Effondrement d’un autopont en Inde

31032016

**infos par-ci, par-là * 35 *

***************************

« Le Jardin du Livre », le plus grand espace littéraire du monde en cours de construction dans la capitale iranienne.

Le Jardin du Livre à Téhéran

« Le Jardin du Livre », tel est le nom que portera le plus grand espace littéraire du monde en cours de construction dans la capitale iranienne.

Lieu de repos favori des Téhéranais, le quartier pittoresque d’Abbas Abad accueillera prochainement le plus grand centre littéraire du monde. Sa construction touche à sa fin et tout porte à croire que la traditionnelle Exposition internationale du Livre de Téhéran se déroulera dans ces nouveaux locaux.

L’agence Sputnik a demandé à Mehdi Mohammadi, porte-parole de l’Organisation du patrimoine culturel de la province de Téhéran, de présenter ce projet grandiose.

Le Jardin du Livre est l’un des plus importants projets de construction mis en œuvre dans l’enceinte de la capitale iranienne. Nous espérons pouvoir ouvrir ce centre au plus tard dans deux mois. Il est à noter que le projet présente une série de particularités. Je pense en premier lieu à ses dimensions. Le fait est que l’industrie éditoriale iranienne a besoin de modernisation. En Iran, on aime lire et on sait organiser d’importantes expositions du livre. Nous devons vivre au rythme de notre époque, moderniser ce secteur d’activité et pouvoir faire face aux défis actuels », a déclaré l’interlocuteur de l’agence.

Après avoir rappelé que le Jardin du Livre n’aurait pas son équivalent dans le monde, Mehdi Mohammadi a fait savoir que cet espace comprendrait des librairies, des salles d’exposition et des laboratoires de recherche.

« Des ententes de coopération à long terme sont déjà intervenues avec toutes les principales maisons d’édition iraniennes. Celles-ci exposeront en permanence leurs ouvrages au Jardin du Livre », a annoncé le porte-parole.

De nos jours, aucun projet de construction important à Téhéran ne peut être approuvé s’il ne tient pas compte des conceptions prometteuses formulées par les meilleurs architectes et ingénieurs de différents pays.

« Mais le Jardin du Livre va encore plus loin. A l’heure actuelle, le seul espace capable de rivaliser avec lui est celui utilisé à New York pour accueillir des expositions du livre. Mais même cette comparaison est un peu tirée par les cheveux, car les surfaces d’exposition de notre centre seront beaucoup plus importantes », a conclu l’interlocuteur. *Sputnik./ 25 mars 2016

****************************

* Effondrement d’un autopont en construction à Calcutta en Inde

** au moins 15 morts et 100 blessés

Un autopont s'est effondré le 31 mars  à Calcutta, en Inde, faisant au moins 15 morts

*Un autopont s’est effondré jeudi 31 mars 2016 à Calcutta, en Inde, faisant au moins 15 morts - Les secours tentaient d’extraire des dizaines de personnes prisonnières des décombres après l’accident qui a fait plus de 100 blessés.

Cette voie urbaine surélevée s’est effondrée à l’heure du déjeuner dans une zone densément peuplée de la métropole indienne, écrasant des piétons, des voitures et d’autres véhicules sous un amas de métal et de dalles de béton.

Un bilan qui risque de s’alourdir 

Les autorités craignent un bilan bien plus lourd, ne sachant combien de personnes sont encore coincées sous les gravats.

« Quinze personnes sont mortes. Plus de 100 ont été secourues et sont à l’hôpital », a dit Anil Shekhawat, un porte-parole de l’autorité nationale de gestion des catastrophes.

Police et passants ont rapidement tenté de soulever à la main de lourdes poutres et pièces en métal pour tenter de trouver des survivants avant l’arrivée de l’armée. Un correspondant de l’AFP a vu des membres de corps humains émerger des gravats.

Des équipes de secours spécialisées sur place

« Tout est fichu », crie Parbati Mondal, dont le mari, vendeur de fruits, est porté disparu.

