Pippili-3

**Plus de 19.000 praticiens étrangers exercent en France. Et pour répondre à la pénurie de généralistes liée à la désertification médicale, nombre d’entre eux s’installent à la campagne.*29.01.2013.

«Depuis les années 1990, de nombreux établissements recrutent des professionnels formés à l'étranger pour remédier à leur manque d'attractivité», écrit le Centre d'analyse stratégique.

Face aux déserts médicaux, collectivités et hôpitaux font venir des praticiens d’Algérie, de Roumanie et de Belgique. Depuis les années 1990, de nombreux établissements recrutent des professionnels formés à l’étranger pour remédier à leur manque d’attractivité», écrit le Centre d’analyse stratégique.

La France a besoin de médecins étrangers mais elle les sélectionne mal et ne sait pas vraiment les accueillir. C’est le constat sans appel dressé dans un rapport publié mardi par le Centre d’analyse stratégique (CAS), l’ex-commissariat au Plan. Le phénomène des professionnels de santé étrangers exerçant en France, s’il reste marginal – ils représentent 7,4 % des praticiens -, prend toutefois de l’ampleur. Entre 2007 et 2010, leur nombre a bondi de 20%, pour avoisiner désormais les 19.000 praticiens. Des médecins surtout algériens, roumains et belges.

Souvent, le niveau de revenu explique l’attractivité de la France. Un interne en Hongrie gagne ainsi seulement un quart du salaire de son homologue français. Malgré ce boom, la France n’a toutefois pas mis sur pied de politique cohérente de recrutement. Le petit hôpital de ville moyenne qui n’arrive pas à recruter un anesthésiste, la commune rurale qui peine à trouver un remplaçant à son généraliste partant à la retraite… Les embauches se font toujours au cas par cas. «Depuis les années 1990, de nombreux établissements, voire parfois des collectivités, recrutent des professionnels formés à l’étranger pour remédier à leur manque d’attractivité ou à des déficits conjoncturels de diplômés dans certaines disciplines», observe le CAS. Bref, le médecin étranger sert de «variable d’ajustement» au système de santé français.*Le Figaro-le 05/12/2012

**Un motard à 238km/h sur sa roue arrière

Un motard de 31 ans qui a perdu tous les points de son permis, a été contrôlé à 238 km/h sur la roue arrière, lundi sur une route départementale à l’ouest d’Orléans, en France.

France

La vitesse retenue est de 226 km/h sur cette portion de route limitée à 90 km/h et qui présente une légère bosse. Selon les gendarmes le conducteur roulait sur sa roue arrière (wheeling) au moment où il a été flashé.

Le pilote était néanmoins revenu à une vitesse normale au moment où il a été interpellé, sans résistance, moins de deux kilomètres plus loin. Les gendarmes ont alors découvert que le conducteur, n’avait plus de points sur son permis, était sous le coup d’une annulation administrative de son permis, et avait déjà fait l’objet d’une procédure judiciaire pour excès de vitesse supérieur à 50 km/h. Il a été convoqué devant le tribunal. Sa moto lui a été confisquée.*20minutes.online-29 janvier 2013

 **Un homme meurt en coupant du bois

Chardonne (VD)

Un homme de 64 ans s’est mortellement blessé mardi après-midi dans la commune de Pohlern (BE) en effectuant des travaux de coupe de bois.Les secours n’ont pu que constater le décès de l’homme sur les lieux de l’accident. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de celui-ci-*20minutes.online-29 janvier 2013

**La presse en Suisse est de moins en moins libre

L’ONG française Reporters sans frontières (RSF) a publié son classement mondial de la liberté de la presse en 2013. La Suisse perd six place et se retrouve au 14e rang.

En tête figurent la Finlande, les Pays-Bas et la Norvège, alors que la Suisse perd six places et se retrouve au 14e rang. L’ONG montre par ailleurs l’échec du «printemps arabe» en matière de libertés.

La Finlande, les Pays-Bas et la Norvège étaient déjà dans les premiers rangs l’an dernier, ce qui confirme la capacité des contrées nordiques à assurer et maintenir un environnement optimal pour les acteurs de l’information, relève RSF dans son rapport.

A l’autre bout du classement, les trois pays les pires, le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Erythrée, sont également les mêmes que l’année dernière. Ils sont précédés pour la deuxième année consécutive de la Syrie au 176e rang, que suivent la Somalie, l’Iran, la Chine, le Vietnam, Cuba, le Soudan et le Yémen.

Echec du «printemps arabe»

L’ONG française publie par ailleurs pour la première fois un indice annuel de la liberté de la presse. Son calcul se fonde sur une moyenne pondérée en fonction de la population, avec des résultats de 0 à 100, zéro représentant une situation idéale. En 2013, il s’élève à 3395 points, chiffre de référence pour les années à venir.

La déclinaison de cet indice permet d’apprécier la situation de chaque grande zone du monde. L’Europe obtient le résultat de 17,5 sur 100, suivie par la zone Amériques (30,0), l’Afrique (34,3), l’Asie-Pacifique (42,2) et les pays de l’ex-URSS (45,3).

Malgré le «printemps arabe», la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (48,5) se trouve à la dernière place. RSF note que certains nouveaux gouvernements engendrés par les mouvements citoyens se retournent contre les journalistes et les net-citoyens qui ont largement relayé ces révolutions.

L’ONG donne en exemple la Tunisie et l’Egypte, dont elle dénonce «vide juridique, nominations à la tête des médias publics, agressions physiques, procès à répétition et absence de transparence». Ces deux pays stagnent à des positions peu glorieuses (138e et 158e), alors qu’à l’inverse, la Libye a progressé de 23 places.*(ats)-29 janvier 2013

**La femme de Bachar Al-Assad est enceinte

Dans le fracas des bombes et des condamnations internationales, le président syrien a annoncé à un journal libanais que lui et sa femme attendaient un quatrième enfant. C’est dans une interview au journal libanais «Al Akhbar» que son mari a confié qu’elle attendait un quatrième enfant.-*20minutes.online-29 janvier 2013

**Une voiture happée par un train

Wolfenschiessen (NW)

Une voiture a été happée par un train sur un passage à niveau et traînée sur 150 mètres mardi vers 15h20 à Wolfenschiessen (NW), a indiqué la police cantonale. L’automobiliste de 60 ans a été grièvement blessé et est décédé sur les lieux de l’accident. Une enquête sur le déroulement des faits a été ouverte.*.*(ats)-29 janvier 2013

**Pas de femmes en bikini pour vendre des cigares

Une publicité pour des cigares avec des femmes sexy et la phrase «le changement fait plaisir» fâche la Commission suisse pour la loyauté, qui l’estime «déloyale et sexiste».

La commission peut concevoir que des femmes aiment fumer de temps en temps un cigare, mais pas «simplement vêtues d’un bikini dans une piscine». Et si cette image est en plus accompagnée du slogan «le changement fait plaisir», c’est déloyal et sexiste, souligne-t-elle dans un communiqué mardi sans préciser qui a porté plainte.

La publicité incriminée émane du fabricant de cigares Villiger, a constaté l’ats. On y voit quatre jeunes femmes en bikini debout dans un bassin, l’eau jusqu’au milieu des cuisses. En dessous du slogan, quatre cigares sont dessinés. Chacun des quatre emballages correspond à la couleur d’un des maillots de bain.

Lien sexuel entre les mannequins et les cigares

La Commission suisse pour la loyauté estime que le slogan incite le consommateur moyen à établir un «lien clairement sexuel» entre les mannequins et les cigares. Elle a donc accepté la plainte et recommande au fabricant de renoncer à sa publicité. Personne n’était joignable mardi soir chez Villiger pour dire si cette recommandation serait appliquée.

La Commission Suisse pour la loyauté est l’organe d’autocontrôle de la branche de la publicité. Elle est composée de publicitaires, mais aussi d’associations de consommateurs et de représentants de l’Office fédéral de la santé publique ou du Secrétariat d’Etat à l’économie. Toute personne a le droit de dénoncer auprès d’elle une publicité qu’elle juge déloyale.*ats)-29 janvier 2013

**Un chasseur américain F 16 basé à Aviano, disparaît des radars

Italie

Un chasseur américain F 16 basé à Aviano, dans le nord de l’Italie, a été porté disparu dans la soirée aux larges des côtes italiennes de l’Adriatique.

L’avion, qui volait en formation avec d’autres appareils, a perdu le contact radio avec sa base et il est peut-être tombé dans la mer, selon la même source. Le pilote avait signalé un problème lors de son dernier contact radio, vers 19h00 GMT, ajoute l’agence qui cite des sources aéroportuaires.

Les recherches de l’avion se déroulent avec la participation des autres appareils qui volaient en formation ainsi que des gardes-côtes italiens, ajoute Ansa. Aviano, située au nord de Venise, abrite une importante base militaire et aérienne américaine. L’avion est recherché dans une zone à une quinzaine de kilomètres au large de la ville de Cesenatico, sur la côte adriatique de l’Emilie-Romagne.

Côté italien, quatre vedettes, deux remorqueurs, un avion et un hélicoptère participent aux recherches, selon l’agence. Le pilote de l’avion qui volait en couple avec celui disparu aurait entendu le SOS lancé par son collègue mais n’a pas vu où l’avion a chuté, car les quatre appareils qui effectuaient un vol d’entraînement ne se trouvaient pas à proximité les uns des autres, a indiqué ANSA.*AFP-28-01-2013.

**Couvre-feu pour les jeunes en Suisse

Depuis le 1er janvier 2013, les moins de seize ans n’ont plus le droit de sortir après 22h dans la commune de Kehrsatz, près de Berne.

Cette mesure controversée ne concerne toutefois qu’une minorité de jeunes vandales de la localité de 4000 personnes, a relativisé lundi l’exécutif. Les jeunes qui se comportent correctement ne seront pas importunés après 22h00 par les entreprises de sécurité privées engagées à cet effet, a déclaré devant les médias la maire de Kehrsatz Katharina Annen (PLR).

La mesure en vigueur depuis le début de l’année a été décidée par le législatif de la commune: les moins de seize ans ne peuvent plus se tenir dans l’espace public après 22h00, à moins qu’ils soient en train de regagner leur domicile ou s’ils sont accompagnés par un adulte qui les surveille.

Ce règlement permet aux services de sécurité d’intervenir contre les actes de vandalisme, le tapage nocturne et l’abandon de déchets sur la voie publique, soutient l’exécutif de Kehrsatz. Il est déjà appliqué depuis deux ans avec succès. La seule nouveauté est l’ancrage de cette pratique dans une loi.

Des mesures similaires existent ailleurs. Le cas de Kehrsatz avait cependant fait parler de lui car la commune est une banlieue de Berne. Dans la capitale fédérale, certains avaient critiqué cette mesure, estimant que la commune déplaçait simplement à Berne ses problèmes avec les jeunes..*ats)-28 janvier 2013

**Dix mille jeans saisis à la frontière italienne

La police financière italienne a mis la main sur 10’000 paires de jeans munies de fausses étiquettes à Ponte Chiasso (I), peu après la frontière suisse.

