Accidents-L’hécatombe

**Accidents de la circulation-Algérie :

692 morts et 9310 blessés durant le 1er trimestre 2013

 Accidents-L'hécatombe accident

692 personnes ont trouvé la mort et 9310 autres ont  été blessées dans 5498 accidents de la circulation enregistrés durant le 1er  trimestre 2013, indique, mardi, un bilan de la Gendarmerie nationale. Le bilan fait ressortir une baisse du nombre de décès (-33 cas) par rapport au 1er trimestre 2012, contre une hausse du nombre de blessés (+200  cas) et d’accidents (+170 accidents). Le bilan le plus lourd a été enregistré durant ce trimestre dans la  wilaya Tébessa avec 29 morts, suivie des wilayas d’Aïn Defla (26 morts), de Chlef et Constantine (25 morts chacune).*APS-09.04.2013.

40964e3b

***********************************

**cortège nuptial qui finit mal….Un homme d’une quarantaine d’années et sa belle-sœur, une jeune fille de 25 ans, ont succombé à leurs blessures survenues suite au dérapage de leur véhicule, samedi, vers 14h30, à Tighilt (Larbaâ Nath Irathen).
Les trois autres occupantes de la voiture, dont la femme du conducteur, sont, quant à elles, grièvement blessées et hospitalisées, depuis, au CHU Nedir- Mohamed de Tizi-Ouzou. Selon les témoignages recueillis, le véhicule de marque Xsara à bord duquel se trouvaient les victimes et qui faisait partie d’un cortège nuptial, a quitté la route près du village Tighilt, suite à un dérapage. *lesoirdalgerie-04.09.2012.

***108 morts et 1 510 blessés en une semaine dana les accidents de circulation…108 personnes ont trouvé la mort et 1 510 autres ont été blessées dans 772 accidents de la route survenus à travers le territoire national durant la période allant du 21 au 27 août 2012, ont indiqué hier les services de la Gendarmerie nationale dans leur bilan hebdomadaire.
Par rapport à la semaine précédente, les unités de la Gendarmerie nationale ont relevé une augmentation du nombre d’accidents (+14), de morts (+3) et de blessés (+98). Concernant le nombre d’accidents, la wilaya de Batna arrive en tête avec 42 accidents, suivie de Bouira avec 38 accidents, Mascara (35) et Sétif (33). Les principales causes de ces accidents sont l’excès de vitesse (198 cas), les dépassements dangereux (113 cas) et la négligence des piétons (102 cas). Les bilans les plus lourds ont été enregistrés sur la RN3 (Constantine) avec 4 morts et 2 blessés, le CW106 (Tipasa) avec 3 morts et 2 blessés et le CW153 (Batna) avec 3 morts..(Liberté-30.08.2012.)

**Les jetskis ont fait deux morts et 13 blessés…En dépit d’une réglementation rigoureuse, les jet-skis continuent de faire des victimes. Cette pratique nautique a causé, durant cet été la mort de deux personnes (à Skikda et à Tizi-Ouzou) et des blessures à 13 baigneurs. Lors du coup d’envoi de cette saison estivale, les services de sécurité, tous corps confondus, ont décidé de sévir sévèrement contre les utilisateurs des jets-skis qui ne respectent pas la réglementation. Mais, cette pratique nautique continue à se développer dans l’anarchie et en faisant des victimes. Les usagers des jets-skis continuent à violer les règles définies en matière de bande de sécurité. «La zone de navigation, selon la réglementation est fixée, à 300 m de l’espace réservé à la baignade», nous explique le lieutenant Bernaoui Nassim de la direction générale de la Protection civile. Cette distance permet non seulement de préserver la sécurité des baigneurs mais elle permet aussi aux utilisateurs des jet-skis de glisser sur l’eau et profiter de l’espace. Mais, apparemment l’art de man’uvrer un jet-ski et celui de prendre du plaisir semblent très compliqués puisque les usagers de ces bolides de la mer évoluent souvent au milieu des baigneurs. Il faut ajouter à cela que la conduite d’un jet-ski est aussi subordonnée à la détention d’un permis, ce qui n’est pas respecté dans de nombreux cas.
Par ailleurs, 89 personnes ont, en outre, trouvé la mort par noyade dans des plages et 109 autres dans des cours d’eau, des barrages, des retenues collinaires, des piscines et autres bassins d’eau. Les services de la Protection civile précisent que sur les 89 personnes noyées, 63 ont trouvé la mort dans les plages non surveillées. Concernant les 109 noyades enregistrées en dehors des plages, les victimes sont principalement des adolescents et des enfants âgés de 6 à 8 ans.(Quotidien-Oran-30.08.2012.)

accident-maroc1

**Accidents de la circulation: 24.533 cas faisant 2.515 morts et 39.418 blessés en 7 mois.

Ce nouveau bilan vient d’être dressé par le directeur du Centre national pour la prévention et la sécurité routière. Il est tout simplement effarant tant l’hécatombe sur nos routes persiste avec son lot de victimes, de handicapés et de dégâts. On parle de 15 décès quotidiennement.
Jusqu’à quand ‘ Et quelles solutions préconiser ‘
Quotidiennement ce sont pas moins de 15 décès qui viennent s’ajouter à une liste déjà longue. Dans une déclaration faite ce jeudi à InfoSoir en marge du Salon national des transports qui se tient à la Safex, El-Hachemi Boutaleb, directeur du Centre national pour la prévention et la sécurité routière tire la sonnette d’alarme. Le même responsable a affirmé que durant les premiers sept mois de l’année en cours, le nombre d’accidents à travers le territoire national est de 24 533 faisant 2 515 morts et 39 418 blessés. Comparativement à la même période de l’année écoulée, le nombre d’accidents a augmenté de 2,61 %. Le nombre de décès de 2, 78 % et enfin le nombre de blessés de 3,66 %.
Des chiffres qui font froid dans le dos «tant le conducteur algérien n’a pas encore pris en compte les éléments d’une véritable sécurité routière qui aurait à ce titre éviter ce macabre bilan mais aussi des pertes financières considérables pour le pays», a déploré le même responsable. Et d’ajouter : «Selon les bilans établis ici et là, il s’est avéré, et on ne cessera jamais de le redire, que l’homme est responsable à 90 %des accidents de la circulation. Le non-respect du code de la route, la vitesse excessive, et les dépassements dangereux sont autant de facteurs causant parfois l’irréparable.»
Tout cela vient, à son avis, s’ajouter à l’état de vétusté de certains véhicules. Alors quelle solution ‘ Selon le directeur du CNPSR, il est nécessaire en premier lieu de revoir le dispositif dissuasif déjà en cours. Pour que vienne ensuite la sensibilisation à grande échelle. Il a dans ce contexte insisté sur la «bonne formation des futurs conducteurs».
Une bonne formation qui devrait commencer à partir des auto-écoles selon El-Hachemi Boutaleb qui estime que la lutte contre le terrorisme routier «nécessite une urgence une nouvelle stratégie nationale». «Vu la situation actuelle, il est impératif de revoir ce qui a été fait jusque-là en matière de sécurité routière. Pour ce faire, la tâche incombe à tous les acteurs de la société, chacun à son niveau», a-t-il conclu.*.infosoir-06.09.2012.

j17hpvy5

**Ceux qui conduisent mal sur les routes, se conduisent mal aussi dans la société…Il y a quelques jours, je me rendais à El-Menéa, à Ghardaïa. Vers 9h30, j’arrivais à Mansoura, il y avait déjà une grosse cylindrée qui était dans un piteux état, dû aux tonneaux qu’elle a dû faire. Je continue ma route, et 20 km plus loin, un autre véhicule venait de subir le même traitement. Les deux passagers étaient dedans pris au piège. Le chauffeur, encore conscient, le bras brisé et le ventre ouvert du côté gauche, gémissait et demandait qu’on le délivre. On ne pouvait pas. Parce qu’il fallait avoir un arrache-clou pour pouvoir débloquer la portière. J’ai appelé le 1055 de la Gendarmerie nationale pour demander une ambulance. Si le chauffeur était en bien meilleur état, le passager de droite était dans un était critique. Il respirait à peine. La réponse fut immédiate. L’équipe de gendarmerie de Hassi Lefhal fut envoyée quelques minutes après l’appel.
La Protection civile de Hassi Lefhal aussi, mais avec un petit véhicule de tourisme. Pas du tout adapté au transport des deux victimes qui étaient dans très grave état. J’ai demandé à l’un des agents qu’il fallait une ambulance pour emmener les blessés à l’hôpital le plus proche. Sa réponse fût : « Nous sommes un poste avancé, nous n’avons pas de grande ambulance. »
Ce n’est pas croyable ! Pourtant, il s’agit de la RN1, la plus meurtrière du pays, vu le trafic intense de poids lourds surtout, et qui mène vers In Salah, Tam, les frontières du Niger et du Mali. Entre Hassi Lefhal et Ghardaïa, il y a 130 km, et Hassi Lefhal et El-Menéa, il y a 150 km. Donc, ce petit village a une position stratégique et devrait être équipé de moyens matériels adéquats pour sauver des vies. Aux dernières nouvelles, le passager est décédé à la suite de ses blessures et surtout à cause du manque de moyens de cette unité. Il y va de la vie des gens qui travaillent d’arrache-pied, au prix de leur vie, dans des conditions intenables, chaleur étouffante, manque de sommeil, absence de commodités sur la route pour se reposer.
Il n’y a pas d’hôtel ni de restaurant digne de ce nom. Et pas d’hôpital à Hassi Lefhal. Appel est lancé à monsieur le DG de la Protection civile pour qu’il prenne en charge le problème d’une ou deux grandes ambulances.
Sur la RN1, il y a des jours où, tous les 50 km, il y a un accident ! Sauvons les blessés au moins ! Pour les morts, on n’y peut rien malheureusement ! (Liberté-28.08.2012.)

car-crash-10

**Le nombre de véhicules immatriculés et réimmatriculés, durant le 2e semestre 2011 s’est élevé à 535.255 unités, dont 161.885 véhicules neufs, par rapport au semestre précédent, indiquent les chiffres consolidés de l’Office national des statistiques (ONS). Ce semestre a connu une appréciable progression des immatriculations avec plus de 24.000 véhicules supplémentaires. Cette progression se ressent au niveau des véhicules neufs avec plus de 57.000 véhicules. Ainsi, le parc national de l’automobile a totalisé 4.513.925 véhicules à fin décembre 2011.
Le nombre de véhicules immatriculés et réimmatriculés, durant le 2e semestre 2011 s’est élevé à 535.255 unités, dont 161.885 véhicules neufs, par rapport au semestre précédent, indiquent les chiffres consolidés de l’Office national des statistiques (ONS). Ce semestre a connu une appréciable progression des immatriculations avec plus de 24.000 véhicules supplémentaires. Cette progression se ressent au niveau des véhicules neufs avec plus de 57.000 véhicules. Ainsi, le parc national de l’automobile a totalisé 4.513.925 véhicules à fin décembre 2011.
Les nouvelles immatriculations sont essentiellement au niveau de trois genres : les véhicules du tourisme (72%), les camionnettes (21%) et les camions 2%. La particularité du dernier semestre 2011 réside dans le « boom » des importations de véhicules, qui se sont chiffrées à plus de 213.239 unités, en hausse de 80%, relève l’office. Les statistique des Douanes confirment la poursuite de la hausse des importations des véhicules. Effectivement, durant 2011, l’Algérie a importé 390.140 véhicules contre 285.337 véhicules en 2010, une hausse de 36,73% due essentiellement à l’augmentation de plus de 37% des importations des concessionnaires. Sur le chiffre global de (535.255) des véhicules immatriculés et réimmatriculés, les véhicules du tourisme viennent en tête avec 71,58% (383.121 véhicules), puis par les camionnettes avec 15,92%, (85.217 unités), les camions (3,65%), les semi-remorques (2,86%), les motocycles (2,25%) et enfin les véhicules spéciaux (0,55%). Le nombre des véhicules immatriculés et réimmatriculés durant le 2ème semestre 2012, reste dominé par les marques françaises qui représentent 31,38% (167.942 unités), les nipponnes (14,56%- 7.938 unités) et les voitures allemandes (8,41%- 45.023 véhicules).
Les véhicules de Corée du Sud représentent 6,57% (35.162 unités), des Etats-Unis (4,26% -22.803) et d’Italie (1,28%- 6.855) et enfin les véhicules algériens avec 1,21%, soit 6.464 unités. Les véhicules algériens sont composés surtout des produits de la SNVI : des camions, autocars/autobus auxquels s’ajoutent les tracteurs agricoles de la CMA. Selon l’ONS, 56,37% des voitures roulent à l’essence contre 43,63% au gasoil. Près de la moitié des voitures de tourisme (48,19%) utilisent l’essence comme source d’énergie et 25,49% le gasoil. La répartition des immatriculations et réimmatriculation durant la période de référence selon le genre et la wilaya montre que les grandes villes dominent le parc national de l’automobile. La wilaya d’Alger vient en tête avec 13,34%, soit 71.383 véhicules dont 54.244 véhicules de tourismes, avec 535.255 véhicules immatriculés ou réimmatriculés durant les six derniers mois 2011. Tizi-Ouzou vient en deuxième position avec 5,11% (27.332 unités dont 19.541 véhicules de tourisme), suivie par Blida (4,91% -26.287 dont 19.596 voitures de tourisme), Annaba (4,82% -25.823 dont 22.247 véhicules de tourisme). La wilaya de Constantine est en cinquième position avec 4,22% -22.591 voitures dont 17.954 véhicules de tourisme) et enfin la wilaya d’Oran (3,94% -21.070 dont 19.023 véhicules de tourisme).
Les nouvelles immatriculations sont essentiellement au niveau de trois genres : les véhicules du tourisme (72%), les camionnettes (21%) et les camions 2%. La particularité du dernier semestre 2011 réside dans le « boom » des importations de véhicules, qui se sont chiffrées à plus de 213.239 unités, en hausse de 80%, relève l’office. Les statistique des Douanes confirment la poursuite de la hausse des importations des véhicules. Effectivement, durant 2011, l’Algérie a importé 390.140 véhicules contre 285.337 véhicules en 2010, une hausse de 36,73% due essentiellement à l’augmentation de plus de 37% des importations des concessionnaires. Sur le chiffre global de (535.255) des véhicules immatriculés et réimmatriculés, les véhicules du tourisme viennent en tête avec 71,58% (383.121 véhicules), puis par les camionnettes avec 15,92%, (85.217 unités), les camions (3,65%), les semi-remorques (2,86%), les motocycles (2,25%) et enfin les véhicules spéciaux (0,55%). Le nombre des véhicules immatriculés et réimmatriculés durant le 2ème semestre 2012, reste dominé par les marques françaises qui représentent 31,38% (167.942 unités), les nipponnes (14,56%- 7.938 unités) et les voitures allemandes (8,41%- 45.023 véhicules).
Les véhicules de Corée du Sud représentent 6,57% (35.162 unités), des Etats-Unis (4,26% -22.803) et d’Italie (1,28%- 6.855) et enfin les véhicules algériens avec 1,21%, soit 6.464 unités. Les véhicules algériens sont composés surtout des produits de la SNVI : des camions, autocars/autobus auxquels s’ajoutent les tracteurs agricoles de la CMA. Selon l’ONS, 56,37% des voitures roulent à l’essence contre 43,63% au gasoil. Près de la moitié des voitures de tourisme (48,19%) utilisent l’essence comme source d’énergie et 25,49% le gasoil. La répartition des immatriculations et réimmatriculation durant la période de référence selon le genre et la wilaya montre que les grandes villes dominent le parc national de l’automobile. La wilaya d’Alger vient en tête avec 13,34%, soit 71.383 véhicules dont 54.244 véhicules de tourismes, avec 535.255 véhicules immatriculés ou réimmatriculés durant les six derniers mois 2011. Tizi-Ouzou vient en deuxième position avec 5,11% (27.332 unités dont 19.541 véhicules de tourisme), suivie par Blida (4,91% -26.287 dont 19.596 voitures de tourisme), Annaba (4,82% -25.823 dont 22.247 véhicules de tourisme). La wilaya de Constantine est en cinquième position avec 4,22% -22.591 voitures dont 17.954 véhicules de tourisme) et enfin la wilaya d’Oran (3,94% -21.070 dont 19.023 véhicules de tourisme). (.lemidi-dz -29.08.2012.)

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Des logements neufs dépouillés par des vandales…Oran=Alors que ce mois de septembre devait connaître un rythme soutenu de l’exécution des différents programmes de relogement tant retardés, rien ne semble aller dans ce sens.
Ainsi, après l’annonce faite en grande pompe de reloger les 500 familles du quartier dit Batimate Taliane, construit dans les années 1980 par des Italiens, en ce début de semaine, les intéressés avaient manifesté leur refus d’être relogés dans le site choisi par la wilaya. Une réunion entre le wali d’Oran et les services sécuritaires avait conclu à une annulation de ce relogement tant la tension était palpable, et pour finir, le wali aurait même annoncé que ces 500 familles seront affectées dans un autre site non encore annoncé. Des annulations de relogement qui se poursuivent puisque les mal-logés des quartiers d’El Hamri, Mediouni et d’Ed Derb n’auront connu la joie d’être enfin relogés que quelques jours seulement, puisqu’à la veille de cette délivrance du vieux bâti, ils ont appris que le wali d’Oran a décidé d’ajourner l’opération. Au niveau de la wilaya, l’on saura qu’il ne s’agit pas d’un changement de dernière minute, sans raison, du premier responsable de la wilaya. La décision est due au fait que les logements en question sont dépourvus d’électricité, sans colonnes montantes et sans canalisations de cuivre et même pour certains les robinets et les poignets de porte ont été volés. Le site, n’ayant pas été assez surveillé, a été livré» aux vandales. Ces cités dites «réceptionnées situées à Haï el Yasmine, sont en réalité inhabitables puisque dépourvues de toutes les commodités requises, d’autant que 3 000 logements sont déjà occupés par des familles depuis trois ans vivant dans ces conditions. Le wali d’Oran, ayant fait ce constat, a ainsi reporté le relogement d’un millier de mal-logés en attendant la remise en l’état de ces logements neufs et dans les conditions réglementaires.*lesoirdalgerie-04.09.2012.

***********************************************

*Pippili-6- Rubrique consacrée à des infos et commentaires divers

Pippili-1

*************************************

**Port d’Oran: opération d’extension du terminal des containers…Dans le cadre du plan quinquennal en cours, le port commercial d’Oran, considéré comme le c’ur de la dynamique économique de la capitale de l’ouest algérien, vit une période cruciale de son histoire en bénéficiant d’une opération d’extension du terminal des containers, doté d’une enveloppe financière estimée à 11 milliards de dinars, selon les services de la wilaya. Cette opération d’extension, qui vise à atténuer la tension sur le terminal actuel, sera concrétisée en deux étapes. La première porte sur une extension de 23 hectares et la deuxième sur 31 hectares, en plus de la réalisation d’autres structures tels un nouveau quai dans la première phase pour permettre au port d’accueillir de grands containers et des navires commerciaux de gros tonnage. A noter que le terminal actuel des containers s’étend actuellement sur une superficie estimée à 12 hectares et dispose de cinq postes d’accostage d’une capacité de 4 600 containers. L’opération de renforcement de la brise-lames au port d’Oran sur 1,2 km enregistre un taux avancement appréciable des travaux, a assuré la même source. Le plan directeur d’aménagement urbain prévoit la réalisation d’une nouvelle route menant vers le port le long de 12 kilomètres partant de l’entrée-est du port jusqu’à la localité de « El Menzeh » (Ex Canastel). L’étude de ce projet est en phase d’achèvement et d’approbation, selon le chef de service développement des infrastructures de base à la direction des travaux publics. Pour sa part, le Port d’Arzew, pôle pétrochimique, bénéficiera d’une opération d’extension permettant l’amélioration du traitement de diverses marchandises et d’augmenter sa capacité qui couvre 46% de toutes les marchandises par le transport maritime au niveau national et 62% des activités de transport des hydrocarbures, selon l’entreprise portuaire. Le projet porte sur la réalisation d’un bassin occupant 25 hectares de terre-plein et de trois quais d’amarrage sur 800 mètres linéaires, selon un responsable de l’entreprise portuaire d’Arzew, qui dispose actuellement de trois quais ne pouvant plus répondre à l’accueil d’activités commerciales. Dans la cadre de la pêche à la côte-est de la wilaya, la localité de Kristel sera dotée d’un port de pêche d’une capacité d’accueil de 12 bateaux, 35 petits métiers et 40 embarcations de plaisance. Ce port, dont les travaux de réalisation enregistrent un grand avancement, est la première infrastructure portuaire de pêche réalisée à l’époque de l’indépendance au niveau de la wilaya qui dispose actuellement de deux ports de pêche à Oran et à Arzew. Vu les potentialités touristiques dont recèle la capitale de l’ouest du pays, la création un port de plaisance est conçue dans la zone d’El Macta à l’extrême-est de la wilaya. Dans ce contexte, la direction des travaux publics a transmis une demande au ministère des Finances pour inscrire une opération relative à l’élaboration d’une étude de faisabilité de la réalisation du premier port d’Oran de plaisance. Pour rappel, plus de 900 paquebots de plaisance activent au niveau d’Oran surtout que la wilaya est célèbre par la construction navale, notamment celle destinée à la plaisance. .(lemaghrebdz-03.09.2012.)