Des équipes de secours spécialisées munies d’outils de découpe, de forage, de détecteurs de vie et de chiens renifleurs ont été envoyées sur les lieux de la catastrophe, a dit le porte-parole de l’autorité nationale, Anurag Gupta.

La construction de cet autopont a pris plusieurs années de retard dans cette ville engorgée par la circulation automobile, selon les médias locaux. Des logements de fortune avaient aussi été installés sous ce chantier.*20minutes.fr/  jeudi 31 mars 2016

***********************************

« Un grand mouvement social et citoyen va arriver, c’est inéluctable »

Effondrement d’un autopont en Inde dans actualité media_xll_8543585

Le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon a assuré dimanche ne pas vouloir « récupérer » l’opération nocturne « Nuit Debout », mais qu’il serait en revanche « fier » d’ »être récupéré » par ce mouvement « formidable » de jeunes rassemblés depuis trois nuits place de la République.

« Je vais vous dire une bonne chose pour que vous le marquiez en toutes lettres, allô l’AFP vous entendez?: je ne veux pas récupérer le mouvement et je serais très fier que le mouvement me récupère », a lancé le candidat de la gauche de la gauche à l’élection présidentielle lors de l’émission « Le Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI. « Je ne veux pas les récupérer mais je veux bien être récupéré », a-t-il insisté au sujet du mouvement, né dans la foulée de la manifestation contre le projet de loi travail mais se veut à la « convergence des luttes » (état d’urgence, violences policières…) « C’est formidable de voir cette jeunesse remonter sur la scène avec cette conscience sociale. On aurait payé qu’on aurait pas rêvé mieux. Une jeunesse qui se mobilise pour défendre le code du travail, après des mois de débats à la noix, c’est formidable », a salué M. Mélenchon. Il a revanche refusé de dire s’il se rendrait aux côtés des manifestants -quelques centaines dans la nuit de samedi à dimanche- en disant craindre des débordements. « Je ne vous dirai rien sur le sujet (d’une éventuelle venue sur la place, ndlr), parce que si je vais quelque part il y aura des caméras et des micros, et à ce moment-là des gens jetteront des bouteilles de bière sur les caméras et les micros et on dira que c’est moi qui les lance », a-t-il argué. 

Est-ce que ce mouvement va prospérer? « Je l’espère », a-t-il répondu à ses intervieweurs. Un grand mouvement social et citoyen va-t-il arriver? « Bien sûr, il va arriver de toute façon inéluctablement. Si ce n’est pas aujourd’hui ça sera demain, c’est inéluctable », a affirmé le candidat déclaré à la présidentielle. 

« Pour des raisons qui ne tiennent ni à moi ni à qui que ce soit, qui tiennent au système. Le système est en train de s’effondrer avec l’Etat qu’il est en train d’effondrer », a plaidé M. Mélenchon, dénonçant une « caste », « de droite » mais aussi « de gauche, ceux qui gouvernent en ce moment, qui pensent que la solution c’est plus de marché et moins d’Etat ». La possibilité de commenter les articles directement sur le site est suspendue, une modération efficace et rapide étant devenue impossible.
Mais si vous aimez commenter l’actualité, les débats continuent sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter.*dimanche 3/04/2016 -Source: AFP

**Troisième  »Nuit debout » à Paris pour s’opposer à une réforme du droit du travail

media_xll_8543077 attentat dans santé-médecine

Pour la troisième nuit consécutive, des manifestants – initialement plusieurs centaines – ont occupé dans la nuit de samedi à dimanche la place de la République à Paris pour s’opposer entre autres à une réforme du droit du travail, avant d’être évacués de force au petit matin

Ce mouvement spontané baptisé « Nuit debout » est apparu dans la foulée de rassemblements convoqués par des organisations syndicales, étudiantes et lycéennes pour demander le retrait du projet de loi sur le travail présenté par le gouvernement socialiste français.

