*Le Foot en Algérie

**Attrayante finale de cette 48e finale de la Coupe d’Algérie

<br />
 » width= »443″ height= »330″ /></a></strong></span></p>
<p><span style=En présence du président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, l’Aigle sétifien a finalement réussi à battre l’équipe du Chabab en finale même après les prolongations (2-1).

La 48e finale de la Coupe d’Algérie a bel et bien tenu toutes ses promesses, notamment en intensité, en suspense et en couleurs. Elle fut digne des grandes finales a qui a d’ailleurs, beaucoup plu au président de la Fifa, M.Joseph Sepp Blatter.
Il y avait certes, beaucoup d’engagement physique de part et d’autre, mais tout s’est fait dans un cadre sportif. Pour la rencontre en elle- même, avant de passer aux prolongations les gars d’El Fouara étaient les plus réalistes. Pour revenir à cette finale, l’ES Sétif a fait l’essentiel lors du premier half en ouvrant la marque à la 22e minute grâce à un coup- franc sublime botté par Hachoud qui n’a laissé aucune chance au gardien Nassim Ousserir.
Le CR Belouizdad avec son but de retard, a quand même réussi à inverser la tendance même en attendant la 85e minute pour remettre les pendules à l’heure grâce au toujours jeune, Amar Ammour. Les Sétifiens, qui ont pourtant bien géré les débats durant presque 90 minutes, allaient par la suite baisser les bras devant cette équipe du Chabab visiblement la plus volontaire et la plus persévérante sur le rectangle vert. Mais on peut dire que le bon coaching de l’entraîneur du CRB, Djamel Menad en incorporant le duo, Kherbache-Benaldjia dès les 20 dernières minutes, a fini par porter ses fruits.
Et comme il était écrit quelque part que tout allait se jouer dans ces fameuses prolongations, avec 50.000 spectateurs qui ont bien garni les tribunes du 5-Juillet et la présence du Chef de l’Etat, M.Abdelaziz Bouteflika qui était bien entouré par une pléiade de ministres et du président de la FAF, M.Mohamed Raouraoua sans oublier bien évidemment, les invités de marque de l’Algérie, MM.Blatter et Hayatou, il a fallu attendre la 96e pour assister au dénouement de la situation.
En effet, l’intraitable Benmoussa, le meilleur joueur sur le terrain selon un avis unanime, a envoyé un bolide des 20 mètres qui est allé secouer pour la deuxième fois, les filets de l’infortuné, Ousserir. L’Entente a eu l’occasion de tuer le match par l’intermédiaire de Djabbou notamment, lors des 5 dernières minutes, mais le score en resta là au grand bonheur des 20.000 Sétifiens ayant effectué le déplacement au 5-Juillet.
Les Rouge et Blanc de Belouizdad, qui étaient visiblement émoussés lors des prolongations, n’ont rien pu faire pour éviter ce sort cruel en s’inclinant ainsi en finale au moment où leur grand public s’attendait à un 7e trophée. Il ne faut pas oublier aussi, «la guerre» de coaching entre le Belouizdadi, Djamel Menad et le Sétifien, Alain Geiger qui a finalement, vu ce dernier l’emporter avec beaucoup de mérite. Notons enfin, que l’Aigle sétifien s’adjuge, à l’occasion, son 8e trophée dans son histoire en autant de finales, après ceux de 1963, 1964, 1967, 1968, 1980, 1989 et 2010 et il est toujours en course pour le titre de champion en occupant la première place du championnat avec 44 points. Place maintenant aux festivités du côté de Sétif et les villes avoisinantes même si les quelque 20.000 supporters présents hier au stade olympique avaient déjà montré la voie avant la grande fête à Aïn El Fouara. Bravo pour l’ESS pour son 8e sacre et pour le CRB qui n’a guère démérité. (L’Expression-02.05.2012.)

**Autour du match

Le Président Bouteflika reçoit Blatter
Le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika a reçu, hier au salon d’honneur du stade de 5-Juillet, le président de la Fédération internationale de football (Fifa), M. Joseph Blatter. L’audience s’est déroulée en présence du président de la Confédération africaine de football (CAF), M. Issa Hayatou, du ministre de la Jeunesse et des Sports, M.Hachemi Djiar, et du président de la Fédération algérienne de football, M. Mohamed Raouraoua. A cette occasion, le président de la Fifa a remis au Chef de l’Etat, un fanion de l’instance faîtière du football mondial. Blatter est arrivé lundi à Alger, pour une visite de deux jours, à l’invitation du président de la FAF. Il est accompagné de son homologue de la Confédération africaine de football (CAF).

…Et octroie des récompenses aux finalistes
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a octroyé des récompenses pécuniaires aux deux finalistes de la Coupe d’Algérie 2012, l’ES Sétif et le CR Belouizdad, hier au salon d’honneur du stade 5-Juillet. Des chèques ont été remis au président Abdelhakim Serrar de l’Entente sétifienne et à celui du CR Bélouizdad, Azzeddine Gana. Les deux formations qui ont animé la finale militaire, à savoir la 1ère Région militaire et la Gendarmerie nationale, ont elles aussi bénéficié de récompenses financières, remises au premier responsable du sport militaire, le général Benziane Meguedad. Le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, a assisté à la cérémonie, et a remis un présent au Président Bouteflika.

Les anciens présidents de la FAF honorés
Les anciens présidents de la Fédération algérienne de football (FAF) décédés ont été honorés, à titre posthume, par l’instance fédérale qui a décidé de baptiser en leurs noms, les différents édifices du Centre technique national de la FAF à Sidi Moussa (Alger), inauguré hier par le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika. Ainsi, le site d’hébergement (internat) réservé aux jeunes sélections, aux jeunes talents et académiciens, d’une capacité de 64 lits, portera désormais le nom du regretté Mohand Maouche, premier président de la FAF (1962-1969) et premier Algérien membre de la Confédération africaine de football (CAF). Le nom de feu Omar Kezzal, ex-patron de l’instance fédérale (1982-1984-1990), a été donné à la salle de conférences du centre, d’une capacité de 120 sièges, qui accueille les séminaires de formation, le visionnage des matches et les débats technico-tactiques. La FAF a honoré également les regrettés Ahmed Benouniche (1969-1973), Ahmed Kara Terki (1978-1980), Rachid Harraigue (1994-1995) et Mohamed Salah Diabi (1997-1999) en donnant leurs noms à quatre salles de cours.(L’Expression-02.05.2012.)

*******************

*Foot-militaire.L’Algérie championne du monde

**Sacrés champions du monde de football       * Nos militaires en or, à Rio de Janeiro-Brésil

 Les Algériens prennent leur revanche sur l'équipe égyptienne

*Le but de la victoire..vidéo…cliquer ici: Algérie-championne du monde

 

 ***Algérie 1   Egypte 0

**La sélection algérienne militaire de football a remportée  tard dans la soirée de samedi la Coupe du Monde militaire « Brésil-2011″ en s’imposant  face à son homologue égyptienne par un score de (1-0) à Rio de Janeiro (Brésil). 

L’unique but de la rencontre a été inscrit par l’attaquant Sid Ahmed  Aouadj à la 17e de la première mi-temps. Avec ce premier couronnement, l’équipe nationale militaire rentre dans  l’histoire.         

Le Brésil s’est emparé de la troisième place en battant le Qatar   (1-0 prolongation). La sélection algérienne militaire s’est qualifiée en finale en s’imposant  jeudi aux tirs au but (4-1) face au Brésil (0-0 à la fin du temps réglementaire).          

L’équipe nationale militaire égyptienne a arraché, de son côté, son  billet pour le tour final en battant le Qatar (5-0).

A la fin de la rencontre, une bagarre générale a éclaté entre les joueurs des deux équipes, après une lache agression d’un joueur égyptien sur un algérien. (APS)

 

*********************** 

***Mauvais perdants, les Égyptiens ont mal accepté la défaite. C’est ce qui a poussé un joueur à agresser lâchement un dirigeant de l’équipe nationale avant que la bagarre ne se généralise.

L’équipe nationale militaire de football est sacrée championne du monde, suite à sa victoire, hier tard dans la nuit, face à l’Egypte sur un score de 1-0. Les Militaires algériens rentrent, ainsi, dans l’histoire en remportant un titre mondial dans cette discipline.

En battant l’équipe égyptienne, le 11 algérien a pris sa revanche sur ce même adversaire qui l’a battu au même stade de cette compétition en 2005. Lors de la rencontre qui s’est déroulée à Rio de Janeiro, (Brésil), les coéquipiers de Aouadj avaient montré une rage de vaincre dès les premières minutes. L’entraineur Abderrahmane Mehdaoui a opté pour des contres rapides menés par le duo Amroune-Aouadj. Une tactique qui n’a pas tardé à donner ses fruits. On jouait la 17e, lorsque Aouadj ouvre la marque suite à une passe lumineuse du coté gauche.

L’équipe adverse n’a pas digéré la réalisation algérienne. Ce qui a poussé l’entraineur égyptien à demander à ses poulains de jouer le tout pour le tout et tenter d’imposer un pressing sur la défense algérienne. Toutes les attaques égyptiennes ont été arrêtées par une base arrière solide et surtout par un gardien de but des grands jours. Il faut le souligner, Mourad Berrafane, a sauvé les Verts à de nombreuses occasions. Il était très vigilant sur toutes les offensives des joueurs adverses.

A souligner, que les Verts avaient des possibilités d’aggraver le score à plusieurs reprises, notamment, par l’intermédiaire de Amroune qui a raté deux opportunités toutes faites. En deuxième période, les poulains de Mehdaoui ont opté pour le même schéma tactique qui consiste à défendre en bloc et mener des contre-attaques rapides. Malgré la pression égyptienne, la défense des Verts et le gardien Berrafane étaient imperturbables. A noter que la fin de la rencontre était houleuse.

