellement réaliser quelque chose de spécial au cours de ce Mondial sud-africain d’autant plus que, 6 jours plus tard (18 juin), l’Algérie croisera le fer avec l’Angleterre de Steven Gerrard, Lampard, Thierry, David Beckham, Cole, Ferdinand et autre Walcott. A noter que cette deuxième confrontation se jouera au Cap (20h30).
La troisième rencontre aura lieu le 23 juin à Pretoria (16h00) contre les Etats-Unis qui sont loin d’être une équipe facile. Tout compte fait, ce groupe C est tout simplement jouable où tout reste possible pour les partenaires de Rafik Saïfi appelés à se préparer en conséquence pour ne rien laisser au hasard. Normalement, Cheikh Saâdane sait parfaitement ce qu’il reste à faire pour faire vibrer une nouvelle fois les 35 millions d’Algériens qui vont attendre avec impatience cette Coupe du Monde qui permettra aux Verts de participer à leur troisième tournoi mondial après l’Espagne en 1982 et le Mexique en 1986. La bonne nouvelle est sans doute l’optimisme hors normes des Anglais comme le confirment si bien les déclarations d’Alan Shearer (ancien buteur de l’Angleterre): «Nous avions dit avant qu’il ne fallait pas trop s’inquiéter des Etats-Unis. Je pense qu’en Afrique du Sud, M.Capello doit être intérieurement très satisfait dans son siège. Je ne vois pas comment on peut penser autre chose avec ce groupe. Les Etats-Unis, l’Algérie, la Slovénie… Si vous aviez dit ça ce matin à Fabio, je crois qu’il vous aurait tapé dans la main et qu’il aurait pris. Sans aucun doute.»
Heureusement, que le sélectionneur Fabio Capello était très raisonnable dans ses déclarations. «Je pense que c’est un groupe équilibré. On a déjà joué contre les Etats-Unis et la Slovénie, et on a souffert. L’Algérie, qui a éliminé l’Egypte en barrages, sera dangereuse. Le premier match, ce sera contre les Etats-Unis qui auront eu beaucoup plus de temps que nous pour se préparer. (Le groupe est-il facile?) Je me rappelle de groupes qui ne sont pas compliqués au tirage et qui deviennent très compliqués une fois la compétition commencée. Ce ne sera pas facile, comme cela est vrai pour toutes les rencontres dans une Coupe du monde.»
Et pour revenir à ce fameux tirage au sort, on s’aperçoit qu’il est très équilibré à l’exception du groupe H qui verra le Brésil, le Portugal, la Côte d’Ivoire et la Corée du Nord batailler ferme pour deux billets seulement pour la qualification.
L’Italie, le champion du monde en titre, évoluera dans le groupe F en compagnie du Paraguay, de la Nouvelle-Zélande et de la Slovaquie et il ne semble pas que la Squadra-Azzura va rater une aussi belle occasion pour passer au 2e tour. L’Allemagne avec ses 3 titres mondiaux, jouera dans le groupe D où elle retrouvera l’Australie, la Serbie et le Ghana. Par ailleurs, l’Espagne le champion d’Europe en titre, évoluera visiblement, dans le groupe le plus facile qui compte la Suisse, le Chili et le Honduras qui sont loin d’être des foudres de guerre. La France de Thierry Henry croisera le fer avec l’Afrique du Sud, le Mexique et le Nigeria. Enfin, l’Argentine de Maradona et Messi auront en face, la Corée du Sud, le Nigeria et la Grèce.(L’Expression_05.12.09.)

Programme du groupe C:
12 juin 2010: Rustenberg: Angleterre – USA
13 juin 2010: Polokwane: Algérie – Slovénie
18 juin 2010: Johannesburg: Slovénie – USA
18 juin 2010: Le Cap: Angleterre- Algérie
23 juin 2010: Port Elizabeth: Slovénie – Angleterre
23 juin 2010: Tswane: USA- Algérie.
Les deux premiers du groupe se qualifieront aux 8es de finale. 

********************** Qualifiée in extremis pour la Coupe du Monde 2010, l’Algérie se retrouve dans le groupe de l’Angleterre. Les Etats-Unis et la Slovénie complètent ce Groupe C.

LES ADVERSAIRES DE L’ALGÉRIE
Angleterre
coeur-

Grande absente du dernier Championnat d’Europe en Suisse et en Autriche, l’Angleterre a remis les pendules à l’heure. Les sujets de sa Majesté ont parfaitement rempli leur mission lors des éliminatoires dans un groupe piège avec l’Ukraine et la Croatie. Mieux, ils se sont baladés avec 9 victoires en 10 matches, infligeant deux corrections au goût de revanche aux Croates (4-1, 5-1), leurs bourreaux sur la route de l’Euro, et inscrivant la bagatelle de 34 buts, soit la meilleure attaque des éliminatoires. Fabio Capello a réussi le pari d’injecter une bonne dose de rigueur tout en redonnant sa splendeur d’antan à l’Angleterre. Emmenés par un Wayne Rooney aux responsabilités élargies, les Trois Lions, champions du monde en 1966 chez eux, aimeraient enfin briller loin de leurs terres.(Figaro)

Une première. Jusqu’à présent, l’Algérie ne s’est jamais mesuré à l’Angleterre. La fameuse «génération dorée» du football anglais n’a toujours pas réussi à confirmer son statut sur la scène internationale. Incapable de se sublimer lors de l’Uefa Euro 2004 et de la Coupe du Monde, absente de l’Euro 2008, cette équipe d’Angleterre riche en talents se voit offrir une nouvelle chance de briller à l’occasion d’Afrique du Sud 2010, notamment depuis l’arrivée de Fabio Capello aux commandes. Il faut dire que certains joueurs doivent une revanche à leurs supporters après des prestations très médiocres sous les ères Sven-Goran Eriksson et Steve McClaren. Les conditions de l’hiver sud-africain devraient parfaitement convenir aux habitués de la Premier League, ce qui signifie que les coéquipiers de David Beckham n’auront aucune excuse à faire valoir en cas de nouvelle contre-performance.
L’Angleterre s’est parfaitement relancée au lendemain de son cuisant échec dans les qualifications pour l’Euro 2008. Les hommes de Capello ont gagné neuf de leurs dix matches et possèdent la meilleure attaque de la zone Europe avec 34 buts à leur actif. Les Anglais ont concédé leur unique défaite en Ukraine, une fois leur billet pour la phase finale en poche.
Très en vue tout au long de la compétition préliminaire, Wayne Rooney aura pour mission de mener l’attaque anglaise en Afrique du Sud. Auteur de neuf réalisations en autant de sorties, le buteur de Manchester United a parfaitement assimilé les nouvelles responsabilités qui lui ont été confiées. Frank Lampard et Steven Gerrard se sont également mis en évidence en marquant quatre et trois fois, respectivement. Le grand Peter Crouch a lui aussi su justifier la confiance de son sélectionneur en inscrivant quatre buts lors de ses quatre apparitions sous le maillot anglais. Enfin, le bilan de son coéquipier de Tottenham Jermain Defoe parle de lui-même: trois buts en 135 minutes passées sur le terrain.
L’Angleterre a disputé onze éditions de la Coupe du Monde de la Fifa depuis Brésil 1950. Sacrée championne du monde devant son public en 1966, sa meilleure performance loin de ses bases reste la place de demi-finaliste obtenue en 1990. Sous l’impulsion du regretté Sir Bobby Robson, Gary Lineker, Chris Waddle, Paul Gascoigne et David Platt avaient conduit la sélection jusqu’au dernier carré, avant de s’incliner aux tirs au but face à la RFA, futur vainqueur de l’épreuve.(L’Expression)

Etats-Unis
En juin dernier, les Etats-Unis passaient tout près d’un retentissant exploit : glaner la Coupe des Confédérations au nez et à la barbe du Brésil. Un an plus tard, les poulains de Bradley Bob, successeur du légendaire Bruce Arena à la tête de la sélection, veulent répéter l’Histoire en Coupe du Monde. Comme tous les 4 ans depuis 1990, ils se sont baladés durant les qualifications en terminant premiers de la zone CONCACAF avec 20 points en 10 rencontres. Cette promenade de santé a toutefois été entachée par l’humiliante défaite contre le Mexique (5-0) en Gold Cup. Un faux-pas loin d’être passé inaperçu dans le pays de l’Oncle Sam, réveillant ainsi les inquiétudes sur la capacité de l’équipe à répondre présente dans les moments cruciaux. Afin d’y remédier, la formation nord-américaine ramènera dans ses bagages Jozy Altidore, goleador attitré de la sélection.(Figaro)