La marchandise bon marché provient de Chine et était destinée à l’Italie, a annoncé la Guardia di Finanza lundi. Les douaniers ont découvert les pantalons dans un camion allemand. Les étiquettes des jeans garantissaient une production italienne, mais une facture a révélé leur vraie origine.

Une société anglaise les a acquis en Chine pour 45 cents la pièce. Deux entreprises romaines dirigées par un Italien et un Chinois devaient les écouler en Italie. L’étoffe est examinée pour déterminer si elle contient des substances nocives.*ats)-28 janvier 2013

**************************

*L’Algérie efface la dette de dix pays africains…d’un montant de 3 milliards de dollars

Le président de la République vient d’adresser des télégrammes aux ambassadeurs en poste dans les pays africains, les informant de la décision de l’Algérie d’annuler les dettes qu’elle détient sur quelques Etats du continent noir. Une source diplomatique a précisé que les montants concernés par cette décision avoisinent les 3 milliards de dollars.Le Trésor public est sollicité ainsi à nouveau pour donner une suite technique à cette décision politique. Le Trésor public procéderait, comme à l’accoutumée, à la transformation des créances en question en vue de leur abandon en déclarant ces dettes détenues sur les pays concernés définitivement insolvables..(Médias-02.08.2012.)

*70 personnes étrangères prennent la nationalité algérienne….dont 14 Russes, 7 Marocaines, 5 Françaises, 4 Polonaises, une Bulgare, une Biélorusse, 3 Tunisiens, une Palestinienne et une Libanaise

L’Algérie vient d’accorder la nationalité algérienne à 70 personnes, en majorité des femmes nées à l’étranger, selon des décrets présidentiels parus ce mardi 31 juillet 2012 au Journal officiel no 40. Quatorze Russes ‘ toutes des femmes ‘, sept Marocaines, cinq Françaises, quatre Polonaises, une Bulgare, une Biélorusse, trois Tunisiens, une Palestinienne et une Libanaise ont obtenu la nationalité algérienne, de même qu’une Canadienne, une Anglaise, deux Croates et quinze autres personnes (dont dix femmes) nées dans des villes algériennes et dont certaines portent des noms et prénoms étrangers. Sur les 70 personnes ayant obtenu la nationalité algérienne, 54 sont nées avant l’indépendance de l’Algérie, entre 1928 et 1961. Les décrets présidentiels ne précisent pas comment ces personnes ont obtenu la nationalité algérienne. Le Code de la nationalité algérienne prévoit l’acquisition de la nationalité par le mariage avec un Algérien ou une Algérienne. Il prévoit également l’acquisition par naturalisation, sous certaines conditions. L’Algérie a, en outre, adopté en 2004 le droit du sol pour l’octroi de la nationalité. Les enfants nés en Algérie ou à l’étranger de mère algérienne (même si le père n’est pas né en Algérie) ont, depuis, le droit d’avoir la nationalité algérienne. (Réflexion-02.08.2012.)

*Sonatrach prévoit d’importer 2 millions de tonnes de gasoil…Le groupe Sonatrach prévoit d’importer 2 millions de tonnes de gasoil en 2012 pour faire face à l’importante demande nationale de ce carburant, a indiqué à l’APS le PDG de Sonatrach, M. Abdelhamid Zerguine.
Les quantités de carburants qui seront importées en 2012 atteindront 2 millions de tonnes pour le gasoil et 500.000 tonnes pour l’essence, a précisé M. Zerguine à l’issue d’une visite dans la wilaya de Skikda.
Les importations de carburants ont explosé ces dernières années, enregistrant des hausses fulgurantes. Elles ont progressé de 77% en 2011 à 2,3 millions de tonnes contre 1,3 million de tonne en 2010. Les importations du gasoil, carburant très prisé pour son prix bas et pour ses utilisations dans l’industrie et l’agriculture, passera ainsi de 1,3 million de tonnes en 2011 à 2 millions de tonnes en 2012, ce qui équivaut à une augmentation de 700.000 tonnes.
La valeur de l’importation du gasoil n’est pas très importante puisque Sonatrach exporte du brut en échange de ce carburant, explique un responsable de Sonatrach.
Pour une tonne de gasoil importée, Sonatrach exporte l’équivalent de 3 tonnes de pétrole de brut, ce qui fait que la différence à payer par Sonatrach n’est pas très importante, selon lui.
Les importations de gasoil et d’essence en 2011 ont représenté une valeur de 2 milliards de dollars, selon les chiffres déjà fournis par le groupe.
Pour répondre à la demande sans cesse croissante en produits pétroliers, l’Algérie a lancé un vaste programme de réhabilitation de ses trois raffineries (Arzew, Skikda et Alger) avec l’ambition de construire également quatre nouvelles d’une capacité de 20 millions de tonnes/an, a précisé M. Zerguine lors de sa visite d’inspection à la raffinerie de Skikda, la plus grande du pays avec 15 millions de tonnes de brut raffiné/an.
L’Algérie compte élever ses capacités de raffinage de 22 millions de tonnes, actuellement à 42 millions de tonnes, dans cinq ans et à 52 millions de tonnes à long terme, selon lui.
L’avancement des travaux de la réhabilitation de la raffinerie de Skikda par le sud coréen Samsung Engineering pour un montant de 2 milliards de dollars est de 87% à ce jour.
La modernisation de cette usine devrait augmenter ses capacités de raffinage de brut de 10% pour passer de 15 à 16,5 millions de tonnes par an et préserver son outil de production pour les trente prochaines années, selon Mme Zoubida Benmofek, directrice division raffinage au groupe Sonatrach.
Selon la même direction, le programme de réhabilitation des raffineries va permettre de porter la capacité de traitement de Sonatrach à 25 millions de tonnes de pétrole brut et 5 millions de tonnes de condensat, soit globalement près de 30 millions de tonnes/an.
La production de gasoil sera assurée avec une quantité supplémentaire de plus de 3 millions de tonnes/an qui va rehausser la production globale du groupe à 10 millions de tonnes.
Pour les essences, la production passera à plus de 4 millions de tonnes et l’essence sans plomb sera produite à partir des trois raffineries. Actuellement seule la raffinerie de Skikda est en train de le faire. (APS-02.08.2012.)

*Algérie: Appel d’offres international pour l’importation de 450.000 tonnes de ciment….Le Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA) a lancé hier un avis d’appel d’offres international pour la fourniture de 450.000 tonnes de ciment afin de réduire la tension sur ce produit sur le marché national. La date limite de remise des offres et l’ouverture des plis est fixée pour le 12 septembre 2012, précise le groupe dans son appel d’offres lancé par sa filiale Sodismac (Société de distribution des matériaux de construction).

**Une nouvelle fois, l’Algérie est contrainte d’avoir recours à l’importation de ciment pour juguler la crise profonde que connaît le marché national. Ainsi, le Groupe industriel des ciments d’Algérie (Gica) a lancé hier un avis d’appel d’offres international pour la fourniture de 450 000 tonnes de ciment.
Il a été précisé que le but recherché à travers cette opération est «la réduction de la tension sur ce produit sur le marché national». Les opérateurs intéressés par cet appel sont tenus de présenter leurs offres avant le 12 septembre prochain, date limite de remise des offres et l’ouverture des plis.
Ce n’est pas la première fois que le groupe Gica procède à l’importation de ciment pour combler le déficit que connaît le marché national notamment en période de grande crise. Ce groupe a déjà entamé un processus d’importation de ciment durant les périodes de tensions pour faire face à la forte demande de ce produit stratégique sur le marché national. Selon les estimations de Gica, le déficit du marché du ciment s’élève à plus de 2,5 millions de tonnes.
Actuellement, le marché national est marqué par une flambée des prix de ce produit, des pratiques douteuses de spéculation et de détournement de produits vers d’autres destinations. La flambée des prix du ciment a atteint des records cette année puisque le prix du sac de 50 kg a atteint 700 dinars dans certaines régions, alors que dans d’autres, il est tout simplement introuvable.
Cela arrive en dépit des mesures prises pour fixer la marge bénéficiaires pour les grossistes et les détaillants entre 60 et 80 DA par sac. Paradoxalement aux années précédentes, la pénurie de ciment constatée cette année n’a pas été attribuée à la fermeture des usines de production pour des raisons de maintenance, comme cela a été le cas pendant plusieurs années.
La crise de ciment ne peut pas passer sans se répercuter sur les projets en cours de réalisation. Ainsi, cela occasionne souvent des retards dans les livraisons des projets, des coûts supplémentaires et de grandes difficultés pour les auto-constructeurs.
A noter que la production nationale actuelle de ciment est de plus de 18 millions de tonnes par an dont 11,5 millions de tonnes sont assurées par le groupe Gica, qui détient douze cimenteries publiques. Cela reste en deçà de la demande exprimée sur le marché en attendant la réalisation de nouvelles unités de production. Le groupe Gica ambitionne de produire 20 millions de tonnes à l’horizon 2016 et 29 millions de tonnes d’ici à 2018. (Le Temps-02.08.2012.)