Mauvais perdants, les Egyptiens ont mal accepté la défaite. C’est ce qui a poussé un joueur à agresser lâchement un dirigeant de l’équipe nationale avant que la bagarre ne se généralise. A noter que le Brésil s’est emparé de la troisième place en battant le Qatar (1-0) après prolongations. (L’Expression-24.07.2011.)

 

***************

*L’ASO Chlef, champion d’Algérie 2011

 tropheeaso.jpg

**Dans un stade en délire vendredi soir…L’ASO Chlef reçoit son trophée de champion

Vendredi après-midi 01.07.2011., les rues de la ville de Chlef étaient totalement désertes, car tous les habitants étaient soit au stade Mohamed Boumezrag, soit rivés devant leur petit écran pour suivre l’événement historique en direct.

Et celui-ci a été non seulement fêté comme il se doit, mais aussi agrémenté par un spectacle de haute qualité sur le terrain, fourni  par les joueurs locaux sous les applaudissements du public.
 En effet, les Lions du Cheliff ont fêté vendredi soir leur premier titre de champion d’Algérie, dans un stade en liesse. Un stade quasi plein et entièrement coloré de rouge et de blanc, couleurs du club. Venus de tous les coins de la région, des milliers de fans en délire ont tenu à acclamer leurs héros, agitant des drapeaux et entonnant en chœur des chants composés pour la circonstance.
Le moment le plus attendu était, sans conteste, la cérémonie de remise du trophée de champion de Ligue 1.

Celle-ci a eu lieu avant le coup d’envoi de la rencontre ASO-USM Alger, comptant pour l’avant-dernière journée du championnat de Ligue1. A 20h 25, joueurs, entraîneurs et dirigeants montent sur la scène improvisée devant la tribune officielle et reçoivent, sous les ovations du public, leur distinction des mains du président de la LNF, Mohamed Mechrara, et du wali de Chlef, Mahmoud Djamaâ. C’était le moment  attendu par tous depuis longtemps. La cérémonie a été également suivie par des personnalités sportives, d’anciens présidents de l’ASO et d’autres invités.
Les champions d’Algérie seront ensuite honorés à Alger, à l’occasion d’une cérémonie de remise de médailles, organisée à l’occasion de la Fête de l’indépendance. Une manifestation similaire est également prévue au siège de la wilaya et de l’APC de Chlef.

Le spectacle s’est poursuivi sur le terrain de jeu par un match de grande qualité où les Lions du Chéliff ont démontré, une nouvelle fois, leur supériorité et leur suprématie. Le jeu a tourné parfois à la démonstration avec de beaux gestes techniques exécutés par les joueurs sous la houlette de leur chef, Meziane Ighil.
L’ASO Chlef vient ainsi prouver que son titre est largement mérité et que sa place de leader n’est pas du tout usurpée. Bien au contraire, le bilan de son parcours (exceptionnel) est très éloquent à ce propos, avec une domination à tous les niveaux.

Meziane Ighil exprime sa joie :

L’entraîneur de l’ASO Chlef, Meziane Ighil, a déclaré être particulièrement content de ses joueurs et du public chélifien. «Bravo pour l’ASO», «Bravo pour les supporters», tels ont été donc les maîtres mots de l’intervention du coach à la fin de la rencontre. «En fait, c’est un match de fin de saison, mais c’est un beau match quand même. C’est le dernier que nous jouons à domicile, devant nos supporters.

Les joueurs ont fait le match qu’il fallait  et cela a été couronné par une grande fête qui sera à jamais gravée dans la mémoire de tous. Merci donc pour ce public qui s’est déplacé en masse pour fêter ce sacre avec ses protégés», a-t-il déclaré. Par ailleurs, l’entraîneur des Lions du Cheliff a évité d’aborder son avenir à la tête du club local, réservant sa réponse jusqu’à la fin du championnat, comme il l’a souvent répété et déclaré aux journalistes.

Fracture du péroné pour Abdesselem :

Le joueur de l’ASO Chlef, Chérif Abdesselem, s’est blessé au cours de la rencontre face à l’USM Alger et a dû quitter le terrain à la 22’. Il a été victime d’une fracture du péroné suite à un tacle d’un joueur de l’USMA, mais son état n’inspire aucune inquiétude, selon le médecin de l’équipe. Abdeslam a été aussitôt évacué vers l’hôpital local, où il a reçu les premiers soins. Il devait être examiné hier par un spécialiste à Alger. (El Watan-03.07.2011.)

 

 

*Demi-finales de la coupe d’Algérie

Un carré d’as pour une finale royale 

 C’est aujourd’hui que se disputeront les demi-finales de la coupe d’Algérie. Elles seront animées par quatre formations de l’élite, qui connaissent bien l’épreuve populaire. Elles totalisent, à elles seules, 17 trophées. Des demi-finales de choix, avec des formations qui animeront ce dernier tour avant la grande finale prévue, en principe, pour le 1er mai prochain. Un véritable carré d’as bien relevé par une affiche alléchante au menu. Le coup d’envoi sera donné à 15h30, avec une première demi-finale qu’abritera le stade du 1er Novembre d’El Harrach, qui accueillera la rencontre USMH-ESS, où le tenant du titre sera en appel. Alors que le stade du 1er Novembre, celui de Tizi Ouzou, sera, à partir de 18h, le théâtre du choc de ces demi-finales, qui opposera la JSK à son hôte, le MCO, dans une rencontre des plus indécises, entre deux formations en quête de leur 5e titre de coupe d’Algérie. Deux demi-finales animées par quatre formations de l’élite les plus en forme du moment, avec au bout deux qualifiés pour une finale royale. (El Wataan-18.04.2011.)  ** 

La JSK, sacrée à 4 reprises dont la première en 1994 face à l’AS Aïn M’lila (1-0), a disputé sa dernière finale en 2004, contre l’USMA qui a d’ailleurs vu les Algérois l’emporter (5-4, temps réglementaire 0-0).

Aujourd’hui, à partir de 18h30, le stade du 1er Novembre de Tizi Ouzou affichera, à coup sûr, complet, à l’occasion de la très attendue demi-finale de la Coupe d’Algérie entre la JS Kabylie et le MC Oran, une véritable finale avant la lettre.
Donc, ce soir les prestigieux Canaris du Djurdjura et les non moins prestigieux Hamraoua, en découdront pour une place en finale. Deux grands ténors du football national et spécialistes avérés en compétition populaire, aux palmarès respectifs très étoffés. La JS Kabylie qui n’a plus brandi le trophée de Dame Coupe depuis des lustres, treize années exactement, se voi offrir aujourd’hui une belle opportunité pour aller jusqu’au bout de l’aventure, dont l’apothéose est prévue le 1er mai prochain au stade du 5-Juillet. Plus que 90 minutes à passer ou tout au plus 120 et par la JSK et par le MCO aujourd’hui à Tizi Ouzou. Dans le camp des Canaris, on ne jure que par la victoire, synonyme de qualification à la finale. Du côté des Hamraoua, la formation phare d’El Bahia n’en pense pas moins. D’ailleurs, les quelque 2500 supporters oranais qui prendront place dans les gradins du stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, pensent qu’à ce niveau aussi avancé de la compétition populaire, le Mouloudia va certainement sortir le grand jeu. Il est vrai que les Hamraoua ont montré de quoi ils sont capables en ce moment, notamment hors de leurs bases. Le coach Rachid Belhout a d’ailleurs pris le soin de mettre en garde ses joueurs au sujet de la forme actuelle des protégés de l’entraîneur Chérif El Ouazzani. Pour rappel, le MC Oran qui avait concédé le point du nul à Zabana et par la suite perdu dernièrement à Tizi face à la JS Kabylie (1-2) et cela pour le compte du championnat, joueront cette fois un match qui leur interdira toute défaite. Belhout qui devra aligner la même équipe qui lui a donné totale satisfaction face au CR Belouizdad, lors du tour précédent, souhaite ainsi respecter l’adage qui dit que l’on ne change jamais une équipe qui gagne. Une formation de la JSK qui a effectivement retrouvé enfin beaucoup de percussion en attaque, à l’image de son actuel baroudeur patenté, en l’occurrence Farès Hamiti. Un attaquant sur lequel les Canaris tableront, une fois de plus.
Côté MCO, deux éléments, et non des moindres, en l’occurrence Sebbah et Belaïli, ne seront finalement pas de la partie. Mais l’entraîneur des Hamraoua, basera, une fois de plus, sa stratégie de jeu, sur un milieu de terrain très compact qui sait parfaitement peser sur le porteur du ballon, et une défense au sein de laquelle le portier Fellah jouera une fois de plus un rôle très important.
Ce soir, le stade fétiche des Canaris du Djurdjura sera aussi le théâtre d’une belle empoignade entre deux équipes qui pratiquent actuellement un football très percutant, bien que des spécialistes penchent cette fois pour des retrouvailles kabylo-oranaises encore plus fermées que les deux précédentes, enjeu oblige. Une véritable finale avant la lettre au terme de laquelle, il est certain que le vainqueur du jour aura tout donné, pour animer la finale de la Coupe d’Algérie 2011. (L’Expression-18.04.2011.)

 

 

 

-USM El Harrach : Les Jaune et Noir veulent voir la vie en rose

L’USM El Harrach rêve de disputer, le 1er mai prochain, la finale de la coupe d’Algérie. Rien ne pourra cependant se concrétiser sans, d’abord, passer l’obstacle sétifien. Les Harrachis ont montré, en tout cas, qu’ils sont en mesure de battre l’ogre sétifien, comme ils l’ont si bien fait la semaine passée dans le cadre de la 19e journée du championnat.
Le milieu de terrain, Ali Samy Yachir, est optimiste quant aux chances des Algérois de se qualifier. «Nous sommes prêts à relever le défi après avoir battu récemment le même adversaire. Nous sommes sur une dynamique de victoires, ce qui laisse présager une réaction positive de l’équipe face à l’ESS. L’ambiance est parfaite au sein du groupe, ce qui peut constituer un atout supplémentaire pour nous. Les joueurs sont conscients de la responsabilité qui leur incombe. Ils sont, du reste, décidés à faire plaisir à leurs fans en se qualifiant. Ce serait alors une juste consécration pour cette jeune équipe de l’USMH qui pratique un football plaisant», a affirmé l’ancien joueur du RC Strasbourg.