Remarquables d’efficacité, les Etats-Unis se sont qualifiés pour la Coupe du Monde de la Fifa, Afrique du Sud 2010 en tant que leaders de l’Hexagonal final de la Zone Amérique du Nord, centrale et Caraïbes. Grâce au travail de fond réalisé par le sélectionneur Bob Bradley, l’équipe des Stars and Stripes n’a pas eu à forcer son talent pour réserver sa place au grand banquet du football mondial.
En s’appuyant sur un noyau dur de joueurs rompus aux joutes des championnats européens et sur une jeune génération parfaitement complémentaire, l’équipe américaine cherchera à rééditer le niveau de jeu affiché lors de la Coupe des Confédérations de la Fifa, Afrique du Sud 2009, où elle avait surpris tout son monde en décrochant la médaille d’argent.
Après avoir infligé neuf buts à la modeste Barbade sans en encaisser un seul lors de la phase préliminaire, les Etats-Unis ont été versés dans le Groupe 1 aux côtés de Trinité-et-Tobago, du Guatemala et de Cuba.
Fidèles à leurs habitudes, les Américains ont enchaîné cinq victoires sans coup férir.
Une fois la qualification pour la poule finale acquise, ils sont tombés à Port d’Espagne contre les Soca Warriors (2-1). Les protégés de Bradley ont démarré l’Hexagonal final pied au plancher, avec un succès 2:0 sur leur grand rival mexicain.
Après un nul 2-2 à San Salvador, ils ont facilement disposé des Trinitéens (3-0) avant de chuter à San José contre le Costa Rica (3-1).
Les Etats-Unis n’allaient perdre qu’une seconde fois, dans l’imprenable stade Azteca face au Mexique (2-1), avant de sceller leur qualification sur l’un des terrains les plus hostiles de la Concacaf, l’Olimpico de San Pedro Sula.
Dans une rencontre mémorable, ils ont défait le Honduras 3-2 et accompli leur mission.
Les Etats-Unis se sont qualifiés pour 9 éditions de la Coupe du Monde. C’est la deuxième nation la plus assidue de la Concacaf derrière le Mexique.
C’est en Uruguay 1930 que les Etats-Unis ont réalisé leur meilleure performance dans un rendez-vous mondial: une participation au dernier carré.
Afrique du Sud 2010 constitue la sixième participation consécutive des Etats-Unis à la phase finale du rendez-vous mondial.
A Allemagne 2006, ils étaient tombés au premier tour.(L’Expression)

**********Le tirage au sort vu par la presse anglaise et américaine

New York Times
Pour le New York Times, les États-Unis ont hérité d’un tirage favorable pour la Coupe du monde de 2010 et seront appelés dès maintenant à préparer le second tour de la compétition. Si les USA ne réussissent pas à se qualifier pour le second tour, «ça sera considéré comme une déception majeure». Les Américains joueront dans le groupe C aux côtés de l’Angleterre, champion de la Coupe du monde 1966, tout en évitant une puissance européenne, la deuxième équipe du groupe est une formation africaine de haut niveau, à savoir l’Algérie, en plus de la Slovénie. Par ailleurs, le Brésil, cinq fois champion de la Coupe du monde, se retrouve dans le soi-disant groupe de la mort avec la Côte d’Ivoire qui est dirigée par l’un des meilleurs attaquants au monde, Didier Drogba, et le Portugal, qui a terminé quatrième à la Coupe du monde 2006, en plus de la Corée du Nord.Les États-Unis n’ont jamais joué face à la Slovénie ou l’Algérie.

USA Today
Pour le quotidien américain, USA Today, les Etats-Unis ont toutes les chances d’accrocher l’une des deux places qualificatives au second tour du prochain mondial au vu du tirage au sort de vendredi dernier. «Les USA et l’Angleterre seront les pays à battre dans le groupe C.»

The Sun
Pour le Sun, l’Angleterre rêve de gloire lors de la prochaine Coupe du monde après le tirage au sort effectué mercredi à Cape Town. Les Three Lions entameront leur campagne contre les États-Unis à Rustenburg, le samedi 12 Juin. «C’est un rêve, un tirage au sort pareil», a affirmé Capello qui a voulu éviter la France, le Portugal et la Côte-d’Ivoire de Didier Drogba. L’ancien capitaine anglais, David Beckham, qui pourrait faire partie du groupe de Capello pour l’Afrique du Sud, a déclaré : «C’est un groupe très intéressant.»

The Telegraph
L’Angleterre a hérité d’un tirage favorable pour la prochaine Coupe du monde de la FIFA. Le manager de l’équipe Fabio Capello a déclaré au journal anglais : «Ce n’est pas si mauvais. Nous avons joué contre les États-Unis et la Slovénie à la maison, nous avons bien joué, nous avons gagné, mais lorsque nous  aurons à jouer ici en Juin, ça sera difficile. L’Algérie a battu l’Egypte et ne sera pas facile. Ils ont une équipe vraiment bien maintenant. Quand vous jouez à la Coupe du monde,aucun jeu n’est facile.»Capello a déclaré que le manque d’expérience de l’Algérie contre des équipes africaines ne serait pas un facteur critique, en disant: «Tous leurs joueurs ont l’expérience. Les États-Unis sont l’équipe [du groupe] avec le plus d’expérience.»

The Guardian
Pour le Guardian, l’Angleterre possède une grande chance pour accéder au second tour de la prochaine coupe du monde de la FIFA. «L’Angleterre devrait gagner dans son groupe pour éviter un choc au second tour avec l’Allemagne, l’Australie, la Serbie ou le Ghana», a-t-il écrit. Le journal anglais a fait savoir aussi que la Fédération anglaise de football a engagé deux techniciens étrangers pour servir l’équipe première afin de retrouver les premiers rôles. (la Tribune-06.12.09.)

****************

Slovénie

On l’avait perdue de vue depuis ses participations à l’Euro 2000 (2 nuls, 1 défaite) puis à la Coupe du Monde 2002 (3 défaites). Le renouvellement de la génération Zahovic s’est fait attendre jusqu’à l’arrivée ces deux dernières saisons de nouveaux joueurs prometteurs. 2e de son groupe derrière la Slovaquie, la Slovénie est devenue la première équipe dans l’Histoire des barrages à renverser une défaite subie à l’aller, en éliminant la Russie de Guus Hiddink (1-2, 1-0). Invités surprise en Afrique du Sud, les coéquipiers du Grenoblois Bostjan Cesar et de l’Auxerrois Valter Birsa tenteront de décrocher leur première victoire en phase finale. (le Figaro)Pour cette nation de tout juste deux millions d’âmes, se qualifier pour la Coupe du Monde est déjà un exploit.
Pour y parvenir, elle a écarté de son chemin la Pologne, la République tchèque et enfin la Russie.
Miraculeux, diront certains, mais peut-être pas tout à fait si l’on se souvient que la Slovénie a déjà participé une fois à l’épreuve reine du football mondial.
Elle n’en sera donc pas à son coup d’essai en Afrique du Sud.
À l’issue du tirage au sort préliminaire, la plupart des observateurs avaient donné la République tchèque et la Pologne – deux rescapés d’Allemagne 2006 et de l’Uefa Euro 2008 – comme favoris du Groupe 3.
Au final, ce dernier a donné lieu à une lutte acharnée pour la première place entre… la Slovénie et la Slovaquie.
La Slovénie doit sa qualification avant tout à une défense étonnamment hermétique, la plus étanche de la Zone Europe derrière celle des Pays-Bas.
Mais la sélection dirigée par Bert van Marwijck a disputé deux matches de moins que celle entraînée par Matjaz Kek, qui n’aura finalement cédé que quatre fois en dix sorties.
À la veille de la dernière journée, la Slovénie faisait même figure de favorite pour décrocher le billet direct pour l’Afrique du Sud.
Mais c’était compter sans la pugnacité de la Slovaquie.
Battue par les Slovènes à l’extérieur et à domicile, les Slovaques ont trouvé les ressources pour aller s’imposer en Pologne (1:0) lors de l’ultime journée.
Étant donné que son indépendance date seulement de 1991, année où elle se sépare de la Yougoslavie, la Slovénie possède une histoire footballistique plus courte que celle de la plupart des autres qualifiés pour l’Afrique du Sud.
Cela dit, elle peut se targuer d’avoir atteint la phase finale de la Coupe du Monde de la Fifa dès sa deuxième tentative.
En qualifications, les joueurs emmenés par Srecko Katanec disposent de la Suisse et – ironie de l’histoire – de la Yougoslavie et valident leur billet pour Corée/Japon 2002.
Malheureusement, l’expérience slovène au grand rendez-vous mondial tournera court, le joueur vedette Zlatko Zahovic étant renvoyé au pays après un différend avec Katanec au terme du premier match de groupe.
La Slovénie s’inclinera à trois reprises en autant de sorties.(L’Expression)

image 

Algérie
C’est l’une des qualifications qui auront fait le plus parler. Après 1982 et 1986, l’Algérie fait son grand retour en Coupe du Monde. Auteurs d’une campagne de qualification très mouvementée (joueurs agressés en Egypte), les Fennecs abordent l’évènement avec une certaine envie de rattraper le temps perdu. Pour mener à bien cette mission, Rabah Sâadane, le coach national, donnera les clefs de l’équipe à un contingent de joueurs évoluant essentiellement en Europe. Ainsi, avec Karim Ziani en chef de file, les Verts auront la lourde tâche de succéder dans les cœurs algériens aux Madger, Belloumi et consorts, quart de finalistes en 1982. 28e au dernier classement FIFA, l’Algérie a plus que jamais rendez-vous avec l’Histoire sur «son» continent.(Figaro)

**************Leurs impressions
 

Rabah Saâdane
«Je pense que la première remarque à faire est qu’on est parmi les 30 meilleures équipes du monde, ensuite, je dirais que notre groupe n’est pas facile.
L’Angleterre et les USA ont un football qui nous arrange, mais ce sera difficile à négocier. La Slovénie est cette équipe montante actuellement et elle est donc redoutable.
C’est un groupe jouable, mais difficile surtout avec de grands entraîneurs et une stabilité remarquable. Depuis la Coupe du monde chez eux, les USA ont bien progressé.
Pour nous, l’essentiel c’est qu’on est là. Et on fera tout pour tenter de nous qualifier.
Le premier match est difficile dans un groupe. Il faut bien le gérer. Le public algérien ne connaît pas la Slovénie et je vous assure que c’est un adversaire redoutable. Sur le plan technique nous avons un peu de temps.»