Mais le mouvement agrège aussi, sous le hashtag #NuitDebout sur les réseaux sociaux, d’autres revendications politiques ou sociales. Et nombre de participants y voient l’amorce d’un phénomène informel comme les mouvements « Occupy » nés dans divers pays, ou comme celui des « Indignés » de la Puerta del Sol, apparu en 2011 à Madrid pour dénoncer l’austérité et la corruption.

Au petit matin, les quelques dizaines de manifestants encore sur la place ont été délogées par les forces de l’ordre. « Encore une fois… les flics pour ‘nettoyer’ », a twitté dimanche matin le compte @nuitdebout, ajoutant: « ça ne va pas arrêter notre mouvement ».

Des manifestants jeunes
Les centaines de manifestants, qui avaient occupé la place de nuit, sont en majorité plutôt jeunes. Certains sont venus pour protester contre la loi sur le travail. D’autres accusent le gouvernement de se livrer à des « dérives sécuritaires » dans la foulée des attentats jihadistes qui ont frappé Paris. D’autres encore dénoncent des « violences policières » survenues pendant certains rassemblements contre la loi sur le travail.

Des bâches sont tendues entre les arbres de la place, et des tentes sont disséminées sur la vaste esplanade. Une scène a été installée. Des sandwiches sont préparés par des bénévoles. Il n’y a pas d’organisateurs, mais des commissions créées à la hâte: action, communication, intendance…

« Il faut arrêter de vouloir structurer un mouvement, sinon il arrête d’être un mouvement », s’écriait samedi soir dans un mégaphone un manifestant, Michel, applaudi par la foule rassemblée sous la pluie.

« On décentralise, et on décide de tout en assemblée générale: on a des centaines de personnes qui doivent travailler ensemble du jour au lendemain », a déclaré Cassien, 24 ans.

« Il faut redonner confiance en leur propre pouvoir aux gens. On leur a fait croire qu’ils étaient impuissants », estime Anna, une photographe de 23 ans.

Le rêve d’une révolution
Killian, 20 ans, étudiant en audiovisuel, a déjà passé deux nuits à République et veut croire en « un Occupy comme dans les autres pays ». Béret noir, veste kaki, s’il attend surtout « le retrait de la loi El Khomri », il se prend à rêver d’une « révolution ». 

Emilie, 32 ans, est venue de l’Ardèche spécialement. « J’ai pris un duvet, deux culottes, deux paires de chaussettes et voilà je suis là! ». « Non, elle ne vient pas pour la loi El Khomri », répond-elle en roulant une cigarette. « On vient dénoncer une fausse démocratie, en créer une vraie, participative, directe. Il faut sortir du capitalisme, y’a plus que le pognon qui compte (…), s’énerve la jeune femme au piercing sous la lèvre, qui dénonce un « ras-le-bol général ». *dimanche 3/04/2016 / Source: Belga

« On n’est pas de la chair à patrons »

Transports perturbés, lycées bloqués: le gouvernement français est confronté jeudi à une nouvelle journée de grèves et manifestations contre sa loi travail, jugée « toxique » pour les salariés par les syndicats organisateurs qui promettent une « grosse » mobilisation. Et d’ores et déjà, de nouvelles mobilisations sont envisagées pour réclamer le retrait de cette loi, les 5 et 9 avril, a annoncé Jean-Claude Mailly, numéro un de FO.

 *Manifestations en France contre le projet de réforme de la loi du travail 

media_xll_8535702 autopont

**Plus de 1,2 million de personnes ont défilé en France d’après FO et la CGT

*Les syndicats appellent à de nouvelles mobilisations le 5 puis le 9 avril 2016.

*Les manifestations ont été marquées par des heurts entre manifestants et forces de l’ordre, notamment à Paris, à Rennes ou encore à Toulouse.

Des heurts ont émaillé plusieurs manifestations jeudi en France où les opposants à un projet de réforme du droit du travail accusé de favoriser la précarisation sont à nouveau descendus par dizaines de milliers dans la rue.