Côté effectif, l’entraîneur harrachi, Boualem Charef, aura l’embarras du choix dans la mesure où aucune défection n’est à signaler. Pour motiver les joueurs à se donner à fond dans cette demi-finale, la direction de l’USMH a promis une prime alléchante. En cas de qualification, ces derniers auront droit chacun à une prime de l’ordre de 8 millions de centimes. Rappelons que l’USMH a remporté deux coupes d’Algérie dans son histoire. La première en 1974, la  seconde est intervenue en 1987. Boualem et consorts rêvent désormais d’offrir une troisième finale pour leur équipe.

 

-ES Sétif : L’Entente pour l’opération rachat

La dernière défaite en championnat face à cette même équipe d’El Harrach a laissé des traces au sein du onze ententiste. Bousculés par le démentiel calendrier, les partenaires de Delhoum n’ont pas eu du temps pour digérer ce revers. C’est avec un moral abîmé que les Noir et Blanc vont donc aborder cet après-midi la demi-finale de la coupe d’Algérie. Le hasard a voulu que les Ententistes vont devoir croiser le fer avec ces mêmes Harrachis, à l’origine de leurs tracasseries. Comme un malheur n’arrive jamais seul, les Sétifiens qui viennent de confier la barre technique à Hadj Mansour, vont devoir se passer des services de quatre cadres : Hadj Aïssa, Yakhlef et Hemani (suspendus), alors que Belkaïd est sous le coup d’une sanction. Des absences qui pèseront sur la formation sétifienne n’ayant effectué aucune préparation spéciale. Malgré la mauvaise passe que traverse l’équipe, l’inamovible Slimane Raho reste confiant : «Le groupe a été quelque peu perturbé par les derniers événements, mais il a décidé de tout entreprendre pour remonter la pente. La mission face à cette coriace formation de l’USMH qui aura l’avantage du terrain et du public ne sera pas une simple sinécure. Mais l’Entente est en mesure de rebondir. Pour bousculer l’adversaire qui possède certes un ascendant psychologique, nous devons nous présenter avec un mental d’acier et réaliser un match de premier plan. Et nous avons les moyens pour le faire et jouer une deuxième finale d’affilée.»

Hadj Mansour, qui doit composer avec un effectif amoindri et envahi par le doute, abonde dans le même sens : «Pour les raisons que tout le monde connaît, cette demi-finale n’a fait l’objet d’aucune préparation spéciale. Une grand travail psychologique a été fait pour remobiliser le collectif qui va, j’en suis convaincu, réagir. Dans pareilles circonstances, le plus concentré aura le dernier mot», dira le Palestinien qui se trouve à la croisée des chemins, à l’instar de ses joueurs qui disputent leur troisième demi-finale consécutive.

 

                                                                               *******************************************

-JS Kabylie : Le rêve au bout du pied

En accueillant le MC Oran, les Kabyles tenteront de s’ouvrir les portes d’une huitième finale de leur histoire. Pour ce faire, les Canaris ont mis tous les atouts de leur côté, comme le dira le coach Belhout : «Nous avons mis notre cœur et notre esprit pour bien préparer la rencontre.» Et d’ajouter : «Nous avons voulu que le groupe reste concentré sur ce match en étant ensemble, et surtout solidaire. Il y a un bon coup à jouer. L’équipe est habituée à jouer sous la pression. Résister à celle de la dernière coupe d’Afrique est un gage de cette résistance du groupe.» Pour Mourad Berrefane, ce dernier dira  : «Je pense que nous avons accompli jusque-là un parcours élogieux. Nous espérons rester dans la lancée de ce parcours. L’équipe est fin prête pour aller justement chercher ce fameux sésame.»

Un sésame que Douicher voudrait tant décrocher, pour tenter d’ajouter à son palmarès ce trophée qui manque à sa riche carrière : «C’est le meilleur cadeau que je puisse avoir pour terminer en beauté la saison, et surtout voir la médaille du vainqueur accrochée chez moi aux côtés de celles que j’ai acquises tout au long de ma carrière.» Cependant, pour ces deux derniers, la partie est loin d’être gagnée face au MCO qui a fait ses preuves en arrachant toutes ses qualifications hors de ses bases (CSC, ASMO, USMAB et MCA), alors que la JSK n’a effectué qu’un seul déplacement à Mostaganem. La partie s’annonce donc palpitante.

Une année de prison pour Hamiti

Mauvaise nouvelle pour Farès Hamiti, buteur attitré de l’équipe ; il vient, en effet, d’être condamné à une année de prison ferme dans l’affaire de l’accident qu’il avait provoqué au mois d’août 2010. Mais avec son tempérament d’acier, il est certain qu’il fera abstraction de cette condamnation pour rester concentré uniquement sur la rencontre d’aujourd’hui, et offrir, pourquoi pas, la qualification à son équipe. Notons que l’avocat de Hamiti a décidé de faire appel de ce jugement devant la Cour suprême.   

 

-MC Oran : Les Hamraoua sans pression à Tizi Ouzou

Apparemment, le statut d’outsider ne semble pas trop déplaire aux Hamraoua qui auront moins de pression que leur antagoniste du jour, la JSK. Le fait de se produire à l’extérieur n’a, en fait, jamais été un grand fardeau à porter pour les poulains de Chérif El Ouazzani, qui ont réussi à chaque fois à sortir indemnes des confrontations en dehors de leurs bases, avec ce billet qualificatif pris haut la main. Sur les quatre matches joués à l’extérieur, y compris celui face à l’ASMO, les gars d’El Hamri ont toujours trouvé le moyen d’avoir le dernier mot. C’est pourquoi ce déplacement à Tizi Ouzou, malgré son importance capitale, ne devra pas constituer un handicap de taille pour cette formation oranaise qui a déjà acquis une certaine expérience en matière de matches à l’extérieur. Voulant réserver à la JSK le même sort  que les précédents adversaires en coupe, les coéquipiers de Daoud Bouabdellah veulent la jouer prudents, comme en témoignent les déclarations de l’entraîneur en chef, Chérif El Ouazzani Si Tahar : «Il est clair que la JSK aura un avantage considérable, se produisant sur un terrain qu’elle maîtrise et devant ses fidèles supporters. On aurait aimé que ce soit l’inverse, mais le tirage n’a pas été clément avec nous depuis les 32es de finale. Cela ne veut pas dire qu’on va se rendre à Tizi Ouzou en victimes expiatoires. On a déjà relevé des défis semblables à celui de cet après- midi», dira le coach oranais, avant d’enchaîner : «Il n’y aura pas de stratégie miracle pour espérer se qualifier et aller en finale. Sur le plan moral, je dirais que le match en lui-même est une source de motivation suffisante. J’ai besoin d’un onze guerrier sur le terrain, car seules la hargne et la volonté feront la différence au cours de ce match.»

Même son de cloche chez le portier

Ahmed Fellah, considéré comme l’homme en forme de l’équipe dans cette compétition : «Il n’y a rien à dire, le match s’annonce très difficile, car l’enjeu sera de taille. Notre équipe est déjà sortie victorieuse durant les quatre précédents matchs en évoluant à l’extérieur. On essayera de négocier ce match comme les autres rencontres.» Sur le plan de l’effectif, le Mouloudia qui se trouve depuis samedi dans la capitale, devra se passer des services de deux éléments titulaires à part entière pour blessures, Belaïli qui devra passer demain sur le billard, et Sebbah qui n’a pas récupéré depuis sa blessure à la cheville. (El Watan-18.04.2011.)
 

*************************** * Raouraoua élu au Comité exécutif de la FIFA*C’est la première fois dans l’histoire du football national qu’un Algérien est élu au Comité exécutif de l’instance dirigeante du football mondial. 

 image

C’est fait, l’Algérie a désormais un membre important au sein de l’instance internationale de football