**projection de films algériens à Cordoue-Espagne…Les films algériens seront à l’honneur du 14 septembre au 5 octobre à Casa Arabe (la maison arabe) à Cordoue à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, indique le site électronique de Casa Arabe. Parmi les films qui seront projetés dans le cadre d’une session intitulée « L’Indépendance de l’Algérie vue par le cinéma », figurent « Avoir 20 ans dans les Aurès » (René Vautier-1972), « La bataille d’Alger » (Gillo Pontecorvo-1965), « Hors la Loi » (Rachid Bouchareb-2010) et « Cartouches Gauloises » (Mehdi Charef-2007). Casa Arabe avait projeté du 2 au 30 avril à Madrid une série de films cinématographiques et documentaires à l’occasion du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie et programmé le 8 juin à Cordoue la projection du film « Bienvenu cousin » de Merzak Allouache. Casa Arabe est une fondation espagnole créée en juillet 2006 par le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération internationale en coordination avec les gouvernements des provinces de Madrid et de l’Andalousie et les communes de Madrid et de Cordoue dans la perspective de consolider les liens entre l’Espagne et les pays arabo-musulmans..(lemaghrebdz-03.09.2012.)

**Le président malien était professeur de mathématiques au lycée Okba à Alger…Dans les réseaux sociaux, à l’image Facebook et surtout les copains d’avant, la nouvelle ne cesse de se propager. Le président malien par intérim a exercé en Algérie en tant que professeur de mathématiques. Ceux qui l’affirment pensent qu’il était prof de cette matière au lycée Okba d’Alger durant les années 1970. *lesoirdalgerie-04.09.2012.

**bagarre entre 2 passagers d’un avion en l’air…Un avion de la compagnie Swiss assurant la liaison Zurich-Pékin a fait demi-tour dimanche, après six heures de vol, en raison d’une violente bagarre entre deux passagers asiatiques, a-t-on appris lundi auprès de la compagnie.

« Les deux passagers ont été remis entre les mains de la police cantonale de Zurich, après l’atterrissage de l’Airbus A340 dimanche soir », a indiqué à l’AFP un porte-parole de Swiss.  Selon le site internet du journal suisse-allemand Blick, les deux passagers sont des Chinois âgés de 27 et 57 ans, qui doivent être interrogés ce lundi par la police.  Quand le capitaine a décidé de faire demi-tour, l’avion se trouvait à l’est de Moscou. Le capitaine a préféré retourner à Zurich, plutôt que d’atterrir en urgence à Moscou, pour éviter des difficultés administratives. Le vol transportait 200 passagers, qui ont passé la nuit de dimanche à lundi dans un hôtel à Zurich, aux frais de Swiss, avant de reprendre la route pour Pékin sur d’autres vols lundi, car le vol de lundi de Swiss Zurich-Pékin était déjà complet.(Belga-03.09.2012.)

*Des députés ont toujours bénéficié des largesses de l’admistration et de l’Etat…c’est pour cela qu’ils ont occupé le poste de député…A la veille des élections locales, qui seront organisés le 29 novembre prochain, la peur semble bien s’emparer des partis politique et même de l’administration locale qui se trouve toujours au collimateur de la présidence de la république pour sa largesse vis-à-vis de l’étude des dossiers des candidats dont certains ont été graciés alors qu’ils étaient poursuivis en justice. C’est dans ce sens de l’information que des sources crédibles ,ont révélé qu’une commission d’enquête présidentielle aurait été dépêchée en vue d’établir un fichier national de certains nouveaux députés de l’ APN du 10 mai 2012 .
Selon la source, une enquête effective aurait été lancée par les services compétents pour mettre à jour un fichier national sur certain nombre de nouveaux députés soupçonnés d’avoir reçu des facilités par des fonctionnaires de l’administration locale dans un certain nombre de wilayas pour avoir accepté leurs candidatures alors qu’en principe elle le devraient pas l’être si la loi a été appliquée strictement. La même source indique qu’il semble que la présidence avait reçu plusieurs rapports sur les «dérives» survenues dans l’élaboration et le contrôle des listes des candidatures pour l’élection à la députation ayant permis de faire passer des dossiers «inacceptables» dont leurs candidats se sont retrouvés soudainement dans les premiers rangs des listes d’un certain nombre de partis ce qui leur avantagé de remporter des sièges au Palais de Ziroud Youcef. Malgré que la responsabilité dans ce cas de figure semble partagée entre les partis et l’administration locale, il est judicieux de procéder à des enquêtes sur la gestion clémente dans l’application de la loi dans toute sa rigueur qui peut entraîner une violation sur la composante même des députés sensés légiférer sur les lois importantes, y compris l’examen de l’amendement de la constitution pour bientôt. Selon la même source, ces investigations en profondeur traitent des biographies des députés, leur cursus scolaire et intellectuel et leurs activités professionnelles, et peuvent en conséquence pallier aux défaillances et mettre les fonctionnaires de l’administration locale chacun devant ses responsabilités s’il s’avère que la loi a été enfreinte dans son application au profit des candidats avant l’élection. Selon la même source, il est fort possible que les responsables locaux qui sont impliqués d’avoir contourné la loi dans l’étude des dossiers des candidats à la députation d’être passible de poursuite «disciplinaire». Selon la même source, le président Abdelaziz Bouteflika serait personnellement derrière cette instruction, compte tenu les circonstances qui ont entouré le processus électoral, les contextes qui s’y trouvaient, et les tâches confiées à la nouvelle assemblée, dans la mesure où il l’a comparé au premier Novembre, et lui réservé pas moins de six discours pour encourager les citoyens d’aller voter en masse compte tenu des défis auxquels fait face le pays. (.reflexiondz-01.09.2012.)

**De la pomme de terre importée pour casser les prix…D’éventuelles pénuries de produits de large consommation avant les élections locales, prévues au mois de novembre prochain, hantent certains membres du gouvernement algérien. Au ministère de l’agriculture et du développement rural, on y pense en tout cas. Et plus spécialement à un programme d’importation de pomme de terre au mois de novembre, pour pallier à un arrivage tardif de la production d’arrière-saison.
Mini-réunion de crise dimanche au ministère de l’agriculture. Face au ministre, M. Rachid Benaïssa, les membres du comité interprofessionnel de la pomme de terre, avec au menu l’examen de l’éventualité d’un programme d’importation de pomme de terre pour faire face à une période creuse, entre fin octobre et début novembre. Sur la table des discussions entre le ministre et les professionnels de la filière, une seule question: va-t-on s’orienter vers un programme d’importation d’urgence de pomme de terre, pour éviter une éventuelle pénurie sur le marché, qui risque de coïncider avec la campagne électorale pour les municipales de novembre prochain’
La réponse à cette question sera donnée jeudi lors d’une seconde réunion des professionnels de la filière. En attendant, les données actuelles sont pessimistes: la campagne de plantation pour la production d’arrière saison (novembre-janvier) a été retardée et perturbée au mois d’août par la canicule, le manque de main d »uvre et l’effet Ramadan. La campagne a démarré laborieusement, avec trois semaines de retard. La période de soudure risque donc d’être longue, même si la production de saison est bonne, avec quelque 1,9 million de tonnes récoltées à fin juillet dernier.
La hantise du ministère et des professionnels est, bien sûr, cette tendance au stockage qui perturbe l’approvisionnement du marché et fait grimper les prix. La décision d’importer de la pomme de terre pour le mois de novembre prochain dépend en fait, selon le ministre, des disponibilités sur le marché et celles stockées dans le cadre du système de régulation des prix de large consommation (Syrpalac).
Eviter le risque politique
Prudent, le ministère précise que les importations, si elles sont décidées, ne porteront que sur un volume de 2% de la production globale pour 2012 et durant une courte période. Les prévisions pour 2012 tablent sur une production de quatre millions de tonnes, contre 3,6 millions de tonnes en 2011.
Entre mars et avril 2012, une grave pénurie de pomme de terre sur le marché algérien, dans le sillage d’un hiver particulièrement éprouvant, a provoqué une flambée des prix avec des niveaux jamais atteints: 120 da/kg. Une situation qui n’a pas incité, pour autant, le ministère à aller vers l’importation de la pomme de terre, car il n’y a pas de déficit de production sur l’année, mais seulement une mauvaise répartition dans le temps.
Le « risque politique », cependant, semble cette fois-ci décisif pour inciter le ministère à aller vers un programme d’importation de ce tubercule, dont la consommation est passée de 6,5kg à 10,5 par habitant et par an en Algérie. Pour le gouvernement, l’objectif est en effet d’éviter le moindre mouvement de contestation durant la période pré-électorale…(lemaghrebdz-03.09.2012.)

Louisa Hanoune dit non aux affairistes

**Louisa Hanoune fustige les autorités suisses et les accuse de s’immiscer dans les affaires internes algériennes…Profitant de la présence des militants de son parti venus de toutes les communes de la wilaya d’Alger pour débattre, hier, de questions brûlantes liées aussi bien à l’actualité politique tant nationale qu’internationale, Mme Hanoune est revenue sur cette sombre affaire et sur ses prolongements, en accusant les autorités suisses de s’immiscer dans les affaires internes algériennes. Cet acharnement contre Khaled Nezzar ne serait pas fortuit.
Selon l’oratrice, «il procède d’un vaste complot destiné à ternir l’image de marque de l’Algérie et discréditer son armée». Poursuivant son analyse, Louisa Hanoune est persuadée que le rapt de diplomates algériens détenus quelque part dans le Sahel fait partie du plan et que c’est pour punir l’Algérie pour ses prises de position et son engagement en faveur des causes justes à travers le monde que ses ennemis ont agi de la sorte. Déplorant les événements qui ensanglantent et endeuillent depuis presque deux années maintenant la Syrie, la conférencière a dressé un sombre tableau, en accusant l’Otan et les puissances du mal d’être derrière ces milliers de morts et de blessés. Se disant contre l’internationalisation du conflit, Louisa Hanoune a, aussi, abordé la question malienne et les tentatives de partition du pays pour nuire aux peuples de la région, particulièrement les Algériens. Elle a, ensuite, évoqué le dossier sensible des disparus et lancé un appel au président de la République pour l’organisation d’un débat sur la question pour fermer définitivement la parenthèse sur cette question et permettre aux familles des victimes de faire leur deuil.
La présidente du PT a profité de son passage à la tribune pour aborder d’autres questions, particulièrement celles intéressant la vie organique du parti, les prochaines élections locales et les moyens à mettre en oeuvre pour bien les préparer. Redoutant un scénario comparable à celui du 10 mai dernier qui a débouché, selon elle, sur l’élection d’une assemblée fantoche, Louisa Hanoune a dit non aux affairistes et promet que son parti sera toujours un parti d’avant-garde ouvert à toutes les couches de la société. Faisant une lecture des opérations «coup de poing» lancées depuis mercredi dernier par les forces de police pour débarrasser la capitale des commerçants de l’informel, la responsable du PT, tout en les saluant, interpelle les pouvoirs publics pour qu’ils prennent en charge les doléances des commerçants illégaux et leur trouvent, au plus vite, des solutions de rechange. Après tout, dit-elle, ce sont nos enfants, nous devons leur prêter assistance comme l’ont fait pour nous nos parents et arrière-parents.(L’Expression-02.09.2012.)

**Oran…alléger la pression sur l’état civil …A l’instar de l’année dernière et pour faciliter la tâche aux parents d’élèves, les pièces d’état civil seront retirées au niveau des établissements scolaires, en prévision de la nouvelle rentrée. Le maire d’Oran, M. Hassam a confirmé que l’opération sera reconduite cette année avec une note qui a été adressée à tous les établissements de préserver le même dossier de l’élève durant tout son cursus, au primaire ou au moyen ou au secondaire et ne demander de nouvelles pièces d’état civil qu’en cas de transfert. Le premier responsable de la ville a reconnu que malgré les efforts déployés pour instaurer une nouvelle organisation dans le service d’état civil, des différents secteurs urbains de la ville, beaucoup de travail reste à faire du point de vue formation du personnel et mise en place de moyens pour régler définitivement ce problème de retrait des pièces officielles. Il souligne que la décentralisation du retrait de l’extrait de naissance n°12 n’a pas été une mince affaire mais les efforts fournis ont apporté leurs fruits même si des carences existent encore. Dans ce contexte, M. Hassam a annoncé que le projet de l’APC d’Oran est de passer à une nouvelle étape plus évoluée, celle du retrait des pièces d’état civil par courrier électronique et notamment l’extrait de naissance n°12. Un site web de l’APC est déjà créé. «Tous les moyens ont été mis en place», nous a confié le maire d’Oran, «nous attendons l’autorisation du ministère de l’Intérieur pour lancer cette opération qui va alléger la pression sur les services d’état civil des secteurs urbains». Avec l’introduction du système électronique à l’état civil, le citoyen est en mesure de faire sa demande de l’extrait de naissance via internet sans avoir à se déplacer. En attendant la réalisation de ce projet, le citoyen continue à se plaindre de la lourdeur et de la bureaucratie pour retirer un document officiel, à l’état civil. Les erreurs d’orthographe, le manque flagrant en matière de qualification du personnel, le mauvais accueil, la mauvaise organisation dans certains secteurs urbains, les pannes techniques pour retirer le n°12… Tant de problèmes auxquels est confronté quotidiennement, le citoyen et qui créent un sentiment de frustration, chaque fois qu’il est question de retirer ces documents.(Quotidien-Oran-01.09.2012.)

**Oran-Arzew : 40 da par le bus…Certains transporteurs desservant la ligne Oran/Arzew ont affiché, hier, une pancarte à l’intérieur de leurs véhicules annonçant une augmentation de dix dinars du prix de transport. Une révision des tarifs à la hausse qui reste inexpliquée pour les usagers du fait qu’aucun avis préalable n’a été lancé par les services compétents. De 30 DA, le prix est passé à 40 DA, nous ont révélé hier des citoyens outrés de cette hausse sans aviser les usagers. Contacté à ce sujet, le représentant du syndicat de transport de voyageurs et de marchandises (SNTT) a affirmé que cette mesure a été appliquée de façon illégale, puisque ni le ministère des transports, ni la direction des transports d’Oran n’ont donné une autorisation d’augmentation des tarifs de transport. Le même interlocuteur explique que (le SNTT avait déjà déposé, il y a trois mois, auprès du ministère des transports une demande d’augmentation des prix du transport au km. Jusqu’à présent notre demande n’a pas été validée. Nous attendons toujours la réponse de la tutelle ». En attendant la régularisation de cette mesure, les usagers se disent étonnés que certains transporteurs décident de façon unilatérale d’une augmentation de tarif. (Quotidien-Oran-30.08.2012.)

**40 quintaux de kif saisis à Ouled Mimoun-Tlemcen….Les éléments de la brigade des Douanes ont réussi à intercepter un véhicule de marque Mercedes fourgonnette, qui transportait à son bord une importante quantité de kif traité, estimée à plus de 40 quintaux.
Cette opération a été minutieusement préparée par les douaniers, et ce suite à une information qui leur est parvenue. Tôt dans la matinée de dimanche, le véhicule était signalé sur la l’autoroute Est- Ouest et se dirigeait vers Oran. C’est à l’entrée de Ouled Mimoun, à 30 km du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen, que le conducteur s’est aperçu de la présence du barrage. Il prit alors la fuite en abandonnant la fourgonnette et les 40 quintaux de kif dissimulés sous forme de plaquettes. Harcelés par les différents services de sécurité sur les traditionnels axes routiers, les narcotrafiquants ont changé de stratégie en empruntant l’axe autoroutier Tlemcen-Alger où les barrages sont plutôt rares. (.lesoirdalgerie-03.09.2012.)

**10 quintaux de kif saisis a Béchar…’Suite à des renseignements parvenus aux gardes-frontières de Béchar concernant l’acheminement et la tentative de passage d’une quantité importante de drogue, un dispositif renforcé a été déployé sur le tracé frontalier et sur la profondeur du territoire ainsi qu’un dispositif de contrôle des routes mitoyennes des frontières », a indiqué hier un communiqué de la Gendarmerie nationale. Une patrouille des gardes-frontières de la Gendarmerie nationale de Béni Ouenif ont localisé, hier, vers 4h du matin, un convoi de narcotrafiquants et procédé à la saisie une quantité de 10 quintaux de kif traité transportés à dos de 14 baudets à proximité du tracé frontalier. La quantité saisie était emballée dans des sacs comportant des plaquettes de kif de différents poids. La brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Béni Ouenif a ouvert une enquête…(Liberté-30.08.2012.)

**Tunisie: le patron des Guignols en prison…Le propriétaire d’une chaîne de télévision privée a été emprisonné aujourd’hui en Tunisie en attendant d’être jugé pour corruption dans un procès qu’il dénonce comme une atteinte à la liberté de la presse, a indiqué un responsable. Sami Fehri, qui a lancé sa chaîne « Tounissia TV » en partenariat avec Belhassen Trabelsi, le gendre de l’ancien président Ben Ali, s’est rendu de lui-même aux autorités après l’émission d’un mandat d’arrêt à son encontre il y a quelques jours.

Dans une vidéo publiée sur internet juste avant, il affirme que le gouvernement le punit pour une émission satirique diffusée sur sa chaîne et inspirée des « Guignols de l’info », qui se moque ouvertement du président tunisien Moncef Marzouki, du Premier ministre Hamadi Djebali ou encore du leader du parti islamiste modéré majoritaire Ennahda, Rached Ghannouchi. « Le seul vainqueur de la révolution tunisienne est la liberté d’expression, et la liberté d’expression est aujourd’hui menacée », déclare Fehri, qui estime que ce procès est une tentative pour réduire au silence les médias, et un abandon des progrès effectués par la Tunisie depuis la chute de Ben Ali, en janvier 2011.

« Nous pensons qu’il s’agit d’une attaque contre la liberté d’expression », a déclaré à Reuters Sonia Dahmani, l’avocate de Sami Fehri. « Le différend est politique, il intervient après des semaines de pression sur Fehri et sur la diffusion de cette émission sur la chaîne. »(agences-30-08-20120.)

**L’ambassadeur français à Tunis indésirable…Cette fois, c’est officiel. François Gouyette, 56 ans, ancien ambassadeur en Libye avant la guerre déclenchée contre Mouammar Kadhafi, a été nommé par décret, dimanche 26 août, ambassadeur de France à Tunis, où il remplace Boris Boillon, appelé à d’autres fonctions. Depuis des semaines, l’éviction de M. Boillon, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy et nommé par l’ancien président français en février 2011, était devenue le secret de Polichinelle.
A la veille de la traditionnelle conférence des ambassadeurs, qui devait se tenir à Paris lundi 27 août, M. Gouyette devient ainsi le troisième diplomate français à s’installer à Tunis depuis la chute de l’ancien régime de Zine El-Abidine Ben Ali.
Nommé un mois après la fuite en Arabie saoudite de l’ancien dictateur tunisien pour redresser l’image de la France, devenue catastrophique en raison du soutien affiché pendant longtemps par Paris à Tunis jusqu’aux déclarations calamiteuses de l’ancienne ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, proposant le savoir-faire français pendant les émeutes de janvier 2011 , M. Boillon n’est jamais vraiment parvenu à se faire accepter en Tunisie.
Quadragénaire arabophone, dynamique, il avait trébuché dès son arrivée en répondant vertement à une journaliste tunisienne. Filmée et diffusée sur Internet, sa sortie, impulsive et maladroite, où il fustigeait des ‘trucs débiles’, avait provoqué la colère des Tunisiens. Le célèbre slogan de la révolution tunisienne, en Français « Dégage ! »‘, avait alors été crié sous les fenêtres de l’ambassade située sur la principale artère de la capitale, avenue Habib-Bourguiba, lors de manifestations.
Toutes les tentatives ensuite de M. Boillon pour corriger le tir ses excuses aussi n’ont jamais été couronnées de succès.
Cette fois, c’est officiel. François Gouyette, 56 ans, ancien ambassadeur en Libye avant la guerre déclenchée contre Mouammar Kadhafi, a été nommé par décret, dimanche 26 août, ambassadeur de France à Tunis, où il remplace Boris Boillon, appelé à d’autres fonctions. Depuis des semaines, l’éviction de M. Boillon, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy et nommé par l’ancien président français en février 2011, était devenue le secret de Polichinelle.
A la veille de la traditionnelle conférence des ambassadeurs, qui devait se tenir à Paris lundi 27 août, M. Gouyette devient ainsi le troisième diplomate français à s’installer à Tunis depuis la chute de l’ancien régime de Zine El-Abidine Ben Ali.
Nommé un mois après la fuite en Arabie saoudite de l’ancien dictateur tunisien pour redresser l’image de la France, devenue catastrophique en raison du soutien affiché pendant longtemps par Paris à Tunis jusqu’aux déclarations calamiteuses de l’ancienne ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, proposant le savoir-faire français pendant les émeutes de janvier 2011 , M. Boillon n’est jamais vraiment parvenu à se faire accepter en Tunisie.Quadragénaire arabophone, dynamique, il avait trébuché dès son arrivée en répondant vertement à une journaliste tunisienne. Filmée et diffusée sur Internet, sa sortie, impulsive et maladroite, où il fustigeait des ‘trucs débiles’, avait provoqué la colère des Tunisiens. Le célèbre slogan de la révolution tunisienne, en Français « Dégage ! »‘, avait alors été crié sous les fenêtres de l’ambassade située sur la principale artère de la capitale, avenue Habib-Bourguiba, lors de manifestations.
Toutes les tentatives ensuite de M. Boillon pour corriger le tir ses excuses aussi n’ont jamais été couronnées de succès. (Le Midi dz -29.08.2012.)

**Symposium international sur l’environnement et les villes du bassin méditerranéen a Tlemcen…Selon les recommandations du dernier symposium qui s’est déroulé en 2011 dans l’une des villes d’Italie, le choix s’est porté sur la ville des Zianides pour abriter le prochain Colloque sur les villes du bassin méditerranéen et l’environnement qui relève du programme des Nations unies. Cependant, cette manifestation risque de ne pas avoir lieu dans la mesure où, selon notre source, aussi bien le ministère de l’Intérieur que les autorités locales de la wilaya de Tlemcen auraient décidé de surseoir aux préparatifs de ce symposium pour une raison purement politique liée à la présence de plusieurs villes de l’Etat hébreu qui sont membres au sein de l’instance internationale concernée. Il va sans dire qu’aucun accord ni relation de normalisation ne lient l’Algérie à Israël. Pour rappel, l’Algérie a rejeté la participation d’une délégation composée de 48 arabes à la manifestation de ‘Tlemcen capitale de la culture islamique » pour détention de passeports israéliens. Ce qui reflète la position de l’Algérie, contrairement à certains pays voisins comme la Tunisie, le Maroc et la Mauritanie qui ont abrité ce genre de forums.(Liberté-30.08.2012.)