Une dizaine de personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles en marge de la manifestation parisienne, tandis qu’à Rennes et Nantes, dans l’ouest, la police a répondu à des jets de projectile par du gaz lacrymogène.

Plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient attendus dans la rue à l’appel des syndicats contestataires qui réclament le retrait du projet de loi.

« Touche pas à mon code »
Parmi les nombreux slogans, on pouvait lire: « Touche pas à mon code », « On vaut mieux que ça », « Un grand bond en avant vers le 19e siècle » ou encore « 1916: chair à canon, 2016: chair à patrons ».

media_l_8535728 bombe

En fin de matinée, les premiers défilés étaient fournis, avec 20.000 manifestants à Toulouse (sud-ouest) selon la police, 6.000 à Rouen (nord-ouest) , 7.000 à Grenoble (est), 5.000 à Clermont-Ferrand (centre)… 

Les transports publics fortement perturbés
Les grèves affectent surtout les transports en commun, avec un train régional circulant sur deux et trois rames sur quatre dans le métro parisien. Le transport aérien est également légèrement perturbé par une grève des contrôleurs.

Côté tourisme, la Tour Eiffel restera fermée toute la journée du jeudi en raison du mouvement social, selon la Société d’exploitation du monument parisien.

media_xll_8535706 Calcutta

El Khomri défend sa loi « nécessaire et juste »
La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a répété qu’elle « entendait les inquiétudes des jeunes » tout en défendant une « loi nécessaire et juste ». Il n’est pas question de retirer cette réforme « intelligente, audacieuse et nécessaire », a renchéri jeudi le Premier ministre Manuel Valls.

La réforme est censée donner plus de souplesse au marché du travail tout en sécurisant les parcours professionnels des salariés, dans un pays où le chômage culmine à 10% et où les petites et moyennes entreprises hésitent à embaucher.

Aménagement du temps de travail
Elle vise notamment à renforcer la négociation au sein même des entreprises, notamment sur l’aménagement du temps de travail, et à clarifier les règles du licenciement économique.

Devant les protestations des syndicats de salariés, mais au grand dam des organisations patronales, le gouvernement a finalement renoncé aux mesures les plus critiquées, comme le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif.

Un test pour Hollande, fragilisé
L’ampleur de la mobilisation ce jeudi a valeur de test pour le gouvernement socialiste et pour le président Hollande, fragilisé par l’hostilité d’une partie des électeurs de gauche à cette réforme à 13 mois de la prochaine élection présidentielle.

Cette journée de contestation sociale intervient au lendemain d’un revers politique majeur pour François Hollande. Mercredi, il a été contraint d’abandonner, faute de consensus politique, un projet de réforme constitutionnelle annoncé au lendemain des attentats de Paris. *31/03/16 -jeudi  Source: Belga

media_xll_8535707 Effondrement

media_xll_8535684 france

media_xll_8535710 inde

media_xll_8535705 jardin.du.livre

media_xll_8535709 loi.du.travail

media_xll_8535713 manifestations

media_xll_8535711 Mélenchon

media_xll_8535027 Nuit.debout.Paris

***************************************

Les riches quittent massivement la France

Selon un rapport publié par la société de conseil New Wealth World, 10.000 personnes ayant une fortune égale ou supérieure à un million de dollars ont quitté l’Hexagone en 2015. Le nombre de millionnaires en France s’est réduit de 3%, passant à 323.000 personnes. Il est à noter que Paris a particulièrement été frappé par ces départs: 7.000 millionnaires ont quitté la capitale française, soit 6% des 126 000 millionnaires qui y résidaient en 2015.*médias/ Dimanche 03 Avril 2016

*************************************

**Turquie** Six policiers ont été tués et 23 personnes blessées dans un attentat à la bombe jeudi 31 mars 2016 à Diyarbakir, la principale ville du sud-est de la Turquie, à majorité kurde, a annoncé le gouvernorat local. ur les 23 blessés, huit au moins sont des policiers et les autres des civils, a-t-on précisé de même source.