Chaâbane Merzekane
«Les trois équipes sont difficiles car il n’y a plus d’équipes faibles à ce niveau. La Slovénie n’est vraiment pas facile et il ne faut pas faire comme a fait l’Allemagne contre nous en 1982, car on a bien vu le résultat.
Il faut donc prendre au sérieux les trois adversaires. L’Angleterre possède un des meilleurs championnats et possède des joueurs qui peuvent faire la différence à n’importe quel moment dans les grandes échéances. Il faut donc bien se préparer pour ce Mondial.»

Mustapha Kouici
«En dehors de l’Angleterre, je pense que la Slovénie et les USA sont vraiment à notre portée.»

Fodil Megharia
«C’est un groupe moyen. L’essentiel, c’est qu’on a évité le Brésil, la France et l’Argentine, par exemple. Mais, il faut juste préciser que les trois équipes Angleterre, USA et Slovénie sont difficiles à négocier. Il ne faut pas oublier aussi que les USA ont beaucoup progressé. L’Angleterre n’est vraiment pas à présenter alors que la Slovénie possède un jeu très technique. Il faut donc gérer ce groupe, match par match. De plus, il faut faire une bonne Coupe d’Afrique pour bien préparer ce Mondial. Et c’est en fonction des résultats de la CAN que l’on pourrait bien envisager une bonne Coupe du monde.»

Abderrahmane Mehdaoui
«Ce n’est pas le groupe de la mort, mais c’est le groupe de tous les dangers. Ce sera très difficile pour notre Equipe nationale du fait qu’elle doit jouer trois styles de jeu différents. Le jeu anglais et son jeu très physique, la Slovénie et sa rigueur et les USA et leur jeu qui fait penser à celui d’un mélange sud-américain et anglais. Nous jouerons donc face à une équipe anglaise qui possède le meilleur championnat du monde, les USA qui a surpris par son développement et la Slovénie qui n’est pas là par hasard.
Néanmoins, je pense que jouer la Slovénie en premier match c’est mieux que de le faire contre l’Angleterre et c’est déjà de bon augure. Ça serait très pénible pour notre équipe, mais c’est jouable. Nous avons bien des chances de passer au second tour.»

Abdelkrim Bira
«Le premier match est toujours important. Et ça ne sera pas facile devant la Slovénie. Contre l’Angleterre c’est vraiment différent.
Il faut donc bien négocier le premier match face à la Slovénie et le pic serait contre l’Angleterre et c’est en fonction de ces deux premiers matchs que l’on pourrait éventuellement avoir une idée sur nos chances de qualification avant de jouer les USA.
Les deux premiers matchs sont donc déterminants.»

Mansouri
On est confiants

Le capitaine de l’Algérie, Yazid Mansouri, a réagi sur Infosport au tirage au sort de la Coupe du Monde 2010 qui a placé les Fennecs dans le groupe C «On va tout faire pour passer. A part l’Angleterre qui est au-dessus du lot, avec les Etats-Unis et la Slovénie on a notre mot à dire. On a prouvé sur le terrain qu’on avait notre place, on est confiants et on va essayer de faire bonne figure. Et puis, ce sera peut-être un avantage de jouer contre des équipes qui ne nous connaissent pas.»

Saïfi
On ne peut pas espérer mieux

Interrogé par RMC, l’attaquant algérien Rafik Saïfi s’est montré très heureux du plateau proposé à sa sélection dans le groupe C de la prochaine Coupe du monde (Angleterre, Etats-Unis, Algérie, Slovénie): On ne peut pas espérer mieux! On voit qu’il y a des groupes beaucoup plus durs que le nôtre. On partira à 50-50 avec toutes les équipes. Il y a de la place pour passer. L’important, c’est de bien négocier le premier match (face à la Slovénie).

******************L’équipe de France peut s’estimer heureuse après le tirage au sort de la Coupe du Monde 2010 effectué ce vendredi au Cap. Les Bleus affronteront l’Afrique du Sud, le Mexique et l’Uruguay. Présentation des adversaires

coeur- Afrique du Sud
Pays-hôte, l’Afrique du Sud n’a pas eu à passer par des éliminatoires pour s’assurer une place dans le Top 32 mondial. Un passe-droit qui comporte néanmoins quelques inconvénients. Hormis une Coupe des Confédérations disputée en juin dernier où ils avaient terminé à la 4e position, les «Bafana Bafana» n’ont aucun repère ni certitude avant le coup d’envoi de la 19e Coupe du Monde. Les vainqueurs de la CAN 1996 pourront toutefois compter sur leur joueur vedette, Steven Pienaar, pour éviter de faire pale figure à domicile. Excellent en 2009 avec Everton, le Toffee est attendu par tout un peuple. Le retour aux affaires de Carlos Alberto Parreira, 18 mois après avoir rendu le tablier, est lui aussi porteur d’espoirs. D’autant que le pays organisateur a toujours passé le premier tour. Thierry Henry a de bons souvenirs de l’Af’ Sud puisqu’en 1998, lors du match d’ouverture de la Coupe du Monde en France, il avait inscrit son premier but en Bleu contre les Bafana Bafana.

Confrontations avec la France : 1 Nul, 2 Défaites
Dernière confrontation : 07/10/2000, Afrique du Sud-France 0-0 (Amical)

Mexique
Le 11 octobre 2009, les amoureux de beau jeu étaient ravis. La raison ? Le Mexique venait de décrocher son ticket pour le Mondial sud-africain grâce à une victoire face au Salvador (4-1). Pourtant, tout ne fut pas si simple. Longtemps décrochés durant les éliminatoires, Los Tricolores, comme on les appelle au pays, ne doivent leur salut qu’à une série de 5 victoires d’affilée amorcée face à Trinité-et-Tobago. Un réveil brutal qui leur permettait de finir les éliminatoires sur les chapeaux de roues, 2es à un petit point du rival américain. En juin prochain, le Mexique tentera de relever la tête après la terrible élimination de 2006 face à l’Argentine dans les ultimes minutes de la partie. Pour mener à bien cette mission, Javier Aguirre pourra compter sur des ailes dynamiques. Dans cette configuration, le joueur de La Corogne Guardado et Dos Santos, de Tottenham, seront à surveiller comme le lait sur le feu.

Confrontations avec la France : 1 Nul, 5 Défaites
Dernière confrontation : 27/05/2006, France-Mexique 1-0 (Amical)

Uruguay
32e et dernier qualifié par le biais d’un barrage trépidant face au Costa Rica, l’Uruguay risque néanmoins de souffrir cet été en Afrique. Aux antipodes de la glorieuse sélection qu’elle fut dans les années 1930-50, ni même de celle vainqueur de la Copa America 1995, la Celeste s’avère, au regard de sa campagne éliminatoire, l’une des équipes les plus faibles du plateau. Orpheline de leaders techniques depuis les retraites de Daniel Fonseca et d’Alvaro Recoba, l’équipe sud-américaine ne s’en remet pour ainsi dire qu’à sa grinta légendaire pour exister. Si elle peut tout de même compter sur l’apport non négligeable de Diego Forlan (Atletico Madrid) et Luis Suarez (Ajax Amsterdam), il lui faudra néanmoins considérablement élever son niveau de jeu pour espérer tenir un rôle dans la plus prestigieuse des compétitions. Pour l’anecdote, l’Uruguay n’a pas marqué un seul but lors de ses trois derniers matches contre la France. A noter que c’est aussi contre cette nation que Thierry Henry avait été expulsé lors de la Coupe du Monde 2002.(Le Figaro_04.12.09.) 

Confrontations avec la France : 2 Victoires, 2 Nuls, 1 Défaite
Dernière confrontation 19/11/2008 France-Uruguay 0-0 (amical)

Le calendrier des Bleus :
11 juin 20h30
France-Uruguay

17 juin 13h30
France-Mexique

22 juin 16h00
Afrique du Sud-France

****************Le Groupe B sera très hétéroclite puisque outre l’Argentine, le Nigéria, la Corée du Sud et la Grèce seront de la partie lors du premier tour.

coeur- Argentine
Que serait une Coupe du Monde sans l’Argentine ? On ne le saura pas en 2010 même s’il s’en est fallu de peu pour que cela se produise. Contrainte de décrocher son billet pour l’Afrique du Sud dans le money time de sa dernière rencontre face au Pérou (2-1), l’Albiceleste enfilera son traditionnel costume de favorite pour disputer sa 15e Coupe du Monde. Un statut loin de faire l’unanimité après une campagne de qualification moribonde avec Diego Maradona aux commandes. Une période terne qui pourrait être mise aux oubliettes en cas de bonne performance sur le sol africain. Ballon d’Or 2009 et principale arme des Gauchos, Lionel Messi serait bien inspiré de suivre le même chemin que le Brésil en 2002. Au Japon, les Auriverde remportaient le Mondial après s’être qualifiés en passant par la case barrage.