**Un groupe sud-africain appelle à « arrêter » Tony Blair pour crimes contre l’humanité en Irak…Al-Jamaah, un groupe musulman sud-africain, a annoncé son intention « d’arrêter » l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair pour crimes contre l’humanité lorsqu’il se rendra à Johannesbourg, où il doit bientôt prononcer une allocution, ont rapporté mardi les médias locaux.
L’arrestation pourrait par exemple avoir lieu au cours de la manifestation visant à « demander un mandat d’arrêt contre M. Blair pour les crimes contre l’humanité commis lors de l’invasion de l’Irak, une invasion qui a tué des millions de citoyens irakiens », a fait savoir le président du groupuscule, Ganief Hendricks.
Cette manifestation a été autorisée par la ville de Johannesbourg, selon Hendricks. « Nous espérons qu’un ou plusieurs manifestants seront en mesure de procéder à l’arrestation de Tony Blair, et de l’extrader vers La Haye pour y être jugé », a indiqué M. Hendricks.
Le site internet arrestblair.org offre d’ailleurs une récompense à quiconque tentera d’arrêter M. Blair pour ses crimes présumés contre l’humanité. (maghrebemergent.-29.08.2012.)

**Un commissaire assassine un enseignant sous les yeux de ses élèves.(Annaba)

Un terrible drame a secoué dimanche la localité d’El Kerma, située dans la commune d’El Hadjar distante de 20 Km de la ville d’Annaba. Un commissaire de police, âgé d’une cinquantaine d’années, a assassiné froidement un enseignant devant le portail d’une école primaire sous les yeux de près de 200 élèves, a-t-on appris de plusieurs sources locales concordantes. Le commissaire a voulu punir cet enseignant parce qu’il le soupçonnait d’être l’amant de sa femme ! Après avoir commis son forfait, le commissaire, sur le chemin du retour vers Annaba, s’est tiré une balle dans la tête dans le taxi clandestin qui le conduisait à son lieu de travail.

Le commissaire, en instance de divorce, ne supportait visiblement pas la séparation. Il s’était donc imaginé mille et un scénarios au sujet de sa femme. Et il était persuadé que son épouse qui voulait le quitter, une enseignante elle aussi, le trompait avec la victime alors que ce présumé amant était marié à deux femmes. Il était également le père de neuf enfants. Pour l’heure, aucune information ne corrobore les soupçons du commissaire criminel. Cependant, cela n’a pas empêché ce responsable de la Police d’user de son arme de service pour ôter la vie à sa victime. Ce crime qui a provoqué une onde de choc dans la wilaya d’Annaba n’a pas laissé impassibles les autorités  locales. Le Procureur de la République s’est déplacé sur les lieux du crime et une enquête judiciaire a été ouverte.

De son côté, la direction de l’Education Nationale de la wilaya d’Annaba a décidé de fermer l’école primaire, devant laquelle le crime s’est produit, durant toute l’après-midi. Par ailleurs, dès demain, lundi, 10 psychologues seront dépêchés sur les lieux pour porter assistance aux écoliers qui sont en état de choc.* lavoixdesidibelabbes.info-15.01.2013.

**************************

La pluie dévoile les défaillances de l’Etat et de son administration à Alger

*Routes coupées, inondations et effondrement de plusieurs bâtisses

A chaque fois c’est la même chose, le même calvaire pour les plus démunis

Les pluies torrentielles enregistrées ces derniers jours ont provoqué en d’innombrables dégâts à Alger.
Plusieurs routes principales de la capitale ont été inondées, causant d’interminables encombrements et plusieurs bâtisses ont été submergées par les eaux dans plusieurs quartiers. La Protection civile a dû intervenir plusieurs fois afin de secourir des vies humaines, notamment au niveau du 195 rue Hassiba Ben Bouali, à El Harrach, à Hussein Dey. La trémie limitrophe au Jardin d’Essais était complètement impraticable, le niveau d’eau ayant atteint plus de deux mètres de haut, une véritable piscine à ciel ouvert. Il semble que l’entreprise réalisatrice de cet ouvrage n’a pas pensé à l’installation d’avaloirs !
Les six maisons limitrophes de la cité Sonelgaz ont subi le même sort. Les habitants ne savaient plus à quel saint se vouer. «Chaque hiver, on vit le même calvaire. Nos maisons sont inondées. On a frappé à toutes les portes, mais aucun responsable de l’APC n’est venu faire le constat de visu», dénonce l’un des habitants, en l’occurrence M.Hamina, qui essayait de sauver quelques meubles enfouis dans la cave inondée.
Selon lui, la situation a empiré depuis la réalisation de la trémie. «On leur a dit que cette zone est inondable et ne convient pas à ce genre de réalisation. Personne n’a pris nos conseils au sérieux. Nous sommes à six mètres au-dessous du niveau de la mer, alors vous imaginez le risque encouru», explique encore cet homme en détresse.
Non loin de là, au niveau d’un immeuble de deux étages, une grande foule est réunie. Les agents de la protection civile viennent de secourir toute une famille qui logeait dans la cave. La détresse se lisait sur les visages, mais surtout le mécontentement et la colère vis-à-vis des élus locaux, qui ne «remplissent pas leur tâche convenablement». A El Harrach et à Hussein Dey, les conséquences sont très lourdes.
Une personne a été blessée à El Harrach suite à l’effondrement d’un logis de fortune et une deuxième à Hussein Dey pour les mêmes raisons. Les services de sécurité sociale ont dénombré une personne morte hier à Oued Ouchayeh et 4 autres blessées. Par ailleurs, plus d’une dizaine de maisons ont été également inondées à El Makarya (ex- lotissement Michel) à Kouba. Il en est de même de la commune d’El Harrach, où tout un quartier a été inondé hier par les eaux de pluie, ce qui a provoqué la colère des citoyens qui pointent du doigt l’incurie des autorités locales quant au curage des avaloirs. Selon un responsable de l’APC de Sidi M’hamed, M.Hadj Saâdaoui, le plus dangereux durant les intempéries sont les immeubles qui menacent ruine.
«La plupart des morts recensés durant ces temps pluvieux sont liés à l’effondrement des vieilles bâtisses ou encore des balcons défectueux qui ornent les bâtiments.
D’ailleurs, l’année dernière, on a vécu un drame à la rue Hassiba Ben Bouali. Un jeune homme est décédé suite à l’affaissement d’un balcon dans la même rue», explique-t-il.
Interrogé sur le plan Orsec, il a estimé qu’il est en vigueur, mais «est-il applicable sur le terrain ‘», a-t-il ajouté.
En conclusion, il reconnaît que les risques sont énormes, notamment en raison de la vétusté des bâtisses. Plusieurs d’entre elles sont déjà déclarées sinistrées par le Contrôle technique de construction (CTC). Et l’hiver ne fait que commencer…*.letempsdz-28/10/2012 

**Les billets vétustes de 200 DA seront entièrement retirés du marché avant la fin de l’année

Les billets vétustes de 200 DA, émis depuis 1983,  seront entièrement absorbés de la circulation par Banque d’Algérie avant la  fin de cette année, a indiqué mardi le gouverneur de la Banque, Mohamed Laksaci.

P101021-14

« Nous avons décidé d’absorber les billets de 200 DA qui datent de 1983  et il ne reste en circulation que 15% des billets de cette coupure. Avec la  collaboration des banques, nous allons achever cette opération d’absorption  avant la fin de l’année en cours », a promis M. Laksaci alors qu’il répondait  aux interrogations des députés concernant le rapport de conjoncture économique  et monétaire de 2011.       

Les transactions effectuées en vieux billets de 200 DA ont atteint 140  milliards de DA (1,77 milliards de dollars au taux de change actuel) depuis  1983, selon le gouverneur qui a souligné que cette somme restait « minime comparée  au montant global des transactions fiduciaires ».       

Mais il ne faut pas qu’il y ait amalgame entre le retrait graduel des  billets vétustes de 200 DA, qui a été entamé en 2011, et le retrait définitif  du marché de toutes les coupures de 200 DA, chose qui n’est pas envisageable  et qui nécessite une décision du Conseil de la monnaie et du crédit, a précisé  à la presse un haut responsable à la BA.   

L’absorption des billets vétustes de 200 DA « veut tout simplement dire  que chaque billet qui rentre à la Banque d’Algérie n’est plus redistribué »,  a-t-il souligné.    

Evoquant l’incendie qui avait touché en août dernier le siège de l’Hôtel  des Monnaies, M. Laksaci a fait savoir que l’enquête qui a été ouverte à cet  effet « se poursuit pour définir les origines de l’incident », rappelant que les  réserves des papiers fiduciaires ainsi que les équipements de l’institution  n’ont pas été affectés. L’impression des billets de banques et des papiers fiduciaires avait d’ailleurs  repris son cours dès la fin août parallèlement avec une livraison hebdomadaire  normale des passeports biométriques, a-t-il encore rappelé.*El Watan avec APS-30.10.2012.

**une délégation algérienne à la session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN

Une délégation commune des deux chambres du Parlement prend part du 9 au 12 novembre à la 58ème Session annuelle de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN) qui se tiendra à Prague (République Tchèque), indique mardi un communiqué du Conseil de la Nation. Les parlementaires de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN examineront plusieurs thèmes dont « l’Afghanistan : horizons 2014″, « donner à l’OTAN les moyens de concrétiser ses aspirations à l’horizon 2020″ et « les causes et conséquences de la crise de l’Euro ».
« Les révolutions dans le Monde arabe : les dimensions économiques et les défis à relever », « le printemps arabe et ses conséquences sur la sécurité euro atlantique », « l’Afghanistan et la sécurité au sud-est de l’Asie », et « le programme nucléaire iranien », figurent également parmi les thèmes qui seront débattus.
La délégation parlementaire qui prend part régulièrement aux réunions de l’Assemblée parlementaire de l’Otan en sa qualité de membre partenaire méditerranéen sera conduite par Mohamed El-Oued, président de la commission de la défense nationale au Conseil de la Nation, indique-t-on.*APS-07.11.2012.

*Les Marocains toujours « hantés » par les Algérien!

Pour se défendre après la très faible performance et les mauvais résultats des Jeux olympiques de Londres, Kamal Lahlou, le vice-président du Comité national olympique marocain, a déclaré au journal Le Matin : « Aujourd’hui, l’expérience marocaine est citée comme exemple partout !?. Elle démontre la complémentarité et le travail en harmonie entre le ministère de la Jeunesse et des Sports et le CNOM. Alors que dans d’autres pays comme l’Algérie, ils sont à couteaux tirés entre leur comité olympique et le ministère. D’ailleurs, Rachid Hanifi s’en va parce qu’il ne s’entend plus avec son ministre. Ainsi donc au Maroc, on voudrait toujours expliquer leurs échecs et leurs politiques en pointant l’Algérie et les Algériens…c’est devenu une manie chez eux! (Radar-22.08.2012.)

**Prise record à Aflou de drogue dans un camion venu du Maroc ….Les éléments des Douanes d’Aflou, au sud-ouest du pays, ont mis la main dans la nuit de lundi à mardi, à 2h du matin, sur 1,5 tonne de cannabis.
Ce coup de filet fait suite, selon nos sources, à un changement de stratégie, à savoir l’improvisation d’une patrouille nocturne au lieu de l’habituel dispositif de contrôle. Les trafiquants qui acheminaient la drogue dans un camion venu du Maroc ont été pris de court. Seul le chauffeur a été arrêté. (.lesoirdalgerie-29.08.2012.)

**32 kg de cannabis traité rejetés par la mer à El Marsa-Chlef…. Mardi passé les forces de police de la sûreté de daïra d’El Marsa à Chlef ont découvert un colis rejeté par la mer. Le colis en question renfermait 32,015kg de cannabis traité, sous forme de plaquettes. Une enquête est en cours au niveau de la sûreté de daïra d’El Marsa.
Mardi passé les forces de police de la sûreté de daïra d’El Marsa à Chlef ont découvert un colis rejeté par la mer. Le colis en question renfermait 32,015kg de cannabis traité, sous forme de plaquettes. Une enquête est en cours au niveau de la sûreté de daïra d’El Marsa. (Midi dz-29.08.2012.)

*L’Administration marocaine « freine » les revendications légitimes du peuple sahraoui … L’Administration de l’occupation marocaine s’emploie, avec la collaboration de certains agents et colons marocains, à « saper » l’accueil réservé par les populations sahraouies dans les territoires occupés du Sahara occidental à la délégation américaine des droits de l’Homme, a rapporté lundi l’agence de presse sahraouie (SPS). Les autorités « craignent » que les populations sahraouies sortent manifester pour revendiquer leur droit à l’autodétermination et dénoncer « les violations flagrantes » des droits de l’homme dont est victime le peuple sahraoui, a indiqué SPS citant une source des droits de l’Homme sahraouie. Cette situation a amené les autorités d’occupation à « organiser une contre manifestation » pour tenter de discréditer les revendications des populations sahraouies après celles organisées samedi et dimanche soir faisant des « victimes parmi les citoyens sahraouis », précise encore la même source. Conduite par la présidente de la fondation Robert-Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme, Kerry Kennedy, et quatre autres organisations internationales. La délégation des droits de l’Homme était arrivée vendredi à Laâyoune (capitale du Sahara occidental occupé) pour faire le bilan des droits de l’Homme dans la région, et relever les obstacles qui se dressent devant la dans la protection des citoyens sahraouis. Dès mercredi, la délégation américaine des droits de l’Homme se rendra dans les camps des réfugiés sahraouis.
L’Administration de l’occupation marocaine s’emploie, avec la collaboration de certains agents et colons marocains, à « saper » l’accueil réservé par les populations sahraouies dans les territoires occupés du Sahara occidental à la délégation américaine des droits de l’Homme, a rapporté lundi l’agence de presse sahraouie (SPS). Les autorités « craignent » que les populations sahraouies sortent manifester pour revendiquer leur droit à l’autodétermination et dénoncer « les violations flagrantes » des droits de l’homme dont est victime le peuple sahraoui, a indiqué SPS citant une source des droits de l’Homme sahraouie. Cette situation a amené les autorités d’occupation à « organiser une contre manifestation » pour tenter de discréditer les revendications des populations sahraouies après celles organisées samedi et dimanche soir faisant des « victimes parmi les citoyens sahraouis », précise encore la même source. Conduite par la présidente de la fondation Robert-Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme, Kerry Kennedy, et quatre autres organisations internationales. La délégation des droits de l’Homme était arrivée vendredi à Laâyoune (capitale du Sahara occidental occupé) pour faire le bilan des droits de l’Homme dans la région, et relever les obstacles qui se dressent devant la dans la protection des citoyens sahraouis. Dès mercredi, la délégation américaine des droits de l’Homme se rendra dans les camps des réfugiés sahraouis.(Le Midi dz -29.08.2012.)

**Banki Moon renouvelle sa confiance à  Christopher Ross dans son poste d’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental…. «Après des mois de blocage inutile et des décennies de souffrance du peuple sahraoui, le Front Polisario espère une reprise rapide des négociations et appelle le Conseil de sécurité à prendre la situation en main et accélérer le processus en arrêtant un calendrier précis et une date limite pour la tenue d’un référendum d’autodétermination en vue de mettre un terme au conflit maroco-sahraoui comme le recommandent le droit international et les résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité», a indiqué le coordinateur sahraoui avec la Minurso (Mission des nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental) Mhamed Khadad, cité par une dépêche de l’agence de presse sahraouie SPS du 26 août 2012. Il est à remarquer que le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères qui a plaidé pour une «relance de l’intégration régionale» dans le cadre de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), a laissé entendre dans l’entretien accordé à Jeune Afrique que le différend maroco-algérien sur la question du Sahara qui a servi d’alibi et de chantage au retard que connaît la construction du Maghreb ainsi qu’à l’ouverture des frontières terrestres avec l’Algérie «ne devrait plus être un obstacle à l’évolution d’autres problématiques». Le Sommet de l’UMA qui doit se tenir à Tunis avant la fin de l’année, sera axé sur trois «priorités: la libre circulation des capitaux et des hommes, la mise en place d’une zone de libre-échange et la création d’instruments juridiques et financiers pour accompagner les investissements», a confié Youssef Amrani…
Kerry Kennedy aujourd’hui à Tindouf
La délégation de la Fondation Robert-Kennedy, qui doit publier un rapport sur la situation au Sahara occidental au terme d’une visite au Maghreb, s’est entretenue, hier matin à Rabat avec le Conseil national des droits de l’Homme (Cndh), un organisme officiel marocain. En provenance de Laâyoune, chef-lieu du Sahara occidental, où elle a notamment rencontré ces derniers jours des élus locaux et des responsables d’associations indépendantistes sahraouies et pro-marocaines, la délégation a également échangé avec des parlementaires, selon sa présidente Kerry Kennedy. De même source, elle devait se rendre dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf.  ( lexpressiondz-29.08.2012.)

**Quand Marseille prépare le printemps français…Si le printemps arabe a commencé par l’immolation d’un vendeur a la sauvette en Tunisie, celui de la France commencera surement par le règlement de compte entre les gangs sur fond de rejet politique. Une vague de règlements de comptes à Marseille bouscule les autorités françaises. Une élue locale a demandé jeudi l’intervention de l’armée pour rétablir l’ordre dans la deuxième ville de France. Le gouvernement a catégoriquement exclu cette option, mais promet un « programme d’action ».Le gouvernement a prévu une réunion le 6 septembre à cette fin. Le débat a été lancé au lendemain du 19e règlement de comptes dans la région de Marseille depuis le début de l’année. Un homme de 25 ans a été tué d’une rafale de kalachnikov mercredi soir, portant à 14 le nombre de personnes tuées dans ces règlements de comptes sur fond de trafic de drogue depuis le début de l’année dans la ville et 19 dans la région. Une élue socialiste, Samia Ghali, maire d’un arrondissement de Marseille, a demandé l’intervention de l’armée pour faire « face aux engins de guerre utilisés par les réseaux » criminels et les trafiquants de drogue. « Cela ne sert plus à rien d’envoyer un car de police pour arrêter des trafiquants. Quand dix d’entre eux sont arrêtés, dix autres reprennent le flambeau. C’est comme combattre une fourmilière », a-t-elle déclaré. Mais le ministre de l’Intérieur Manuel Valls lui a clairement répondu: « il est hors de question que l’armée puisse répondre à ces drames et à ces crimes. Il n’y a pas d’ennemi intérieur ». Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé que le concours de l’armée n’était « en aucun cas envisagé ». Maire de Marseille depuis 17 ans, le sénateur de droite Jean-Claude Gaudin a estimé que la ville avait « besoin de renforts de police » et non « d’un appel à la guerre civile ». « Mobiliser l’armée face au grand banditisme n’est en aucun cas une solution », a lancé M. Gaudin, 72 ans.(.reflexiondz-02.09.2012.)

**Un double attentat suicide sur une importante base militaire américaine de l’Otan dans le centre de l’Afghanistan a tué hier à l’aube au moins douze Afghans et fait des dizaines de blessés, ont indiqué des responsables.
Un premier bilan avait fait état de six morts dans cet attentat, selon des responsables de la police du district de Sayedabad dans la province de Wardak (centre).
L’attentat a tué au moins dix civils et deux policiers afghans, selon un nouveau bilan des autorités locales, mais aucun soldat étranger selon un porte-parole des forces de l’Otan en Afghanistan (Isaf).
«Un homme à pied s’est fait exploser près de l’entrée de la base (…) permettant à un camion d’accéder au lieu et d’exploser à son tour», a expliqué le porte-parole du gouvernement de la province, Shahiddullah Shahid. «Le nombre de blessés est si important que nous n’arrivons même pas à tous les compter. Le marché de Sayedabad a été en grande partie détruit», a indiqué le porte-parole de la police locale, Abdul Wali. Selon un témoin, une échoppe située près de la base a été «entièrement détruite» par la très forte explosion. De nombreux civils afghans travaillent dans et à proximité des bases de l’Otan en Afghanistan..(L’Expression-02.09.2012.)                

*Des reportages sur la Syrie et la Libye une année après…. »Les jihadistes ont infiltré l’armée syrienne libre et font courir à sa révolution », le risque tant craint de la transformer en guerre sainte. Les magazines français, L’Express et Le Point ont consacré des reportages ciblés à la Syrie en envoyant des journalistes à la rencontre de ces révolutionnaires dont l’image n’est pas forcément celle que nous renvoient les chaînes arabes, leur bras médiatique.
Snipers, torture, salafistes jihadistes constituent le décor de l’ASL qui s’achemine, selon les reporters vers un scénario à la libyenne. Sinon pire.
De son côté, Jeune Afrique revient sur le drame libyen à un peu moins d’une année de la mort de Kadhafi. Un pays qui se remet à vivre mais où les gens ont la gâchette facile alors que les fantômes du dictateur sont partout et prêts à réagir comme ils l’ont démontré la semaine dernière. Les élections démocratiques n’ont pas suffi à faire taire les armes, ni les sanglantes querelles tribales. La liberté est retrouvée comme le prouvent l’éclosion des titres de presse, des chaînes de radio et de télévision, mais tout reste à faire dans ce pays… en ruines. (Liberté-28.08.2012.)

