Haouch Ben Siam à Birkhadem

*Il était une fois Haouch Ben Siam

Les seuls souvenirs de ce patrimoine datant de l’époque du dey Hassan Pacha (1791-1779) se limitent à quelques photographies et documents historiques.

<br />
Un monument historique qui a disparu.<br />
 » /></a></strong></span></p>
<p><span style=Nombreux sont les Birkhademois qui ne connaissent la propriété historique Haouch Ben Siam que de nom. Après la démolition du cadre bâti de la propriété et l’abattage de son pin séculaire entre 2005 et 2006, les seuls souvenirs de ce patrimoine datant de l’époque du dey Hassan Pacha (1791-1797) se limitent à quelques photographies et documents historiques exhibés lors des expositions organisées à l’occasion des festivités culturelles par l’association Le défi.

Situé sur le côté adjacent au boulevard des frères Djillali (ex-bd du 14 Juillet), ce patrimoine comprenait une somptueuse résidence de style mauresque immortalisée par le peintre français B. Sarraillon. D’après un document historique remis par le chercheur H. Ould Mohand, ladite résidence était composée de deux pavillons réunis par un mur d’enceinte, d’un jardin planté d’orangers et d’une magnifique noria. A l’entrée, un pin plus que bicentenaire s’élevait majestueusement, le tout intégré dans un domaine de 6 hectares, planté de vergers et de vigne, détruits par les troupes de l’armée coloniale vers 1831. Jusqu’en 1830, la propriété appartenait à la famille Ben Siam, établie à Miliana.

Le même document précise que les héritiers, Mahmoud Oulid Brahim, Mustapha Oulid Brahim et Aïcha Ben Siam possédaient les 5/6 de la propriété. Cette part fut confisquée par l’armée coloniale en vertu d’un arrêté du 10 juin 1831. Durant les premières années de la colonisation, Birkhadem devint alors un poste avancé de l’armée sous le commandement de Duvivier. Haouch Ben Siam abritait dès 1831 un escadron de spahis. Dans le voisinage immédiat, un des principaux camps ceinturant la ville d’Alger, dénommé Camp de Birkhadem, fut installé. En 1836, on dénombrait déjà 6 officiers, 137 hommes et 118 chevaux abrités dans le fameux haouch. Vers 1839, des troupes dépendant de quatre maréchaux de camp établis hors d’Alger, à Birkhadem, El Harrach (ex-Maison carrée), Douéra et Blida, ont été dépêchées pour mener conjointement des opérations militaires afin de parer aux attaques insurrectionnelles.

En 1840, le grand pavillon de la résidence Ben Siam fut attribué au maréchal de camp. Un autre document, remis par le même chercheur, atteste que Haouch Ben Siam devint la propriété de Jules Malinconi, père de 13 enfants et heureux gagnant du concours de famille organisé par la mutuelle agricole en 1919.

Le domaine devint la propriété de M. Chevalier, puis de M. Vüst, un ressortissant suisse. Selon H. Gherouffela, un autre chercheur passionné de l’histoire de Birkhadem, M. Vüst, a récompensé un ancien imam de la localité, qui accepta de lui enseigner la langue arabe. En guise de récompense, il lui attribua une parcelle de terrain qu’il a retranchée du domaine.

«Au début des années 1990, avec la dégradation de la situation sécuritaire, ce ressortissant helvétique fut contraint de revendre le haouch à un Algérien avant de quitter le pays», a affirmé notre interlocuteur. L’heureux repreneur ne tarda pas à céder le bien à un autre acquéreur. «Le nouveau propriétaire entama la démolition de ce pan merveilleux de l’histoire de Birkhadem, qui est la résidence Ben Siam et sa noria. Il procéda par la suite à l’abattage du fameux pin séculaire. Les pouvoirs publics n’ont pas réagi. Toutefois, les jeunes générations ne pourront imaginer ni la beauté architecturale de la résidence ni le charme de sa noria qui faisait entendre son chant en fin d’après-midi. Ces franges juvéniles ne pourront pas imaginer la grandeur de ce pin qui avait ébloui leurs arrière-grands-pères durant leur tendre enfance», apprend-on auprès de certains représentants du mouvement associatif. (El Watan-15.01.2012.)

****Jardin d’essai du Hamma : Grande affluence de visiteurs

 La mise en service du métro a encouragé les plus récalcitrants à effectuer des déplacements en un temps record.

<br />
	Les enfants trouvent leur bonheur dans pareil endroit.<br />
 » /></a></strong></span></p>
<p><span style=Le Jardin d’essai a connu, ces derniers temps, une affluence considérable de visiteurs. D’aucuns affirment que les journées que l’hiver a empruntées au printemps constituent une véritable aubaine pour organiser de telles sorties. D’autres estiment que la mise en service du métro a encouragé les plus récalcitrants à effectuer des déplacements faits en un temps record.
Un père de famille n’a trouvé aucune gêne pour affirmer qu’il a bien fait le pied de grue pendant vingt minutes avant de pouvoir acheter son billet d’entrée : «Tout à l’heure, il y avait un monde fou devant l’entrée, et cela me réjouit de voir des parents accompagner leurs enfants pour leur faire découvrir un magnifique parc de verdure, recelant une variété de plantes. Comme eux, je suis animé par le même intérêt qui m’a poussé à ramener mes deux gosses afin qu’ils puissent y découvrir quelques aspects du règne végétal et animal», a-t-il reconnu.