**990.496 entreprises recensées en Algérie…Le nombre d’entreprises recensées sur le territoire national a atteint 990.496 entités dont plus de 934. 200 entités économiques, selon les résultats définitifs de la première phase du Recensement économique (RE), qui révèlent la « prédominance » du secteur commercial et le caractère « tertiaire de l’économie nationale ».
Sur ce total, on dénombre 934.250 entités économiques, représentant plus de 94% du total et le reste (56.246), soit 6% sont des entités administratives, précisent les résultats définitifs rendus publics jeudi par l’Office national des statistiques (ONS) sur son site internet.
Cette opération d’envergure, la première du genre en Algérie, a révélé que le tissu économique national est fortement dominé par les personnes physiques à 95% (888.794) alors que les personnes morales (entreprises) représentent seulement 5%, soit 45.456 entités, selon l’Office qui estime que « ce résultat est révélateur d’une économie basée essentiellement sur des micros entités ».
La structure des personnes morales au niveau des wilayas, montre une concentration de 21% dans la capitale, suivie de loin par les wilayas de d’Oran (6,8%) et Sétif 5,3%, relève l’enquête qui a ciblé l’ensemble des établissements économiques et administratifs, hors agriculture et ce, quel que soit leur secteur d’activité et leur statut juridique.
La même tendance à été observée pour les personnes physiques, puisque Alger se caractérise par l’absorption de 9,9% des entités économiques, suivie d’Oran (5,6%) et de Sétif (5,1%).
Au niveau global, Alger demeure « un pôle économique par excellence », révèle le recensement, avec une concentration de 10,4% des personnes physiques et des personnes morales, suivie par les wilayas d’Oran (5,7%) et Sétif (5,1%).
La répartition des entités par secteurs d’activités montre clairement la prédominance du secteur commercial avec 511.700 entités, soit près de 55% de l’ensemble.
Plus de 84% de l’activité est concentrée dans le commerce de détail, le reste est partagé entre le commerce de gros et celui de l’automobile et des motocycles.
Avec 317.988 entités, le secteur des services arrive en seconde position avec 34% de l’ensemble des entités économiques du pays.
Les principales activités relevant des services sont : le transport (18,8%), l’activité de restauration (14,5%), télécommunication (y compris les taxiphones) 10,3%, les activités juridiques et comptables (5,3%), santé humaine (médecins privés, chirurgiens privés, dentistes…etc) 5,3%.
L’opération, qui a connu une large adhésion, grâce à la mobilisation de toutes les parties prenantes, notamment au niveau local, a montré que 829.688 entités économiques activent dans le secteur tertiaire, soit 89% du total, ce qui « dénote clairement le caractère tertiaire de l’économie nationale », ajoute l’ONS. D’autre part, le nombre d’entités industrielles recensées est de 95.445, dont 24,8% opèrent dans les industries agroalimentaires, 23,4% la fabrication de produits métalliques et 11,1% l’habillement, 1,7% le travail de bois et 1,3% le textile, également 1,3% la réparation et l’installation de machines et d’équipement.
Pour ce qui est du secteur de la construction, les entités recensées ont été de l’ordre de 9.117 soit 1% de l’ensemble, un chiffre largement en deçà de la réalité du terrain.
Cette sous estimation est inhérente à la démarche méthodologique du recensement économique, qui s’explique essentiellement par la contrainte relative au recensement uniquement des entités exerçant leur activité au sein d’un local fixe.
En effet, pour ce qui est du secteur de la construction, les très petites entreprises (TPE) sont constituées essentiellement de tâcherons (plombiers, électriciens bâtiment, ferrailleurs, carreleurs, peintres, etc…). Ces derniers ne disposent pas d’un local fixe et visible et sont donc difficiles à repérer sur le terrain.
En outre, sur les 934.250 entités économiques, 84% (781.439) sont implantées en milieu urbain contre 16% (152.811) en milieu rural. Dans les zones urbaines, Alger occupe la première place avec plus de 12 % du total, la wilaya d’Oran vient en second position (6,6%), suivie de la wilaya de Sétif avec 4,8%, selon les résultats définitifs du recensement.
Pour les zones rurales, la wilaya de Tizi Ouzou occupe la première place avec 8,1% du nombre total et Sétif en seconde position avec 6,7%.
En terme d’activité, 81,3% des industries extractives sont implantées en zone rurale, tandis que les industries manufacturières représentent 19%, selon les résultats de l’enquête. (APS-02.08.2012.)

*Balance commerciale de l’Algérie: Excédent de 15,8 milliards de dollars au 1er semestre 2012…..La tendance générale du commerce extérieur de l’Algérie s’est caractérisée au 1er semestre 2012 par une augmentation des exportations de 5,6% et une baisse de 5,2% des importations, ce qui s’est traduit par un excédent de la balance commerciale de près de 15,8 milliards de dollars.
En effet, les exportations de l’Algérie ont atteint les 38,82 mds usd au 1er semestre 2012, contre 36,75 mds usd au cours de la même période en 2011, en hausse de 5,62%, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis).
Sur le montant global des exportations, les hydrocarbures ont représenté 97,42% avec 37,82 mds usd lors des six premiers mois de 2012, contre 35,67 mds usd durant la même période en 2011, en hausse de 6,02%. Les exportations hors hydrocarbures demeurent toujours «marginales» avec seulement 2,58% du volume global des exportations, soit une valeur d’un milliard usd, en baisse de près de 7,5%.
Les importations, avec une baisse de 5,2%, ont atteint les 23,1 mds usd durant le 1er semestre 2012, contre 24,3 mds usd durant la même période en 2011. Cette baisse est due, selon les Douanes, à la chute des importations des biens d’équipements industriels (-17,1%) et des biens alimentaires (-11,9%) ainsi que les biens destinés à l’outil de production (-5,6%).
Cette baisse est due essentiellement à la chute des importations d’articles de robinetteries de plus de 73%, des véhicules de transport de personnes et de marchandises (-19,9%), et des transformateurs électriques (-18,9%). Les importations algériennes de produits alimentaires ont également baissé de 11,91%, passant de 4,9 mds usd à 4,3 mds usd.
Cette baisse de 584 millions de dollars de la facture alimentaire et due à un recul des importations des céréales, semoules et farines (-23,1%), des laits et produits laitiers (-22,8%) et des sucres et sucreries (-14,08 %). Les importations du blé, qui représentent une «importante» part dans ce groupe, ont enregistré une chute de plus de 33%, passant de 1,51 md usd à 1,01 md usd durant la même période.
La facture des importations a baissé de 912,52 millions usd durant les six premiers mois 2011 à 704,47 millions usd au 1er semestre 2012, en baisse de 22,8%. Par ailleurs, le Cnis relève une forte hausse de 36% des importations des biens de consommation non alimentaires, leur valeur étant passée de 3,45 mds usd durant le 1er semestre 2011 à 4,7 mds usd à la même période en 2012.
Les hausses les plus remarquables dans le groupe en termes de valeur ont été enregistrées notamment par les véhicules de tourisme (65,1%) et les médicaments (33,5%). Le volume des importations des médicaments à usage humain a connu la même courbe, passant de 9989 tonnes à 15 229 tonnes, soit une hausse de 52,45% au 1er semestre 2012.(Le Temps-02.08.2012.)

**Un complexe touristique à proximité des grottes de Béni Add-Aïn Fezza.(Tlemcen)….Une enveloppe de 200 millions de dinars a été allouée pour la réalisation d’un complexe de tourisme de montagne à proximité des grottes de Béni Add, site naturel de la commune d’Aïn Fezza.Initié par la direction de l’Environnement en coordination avec l’APC d’Aïn Fezza, le projet porte également sur la réalisation d’espaces commerciaux, de loisirs et de détente. Il est prévu également le traçage d’une nouvelle route pour faciliter le transport, selon la même source. Les grottes de Béni Add, situées au sommet de la montagne de la commune d’Aïn Fezza, à environ 10 km de la ville de Tlemcen, constituent une véritable curiosité naturelle. Ce site est très visité par les habitants de la région et par les touristes de passage à Tlemcen. Les visiteurs viennent découvrir les voûtes de ces grottes ainsi que les stalagmites et les stalactites formés au fil des siècles et dont les formes évoquent des silhouettes humaines, des paysages et autres objets dont on devine la nature. (APS-02.08.2012.)

*******************************************

**Jeux et concours par SMS : une arnaque à grande échelle

Préjudice – Les victimes de ces larges campagnes d’escroquerie gaspillent d’importantes sommes d’argent sans rien gagner en contrepartie.
Nombreux sont les Algériens qui rêvent de posséder un véhicule haut de gamme ou de belles et grandes maisons sans y parvenir. L’érosion constante du pouvoir d’achat, le chômage et la hausse sans cesse des prix des produits de première nécessité rendent de tels objectifs impossibles.
Cette catégorie de citoyens, et elle constitue une majorité absolue dans la société algérienne, tente de promouvoir ses conditions de vie par le biais des jeux du hasard. «Je tente cette fois-ci. Je pourrais être parmi les chanceux», dit-on.
Conscientes de cette réalité amère et cette crédulité d’une partie de citoyens, certaines boîtes occultes font des fortunes en faisant croire aux abonnés des trois opérateurs de la téléphonie qu’ils peuvent gagner de grosses voitures et de grandes sommes d’argent.
Les citoyens reçoivent, en effet, des SMS les incitant à envoyer des mots bien définis à un certain numéro pour participer à des tombolas dont les cadeaux proposés ne laissent pas indifférents les destinataires des messages. Ces jeux de hasard se sont accentués ces derniers temps, au point qu’ils sont devenus des moyens de harcèlement incessant pour les citoyens.
Ces derniers, par crédulité ou par simple désir de gagner des choses dont ils ont longtemps rêvé, sont souvent pris au piège.
Ces boîtes occultes, car le numéro affiché n’appartient à aucun des opérateurs de téléphonie mobile exerçant sur le marché national, et est généralement composé de cinq ou six chiffres, demandent même aux abonnées des informations personnelles, prétextant qu’elles sont indispensables lors de l’opération du tirage au sort.
Et on ne se contente pas d’un seul envoi, mais les arnaqueurs s’inscrivent plutôt dans une logique de longues séries d’un semblant de guerre psychologique.
Ils commencent leur sale besogne en annonçant le concours par des SMS du genre : «Vous voulez gagner une voiture…ou ….Da ‘ Envoyez…au numéro… ». Et le feuilleton d’envoi s’installe alors dans la durée, sachant que le coût du SMS varie entre 70 et 80 dinars. Et il semble que l’opérateur Djezzy constitue la voie privilégiée par les initiateurs de ces concours, au vu du grand nombre de ses abonnés, estimés à près de 15 millions d’Algériens. Il est tout à fait compréhensible que les arnaqueurs tentent de prendre au piège le plus grand nombre de citoyens. La plus récente des arnaques provient d’une boîte qui affiche le numéro 66012 et promet aux Algériens de gagner des voitures de type Audi A3 et plus de 100 millions de centimes. La pression exercée sur les abonnés de cet opérateur est des plus exacerbée. «Urgent ! le concours touche à sa fin. Le score de (nom et prénom de la personne) propriétaire du numéro…. le favorise pour gagner.
Envoie S au 66012 et explose vite ton score». «Le triage au sort pour gagner une Audi A3 sera effectué le…, Vite, envoyez…au 66012.» Face à cet acharnement, plusieurs citoyens croient qu’il leur est possible de «rafler la mise», mais ils ne font, en réalité, que gaspiller leur argent. Et ce n’est, malheureusement, qu’après avoir dépensé des sommes colossales que les naïfs se réveillent et se rendent compte qu’ils tenaient à une chimère. Mais le mal a déjà été fait*..(info Soir-02.08.2012.).

Smaïn invité aux «Journées du rire à Oran» le 07.08.2012 ….L’humoriste français Smaïn se produira le 7 août prochain en ouverture des «Journées du rire algérien» prévues au théâtre de verdure Hasni-Chakroun d’Oran. De grandes figures du rire parmi les humoristes et comédiens algériens, tunisiens et marocains seront également à l’affiche de ce rendez-vous culturel pour offrir plus de spectacles et une ambiance festive et conviviale aux soirées durant le ramadan, a indiqué un responsable de l’Office communal des arts et de la culture de la ville d’Oran. Il s’agit notamment des figures familières dont Mustapha Bila Houdoud, Bessam, Kouider Lamwessakh, Hassen (f’hama), Zaza, Atika, Fawzi Saïchi et Krikech pour les Algériens. Du côté tunisien Monsir Tombola, et marocain Naciri et le groupe Laouya. Ces figures donneront le meilleur d’elles-mêmes pour distraire le public durant cette première soirée du rire. Selon les organisateurs, plus d’une quarantaine d’humoristes sont au programme d’animation durant les «Journées du rire algérien», pour donner plus de couleurs et de sensations à leurs représentations comiques entre one man show, sketchs, blagues et gags. En outre, pour égayer les soirées du ramadan, un riche programme a été concocté par les responsables du théâtre régional d’Oran Abdelkader-Alloula. Des représentations théâtrales, des galas musicaux, des conférences, des chants religieux et de la musique bédouine seront proposés au public. (APS-02.08.2012.)