**destructions de sites soufis en Libye …La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé mardi à l’arrêt « immédiat » des destructions de sites soufis en Libye où des islamistes radicaux ont détruit samedi à coups de pelleteuse le mausolée d’al-Shaab al-Dahman, sage vénéré, au centre de Tripoli.
Dans un communiqué dont l’APS a eu copie, Mme Bokova a exprimé sa « vive préoccupation » suite à la destruction et à la profanation de sanctuaires soufis et bibliothèques à Zliten, Misrata et Tripoli en Libye, appelant les auteurs à cesser « immédiatement » ces actes.
Evoquant les destructions du Centre islamique de Cheikh Abdussalam Al-Asmar à Zliten, de la mosquée de SidiSha’ab à Tripoli, et du sanctuaire de Sidi Ahmed Zaroug à Misrata, elle a estimé que la destruction de lieux d’importance religieuse et culturelle « ne peut être tolérée ». « La première responsable de l’agence onusienne pour l’éducation et la science a exhorté les autorités libyennes et la société civile en général à prendre « toutes leurs responsabilités » pour la protection du patrimoine culturel et les sites d’importance religieuse, dans « l’intérêt des générations futures ».
Elle s’est par ailleurs félicitée que le Gouvernement libyen ait « clairement condamné » la destruction des sites et a indiqué que l’UNESCO était prête à fournir son assistance pour leur protection et leur réhabilitation. Pour la première fois en Libye, des extrémistes s’en sont pris ces derniers jours à des mausolées musulmans soufis, vision spirituelle et mystique de l’islam qui fait partie de la tradition religieuse du pays depuis plus d’un siècle. (APS-29.08.2012.)

**La tension monte en Tunisie…D’autres tensions en Tunisie s’ajoutant à des menaces de grève, notamment dans l’éducation, planent à l’approche de la rentrée scolaire prévue le 15 septembre 2012. Des centaines d’internautes ont rejoint les sites Internet, intitulés ‘Free Sami Fehri », pour défendre le patron de la chaîne tunisienne Ettounissiya TV ‘ producteur de l’émission satirique interrompue de marionnettes contre lequel une décision de justice a ordonné, samedi 25 août, son emprisonnement. Mais d’autres rappellent les liens entre M. Fehri et l’ancien régime de Zine El-Abidine Ben Ali, en diffusant notamment des images de l’ancien président déchu recevant le producteur en juin 2010, six mois avant la révolte populaire. ‘Je vais en prison dignement », a déclaré samedi M. Fehri sur une radio tunisienne. ‘Tout cela m’arrive à cause de quatre Guignols », a-t-il ajouté, en dénonçant des pressions contre cette émission critique envers Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, qu’il a lui-même interrompue à la veille de son procès. Il est à rappeler que M. Fehri est poursuivi pour des préjudices financiers causés à la télévision tunisienne à l’époque de l’ex-président Ben Ali, avec dix-sept autres personnes, dont un ancien conseiller de la présidence, Abdelwahab Abdallah et le beau-frère du président déchu Belhassen Trabelsi, actuellement au Canada.
Ce dernier était associé à M. Fehri dans sa société de production Cactus, qui détenait tous les contrats publicitaires de la télévision tunisienne. Placée sous contrôle judiciaire, nationalisée à hauteur de 51% par l’Etat après la chute de l’ancien régime, Cactus continuait néanmoins à fournir l’essentiel du contenu de la chaîne Ettounissiya fondée en mars 2011. Même s’il jouit du soutien du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), il n’en demeure pas moins que c’est son émission satirique qui lui vaut ses ennuis judiciaires. Le gouvernement, lui, a démenti ces accusations, arguant de la lutte contre la corruption.
Lotfi Zitoun, l’influent conseiller politique du Premier ministre Hamadi Jebali, a indiqué, sur la radio Express FM, qu’il s’agissait de ‘la chute de la première pièce du jeu de dominos », ajoutant que ‘d’autres dans le secteur des médias et d’autres domaines vont tomber dans les prochaines semaines ». Mais cette affaire intervient au plus mauvais moment, dans un climat entre les médias et le gouvernement devenu délétère. Plusieurs organes de presse et des représentants de la société civile accusent les islamistes de chercher à contrôler l’information jugée trop critique et de vouloir placer des fidèles à la tête des médias publics. Ces tensions s’ajoutent à d’autres en Tunisie, alors que des menaces de grève, notamment dans l’éducation, planent à l’approche de la rentrée scolaire prévue le 15 septembre. Tensions sociales d’abord, dues à une mauvaise situation économique, à une inflation repartie à la hausse en juillet et à des investissements industriels en berne, notamment dans le centre du pays où éclatent sporadiquement des troubles. Tensions politiques, ensuite : le président Moncef Marzouki, pourtant allié à Ennahda, a vivement critiqué, vendredi 24 août, ses partenaires islamistes, à l’ouverture du congrès de son parti, le Congrès pour la République (CPR), en les accusant de chercher à accaparer tout le pouvoir.
Dans une lettre lue à la tribune par l’un de ses conseillers, M. Marzouki n’avait pas mâché ses mots. (Liberté-28.08.2012.
)

** 21 personnes condamnées à mort et exécutées en une journée en Irak…Un porte-parole du ministère de la Justice irakienne a annoncé, hier, que vingt-et-une personnes, dont trois femmes, ont été exécutées, lundi, en Irak pour activités terroristes. « Le ministère de la Justice a fait exécuter lundi 21 personnes condamnées à mort dans des affaires de terrorisme, dont trois femmes terroristes », a indiqué Haidar Al-Saadi dans un communiqué sans préciser leur nationalité, ni la date des faits. Depuis le début de l’année, au moins 91 personnes ont été exécutées en Irak, notamment pour des actes de terrorisme et autres activités criminelles ce qui a alarmé des organisations de défense des droits de l’Homme, comme Amnesty international. En janvier, 17 personnes ont ainsi été exécutées et en février 14 autres pour terrorisme et activités criminelles. Le secrétaire de l’ex-président irakien Saddam Hussein, Abed Hmoud, arrêté en juin 2003 et condamné à mort, a été exécuté en juin. La Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, s’était dite il y a quelques mois choquée par ces exécutions et avait appelé le gouvernement à mettre immédiatement en place un moratoire sur la peine de mort. Amnesty International s’était également alarmée contre l’augmentation du nombre d’exécutions en Irak, et avait appelé les autorités à commuer les condamnations à mort en peines de prison ou à déclarer un moratoire.(lemaghrebdz-29.08.2012.)

**Le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies américain (CDC) a averti vendredi que 10.000 personnes sont susceptibles d’avoir été en contact avec un virus mortel lors de leur séjour dans le Parc national de Yosemite (Californie, ouest) cet été.
Au moins six cas de syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH), une maladie véhiculée par la salive ou l’urine d’animaux, notamment des souris, ont été détectés et d’autres cas potentiels sont surveillés. Deux des personnes infectées sont mortes. Toutes avaient en commun d’avoir séjourné dans le «Curry Village », une plaque tournante pour les visiteurs du spectaculaire Parc de Yosemite.
Le SPH est assez rare mais il est très dangereux: plus d’un cas sur trois est mortel. Il se manifeste dans un premier temps par des symptômes bénins, fièvre, maux de tête, problèmes intestinaux, toux… mais il peut rapidement devenir fatal. Il n’existe aucun traitement, une prise en charge rapide est donc indispensable pour augmenter les chances de survie des patients. Depuis que la maladie a été identifiée en 1993, une soixantaine de cas ont été diagnostiqués en Californie et 587 au total aux Etats-Unis. Plus d’un tiers des malades en sont morts.(L’Expression-01.09.2012.)

**Des pirates ont pris le contrôle d’un pétrolier grec, hier, dans le golfe de Guinée, au large du Togo, a annoncé le Bureau maritime international (BMI). Le navire, battant pavillon de l’île de Man et qui transporte du gasoil avec 24 membres d’équipage, a été abordé à son point d’ancrage, à 17 miles (environ 30 kilomètres) au large de Lomé, la capitale du Togo, selon Noel Choong, responsable du BMI à Kuala Lumpur. Les pirates ont échangé des tirs avec un patrouilleur de la marine togolaise parvenu sur zone après avoir reçu un signal de détresse du pétrolier grec, mais ils sont parvenus à s’échapper à bord du pétrolier qu’ils ont contraint à lever l’ancre, a-t-il précisé. Normalement dans cette zone, ils tiennent le bateau pendant quatre ou cinq jours, ils le pillent et s’emparent d’une partie de sa cargaison, généralement du gasoil, selon M. Choong. Il s’agit du second incident de ce type en moins de deux semaines dans le golfe de Guinée, où les actes de piraterie ont connu une nette recrudescence au cours du premier semestre. Le 19 août, des pirates y avaient abordé un pétrolier britannique avec 18 membres d’équipage. L’attaque n’avait pas fait de blessé et le navire a été libéré jeudi dernier au large du Nigeria. Selon un rapport du BMI publié en juillet, l’augmentation des actes de piraterie dans le golfe de Guinée est due en partie à une meilleure comptabilisation des attaques. Selon ce rapport, 32 attaques ont été signalées au large des côtes du Bénin, du Nigeria et du Togo entre janvier et juin, contre 25 en 2011. La plupart des raids impliquent un niveau élevé de violence, avec des dizaines de prises d’otages, précise le rapport. (lemaghrebdz-29.08.2012.)

**Des millions de personnes menacées par la flambée des prix alimentaires…Des millions de personnes sont menacées par la flambée des prix alimentaires mondiaux, causée par la sécheresse aux Etats-Unis et en Europe de l’Est, s’est alarmé jeudi le président de la Banque mondiale (BM), Jim Yong Kim.Les prix alimentaires ont encore augmenté brutalement et menacent la santé et le bien-être de millions de personnes », a déclaré dans un communiqué le président de la BM, assurant que l’Afrique et le Moyen-Orient étaient « particulièrement vulnérables ». Entre juin et juillet, les prix mondiaux du maïs et des graines de soja ont respectivement bondi de 25% et 17%, se hissant à des niveaux « sans précédent », a indiqué la Banque mondiale.ur cette période, les prix alimentaires dans leur ensemble ont augmenté de 10% et devraient « rester élevés et volatils sur le long terme », s’inquiète la Banque mondiale.
La hausse a été particulièrement brutale dans certains pays. Au Mozambique, le prix du maïs a flambé de 113% en un mois tandis que le sorgho – parfois utilisé comme alternative au maïs – a vu son coût bondir de 220% au Soudan du Sud et de 180% au Soudan, a détaillé la BM.elon l’institution, les conditions météorologiques ont joué « un rôle crucial » dans cette hausse des prix.La sécheresse aux Etats-Unis a considérablement endommagé les récoltes de maïs et de graines de soja dont le pays est le principal exportateur mondial », souligne la Banque mondiale, qui note aussi que l’été a également été particulièrement sec en Russie, en Ukraine et au Kazakhstan.’institution se dit « prête » à augmenter son programme d’assistance à l’agriculture, auquel elle consacre 9 milliards de dollars en 2012.(Ennahar-01.09.2012.)

*Extension du bénéfice du système du tiers payant ….Dans le cadre de l’amélioration continue de la qualité des prestations de sécurité sociale et de l’évolution du système Chifa, la Cnas informe ses assurés sociaux et les pharmaciens conventionnés de l’extension interwilayas du bénéfice du tiers payant produit pharmaceutique. Prévue pour le 2 septembre 2012 au niveau des wilayas d’Alger, Blida, Boumerdès et Tipaza, cette mesure touchera 2 600 000 assurés sociaux et leurs ayants droits soit 6 000 000 de bénéficiaires et 1 600 officines pharmaceutiques. Les assurés sociaux, relevant de ces wilayas et titulaires de la carte chifa, pourront ainsi que leurs ayants droits bénéficier du tiers payant prodit pharmaceutique auprès de toutes les officines conventionnées situées dans l’une ou l’autre des wilayas concernées et ce, quelle que soit l’agence d’affiliation. Enfin, cette opération sera par la suite étendue à l’échelle nationale à partir du 1er janvier 2013. (lemaghrebdz-29.08.2012.)

*Remarquable développement de la filière de la pomme de terre à Béchar…La culture de la pomme de terre est en plein essor à travers la wilaya de Bechar, et plus exactement dans la daïra de Tabelbella à près de 400 km au sud du chef lieu de la wilaya, au regard des résultats enregistrés durant la campagne 2011-2012. Au cours de cette campagne, une production de 1.800 quintaux de ce légume a été enregistrée sur une superficie de 600 hectares, localisée dans des périmètres de mise en valeur des terres en zones sahariennes, ont indiqué les responsables du secteur agricole de cette localité. La qualité des sols et les efforts fournis par les agriculteurs de la région ont permis la réalisation de cette production, qui sera encouragée par l’intensification de cette culture sur une superficie de plus de 1 500 ha au cours de la saison agricole 2012-2013, prévoit-on de même source. Pour la concrétisation de cet objectif, il est prévu aussi, au grand bonheur des agriculteurs, le lancement prochainement d’un programme d’électrification agricole des zones et périmètres agricoles dépourvus de cette énergie, et ce sur une douzaine de kilomètres, et l’ouverture de pistes agricoles sur un linéaire similaire. Les services agricoles de la wilaya, prévoient le lancement d’un projet d’équipement de plusieurs périmètres agricoles de cette daïra en systèmes d’irrigation de goutte à goutte, en plus du forage de nouveaux puits agricoles, avec une enveloppe globale de 942 millions de dinars dont a bénéficié la wilaya en 2012 pour la réalisation de plusieurs opérations retenues au titre du programme national du renouveau agricole, notamment son volet  »économie de l’eau », a assuré un responsable de la direction de l’agriculture de Bechar.  (lemaghrebdz-29.08.2012.)

** bras de fer au sein de l’Association des femmes algériennes chefs d’entreprise… Le bras de fer qui oppose Mme Hadjdjilani Samira au bureau exécutif de l’Association des femmes algériennes chefs d’entreprise (Seve) n’est pas près de connaître son épilogue. Ainsi, le bureau exécutif de l’association informe que son assemblée générale se tiendra avant le 20 septembre. Cette décision fait suite à la radiation de Mme Samira Hadjdjilani, née Bensouda, lors de l’AG élective de l’association le 30 avril écoulé.
La désormais ex-présidente de la Seve ‘ayant fait l’objet d’un retrait de confiance de la majorité des membres de l’AG élective (…) veut organiser une assemblée générale ce jeudi (aujourd’hui, ndlr) en contradiction avec les statuts, le code de l’éthique et les règles démocratiques », informe le bureau de la Seve. Selon les mêmes membres, ‘Mme Hadjdjilani négociait une sortie honorable avec les membres du bureau exécutif en disant vouloir déposer sa démission pour ne pas rendre publique sa radiation ».
Par ailleurs, le bureau de la Seve ‘met en garde contre une telle pratique » et informe que son assemblée générale se tiendra ‘avant le 20 septembre, conformément aux décisions du bureau exécutif ». De ce fait, ajoute le communiqué, ‘Mme Hadjdjilani ne peut prétendre tenir une AG au nom de la Seve ». (Liberté-30.08.2012.)

**1.090 litres de carburant récupérés… Les gendarmes des brigades d’Abalessa et de Tamanrasset ont présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Tamanrasset, deux (02) personnes pour contrebande de carburant. Deux (02) véhicules et 1.090 litres d’essence ont été saisis. L’une a été placée sous mandat de dépôt pendant que l’autre a été remise en liberté provisoire.
Les gendarmes des brigades d’Abalessa et de Tamanrasset ont présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Tamanrasset, deux (02) personnes pour contrebande de carburant. Deux (02) véhicules et 1.090 litres d’essence ont été saisis. L’une a été placée sous mandat de dépôt pendant que l’autre a été remise en liberté provisoire. (le Midi dz-29.08.2012.)                                 

**Tiaret: Un jeune se coupe l’organe génital la nuit de son mariage…mercredi 29 août 2012, tard dans l’après-midi, un jeune-homme âgé de 30 ans, résidant dans la commune de Takhemaret à quelques 100 km du chef-lieu de wilaya de Tiaret, s’est isolé dans un lieu loin de son domicile et loin des yeux et des regards, est passé à un acte des plus inexplicables, et usant d’une lame, il s’est coupé l’organe génital. Tout en sang, des membres de sa famille pris par la panique, ont cru qu’il s’agissait de quelconque agression, alors que les préparatifs du mariage de ce jeune allaient bon train…  devant cette scène de panique, tout a tourné au drame et l’information a fait le tour de la région. Partout dans les ménages, on parlait de ce jeune qui voulait mettre fin à ses jours, avec une forme d’expression des plus insolites. Se couper l’organe génital pour signifier à la société le refus du mariage est plus explicite, le refus de la famille choisie. La scène d’horreur a suscité une violente réaction sociale où l’ironie se marie aux insultes et aux injures, le tout nageant dans la stupéfaction et la surprise. Personne ne s’attendait à cet acte immonde et crapuleux, prohibait par notre clémente religion et toutes les religions du monde. C’est vraiment une première dans les annales des tentatives de suicide ; et ne laissant pas ce jeune otage à la douleur, les membres de la famille l’ont évacués d’urgence à l’hôpital « Ibn Sina » de Frenda, et vu la gravité des blessures, le jeune a été transféré à l’EPH « Youcef Damerdji » de Tiaret, et bienheureusement, l’équipe du bloc opératoire a manifesté une grande volonté et un sérieux indescriptible pour sauver ce jeune, qui pris par une crise de démence, s’est amputé l’organe génital sans, peut-être mesurer les conséquences. A 19h, l’intervention chirurgicale a été réussie, apprend-on auprès de M. Mokrane, directeur d’EPH qui ajoute : « Nous avons mobilisé une grande équipe de chirurgiens, de psychologues, d’urologues et d’infirmiers pour sauver ce jeune, qui a osé amputer l’organe génital, et actuellement il est avec les psychologues pour mieux cerner ce phénomène. Le jeudi 30 août, le jeune a été transféré à l’hôpital psychiatrique de Tiaret, et à ce niveau, le docteur médecin traitant nous dira : « Nous essayons de comprendre les origines psychiques de cet acte. C’est une automutilation ». ( reflexiondz-01.09.2012.)

**********************************

*200 arbres sauvagement abattus a Tébessa: un crime contre la nature… Plus de 200 arbres de la famille des pinacées et autres se trouvant juste en face de la direction de l’éducation, ayant plus de 20 ans d’âge, ont été abattus sauvagement il y a maintenant plus d’une semaine.
L’autorisation d’abattage a été délivrée par la Conservation des forêts dans l’objectif d’ériger à leur place un misérable rond-point. Cet acte inqualifiable a suscité l’indignation de la plupart des citoyens qui le considèrent comme «crime odieux sur l’environnement». «Un paysage désolant, on aurait cru qu’il y a eu un grand tremblement de terre», commente un citoyen, un émigré qui venait d’arriver à Tébessa. Pour sa part, l’association Minerve pour la sauvegarde des ruines et la protection de l’environnement, a été scandalisée; elle a jugé cette action «barbare, ayant complètement dénaturé l’environnement».
Elle a saisi le président de la République et le ministre de l’Environnement par un écrit (dont une copie a été remise à El watan), leur demandant d’envoyer une commission pour enquêter sur la dégradation sans précédent de l’environnement que connaît cette wilaya depuis plus d’une décennie, notamment concernant l’abattage d’arbres centenaires, et ce sous divers prétextes: construction, extension de routes, etc. Compte tenu également de l’importance de ces arbres ornementaux qui entourent l’un des plus grands mémoriaux des martyrs de la wilaya de Tébessa, certains moudjahidine ont décidé à leur tour de saisir leur ministère.
Avant cela, rappelons-le, un biotope de plus de deux hectares, peuplé par plus de 200 cigognes blanches qui existait depuis plus de 50 ans, a connu en toute impunité et inconscience une sauvage opération d’abattage par des particuliers dans le but de s’accaparer un lot de terrain pour y construire des habitations, avec le silence complice des autorités, à leur tête la direction de l’environnement.(El Watan-23.08.2012.)

**- 31 096 hectares ont été détruits depuis le mois de juin 2012 à ce jour.
- Les feux de maquis ont dévoré 10 790 hectares.
- Les feux de récoltes ont dévasté 3 405,5 hectares de blé et 846 hectares d’orge.
- Les soldats du feu ont sauvé près de 15 000 hectares de blé et d’orge.
- Les feux ont détruit 162 805 arbres fruitiers alors que 64 038 arbres ont été sauvés.
- 4 336 palmiers sont partis en fumée et les 26 979 autres sauvés in extremis.
- 291 339 bottes de foin ont été ravagées par les flammes. Les sapeurs-pompiers ont réussi à sauver 111 135 unités à travers le territoire national.
- Les maîtres-nageurs ont effectué 39 728 interventions à travers 14 wilayas du pays.
- 63 513 207 est le taux d’affluence sur les plages depuis juin dernier, date de l’ouverture de la saison estivale.
- Le nombre total de décès sur les plages surveillées s’élève à 25 dont 10 morts pendant la surveillance.
- Le nombre de décès dans les plages interdites s’élève à 62 morts.
- Le nombre de personnes sauvées d’une noyade certaine est de 26 449 personnes.
- Le nombre d’accidents liés à l’utilisation de jet-skis et de barques de plaisance est de 15 cas.
- La Protection civile est dotée d’un système relié en live à l’Office national de météorologie de Dar El-Beïda qui lui permet d’anticiper en cas de sinistre ou de situation exceptionnelle.
- Ce système permet aux officiers de l’opérationnel de superviser toutes les unités territoriales et les groupements de renfort.
- La Protection civile algérienne est directement reliée au Centre international de gestion des catastrophes naturelles. Ce centre unique est le seul dans tous les pays du Maghreb et d’Afrique. Tous ces pays le sollicitent en cas de situation d’urgence.
- La Protection civile est également dotée d’un état-major, équipé d’une salle spéciale qui permet de gérer une catastrophe en présence des hautes autorités du pays. La gestion se fait en temps réel, à l’image de tous les sinistres qui se déclenchent au quotidien. (Liberté-28.08.2012.)