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, a été élu hier au Comité exécutif de la Fédération internationale de football (Fifa) pour la période 2011-2015, à l’issue des élections qui se sont déroulées hier à Khartoum (Soudan) en marge de la 33e assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF).
A noter, que 53 fédérations membres ont pris part à ces élection où Mohamed Raouraoua a eu le mérite de récolter 39 voix, devant son homologue ivoirien, Jacques Anouma en l’occurrence qui en engrangé 35.
Mine de rien, il s’agit là d’une première dans les annales du football algérien après une attente qui a, quand même, duré 50 longues années. En effet, c’est la première fois dans l’histoire du football national qu’un Algérien est élu au Comité exécutif de la Fifa. Mais comme ce poste-clé figurait sur la liste de l’ambitieux et infatigable Raouraoua, il a fini par le décrocher haut la main au grand bonheur du football algérien qui en sera le plus grand gagnant.
Il est utile de signaler, que les deux nouveaux élus, Raouraoua et Anouma s’ajouteront aux quatre autres représentants de la CAF au niveau de la Fifa.
Le président du comité d’organisation de la Coupe du monde 2010 en Afrique, le Sud-Africain Danny Jordan, a récolté 10 voix, alors que le Seychellois Suketu Patel et le Nigérian Ibrahim Galadima ont bénéficié respectivement de 12 et 5 voix. Plusieurs personnalités sportives et politiques étaient présentes hier à cette 33e assemblée générale et ce, à commencer par le président soudanais Omar El Bechir, le président de la Fifa, Joseph Blatter, ainsi que le président de l’Union européenne de football (Uefa), Michel Platini.
Mohamed Raouraoua est membre du Comité exécutif de la CAF et de plusieurs commissions de l’instance africaine et de la Fifa. Il est responsable des affaires politiques au niveau de la commission stratégique de la Fifa qui s’occupe notamment des stratégies globales et de la situation politique, économique et sociale du football et a présidé la Tsk-Force de l’instance internationale. Raouraoua préside également plusieurs commissions de la CAF, notamment celles des Affaires juridiques, du Statut des joueurs et des Médias sans oublier, qu’il est membre de la commission des compétitions interclubs.
Au niveau arabe, il occupe le poste de président de l’Union nord-africaine de football (Unaf), de vice-président de l’Union arabe de football (Uafa) et de président de la commission de compétition de la Ligue des champions arabes. En décembre dernier, la CAF lui a décerné le prix «Presidential Award» pour son engagement dans le développement du football en Afrique. Et pour revenir à cette nouvelle distinction, il faut rappeler, qu’après son premier passage à la tête de la FAF de 2001 à 2005, Mohamed Raouraoua est revenu pour reprendre les destinées du football algérien en février 2009 avec un objectif bien précis: redonner au football algérien son lustre d’antan. Raouraoua a aussi eu le mérite d’avoir permis à des centaines de jeunes joueurs de porter le maillot algérien après avoir représenté leur pays d’adoption, en faisant voter favorablement lors du congrès de la Fifa, fin mai 2009 aux Bahamas, une nouvelle disposition concernant les bi-nationaux.
Cette dernière permet dorénavant aux joueurs qui ont évolué dans les jeunes catégories de leur pays d’adoption dd’endosser le maillot national de leur pays d’origine. Grâce à cette nouvelle disposition, l’Algérie a pu récupérer des joueurs de talent qui avaient porté les couleurs françaises, à l’instar de Mourad Meghni, Djamel Abdoune, Hassan Yebda, Ryad Boudebouz et beaucoup d’autres. Des joueurs de valeur qui ont d’ailleurs, contribué sur le terrain à la qualification au Mondial-2010 et en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations 2010. Raouraoua a aussi promis, dès son retour en 2009, de lancer le premier championnat professionnel de l’histoire de l’Algérie en 2011 et c’est ce qui s’est réellement passé cette saison. C’est dire que les ambitions de Mohamed Raouraoua n’ont vraiment pas de limite. (L’Expression-24.02.2011.)

 

************************* 

**SON LANCEMENT AURA BEL ET BIEN LIEU EN SEPTEMBRE 2010

Raouraoua décrète le professionnalisme.  Prenant de court tout le monde, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, a comme ouvert la boîte de Pandore lors du conclave qu’il a tenu, mercredi passé, avec les présidents de clubs de D1 et D2, en décrétant l’entrée au professionnalisme du football national dès la nouvelle saison fixée à septembre 2010. On savait le projet en débat depuis des lustres et relancé avec force depuis l’intronisation de Mohamed Raouraoua à la tête de la FAF. Tout comme l’on sait, ceci en dehors de l’injonction de la Fifa en la matière, que cela reste la panacée pour sortir la discipline des sentiers battus et du marasme profond dans lequel elle baigne. Mais l’on reste ébahi quelque peu devant la promptitude avec laquelle cette décision est prise pour une application quasi imminente. D’ailleurs, et après la déclaration, il y a peu de temps, de Mohamed Mecherara, président de la Ligue Nationale de Football (LNF) faisant état de l’application du professionnalisme en septembre 2010, les échos qui s’ensuivirent convergeaient tous vers le report du projet à 2011. Que penser alors de la reprise du poil de la bête à ce sujet par le patron du football national ? À quoi s’attendre surtout comme retour à cette décision au vu des échéances trop courtes imparties pour la mise à niveau, surtout en cette période précise de fin de Championnat et tout le fatras qui en découle, ainsi que la tenue de la Coupe du monde ? Dans ses grandes lignes, la démarche de la FAF stipule que la formule de cette nouvelle compétition sera déterminée en fonction du nombre de clubs qui se seront constitués en sociétés commerciales (Société par actions, SPA, ou Société à responsabilité limitée SARL). D’où l’interrogation cruciale : combien seront-ils à pouvoir répondre au cahier des charges y afférent ? Si la réalité , pour l’heure, n’indique, a priori, que seuls 2 ou 3 clubs peuvent s’y conformer dans les délais, qu’aurait alors gagné le nouveau système. Et encore. Les délais très réduits ne laissent pas une grande marge de manoeuvre pour le réajustement nécessaire. De fait, les clubs ont à peine 45 jours pour créer leur société commerciale afin de pouvoir postuler au statut de club professionnel. Dans le même temps ils sont astreints à la tenue de leurs assemblées générales, seules instances habilitées à décider du type de société (SARL ou SPA) que prendront désormais les clubs. Ces démarches ne devront dépasser la date butoir du 30 juin 2010, faute de quoi aucun club, sous son statut actuel, ne pourrait prétendre participer au Championnat professionnel. Une sorte de course contre la montre à laquelle clubs et assemblées générales sont loin de prendre part, au vu des archaïsmes qui les ont toujours caractérisés. Cela même si la FAF a retenu dans une feuille de route ad hoc certaines facilitations à même d’activer la procédure de modification des statuts, notamment les démarches auprès des centres de registres du commerce. Que dire en définitive d’une démarche qui semble être menée à la hussarde ? Une réponse aux tergiversations sans fin des acteurs concernés, donc une sorte de fait accompli ? Une injonction des pouvoirs publics, exacerbés, par exemple, par la déperdition du talent local et la mise sur pied d’une EN. «à légion étrangère» et pressés d’y faire révolution ? Ou alors estce là le goût prononcé des responsables du football pour les effets d’annonce, encore une fois. Une seule certitude toutefois : les clubs ne se bousculeront pas à la porte du professionnalisme ce septembre. (Courrier d’Algérie-08.05.2010.)

 

** Une structure provisoire de gestion pour bientôt

 

Une structure provisoire de gestion du professionnalisme qui fera office de future Ligue professionnelle de football (LFP), sera installée lors d’une Assemblée générale extraordinaire de la Fédération algérienne de football (FAF), a annoncé jeudi l’Instance fédérale sur son site officiel. Cette AG extraordinaire aura pour objectif la mise à jour des statuts et la prise en charge du professionnalisme dans le football algérien, précise la même source. Par ailleurs, la Ligue nationale de football est également appelée à organiser le 2 juin prochain une Assemblée générale extraordinaire pour débattre et approuver l’organisation de la gestion des joueurs professionnels. L’organigramme du futur club professionnel «doit comprendre, outre les dirigeants de la société, un directeur général du club, un directeur technique un directeur des finances et de la comptabilité, ainsi que les personnels techniques nécessaires. Ceci permettra aux clubs de bénéficier des mesures et de la licence Fifa», conclut la FAF. 

 

***leurs avis 

 

 Djamel Menad, (entraîneur de la JSMB) : «Il était temps»

 L’entraîneur de la JSM Béjaïa, Djamel Menad voit d’un très bon oeil l’entame du professionnalisme dès la saison prochaine. Il est vrai, dirat- il, que nous ne sommes pas prêts mais, il y a un début à tout, à plus forte raison, dira-til que les pouvoirs publics sont disposés à accompagner matériellement cette option. Le professionnalisme est une nécessité si l’on veut réellement développer notre sport roi, affirmera l’ex-renard des surfaces de réparation qui pense que les résultats de notre équipe nationale qui participe, dans quelques semaines, à la phase finale de la Coupe du monde, ne doit pas constituer l’arbre qui cache la forêt. Notre football est malade, très malade, preuve en est que presque la totalité de la composante de notre EN est constituée de joueurs évoluant Outre-mer. Seule la professionnalisation pourra remédier au marasme que vit notre balle ronde. Il est vrai, reconnaîtra notre interlocuteur, que tout le monde n’est pas prêt pour le coup de starter en septembre prochain, mais ça vaut bien le challenge et puis, dira-t-il, nous nous acclimaterons progressivement avec tout ce qu’il suggère comme gestion saine, formation, contrôle et us. Car, enchaînera Menad, le professionnalisme est avant tout une mentalité, une culture qui nécessiteront du temps pour être de mise.

Lakhdar Belloumi : «La formation doit primer»
«J’opterai, sans hésiter, pour la formation en premier lieu et passer, ensuite, au professionnalisme. Il est temps et elle (la formation) est inévitable. Actuellement, joueurs et dirigeants connaissent l’argent mieux que les banquiers. L’on ne parle que de milliards, jetés en fin de compte par la fenêtre sans que cela se traduise sur le terrain. Espérons seulement qu’avec le projet de la FAF et de son président, les choses iront pour le mieux.»

Nourredine Saâdi : «Pour une période de transition d’une année»
Le coach de l’USM Alger, Nourredine Saâdi, ne voit pas, pour sa part, d’un bon oeil le démarrage du professionnalisme dès la saison prochaine décidé par les pouvoirs publics. Pour lui, il est prématuré de se lancer dans cette option qui nécessité, selon lui, tout un environnement qui, malheureusement, n’est pas de mise de nos jours. Nourredine Saâdi qui, soit dit en passant, s’est montré hésitant dans un premier temps quant à émettre un quelconque avis sur cette décision, plaide pur une période de transition d’une année, ce qui permettra, selon lui, à tout le monde de s’y préparer car, dira-t-il, le professionnalisme est une affaire trop sérieuse pour être prise à la légère. Notre interlocuteur se montre craintif car, dira-t-il, personne n’est prêt pour cette option. Les moyens financiers, à eux seuls, ne suffisent pas pour la réussite d’une telle entreprise.