* un veau tombé dans un puits sauvé par les pompiers à Mila…Les agents de la Protection civile de l’unité de Téleghma sont intervenus mardi à l’heure du f’tour pour sauver un veau âgé de trois mois tombé dans un puits. L’opération de sauvetage s’est déroulée à la mechta Lekbaba, dans un puits de 27 mètres de profondeur avec un niveau d’eau de un mètre. Le sauvetage du veau de lait a été accueilli avec grande joie par la population de la mechta, en particulier les propriétaires de l’animal….(Info Soir-02.08.2012.)

*Trois millions de Syriens ont besoin de nourriture et d’aideTrois millions de Syriens ont besoin de nourriture et d’aide pour les cultures de céréales et le bétail, a annoncé jeudi l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui se fonde sur une étude réalisée par l’ONU et le régime syrien.
Sur ces trois millions de personnes, 1,5 million ont un besoin d’urgence d’aide alimentaire pour les trois à six prochains mois, particulièrement dans les zones touchées par le conflit en cours, selon la FAO. Près d’un million de personnes ont besoin d’assistance pour les cultures, le fourrage, les combustibles et la réparation des pompes d’irrigation.
Au cours des douze prochains mois, la FAO estime en outre qu’il faudra renforcer l’aide alimentaire et l’assistance aux moyens d’existence. On s’attend que le nombre de personnes ayant besoin d’aide nutritionnelle atteindra les trois millions.
Ces chiffres sont tirés des résultats d’une mission d’évaluation des besoins en matière de sécurité alimentaire effectuée en juin par la FAO, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le ministère syrien de l’Agriculture et de la réforme agraire.
Le rapport final indique que le secteur agricole syrien a perdu cette année au total 1,8 milliard de dollars du fait de la crise que traverse actuellement le pays.
Ce bilan inclut les pertes et dégâts occasionnés aux cultures, au bétail et aux systèmes d’irrigation. Des cultures stratégiques comme le blé et l’orge ont été sévèrement touchées, ainsi que les cerisiers, les oliviers et la production horticole. (APS-02.08.2012.)

*Le « cirque » continue !

«L’art du marchand consiste à prendre une chose là où elle abonde et à l’amener là où elle est rare.» Ralph Waldo Emerson (1803-1882)
On peut raisonnablement penser que nos commerçants retirent la marchandise là où elle abonde pour la soustraire à l’attention des consommateurs et de la ressortir quand les prix sont au zénith.
Aujourd’hui, l’Algérien qui jeûne, peut, s’il est en vacances, (en vacances, cela ne veut pas dire obligatoirement qu’il doit avoir les pieds dans l’eau, le tête à l’ombre sous un parasol ou bien voluptueusement allongé dans un de ces paradis fiscaux qui ne figurent pas sur une carte…), enfin celui qui n’est plus obligé d’aller pointer au bureau pour pouvoir toucher son salaire à la fin du mois, peut recenser à son aise tous les problèmes qui l’assaillent et qu’un gouvernement au complet n’a jamais pu résoudre entièrement. Alors, un gouvernement réduit à sa plus simple expression, bonjour les dégâts! Comme il n’y a pas de problème sans solution dans toutes les situations délicates qui s’imposent à la société, les individus organisés essaient de trouver des remèdes par des institutions ou organismes créés à cet effet. A chaque type de tâche correspond, en général, une institution chargée d’étudier les problèmes, de proposer des solutions et de gérer le secteur qui lui est imparti. Evidemment, dans un pays nouvellement indépendant, les choses ne vont pas si facilement: au moment où le pouvoir paraît nébuleux et que les plus hauts responsables sont accaparés par des tâches de grande envergure, comme la restauration de l’autorité de l’Etat ou la prise effective du pouvoir, les questions qui relèvent de l’épicerie sont confiées à des compétences locales qui, inexpérimentées, vont se casser griffes, ongles et dents malgré toute leur bonne volonté. Une fois le précieux héritage dévalué, il est refilé à une institution nationale qui va mettre des années pour essayer de réparer les plaies et les dommages causés. Ce n’est pas fini, comme les résultats ne sont pas satisfaisants en dépit de changements fréquents de ministres, de directeurs, d’organigrammes, de tutelles, une opération de dernière chance est alors mise en chantier: c’est une restructuration salutaire qui va permettre de multiplier les problèmes par le nombre d’unités issues de la première entité.
On nomme plusieurs nouveaux directeurs avec tous les avantages afférents à leurs charges et le cirque continue. Comme les restructurations ont accéléré et augmenté le déficit des unités restructurées, une solution miracle est alors trouvée: la privatisation. C’est alors une opération qui va être menée comme un tcha-tcha-tcha, deux pas en avant, trois pas en arrière et en avant la musique!
Tout cela, bien sûr, est accompagné par des mises en scène où la communication, comme à son habitude, va jouer un grand rôle. A chaque étape, les médias coalisés et contrôlés vont présenter la solution comme un miracle du génie national. Mais les problèmes sans disparaître, changent de nature et le privé, tout en se remplissant les poches sur les dépouilles du secteur public, impose sa loi: il n’y a plus de pénurie, mais les prix grimpent allégrement sans que l’Etat n’y trouve à redire. Qu’importe. Ceux qui sont aptes à prendre des initiatives, à trouver des solutions, sont biens payés et pour eux, qui ont toujours connu les largesses de la mère-patrie, payer quelques dizaines de dinars un produit qui n’est pas leur plat de résistance, est un problème de moindre importance. Alors les problèmes peuvent perdurer. Je ne parle pas du logement, évidemment, comme vous avez dû le penser, ni du secteur de la production audiovisuelle, mais de ces petits produits alimentaires qui font le quotidien des salariés sous-payés (huit fois moins que leurs homologues qui ont eu l’idée de prendre un jour un «Zodiac»): sachet de lait subventionné, patates, médicaments dont la pénurie revient plus souvent sur le fameux Aghourou! de Matoub Lounès.
Comme chacun le sait, beaucoup de produits qui disparaissent momentanément du champ visuel réapparaissent pendant le mois sacré, ressuscités des congélateurs. Mais à quel prix! (L’Expression-01.08.2012.)

**Mali: des épouses de soldats empêchent l’arrestation de leurs maris…Plusieurs dizaines d’épouses de soldats se sont physiquement opposées hier à des hommes armés, les empêchant d’arrêter leurs «maris», des militaires proches de l’ancien président malien Amadou Toumani Touré (ATT) renversé le 22 mars. «Les hommes armés sont venus ici au camp des parachutistes, à l’ouest de Bamako pour arrêter nos maris et nous avons refusé. Nous ne sommes pas d’accord qu’on arrête comme ça nos maris», a déclaré une femme de l’un des soldats. Les femmes se sont jetées sur les hommes armés venus arrêter deux militaires proches d’ATT et les ont empêchés d’entrer dans les maisons. «Si quelqu’un revient ici pour arrêter nos maris, nous allons le kidnapper. On peut compter sur nous», a ajouté une autre femme, épouse d’un «Béret rouge», une unité dissoute de l’armée malienne qui assurait la protection d’ATT. «Quand nous avons empêché les policiers d’arrêter deux de nos maris, ils sont allés chercher du renfort et sont revenus. Ils ont jeté sur nous des gaz lacrymogènes, il y a deux femmes enceintes parmi nous qui se sont évanouies», a ajouté une autre femme de militaire, Fatoumata Touré. «Ensuite des policiers ont tiré», a-t-elle ajouté, affirmant : «Nous sommes prêtes à nous défendre à mort.» .(Info Soir-02.08.2012.).

**trois généraux incarcérés pour trafic de drogue au Mexique…Trois généraux, un lieutenant colonel et un commandant de l’armée mexicaine, ont été inculpés et incarcérés pour des délits liés aux narcotrafiquants. Un juge fédéral a émis mardi soir un ordre d’incarcération pour délinquance organisée contre le général de division à la retraite Tomas Angeles Dauahare, ancien sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale entre 2006 et 2008. Sont également inculpés et incarcérés le général à la retraite Ricardo Escoria, le général de brigade Roberto Dawe Gonzalez, le lieutenant colonel à la retraite Jesus Hernandez Soto, ainsi que le commandant Ivan Reyna Munoz. Les officiers ont été transférés à la prison de haute sécurité d’Almoloya, située dans l’Etat de Mexico. Ils étaient en détention provisoire depuis le mois de mai et ont été inculpés sur la base des déclarations d’un témoin qui les a accusés d’avoir protégé le cartel de narcotrafiquants des frères Beltran Leyva. Les défenseurs du général Tomas Angeles, 69 ans, qui fut un proche collaborateur de l’actuel ministre mexicain de la Défense, le général Guillermo Galva, ont estimé qu’il s’agissait d’une affaire politique montée dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle du 1er juillet..(Info Soir-02.08.2012.).

**Sécheresse aux USA: plus de la moitié du territoire américain déclaré « zone sinistrée »

Plus de la moitié du territoire américain a été déclaré « zone sinistrée » suite à la vague de chaleur et une sévère sécheresse, la pire en 25 ans, qui sévit depuis juin dernier sur une grande partie des Etats-Unis, a annoncé mercredi le département de l’agriculture.
Le ministre de l’Agriculture, Tom Vilsack, a ainsi déclaré 218 comtés supplémentaires dans 12 Etats en tant que zones sinistrées en raison des pertes et dégâts engendrés par la sécheresse qui touche près de 65 pc du territoire des Etats-Unis, premier producteur mondial de soja et de maïs.
Les Etats affectés sont l’Arkansas (centre), la Géorgie (sud-est), l’Iowa (nord), l’Illinois (nord), l’Indiana (centre), le Kansas (centre), le Mississippi (sud), le Nebraska (centre), l’Oklahoma (centre), le Dakota du Sud (nord), le Tennessee (centre) et le Wyoming (centre-ouest). Ainsi, près de 37 pc de la production américaine de soja cette année est considérée comme « mauvaise à très mauvaise », soit la pire qualité jamais enregistrée depuis la sécheresse majeure de 1988. La production de maïs est également considérée cette année comme « mauvaise à très mauvaise » cette année, alors que 57 pc des terres de pâturage et de parcours se trouvent dans le même état. Selon le département du commerce, cette situation pourrait se traduire par une augmentation des prix des produits alimentaires pouvant atteindre jusqu’à 4,5 pc l’année prochaine. (APS-02.08.2012.)