**50.000 oliviers ravagés par les flammes  dans la wilaya de Tizi-Ouzou….Quand on connait l’importance que revêt cet arbre fruitier, on imagine aisément ce que vaut la destruction de pas moins de 50.000 oliviers suite aux feux de forêt déclarés principalement en ce mois d’août dans pratiquement les quatre coins de la wilaya de Tizi-Ouzou. 50.000 est encore un chiffre provisoire et il faudrait attendre la fin des incendies mais aussi le bilan final qui sera établi par les responsables de la communication au niveau de la protection civile de la wilaya de Tizi-Ouzou afin de pouvoir se prononcer sur ce qui s’est passé en cet été. Au total également, pas moins de 4.000 hectares de couvert végétal sont partis en fumée, indiquent les mêmes sources qui précisent que c’est le bilan le plus lourd de ces dernières années. Depuis le premier juin dernier jusqu’à hier matin, il a été enregistré 472 départs de feux dans diverses forets de la wilaya de Tizi- Ouzou. En plus des oliviers, des centaines autres arbres fruitiers ont été détruits mais les oliviers occupent plus de 90 % des dégâts relevés sur ce genre d’arbres. En omparaison avec l’année dernière, le bilan de cette année est quatre fois plus lourd puisqu’en pareille période, il a été enregistré 1.000 hectares de forets parcourus par les feux avec 6.910 arbres touchés contre 50.999 arbres en 2012. Quant au nombre de foyers de feux recensés en 2011, il était de l’ordre de 218. C’est en 2007 qu’une pareille fournaise avait été relevée sur le même territoire avec notamment des dommages s’élevant à 238 départs de feux ayant entrainé la destruction de 4.222 hectares et 23.018 oliviers.
Les feux de cette année, ajoutés à la difficulté du jeûne au mois de Ramadhan, ont fait de cet été une période des plus éprouvantes pour le citoyen de la wilaya de Tizi-Ouzou, à l’instar de ceux du reste du pays. Des températures que d’aucuns qualifient d’inédites dans la région. Ajoutez à cela le problème épineux des coupures fréquentes du courant électriques qui n’ont épargné aucun endroit de la wilaya y compris le chef-lieu de la wilaya et la Nouvelle-Ville, d’habitude épargnés par ce genre de désagrément. Les coupures d’électricité empêchent donc les citoyens de faire fonctionner les climatiseurs qui ont démontré ces dernières années qu’ils constituent la seule véritable parade contre les chaleurs suffocantes. Mais cette année, le climatiseur n’a pas pu être d’un grand secours à cause du problème des interruptions de l’électricité. Les mêmes chaleurs exacerbées par les feux de forêt ont aussi créé des problèmes de santé à des centaines de citoyens. Le service des urgences médicochirurgicales du centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed a enregistré une affluence record particulièrement durant toute la période du mois de Ramadhan.
Quand on connait l’importance que revêt cet arbre fruitier, on imagine aisément ce que vaut la destruction de pas moins de 50.000 oliviers suite aux feux de forêt déclarés principalement en ce mois d’août dans pratiquement les quatre coins de la wilaya de Tizi-Ouzou. 50.000 est encore un chiffre provisoire et il faudrait attendre la fin des incendies mais aussi le bilan final qui sera établi par les responsables de la communication au niveau de la protection civile de la wilaya de Tizi-Ouzou afin de pouvoir se prononcer sur ce qui s’est passé en cet été. Au total également, pas moins de 4.000 hectares de couvert végétal sont partis en fumée, indiquent les mêmes sources qui précisent que c’est le bilan le plus lourd de ces dernières années. Depuis le premier juin dernier jusqu’à hier matin, il a été enregistré 472 départs de feux dans diverses forets de la wilaya de Tizi- Ouzou. En plus des oliviers, des centaines autres arbres fruitiers ont été détruits mais les oliviers occupent plus de 90 % des dégâts relevés sur ce genre d’arbres. En omparaison avec l’année dernière, le bilan de cette année est quatre fois plus lourd puisqu’en pareille période, il a été enregistré 1.000 hectares de forets parcourus par les feux avec 6.910 arbres touchés contre 50.999 arbres en 2012. Quant au nombre de foyers de feux recensés en 2011, il était de l’ordre de 218. C’est en 2007 qu’une pareille fournaise avait été relevée sur le même territoire avec notamment des dommages s’élevant à 238 départs de feux ayant entrainé la destruction de 4.222 hectares et 23.018 oliviers.
Les feux de cette année, ajoutés à la difficulté du jeûne au mois de Ramadhan, ont fait de cet été une période des plus éprouvantes pour le citoyen de la wilaya de Tizi-Ouzou, à l’instar de ceux du reste du pays. Des températures que d’aucuns qualifient d’inédites dans la région. Ajoutez à cela le problème épineux des coupures fréquentes du courant électriques qui n’ont épargné aucun endroit de la wilaya y compris le chef-lieu de la wilaya et la Nouvelle-Ville, d’habitude épargnés par ce genre de désagrément. Les coupures d’électricité empêchent donc les citoyens de faire fonctionner les climatiseurs qui ont démontré ces dernières années qu’ils constituent la seule véritable parade contre les chaleurs suffocantes. Mais cette année, le climatiseur n’a pas pu être d’un grand secours à cause du problème des interruptions de l’électricité. Les mêmes chaleurs exacerbées par les feux de forêt ont aussi créé des problèmes de santé à des centaines de citoyens. Le service des urgences médicochirurgicales du centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed a enregistré une affluence record particulièrement durant toute la période du mois de Ramadhan. (Le Midi dz-29.08.2012.)

*************************************************

**à douze ans, il devient le plus jeune étudiant d’une université

Xavier Gordon-Brown est un petit génie. Ce Britannique de douze ans est devenu le plus jeune élève inscrit à l’Université.




media_xll_5147802

 

 

 

 

Xavier Gordon-Brown est un petit garçon en apparence comme les autres. À la différence près qu’à douze ans, il est devenu le plus jeune étudiant à suivre des lectures à l’Université en cours du soir. Ce jeune garçon, habitant Haywards Heath (Sussex), n’en est pas à son premier record de précocité. En effet, en 2009, soit à l’âge de neuf ans, il a obtenu avec succès son GCSE, généralement attribué à 16 ans, avant d’obtenir, un an plus tard, une note d’excellence pour son GCE en mathématique que les étudiants britanniques passent généralement à 18 ans et qui ponctue deux années de spécialisation dans une matière spécifique.
Lui qui passe son temps libre à jouer au piano, au violon ou à la clarinette, à apprendre quatre langues (français, espagnol, mandarin et latin) mais aussi à jouer au football avec les copains de son âge, est même capable de réciter les 2000 premiers chiffres de Pi. « Certaines familles apprécient voir leurs enfants fréquenter des groupes de jeunes de leur âge », relate Erica, la maman de Xavier au Daily Mail. « Mais il est bon pour notre fils de fréquenter des gens plus âgés. L’intérêt de notre enfant pour les chiffres a commencé très tôt; il connaissait ses tables de multiplication à quatre ans et opérait des calculs mentaux à deux chiffres avant d’entrer à l’école », ajoute-t-elle.
Cette mère au foyer n’hésite d’ailleurs pas à accompagner son fils aux sessions nocturnes de lecture à l’Université de East Grinstead, deux ou trois fois par mois. « Notre fils se sent bien lorsqu’il est entouré d’enfants de son âge. Mais lorsqu’il s’agit de mathématique, il éprouve le besoin de cotoyer des gens à son niveau intellectuel ».* 7s7—19.09.2012.

**Un jeune dessinateur algérien primé en Chine…Un jeune adhérent de la maison de jeunes de Jijel a été récemment primé en Chine à l’issue d’un concours international de dessin, a-t-on appris samedi auprès de la maison de jeunes « Bounab Rachid » à laquelle ce jeune homme est affilié.
Le lauréat, Abderraouf Ouites (17 ans) a été sélectionné pour une oeuvre liée au thème de la protection de l’environnement, la lutte contre la pollution et les incendies, a indiqué à l’APS, son encadreur, Tahar Hedjaz, également calligraphe et président de l’association « les beaux arts » de Jijel.
Le jeune Abderraouf, membre actif de cette association depuis 2007, est élève de 2ème année secondaire au lycée Terkhouche-Ahmed, au chef-lieu de wilaya.
Il excelle dans les portraits et la nature morte et manie avec perfection le crayon et le fusain, dit de lui avec une note de fierté le président de cette association qui compte de nombreux adhérents.
Le lauréat de ce concours, lancé en avril 2011 depuis Pékin, recevra sa distinction des mains des responsables de la Direction de wilaya de la Jeunesse et des sports, a-t-on indiqué.*APS-16.09.2012.

**Obama refuse de rencontrer Netanyahu….a Maison blanche a rejeté une  demande de Benjamin Netanyahu de rencontre avec Barack Obamalors de la  prochaine visite aux Etats-Unis du Premier ministre israélien, a révélé  ce mardi un responsable israélien sous le sceau de l’anonymat.

Ce refus, a confié ce responsable à l’agence Reuters, est intervenu  après les désaccords entre les Etats-Unis et l’Etat hébreu sur  l’attitude à adopter face au programme nucléaire controversé de l’Iran. L’entourage de «Bibi» Netanyahu a demandé qu’une rencontre avec le  président américain soit organisée à l’occasion de la visite, courant  septembre, du chef du gouvernement israélien lors de la session annuelle  de l’Assemblée générale des Nations unies. «La Maison blanche nous a répondu qu’une rencontre ne semblait pas  possible compte tenu de l’emploi du temps du président», a précisé le  responsable israélien. Depuis 2009, Benjamin Netanyahu a été reçu par l’actuel occupant de  la Maison blanche lors de tous ses déplacements aux Etats-Unis. Les deux  hommes entretiennent des relations personnelles dépourvues, dit-on, de  toute chaleur.Mardi, le Premier ministre israélien a de nouveau menacé d’attaquer  l’Iran en expliquant que si la communauté internationale refusait de  fixer une «ligne rouge» à Téhéran en matière nucléaire, elle ne pouvait  pas demander à Israël de rester sans réaction.*Reuters-11.09.2012.

**Interdiction de fumer dans les endroits publics : à quand l’interdiction ?

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre le tabagisme, une conférence sur “la législation et le tabac” s’est tenue au Forum d’El Moudjahid.

64_slide_1_120531030410

Elle a été organisée par l’association El-Fedjr, Farhou Yamina, juriste, et le Pr Salim Nafti, président de l’Association algérienne de pneumologie et allergologie y étaient présents pour débattre de l’interdiction de fumer dans les endroits publics. “Il y a un arsenal juridique contre le tabac instauré depuis 1985. Ces lois sont relatives à la protection et la promotion de la santé en interdisant le tabagisme dans les lieux collectifs”, a indiqué la juriste. Et d’ajouter : “Ces lois n’ont jamais été appliquées dans les milieux de travail ou les endroits publics. Ces articles restent faibles car aucune sanction n’est exécutée sur les fumeurs.” Les non-fumeurs sont “asphyxiés” et ne possèdent aucun “moyen juridique à l’encontre des fumeurs”, a-t-elle souligné.

Pour dénoncer les agissements des “pollueurs”, une campagne aura lieu tout au long de l’année. Les initiateurs de cette démarche tenteront de faire appel “au Parlement pour appliquer ces lois”.

“Ce n’est pas aux médecins de se battre mais à la société civile d’agir pour la sensibilisation mais surtout pour la mise en œuvre des lois”, a proposé le Pr Nafti. Parmi les objectifs de cette mobilisation, “protéger les mineurs et les non-fumeurs”.

Les conférenciers ont insisté sur l’obligation de mentionner “les dangers de la cigarette sur le paquet. Aussi, l’inscription du taux des produits en gros caractères. Dans le cas contraire, des sanctions doivent être prononcées à l’encontre de la Ligue syndicale du tabac”. Pour la réussite de cette opération, le pneumologue suggère l’implication et “un engagement politique”. Dans son intervention, il a mis en cause tout un système. “Les policiers n’interdisent pas la vente dans les rues. La douane laisse passer le tabac roulé et le ministère du Commerce l’autorise.”

Selon l’article 3 de la loi 85-05 de février 1985, “l’usage du tabac est interdit dans les établissements scolaires d’enseignement préparatoire, de formation professionnelle et les lieux utilisés pour l’accueil et l’hébergement des mineurs”. À ce propos, une enquête a été réalisée en 2004, dans le secteur est d’Alger, révélant que “dans le primaire de 5 à 11 ans, le taux de fumeurs est de 3%, soit 3 à 7 cigarettes par jour. Au moyen, ils sont 12% âgés de 12 à 14 ans à fumer, cela veut dire que ces ados consomment entre 4 à 8 clopes par jour. Concernant les lycéens de 15-17 ans, le taux est estimé à 26% de fumeurs, soit 6 à 7 cigarettes par jour”, a annoncé le Pr Nafti.

Pour rappel, un total de 15 000 morts par an est provoqué par la cigarette en Algérie. “Cela insinue 40 personnes meurent du cancer du poumon chaque jour et nous avons 8 000 cas de cancer par an. Notre objectif est de rendre le tabac inaccessible et non pas l’interdire”, a-t-il conclu.* 31.05.2012.

**200 bébés abandonnés en six mois a Oran…

Le ministre de la Solidarité a, lors de l’une de ses visites, recommandé l’élargissement de la pouponnière d’Oran de manière à contenir le flux important des nouveau-nés.

La prise en charge des nouvelles naissances et la nécessité de rapprochement des mères célibataires des services locaux

Un nouveau-né abandonné a été découvert vendredi près d’une maison appartenant à une femme habitant dans le quartier de Medioni. Aussitôt la découverte faite, les services locaux de la police se sont saisis de l’affaire tandis que le nouveau-né a été pris en charge par les services de l’action sociale en le plaçant dans la pouponnière d’Oran.
La wilaya d’Oran continue à vivre, ces dernières années, au rythme effréné d’un phénomène qui prend des allures vertigineuses, l’abandon des nouveau-nés. Tout compte fait, en six mois, les services sociaux locaux ont recensé pas moins de 200 cas d’abandon de nouvelles naissances, toutes issues de relations extraconjugales. Le sujet n’est plus tabou dans une société qui continue à subir les conséquences des mutations sauvages et le bannissement brutal des unités sociales.
Le phénomène, qui ne cesse de constituer un sujet à polémique sur la place publique, notamment en matière de prise en charge et les moyens à mettre en place aux fins de le juguler du moins l’atténuer, est de plus en plus ahurissant. Le ministère de la Solidarité nationale a, en tirant implicitement la sonnette d’alarme, ouvert le dossier ces dernières années. Comme première mesure, il a été procédé à l’ouverture d’une nouvelle pouponnière inaugurée par Djamal Ould Abbès, alors ministre de la tutelle. Dans l’une de ses visites, il est allé jusqu’à recommander l’élargissement dudit établissement afin de faire face au flux important des nouveau-nés. Sur un autre registre, en plus des enfants handicapés qui sont automatiquement pris en charge par la pouponnière d’Oran, des dizaines d’autres ont récemment fait l’objet de placement au sein de familles, alors que peu d’autres ont été remis à leurs mères biologiques.
«La dernière disposition, qui entre dans le cadre du rapprochement de la mère de son enfant, tend à tisser des liens solides autour de la petite victime», a-t-on expliqué ajoutant que «dans cette mesure, les services de l’action sociale assurent un suivi rigoureux en mettant en exergue l’application des textes de loi». Ceci dit, tout châtiment corporel et autres maltraitances sont aussitôt et sévèrement réprimés avant que l’enfant ne soit retiré à sa mère biologique. Les mêmes services sont en passe de briser autant de tabous en envisageant d’ores et déjà, d’organiser de vastes campagnes de sensibilisation et de vulgarisation au profit de larges couches sociales.
Le sujet principal tournera autour de l’action sociale, la prise en charge des nouvelles naissances et la nécessité de rapprochement des mères célibataires des services locaux en vue de leur expliquer que «l’erreur peut accidentellement avoir lieu mais sans pour autant l’amplifier au point de braver l’interdit en jetant le nouveau-né dans la rue». Un autre fait qui n’est pas à négliger nécessite une réelle prise de conscience. Il s’agit des mères célibataires. Le phénomène n’est pas un simple point de vue étant donné que plus de la moitié des mères célibataires (60%) sont âgées de moins de 25 ans, dont 20% sont des mineures âgées entre 15 et 17 ans.
L’absence de prévention et de sensibilisation risque d’amplifier davantage ce phénomène qui doit être traité «dans un cadre global loin de toute forme d’inégalité des chances entre les hommes et les femmes pour réduire les cas des mères célibataires», a indiqué un psychologue tout en préconisant «la nécessité de se rapprocher de ces mères».* L’Expression-09.09.2012.

**salon international de bâtiment, du logement et des travaux publics «Batiwest…Oran du 9 au 12 novembre 2012

Pas moins de 350 exposants nationaux et étrangers sont attendus à la 9ème édition du salon international de bâtiment, du logement et des travaux publics «Batiwest «2012 qui se tiendra du 9 au 12 novembre prochain au palais des expositions d’Oran de M’dina J’dida a annoncé hier M. Ouali manager du groupe Sogexpo organisateur de l’évènement. 14 pays européens, américains, asiatiques et maghrébins seront représentés lors de cette manifestation économique, un espace d’échanges et de concertations entre les professionnels du secteur de l’immobilier et de l’habitat. Ce carrefour incontournable dédié à l’immobilier intervient dans un contexte marqué par le lancement de nombreux projets dans le cadre du programme quinquennal. «L’Algérie et particulièrement Oran, deuxième ville du pays se modernise et il est temps d’acquérir de nouvelles idées de construction afin d’améliorer la réalisation et l’esthétique des nouveaux appartements» a noté notre interlocuteur précisant que les professionnels doivent désormais se pencher sur l’aspect qualitatif et esthétique de nos constructions, surtout que le programme présidentiel porte déjà sur la réalisation d’un million de logements dont 30.000 de type socio participatifs qui doivent être livrés d’ici la fin de l’année, selon les directives du président de la république. Dans la capitale de l’ouest du pays, le défi est grand compte-tenu des efforts considérables entrepris par le wali d’Oran, après le lancement du projet de réalisation de 6.500 logements LPA. Outre le participatif, la wilaya a décidé également d’inscrire un projet de création d’une nouvelle ville du côté de Oued Tlélat. Une ville qui s’étalera sur une superficie de 2.000 hectares, un projet ambitieux qui pourra mettre un terme à la crise du logement à Oran, puisque cette nouvelle ville pourra abriter 350.000 habitants pour un programme de 100.000 logements. les grands axes de cette politique de modernisation, pour laquelle le wali a promis d’accompagner ces promoteurs en leur garantissant plusieurs facilitations notamment en matière de délivrance en un temps record, des permis de construire, de crédits au niveau des banques et autres facilitations dont les procédures administratives seront enrichies lors de ce carrefour d’échanges. Cette édition placée sous le slogan «le rôle de l’habitat cinquante ans après l’indépendance» offrira plus d’opportunités d’investissements et de coopération entre nationaux et exposants, puisque des groupements d’entreprises turques, polonaises, italiennes, françaises, allemandes, espagnoles, portugaises, chinoises, marocaines et tunisiennes, entre autres seront présentes. Outre cette participation massive, des banques et des compagnies d’assurances vont prendre part à cet évènement, où le défi sera sans doute grand, car il sera question de répondre à un marché national en pleine mutation économique caractérisé par une série de projets inscrits dans le cadre de la relance économique.
Les exposants nationaux vont faire part de leur savoir faire notamment dans l’habitat et les matériaux de construction, où plusieurs expériences seront apportées dans le cadre de cette manifestation. Ceux-ci pourront développer la coopération avec leurs homologues étrangers, et tisser des relations commerciales en échangeant les différentes expériences. *Quotidien.Oran-10.09.2012.

**3,8 tonnes de kif saisies au nord de Béni Abbès (241 km au sud de Béchar)….Une quantité de 3,8 tonnes de kif traité a été saisie, hier à 40 km au nord de la ville de Béni Abbès (241 km au sud de Béchar), a-t-on appris auprès du 3e groupement régional de la Gendarmerie nationale. Deux trafiquants, qui acheminaient cette quantité de drogue dans un camion à destination du nord du pays, ont été tués à la suite du renversement de leur véhicule qui était pourchassé par une brigade mobile de la Gendarmerie nationale, en patrouille de surveillance dans une zone désertique relevant de la daïra de Béni Abbès, a-t-on précisé à la cellule de communication du 3e Groupement régional. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale pour déterminer la provenance exacte de cette drogue et l’identification d’éventuels complices des deux trafiquants décédés, a-t-on signalé de même source.*L’Expression-10.09.2012.