Nigéria
Absent du mondial allemand, le Nigéria ne demeure pas moins l’une des nations les plus régulières d’Afrique en Coupe du Monde depuis 20 ans (3 participations sur 4). Deux fois huitième-de-finalistes de la compétition (1994, 1998), les Super Eagles ont cependant bien failli rester à quai… 2es de leur groupe de qualification de la 5e minute de la première journée jusqu’à la 83e de la dernière, ils ne doivent leur sésame qu’à un concours de circonstances ultra favorable qui aura vu la Tunisie, solide leader de bout en bout, être défaite au Mozambique en fermeture des éliminatoires. Mais l’essentiel y était et c’est avec grand plaisir que l’on retrouvera Kanu, Apam, Taïwo et consorts en juin. Par chance, Roberto Baggio ne sera pas du rendez-vous sud-africain, lui qui avait ruiné en 20 minutes les rêves de quarts de finale des Verts et Blanc en 1994. Daniel Amokachi, actuel entraîneur adjoint, en cauchemarde encore… A noter enfin que le tacticien en place, Shaibu Amodu, pourrait être très prochainement démis de ses fonctions. Philippe Troussier aurait été sondé pour le suppléer.

Corée du Sud
C’est devenu un classique, un vieux meuble de la Coupe du Monde. Depuis 1986, la Corée du Sud n’a manqué aucune édition d’un Mondial, enchaînant 7 participations consécutives. Un record intouchable en Asie. Le parcours en Coupe du Monde 2002, sur ses terres, est toujours ancré dans les mémoires. 4es contre toute attente, les Sud-Coréens avaient impressionné et suscité ensuite la convoitise des recruteurs européens. Un exode vers le Vieux Continent qui a permis aux Coréens de se mettre définitivement au niveau mondial. Parmi les joueurs expatriés, un fait le bonheur de Monaco : Chu-Young Park. Homme fort de sa sélection avec 11 buts en 36 sélections et étincelant quand il s’agit d’enfiler la tunique rouge et blanche de la formation princière, le joueur âgé de 24 ans sera le porte-drapeau nippon lors du prochain Mondial.

Grèce
Championne d’Europe surprise en 2004, la Grèce ne disputera en Afrique du Sud que la 2e Coupe du Monde de son Histoire. La sélection hellénique y tentera d’ouvrir son compteur victoire et but puisque sa seule expérience en 1994 fut un fiasco (3 défaites contre l’Argentine, la Bulgarie et le Nigeria, 0 but marqué, 10 encaissés). Elle visera certainement plus sous la houlette du faiseur de miracles, Otto Rehhagel, en place depuis 2001. Deuxième de son groupe derrière la Suisse, la Grèce est allée obtenir son billet en gagnant en Ukraine, au match retour des barrages (0-0, 0-1). Elle s’appuie toujours sur un socle défensif bien organisé, auquel s’ajoutent des éléments offensifs comme Theofanis Gekas (10 buts, meilleur buteur des éliminatoires en Europe). Absente de la Coupe du Monde 2006, la Grèce estime que cet échec l’a renforcée. (Le Figaro-04.12.09.)

***********Placée dans le groupe D, l’Allemagne devra se farcir le Ghana et la Serbie lors du premier tour. L’Australie apparait comme le Petit Poucet de ce groupe.

coeur- Allemagne
L’Allemagne décrochera-t-elle une 4e étoile ? Vice-championne d’Europe en 2008, la Nationalmannschaft sera bien évidemment au rendez-vous l’été prochain. Grâce à un parcours quasi-parfait durant les éliminatoires (8 victoires, 2 nuls) sous la houlette de Miroslav Klose, auteur de 48 buts sous le maillot allemand, ce qui en fait le deuxième meilleur buteur de l’Histoire du football allemand derrière l’indétrônable Gerd Müller (69). Efficace à défaut d’être flamboyante, l’Allemagne misera bien évidemment sur son expérience des grands rendez-vous et s’appuiera sur son immense palmarès en Afrique du Sud. Finaliste malheureuse en 2002, sur le podium en 2006 lors de «sa» Coupe du Monde, l’Allemagne, 6e au classement FIFA, n’aspire qu’à une chose : inverser la tendance déclinante pour se hisser à nouveau sur le toit du monde.

Australie
L’Australie n’a pas manqué sa première campagne de qualification dans la zone Asie. Habitués à jouer les barrages face à une formation asiatique pour espérer se qualifier, les Socceroos, à leur demande, ont été reversés dans le continent asiatique. Bien leur en a pris puisque ils n’auront eu aucun mal à poinçonner leur ticket pour le Mondial (6 victoires, 2 nuls). Après 1974 et 2006, les coéquipiers de l’excellent Tim Cahill goûteront pour la 3e fois de leur Histoire aux joies d’une Coupe du Monde. L’objectif sera de faire aussi bien qu’en 2006 où les protégés de Guus Hiddink, alors entraîneur, s’étaient hissés au stade des 8es de finale. Avec maintenant une solide expérience du haut niveau, les Australiens arriveront-ils à faire changer les habitudes en faisant briller leur football comme leur rugby ?

Serbie
La Serbie disputera sa première Coupe du Monde sous cette appellation, depuis l’indépendance du Monténégro. Héritière des grands techniciens yougoslaves (demi-finales en 1930 et 1962), la sélection de Radomir Antic a certes créé la surprise en remportant son groupe de qualifications devant la France, mais elle n’a fait que confirmer son parcours effectué lors des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2006 (1 but encaissé en 10 matches) quand elle était encore la Serbie-et-Monténégro. Le Mondial allemand s’était ensuite mal passé (trois défaites dont une 6-0 contre l’Argentine). Les coéquipiers de Nemanja Vidic, peut-être le meilleur défenseur en Europe, ont un affront à laver en Afrique du Sud

Ghana
Premier qualifié africain, le Ghana n’a pour ainsi dire pas volé son deuxième billet consécutif à la Coupe du Monde. Huitième-de-finaliste logique de l’édition précédente (battus par le Brésil), les Black Stars apparaissent comme l’épouvantail parfait. Monstrueux de puissance physique et remarquables manieurs de ballon, Mickaël Essien & Co, forts de l’appuie de la génération championne du monde des moins de 20 ans, ont la réputation de pratiquer actuellement le football le plus chatoyant de leur continent. La prochaine CAN disputée en Angola devrait constituer une belle mise en bouche pour cette sélection appelée à tutoyer les sommets. Gros motif d’inquiétude tout de même : l’état de forme de Stephen Appiah, maillon essentiel de l’équipe concoctée par Milovan Rajevac, en totale perdition actuellement à Bologne et qui n’a pas disputé une saison entière depuis 2006. (Le Figaro-04.12.09.)

*************Le groupe E des Pays-Bas s’apparente à un groupe piège. Les Oranje affronteront le Danemark, le Japon et le Cameroun de Paul Le Guen lors du premier tour.

coeur- Pays-Bas
3e nation au classement FIFA, les Pays-Bas sont un peu comme l’Espagne l’équipe maudite des phases finales. Double finaliste malheureuse (1974, 1978), la sélection batave cultive l’image d’une équipe merveilleuse, animée par la philosophie du football total, mais jamais récompensée hormis l’Euro 1988. «Champions du monde» des qualifications, les Oranje ont respecté la tradition, survolant leur groupe (8 victoires en 8 matches) avec une solidité nouvelle (2 buts encaissés). Ne reste plus à Arjen Robben, Wesley Sneijder et Ruud van Nistelrooy qu’à dépasser le stade des matches couperets (élimination en 8es à la Coupe du Monde 2006, en quarts à l’Euro 2008).

Danemark
Les Vikings sont de retour ! Après avoir raté la Coupe du Monde 2006 et l’Euro 2008, le Danemark a retrouvé sa place sur l’échiquier mondial. Celui de trublion capable de coup d’éclat comme en 1992 lors de l’Euro suédois avec le titre à l’arrivée, après avoir été appelé à la dernière minute suite au désistement de la Yougoslavie. Les Danois sont à prendre au sérieux. On ne termine pas par hasard premier de son groupe avec une seule défaite au compteur, au nez et à la barbe du Portugal et de la Suède. Avec l’inoxydable Jon Dahl Tomasson, le Danemark rêve d’être l’une des bonnes surprises de ce Mondial africain. A noter qu’en trois participations, les Scandinaves ont toujours franchi le 1er tour (deux 8es de finale et un quart en 1998). Les futurs adversaires sont prévenus…

Japon
Depuis 1998 et sa première participation à une phase finale de Coupe du Monde en France, le Japon est devenu une nation régulière, enchaînant 4 qualifications consécutives. Des bons résultats confirmés par deux sacres en Coupe d’Asie des Nations ainsi qu’une élogieuse seconde place lors la Coupe des Confédérations 2001. Néanmoins, la formation nippone peine à confirmer une fois les choses sérieuse commencées. Hormis un huitième de final disputé sur ses terres en 2002, le pays du Soleil Levant n’a jamais été en mesure de jouer les poils à gratter dans une compétition majeure. Récemment élu Joueur asiatique de l’année, Yasuhito Endo meneur de jeu japonais, pourrait bien y remédier en Afrique du Sud.

Cameroun
Qu’elle semble loin la désillusion de 2006 pour le Cameroun absent du dernier Mondial. Repris par Paul Le Guen alors qu’ils étaient derniers de leur groupe, les Lions Indomptables se sont montrés intraitables par la suite en enchaînant 4 succès consécutifs ! Histoire de marquer un peu plus le football africain, les Camerounais, avec cette 5e participation, deviennent les recordmans en la matière devant la Tunisie. Avant de faire le grand saut pour l’Afrique du Sud, Paul Le Guen aura la possibilité d’apporter les dernières retouches à une formation déjà très solide durant la Coupe d’Afrique des Nations en janvier. L’occasion pour Samuel Eto’o d’asseoir un peu plus sa domination au classement des buteurs de la compétition, avant de s’exprimer sur les terrains sud-africains.