***Les resquilleurs font la loi dans le tramway

Plus de 30% des voyageurs n’achètent pas leur ticket

Validateurs de tickets en panne, monnaie introuvable, contrôleurs inexistants, les habitués du tramway ont remarqué un laisser-aller dans la gestion du tramway. La mise en exploitation du deuxième tronçon du tramway ne s’est pas accompagnée, comme le redoutaient des responsables du ministère des Transports eux-mêmes, d’un renforcement des effectifs.
«J’ai l’habitude de prendre le tramway à partir de la station Clair Matin. Là-bas, j’ai remarqué des gens qui montent sans acheter leur ticket. Une fois à l’intérieur des rames, personne ne les contrôle. Je connais une employé d’une administration de la wilaya de la Radieuse (El Harrach) qui se balade avec un seul ticket qu’elle n’a pas toujours jugé utile de valider. Elle aurait peur de qui ? Les contrôleurs, c’est comme l’Arlésienne. Personne ne traquera et ne fera payer d’amende à ceux qui ne disposent pas de titre de transport valable», constate un habitué du tramway.

zohra dans

L’absence de contrôleurs est la règle à l’intérieur des rames et même au niveau des différentes stations du tronçon de près de 24 km. «Les gens ont remarqué l’absence de contrôleurs. Je peux vous dire qu’il y a une toute petite minorité de voyageurs qui paie. Les autres n’en ont cure. Les resquilleurs ne craignent plus personne et préfèrent faire le voyage sans acheter leur ticket de 50 ou même de 20 DA. L’absence de validateurs à l’intérieur a fait augmenter ce phénomène», relève une cliente qui prend le tramway à partir de la station Mouhous (Bordj El Kiffan). L’Établissement public de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa), qui assure l’exploitation du tramway dans le cadre d’une joint-venture, reconnaît l’existence de ces pratiques et assure être en voie de prendre des mesures adéquates pour y mettre un terme. 

Tramway_alger

«Plus de 30% des usagers n’achètent pas leur ticket. Par ailleurs, ceux qui sont de bonne foi ne trouvent pas, comme d’habitude, de receveur à l’intérieur des rames et montent sans ticket. La situation changera avec le renforcement des effectifs», relève Abid Bouteba, président du syndicat d’entreprise de l’Etusa, qui a recruté pas moins de 500 travailleurs pour l’exploitation de ce mode de transport.
«Nous avons eu une réunion avec les contrôleurs pour les instruire sur les actions à prendre face aux resquilleurs», ajoute M. Bouteba qui fait remarquer que le tramway transporte 50 000 voyageurs par jour.  Pour les clients, les usagers doivent avoir la «peur du contrôleur».

«Les pertes de l’entreprise seraient énormes. Les gens se déplacent d’une station à une autre sans payer leur ticket. Il faudrait instaurer une véritable rigueur et ne pas rééditer l’expérience de l’ex- RSTA qui a laissé pendant plusieurs années ses bus sans contrôleurs. La rigueur doit s’imposer dès le départ pour faire admettre aux gens que voler «Eddoula», c’est aussi haram (péché) mais surtout illégal », estime un sexagénaire. (El Wtan-31.07.2012.)

**Les macaques attaquent à Béjaïa ….Voyant leurs récoltes sérieusement endommagées, certains citoyens pensent à utiliser des armes contre ces macaques.
Pippili-3

C’est un paysan en colère que nous avons retrouvé dans son verger ravagé par des singes, dans la région de la vallée de la Soummam. «Toute ma récolte est sabordée et de manière sauvage par des singes», s’est-il plaint. Tomates, poivrons, fruits de saison, rien n’a été épargné par ces nouveaux invités indésirables, qui suscitent déjà l’appréhension dans le milieu de la paysannerie de Béjaïa.Alors que la destruction des jardins potagers, vergers et autres champs de culture n’était l’oeuvre que des sangliers, voilà que les singes magots, une espèce protégée plus connue sous le nom de macaque berbère, se met de la partie pour provoquer des ravages dans les vergers partout dans la wilaya de Béjaïa. Ils dérobent ce qu’ils peuvent et détruisent le reste des récoltes, c’est comme s’ils s’étaient juré de ne rien laisser à l’homme. C’est le constat à retenir fait par les victimes. «J’étais tout content de pouvoir enfin profiter du fruit de mes efforts, voilà que je perds tout en quelques minutes», dira ce paysan, qui n’a pas manqué d’exprimer toute sa colère face à ce nouveau fléau qui a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. Comme lui, ils sont nombreux à subir les affres de ces singes. Désabusés, les paysans victimes de ces méfaits racontent qu’ils se font même menaçants à l’égard de l’homme. «Ils sont aussi dangereux que les sangliers et ne sont pas effrayés à la vue de l’homme», soutient cet autre paysan de l’Akfadou. Dans toutes ces contrées proches de la montagne et de la forêt, le désarroi est le même chez les habitants qui commencent déjà à réfléchir sur les voies et les moyens pour stopper ce phénomène devenu récurrent

L’inquiétude est d’autant plus grande, faute de parades idoines à développer pour s’en prémunir, selon des représentants d’associations agricoles locales. Autant à Adekar, l’Akfadou, Fenaïa, Ilmatène à l’ouest qu’à Taskriout, Darguina à l’est, les attaques des vergers sont signalées chaque jour. Et c’est à qui d’exposer ses pertes. «Tout un carré de laitue que je devais récolter pour le Ramadhan est complètement ravagé», se lamente un agriculteur de la région sur les ondres de la radion locale Soummam de Fenaïa. Il a récemment, vécu dans ses champs, lui et ses voisins, une «descente nocturne d’une colonie de quelque 40 primates. «Ils ne se sont pas contentés de se nourrir, ils ont tout détruit sur leur passage, n’épargnant ni les maraîchages, ni les arbres fruitiers», raconte-t-il. «Rien ne semble en mesure de les arrêter», fait-il remarquer, expliquant que même les aboiements des chiens, les bruits métalliques, la vue du feu ne font que les éloigner momentanément. Mais ils reviennent à la charge dès que les artifices de dissuasion s’estompent. «Il faut donc être là en permanence et là encore, le risque demeure d’actualité» a-t-il soutenu. On raconte même que cet animal fait preuve d’une audace à faire fuir le plus téméraire des hommes. «Il ne craint rien pour assouvir sa faim», raconte ce paysan d’Adekar qui a eu à subir les mêmes méfaits signalé, un peu partout. Plusieurs dizaines de champs ont été ravagés. Une situation qui a poussé de nombreux paysans à faire le guêt à tour de rôle. Pour l’heure pour pouvoir sauver les récoltes beaucoup de paysans touchés évoquent déjà l’usage des armes. Interpellée, l’association locale des chasseurs, qui tout en préconisant une surveillance permanente des vergers, a trouvé l’occasion pour consolider ses campagnes de sensibilisation visant les riverains et les usagers du tronçon de la RN 12, entre El Kseur et Adekar. «Le fait de nourrir le singe crée un sorte de familiarité qui finit par provoquer ce genre de descente», explique ce défenseur des animaux sauvages, qui n’a pas manqué d’accuser les voyageurs de trop se rapprocher du singe et de le désaccoutumer de son milieu naturel, en le nourrissant sur les abords de la route avec une alimentation humaine. «C’est ce type de comportement qui l’incite à se rapprocher des endroits habités», selon son secrétaire général, Karim Cheikh sur les ondes de la même radio qui fixe temporellement, l’apparition de ce phénomène à la fin du mois de janvier dernier. «L’enneigement et la faim ont fait sortir de la forêt plusieurs colonies de primates qui ont compensé leur nourriture sauvage par une alimentation humaine et en ont pris l’habitude», avance-t-on pour expliquer ce phénomène.
Pour le directeur de la Conservation locale des forêts, l’apparition dense de ces animaux, tient au fait que «le début de la saison des chaleurs coïncide avec le moment des naissances et la scission des groupes. Chacun tente de délimiter son territoire. Et les exclus essaient de s’établir dans de nouvelles zones. S’ils ne sont pas dérangés, ils s’installent définitivement», a-t-il expliqué, prônant des attitudes «dérangeantes», pour les en éloigner. «A titre personnel et individuel, j’ai dû les chasser de mon lieu d’habitation à coups de pétards», a-t-il indiqué. Le singe ne s’invite pas seulement dans les vergers. Il s’invite même au domicile. Les habitants des quartiers près des Aiguades et du Cap Carbon se sont plaints à plusieurs reprises des incursions des singes qui n’épargnent ni leurs vignes encore moins leur figues.
S’agissant d’une espèce protégée, les touristes et les usagers des routes ne devraient en principe pas nourrir ces animaux. Cette interdiction est clairement affichée et souvent renouvelée par les responsables des parcs nationaux. Imperturbable, l’homme continue à défier l’interdiction. Avec au bout «ces descentes punitives», qui risquent à la longue d’attenter aux vies humaines. La menace est sérieuse pour ne pas y réfléchir. (L’Expression-01.08.2012.)

**L’Algérie a importé 263.787 véhicules durant le 1er semestre de 2012 contre 176.901 véhicules à la même période en 2011, soit une hausse de 49,12%, a-t-on appris mardi auprès des Douanes algériennes. La facture des importations des véhicules a aussi augmenté de 48,15%, passant de 157,16 milliards de DA au 1er semestre 2011 à 233,55 milliards de DA au même semestre de 2012, soit plus de 3,15 milliards de dollars au taux de change fixé par la loi de finances de 2012. Quant à la valeur des importations des véhicules du tourisme, elle a atteint 1,68 milliard usd durant les six premiers mois 2012, précise le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis).

La quarantaine de concessionnaires présents sur le marché algérien ont importé 248.833 véhicules durant les six premiers mois 2012 contre 164.138 véhicules, en hausse de 51,6%, pour une valeur de 209,74 milliards de DA (+52,12%), contre 137,8 milliards de DA à la même période en 2011, précise la même source.

Les importations des véhicules par les particuliers ont également connu une hausse en terme de nombre et de valeur. Elles sont passées de 12.763 unités le 1er semestre 2011 à 14.954 véhicules, soit une hausse de 17,2%, note le Centre. Le montant a également évolué en hausse passant de 19,27 milliards de DA à 23,80 milliards DA, en hausse de 23,49%, ajoute le centre des Douanes.  En 2011, l’Algérie a importé 390.140 véhicules en hausse de 36,73%, pour une valeur de 354 milliards de DA également en augmentation de 30,85% par rapport à 2010. (L’Expression-31.07.2012.)

**Le nouveau Directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Mohamed Mansouri Ben Slimani, a été installé officiellement, lundi à Alger (31.07.2012.) en remplacement à Mohamed Tazir.
Lors de la cérémonie d’installation, le nouveau responsable de l’IPA a donné un aperçu sur la réalité de la gestion de l’Institut et présenté un bilan succinct des activités des directions notamment en ce qui concerne la production des vaccins, la commercialisation et le futur plan de travail.
Mohamed Mansouri Ben Slimani, qui occupait auparavant le poste de directeur général du laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques, a souligné la nécessité de renouveler la structure organisationnelle de l’Institut et de l’adapter aux développements enregistrés dans le domaine de la gestion des Instituts Pasteur au niveau mondial.
Pour sa part, le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès a considéré que l’installation de M. Mohamed Mansouri Ben Slimani est une occasion d’ »insuffler une dynamique nouvelle à l’IPA et de lui permettra de reprendre sa place internationale dans le domaine de la production des vaccins et de développer la recherche scientifique ».
M. Ould Abbès a annoncé la modernisation prochaine des structures de l’IPA qui « seront dotées de techniques modernes et de moyens technologiques de recherche scientifique » soulignant que la majorité des équipements utilisés étaient exploités depuis plus de 30 ans.
Cette opération de modernisation vise à « renforcer le rôle de l’Institut dans la production nationale des vaccins, notamment anti-scorpionique, pour lui permettre d’exporter ces produits », a ajouté M. Ould Abbès. Il a également souligné le rôle de la ressource humaine dans la concrétisation de ces objectifs.
A cet égard le ministre a mis en relief la nécessité de la formation continue pour emboîter le pas aux progrès technologiques rappelant la signature d’une convention avec l’université de Harvard en la matière. (APS-31.07.2012.)