**Les enseignants font leur rentrée aujourd’hui..(mardi 04 septembre 2012.)….Finies les vacances pour les enseignants qui reprennent aujourd’hui du service avant d’accueillir les élèves le dimanche 9 septembre. Si la rentrée pour les enseignants des cycles primaire et moyen s’annonce plus ou moins calme, ce n’est pas le cas pour le secondaire dont les enseignants redoutent le spectre de la surcharge des classes. Selon les syndicats du secteur, cette problématique minera la rentrée d’autant que certains établissements risquent de se retrouver avec une cinquantaine d’élèves par classe. Cette situation résulte de l’arrivée en 2008 et 2009 des doubles cohortes de l’ancien et du nouveau système du moyen. Ces mêmes promotions se retrouveront donc cette année au niveau du cycle secondaire. «Au final, ce sont les enseignants qui auront à gérer cette situation au quotidien et seront tenus responsables des retards dans les programmes», soulignent les représentants du CLA. «C’est l’une des rentrées les plus catastrophiques pour notre cycle, ajouté au problème de surcharge des classes, le manque d’enseignants dans les matières essentielles telles que les mathématiques, la physique et le français. Il est impossible pour les enseignants de travailler dans ces conditions », a souligné M. Bachir Hakem porte-parole du CLA. Pour ce dernier, ils seront plus de 70 000 enseignants au niveau du cycle secondaire avec un déficit important en encadrement. Meziane Meriane coordinateur du Snapest expliquera que le problème de surcharge dans les lycées résulte aussi du retard enregistré dans la livraison des établissements qui devaient absorber le nombre important d’élèves. «Le choix d’entreprises défaillantes est à dénoncer du fait qu’elles ont enregistré des retards de quatre à cinq ans. De ce fait, des commissions d’enquête doivent être désignées», a souligné Meziane Meriane. Ce dernier évoquera aussi une autre préoccupation des enseignants, à savoir la question des œuvres sociales. Il dira à ce propos que «le secteur se retrouve avec une gestion centralisée avec une absence de transparence». Pour sa part, le président de l’Unpef Sadek Dziri abondera dans le même sens en évoquant une rentrée spéciale. Il mettra aussi en avant, le problème des enseignants du primaire qui appréhendent les retombées du nouveau statut particulier et qui, selon lui, n’ont pas obtenu gain de cause. Il s’agit plus spécialement des enseignants avec ancienneté qui attendent de passer à la nouvelle catégorie en vain. «Ils sont prêts à bénéficier d’heure de formation pour passer a la nouvelle catégorie mais il n’y a pas eu de réponse dans ce sens de la part de la tutelle», a expliqué Sadek Dziri notant, par ailleurs, que le problème des enseignants malades reste entier pour cette rentrée. «Nous nous sommes entendus avec le ministère de l’Education pour entamer le système de médecine du travail mais ils ont décidé d’opter pour un arrêté relatif aux postes aménagés. Toutefois et à ce jour, nous n’avons rien vu venir», notera le syndicaliste. *lesoirdalgerie-04.09.2012.

**20ème congrès international du Fiqh islamique à Oran… du 13 au 18 septembre 2012

Plus de 150 experts algériens et étrangers prendront part à la 20ème édition du congrès international du Fiqh islamique prévue du 13 au 18 septembre courant à Oran, a indiqué, mardi dernier, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Bouabdallah Ghlamallah. « Toutes les dispositions sont prises pour assurer les meilleures conditions pour l’accueil des participants et le bon déroulement de cette rencontre », a déclaré le ministre après avoir visité le Centre des conventions d’Oran « Mohamed BenAhmed » qui abritera les travaux du congrès. M. Ghlamallah a également fait savoir que cette manifestation internationale permettra d’aborder plusieurs thématiques contemporaines sous l’angle de la jurisprudence islamique, notamment dans les domaines de la médecine, de l’économie, des finances et du droit. Le directeur de la Culture islamique auprès du ministère des Affaires religieuses, M. Boumediene Bouzid, a indiqué, de son côté, que le congrès du fiqh islamique sera sanctionné par une série de recommandations spécifiques aux sujets développés. La transplantation et le don d’organe, l’instruction judiciaire, la peine capitale, les services bancaires et des assurances, figurent parmi les thèmes à débattre par les spécialités attendus en provenance de 47 pays de différents continents, a précisé M. Bouzid. Cette rencontre, qui sera organisée pour la première fois en Algérie et en Afrique, réunit tous les deux ans les membres de l’Académie internationale du Fiqh islamique, organe officiel de l’Organisation de la Conférence islamique. La précédente édition (19e) s’était déroulée à Dubaï (Emirats Arabes Unis). D’éminents spécialistes, à l’instar des muphtis d’Egypte et du Sultanat d’Oman, sont attendus à cette manifestation qui verra la présence du Secrétaire général de l’OCI, M. Ikmal Eddine Ihsan Uglu et de ministres des Affaires religieuses de certains pays. Au cours de sa visite de travail dans la capitale de l’Ouest, M. Ghlamallah a également inspecté des mosquées appelées à abriter des séances (dourouss) qui seront animées en marge du congrès par certains participants.* lemaghrebdz-06.09.2012.

**Le président égyptien, Morsi, étudie de près les Constitutions turque et algérienne…Lors d’un séminaire sur la transition en Egypte, les Constitutions algérienne, turque et pakistanaise ont été étudiées. Il s’agissait de se pencher spécifiquement sur le rôle de l’armée. L’auteure de l’étude est Virginie Colombier d’Arab Reform Initiative, un centre de recherche sur la question de la réforme, qui a déjà publié des études sur l’Algérie. Les chercheurs et les politiques égyptiens, dont le président Mohamed Morsi, tentent de connaître la nature et le statut des relations entre les civils et les militaires et leur déclinaison dans les Constitutions. **lexpressiondz-05.09.2012.

**Les Européens aiment les acteurs politiques inspirés par l’Islam…Le Commissaire européen en charge de l’Elargissement et de la Politique de voisinage, Stefan Füle, se montre bienveillant vis-à-vis des islamistes. «L’UE, plus que tout autre acteur international, doit accompagner et soutenir les transitions qui portent leurs fruits. Partageant elle-même l’Histoire et le destin de la Méditerranée, elle ne doit pas craindre les succès électoraux des acteurs politiques inspirés par l’Islam», a-t-il affirmé. C’était lors d’un entretien avec le Centre d’information pour le voisinage européen. Tunisie, Maroc et Egypte sont parmi les pays à avoir enfanté des régimes islamistes…**lexpressiondz-05.09.2012.

**La liste des professeurs hospitalo-universitaires émérites pourrait être révisée….La liste des professeurs hospitalo-universitaires émérites tarderait à être validée par les pouvoirs publics.
Selon des indiscrétions, certains professeurs ne répondraient pas aux «critères universels de l’Eméritat», tandis que d’autres se sont retrouvés sur cette liste alors qu’ils faisaient partie de la commission nationale de sélection. Au niveau des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé, on évoque la possibilité de révision de l’ensemble du processus de désignation.*.lesoirdalgerie-05.09.2012.

**Droits de l’homme …Le tribunal de Ksar El Boukhari (Médéa) a requis, hier, un an d’emprisonnement à l’encontre du militant des droits de l’homme Abdelkader Kherba jugé pour «outrage à un représentant de l’autorité». M. Kherba, membre de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh), avait été arrêté le 21 août lors d’une manifestation contre les coupures d’eau dans sa ville proche de Médéa. Il s’apprêtait à filmer la manifestation quand un policier l’en a empêché par la force, les deux hommes avaient alors échangé des invectives. Mais selon ses avocats, sa comparution, hier «n’a rien à voir avec cette manifestation». «Un agent d’accueil a déposé plainte contre Kherba pour insultes après qu’il lui a interdit le 3 juin de rencontrer le secrétaire général de la daïra (sous-préfecture) sans rendez-vous», selon le procès-verbal d’audition cité par la défense.
Environ 80 personnes étaient présentes dans la salle parmi lesquelles la mère, la soeur et les deux frères de l’accusé ainsi que des membres de la Laddh..**lexpressiondz-05.09.2012.

*L’explosion d’une bombe artisanale a fait lundi dernier, un mort et trois blessés parmi les militaires en opération de traque d’un important groupe terroriste qui a été repéré dans les maquis d’Assif Feldoune, un oued qui sépare la municipalité de Tawrirt Ighil et celles de Béni Ksila et Toudja, a-t-on appris d’une source sûre.
L’explosion de la bombe s’est produite au moment où les militaires procédaient au déminage d’un sentier menant vers ces maquis fortement boisés et inaccessibles d’Assif Feldoune où le groupe armé s’est réfugié, précise notre source. Un important détachement militaire de l’ANP appuyé par les Patriotes de la région sont toujours en opération de ratissage dans ces massifs forestiers de Tawrirt Ighil. Tout le périmètre des maquis d’Assif Feldoune est encerclé par les militaires, en attendant l’assaut final par les forces spéciales de l’ANP pour débusquer le groupe armé.* lesoirdalgerie-05.09.2012.

**Afghanistan: Deux soldats américains de l’Otan tués dans un crash d’hélicoptère…Deux soldats de l’Otan sont morts mercredi dans la chute d’un hélicoptère dans l’est de Afghanistan, a annoncé la force de l’Otan (Isaf), ajoutant ne pas connaître les raisons du crash. Un peu plus tard dans la journée, un responsable du Pentagone a indiqué depuis Washington, sous le couvert de l’anonymat, que les deux soldats étaient américains et que l’appareil était un petit hélicoptère de type OH-58. Les talibans ont prétendu avoir abattu l’engin qui s’est écrasé selon les autorités locales dans le Logar, une province située juste au sud de Kaboul et largement infiltrée par les insurgés. C’est le troisième crash meurtrier d’un hélicoptère de la force internationale en moins de trois semaines, selon l’Isaf qui l’a annoncé sur son compte Twitter sans, comme à son habitude, divulguer la nationalité des victimes. La coalition, qui compte quelque 130.000 soldats, est composée à plus des deux tiers de soldats américains.*AFP-05.09.2012.

**Une délégation d’hommes d’affaires thaïlandais à Jijel…Conduite par la présidente du Conseil d’investissement thaïlandais, Mme Wassana Mitatano, une délégation d’hommes d’affaires de ce pays s’est rendue hier, à Jijel pour une visite d’information et de prospection des opportunités d’investissement et de partenariat dans cette région. Cette délégation qui comprend également des représentants du ministère algérien de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement, s’est rendue au port de Djendjen et sur le site de Bellara, qui totalise une superficie de 523 hectares, conçu en tant que future zone industrielle régionale intégrée. Sur place, la délégation a reçu des explications et des informations sur les potentialités et les opportunités offertes par la région de Jijel qui dispose d’infrastructures structurantes réalisées au cours des années 1990, ainsi que des projets de développement socio-économique concrétisés ou en cours de réalisation. Les membres de ladite délégation ont également reçu un exposé sur la future pénétrante autoroutière devant relier le port de Djendjen à l’autoroute Est-ouest, sur 100 km, jusqu’à la limite de la wilaya de Sétif. Une infrastructure de base prévue dans le cadre d’un important programme d’aménagement du territoire décidé par les pouvoirs publics.**.lemaghrebdz-05.09.2012.

*Festival « Lire en fête » .Du 1er au 15 septembre 2012

..à travers différentes régions de l’Algérie…

1345715590

*Festival « Lire en fête » pour vos enfants

Le coup d’envoi de la 2ème édition du festival « Lire en fête » a été donné, samedi dernier, à travers plusieurs wilayas du pays. Cette manifestation culturelle, devant se dérouler jusqu’au 15 septembre, vise en premier lieu à créer un lien solide entre l’enfant et le livre en appliquant un programme ludo-éducatif qui permet aux bambins de s’instruire tout en s’amusant.
Lancement en fanfare à Constantine

Le lancement du festival « Lire en fête » à Constantine a été marqué, samedi dernier, par un spectacle haut en sons et en couleur, exécuté sur le parvis de la maison de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa par la fanfare des Scouts musulmans algériens. Le défilé qui devait sillonner les artères principales de la ville à l’occasion de l’ouverture de cette manifestation, a été annulé par respect au sentiment de deuil qui a frappé la ville en raison de l’accident qui a eu lieu, vendredi dernier, dans un puits de la cité des 4 chemins à Ali Mendjeli et qui a coûté la vie à neuf personnes dont deux éléments de la Protection civile. Bien que réduite, la cérémonie d’ouverture de ce festival n’a pas manqué de créer une ambiance festive en plein centre-ville. Ne renonçant pas à leurs déguisements de carnaval, qui en homme-sandwich, qui en marionnette grandeur nature, les jeunes qui devaient participer au défilé ont spontanément transformé le parvis de la maison de la culture en piste de danse, amenant la fanfare des SMA à changer de registre musical, passant des marches paramilitaires en rythmes dansants. Outre ce spectacle de plein air suivi par de nombreux passants, une exposition d’instruments de musique, de livres pour enfants et de manuels scolaires, a ouvert ses portes au public, en attendant le lancement d’autres expositions similaires et d’autres spectacles et ateliers devant avoir lieu au théâtre de la ville, au palais de la culture Malek-Haddad et dans des structures culturelles du reste des communes de la wilaya, dans le cadre de cette manifestation.
lire-en-fete

Ateliers pédagogiques et artistiques à Oran
Plusieurs ateliers pédagogiques et artistiques sont au menu de la 2ème édition du festival « Lire en fête » qui s’est ouvert, samedi dernier, à Oran pour deux semaines d’activités à travers différentes communes de la wilaya. Un programme riche et variée a été élaboré dans ce cadre par le commissariat local de cette manifestation initiée à l’échelle nationale par le ministère de la Culture au profit du grand public et des enfants en particulier. Le jardin de la Maison de la Culture « Zeddour Brahim Belkacem » et l’esplanade de la médiathèque municipale se sont parées de leurs plus beaux atours à l’occasion du coup d’envoi donné en présence de la directrice de la Culture et des autorités locales. Une ambiance multicolore a marqué la cérémonie inaugurale qui a vu l’animation de divers spectacles comprenant musique, chant, danse, folklore et humour, proposés par des troupes artistiques et un groupe des Scouts musulmans algériens. Les organisateurs ont procédé ensuite à l’ouverture des ateliers pédagogiques et artistiques dédiés, entre autres, aux jeux de marionnettes, aux tours de magie, aux contes pour enfants, à l’esthétique, au dessin, à la lecture, aux travaux manuels et à la calligraphie. Le commissariat local du festival a programmé en outre des concours dans les activités précitées à l’effet de susciter le plaisir de la lecture et d’éveiller l’intérêt du public vis-à-vis des bienfaits que procure l’activité culturelle au plan de l’épanouissement psychologique et éducatif. Ce festival, qui coïncide avec le cinquantenaire de l’Indépendance, est aussi mis à profit pour rendre hommage aux personnes qui, de par leur vocation ou leur métier, contribuent à la promotion de la culture algérienne.
Départ de la bibliothèque itinérante à Batna

La 2ème édition du festival « Lire en fête » destiné à susciter et à stimuler le goût de la lecture chez les enfants a débuté, samedi dernier, à la bibliothèque du centre des loisirs et des sports de la cité Kechida, à Batna. Cette manifestation vise à « faire aimer la lecture aux enfants tout en promouvant le patrimoine culturel national », a indiqué, lors de la cérémonie d’ouverture, M. Abdallah Boughendoura, commissaire du festival. Le coup d’envoi du festival « Lire en fête » a été marqué par l’exécution d’une chorale qui a émerveillé le jeune public, ainsi que par l’inauguration d’un salon du livre pour enfants, d’une exposition de peinture, et par le départ d’une bibliothèque itinérante qui sillonnera les différents quartiers de la commune de Batna. Le programme de cette 2ème édition qui se poursuivra durant 15 jours, prévoit différents ateliers animés par des enseignants ainsi que des pièces théâtrales, des contes, des chorales et des spectacles d’arts lyriques. Des ateliers de calligraphie, de lecture dirigée et des stands de peinture et de dessin sont également au programme de ce festival qui tentera, selon M. Boughendoura, de « donner naissance à une histoire d’amour durable entre le livre et les enfants », à quelques jours de la rentrée scolaire.

Une affluence plutôt « timide » à Jijel
Le coup d’envoi du festival « Lire en fête », donné, samedi dernier, à la maison de la culture Omar-Oussedik de Jijel, a été marqué par une affluence plutôt « timide », a-t-on constaté. La manifestation qui en est à sa seconde édition ne manquera pas, toutefois, selon les organisateurs, d’attirer de nombreux visiteurs au fur et à mesure de son déroulement, a déclaré, M. Djamel Brihi, directeur de la maison de la culture. Deux spectacles pour enfants animés par la troupe de Constantine « Masrah El Leil » ont été donnés au cours de cette première journée à la grande joie des rares bambins qui ont afflué dans la grande salle de cet établissement. Le programme de cette journée a également été marqué par la mise en place d’ateliers de dessins et de spectacles de marionnettes, avec des concours du meilleur dessin et de mots croisés en langue arabe. Des récompenses ont été décernées aux lauréats de ces deux compétitions culturelles. Organisée conjointement par la direction de la culture et la maison de la culture, cette manifestation se veut un cadre idoine pour « inciter les jeunes à la lecture et à l’amour du livre pour en faire un compagnon fidèle », a encore souligné M. Brihi. Par ailleurs, le hall de la maison de la culture a abrité une exposition riche et variée de livres pour enfants ainsi que des ouvrages parascolaires et scolaires. La direction de la culture qui a prévu de généraliser cette manifestation dans huit communes de la wilaya a également mobilisé un bibliobus dans le cadre de ce festival culturel, ont indiqué les responsables locaux du secteur de la culture. (lemaghrebdz-03.09.2012.)

**Oran abrite la deuxième édition du festival « Lire en fête » du 1er au 15 septembres 2012, a-t-on appris mercredi auprès de la direction de la Culture de la wilaya. Cette manifestation revêtira un caractère et un cachet particuliers avec la célébration du 50ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale à travers l’organisation de concours pour enfants
autour de la glorieuse guerre de libération nationale et des chouhada, selon la
commissaire du festival, Mme Rabia Moussaoui. Au programme de ce festival, qui
se tiendra au jardin de la maison de la culture « Zeddour Brahim Belkacem », des
spectacles, des pièces théâtrales, des danses et des ateliers de calligraphie,
de lecture, d’écriture et de dessin seront organisés sur le thème « Patriotisme ».

Par ailleurs, un carnaval varié, animé par des enfants talentueux en chorale et
arts lyriques, est prévu à cette occasion ainsi qu’une exposition qui comprend
plusieurs stands dédiés à l’art des marionnettes pour enseigner aux enfants les
moyens de produire des contes, encadrés par des conteurs. Pour promouvoir la
culture de la lecture chez les enfants et le livre, les organisateurs ont prévu
plusieurs activités culturelles et artistiques au profit des enfants de six
communes, dont Arzew et Boutlélis outre la vente par dédicace de plusieurs
livres pour enfants. Les organisateurs prévoient également une réception pour
honorer un auteur spécialiste dans le domaine de la littérature pour enfants, la
plus ancienne bibliothèque à Oran et un enfant handicapé qui a remporté le
premier prix du concours de dessin organisé par la maison de la culture d’Oran. (Les echos d’algerie-03.09.2012.)

**Trois étudiants algériens lauréats du concours Microsoft Imagine Cup 2012

Trois étudiants algériens sont lauréats de la 8ème édition du concours Microsoft Imagine Cup 2012 dans le domaine des technologies et de l’innovation qui s’est déroulée en juillet 2012 à Sidney.
Il s’agit des étudiants Amine Bounoughaz de l’INELEC de Boumerdès, Tahar Zanouda de l’ESI et Amine Aboura de l’université de Chlef. L’Equipe algérienne a remporté la troisième place de ce concours avec son projet « Dialife », une plate-forme de santé en ligne qui répond aux besoins des diabétiques, sur les 350 projets retenus à l’échelle mondiale.

A cette occasion, Tahar Zenouda a affirmé lors d’une conférence de presse, organisée par Microsoft Algérie, pour l’annonce des résultats de 2012 et le lancement de la nouvelle édition, que l’obtention du troisième prix par l’Algérie, qui occupe la première place aux niveaux arabe et africain, à ce concours, « est le plus beau cadeau qu’on puisse faire à notre pays à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance nationale et constitue un honneur pour les étudiants algériens ».
L’équipe algérienne qui a pris part à ce concours a décroché la troisième place grâce « à la volonté, à la persévérance et à l’entente de ses membres », a-t-il estimé, ajoutant que cette victoire est à même « d’encourager tous les étudiants algériens à relever le défi, à participer massivement à la prochaine édition de ce concours qui se déroulera en Russie et représenter l’Algérie « avec brio ».
Le responsable de la plate-forme de développement chez Microsoft, Raouf Chebri a souligné que l’équipe Klein relevant de la société « peut espérer bénéficier d’une aide financière de Microsoft attribuée aux lauréats d’Imagine Cup, qui peut aller jusqu’à 1 million de dollars, un montant suffisant pour réaliser leur projet et faciliter la vie de millions de diabétiques à travers le monde ».
Le directeur général de Microsoft Algérie, Mourad Naït a salué la performance réalisée par l’équipe algérienne qui va encourager davantage les étudiants algériens et leur donner confiance en leurs capacités créatives à répondre à des problématiques mondiales.
Ces solutions peuvent être apportées en imaginant des applications reposant sur le cloud-computing, un concept révolutionnaire et puissant qui permet l’accès via le réseau internet à des ressources informatiques virtualisées et mutualisées, a-t-il expliqué. M. Naït a critiqué le phénomène de piratage sur le réseau internet « qui sévit en Algérie et qui a atteint un taux de 84%, en dépit de la législation algérienne rigoureuse en cette matière », estimant qu’une telle pratique « n’encourage pas la concurrence ».
Plus de 1200 étudiants algériens ont pris part à ce concours dont la finale a eu lieu en mai dernier dans la ville de Tlemcen. Microsoft a relevé le montant des prix de ce concours pour l’édition de 2013 soit 50.000 dollars pour le premier prix, 10.000 dollars pour le deuxième prix et 5.000 dollars pour le troisième prix, outre des prix décernés dans le domaine des technologies spécifiques (10.000 dollars pour le premier prix, 5.000 dollars pour le deuxième prix et 3.000 dollars pour le troisième prix).*APS-04.09.2012.