Une violente explosion s’est produite près de la principale gare routière de la ville au passage d’un car de police, a-t-on indiqué de source de sécurité locale. Cette attaque survient à la veille d’une visite du Premier ministre Ahmet Davutoglu dans la ville. De nombreuses ambulances ont été dépêchées sur les lieux.Attentat à la voiture piégée
Selon l’agence de presse Dogan, il s’agit d’un attentat à la voiture piégée mais cette information n’a pas été confirmée de source officielle dans l’immédiat.Les forces de sécurité turques mènent depuis plusieurs mois des opérations d’envergure contre les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans plusieurs quartiers de cette ville et dans le sud-est anatolien en général, où le PKK a lancé un « soulèvement » dans les zones urbaines.Alerte maximale
La Turquie vit depuis plusieurs mois en état d’alerte renforcée en raison d’une série inédites d’attaques attribuées aux djihadistes ou liées à la reprise du conflit kurde. La dernière, un attentat suicide attribué par les autorités turques au groupe Etat islamique (EI), a frappé le coeur d’Istanbul le 19 mars sur l’avenue commerçante Istiklal, tuant quatre touristes étrangers et blessant une trentaine de personnes.Après plus de deux ans de cessez-le-feu, le conflit kurde a repris l’été dernier. Des affrontements opposent les forces de sécurité aux rebelles du PKK dans de nombreuses villes du sud-est anatolien placées sous couvre-feu. Ils ont fait de nombreuses victimes dans les deux camps et tué des dizaines de civils.Erdogan veut « détruire » le PKK
Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a affiché à plusieurs reprises sa volonté ferme de « détruire » le PKK, dont les bases arrières situées dans le nord de l’Irak sont régulièrement pilonnés par l’aviation turque.* Source: Belga/  jeudi 31 mars 2016

**L’organisation terroriste Daech en Syriea exécuté 15 de ses membres soupçonnés de trahison, près de son bastion de Rakka, rapporte dimanche l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Ces exécutions, qui font suite à l’arrestation de 35 membres de l’EI samedi à Rakka, seraient liées à l’assassinat d’Abou Hija al Tunisi, tué mercredi dans une frappe aérienne, a déclaré l’ONG basée en Grande-Bretagne, qui s’appuie sur un réseau de sources d’information en Syrie.*source–(Afp)—Dimanche 03 Avril 2016

**Un attentat à la bombe a visé la police à Riyad faisant un mort, a indiqué dimanche le ministère saoudien de l’Intérieur alors que l’attaque a été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI).

L’attentat a pris pour cible tard samedi soir un véhicule de police qui était garé près d’un commissariat dans le secteur de Kharj, tuant un résident étranger, a précisé le ministère dans un communiqué reproduit par l’agence officielle SPA, sans préciser la nationalité de la victime.Deux autres véhicules de police ont été endommagés par cet attentat, ajoute le texte. Une enquête a été ouverte.

L’EI a revendiqué l’attaque sur Twitter précisant qu’elle avait été menée à l’aide de deux engins explosifs et qu’elle avait brûlé « trois véhicules de la police ».

L’EI a déjà revendiqué des attaques en Arabie saoudite, visant notamment les forces de sécurité et la minorité chiite du royaume.(Afp)–Dimanche 03 Avril 2016

**Un colonel de la police saoudienne a été assassiné par des inconnus mardi près de Ryad, a annoncé le ministère de l’Intérieur, une attaque aussitôt revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), actif dans le royaume.

Le colonel Kattab Majed al-Hammadi, un officier du département des investigations criminelles, a été tué par des tirs d’inconnus dans le secteur de Dawadmi, localité à l’ouest de la capitale Ryad, a déclaré un porte-parole du ministère.