Pour A. Zeriat, directeur du Jardin d’essai, ce regain d’intérêt, affiché par les visiteurs au jardin du Hamma, s’explique par certains facteurs qui faisaient défaut durant toute la période antérieure à mai 2009, date de la réouverture du jardin. «Malgré le mauvais temps de ces deux derniers mois, nous avons comptabilisé 80 000 entrées. Nous accueillons un million de visiteurs par an. Cette affluence est due à la propreté, à l’entretien et à la sécurité qui sont assurés sans relâche», a-t-il indiqué.
Le cadre convie vraiment à une balade. Les promeneurs laissent voguer leurs rêves en traversant le jardin français, dont la perspective a été conçue par les architectes Régnier et Guion en 1914. Selon deux agronomes rencontrés tout près du jardin botanique, cette dénomination est due aux formes symétriques évoquant quelques similitudes avec les jardins des châteaux de France.

Pour rejoindre le jardin anglais où trône une flore tropicale, il faut encore traverser l’allée des platanes, des dracaenas, des bambous et celle des ficus.L’endroit est plein d’exotisme. Pour preuve, certains visiteurs aiment rapporter une certaine anecdote en désignant les lianes d’un ficus. «C’est bien là qu’a été tournée en 1932 une partie du film Tarzan, l’homme singe, dont l’acteur principal fut Johnny Weissmuller», a lâché un jeune étudiant d’un ton pédant à l’adresse de son compagnon. Pendant que certains jeunes couples se délectent à échanger des confidences, d’autres profitent du moment pour immortaliser un souvenir en actionnant leur appareil photo numérique.

Après avoir photographié une œuvre du sculpteur français E. J. Gaudissard ayant pour thème Les danseuses des Ouled Naïl, une ressortissante française, en visite touristique, n’a pas pu contenir ses émotions. Avec une spontanéité remarquable, elle déclara : «J’avoue que je n’ai pas vu un parc aussi beau et aussi fascinant comme celui-ci. Vraiment, c’est une merveille ! J’ai visité beaucoup de pays européens, je vous assure qu’ils ne disposent pas d’un jardin de cette envergure. J’ai remarqué que plusieurs endroits du Jardin d’essai sont envahis par la saleté. J’en déduis qu’il est à l’abandon. Je vous en prie, ne l’abandonnez pas, sauvez- le !»

A entendre de tels propos, les habitués de l’incivisme doivent réfléchir deux fois avant de commettre des actes de vandalisme. Ces aveux laissent entendre que la sauvegarde de ce museum de la flore ne relève pas seulement d’une gestion émanant de la direction de ladite institution. Le concours de tous est fort demandé. (El Watan-11.01.2012.)

*****************************

Pas de réponses à “Haouch Ben Siam à Birkhadem”

  1. 31 08 2012
    jordans for girl (11:55:13) :

    I love the way you wrote this article. This is wonderful. I do hope you intend to write more of these types of articles. Thank you for this interesting content!

    Répondre

  2. 29 10 2012
    Air Jordan 4 (23:17:48) :

    Hi there, just turned into alert to your blog through Google, and found that it’s truly informative. I’m gonna be careful for brussels. I’ll be grateful if you happen to continue this in future. A lot of folks can be benefited out of your writing. Cheers!

    Répondre

  3. 5 11 2012
    Pull Moncler Femme (10:59:17) :

    Haven’t infatuated them incorrect they’re so amorous

    Répondre

  4. 21 12 2012
    bloons tower defense 4 (22:53:07) :

    you discuss and would really like to have you share some stories/information.
    bloons tower defense 4

    Répondre

  5. 9 01 2013
    Issac Maez (12:35:04) :

    I just want to tell you that I’m all new to blogging and honestly enjoyed you’re blog. Probably I’m want to bookmark your site . You surely come with awesome well written articles. Thanks a lot for revealing your website.

    Répondre

  6. 10 07 2016
    that site (17:54:43) :

    Yesterday, while I was at work, my cousin stole my iphone and tested to see if it can survive a thirty foot drop, just so she can be a youtube sensation. My apple ipad is now destroyed and she has 83 views. I know this is completely off topic but I had to share it with someone!

    http://allsatisfied.com/story.php?title=base-de-donn233es-e-mail

    Répondre

  7. 16 07 2016
    here (22:29:35) :

    It is really a nice and useful piece of info. I’m glad that you shared this useful info with us. Please keep us up to date like this. Thanks for sharing.

    http://www.griffithot.com/story.php?title=click-here-73

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>