**Gingivite…L’accumulation de plaque dentaire est le plus souvent à l’origine de la gingivite. Elle se forme progressivement, à partir des débris alimentaires dont se nourrissent les bactéries buccales. A la longue, une sorte d’enduit finit par recouvrir la surface des dents, c’est le tartre. Lorsque cet enduit se solidifie et que la plaque dentaire commence à empiéter sur les gencives, celles-ci sont irritées, ce qui provoque une réaction inflammatoire. En pratique, il est important de consulter régulièrement son dentiste et de faire un détartrage tous les ans. Mais au quotidien, l’hygiène buccodentaire permet efficacement de prévenir la formation de la plaque dentaire (brossage après les repas, fil dentaire).*lesoirdalgerie-04.09.2012.

**Les émeutes à la chaîne qui ont secoué l’Algérie, l’année dernière, n’ont rien à voir avec la main étrangère, ni avec un quelconque complot ourdi de l’intérieur des murs. Une hypothèse chère à nos ministres, en mal d’explications, et brandie à chaque fois que la rue expire. C’est un peu le résumé du dernier rapport annuel de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme. Tout un programme. Le rapport dit aussi que l’emploi systématique de la matraque contre des manifestants pacifiques ne saurait être justifié ni toléré. Référence faite à la bastonnade des blouses blanches et des uniformes fripés de la garde communale. Une première en Algérie en dehors des protestations molles de démocrates en carton-pâte. Le Cncppdh détaille les raisons qui poussent les Algériens, à se lever un beau matin et à aller manifester dans les rues de l’indépendance. Marcher jusqu’à ce qu’une escouade d’uniformes charge. Dans la case des prétextes à défiler, tout y passe. Du générique droit à « la vie décente », à celui plus qu’improbable de « justice incorruptible », en passant par les classiques « un dispensaire pour notre douar », « un toit pour ma famille », « une école, une bonne ». Les Algériens marchent également pour ne plus subir le monopole de l’UGTA, prétendre à un boulot autrement qu’au noir, et dire et penser librement sans que cela soit porté sur leurs fiches de renseignements. La sécurité est aussi une raison pour aller se dégourdir les jambes. La Commission estime que la mercuriale a joué un rôle dans ces émeutes et ces vagues de protestation. L’institution, présidée par Me Farouk Ksentini, celui-là même qui a demandé à ce qu’on condamne les Algériens coupables de boycotter les urnes, estime que l’Etat des droits de l’Homme en Algérie laisse carrément à désirer. Les patriotes zélés, les gardiens du temple et les professionnels de la dénonciation en sont pour leur grade, eux tellement prompts à descendre en flammes les zéros pointés que nous collent chaque année les organisations des droits de l’Homme. Cette fois, le constat est de l’intérieur, domestique. Que faire alors ‘ Accuser Me Ksentini de rouler pour l’ennemi ‘ Affirmer qu’il a été manipulé à son insu et produire de faux témoignages ‘ Faire sortir les premiers marcheurs historiques du RND pour dénoncer ce rapport ‘ Pourtant, les rédacteurs de ce « brûlot » font le distinguo entre le printemps arabe et notre cycle émeutier. Pour eux, l’Algérien sort dans la rue pour dénoncer la hogra, un terme qui regroupe toutes les injustices du monde, et qu’il n’est aucunement dans son intention de demander le départ de quiconque. Si ce n’est du garde-champêtre coupable de braconnage. La Commission n’a pas levé de lièvres, ni éventé des secrets. Elle n’a écrit que ce que les Algériens vivent au quotidien. On n’avait pas besoin de Ksentini pour savoir que les droits de l’Homme en Algérie sont foulés aux pieds de quelques hommes. Mais c’est toujours bon de se l’entendre rappeler que la dimension humaine de l’Algérien passe en dernier après le dessert et le digestif..(le Quotidien d’Oran-26.08.2012.)

**La pagaille dans la wilaya d’Oran…17 hôtels « clandestins » mis en demeure
Alors que le commerce informel, les parkings illégaux et le squat des biens publics continuent à gagner du terrain dans la wilaya d’Oran, une autre activité illégale, et non des moindres, vient de voir le jour. Il s’agit de l’hôtellerie informelle dont le phénomène tend à se généraliser de façon inquiétante. En effet, ce sont 17 hôteliers clandestins qui ont ouvert illégalement leurs portes aux touristes, alors qu’ils sont tous démunis des autorisations d’exploitation. Les propriétaires de ces infrastructures ont tous été mis en demeure par la direction de tourisme de la wilaya d’Oran, a-t-on indiqué. La fermeture de ces hôtels est imminente dans le cas où leurs gérants ne rempliraient pas les conditions requises. Cette transgression de la loi a été mise à nu par les services du tourisme qui ont mené, tout récemment, une vaste campagne de contrôle. Il s’agit de mettre en évidence la qualification des infrastructures hôtelières.
K. R. I.
SaIda : 65 individus appréhendés
Le bilan des activités des services de la police judiciaire durant le mois de Ramadhan fait ressortir 58 affaires traitées. 65 personnes ont été arrêtées à l’issue du traitement de ces affaires. Les crimes et délits contre les personnes se taillent la part du lion dans ce décompte, puisque leur nombre s’élève à 34 cas qui se sont soldés par 37 interpellations. Le chapitre ayant trait aux atteintes aux biens avance un chiffre de 14 affaires traitées. 16 personnes ont été appréhendées et 8 ont été écrouées sur décision du juge d’instruction. Concernant le trafic de drogue, la police judiciaire a traité 4 affaires qui ont abouti à 7 arrestations et la saisie de 8 kg de kif traité.
F. Z.
BéNI SAF : Chute mortelle d’un agent communal
Jeudi dernier, vers 11h, les UMC de l’hôpital de Béni Saf ont enregistré le décès de B. H., 51 ans, bien avant son admission. Ce dernier, agent du service de nettoiement qui se trouvait assis sur le côté d’un tracteur qui remorquait une benne-tasseuse, aurait perdu l’équilibre en cours de route vers la décharge communale. L’incident s’est déroulé au quartier Bitour (plan II) où se trouvait un ralentisseur. Sérieusement atteinte à la tête, la victime présentait un traumatisme crânien qui lui a été fatal puisqu’elle a succombé à ses blessures peu avant son admission aux UMC. B. H., qui a laissé deux enfants, a été enterré le jour même au cimetière de Sidi Sohbi en présence d’une foule nombreuse.
M. L.
tlemcen : Un jeune agressé à l’arme blanche
Vendredi passé, B. A., un homme de 25 ans, a fait l’objet d’une lâche agression à l’arme blanche. L’incident s’est déroulé à l’intérieur du marché couvert situé en plein c’ur de la ville. évacuée dans un état critique vers les UMC de l’hôpital de Béni Saf, la victime a été transférée illico presto vers le CHU de Tlemcen. (Liberté-28.08.2012.)

**La vie se dégrade à Méchéria…De l’avis des citoyens de Méchéria et même des associations de quartiers, la cité des hauts plateaux s’est terriblement dégradée en matière de salubrité publique. Partout où l’on va, on est accueilli, si ce n’est pas par des ordures et des déblais de constructions, par les mauvaises herbes qui envahissent les quartiers et les cités d’habitat collectif, agressant de fort belle manière la vue des visiteurs.
Il est devenu une tradition à Méchéria, la quasi-totalité des entreprises qui opèrent à l’intérieur du tissu urbain, que ce soit dans les domaines de l’électricité, du gaz de ville, de la téléphonie ou encore de l’A.E.P. ne prennent jamais le soin de nettoyer les lieux, une fois leurs réalisations achevées. Et, de ce fait, presque toutes les grandes artères de la ville se retrouvent ainsi jalonnées de déblais et de blocs de bétons arrachés au sol, qui ternissent l’environnement immédiat des citoyens et gênent considérablement la circulation routière.
«Sincèrement, lance à notre adresse un citoyen frappé de désolation, les services de suivi technique sont loin d’honorer leurs missions. Il est inscrit dans les clauses des marchés publics des articles se rapportant au transport des déchets solides, la remise en état des chaussées et des trottoirs ainsi que le nettoyage général du site une fois les travaux achevés. Malheureusement, les entreprises de réalisation n’en tiennent pas compte et elles ne sont jamais pénalisées. Ainsi donc, et faute de rigueur dans le suivi technique, le modèle a fini par se généraliser à travers tous les chantiers. Et pour s’en convaincre, il suffit d’arpenter le boulevard Khedim Slimane où se trouve le siège de l’APC. Et là, on ne se fait pas prier pour constater les déblais des constructions qui se confondent avec les ordures et les sachets en plastique, agressant de fort belle manière la vue des visiteurs, notamment cette fosse à la bouche béante, creusée juste en face de la place du 24 Février pour les besoins d’on ne sait quel profit et qui fait l’objet d’un abandon de la part de l’entreprise de réalisation cela fait plus d’un mois.

** guerre des gangs à Annaba…La Coquette connaît une montée vertigineuse de la criminalité et la violence…Jamais Annaba n’a enregistré une situation sécuritaire aussi alarmante. Un cocktail d’insécurité, fait de crimes, de vols, d’agressions, mais surtout de chaos généré par une guerre des gangs.
Même les services de sécurité, les policiers en particulier, ne sont plus en sécurité, dans une wilaya où les arrondissements de police ne sont pas à l’abri des actes de violence, perpétrés par les bandes criminelles sillonnant les rues et ruelles de la ville d’Annaba. En effet, cela fait plus d’une semaine que les affrontements entre bandes rivales font le quotidien des quartiers d’Annaba devenus le fief de tous trafics, drogue, prostitution et armes… Les agressions se multiplient à Annaba, où chaque jour apporte son lot de victimes tailladées, blessées ou éventrées à l’arme blanche, dans l’impunité totale. Car, sommés par la hiérarchie de parer au plus pressé et de n’intervenir qu’en cas d’extrême urgence, les services de l’ordre voient leur autorité réduite face à des délinquants de plus en plus agressifs, mais surtout sans aucun égard aux textes de loi, qui, selon certains d’entre eux approchés devant le tribunal d’Annaba, se disent très sereins quant à leur position face à la justice. Cette dernière devant laquelle ils sont déférés pour tel ou tel acte criminel, mais retrouvent leur liberté au bout de quelques mois d’incarcération, à la faveur de la grâce présidentielle. Une situation qui met les éléments de la police sur la défensive. Certains d’entre eux, pour avoir tenté de faire respecter l’ordre public, en uniforme, se sont fait agresser par ces délinquants qui ne reculent devant rien. C’est pour dire que la wilaya d’Annaba est sous l’emprise des gangs et des dealers. Partout des agressions sont signalées aux services de sécurité souvent dépassés par l’ampleur de la tâche.
Pour deux comprimés hallucinogènes…
Les agressions à main armée sont légion, c’est tout Annaba, qui connaît une montée vertigineuse de la criminalité et la violence. Depuis, la daïra d’El Bouni jusqu’à Sidi Amar en passant par le chef-lieu de la wilaya, des centaines de personnes sont malmenées par des groupes organisés d’agresseurs, sous l’emprise des narcotiques, usant du même mode opératoire, la menace d’une arme blanche, sabres, crans d’arrêts et bombes lacrymogènes. Depuis moins d’une semaine, Annaba est plongée dans la psychose. Il a été enregistré un horrible crime, perpétré par trois frères sur un jeune, au quartier Didouche Mourad. A l’origine de cet acte, un règlement de comptes, que l’information judiciaire en cours, tente d’élucider. Aux mêmes motifs, une guerre à coup de sabres et bâtons a éclaté entre deux bandes rivales, composées de délinquants dudit lieu El Karya, et ceux du rond-point, dans la commune de Sidi Amar, occasionnant 5 blessés dont 02 dans un état grave. Au lendemain de ces affrontements, un autre foyer de tension opposant des gangs d’Oued Ennil et El Sarouel, pour la délimitation du champ d’action de chaque bande, a été à l’origine de graves blessures au sein des éléments des deux bandes. Dans la nuit de samedi à dimanche, une rixe a opposé deux jeunes habitant le vieux quartier de la ville d’Annaba, la place d’Armes en l’occurrence, fief de toute la criminalité à Annaba. Pour deux comprimés hallucinogènes, les deux jeunes âgés respectivement de 22 et 24 ans, dont l’un fraîchement sorti de prison, lors de la dernière grâce présidentielle, ont ouvert une brèche infernale à une véritable guerre de gangs, qui s’est étendue au cours de la révolution, le transformant en véritable champ de bataille.
A l’issue de l’intervention des services de sécurité, du deuxième arrondissement, le chef de bande, un jeune de 28 ans nommé «Allaoua», a été interpellé pour trouble à l’ordre public. N’ayant pas vu leur chef libéré, les éléments de la bande ont pris d’assaut le deuxième arrondissement de police, situé à la place d’Armes. Munis d’armes blanches, sabres, haches et bombes lacrymogènes, ils ont tenté de libérer leur caïd. Le pire a été évité de justesse, avec l’arrivée des renforts. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’aux premières heures de la matinée.
SOS, Annaba en détresse
Un incident, occasionnant des dégâts matériels, des véhicules de police endommagés entre autres. Au moment où nous mettons sous presse, un important dispositif des forces de l’ordre a été mis en place, effectuant, outre un ratissage de la vieille ville, des rafles au sein des bandes criminelles, qui s’est soldée par l’arrestation de plusieurs dizaines de jeunes délinquants, identifiés par les services de sécurité. Présentés devant le magistrat instructeur près le tribunal d’Annaba, ils seront placés sous mandat de dépôt, pour trouble à l’ordre public, attaque d’un arrondissement de police et tentative d’agression sur des policiers.
En attendant une solution urgente à cette situation chaotique, il est important de savoir quelles sont les raisons de cette recrudescence de la criminalité et violence à Annaba’ Quelles mesures prendre pour parer à ce phénomène’ Une situation désespérante pour des habitants qui réclament une présence policière plus importante. Selon certains citoyens «cette montée phénoménale de la criminalité est due à l’absence de l’Etat et la politique sécuritaire inefficace adoptée par le gouvernement» «La grâce présidentielle est une bouée de sauvetage, pour les voyous condamnés par la justice. Les magistrats ont ras-le-bol de revoir les mêmes délinquants, déférés à la même barre, pour être en fin de compte relaxés à chaque grâce présidentielle», se sont insurgés des citoyens. Ils ajoutent: «L’Etat qui a peur de bandes de voyous, pour éviter qu’ils ne le fassent chanter, en recourant au «lobby» de la contestation, n’a pas lieu d’être.» Notons que les habitants de toute la wilaya d’Annaba, vivent une véritable terreur du fait de l’ampleur des actes criminels, orchestrés par des bandes, dirigées par des caïds, face auxquels même les services de sécurité semblent dépassés. Par ailleurs, et selon une source sécuritaire, il est retenu au niveau de la sûreté de wilaya d’Annaba, un programme de lutte contre ces bandes organisées, avec la multiplication des opérations de descente dans les différents quartiers chauds d’Annaba.
En marge de cette situation préoccupante, il convient de signaler qu’au terme de leurs activités, les forces de l’ordre, relevant du département de la sûreté urbaine d’Annaba, ont au cours du mois d’août en cours effectué 3403 opérations, entre descentes et contrôles menés par les services sécuritaires à travers les 12 communes de la wilaya d’Annaba, aboutissant à l’arrestation d’une centaine délinquants et criminels recherchés.(lexpressiondz.-29.08.2012.)

**Un baigneur gravement blessé par un jet-ski a Aïn El-Turck -Oran…Les jet-skis font une fois de plus une victime sur une plage de la commune côtière d’Aïn El-Turck. Vendredi après-midi, aux environs de 18 heures, un jet-ski a violement heurté un baigneur âgé d’une quarantaine d’années à Paradis Plage. Le quadragénaire qui nageait à moins de dix mètres du rivage a été percuté au niveau de la tête par l’engin. Selon notre source, le pilote n’a même pas daigné s’arrêter pour s’enquérir des blessures de la victime. Cette dernière a été évacuée dans un état jugé sérieux vers le service des urgences de l’hôpital Tami Medjbeur d’Aïn El-Turck par les éléments de la protection civile. La police a ouvert une enquête pour localiser et appréhender le mis en cause. Notons que ce énième accident de la mer a suscité la colère et la consternation des estivants, qui ont exprimé leur ras-le-bol des exhibitions dangereuses de certains jet-skis navigant dans la zone de baignade. Il importe de rappeler dans ce contexte qu’une fillette, brillante élève âgée d’à peine 11 ans, qui venait de réussir avec brio son examen de passage à la sixième, a été mortellement fauchée l’été dernier par un jet-ski et ce, à moins de cinq mètres du rivage du lieudit «la p’tite plage». Le conducteur de l’engin, qui s’est présenté de son propre gré à la sûreté de police de la daïra d’Aïn El-Turck, après avoir dans un premier temps pris la fuite, a été traduit en justice. Il a été condamné pour homicide involontaire par le tribunal correctionnel d’Aïn El-Turck à une peine d’une année de prison ferme assortie d’une amende de 60 millions de centimes.(le Quotidien d’Oran-26.08.2012.)** Par ailleurs, un jeune estivant est mort noyé, vendredi après-midi, aux environs de 17 heures 30, au niveau d’une plage non surveillée située sur le territoire de la commune d’Aïn El-Turck, apprend-on auprès de la protection civile de Bouiseville. Le malheureux répondant aux initiales M.A., âgé de 18 ans, s’est aventuré aux environs de 15 heures avec un voisin de son quartier de résidence, situé dans la daïra de Zahana (W. Mascara), au large du lieudit «la p’tite plage», mitoyen à la plage de Beau Séjour. Les deux jeunes riverains ont été rapidement emportés par les forts courants marins prévalant en ce lieu. Des estivants ont pu sauver l’un d’eux de la noyade mais n’ont pas été en mesure malheureusement de faire de même avec la victime. Le corps sans vie a été repêché deux heures plus tard après l’alerte par les éléments de la protection civile de l’unité de Bouiseville, indique notre source. Notons que c’est le premier noyé après la fin du mois de ramadhan sur le littoral ouest de la wilaya d’Oran.le (Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**Un jeune de vingt cinq ans tué à l’intérieur de la mosquée El-Ghofrane-El-Oued, a la veille de l’Aïd El-Fitr… Dix neuf personnes des localités de Benamar et El-Oued dans la commune d’El-Chatt, daïra de Ben M’hidi dans la W. d’El-Tarf ont comparu le vendredi passé devant le tribunal de Dréan territorialement compétent pour répondre des chefs d’accusation sur le crime commis la veille de l’Aïd El-Fitr sur le jeune B.H âgé de vingt cinq ans à l’intérieur de la mosquée El-Ghofrane dans l’espace réservé aux ablutions. En effet, cette nuit là, une bagarre sanglante a éclaté entre bandes rivales pour la somme de 10.000 DA. Cette rixe entamée dans la rue pour finir dans la mosquée, s’est soldée par des blessés au nombre de dix et une perte en vie humaine sur une personne qui n’avait rien à voir avec les délinquants, et dont la mort a généré une vive émotion et une colère parmi les habitants de Benamar qui ont déclenché une vaste protestation.
S’en suivit alors une série d’arrestations par la gendarmerie entre accusés et témoins. Au terme de cette instruction préliminaire qui s’est achevée à une heure tardive de la nuit de vendredi dernier, cinq personnes ont été placées sous mandat de dépôt, quatre ont bénéficié d’une citation directe et le reste libéré.(Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**Plus de 3.700 nouveaux bacheliers ont été inscrits cette année dans les huit domaines qu’offre l’Université des Sciences et de Technologie d’Oran «Mohamed Boudiaf» (USTOMB), a indiqué hier au Quotidien d’Oran le vice- recteur chargé de la pédagogie, M. Mâamar Boudia. La part du lion de ces nouvelles inscriptions, a précisé notre interlocuteur, est revenue à la filière Sciences et Technologie (ST), domaine de prédilection de l’USTOMB, suivie par la filière Génie Maritime qui a drainé plus de 500 inscriptions, de la filière Sciences de la nature et de la vie avec plus de 760 inscriptions et l’architecture qui a totalisé plus de 350 nouveaux inscrits.
Par ailleurs, a annoncé le même responsable, le corps administratif et les enseignants sont appelés à rejoindre leurs postes dès le 2 septembre. La période allant du 2 au 13 du même mois sera consacrée aux examens de rattrapage, alors que les corrections et les délibérations s’effectueront du 13 au 20 septembre.
Les orientations pour les étudiants ayant achevé leurs troncs communs s’effectueront, quant à elles, du 20 au 27 septembre, a-t-il ajouté. Enfin, la reprise des cours pour les nouveaux bacheliers est programmée officiellement pour le 06 septembre alors que les anciens étudiants rejoindront les bancs des cours le 30 du même mois. S’agissant des transferts, ils s’effectueront, a annoncé M. Boudia, selon un programme bien défini. Les transferts internes (à l’intérieur même de l’USTOMB) sont programmés du 02 au 13 septembre, les transferts inter-établissements (dans la même wilaya d’Oran) du 09 au 20 septembre et les transferts inter-wilayas et inter-régions, du 20 au 27 septembre. S’agissant du volet post-graduation, l’USTOMB a ouvert pour cette année 2012-2013 52 postes en magister dans 09 spécialités. Des postes accessibles sur concours, a précisé le vice-recteur de l’USTOMB. Aussi, et dans le cadre du système LMD, 141 postes de doctorat sont ouverts, cette année, dans toutes les spécialités qu’offre ce système qui sont au nombre de 24. La nouveauté cette année pour les candidats au doctorat (LMD) est que la sélection s’effectue non seulement sur étude du dossier, mais aussi après le passage d’une épreuve écrite. Il y aura également, à l’occasion de l’année universitaire 2012-2013, six postes dans le cadre de l’école doctorale avec l’Agence spatiale (ASAL). Il est à noter, enfin, que le problème relatif à la reconnaissance des anciens DEUA (Diplôme d’études universitaires appliquées) vient d’être réglé définitivement, vu que les détenteurs de ce type de diplômes pourront désormais intégrer cette année le nouveau système LMD, au même titre que les ingénieurs de l’ancien système..(Quotidien d’Oran-28.08.2012)