******************L’Italie a été plutôt épargné par le tirage au sort. Les Transalpins devront en découdre avec le Paraguay, la Nouvelle-Zélande et la Slovaquie lors du premier tour.

coeur-Italie
Championne du monde en titre, l’Italie est la deuxième nation la plus titrée derrière le Brésil avec quatre trophées (1934, 1938, 1982, 2006). Depuis 1970, la Squadra Azzurra participe à la finale de la Coupe du Monde tous les 12 ans. Les statistiques voudraient que l’on ne parie pas sur un sacre transalpin en Afrique du Sud. Seules deux nations ainsi ont réussi le doublé : le Brésil (1958, 1962) et… l’Italie (1934, 1938). Il faudra quand même compter sur elle, comme toujours (les 8es de finale au moins atteints sur les 8 dernières éditions). Revenu aux affaires après l’échec Donadoni à l’Euro 2008 (quart de finale, un échec en Italie), le magicien Marcello Lippi a réappliqué la bonne formule (7 victoires, 3 nuls en qualifications) à la tête de la sélection la plus âgée de ces éliminatoires (27 ans et 4 mois). L’expérience comme garantie d’un nouvel exploit ?

Paraguay
Désormais habitué du rendez-vous mondial, le Paraguay n’a pas vraiment eu à batailler pour obtenir son sésame. Troisième de la zone AMSUD à seulement une longueur du Brésil, premier, l’Albirroja est parvenue à s’imposer au moins une fois face aux cinq qualifiés sud-américains, une jolie référence. Deuxième meilleure défense des éliminatoires, l’équipe s’appuie sur une ossature solide et bien huilée sans joueur de renom hormis Roque Santa Cruz. Le nouvel attaquant de Manchester City traîne actuellement une blessure persistante au genou et n’a pour l’heure pas disputé la moindre minute en Premier League cette saison.

Nouvelle-Zélande
En dépit de sa première place dans la poule éliminatoire d’Océanie, la 100e nation FIFA a dû passer par un barrage des plus indécis face à Bahreïn pour poinçonner son ticket sud-africain. Inconnu ou presque du Gotha mondial (une qualification tout de même au Mondial 1982), la sélection «All White», ne le cachons pas, constituait pour tous les participants le tirage au sort parfait. Car il semble bien, au regard de son effectif, qu’il s’agit du protagoniste le plus faible du plateau avec la mystérieuse Corée du Nord. Un seul joueur notable complète un effectif constitué en majorité d’éléments évoluant au pays ou en Australie : Ryan Nielsen, défenseur central titulaire à Blackburn en Angleterre.

Slovaquie
Eliminée en barrages par l’Espagne pour l’accession à la Coupe du Monde 2006, la jeune Slovaquie (créée en 1993) participera en Afrique du Sud à sa première phase finale d’une grande compétition. Pour ce faire, elle a terminé à la surprise générale première de son groupe, profitant des défaillances de la République tchèque et de la Pologne. Au style plutôt offensif (22 buts marqués en 10 matches, 10 encaissés), le seul bizuth européen (34e au classement FIFA), où officient le Lillois Robert Vittek et l’ex-Marseillais Martin Skrtel, aspire simplement à profiter du moment en Afrique du Sud, et pourquoi pas provoquer de nouvelles surprises. (Le Figaro-04.12.09.)

 image

****************Le Brésil a hérité d’un groupe compliqué et assez dense puisque le groupe G sera composé du Portugal, de la Côte d’Ivoire et de la Corée du Nord.

coeur- Brésil
Qui dit Coupe du Monde, dit évidemment Brésil. Et pour cause. Vainqueur de l’épreuve à cinq reprises, dont la dernière en 2002, la Seleção est plus que jamais favorite à la succession de l’Italie. Dominateurs sans forcer durant des éliminatoires globalement maitrisés (1er avec 34 points), les Auriverde, vainqueurs aussi de la dernière Coupe des Confédérations, arrivent en terrain conquis sur le sol sud-africain. Dunga, le sélectionneur national, pourra s’appuyer sur l’état de forme étincelant des Brésiliens d’Europe. Ainsi, Kaka, Luis Fabiano ou même Ronaldinho qui renaît de ses cendres à Milan, sont attendus en juin prochain pour enflammer les stades sud-africains. La planète foot s’en lèche déjà les babines.

Corée du Nord
Mise dans la case «Petits poucets» en compagnie de la Nouvelle-Zélande et du Honduras, la Corée du Nord s’apprête à disputer la 2e Coupe du Monde de son Histoire, 44 ans après sa participation en Angleterre. Si l’effectif ne contient aucun nom ronflant à rendre insomniaque les défenses adverses, les Nord-Coréens pourront se reposer sur une abnégation et un sens tactique affûtés. Un mode opératoire qui avait porté ses fruits en 1966 lorsque leurs aînés créèrent la surprise en atteignant les 8es de finale. Aujourd’hui beaucoup plus ouverte à l’exportation de ses talents bruts, la Corée du Nord peut compter sur des jeunes joueurs formés au Japon, en Corée du Sud ou encore en Russie. Yong-Jo Hong, attaquant de Rostov en Russie, fait partie de ceux-là et peut constituer une jolie surprise sur le continent africain.

Côte d’Ivoire
Epouvantail du continent africain, la Côte d’Ivoire n’a pas encore confirmé sa réputation sur la scène mondiale. Cela pourrait toutefois changer en 2010, l’Afrique du Sud organisant l’évènement. Qualifiés sans l’ombre d’un problème dans un groupe relativement faible, les Eléphants devront répondre aux attentes placées en eux après une première participation en 2006 peu convaincante. Depuis quatre ans, beaucoup de choses ont changé, du coach aux joueurs en passant par l’ambition. Et les Ivoiriens semblent beaucoup mieux armés. Symbole de ce changement de statut, Didier Drogba. Leader sur et en dehors des terrains, le Blue de Chelsea cristallise à lui seul l’énorme attente de tout un peuple. A 31 ans, l’occasion de devenir un héros national ne se présentera peut-être pas une 3e fois.

Portugal
Les héritiers d’Eusebio (3e en 1966) attendent enfin une consécration. Finaliste de son Euro en 2004 puis demi-finaliste en Allemagne (4e en 2006), le Portugal reste sur une nouvelle déception à l’Euro 2008 (quart de finaliste contre l’Allemagne) qui l’a profondément marqué. Car ce Mondial, la Selecçao a failli ne jamais le voir. Sortis miraculeusement 2es de leur groupe, les Lusitaniens ont dû en passer par un barrage face à la Bosnie-Herzégovine (1-0, 0-1). Comptant parmi les plus grands talents au monde (Cristiano Ronaldo, Deco, Simao…), le Portugal a toujours cette difficulté à faire de l’addition de ses perles une équipe, où il manque un grand attaquant. Le naturalisé Liedson, sauveur de son équipe en qualifications, est-il le maillon qui permettra à la Selecçao d’atteindre le sommet ?

*************************Le groupe H sera à forte consonnance hispanique puisque l’Espagne sera accompagnée du Honduras et du Chili. La Suisse complète ce groupe très ouvert… derrière la Furia Roja.

coeur- Espagne
Meilleure nation mondiale, l’Espagne brillera-t-elle enfin en Coupe du Monde ? Avec une 4e place seulement pour meilleur résultat (1950), la Roja traîne la réputation d’équipe brillante s’évanouissant dans les grands rendez-vous. Un moral fragile que les coéquipiers de Fernando Torres ont commencé à travailler en gagnant l’Euro en 2008. A l’image de ses équipes de club, Barcelone ou le Real Madrid, l’Espagne est certainement la sélection qui à l’heure actuelle présente le jeu le plus séduisant, ce qui lui a valu d’égaler en juin dernier le record historique d’invincibilité établi par le Brésil entre 1993 et 1996 (35 matches consécutifs sans défaite). Offensivement impressionnante, l’équipe de Del Bosque a balayé tous ses adversaires en phase éliminatoires (10 victoires en 10 matches, 28 buts marqués). La Roja a aujourd’hui tout pour effacer sa malédiction en Coupe du Monde.

Suisse
8e de finaliste en 2006 (éliminée aux tirs au but par l’Ukraine), la Suisse s’apprête à disputer sa 4e grande phase finale consécutive (Coupe du Monde et Euro confondus). Qualifiée d’office pour l’Euro 2008, la Nati commence mine de rien à s’installer sur le plan européen. Première de son groupe de qualifications, devant la Grèce, elle espère maintenant franchir le cap supérieur, qu’elle n’avait pas su dépasser lors de son Euro (élimination en poules). Leader d’une sélection mixant expérience et jeunesse, Alexander Frei (5 buts en qualifications) espère mener son équipe au moins en 8es de finale pour, peut-être, sa dernière Coupe du Monde.