****Où en sont les clubs ?

C’est désormais officiel, le lancement du Championnat professionnel en Algérie se fera à partir du mois de septembre prochain. L’officialisation de cette annonce s’est faite, mercredi dernier, par le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, au cours de la réunion qu’il a tenue avec les présidents de clubs, des D1 et D2. La révolution annoncée par le premier responsable de la balle ronde nationale, au lendemain de son intronisation à la tête de la FAF, défraie la chronique et fait les gorges chaudes des amoureux du Sport-roi. La feuille de route, tracée sur injonction de la toute puissante Fifa, se fixe comme objectif majeur la fin d’un système hybride, qui relève tout à fait de l’amateurisme marron sans prétendre à un professionnalisme dans toute sa rigueur. Le paradoxe du football national tient en quelques mots : beaucoup d’argent géré de manière archaïque. Avec le système à venir à l’horizon de septembre 2010, il s’agit de transformer les clubs, associations aujourd’hui, en SPA (Sociétés par actions), dotées de tous les attributs s’y rattachant et fonctionnant comme telles. En vérité, c’est d’une (re) mise à niveau dont il est question, qu’un cahier des charges va fixer et qui sera imposable à tous, et ne pouvant à l’avenir prétendre à une quelconque participation à un Championnat ou à une compétition internationale que les clubs qui deviendront professionnels. Cela suppose une adhésion complète aux nouvelles prescriptions. Le cahier des charges, qui n’a pas encore été établi et envoyé aux clubs, candidats au professionnalisme, prendra en considération leurs moyens financiers et infrastructurels et ils doivent, selon le patron de la FAF, se soumettre à ce cahier des charges, s’ils souhaitent figurer dans ce groupe de privilégiés. Selon ce qui circule, çà et là, Raouraoua aurait même pris attache avec de grands industriels pour les faire figurer dans les futurs SPA. Avant qu’il ne soit imposé par la Fifa, ce projet allait voir le jour à l’époque de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sport, Aziz Derouaz, qui avait pensé à une contribution de son département à l’auto-financement des clubs en leur octroyant des morceaux de terrains, surtout aux clubs algérois majoritaires en D1, qui manquaient, et manquent à nos jours, de terrains d’entraînement. Seulement, ce projet est difficile, pour ne pas dire impossible, à réaliser pour diverses raisons, à commencer par l’embarras du manque terrible d’infrastructures, qui posera mille et un problèmes pour les présidents de clubs, lesquels, malgré le fait qu’ils ne veulent pas contrarier ces décisions, craignent le pire dans le cas où ils n’arriveront pas à respecter ce fameux cahier des charges. Et même si Raouraoua déclare, sans cesse, que ce Championnat professionnel démarrera même avec dix clubs, des appréhensions sont nées du fait que ce projet risque de ne pas voir le jour pour les motifs cités ci-haut. Tout cela nous emmène à dire que les responsables de la haute instance du football national s’y sont pris tardivement d’autant plus qu’il fallait d’abord préparer le terrain avant de faire ce passage, du moins brusque, vers le palier du professionnalisme. En d’autre terme, il s’agira d’«un passage du bricolage au professionnalisme».

L’ES SÉTIF, SEUL CLUB PRÉTENDANT ?
Le dernier finaliste de la Coupe de la CAF et champion d’Algérie en titre, l’ES Sétif, qui renoue avec les compétitions internationales ces dernières saisons, se dit, à travers les dires de son président, Abdelhakim Serrar, prêt pour cette nouvelles ère et que, d’une manière ou d’une autre, tous les clubs devront réussir ce passage. À cet effet il dira : «il est vrai que la majorité des clubs algériens, pour ne pas dire tous, sont en train de débourser de l’argent d’une façon mal organisée, avec un mode de gestion caduc. Je souhaite que tout le monde soit impliqué pour ce passage au professionnalisme, qui sera, certes difficile mais pas impossible». Pour «Hakoum», ce tremplin n’est pas l’affaire d’une ou deux personnes, président de club ou autre, mais plutôt celle de tout le monde, qui doit s’y mettre. Concernant son club, et le fait de savoir s’il est prêt pour ce passage, le boss ententiste dira : «à 100%, non, mais compte tenu des potentialités économiques que dispose notre wilaya, on pourra le réussir sans souci. Cependant, tout dépendra de la culture et de la vision des gens qui détiennent les capitaux puisque c’est à eux de s’impliquer». Il ajoutera : «financièrement, notre club n’est pas à l’abri du besoin, bien qu’il se débrouille pas mal à travers plusieurs actes dont le payement des joueurs à temps ainsi que le fait d’assurer des déplacements convenables et tant d’autres volets. Il faut dire, dans ce sens, que les gestionnaires du club ont cette volonté de vouloir passer au professionnalisme, dès lors, que toutes les bonnes volontés s’y mettent, puisque ce ne sera plus une affaire de petits sous, mais de grandes sommes. On a besoin d’un budget, qui avoisine un milliard de dinars, pour être à l’abri du besoin parce qu’on va avoir le caractère commercial et l’on pourra investir sur le plan économique, faire du football, créer des centres de formation et faire beaucoup de choses en même temps».

UNE COURSE CONTRE LA MONTRE À LA JS KABYLIE
Le staff dirigeant de la JS Kabylie, à sa tête le président Moh Cherif Hannachi, lance une course contre la montre pour être fin prêt et se lancer dans le «bain» du professionnalisme à partir de la saison prochaine d’autant plus qu’il s’agit là d’un club qui prend part régulièrement aux compétitions continentales, de surcroît, avec des participations honorables, avec six trophées continentaux dans son palmarès. De par sa bonne gestion, considérée comme un modèle pour les autres clubs, la formation phare de Djurdjura donne l’impression d’être professionnelle sans vraiment l’être et nombreux sont ceux qui «louent» la manière dont elle est gérée, où chacun sait quoi faire. Pour le premier responsable des Canaris, Moh-Cherif Hannachi «passer vers le professionnalisme ne sera, certes, pas une sinécure pour le club, mais il reste que la JSK a l’expérience du travail bien accompli et de l’organisation, qui sont les premiers atouts pour passer vers cette nouvelle ère de la gestion des clubs». Seulement, le problème de la JSK et le même que pour les autres formations, à savoir le stade. Dans ce sens, et avant même que ce passage ne soit obligatoire, les dirigeants kabyles l’avaient déjà préparé et ce, en se lançant dans le projet de construction d’un nouveau grand stade à Tizi Ouzou, d’une capacité de 45 000 places, et plus précisément à Boukhalfa. Un projet qui date d’un bon moment, où toutes les études ont été menées, laissant place à la réalisation et la mise en oeuvre, qui n’ont encore pas vu le jour. «Dda Moh» estime que ce passage ne pourra qu’être bénéfique pour le développement de la balle ronde nationale, qui reste stagné depuis belle lurette. Seulement, cela ne pourra se faire en si peu de temps surtout qu’il sera question d’un passage vers un nouveau mode de gestion, que les actuels dirigeants des clubs n’y sont pas habitués. «Passer du bricolage au professionnalisme n’est pas chose aisée, et il faudra toute une dose de courage pour franchir le pas», dira-t-il à ce sujet tout en affirmant que son club fera tout son possible pour réussir ce passage, même si, ajoutera- t-il, la période de transition est courte et la majorité des clubs ne sont pas prêts pour cette nouvelle aventure. S’agissant du volet de partenariat de ceux qui accompagneront son club, Hannachi affirme que les actuels sponsors de son équipe ont affiché leurs intentions de continuer leurs aventures avec le club, ajouter à cela d’autres sponsors, qui seront présents.

LE MC ALGER, UN SDF PROFESSIONNEL ?
Sadek Amrous, le président des Doyens des clubs algériens, l’a dit à maintes reprises : «le Mouloudia est le club le moins prêt pour passer au professionnalisme. » Un constat qui n’est pas fait d’un vide puisque, et ce n’est un secret pour personne, le club ne dispose pas de stade particulier où recevoir ses adversaires et tourne au tour du pot. En d’autres termes, c’est un club SDF, et ce, malgré son passé glorieux et sa grande galerie, unique en Algérie. En outre, et depuis que Sonatrach ait décidé de voir à la baisse ses subventions pour la section football, le bureau dirigeant mouloudéen éprouve toutes les peines pour venir au bout des besoins financiers du club. Depuis lors, le club est autonome étant donné qu’il est géré par une association constituée d’anciens dirigeants du club. Amrous avoue que le passage sera trés difficile, voir impossible, pour son équipe, comme pour tant d’autres clubs vue les moyens dérisoires qui sont mis à leur disposition. «Cela dépendra inéluctablement des moyens qui seront attribués pour chaque club et ceux qui seront prêts pour venir en aide au Mouloudia dans cette période. Actuellement, le président d’honneur du Club, Rachid Maârif, et celui du GSP (Groupe sportif pétrolier), Mohamed Djouad, planchent sur cette question et avaient déclaré que le club devra aller vers une organisation plus professionnelle, en se dotant de moyens nécessaires pour créer une SPA, dont la majorité des actions sera détenue par la Sonatrach», dira-t-il. D’autre part, et même si cela sera dur à réaliser pour différentes causes, les dirigeants du Vert et Rouge sont rentrés en négociation avec la direction de l’OCO Mohamed Boudiaf pour bénéficier d’un long contrat concernant le stade 5-Juillet afin de répondre aux différentes exigences de ce passage. Enfin, et en ce qui concerne le centre de formation, tout porte à croire que celui-ci sera placé au niveau du stade Ferhani (ex-Michel serdan), et ce, malgré l’opposition des autres clubs de Bab El Oued, qu veulent aussi en bénéficier.