**Deux patriotes portés disparus retrouvés morts-Chlef…Après d’intenses recherches effectuées par les services de sécurité à la suite de la disparition des deux frères, patriotes de leur état, portés disparus, la veille de l’Aïd El Fitr alors qu’ils se trouvaient dans leur exploitation agricole située au lieu dit Ouled Arbia, commune de Abou El Hassan, ces derniers ont été retrouvés morts ce vendredi. Leurs corps, portant des traces de brûlures, ont été découverts flottants dans une étendue d’eau non loin du lieu présumé de leur enlèvement. Selon nos informations, les deux cadavres étaient ligotés et se trouvaient dans un état de décomposition avancé. Les pompiers ont procédé à leur évacuation vers la morgue de l’hôpital de Ténès, où une autopsie devra être effectuée pour déterminer les circonstances exactes de leur mort..(Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**Israel a peur de l’Algérie qui n’a pas encore été « normalisé », commes les autres pays arabes…Il s’est avéré que la paternité de l’article concernant l’Algérie paru dans un journal jordanien puis repris par certains confrères chez nous a été faussement attribuée à l’expert et journaliste israélien Amos Héril. Ce n’est pas parce qu’il y a eu tromperie sur l’identité de son auteur qu’il faille déclarer infondé le fond de l’article. Peu importe qui se cache derrière l’article, ce qui est à retenir est qu’il donne à comprendre que l’Algérie est dans le collimateur de l’Etat sioniste et que les stratèges politiques et militaires israéliens ont dans leurs tiroirs un plan d’attaque contre elle car la considérant comme représentant une menace pour Israël.
L’information en soit n’est pas une révélation. Israël n’a jamais en effet fait mystère qu’il considère l’Algérie comme étant un Etat ennemi à neutraliser par tous les moyens y compris l’attaque militaire. Qu’un article paraisse rappelant comment l’Algérie est perçue en Israël et cela en un moment où le monde arabe dont elle est un des Etats est le théâtre de dramatiques bouleversements, cela doit interpeller la vigilance de ses gouvernants et de son peuple. En Israël mais en Occident aussi l’Algérie est vue sous le prisme d’un Etat dont les positions à leur égard ont été « malveillantes » avec constance et continuent à l’être malgré qu’elle ne soit plus la « Mecque » des révolutionnaires anti-impérialistes qu’elle fut dans les décennies 60 et 70. L’Algérie est le seul pays ayant fait partie du « front du refus » arabe de la reconnaissance de l’Etat sioniste et de l’hégémonie américaine dans le Maghreb et le Moyen-Orient à ne pas avoir encore été « normalisé ». Cela ne veut pas dire qu’il est à l’abri d’un tel destin. Il ne faut donc pas en conclure que l’Algérie est l’exception pour qui la « normalisation » imposée aux autres pays de l’ex-« front du refus » arabe n’est pas envisagée.
D’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre, le tour de l’Algérie viendra où elle deviendra cible d’opérations de déstabilisation. Sera-t-elle en situation de les déjouer ‘ L’état dans lequel elle se trouve actuellement fait craindre que cela va au contraire faciliter la tâche à ceux qui les entreprendront. Pour résister à l’ingérence étrangère, un Etat doit bénéficier du soutien et de la confiance populaires. L’on n’est pas dans ce cas de figure concernant l’Algérie. Le fossé qui sépare ses gouvernants du peuple est malheureusement par trop profond. Il en est devenu irrémédiablement impossible à combler. Au point que les Algériens en arrivent à être de plus en plus nombreux à se convaincre de l’idée du tout sauf le pouvoir failli qui les gouverne. Un état d’esprit qui peut encourager les tentatives les plus dramatiquement aventureuses. Et c’est à encourager la dérive sur cette voie que les ennemis de l’Algérie dont Israël travaillent souterrainement.
Il y a urgence que se produise un sursaut patriotique au sein de la société et des forces politiques pour provoquer le changement. Pacifiquement, il faut que le peuple algérien impose au pouvoir la nécessité de son départ qui est la condition « sine qua non » pour que le pays puisse envisager de faire l’économie d’une tragédie comme celles survenues dans d’autres Etats du monde arabe et à la survenance desquelles les Occidentaux et Israël ne sont pas étrangers.(Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**Le «Mujao» menace l’Algérie…Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a de nouveau menacé Alger de représailles si elle ne libérait pas trois terroristes arrêtés il y a une dizaine de jours à Ghardaïa. Parmi les hommes appréhendés par les forces spéciales de l’ANP figure Necib Tayeb, dit Abd Arrahmane Abou Ishak, chef de la commission juridique d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le communiqué du groupe armé, ce vendredi, précise que le Mouvement a proposé au gouvernement algérien «d’échanger nos frères qui ont été arrêtés par l’armée algérienne près de la ville de Ghardaïa par un des otages chez le Mujao».
Le 15 août, trois terroristes ont été arrêtés, lors d’une opération des forces spéciales de l’armée, dans la zone de Ghardaïa. Au moment de leur arrestation, les trois hommes se trouvaient à bord d’un 4X4, à l’entrée de la ville de Berriane et se dirigeaient vers la zone du Sahel, dans le Sud. Le Mujao affirme que leur offre a été rejetée. Cette sortie du groupe islamiste s’explique par sa proximité idéologique avec « Aqmi » dont il est l’allié sur le terrain, au nord du Mali.
Dans la pure ligne djihadiste puisée des préceptes d’Al Qaïda, le Mujao est impliqué dans l’enlèvement de trois ressortissants étrangers, membres d’ONG européennes travaillant dans des camps de réfugiés sahraouis près de Tindouf. Il a également revendiqué l’attentat kamikaze contre le groupement de gendarmerie à Tamanrasset, qui a fait 23 blessés, selon un bilan officiel. Il a surtout revendiqué l’enlèvement, le 5 avril dernier, de sept diplomates algériens au consulat d’Algérie à Gao, une des villes du vaste nord malien, tombées il y a cinq mois, entre les mains de ces groupes jihadistes. En mai, il avait exigé la libération de combattants islamistes prisonniers en Algérie et 15 millions d’euros pour relâcher les otages. Le 12 juillet, il a annoncé avoir libéré trois des sept otages et évoqué des «conditions» connues de l’Algérie pour la libération des autres captifs. Une autre lecture veut que le Mujao cherche, à tout prix, à minimiser les retombées de la mort de son chef d’état-major, en terre nigérienne où il était allé au secours de ses combattants. Cheikh Oumar Hakka, natif de la banlieue de Tombouctou, selon son CV personnel, s’engage très jeune dans les réseaux islamistes auprès de Mokhtar Ben Mokhtar. D’où cette sortie médiatique pour signifier que le Mouvement reste uni et maître du terrain. Devant l’attitude du gouvernement algérien, le communiqué menace Alger d’assumer les conséquences de son refus. Le porte-parole du Mujao, Adnan Abu Walid Sahraoui, explique qu’Alger dispose de moins de cinq jours pour «sauver la vie de l’otage», faisant référence au consul et à trois de ses collaborateurs, toujours détenus par le groupe armé. Cet ultimatum n’est pas le premier du genre puisque, en mai dernier, le Mujao avait donné trente jours au gouvernement algérien pour que celui-ci satisfasse ses deux revendications : le paiement d’une rançon de 15 millions d’euros et la libération d’islamistes détenus sur le sol algérien. «Nous avons l’intention de traiter les autorités algériennes avec fermeté. Nous défendrons nos frères moudjahidine jusqu’à la chute du régime militaire à Alger», ajoute sentencieux le communiqué..(Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**deux cadres de l’entreprise nationale des arts graphiques (ENAG), invités par une entreprise allemande dans le cadre d’accords, ont vécu l’enfer à l’aéroport de Francfort…Détenteurs du visa Schengen, les deux cadres Algériens ont été humiliés et rabaissés par des policiers allemands des frontières. Ils subiront surtout plusieurs interrogatoires durant plus de huit heures, dés leur descente de l’avion, le 11 mai à 15h30. Ils ont subi un interrogatoire en règle, jusqu’à 23h30 notamment sur les raisons de leur voyage. Selon leur témoignage rapporté par la presse nationale, les deux algériens détenaient le visa et l’invitation «d’une entreprise allemande, KBA» qui les attendait à la Foire des arts graphiques de Francfort. En dépit de ces deux documents, ils vont être expulsés. Motif: ils ont refusé de payer les 400 euros nécessaires selon la police allemande au déclenchement d’une procédure administrative qui permettra de trancher sur leur cas. Les deux cadres algériens refusent cette procédure, car ils avaient déjà payé auparavant 300 euros ‘’afin de défrayer la procédure engagée à notre encontre», ont-ils expliqué. Leur expulsion vers l’Algérie a été par la suite prononcée, et ils ont été placés sous contrôle judiciaire pendant plus de 37 heures. L’Algérie vient de réagir et de protester officiellement contre les maltraitances et les procédures vexatoires contre des ressortissants algériens à l’aéroport international de Francfort, en Allemagne. Les cas de refoulement et de comportements inhumains contre des algériens transitant par cette infrastructure aéroportuaire, en dépit du fait qu’ils étaient détenteurs de visa Schengen, ne pouvaient dès lors plus être tolérés.
Hier samedi, la nouvelle ambassadrice d’Allemagne à Alger a été convoquée au ministère des Affaires étrangères pour entendre les protestations officielles de l’Algérie contre ces pratiques vexatoires.
De tels désagréments auraient été vécus par d’autres algériens. La réaction du MAE doit être accompagnée par l’arrêt de ces pratiques vexatoires à l’encontre des algériens. Il ne s’agit pas d’un v’u ou d’une intention, mais bien plus du respect de la dignité des algériens et de l’Etat libre et indépendant que symbolise le passeport qu’ils détiennent.(Quotidien d’Oran-26.08.2012)

**Le monde réduit à une seule page électronique…Les dernières inventions dans le domaine des techniques de la communication ont révolutionné le monde. L’apport du téléphone portable, de l’internet, du micro portable, de Facebook, Twitter et autres supports est devenu déterminant dans la vie citoyenne.
Le monde n’est désormais réduit qu’à une seule page électronique, laquelle rapproche davantage entre eux les peuples et réduit considérablement le temps et surtout les distances entre les pays et leurs continents.
Mieux encore, le « live » introduit avec force cet aspect de l’ »instantanéité » de l’évènement et de l’information de manière générale dans nos m’urs et coutumes quotidiennes.
Et lorsque au sein du seul appareil téléphonique (le portable en l’occurrence) plusieurs fonctions s’y retrouvent pour l’occasion réunies pour la bonne cause de l’information, son propriétaire ne peut être qu’un journaliste en puissance, muni de tout cet arsenal didactique dissimulé entre ses propres mains ou à l’intérieur même de sa petite poche ! Bien plus que cela : il fait office d’une véritable agence d’information en devenir.
Décidément le monde de l’information et des télécommunications prend forcément son monde de vitesse. Ainsi, l’image comme le son sont transmis systématiquement, en perpétuels mouvements comme si on y était, à l’heure de l’évènement, sur ces mêmes lieux comme véritable acteur ou tout simple spectateur !
Le monde à présent bouge. Et avec lui, c’est tout son environnement politique, économique et culturel qui se met en mouvement…
Ces jeunes de Facebook prennent désormais une bonne longueur d’avance sur leurs médiocres gouvernants et leurs archaïques moyens de communication. Au moment où les premiers réalisent ces extraordinaires prouesses de l’ »instantané », ces derniers s’accrochent comme jadis et autrefois au différé, au ressassé et à cette information souvent périmée.
Ainsi, beaucoup de pays arabes réalisent enfin ‘ à leurs dépens comme toujours ‘ que la science comme vaste domaine de la connaissance leur a ôté le monopole de l’information dont ils jouissaient et donnaient toutes ces courbes et autres trajectoires favorables aux gens du pouvoir. Cette nouvelle technique exclut de facto la censure qu’ils brandissaient comme moyen de répression contre leur peuple.
La paire de ciseaux n’a plus encore raison d’être citée au chapitre. Elle se trouve entre-temps dépassée par les évènements et surtout par le progrès de la science qui vient de détruire cette manière assez opaque de faire dans l’information.
Par conséquent, leur chaîne de télévision n’est plus regardée, parce que peu ou pas du tout crédible. Leurs journaux, ceux étatiques ou publics surtout, ne sont plus lus également, parce que souvent placés « en hors champ » et en net déphasage par rapport à l’actualité.
Le boycott est parfois général. L’abandon de ces médias est ainsi doublement motivé.
Mieux encore, pour mieux s’informer de ce qui se passe réellement dans le pays, on préfère zapper chez le voisin afin de connaître cette vérité longtemps tue ou astucieusement instrumentalisée à la maison.
Al Jazeera, à elle seule, constitue donc ce pôle d’attraction préféré, cette destination tout indiquée…
Malgré l’évolution rapide des techniques de communication, nombreux étaient ces pays arabes à vouloir toujours faire dans cette rétention de l’information, oubliant tous ces innombrables raccourcis opérés au travers ces téléphones portables et autres chaînes satellitaires étrangères, assurant tous ces relais.
Encore une fois, la traditionnelle technique du mensonge aura été bel et bien vaincue, intelligemment mise en échec pour échouer sur ce seul terrain de vérité. Plus grave encore, ces gardiens du temple se trouvent être de fait court-circuités, pris de vitesse ou carrément en position de « hors-jeu » !
Les séquences les plus révélatrices de ce phénomène, magistralement menées sur le terrain par des journalistes-amateurs, ne sont-elles pas celles qui symbolisent à merveille ce combat immortel et ces images gravées pour la vie, parlant toutes d’elles-mêmes et mieux expressives que tout autre reportage solennel et officiel.
Car dans son cliché, l’image est très nette, bien sobre pour dire « vrai », d’autant plus qu’elle véhicule un évènement important dans la vie des peuples et nations, reléguant aux poubelles de l’histoire ces dictateurs, tyrans de leur état.
C’est à travers ces nombreux appareils et innombrables gadgets que les peuples se prennent eux-mêmes en charge et arrivent à bien communiquer entre eux. Ainsi, au travers de ces évènements assortis de ces images en live bien claires et très nettes, ils mettent en défi les tenants de l’information officielle de bien communiquer. De revenir à l’image réelle… !
Résultat : munis de tout cet arsenal de moyens de communication, les régimes arabes se trouvent être bien exclus « du champ médiatique » de leur société civile. Ils ne peuvent donc que vivre en autarcie, à la solde de leur médiocre politique, dans leur petit et inaccessible royaume et surtout bien loin de la vérité. Ils se seraient fait exclure d’eux-mêmes pour avoir tout le temps prôné le mensonge comme mode de communication, produit l’insensé comme facteur de persuasion, et diffusé des contre-vérités comme arguments de justification.
La preuve (contraire à leur discours celle-là) vient de leur être fournie et brandie par le son et par l’image. L’auteur n’est autre que ce peuple offusqué, opprimé, conspué et longtemps marginalisé. Sinon à jamais battu, meurtri et terrorisé dans sa propre partie !
Depuis janvier 2011, bien des dictatures arabes sont tombées. Leur régime est en voie de l’être. La démocratie y est en train de naître. Bien souvent au forceps !
Avec Kadhafi, El-Assad et Ali Abdellah Salah, la donne s’est depuis beaucoup compliquée, mais le combat continue toujours vers cette même voie du salut. Ces derniers font de la résistance à leur peuple déchaîné, prenant en otage qui sa tribu qui son compagnonnage.
Mais le plus important est que leur peuple résiste toujours et encore à leurs soubresauts, à leurs assauts et à leur supposé ascendant réalisé à la manière de cette dernière carte à jouer afin d’espérer encore sauver tout un règne d’une tempête annoncée, forcée et bien lancée.
Prendre en otage son peuple en tentant de censurer l’information n’est plus de mise à présent que cette même information circule à la vitesse du son et que le citoyen bien modeste et parfois quelconque peut bien être son véritable pourvoyeur à tout moment, annonçant la nouvelle bien avant même que ces puissantes chaînes satellitaires puissent en disposer.
Ce bras de fer, jugé impossible il y a juste quelques mois, a assez duré. Progressivement donc, il tourne à l’avantage de ces révoltés dans ces pays arabes.
L’étau se resserre contre ces tyrans qui refusent encore de quitter la scène politique, voulant tous jouer encore les prolongations. Et pourquoi pas aller jusqu’aux fatidiques penalties !
L’écho de la rue est porté bien loin. La révolte, jour après jour, prend de l’ampleur et l’effet domino propage à l’horizon l’inéluctable ou inévitable contagion.
Ainsi, tous les dirigeants arabes tremblent. Ils ont surtout peur pour leurs derniers jours et pour l’avenir de leur progéniture. La Syrie fait dans l’insolite. Par miracle ou par la grâce du fait du prince, elle est donc devenue ce seul pays du monde où on hérite du trône d’un vrai royaume au sein de cette fausse République !’
Cette ratatouille est bien arabe, l’apport chinois ne se trouve que dans ses menus épices ! Ainsi, l’impair commis par les autres pays arabes n’est pas des moindres. À la succession des dictateurs encore en poste ou bien partis, on préparait déjà en finesse le fils, le frère ou même parfois le gendre ! Désormais l’hérésie se trouve être à jamais bloquée ! Cette piste étant pour de bon bel et bien abandonnée, ces fausses républiques sont toutes sur leur défensive, la peur au ventre et balle au canon !
Elles cherchent toujours à sauver le tyran, très conscientes qu’elles ne peuvent ni sauver le régime et ses acolytes ni même encore le moindre meuble de la famille, encore aux commandes du pays depuis le départ du colon d’autrefois.
Ces régimes postindépendance se sont oubliés dans les habits d’un vrai colon, omettant cependant qu’ils ont souvent gouverné leur peuple au nom de cette légitimité historique ou révolutionnaire qui n’a désormais plus cours.
Quant à cette légitimité populaire ou démocratique dont certains parmi eux se prévalent ou revendiquent, il n’y a qu’à ouvrir sa fenêtre sur la rue afin de mieux se convain-
cre de cette galéjade!
La lutte aura été vraiment dure et bien féroce par moments. Le combat est donc bien soutenu, admirablement mené, vraiment permanent. Cette rue, malgré l’effet de résistance de ces despotes et tyrans, marque des points. Chaque jour, elle avance doucement…
Elle capitalise des points très importants dans le décompte final dont l’issue du combat acharné lui sera inévitablement favorable après avoir franchi toutes ces difficiles étapes et nombreux écueils.
La réussite ne sera par conséquent que totale ! magistrale !
Dès lors que la peur est à jamais vaincue, aucun tyran ne pourra désormais gouverner par la force des armes. Il n’aura tôt ou tard qu’à se plier aux exigences de la rue.
Plus fort elle criera son malheur, plus vite partira le dictateur !
À différents niveaux et en différents endroits, la révolution arabe avance à pas sûrs et cadencés, à pas feutrés ou sur des terrains minés, à la recherche de son ‘idéal démocratique ».
Ici, elle force le respect et la dose. Là, elle redouble d’effortS et augmente la cadence. Plus loin, elle s’accroche de toutes ses forces et résiste tant bien que mal au retour imprévisible du tyran, bien décidé à exterminer son peuple !
Dans tous les cas de figure, elle fait son chemin, empruntant des sentiers tortueux ou terrains escarpés, défiant les dictatures les plus puissantes et les régimes les plus autocratiques et despotiques.
Inspirée de son génie ou de sa folie, elle charrie dans son cours grandeur des peuples et décadence de ces truanderies de régimes dépassés par le temps et n’ayant plus aucune raison d’exister.
Par l’image et par le son, le monde arabe connaît sa métamorphose.
La société entame sa mue, se transformant profondément. Et pour expliquer le phénomène, tous les peuples arabes invoquent les mêmes raisons ou prétextes : la mauvaise gouvernance de leurs dirigeants, autrefois grands Seigneurs et intouchables potentats du régime.
Pour rappel, au moment où WikiLeaks avait fait ses fracassantes révélations sur la gouvernance arabe, la rue était déjà en ébullition. Il ne manquait donc plus que cette étincelle appelée Mohamed El Bouazizi pour faire exploser tout ce monde, de l’océan Atlantique jusqu’au Golfe persique !
La terre arabe tremble. Ses régimes, les uns après les autres, succombent. Demain, il ne servira à rien pour certains de triturer encore le texte de la loi fondamentale pour davantage d’équité et de justice sociale, parce qu’on aura été bien incapable de prévoir ces mouvements de foule à l’époque où on le violait, profitant de ‘l’impunité de leur statut » !
‘Le train est déjà parti » disait encore hier, l’un d’eux, en l’occurrence, Ali Abdellah Saleh, s’adressant à ses opposants, sans jamais se douter cependant qu’il s’adressait involontairement à lui-même et à ses nombreux compères.
Etait-il à ce point vraiment convaincu que son départ était donc imminent ‘
En s’adressant aux autres, il ne pensait pas livrer en public son propre verdict ! Il ne restera donc qu’à rouvrir son dossier. Refaire son procès…*Par: Slemnia Bendaoud (*) Auteur, chroniqueur (Liberté-28.08.2012.)

**************************************

Pas de réponses à “Accidents-L’hécatombe”

  1. 24 06 2013
    Paleo in a box (14:05:53) :

    The Paleo cookbooks iѕ the definitive sеt of dοwnloadable books
    containіng rеcipеs anԁ instructіonѕ tο help you ѕave moneу, because уou
    will not use shark cartilage and expensive and anti-ecological remedy аgаinѕt thοse
    ԁіsеases anуmore. I wаnted to post something awesome anԁ new abоut Pаleo,
    but not to be taken every day or рerhaps еverу wеek.

    Here is mу page Paleo in a box

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café