Honduras
«Il y a des gens qui m’ont affirmé être prêts à mettre leur maison en hypothèque pour venir nous supporter en Afrique du Sud !» Comme l’indique Víctor Bernárdez, rugueux défenseur central d’Anderlecht, l’engouement du peuple hondurien ne connait aucune limite. Avec une petite participation à leur actif, lors du Mondial espagnol en 1982, les Catrachos ont pourtant failli visionner la Coupe du Monde depuis leur canapé. Il aura en effet fallu une égalisation de Jonathan Bronstein, défenseur américain, face au Costa-Rica pour que le Honduras poinçonne son précieux sésame. 38es au classement FIFA, les coéquipiers de Bernárdez peuvent s’appuyer sur une solide base défensive composée de locaux et d’expatriés et d’une paire d’attaque Pavón-Suazo «sans équivalent en CONCACAF» selon Bernárdez. Cela reste à voir.

Chili
Après une longue et éprouvante traversée du désert qui aura durée 12 ans, le Chili retrouve enfin des couleurs. Présente lors du Mondial français en 1998, la «Roja» a décroché le droit de disputer la phase finale grâce à un parcours quasi-parfait durant les qualifications (2e avec 33 points). Si les attaquants actuels ne s’appellent plus Zamorano ou Salas, la formation sud-américaine n’en reste pas moins difficile à manœuvrer. Battue en octobre 2008 par cette valeur montante du football mondial (1-0), l’Argentine pourrait très bien en témoigner. Outre sa campagne de qualification à en faire pâlir plus d’une formation, le Chili se déplacera en Afrique du Sud avec une solide expérience des grands rendez-vous et un buteur redoutable dans ses bagages : Humberto Suazo. L’attaquant de Monterrey au Mexique a tout simplement terminé meilleur buteur de la CONCACAF avec 6 buts. Une perf’ à confirmer dans 6 mois. (Le Figaro-04.12.09.) 

**************************

**rentabiliser l’image de l’Algérie à l’étranger

image 

Comme l’a affirmé le coach algérien – son vœu était bien évidemment celui de tous les Algériens – son espérance a d’ores et déjà été exaucée par la présence de la sélection nationale au Mondial qui doit se dérouler en Afrique du sud. Doublement aussi parce que l’Algérie représentera autant le Maghreb que la nation arabe. C’est dire par voie de conséquence la mission, et surtout les défis, qu’est appelée à assumer la sélection nationale. N’est-ce pas d’ailleurs la raison essentielle qui a fait que la qualification algérienne a été saluée par nos voisins immédiats que sont les Marocains et les Tunisiens dont la rue, au vu des réactions prises à chaud après Khartoum, avec une sincérité réelle, a partagé toutes les émotions des nôtres? Autant dire donc que le pays doit se préparer à des sollicitations sur tous les plans, surtout sportives, car faire partie des 32 nations qualifiées à la compétition mondiale de juin prochain est plus qu’une carte de visite et un laisser-passer pour tous les témoignages de considération auxquels vont pratiquement être tenus tous les futurs partenaires étrangers. Il n’y a qu’à voir les autres réactions, celles rapportées par d’illustres titres de presse que sont le New York Times, le Sun, le Guardian ou encore Le Telegraph, sans négliger les médias de Slovénie, notre futur et premier adversaire. Quoi qu’il en soit, et même si depuis l’entame de l’année 2000 l’Algérie est plutôt vue sous un autre prisme, cette qualification pour l’Afrique du Sud, et plus particulièrement les conditions dans lesquelles elle a été obtenue, l’a propulsée sous les feux de la rampe, et la polarisation ou l’intérêt, même mitigés, qu’elle va susciter, voire qu’elle a déjà suscité, ne peuvent qu’être des arguments à prendre très au sérieux par les responsables algériens pour l’avenir. L’avenir immédiat, sommes nous tenus de souligner, celui des huit mois qui nous séparent du démarrage officiel de la compétition. Le coup d’éclat étant là, il ne s’agit plus que de le rentabiliser et pour cela il faudrait évidemment une somme d’imagination phénoménale qui pourrait être matérialisée par une véritable opération de conquête de l’opinion internationale. S’impose donc la nécessité d’une stratégie politique dans son acception la plus large.Tous les départements sectoriels, la société civile, les opérateurs économiques, les médias et notamment les boîtes de communication, de production indépendantes et/ou privées, les agences de voyages, et le monde artistique devraient sans désemparer et au plus tôt  réfléchir à «vendre» l’image de l’Algérie, une Algérie nouvelle qui, renaissant progressivement de ses cendres politiquement et économiquement, s’est depuis une dizaine d’années replacée dans le concert des nations. Cette réalité s’est accompagnée durant la même période par une présence effective et surtout éclectique dans le domaine sportif, ce qui en soit est une véritable performance compte tenu de la conjoncture au cours de laquelle certains exploits ont été accomplis par les sportifs algériens et qui ont à juste titre permis au pays de ne pas tomber dans un assassin anonymat, sinon dans un oubli prémédité parfois, si ce n’est très souvent entretenu par  d’autres pays qui ne lui pas voulu que du bien. Loin s’en faut. C’est donc là une revanche sur le destin et il appartient aux responsables algériens de pleinement saisir l’opportunité qui s’offre à la sélection nationale de football d’être aussi bien un ambassadeur de qualité que le porte drapeauégalement d’une nation qui n’a jamais douté de ses potentialités. (La Tribune-06.12.09.)

***************************************

**l’horreur anti-sportive et un modèle de déni de justice….

Un banal avertissement. Peut-être une petite amende ou, au pire, un insignifiant huis clos à l’occasion d’un match sans réel enjeu. L’Egypte s’en tire bien, et le volcan du Cairo Stadium, il en a maintenant le droit, la bénédiction de la FIFA et son prolongement continental, la CAF dont le siège, ne l’oublions pas, est au coeur d’Oum Eddounia, de gronder comme il peut. De déborder même de son cadre sportif et de faire la «fête» à tous les adversaires prétentieux, du genre du onze national algérien coupable de se retrouver là au mauvais moment et au mauvais endroit, dans l’antre du double champion d’Afrique dont le statut lui ouvrait droit de «cuissage» (on s’excuse du mot), sur la toute dernière marche d’une Egypte qualifiée avant de descendre sur le terrain, de régler leurs comptes à ces petits Fennecs refusant finalement de se faire écraser. De se présenter dans le «berceau » de l’humanité en victime expiatoire. Les «Verts», au bord d’un Nil pas du tout tranquille sur la rive égyptienne avant de se calmer du côté soudanais et de signer le beau succès (on en est maintenant plus que convaincu) de l’Algérie indépendante qui l’a fêté comme il se doit, l’ont vérifié à leurs dépens en tombant dans un traquenard en live mondial. Que la planète entière a vu sauf apparemment l’auguste maison de verre dirigée par l’omnipotent Blatter qui la dirige comme une propriété privée au service exclusif des nantis, d’intérêts occultes où les empêcheurs de tourner en rond n’ont d’autres choix que de subir. Le dernier Egypte- Algérie du Caire restera, quoi qu’il arrive, aussi bien un sommet dans l’horreur anti-sportive qu’un modèle de déni de justice avec la clémence affichée à l’égard d’un pays «voyou» n’accordant pas le moindre respect à ses hôtes quand il s’agit de vaincre. Même sans péril. Le péril concernant évidemment toutes les sélections sur lesquelles se sont refermées, plus souvent que l’on imagine, les portes d’un guet-apens misri répété à l’envi. Digne de ces feuilletons de très mauvais goût que la téléspectatrice algérienne exige maintenant, à la bonne heure (il n’est jamais trop tard pour bien faire !), la disparition des écrans de notre Unique. L’Egypte, confortée dans ses choix violents par l’instance morale (et quelle morale !) du football mondiale, peut maintenant dormir tranquille et préparer ses futurs adversaires à d’autres opérations d’éclat où le sang versé par ses victimes figurera au chapitre «pertes et profits» d’une multinationale du foot qui sait fermer les yeux quand il faut. N’est-ce pas M. Hayatou, président à vie de la CAF et non moins vice-président de la FIFA n’oubliant pas justement le poids de cette même Égypte, qui lui sert de siège permanent (encore une autre anomalie dénoncée par l’Algérie et pour laquelle elle paye le prix fort) pour garder un pouvoir quasi-despotique à la tête d’une structure digne d’une organisation mafieuse suscitant des enjeux (financiers surtout) colossaux ouvrant la porte à tous les dépassements. Dans sa grande mansuétude, l’incorrigible FIFA consent à ouvrir une enquête, renvoie la balle à sa commission de discipline qui se donne un long délai (mois de mars au plus tôt) pour délivrer la sanction relative aux «évènements» du Caire. Elle fait au passage une «fleur» à l’Algérie (ouf, on l’a échappé belle) en confirmant la «belle» de Khartoum en son résultat. Antar et ses frères, ils en sont sûrs maintenant, ils l’ont vu de leurs yeux lors de cette cérémonie de tirage plutôt clémente qui leur permet de caresser le rêve d’aller le plus loin possible dans une compétition toujours ouverte aux exploits. Dont ils sont capables. L’Égypte, assurée de l’impunité, n’a pas de soucis à se faire pour la prochaine CAN en Angola et s’en tire donc sans grosse casse. Il ne restera ainsi donc dans l’oued (pas le Nil) que ses cailloux. Mise face à ses remords (en a-t-elle ?) par le but somptueux de Antar, sa défaite nous à rendu un fier service. Nous a ouverts à d’autres victoires. Plus importantes. A l’instar de ce message adressé par ces millions de jeunes qui ont investi, des jours durant, en des liesses inimaginables, pour fêter l’exploit de leurs héros, une rue toute en couleurs. Dans un débordement d’enthousiasme sans précédent que seule la magie du ballon rond permet. En se gardant d’entrer dans le jeu malsain d’une guerre médiatique infructueuse, le pouvoir se donne peut-être, on l’espère beaucoup, le temps d’entamer une grande réflexion autour du sensible dossier jeunesse. De cette frange exigeant le respect dans une société qui ne sait plus composer avec sa sève. Qui doit réapprendre à ouvrir les espaces de liberté et ne pas confiner toute cette énergie dans d’exigus gradins, dans cet exutoire qu’est désormais un stade à l’origine de bien de nos peurs hebdomadaires. Merci pour tout cela. Même pour vos aboiements.(Le Courrier d’Algérie-06.12.09.) 