AU CR BELOUIZDAD, IL N’Y A QUE MAO !
La situation du dernier détenteur du trophée de Coupe d’Algérie, le CR Belouizdad, n’est pas différente de celle des autres clubs de l’élite surtout en matière d’infrastructures. Son président, Kerbadj, reste sceptique quant à la réussite de ce passage, surtout que la majorité des clubs souffrent d’un grand nombre de problèmes dont celui de l’infrastructure, et les stades qui sont quasiinexistants pour certains clubs. «Sachez qu’à très court terme, personne n’est prêt à sauter le pas. Il faudrait pour mettre tous les atouts de notre côté aller sans précipitation, pour ne pas aller droit vers le mur. Nous devons fixer une échéance tout à fait plausible qui va coïncider avec la prochaine saison pour nous atteler à entamer les discussions nécessaires en vue de ficeler un dossier solide. C’est facile pour moi de ramener des investisseurs pour créer une SPA, mais pas pour acheter un stade. Les Chinois disent que Mao réfléchit et le peuple travaille. Je peux réfléchir, mettre une stratégie, une politique, mais il faut qu’il y ait des gens avec moi pour travailler», dira-t-il. Il ajoutera, en faisant suite aux déclarations de Raouraoua, lequel avait dit qu’il serait prêt à démarrer cette ligue professionnelle, même avec 10 clubs: «si elle démarre, ça sera, au maximum, avec 3 clubs.» (Le Courrier d’Algérie-08.05.2010.)

 

********************************* 

A J-6 de la CAN.2010. – La bonne ambiance est de retour

Après avoir effectué un contrôle médical, tous les joueurs choisis par Saâdane pour ce deuxième stage du 2 au 7 du mois en cours, ont été soumis à des séances d’entraînement pour travailler les automatismes et les aspects aussi bien tactique que technique prônés par le coach national et l’ambiance est très bonne au sein du groupe avec la complicité des fans des Verts venus très nombreux assister à leurs entraînements. Un règlement intérieur a été établi et remis à chaque joueur pour ne pas tomber dans les erreurs passées. C’est-à-dire que maintenant les choses sont bien claires et chacun connaît bien son rôle et surtout les limites à ne point dépasser. C’est dire que les responsables de l’Equipe nationale ne veulent rien laisser au hasard pour la réussite de ce stage d’importance. D’ailleurs, même les journalistes qui, lors du premier stage, pouvaient discuter avec les joueurs après les séances d’entraînement, n’ont plus ce privilège. Et ils devront donc attendre une éventuelle conférence de presse pour ce faire. Côté joueurs, Mourad Meghni a été autorisé à effectuer des tours de piste en guise d’entraînement. Cette décision du staff médical réjouit bien Saâdane qui veut récupérer Mourad pour cette CAN. D’ailleurs, ses coéquipiers Antar Yahia et Rafik Saïfi ont également été soumis au même traitement par le staff médical dans la perspective de leur permettre de retrouver très vite la compétition. Le temps presse et Saâdane veut récupérer le maximum de joueurs pour le début de cette phase finale de la Coupe d’Afrique des nations qui s’annonce, d’ores et déjà, très difficile d’autant que la plupart des équipes, pour ne pas dire toutes, sont déterminées à sortir le grand jeu durant cette compétition.
Des Algériens qui résident dans la région et plus précisément à Aubagne sont venus voir les Verts durant leurs séances d’entraînement. Ils étaient 2000 fans environ à se mettre dans les tribunes avec fumigènes en flambeau pour soutenir les Verts et les encourager à effectuer une bonne Coupe d’Afrique des nations. D’ailleurs, deux séances sont prévues sur la pelouse du stade d’Aubagne, distant d’une dizaine de kilomètres du lieu de résidence de la sélection algérienne, aujourd’hui et mercredi prochain. Il faut noter que le staff technique de l’Equipe nationale a programmé deux séances quotidiennes réparties entre les stades du Castellet et Gemenos. Le coach Saâdane est en train de travailler le volet technico-tactique.
Contrairement à la première phase de préparation où il était permis aux journalistes de discuter avec les joueurs, les responsables de la FAF ont interdit hier à tous les journalistes de les approcher. Le président de la Fédération, Mohamed Raouraoua, tentera sûrement d’organiser des points de presse pour que les supporters des Verts puissent suivre la préparation de leurs favoris.
Le problème du brassard définitivement réglé

Adepte de la stabilité, on ne doit donc vraiment pas s’attendre à des changements notables au sein de l’effectif et du onze rentrant de Saâdane lors des matchs officiels. Sauf impondérables, ou choix d’une tactique précise, Saâdane reconduira la même ossature pour les matchs de la CAN. Ainsi, et pour débuter, Rabah Saâdane a tranché définitivement le problème du brassard de capitaine de l’équipe. Mansouri jouit donc toujours de la confiance du coach national. L’expérience et surtout l’influence que possède le joueur par rapport à ses coéquipiers ont été déterminantes dans le choix du sélectionneur national. En cas d’absence de Mansouri, le brassard reviendra sûrement à Saïfi, l’un des plus anciens de l’équipe, lequel jouit d’une bonne estime auprès de ses coéquipiers.
Si pour le capitanat c’est déjà réglé, Saâdane a déjà donné sa préférence au gardien Chaouchi qu’il a jugé «être pour l’instant, le numéro 1». Mais, il faut bien attendre la veille du match pour prendre une décision définitive et ce, pour éviter toute surprise de dernière minute.
Côté préparation des joueurs par rapport aux équipes que l’Algérie devra rencontrer durant cette CAN, le staff technique de la sélection algérienne a visionné la cassette du match amical Egypte-Malawi (1-1). Il est évident que c’est la première cassette à voir pour analyse, du fait que le premier adversaire des Verts sera justement cette équipe du Malawi qui se prépare activement de son côté à ce même premier match de cette phase finale de la CAN. De plus, le superviseur désigné par Saâdane pour suivre les équipes devant rencontrer l’Algérie, à savoir le membre de la direction technique nationale (DTN), chargé de la formation des entraîneurs, Boualem Laroum, a effectué un travail de sape pour récolter de précieuses informations relatives à ces équipes nationales et en particulier le Malawi, premier adversaire des Verts.
Le premier match de la phase finale étant d’une très grande importance et déterminant pour la suite de la compétition, il est patent que la majeure partie de ce stage en France, sera consacrée à la préparation de ce fameux premier match face aux Flammes (surnom de la sélection nationale du Malawi). Bien que pas aussi connue que les autres équipes du groupe de l’Algérie, celle du Malawi est à prendre très au sérieux.
D’ailleurs, la volonté affichée par les joueurs et le staff technique pour bien négocier cette CAN, est un stimulant et constitue un avertissement, en quelque sorte, pour les Verts. D’autant que cette formation possède des joueurs de bon niveau avec un milieu de terrain royal et des attaquants redoutables. D’ailleurs, Saâdane a bien averti ses joueurs: «Il ne faut surtout pas sous-estimer nos adversaires.»-(L’Expression-04.01.2010.) 
************************* *A J-8 DE LA CAN-2010
Après trois jours de repos ponctués par les fêtes de fin d’année, les partenaires de Chaouchi ont repris le chemin des entraînements et des choses sérieuses.

Un retour qui sera entièrement consacré à la deuxième phase de préparation pour la Coupe d’Afrique des nations 2010 prévue du 10 au 31 du mois en cours en Angola.
Rabah Saâdane, le sélectionneur national, regroupera donc aujourd’hui, l’ensemble des joueurs avec l’arrivée des trois éléments ayant été absents lors du premier stage, à savoir Yebda, Meghni et Belhadj.
Ainsi et avec le «retard» de préparation que compte l‘équipe suite au «fiasco» de la première partie du stage, les Verts vont devoir donc se concentrer uniquement sur la préparation de cette phase finale de la Coupe d’Afrique des nations et particulièrement le premier match contre le Malawi. D’aucuns techniciens assurent que le premier match d’une phase finale est déterminant pour la suite du parcours d’une quelconque équipe. Et c’est donc le cas pour Saâdane et sa troupe.
D’ailleurs, durant ce stage, beaucoup de travail attend le coach national: la préparation du match du Malawi et notamment le choix des joueurs devant y prendre part, le capitanat, le barème des primes en collaboration avec le président de la FAF, et bien évidemment, le travail spécifiquement technique et tactique.
Saâdane a toujours évité d’évoquer le premier match contre le Malawi. Pour lui, il s’agit «de gérer match par match et l’objectif principal reste de gagner tous les matchs».
D’ailleurs, s’adressant à ses joueurs, le coach national dira: «Vous avez vaincu le double cham-pion d’Afrique, vous êtes donc capables de gagner n’importe quelle équipe. Et il faut juste croire en vos possibilités et surtout ne pas sous-estimer l’adversaire.»
Voilà qui est bien résumé pour entamer un bon travail psychologique dont ont vraiment besoin les joueurs qui se sont «oubliés» avec les nombreuses sollicitations dont ils ont été l’objet suite à leur qualification au Mondial 2010.
Place donc aux choses sérieuses!
Il est vrai que pour les joueurs blessés, Saïfi est déjà rétabli, reste encore quelques doutes pour Antar Yahia et Meghni. Pour ce dernier, deux sons de cloche parviennent du Castellet: l’un dit que le joueur pourrait participer aux matchs du premier tour, alors que l’autre dit qu’il faut attendre la lecture de l’IRM pour être sûr de la suite à donner à ce problème de tendinite qui poursuit Meghni.
Sur le plan préparation technique et tactique, Saâdane a programmé deux séances quotidiennes, l’une à 15 heures et la seconde à 18 heures. La première dans un petit stade alors que la seconde sur la pelouse d’un terrain réglementaire. En tout cas, de ces deux séances, Saâdane doit dégager les bonnes formules pour assurer un bon jeu collectif et surtout la préparation des actions et des attaques des joueurs sur le terrain. Une carence que le technicien algérien a toujours remarqué depuis sa venue chez les Verts. Ce sera très difficile, mais vu l’expérience des joueurs et leur volonté, ils pourraient arriver à trouver les solutions à ces différentes variantes..
En plus du travail technico-tactique, le sélectionneur national a également programmé des séances de visionnage de ses adversaires pour connaître leurs points forts et leurs points faibles. Saâdane s’est procuré trois cassettes (une de chaque adversaire des Verts) dont celle du Malawi contre l’Egypte (1-1). Ce deuxième stage qui s’étalera jusqu’au 6 janvier en cours, est d’une grande importance, car c’est l’avant-dernière étape pour cette CAN. Reste donc la dernière de trois jours du 7 au 10 à trois séances d’entraînement sont prévues par le coach pour effectuer les dernières retouches à cette préparation qui a débuté le 26 décembre dernier.
Du côté des joueurs, l’ambiance est à l’optimise, puisque Saïfi, assure qu’«on fera tout pour aller le plus loin possible dans cette Coupe d’Afrique des nations».
Quant à Karim Matmour, il est catégorique: «Notre premier objectif est Johannesburg, mais nous comptons passer aux quarts de finale de la CAN et tenter d’aller le plus loin possible.»
A en croire ces deux éléments qui abondent dans le même sens que la plupart de leurs coéquipiers, ces derniers jours, on ne peut qu’être optimiste… (L’Expression-03.01.2010.)