**Des créateurs suisses intéressés par les produits d’artisanat algériens….Fascinée par la culture algérienne et elle-même artiste créatrice de bijoux, Fedaoui Fayrouz, une Suissesse d’origine algérienne, soutenue par son mari Alexandre Rei, vient de lancer un grand projet qui s’adresse aux artisans algériens pour promouvoir leurs produits en Suisse dans un premier temps et en Europe par la suite.
C’est au cours d’une conférence de presse, tenue dimanche à l’hôtel El Djazaïr par les promoteurs du projet «Fayrouz», que ce dernier a été dévoilé à la presse. Selon Mme Rei, «le projet a pour but de véhiculer la véritable image de l’Algérie, celle du raffinement et de l’authenticité à travers la promotion des produits de fabrication artisanale et traditionnelle». En misant sur le concept de reality show et en partenariat avec l’agence ER Production, Mme Rei et son mari, accompagnés d’une équipe de tournage, vont sillonner, durant une année, les quatre coins de l’Algérie à la recherche d’artisans, de maîtres artisans, couturiers, fabricants d’instruments de musique, de bijoux, de tapis, en somme des créateurs évoluant dans différents domaines de l’art traditionnel afin de les promouvoir, et ce, d’abord en exposant leurs produits sur le site Faiyrouz lancé officiellement avant-hier et en les prenant totalement en charge lors d’expositions qui seront organisées en Suisse. L’oratrice a affirmé que «les sponsors suisses ont répondu positivement à notre sollicitation et beaucoup d’autres sont intéressés par le projet». «Ce qui est bien chez les Suisses, a-t-elle dit, c’est qu’ils respectent l’art et n’ont pas de préjugés, ils savent apprécier les belles et authentiques choses à leur juste valeur.» En ajoutant : «J’ai vécu 32 ans en France avant de m’installer et de me marier en Suisse. J’ai fait découvrir aux Suisses des tenues vestimentaires traditionnelles comme la robe constantinoise «Fergani» qui appartenait à ma mère. Ils étaient émerveillés par le travail minutieux et compliqué du fil d’or. Une dame a voulu en acheter une et m’a dit qu’elle voudrait l’accrocher à un mannequin juste pour pouvoir la regarder tous les jours juste pour le plaisir des yeux.» Et de conclure : «La reality show qui débutera au mois prochain sera réalisée en 10 épisodes de 10 minutes pour la première saison. Elle a pour principale cible des personnes suisses âgées entre 16 et 40 ans. Quant à la vision du projet Faiyrouz, il concernera la promotion de l’Algérie, la beauté de ses valeurs, de sa culture et de ses sites féeriques qui sont très peu connus en Europe.» (Le Soir d’Algérie-30.07.2012.)

**Le département d’Etat américain relève que la liberté religieuse en Algérie est protégée par la loi.

Le département d’Etat américain a indiqué lundi, dans son rapport mondial sur les libertés religieuses, que la Constitution algérienne prévoit la liberté religieuse et que les lois du pays permettent aux non musulmans de pratiquer librement leur culte.Dans le rapport 2011 sur la situation des libertés religieuses à travers le monde présenté lundi par la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, il est souligné que la loi algérienne « prévoit la liberté de croyance et d’opinion et permet aux citoyens de créer des institutions dont les objectifs comprennent la protection des libertés fondamentales du citoyen ». Citant l’ordonnance algérienne 06-03, entrée en vigueur en 2008, le rapport américain note que celle-ci « prévoit la liberté des non-musulmans à pratiquer leur culte et rites religieux, à condition qu’ils soient en conformité avec l’ordonnance, la constitution, et avec d’autres lois et règlements, et que l’ordre public, la moralité et les droits et libertés fondamentales d’autrui soient respectés ».Le document note que si le prosélytisme est une infraction pénale et passible d’une peine de un à trois ans de prison, l’application de cette peine est « irrégulière ». Il souligne aussi qu’aucun rapport n’indique l’existence de prisonniers pour des raisons religieuses en Algérie.
La loi algérienne « exige que les entités religieuses doivent se faire enregistrer auprès des services publics habilités avant de procéder à toute activité religieuse », ajoute-t-il.Il indique également qu’en plus de l’Eglise catholique romaine qui avait été, auparavant, la seule institution religieuse non musulmane officiellement reconnue dans le pays, le ministère algérien de l’Intérieur a reconnu officiellement l’Eglise protestante d’Algérie en 2011.
Le rapport note aussi que les églises anglicanes et celles des Adventistes du septième jour ainsi que d’autres églises protestantes ont introduit des demandes d’inscription et elles n’ont signalé « aucune ingérence du gouvernement dans la tenue de leurs services religieux ».Les entités chrétiennes ont indiqué que « le gouvernement algérien leur a permis d’importer davantage d’ouvrages religieux que les années précédentes », souligne-t-il.
Par ailleurs, le département d’Etat estime que le décret exécutif 07-158, entré en vigueur en 2009, apporte une plus grande précision à l’ordonnance 06-03 en définissent la composition de la Commission nationale régissant les entités religieuses non-musulmanes.Citant la composition de cette Commission nationale, le rapport indique que parmi ses membres figure la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCPPDH) auprès de laquelle peuvent recourir les individus ou les entités qui considèrent avoir été traités inéquitablement par le ministère des Affaires religieuses.
Abordant l’ordonnance 06-03, le rapport rappelle que ce texte stipule que toutes les structures destinées à l’exercice de culte non musulman doivent être enregistrées auprès de l’Etat.Cette loi « exige également que toute modification des structures pour les cultes non musulmans doit obtenir l’approbation préalable du gouvernement et que le culte ne peut avoir lieu que dans des structures exclusivement destinées et agréées à cet effet », souligne-t-il.Concernant le décret exécutif 07-135 relatif aux conditions de la tenue des services religieux non-musulmans tels la célébration des fêtes religieuses, le département d’Etat constate qu’ »aucun de ces événements n’a été refusé au cours de l’année » par les autorités algériennes.
Il souligne aussi que la conversion n’est pas illégale au regard du droit civil, et que l’apostasie n’est pas une infraction pénale en Algérie. Aussi, ajoute le rapport, le gouvernement algérien « autorise les groupes de missionnaires à mener des activités humanitaires dans la mesure où ils ne s’adonnent pas au prosélytisme ».Le département d’Etat observe que si certaines associations chrétiennes citent des retards ou des refus pour l’obtention des visas pour leur personnel pour travailler en Algérie, d’autres, par contre, affirment qu’en matière de délivrance de visas, « la situation s’est améliorée par rapport aux années précédentes ».
Le rapport indique que « la société algérienne tolère, en général, les étrangers et les citoyens qui pratiquent d’autres religions que l’Islam ».Citant des estimations officieuses, le département de Hillary Clinton indique que le nombre de chrétiens et de juifs en Algérie varie entre 30.000 et 70.000 personnes avec une nette prépondérance des chrétiens, tout en précisant que ce chiffre inclut les expatriés vivant dans le pays pour raisons professionnelles.
En outre, entre 1.000 et 1.500 chrétiens coptes égyptiens vivent dans le pays.
Selon les dirigeants de la communauté chrétienne, poursuit le rapport, les chrétiens évangéliques, dont les adventistes du septième jour, représentent le plus grand nombre de chrétiens.Le rapport constate que « les chefs religieux musulmans et les politiques critiquent publiquement les actes de violence commis au nom de l’Islam ». (Ennahar-31.07.2012.)

**Deux quintaux de cuivre de haute qualité destinés à la contrebande vers le pays voisin ont été saisis le 28 juillet 2012 par les éléments de l’inspection divisionnaire des Douanes d’Ain Temouchent, a-t-on appris mardi auprès de ces services. Composée de câbles électriques volés, cette quantité était soigneusement dissimulée dans une cache aménagée dans une camionnette immatriculée à Mascara et interceptée sur la RN 35 reliant Ain Temouchent à Tlemcen, a-t-on précisé. Le conducteur a été arrêté et placé sous mandat de dépôt par le parquet qui a ordonné, également, une enquête confiée à la Gendarmerie nationale. (Le Financier.dz-31.07.2012.)

**Une quantité de 1,3 million de larves de poisson d’eau douce a été mise en eau au niveau des barrages de Sidi Yacoub et Oued Fodda, dans la wilaya de Chlef, a-t-on indiqué à la Direction de la Pêche et des ressources halieutiques. Les espèces lâchées concernent notamment la carpe argentée et la carpe à grande bouche, a précisé la même source, ajoutant que le barrage de Sidi Yacoub a reçu, à lui seul, une quantité de 900.000 larves et 400.000 autres pour celui d’Oued Fodda. S’inscrivant dans le cadre du peuplement des ouvrages hydrauliques, cette opération d’ensemencement a pour objectif, selon les responsables du secteur, de promouvoir les activités de la pêche continentale et d’offrir aux jeunes diplômés du secteur de nouvelles opportunités d’emploi. La dernière opération du genre effectuée dans la wilaya de Chlef remonte à l’année 2001, rappelle la même source qui fait état de l’installation prochaine du premier concessionnaire pour la pêche continentale au niveau du barrage de Sidi Yacoub, situé à 30 km à l’ouest de Chlef. (Le Financier.dz-31.07.2012.)