********************* 

*Le trophée de la Coupe du Monde  à Alger

Dans une cérémonie grandiose, inédite dans l’histoire de l’Algérie et de la presse mondiale, Echorouk a reçu en exclusivité jeudi matin (01.10.06.) dans ses locaux, le trophée Coupe du Monde, plus sublime que sur les écrans de télévision.L’invitée de marque de ce 1er octobre 2009, jour mémorable, arrivera à 8h55, sous une étroite surveillance sécuritaire sur toutes les voies menant à la maison de la presse Farid Zouioueche à Kouba. Le trophée a été soigneusement transporté dans le bureau du conseiller de l’information d’Echorouk, puis à la salle des conférences du journal à 09h09. Les employés d’Echorouk étaient à leur poste très tôt pour accueillir et saluer le trophée mondial et ses accompagnateurs. L’organisation exemplaire a pris de court les représentants de la société sponsor Coca Cola.  Le directeur général de la société mondiale des boissons sponsorisant l’évènement, Ibrahim Laroui, et le directeur général d’Echorouk, Ali Fodhil, ont levé ensemble le voile noir qui recouvrait le trophée sous une avalanche d’applaudissements. S’ensuivit la séance photo, et les présents prenaient à tour de rôle une photo souvenir immortalisant un Grand jour ! La Coupe du Monde s’est ensuite déplacée, à 9h32, à l’hôtel Hilton escortée par un cortège de sécurité. Elle a été exposée devant 4 mille personnes qui n’ont cessé de prier pour que la présence du trophée en Algérie soit un porte-bonheur pour que les Verts battent le Rwanda la semaine prochaine et qu’ils se qualifient au Mondial.  Le directeur général d’Echorouk Ali Fodhil a exprimé son immense joie de recevoir le trophée original en Algérie et plus particulièrement à Echorouk en exclusivité. Il a affirmé que l’évènement est exceptionnel pour les algériens surtout en cette dernière ligne droite des éliminatoires pour les qualifications au Mondial. «La venue de la Coupe du Monde était un rêve», a déclaré Ali Fodhil, avant d’ajouter: «Notre joie est grande et elle sera entière avec la qualification de l’Algérie au Mondial». Le directeur général de la société Coca Cola a révélé que le choix d’Echorouk n’était pas fortuit, mais qu’il a principalement été dicté par la crédibilité dont jouit le journal auprès de ses lecteurs. Ibrahim Laroui indique: «Echorouk est un journal respectable et Coca Cola est une grande société. Nous espérons qu’ensemble nous participerons au développement du football en Algérie». Le premier goal de la sélection nationale, Lounès Gaouaoui, a déclaré que la vue du trophée de près encourage à fournir un maximum d’efforts afin de permettre aux Verts d’accéder au Mondial 2010, prévu en Afrique du Sud. L’ancien gardien de buts de la JSK a déclaré qu’il parlerait à ses camarades de l’évènement historique auquel il a assisté, et auquel eux aussi auraient voulu prendre part.Répondant à une question au sujet des joueurs qui n’ont pas été convoqués pour le match contre le Rwanda, le goal a essayé de remonter le moral de ses amis en les invitant à travailler davantage pour revenir à l’EN par la grande porte.S’agissant des matchs restants, le gardien de buts n’a pas affiché un excès de confiance, mais a souligné que les deux rencontres à venir sont tout aussi importantes que les matchs disputés jusqu’alors. Gaouaoui espère toutefois que la qualification sera décidée lors de la prochaine sortie. L’ancien international, Lakhdar Belloumi, a déclaré qu’il a réalisé un rêve en approchant d’aussi près le trophée, pour la première fois de sa vie, en dépit de sa participation à deux reprises au Mondial.  La star du football des années quatre-vingts a par ailleurs invité tous ceux qui ont de près ou de loin un rapport avec le football à intensifier les efforts au profit du développement de la discipline.  Belloumi a d’autre part évoqué plusieurs aspects relatifs à la sélection nationale actuelle mais également celle qui a pris part au mondial de 1982 et de celui de 1986. Le trophée sous surveillance satellitaire… Le dispositif sécuritaire a été renforcé pour l’escale du trophée de la Coupe du Monde à Alger. Il faut dire aussi que l’histoire du trophée n’a pas été épargnée par des vols notamment en 1966 et 1983, l’or attisant les convoitises… En plus du dispositif policier, une brigade d’intervention spéciale et une brigade de recherche et d’intervention ont été mobilisées. Un plan sécuritaire a été mis en place, incluant tous les itinéraires du trophée, y compris entre l’aéroport et l’hôtel Hilton, et entre ce dernier et le siège d’Echorouk. La surveillance a également assurée par les satellites afin de suivre les déplacements de l’illustre trophée. Le trophée qui était venu de Tunisie poursuit son périple africain, après son escale algérienne. D’Alger, il a mis le cap sur le Maroc. Ce qu’il faut savoir, néanmoins, c’est qu’il est strictement interdit de toucher la Coupe du Monde, ni avec les mains ni autre chose. Seul le chargé de la surveillance du trophée a le droit d’y toucher…en utilisant des gants transparents !************************** 

les organisateurs mettent les bouchées doubles 

 Lorsqu’on ne doute pas de ses compétences, on peut réaliser des miracles. Montrons au monde entier ce dont nous sommes capables ». Le slogan est affiché dans différents établissements commerciaux de Cap Town et il se réfère bien entendu au Mondial 2010 que le pays de Mandela s’apprête à accueiller du 11 juin au 11 juillet 2010. Les Sud-Africains en général voient en cette manifestation un défi majeur à relever, mais aussi une opportunité pour soigner l’image du pays et consolider leur économie. Le compte à rebours a déjà commencé et en cette deuxième semaine de juillet, l’on est dans les 330 jours avant le jour J. C’est une véritable course contre la montre qu’engagent les autorités du pays pour être prêts pour la fête. Dans la rue au Cap Town, ce n’est pas encore la grande fièvre des compétitions majeures mondiales, mais des signes symptomatiques de pareils rendez-vous sont perceptibles. Des magasins proposent différents articles en relation avec la promotion de cette manifestation. Tee-shirts, casquettes, souliers, ballons et autres articles portant des inscriptions sur le Mondial sont mis en vente. Déjà des bijoux et des produits d’artisanat à l’effigie de cette compétition s’écoulent. Malgré les difficultés que rencontrent les différentes parties chargées de la préparation de cette fête grandiose, les habitants sont confiants. Nous venons d’organiser la coupe des confédérations avec succès. La FIFA nous a attribué une note de 7.5 sur 10. Les 02 points restants on les a perdus à cause des carences constatées dans le secteur des transports surtout et un peu dans l’hébergement.

Mais les projets qui sont en train de se réaliser aideront certainement à régler ce problème, nous dit Mario, un guide touristique du Cap. En effet, le pays s’est lancé dans une course contre la montre pour moderniser le secteur des transports et l’adapter aux besoins de pareils rendez-vous. On focalise notamment sur le développement du transport ferroviaire. Cela entre dans le cadre de la réalisation de couloirs de transport stratégiques et d’ouverture de voies nouvelles, nous explique Joost, un libraire du Cap Town. Les autorités sont également à l’œuvre pour l’amélioration du transport public (par bus surtout) sur les longs trajets. L’Etat sud-africain a en effet dégagé une enveloppe de 6.5 milliards de rands pour améliorer le transport public dont près de 2 milliards iront au développement de l’infrastructure du transport dans la seule ville du Cap. L’entreprise des aéroports de l’Afrique du Sud réserve, elle, plus d’1 milliard de rands pour l’amélioration de l’aéroport du Cap. Les liaisons entre les aéroports, les hôtels et les stades seront renforcées, de même pour les lignes ente les villes abritant les compétitions comme Johannesburg-Pretoria. Cette ligne dite Gautrain sera desservie par un train à grande vitesse à partir de l’aéroport de Johannesburg. Et le trajet pourra se faire en 30 minutes une fois les travaux de réalisation de la voie ferrée achevés. L’Afrique du Sud a fait appel au savoir-faire étranger pour être dans les délais car il y a une participation anglaise, française et autres à ces projets, ajoutent nos interlocuteurs. Les Sud-Africains comptent beaucoup sur le Mondial pour redresser leur économie. Surtout que le PIS du pays vient d’enregistrer, pour la première fois en 17 ans, une baisse de 6.4%. La récession a commencé à se faire sentir depuis juin dernier aggravant sérieusement le problème du chômage dans le pays. Lorsque les secteurs de l’industrie, des mines et des travaux publics sont atteints, c’est toute la chaîne économique qui en pâtit, mais le président promet de créer 500 000 emplois, dit Joost. Il y a beaucoup de capitaux étrangers dans les projets lancés à cette occasion, nous explique encore Mario qui, citant les parties concernées, les situe entre 30 et 35%. Notre premier partenaire est l’Union européenne avec l’Angleterre, la France et l’Allemagne en tête, ajoute-t-il.