*****La reprise du stage au grand complet

 La paisible localité d’Aubagne, à 18 km du Castellet et à moins de 15 km de Marseille, a été quelque peu « dérangée », hier, par le déroulement de la première séance d’entraînement de l’EN sur la pelouse du stade local, en présence de 500 supporters des Verts venus de plusieurs villes du sud de la France.*Toulon (France) De l’envoyé spécial  d’El Watan*Un cordon de sécurité déployé par les CRS, des vigiles placés sur tous les accès du stade et à l’intérieur, des portes hermétiquement fermées, bref tout a été mis en œuvre pour éviter le contact entre le public et la délégation de l’équipe nationale. La presse n’a pas été en reste puisqu’elle a été carrément empêchée de faire son travail, sur ordre, nous dit-on, du staff technique. D’habitude, les journalistes étaient autorisés à approcher joueurs et coachs avant ou après les entraînements, mais cette fois, rien de tout cela n’a été possible au point qu’il a fallu monter sur un pont dominant le stade ou se faufiler au milieu du public, dans les tribunes, pour couvrir cette première séance. Celle-ci, faut-il le souligner, s’est déroulée à 15h par un froid glacial, sous la direction de l’entraîneur national qui a consacré son travail à l’aspect technico-physique en présence de tous les joueurs.Les derniers arrivés, Bougherra, Belhadj et Yebda, se sont joints aux autres éléments du groupe qui avaient entamé le stage le 26 décembre dernier à l’hôtel le Grand Prix du Castellet. Pendant que ces derniers s’adonnaient à une partie restreinte de football, les trois gardiens de but Chaouchi, Gaouaoui et Zemmamouche, s’entraînaient seuls sous la conduite de Hacene Belhadji, l’entraîneur adjoint. On a noté à l’occasion la première apparition de Mourad Meghni sur la pelouse. Il a effectué quelques tours aux côtés des autres blessés, Antar Yahia et Rafik Saïfi, avant de quitter ensemble le stade en direction de leurs quartiers, au Castellet. L’entraînement s’est terminé vers 17h et sera suivi par deux autres séances ce dimanche, l’une à l’intérieur de l’hôtel et l’autre sur l’autre stade Géménose, à quelques encablures du site d’hébergement des Verts.

Castellet : Tout l’hôtel réquisitionné par l’EN

La délégation de l’équipe nationale est logée dans un hôtel 5 étoiles au Castellet, à la limite entre le Var et les Bouches-du-Rhône, à proximité des communes de Géménos et Aubagne. Elle est installée pratiquement seule à l’intérieur de cet établissement que la FAF, nous dit-on, a entièrement réquisitionné pour les besoins de l’EN durant toute la durée de son séjour. Le confort et le calme se paient cher puisque la nuitée est comptée à 400 euros par personne. On peut facilement imaginer la somme qui sera déboursée, sachant que l’hôtel comprend pas moins de 117 chambres et un ensemble d’équipements de jeux, de sport et de récupération, dont une piscine chauffée et un hammam. Le lieu est un nouvel établissement qui a ouvert ses portes il y a moins de deux mois. Il est destiné surtout à accueillir les participants aux compétitions du rallye automobile qui ont lieu régulièrement sur le circuit mitoyen. Rappelons qu’en mai dernier, à la veille du match Algérie-Egypte, les Verts avaient installé leurs quartiers dans un autre hôtel du Castellet, situé non loin de là. (El Watan-03.01.2010.)

************************ 

*Antar Yahia meilleur joueur arabe de 2009

 

image 

Une consécration amplement méritée au vu du récent parcours de l’international algérien durant les éliminatoires.

Antar Yahia, le défenseur de Bochum (D1 allemande), auteur du but de la qualification de l’Algérie pour le Mondial face à l’Egypte à Khartoum (Soudan), vient d’ être élu joueur arabe de l’année 2009, à l’issue du sondage organisé par la chaîne de télévision satellitaire MBC.
En effet, l’international algérien a récolté plus de la moitié des voix exprimées par le million de participants au vote organisé par MBC. L’Algérien devance l’Egyptien, Mohamed Aboutrika, le meneur de jeu des Pharaons et juste derrière l’Egyptien, on ret-rouve le second Algérien, Rafik Saïfi puis le Soudanais Haïthem Mustapha.
Interrogé en direct par Mustapha Agha, l’animateur de l’émission «Sada El Malaïb» de la chaîne MBC, le désormais meilleur joueur arabe 2009, dira: «C’est un grand honneur pour moi, pour mon pays et pour mes parents. Je tiens à remercier tous ceux qui ont voté pour moi. Je salue les Algériens et l’ensemble des fans à travers le monde arabe. Je suis fier de cette consécration.» Le fougueux défenseur algérien n’a pas oublié d’ajouter: «Mon grand souhait, est de faire honneur au football arabe lors de la prochaine CAN-2010 et surtout lors de la Coupe du Monde prévue en Afrique du Sud l’été prochain.»
C’est donc une juste consécration pour ce très volontaire et courageux joueur de l’Equipe nationale. Cette distinction tombe à point nommé pour avoir des répercussions psychologiques positives sur le joueur, ménagé pour une blessure. Il est utile de rappeler que Antar Yahia a contracté récemment une blessure qui l’oblige à quelques jours de repos. Et aux dernières nouvelles, l’état de santé du défenseur international algérien de Vfl Bochum, s’améliore, selon l’entourage de l’Equipe nationale.
D’ailleurs, le buteur décisif du match de Khartoum n’a plus joué depuis le match d’appui face à l’Egypte, qualificatif pour le Mondial-2010, disputé le 18 novembre dernier à Oum Dormane (Soudan) en raison d’une blessure au genou.
L’auteur du but victorieux face à l’Egypte s’est entraîné normalement, au début de ce stage des Verts à Castellet en exécutant tous les exercices, sans ressentir la moindre douleur. Soumis à des tests concluants de la part du staff médical de l’EN, qui ne s’est toutefois pas encore prononcé de manière définitive sur sa participation au rendez-vous continental, l’entourage des Verts estime enfin qu’à ce rythme, rien ne pourrait l’empêcher de prendre part à la prochaine CAN.
On en saura plus, dès aujourd’hui, ou au plus tard, demain, après que le défenseur des Verts effectue une IRM pour déterminer avec exactitude l’évolution de sa blessure. (L’Expression-02.01.2010.)

***************************

**Stage de l’équipe nationale au Castellet

Les Verts font vibrer le sud de la France

image

imageimage 

Les Verts créent une nouvelle fois l’événement dans le sud de la France. En effet, depuis leur arrivée il y a une semaine au Castellet, près de Toulon, pour un stage de préparation, ils ne cessent de susciter l’intérêt et les commentaires des supporters algériens et maghrébins installés dans cette partie de la France.

Que ce soit à Marseille, Toulon, Montpellier ou encore à Nice, on ne parle justement que des Verts. Les jeunes ont d’ailleurs revêtu leurs maillots, survêtements et bonnets aux couleurs nationales. Les magasins et autres lieux de fréquentation de la communauté algérienne ne sont pas en reste puisque l’animation y est quasiment au vert. Ils ont été également ornés de l’emblème national et de photos des joueurs de l’EN. Par petits groupes, des Algériens de différents âges discutent et font des pronostics sur les chances des camarades de Meghni à la prochaine coupe d’Afrique. Tous ont la conviction que leurs représentants vont se surpasser, une nouvelle fois, pour pouvoir relever d’autres défis et revenir avec un résultat positif de l’Angola. Certains n’ont pas hésité à se déplacer de Marseille jusqu’au site de préparation du Castellet, sur une distance de 40 km, pour manifester leur attachement aux joueurs et dirigeants de l’EN et leur apporter soutien et réconfort moral dans ces moments décisifs.