*Le match Libye-Algérie, à Casablanca

Kuweidir Muftah (président FLF) : «Nous avons saisi officiellement la FRMF pour recevoir l’Algérie à Casablanca.» «Nous allons saisir la CAF dans les prochaines heures pour officialiser le match au Maroc.»
Les choses commencent à être tirées au clair concernant la rencontre Libye-Algérie. Ce match aller du troisième et dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2013, prévu entre le 7 et le 9 septembre 2012, a suscité une grande polémique au lendemain du tirage au sort. L’on se souvient que le président de la Fédération libyenne de football, Kuweidir Muftah, avait déclaré exclusivement sur ces mêmes colonnes que les Libyens souhaitaient recevoir l’Algérie à Tripoli ou Benghazi. Cela avait suscité par la suite la polémique. Pis, les Libyens sont allés loin en saisissant officiellement la CAF pour lui demander de domicilier le match à domicile, après avoir joué des matchs des éliminatoires de la CAN loin de chez eux, à cause de la situation sécuritaire en Libye. Mais entretemps, il y a ce kidnapping du président du Comité olympique, Nabil Al Alam, qui a donné une gifle à ces Libyens, décidés à accueillir, malgré tout, l’équipe l’Algérie en Libye. Le président de la FAF, M. Raouraoua, avait entretenu le silence, mais observait de près ce qui se tramait chez nos voisins et préparait même une riposte officielle, comme il l’avait déjà fait pour le match face au Mali, en saisissant la plus haute instance footballistique du monde. Néanmoins, cet enlèvement a carrément joué en faveur de l’Algérie. Par ailleurs, les Algériens ont été unanimes à penser que ce match ne pouvait avoir lieu en Libye, voilà que c’est désormais officiel depuis hier. Au cours d’une discussion avec le président de la Fédération, Kuweidir Mufath, ce dernier nous dira que le choix s’est porté sur le stade Mohamed-V de Casablanca pour abriter cette rencontre (lire interview). Ainsi, sauf revirement de dernière minute, la rencontre Libye-Algérie aura lieu au Maroc, précisément à Casablanca.
La CAF sera saisie dans les tout prochains jours
Selon le président de la Fédération Libyenne de Football, son instance va saisir officiellement la Confédération Africaine de Football pour lui demander de domicilier Libye-Algérie à Casablanca. A cette correspondance sera joint un accord écrit de la Fédération Royale Marocaine de Football, et signé par son président, Ali Fassi Al Fihri. Ce dernier, qui se trouve actuellement à Londres aux Jeux Olympiques, a donné son accord aux Libyens. Reste seulement un écrit à envoyer à la CAF pour procéder à la désignation officielle du stade Mohamed-V pour ce match.
Les Libyens se sont rendus compte de la difficulté d’organiser un match à Tripoli ou Benghazi
Les Libyens se sont rendus compte qu’il est vraiment impossible de jouer un match de football à domicile. L’enlèvement de Nabil Al Alam est venu pour donner un véritable coup de massue aux dirigeants du football en Libye. Ces derniers ont voulu organiser un tournoi international à Tripoli pendant cette période de Ramadhan, dans le but de faire appel à une commission de la FIFA afin d’autoriser la sélection libyenne à jouer à domicile. Seulement, le programme a été complètement faussé puisque ce tournoi a été annulé à cause des conditions sécuritaires. De ce fait, les instances footballistiques compétentes, que ce soit la CAF ou la FIFA, ne peuvent pas autoriser la Libye à jouer chez elle les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2013 et ceux de la Coupe du monde 2014.
Voilà pourquoi la Tunisie et l’Egypte n’ont pas été choisies
Pourquoi le Maroc ‘ C’est la question que vont peut-être se poser beaucoup d’Algériens, sachant que la Libye est un pays frontalier avec la Tunisie et l’Egypte et que son dernier match pour le compte des éliminatoires du Mondial 2014 face au Cameroun a eu lieu à Sfax, en Tunisie. Pour ce qui est de l’Egypte, la situation sécuritaire pose problème, ce qui a contraint les autorités à annuler même le championnat local. Sans oublier aussi que les matchs de Coupe de la Ligue des champions africaine de l’édition 2012 d’Al Ahly et du Zamalek se jouent à huis clos. Concernant la Tunisie, il faut savoir que les autorités tunisiennes n’étaient pas chaudes pour accueillir cette rencontre, et vu que la Tunisie est située entre la Libye et l’Algérie, ils craignaient le déplacement en masse des supporters des deux camps pour assister au match. Au vu du contexte politique et des relations assez tendues entre les deux pays, depuis la prise de pouvoir par le CNT, la Tunisie a ainsi refusé d’assumer cette responsabilité, sachant surtout que cette dernière ne veut pas revivre une autre crise avec l’Algérie, après ce qui s’est passé lors du match Maroc-Algérie de 2004, à Sfax.
Le problème diplomatique entre la Libye et le Maroc, un avantage pour l’Algérie
Cependant, l’on se demande aussi si le problème diplomatique qui est né dernièrement entre le Maroc et la Libye va peser sur le match. En effet, les autorités libyennes avaient saisi leurs homologues marocaines pour protester contre le mauvais traitement réservé aux Libyens dans les aéroports marocains, notamment à Casablanca. Alors si ce problème surgit lors du match, ce sera un avantage en faveur de l’Algérie, surtout que la majorité de la population marocaine va soutenir l’équipe algérienne. Ainsi, l’équipe algérienne sera encore une fois avantagée, mais cette fois-ci, il faudra savoir en tirer profit. Après avoir eu l’avantage en juin dernier face au Mali, de jouer à Ouagadougou, à cause de la situation sécuritaire à Bamako, les Verts joueront encore une fois sur terrain neutre. Il est à rappeler que malgré cet avantage, les algériens n’ont pu éviter la défaite.
—————–
Kuweidir Muftah (président FLF) : «Nous avons saisi officiellement la FRMF pour recevoir l’Algérie à Casablanca»
Dans cet entretien qu’il nous a accordé hier en milieu de journée, le président de la Fédération Libyenne de Football, Kuweidir Muftah, explique l’impossible programmation du match sur le sol libyen. Il annonce qu’il aura lieu au Maroc, précisément au stade Mohamed-V de Casablanca, après l’accord des Marocains.
Selon des informations qui ont filtré de la Fédération, le match face à l’Algérie n’aura pas lieu en Libye…
Vous me surprenez ! Vous le savez déjà ! Oui, je vous confirme que le match Libye-Algérie n’aura malheureusement pas lieu chez nous. On aurait aimé jouer le match à domicile, mais il nous sera très difficile voire impossible de le faire.
Comment ça ‘
Oui, on voulait organiser un grand tournoi international et faire appel à une commission de la FIFA afin d’autoriser la sélection libyenne de jouer à domicile, mais face à une telle situation, il nous est impossible de l’organiser.
Peut-être que le kidnapping du président du Comité olympique libyen a faussé les calculs ‘
En effet, mais je tiens à vous assurer que la situation sur le plan sécuritaire est très calme en ce moment en Libye. On a surmonté les moments difficiles. Pour revenir à l’enlèvement du président du Comité olympique libyen, Nabil Al Alam, c’est un acte isolé qui n’a rien à voir avec le terrorisme ou quelques chose de ce genre.
Revenons au match, après vous être rendu compte de la réalité, il va avoir lieu où ‘
Après cet enlèvement, on a préféré jouer ailleurs pour éviter toute polémique. Ainsi, il a été décidé de recevoir l’Equipe nationale algérienne au stade Mohamed-V de Casablanca. Je pense personnellement que ce stade peut abriter une telle rencontre.
Et les autorités marocaines dans tout ça ‘
Oui, elles sont aux courant. Nous avons saisi par écrit la Fédération Royale Marocaine de Football pour lui demander de nous autoriser à recevoir l’Algérie à Casablanca. Cette dernière nous a fait savoir qu’elle n’y voyait aucun inconvénient.
Avez reçu un accord par écrit ‘
Justement, c’est ce que nous attendons. En effet, mon ami Ali Fassi Al Fihri (ndlr : président de la FRMF) se trouve actuellement à Londres pour assister aux matches de la sélection marocaine aux Jeux Olympiques et dès son retour au pays, il le fera par écrit, sans aucun problème.
Donc, vous n’avez toujours pas saisi la CAF ‘
Non, on n’a pas encore saisi la Confédération Africaine de Football. Nous allons le faire dans les tout prochains jours, voire les prochaines heures, pour officialiser la domiciliation de la rencontre à Casablanca. Nous attendons à cet effet un écrit de nos amis marocains pour l’envoyer avec une demande à la CAF, c’est tout. En principe, cette domiciliation à Casablanca arrangera la Libye tout comme l’Algérie. (Le buteur-31.07.2012.)

*Dans le corps humain, il y a 6 millions de milliards de milliards de molécules. La peau fait 4,5 mètres carrés chez un adulte. Pour faire fonctionner ce corps, ça prend 455 paires de muscles. Pour sourire on en utilise 17 et pour marcher il en faut 54. Et pour nous faire marcher ils utilisent des partis et la société, autoproclamée civile. Le hasard de cette lecture nous fait découvrir aussi que, pour amener l’oxygène aux organes du corps, il faut 950 km de tuyaux et 550 millions d’alvéoles qui occupent une surface de 200 mètres carrés. Bout à bout, ils feraient une chaîne qui mesurerait 5.000 km. 60 milliards de cellules de 5.000 genres différents se baladent dans le corps. Tout ce petit monde mange. Au lit, on consomme 1.000 calories par minute; assis, 1.390 par minute. Si on marche avec un sac de 10 kg sur le dos, on en consomme 4.000. Et Dieu sait combien de sacs on a transporté avec toutes les pénuries. Attention ya khouti, quand la science dit «mange» elle veut dire «équilibre alimentaire». Chez nous, il est bien entendu qu’on se nourrit pour ne pas crever la dalle. C’est tout.
À 70 ans, on a déjà passé 25.567 jours à faire fonctionner la machine humaine, dormir pendant au moins 12 ans, manger 40 tonnes de nourriture en y passant 6 ans. On s’est lavé pendant 1 an, et cherché de l’eau pour le faire pendant 10 ans ou plus. On est resté devant la télé de 500 jours à 6 ans. On a travaillé entre 8 et 9 ans. Pour les chômeurs le compte est à revoir. On s’est déplacé à pied, en voiture ou autrement pendant 3 ans. On a regardé sa montre durant 3 jours. On a bu 35.000 à 45.000 litres de liquide. Notre c’ur s’est contracté 2,5 milliards de fois et a pompé 180 millions de litres de sang. Ou de mauvais sang. Nos poumons ont effectué 500 millions d’inspirations, ce qui aura consommé 15 millions de litres d’oxygène. Mais combien de temps on a attendu que ça change ‘ Combien de temps on a fait la chaîne ‘ Combien de temps on nous a volé ‘ Combien de temps on nous a remonté les uns contre les autres. El Guellil -Quotidien d’Oran-31.07.2012.)

**Le CIO, qui est une Organisation Internationale Non Gouvernementale (OING) de droit privé suisse, n’est pas une organisation militante. Sa composition laisse songeur. Il fonctionne sur le mode de la cooptation. On y retrouve des aristocrates, des militaires, des diplomates… C’est une réunion de gentlemen sans statut qui ont, comme point commun, l’absence de passé sportif et de compétences de management de haut niveau. Ils s’entourent de cadres performants et diplômés qui orientent le CIO vers une logique de survie bureaucratique. Du coup, on ne retrouve plus les valeurs intrinsèques du sport. Le sens commun disparaît au profit de la professionnalisation du jeu et du dopage.