Des discussions que nous avons eues avec plusieurs habitants du Cap, il se dégage un optimisme parfait. La population et le gouvernement sont sûrs : nous allons réussir. On a mis dans ce projet beaucoup d’argent, mais çà ne sera pas vain. La police améliore ses performances dans la lutte contre la criminalité et il y a même des sessions de formation à son profit dans le pays et à l’étranger, une brigade nouvelle qui vient d’être lancée et dont on attend beaucoup en termes de lutte contre la criminalité. C’est toute l’image de l’Afrique du Sud qui va changer et nous avons une meilleure visibilité pour l’avenir, disaient encore nos interlocuteurs. Organiser une compétition pareille nous donne beaucoup de fierté et de la confiance en nos compétences. Nous savons que la FIFA est intransigeante au sujet de l’attribution du mondial et si nous l’avons arraché, c’est que nous inspirons confiance et respect au sein du concert des nations, dit Mario. Au-delà de l’apport de cette manifestation à la croissance économique, Laura nous dit que pareilles occasions contribuent à cimenter les relations entre toutes les populations du pays. Le sport en général et le Mondial en particulier vont contribuer à renforcer les rapports entre les Noirs et les Blancs. Nous l’avons vu : lors de la coupe des confédérations des Blancs portaient des habits traditionnels des populations noires et s’enlaçaient dans les tribunes En football aussi, les Sud-Africains sont optimistes. Les performances de ces derniers mois des Bafana Bafana donnent beaucoup d’espoir. Puis les équipes comme le Nigeria, l’Algérie, l’Egypte, le Sénégal, le Maroc, la Côte-d’Ivoire, le Ghana et le Cameroun nous font entretenir l’espoir que la première Coupe du monde organisée en Afrique reste sur le continent. Il ne faut surtout pas oublier que l’Afrique du Sud et l’Egypte ont très bien joué contre le Brésil en coupe des confédérations, nous dit Joost qui compte sur une solidarité africaine pour réussir le premier mondial qu’abrite le continent.

La confiance qu’ont les Sud-Africains est aussi inspirée par l’expérience qu’a le pays dans l’organisation de grande compétitions mondiales. Car on a déjà organisé la Coupe du monde de rugby en 1995, la Coupe d’Afrique des nations en 1996. Bien que nous venions tout juste de sortir de l’apartheid. Comme nous avons organisé la Coupe du monde du cricket en 2003. Sur le plan économique le pays, sans être très performant, connaît une stabilité. Le pays abrite aussi annuellement l’Argus Cycle Tour, le Marathon des deux océans. C’est aussi un pays bien structuré, moderne, malgré les problèmes de la pauvreté et du chômage. Mais il y a des décisions qui sont en train de se prendre et qui nous mènent dans le bon sens, ajoute Mario. Notre présence en Afrique du Sud a coïncidé avec une grève qu’ont lancée les 70 000 travailleurs des chantiers des infrastructures projetées dans le cadre du Mondial. Le pouvoir d’achat ayant été sérieusement affecté par les récentes augmentations des tarifs d’électricité (30%) et des produits alimentaires (12%), les ouvriers exigent des augmentations de salaires leur permettant de compenser cette « saignée », selon la presse locale. Si les travailleurs des différents chantiers du Mondial ont observé un mouvement de grève la semaine dernière pour réclamer une augmentation des salaire, les travaux engagés depuis 2007 ont fortement contribué à réduire le taux de chômage, nous dit-on. quatre nouveaux stades Neuf villes sud-africianes abriteront les matches du Mondial 2010 : Johannesburg, Durban, Cap Town, Polokwane, Nelspruit, Rustenberg, Bloomfontein, Port Elizabeth, et Pretoria. Dans ces villes, six nouveaux stades sont en construction dont ceux de Durban, Soweto et le Green Point du Cap qui accueillera une demi-finale. Ils devront tous être livrés avant la fin de l’année en cours. Les quatre stades à rénover, à savoir ceux de Pretoria, Johannesburg, Rustenburg et Bloemfontein sont déjà achevés.

Au Cap Town, le stade Greenpoint devra être livré en octobre prochain, i1 a atteint un taux d’avancement conforme aux prévisions initiales, mais la grève risque de le retarder si elle venait à durer, pense un hôtelier de la ville. Situé tout près du célèbre quartier Waterfront, un endroit touristique par excellence pour ses richesses historiques et naturelles et pour les larges gammes de divertissement qu’il offre, le stade a une capacité de 70 000 places avec un toit amovible. Les supporters sont autant des touristes qui apporteront un plus sur le plan économique à la ville, disent nos interlocuteurs. Les travaux du stade ont atteint un stade d’avancement appréciable. Cependnat, si ici l’accent est aujourd’hui mis sur le stade du Cap et les infrastructures de base, l’intérêt se porte globalement sur l’après mondial. « L’intérêt pour le pays, c’est moins l’évènement lui-même que le coup d’accélérateur qu’il devra donner à l’économie sud-africaine. Il est attendu de ce Mondial qu’il nous lègue un héritage dont nous pourrons profiter après », dit Patricia. D’ailleurs, les autorités se sont d’abord attelées à trouver un preneur pour le stade du Cap pour l’après-juillet 2010 avant même de lancer les travaux de sa réalisation. « Sans quelqu’un pour le gérer et le rendre rentable après le Mondial, le nouveau stade aura été une perte sèche. Donc la ville a pris ses devant et a conclu un contrat avec un opérateur économique qui va le prendre pour une durée de 30 ans », nous expliquent nos interlocuteurs. L’espoir n’est pas seulement porté sur la réussite de l’évènement, mais plutôt sur le « changement d’attitude du gouvernement depuis 2006 qui semble fixé sur le projet de société à réaliser ». « Le gouvernement est depuis peu sérieusement tourné vers le renforcement de la sécurité, l’éducation, la formation et l’emploi », dit Mario. Il y a en outre tout un business qui se développe déjà autour de ce rendez-vous. Dans la banlieue ouest de la ville, sur la route du Cap de Bonne Esperance, nous avons vu des chantiers de construction de nouvelles cités qui seront mises à la disponibilités des supporters. « Il y a des dizaines d’endroits comme ça dans toute la ville du Cap. Ce sont des maisons mises en vente ou en location pour les gens qui préféreraient une habitation personnelle à un hôtel. Le foncier et le secteur de la construction ont connu un essort sans prcédent depuis qu’on a annoncé l’organisation du Mondial 2010 en Afrique du Sud », nous explique notre accompagnateur. En outre, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’entrer dans les stades, les organisateurs ont prévu des Fan Parks (parks pour supporters) au Cap et ailleurs où les amateurs du foot pourront suivre les confrontations sur des écrans géants. A cela s’ajoutent les projections qui se feront dans les établissements commerciaux. On compte faire une recette de 3 milliards de dollars dans ce mondial en plus de l’héritage qu’il aura légué.(El Watan-04.09.09.)

********************

Pas de réponses à “le Mondial 2010 en Afrique du Sud”

  1. 7 08 2011
    fieldrunners hd (18:15:45) :

    I agree with your le Mondial 2010 en Afrique du Sud at ElAyam.5, good post.

    Répondre

  2. 7 11 2011
    a3132892 (17:04:19) :

    I’ve said that least 3132892 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  3. 31 08 2012
    jordan for girl (15:43:43) :

    Thanks for your post. I also believe that laptop computers are getting to be more and more popular right now, and now will often be the only form of computer used in a household. This is because at the same time they are becoming more and more cost-effective, their working power is growing to the point where they are as robust as desktop computers through just a few years back.

    Répondre

  4. 22 11 2012
    cyber monday north face deals (05:43:29) :

    The other day, while I was at work, my cousin stole my apple ipad and tested to see if it can survive a forty foot drop, just so she can be a youtube sensation. My apple ipad is now broken and she has 83 views. I know this is totally off topic but I had to share it with someone!

    Répondre

  5. 20 12 2012
    return man 2 (19:42:13) :

    I like this post :-)
    return man 2

    Répondre

  6. 9 08 2015
    Christelle Maille (10:48:12) :

    Génial récit ! Une parenthèse pour vous montrer le site d’un boutique en France à Vincennes de bijoux fantaisie.

    https://bijouxtutti.wordpress.com

    Répondre

  7. 17 12 2015
    sdorttuii plmnr (20:12:39) :

    Hi! I’m at work surfing around your blog from my new iphone 3gs! Just wanted to say I love reading through your blog and look forward to all your posts! Carry on the superb work!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

  8. 28 04 2016
    Sofia London (11:49:16) :

    If you’re still on the fence: grab your favorite earphones, head down to a Best Buy and ask to plug them into a Zune then an iPod and see which one sounds better to you, and which interface makes you smile more. Then you’ll know which is right for you.

    http://fedeafmexico.tumblr.com/post/142460417342/el-aprendizaje-formal

    Répondre

  9. 22 05 2016
    Napoleon Kresky (03:12:09) :

    of course like your website however you need to check the spelling on quite a few of your posts. A number of them are rife with spelling problems and I to find it very troublesome to tell the truth on the other hand I will definitely come again again.

    http://www.xlklb61T4z.com/xlklb61T4z

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café