« On est heureux que vous soyez là, nous voulons juste vous souligner notre reconnaissance et vous serrer la main », lancent trois jeunes en direction de l’hôtel où sont hébergés les Verts. Un vigile leur fera signe de ne pas s’approcher de l’accès de l’établissement et d’attendre un peu plus loin. Les frères Bouchentouf et leur camarade Zahredine, venus de Marseille, ne se résignent pas à l’idée de rater une aussi belle occasion de « parler aux héros de Khartoum ». Des familles issues d’autres villes du sud de la France attendaient également dehors avec leurs petits enfants, brandissant des drapeaux algériens. Malheureusement, elles n’ont pas eu cette chance et ont dû repartir bredouilles. Les plus chanceux ont fini par rencontrer l’entraîneur national, ses adjoints et certains joueurs à l’entrée de l’hôtel, à l’issue de l’ultime séance d’entraînement effectuée sur le site forestier entourant le lieu d’hébergement. Saâdane a consenti, selon ses dires, à ouvrir de temps en temps les portes pour permettre aux supporters de l’EN d’approcher les joueurs, mais il leur a demandé « d’être compréhensifs et de rester chez eux afin de ne pas perturber la concentration des Verts ». Son appel sera-t-il entendu ? On le saura dès ce samedi avec la reprise de la seconde partie du stage de préparation. (El Watan-02.01.2010.)

 image

*********************

**CAN/ ….10 millions de dollars pour seulement la retransmission de 10 matchs

image 

Les algériens ne pourront suivre que 10 matchs seulement, de la 27ème Coupe d’Afrique des Nations qui se déroulera du 10 au 30 janvier courant, en Angola. C’est le maximum, que l’administration de la télévision algérienne, a pu obtenir après des négociations laborieuses avec la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera qui a acheté les droits de diffusion pour la région arabe. Selon des sources fiables, l’Algérie aura à verser 10 millions de dollars en contrepartie de la diffusion de 10 matchs – soit un million de dollars pour chaque match- répartis comme suit : 7 rencontres pour le premier tour, 1 rencontre de quart de finale, une de demi-finale et le match final. Le coût du contrat signé ces dernières heures par la télévision algérienne et Al-Jazeera a soulevé une grande polémique, car beaucoup pensent que les responsables du boulevard des Martyrs auraient pu débourser beaucoup moins s’il avaient négocié serré, en s’appuyant sur la volonté des responsables de la chaîne satellitaire arabe de consolider ses liens avec le public algérien suite à son solidarité inconditionnelle aux Fennecs, qui a suscité l’intérêt des plus grandes chaînes de télévision internationales. Parce qu’Al-Jazeera veut avoir un pied sur la scène footballistique algérienne, surtout après avoir ouvert un bureau dans notre pays, il aurait été plus judicieux d’utiliser ce précieux atout dans la nouvelle équation de qualification des Verts au Mondial pour bénéficier d’avantages plus importants que des pourparlers avec Al-Jazeera Sport pour des droits de retransmission des matchs de la CAN. Selon notre source, les négociations n’ont pas seulement irrité les observateurs algériens, mais aussi les officiels du secteur de la communication, ce qui met les responsables de la télévision algérienne en mauvaise posture. Le directeur d’Al-Jazeera Sport, Nacer Al-Kheleifi, contacté hier par Echorouk, a déclaré que les négociations sont arrivées à leur terme sans en révéler le coût et que l’Algérie et l’Égypte ont acheté les droits de retransmission d’un nombre égal de matchs pour le même prix, en réponse aux insinuations de l’Égypte au favoritisme exercé par Al-Jazeera au profit de l’Algérie. Al-Kheleifi s’est dit heureux car « le public algérien tient une place particulière dans notre coeur» et espère participer à la nouvelle dynamique qui porte le football algérien vers l’avant. Notre interlocuteur a cependant indiqué que les négociations avec la Tunisie, 3ième partenaire arabe n’avaient pas encore abouti. Le directeur d’Al-Jazeera Sport nous a assuré que la CAN bénéficiera d’une couverture toute spéciale à fortiori que la chaîne a acheté les droits exclusifs de retransmission chez ARTE, de plus deux nouveaux canaux ont été ouverts qui diffuseront les détails, les commentaires en compagnie de l’élite des journalistes, animateurs et des représentants des sélections arabes qualifiées, tels Hafidh Derradji et Issam Echawali. (Echorouk-01.01.2010.)

****CAN 2010 : Les supporters de l’équipe nationale doivent se faire vacciner…

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière invite les supporters de l’équipe nationale qui devront se rendre en Angola dans le cadre de la CAN 2010 à se rapprocher des centres de vaccination pour y recevoir les vaccins contre certaines maladies qui sévissent au sud du continent.

La vaccination contre certaines maladies sévissant dans les pays du sud notamment la fièvre jaune, la diphtérie et la méningite devrait se faire dans les 10 jours au moins qui précèdent le déplacement des supporters dans le pays d’accueil, a appris l’APS auprès du ministère. Parmi les centres qui assurent cette vaccination, en attendant l’ouverture de nouvelles structures à travers le pays, la même source a cité l’Institut Pasteur d’Algérie, l’établissement hospitalier Laadi Flici d’ El Kettar ainsi que l’hôpital Hassan Isaad de Beni Messous précisant que les agences de voyages chargées de transporter les supporters des verts n’ont toujours pas communiqué le nombre de ces derniers dans chaque Wilaya. Le ministère a également rappelé les mesures préventives adoptées à cet effet notamment l’installation depuis novembre dernier d’une commission spéciale chargée d’assurer les moyens de prévention nécessaire pour les supporters de l’équipe nationale et leurs accompagnateurs. Concernant la vaccination des supporters contre le virus « A/H1N1″ , le ministère a souligné qu’il était impossible de procéder à cette opération compte tenu de l’incompatibilité de ce vaccin avec celui de la fièvre jaune expliquant avoir opté pour le traitement antiviral « Oseltamivir » si des cas d’atteinte de la grippe A/H1N1 sont enregistrés. Pour prévenir toute atteinte de la malaria les médicaments appropriés seront prescrits aux supporters de l’équipe nationale. Le ministère informe que les services de contrôle sanitaire au niveau de l’aéroport Houari Boumediene interdiront le passage des personnes n’ayant pas reçu les vaccins cités et que les autorités angolaises de leur côté ne leur permettront pas l’accès de leur territoire si elles ne disposent pas d’un certificat de vaccination international. Une équipe médicale regroupant des spécialistes en maladies digestives, des urgences et de médecine interne ainsi que des paramédicaux accompagneront les supporters de l’équipe nationale en Angola, rappelle t-on.(El Watan-02.01.2010.)

*****Can 2010…Billet d’avion à 60.000 DA et 2500 dollars d’allocation pour chaque supporter

 Le gouvernement a pris des dispositions relatives au déplacement des supporteurs algériens en Angola à l’occasion de la participation de l’équipe nationale de football à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations, prévue du 10 au 31 janvier 2010, dont notamment un prix du billet d’avion ramené à 60.000 DA et une allocation en devises de 2500 dollars, indique un communiqué du ministère de la Jeunesse et des Sports.

Voici le communiqué intégral du MJS :  » Le ministère de la Jeunesse et des Sports porte à la connaissance du public, les informations suivantes relatives au déplacement des supporteurs en Angola, à l’occasion de la participation de l’équipe nationale de football à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations.

« Du fait que les capacités d’hébergement sont limitées dans la capitale angolaise, le déplacement des supporteurs en voyage organisé par des agences de voyage s’avère très difficile. Cependant, soucieux de faciliter le déplacement de nos ressortissants à Luanda, le gouvernement a, en application des orientations de son excellence, le président Abdelaziz Bouteflika, pris les dispositions suivantes :

« 1- Le transport aérien entre Alger et Luanda et retour sera assuré par des vols spéciaux de la compagnie Air Algérie. Le coût commercial du billet qui est de 135.000 DA a été ramené à 100.000 DA avec le concours des sponsors. Le gouvernement a arrêté le prix du billet de voyage à 60.000 DA, avec une subvention publique qui sera versée à la compagnie nationale.

« 2- En vue de permettre à nos ressortissants de faire face aux coûts du séjour en Angola, la Banque d’Algérie, sollicitée par le gouvernement, a mis en place une allocation en devises exceptionnelle de 2500 dollars US. Celle-ci peut être retirée auprès des banques commerciales, aux conditions rendues publiques par la Banque d’Algérie, contre paiement d’un montant équivalent de 192.600 DA.

« 3- Le personnel diplomatique de l’ambassade d’Algérie en Angola a été renforcé par le ministère des Affaires étrangères, pour cette occasion, afin d’assister nos ressortissants durant leur séjour à Luanda.

« 4- Une mission médicale sera également dépêchée par le ministère de la Santé pour assister nos ressortissants. Celle-ci pourra être contactée sur place, au niveau de l’ambassade d’Algérie en Angola.

Il est à rappeler qu’un visa est nécessaire et peut être obtenu contre paiement de taxes auprès de l’ambassade d’Angola à Alger. En outre, un vaccin contre la fièvre jaune est requis dix jours avant le voyage. Enfin, la prise du traitement contre le malaria (paludisme) est fortement recommandée ».

image

 

 

 

 

 

******************

 

 

29 réponses à “*Le Foot en Algérie”

1 2
  1. 13 11 2011
    spodnie męskie (00:08:37) :

    Some truly wonderful information, Sword lily I noticed this.

  2. 13 11 2011
    Camgirls live (07:49:49) :

    Die beste Camgirls live amateur hot Chat im Wald !!!

  3. 13 11 2011
    The Lemonade Diet (16:11:58) :

    Properly published short article. Also, an all-natural wellness diet regime needs time and determination for the best outcomes.

  4. 14 11 2011
    Science Projects for Kids (03:13:03) :

    I appreciate the insightful post. Thanks.

  5. 14 11 2011
    Luetta Lacognata (10:58:43) :

    Utilisez nos codes réduction et bons de réduction pour payer vos achats moins chers sur internet! Faites de bonnes affaires grace a nos codes promotion gratuits : http://www.100reductions.com .

  6. 14 11 2011
    winrar (15:12:12) :

    I’m agitated all these article directories. It sure would be nice to have every article directory that instantly accepts articles.

  7. 14 11 2011
    Myrta Dalby (22:16:31) :

    It should certainly have become the icing on the cake but instead Simon Cowell’s birthday surprise for Nicole Scherzinger took the biscuit. The sardonic skill program don waited right up till the closing minute of the second day related to Seattle auditions to allow his fellow judge her goodies.

  8. 15 11 2011
    Gilberto Wasden (03:23:36) :

    The Justin Bieber juggernaut is certainly showing no indications of slowing down. Despite the fact that his debut album, My World 2.0 was published only just last yr, the new music star is already looking to his second album.

  9. 15 11 2011
    iPhone Development (08:23:21) :

    I found your posting to be insightful! Thank you.

1 2



humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café