*Le budget des JO de Londres n’a cessé d’augmenter : passant de 3,4 milliards d’euros à plus de 13 ou 29 milliards -  ou plus encore si l’on prend en compte les coûts indirects pour les services publics…  Avec un effet minimal sur l’économie. Les Jeux olympiques ne ravissent pas tout le monde. Rue89 Sport commence ce lundi un feuilleton de cinq portraits. Cinq portraits d’hommes et de femmes mécontents. Aujourd’hui, Colin Toogood, militant écologiste et son combat contre Dow Chemical, sponsor pas très clean des JO.Londres pourrait rejoindre le cercle envié des villes grassement endettées lors des olympiades précédentes :Athènes  avait prévu que ses Jeux  de 2004 coûteraient 1,6 milliard de dollars, mais la facture s’approche des 16 milliards de dollars en  comptant les coûts d’équipement et d’infrastructure. En fait l’estimation du coût total varie entre 20 et 30 milliards d’euros. C’est la BEI , Banque Européenne d’Investissement, qui a financé les J.O d’Athènes qui ont creusé le déficit et augmenté la dette publique du pays. De plus  de nombreux sites utilisés pendant les Jeux d’Athènes sont  vides ou rarement utilisés, et occupent inutilement des terrains dans une centre urbain surchargé.  La BEI, est une institution de l’Union Européenne; dont le  volume de prêts est très supérieur à celui de la Banque mondiale.  Elle   » agit dans l’opacité, sans normes sociales et environnementales satisfaisantes,  se retrouve impliquée dans des projets très controversés « . Pour les JO de 2000, Sydney a battu un record avec une dette équivalant à 1,5 milliard d’euros.

Pour les Jeux d’Hiver de  Grenoble en 1968, les habitants ont payé la note pendant 27 ans. Et leurs impôts ont été multipliés par 2.4 jusqu’en 1995. Un niveau d’endettement qui a fortement réduit les commandes publiques de la ville.

Alors que les autorités municipales avaient estimé le coût des J.O d’été de Montréal de 1976 à 124 millions de dollars, la ville accumula une dette de 2,8 milliards de dollars, équivalant à 10 milliards de dollars de 2009, qu’elle mit trente ans à rembourser (Burton, 2003).


À l’occasion des Jeux de Barcelone de 1992, le gouvernement espagnol s’endettait à hauteur de 4 milliards de dollars – 2,1 milliards de dollars pour les autorités  municipales et régionales.

Pour les Jeux d’hiver d’Albertville en 1992, avec comme présidents Michel Barnier et Jean-Claude Killy, la note fut salée :  42,7 millions d’euros de déficit pour les JO financés à 75% par l’état et 25% par le département, 4.7 millions d’euros de déficit pour Albertville, 9.15 millions d’euros pour Brides les Bains + un prêt de 58.8 millions d’euros jamais remboursé. Total 115 M d’euros. (Comité anti-olympique d’Annecy). surce:Zec.Blog-27.07.2012.)

*Sport, mafia et corruption…« Pour l’année 2012, les grandes épreuves sportives peuvent faire l’objet de paris sportifs sur Internet. Véritable révolution, le chiffre d’affaires de ce secteur du jeu est estimé à près de 500 milliards d’euros. Les fédérations sportives s’inquiètent des dérives engendrées par les sites de paris sportifs. Leurs moyens financiers sont colossaux. Quant à leur légalisation, elle n’est pas toujours adaptée. L’argent semble dominer le sport. De Hongkong à Londres, en passant par Milan et Zurich, cette enquête plonge dans les zones d’ombre et les dérives d’un phénomène de société qui menace les règles et l’esprit du sport. »

*Ishbilya, Séville, cité antique de l’Andalousie musulmane a brillé dans les arts et la culture arabe de 712 à 1248. L’apogée de la Séville musulmane et de la civilisation arabo-andalouse s’accroît dans la seconde moitié du XIIe siècle. Epoque où Asma al-Amirryya auréolait des cercles poétiques et littéraires féminins.
Asma al-Amiriyya a vu le jour à Séville. Elle serait l’une des descendantes de la famille d’al-Mansour, ou liée à cette famille. Asma al-Amiriyya est décrite comme l’une des grandes poétesses d’Andalousie. Cependant, la postérité n’a retenu que trois vers de son corpus poétique. Il s’agit de poèmes élogieux ou panégyriques écrits en l’honneur du calife almohade Abd al-Mu’min ben Ali, qui a fédéré le Maghreb et l’Andalousie.
La poétesse, tout en rappelant ses origines nobles, sollicite Abd al- Mu’Min pour la dispenser de recevoir les soldats dans sa résidence et supprimer les séquestres qu’il a ordonnés sur ses terres. C’était la période de la dynastie des Almohades, sous Al-Mansour qui, en unifiant l’Andalousie, favorisent Séville comme capitale du royaume. (Horizon.dz-31.07.2012.)

**Omar Derras, sociologue..Point de vue….En 1962, le jour de notre indépendance, nous avons quitté, ma famille et moi, notre ville natale, Maghnia, pour nous installer à Oran, où adolescent je me retrouve à la place du 1er-Novembre, au milieu d’une foule immense, qui écoutait le discours de Ben Bella. Ce dernier menaçait les riches de leur réserver une cure d’amaigrissement s’ils s’aventuraient à se réapproprier le patrimoine colonial.
Pour la situation actuelle en Algérie, c’est un très vaste sujet. Mais, je peux tout de même vous donner quelques impressions. Il y a tout d’abord les dégâts de l’idéologie populiste, qui a annihilé l’idéologie de l’effort, du mérite et de l’efficience. Cette idéologie, qui a été mise en oeuvre, a consacré l’attentisme et la marginalisation du travail, seule valeur créatrice des richesses. Elle perdure actuellement grâce à la rente pétrolière. Cette idéologie a étouffé l’émergence de la distinction sociale et la reconnaissance sociale. Le mode de répartition de la rente a amplifié les inégalités sociales et creusé le fossé entre l’Etat et la société. Surtout, lorsqu’on sait qu’il y a absence de volonté politique réelle du pouvoir et son incapacité à mettre en place des structures d’intermédiation, afin d’instituer les conflits et de développer une véritable société civile… Seul moyen qui puisse imposer le changement social, impliquer et mobiliser les gens, de manière démocratique, autour des problèmes les concernant, notamment le développement local.
L’autre problème qui me tient à coeur est la situation catastrophique de notre système éducatif, qu’il va falloir réformer en urgence, au niveau pédagogique (des méthodes basées sur la mémorisation), au niveau de la politique du recrutement, la formation continue des enseignants, une gestion des carrières du personnel rigoureuse, en appliquant des programmes d’enseignement modernes, qui valorisent la culture scientifique et non l’idéologie fataliste, laquelle prône la confusion entre la rationalité scientifique et la culture religieuse.
Les universités doivent être des lieux de production des élites de haut niveau. À ce niveau-là, il y a nécessité d’appliquer des méthodes modernes de gouvernance et de mettre un terme à la massification de l’université algérienne et à son mode de gouvernance archaïque, d’attirer les experts étrangers, pour former nos élites et d’encourager la recherche scientifique et l’innovation, par le développement des accords de coopération, avec les experts étrangers, surtout que les moyens technologiques, les moyens financiers, existent. (Liberté-02.08.2012.)

**Cheikh Ferhat. Météorologue….Parmi les pays du monde entier, ma destination préférée reste le Japon, car c’est un très grand pays de par ses traditions, ses technologies et surtout ce mixage entre les traditions ancestrales et les très hautes technologies.
Je retiens surtout, de la part du peuple japonais, son respect des liens familiaux et le respect aussi des us et coutumes. Durant notre séjour là-bas, mes amis et moi, en plus de la visite des différents quartiers, tels que le vieux Tokyo, réputé par un nombre important de bars. Shibuya est un quartier commercial où se trouve la Bourse de Tokyo, ainsi que Shinjuko où il y a plein de centres commerciaux. C’est le quartier le plus lumineux du monde. Je me rappelle avoir été invité à jouer au patchinco qui est un jeu de hasard qui consiste à jeter des billes et avoir la chance de gagner des cadeaux. Tout cela sans oublier les visites que nous avions effectuées à Hiroshima et Nagazaki. Au moment où nous étions à l’entrée de cette ville, nous avions été saisis d’un frisson et d’un sentiment qui nous rappellent les drames qu’ont vécus ces deux grandes villes du Japon. (El Watan-02.08.2012.)

*L’inspecteur régional de police à Tamanrasset, le commissaire divisionnaire Amar Jenati, a été retrouvé mort, lundi en fin de matinée, à son domicile mitoyen de l’inspection régionale de la police, a-t-on appris de la sûreté de wilaya de Tamanrasset. Une enquête a été ordonnée par
le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major Abdelghani Hamel, pour déterminer les circonstances du décès de cet officier de police âgé de 56 ans, a-t-on ajouté.
Le défunt Amar Jenati avait rejoint en 1985 le corps de la police. Il a assumé plusieurs postes de responsabilité, dont celles de chef de sûreté de wilaya à Tizi-Ouzou, Oum El-Bouaghi, Adrar et Tamanrasset où il a exercé pendant sept années, a fait savoir la même source. (Le Midi Libre-01.08.2012.)

*******************************

Pas de réponses à “Pippili-3”

  1. 12 07 2013
    Commencer Bourse (00:32:28) :

    Cela fait longtemps que je n avais pas denicher un article de cette qualite !!!

    Répondre

  2. 26 04 2016
    martinegabrielle (12:37:53) :

    J’ai été victime d’une arnaque et une personne m’a aidé , suivez mon temoignage .
    E-mail: office_interpol_mondial@yahoo.fr / office.interpol.mondial@gmail.com
    Mes salutations à vous .
    Moi c’est Mme Gabrielle Martine je suis sur ce forum pour partager mon expérience. Voilà après mon divorce j’étais désespérée alors sur conseil d’une amie je me suis mise à écumer les sites de rencontre dans le but de faire un rencontre et refaire ma vie. Je suis tombé sur un monsieur du nom de Luc LAGARDE dont le mail est luclove@yahoo.fr avec qui tout marchais bien au départ. Il me promettait le ciel et le paradis et repondais au tel 00225 98 56 74 12 02 . Je faisais tout pour le rendre heureux mais c’est plus tard que j’ai compris que c’était une grosse arnaque. Quand j’ai commencé à douter alors il a commencé à me faire du chantage etc. je devais toujours lui envoyé de l’argent et je lui suis envoyé déjà près de 70.000 € . Il était en Afrique pour un problème de maladie du cœur. Mais heureusement que j’ai pu avoir pas le biais d’un ami le contact de l’inspecteur Jean-Michel TRAVAIL , de la Division de l’Interpole Charge de la Répression de la Cybercriminalité en collaboration directe avec la police française et j’ai expliqué mon problème et j’ai suivis leur instruction. On a fini ensemble par mettre la main sur ces malfrats et j’ai réussi à bénéficier d’un remboursement suivie des frais de dédommagement qui m’avait été arnaqué. Alors je suis ici juste dans le but de vous faire bénéficier de cette aide précieuse. Je venais de naitre à nouveau et j’apprends à apprécier la vie alors je veux vous faire profiter de cette même opportunité. Si désormais vous avez un problème quelconque de tout individu impliqué dans l’escroquerie ,de fausse histoire d’amour , de faux cheques , paypal , de prêt a ne jamais recevoir , de vente de vente , de don de cheque , fraude ou n’importe quelle organisation contribuant à l’insécurité sur votre territoire via Internet de quelque facon , veuillez contacter l’adresse mail suivant ils pourront vous aidez :
    office_interpol_mondial@yahoo.fr / office.interpol.mondial@gmail.com
    Cordialement à vous Mme Gabrielle Martine .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café