Une enquête a été ouverte sur cette attaque survenue mardi matin, a ajouté le porte-parole sans donner plus de précisions. L’EI a rapidement revendiqué l’opération dans un communiqué de sa branche locale, « la province de Najd », et a menacé de lancer de nouvelles attaques contre les forces gouvernementales saoudiennes. L’EI a déjà revendiqué des attaques en Arabie saoudite, visant notamment les forces de sécurité et la minorité chiite du royaume. Samedi, le groupe djihadiste avait affirmé être l’auteur d’un attentat à la bombe qui avait visé la police dans le secteur de Kharj, près de Ryad, faisant un mort. *mardi 5/04/2016 -Source: Belga

***********************************

**SIDA: «Il y a un défaut global d’éducation à la santé chez les jeunes »

*Avant le Sidaction qui débute vendredi 01 avril, le directeur général délégué d’Aides revient sur le résultat alarmant d’un sondage sur la perception qu’ont les jeunes du sida

C’est un mélange de confusions, manque de connaissance et sentiment d’invincibilité. Face aux risques que représente le VIH en 2016, les jeunes semblent encore très mal informés. A la veille du Sidaction, un  sondage Ifop* sur le sujet  témoigne du décalage qui existe entre la perception des 15-24 ans et la réalité. 22 % des jeunes estiment ainsi qu’il existe un traitement pour guérir du virus. 17 % déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence est un moyen d’empêcher la transmission du virus. Les chiffres sont d’autant plus alarmants que le sentiment d’information global sur le VIH se détériore depuis 2014. Marc Dixneuf, directeur général délégué de l’association Aides, regrette le manque d’éducation des jeunes sur leur santé globale, avant d’aborder les questions plus spécifiques au virus.

24 % des jeunes déclarent ne pas avoir peur du sida. En tant que responsable d’association, comment l’interprétez-vous ?

C’est un sentiment balancé. La peur n’est jamais bonne conseillère. Ne pas avoir peur peut aussi dire savoir, avoir les connaissances nécessaires. Ne pas avoir peur, ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Mais si c’est ignorer les risques, là, c’est plus ennuyeux.

C’est visiblement le cas. 17 % déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence empêche la transmission du virus…

Là, on est sur la méconnaissance des modes de transmission. C’est un défaut d’information, de connaissance sur la santé sexuelle de manière générale pour les jeunes. On voit que ce défaut d’information va avoir des effets négatifs sur une stratégie de prévention pour certaines pathologies, dont la transmission du VIH. En tant qu’association, nous appellons à un effort de fond pour la promotion de la santé sous tous ses aspects. Si c’est bien fait, il n’y aura pas de méconnaissance sur la façon dont tel outil (préservatif, pilule) protège de quoi.

22 % des jeunes estiment qu’il existe un traitement pour guérir du virus, c’est une méconnaissance ou une incompréhension des messages de prévention ?

Il y a peut-être une incompréhension de certains messages. Comme quand vous ne maîtrisez pas la différence entre le VIH et le Sida, par exemple. La difficulté est de comprendre qu’ avoir une charge virale indétectable réduit fortement le risque de transmettre le virus à son partenaire sexuel. Mais ce n’est pas une forme de guérison. Le traitement de l’infection à VIH n’éradique pas le virus. Dire qu’une personne séropositive sous traitement ne risque plus de transmettre le VIH, c’est juste. Si les jeunes comprennent que cela est synonyme d’éradication complète, c’est erroné. C’est toute la difficulté d’interprétation.

Un effort doit-il être fait à l’école en matière de prévention ?

Je pense que suivant les niveaux scolaires, on doit avoir une éducation à la santé, la sexualité. Au lycée ou au collège, on ne parle pas de la même chose. L’enjeu, c’est bien la maîtrise de sa santé. A l’école primaire, on ne peut pas enseigner la différence entre VIH et Sida. Dans les années qui suivent, il faut faire plus attention à la promotion de la santé pour ne pas qu’on ait cette incompréhension sur le rôle de la pilule (17 % déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence est un moyen d’empêcher la transmission du virus). Et de mieux expliquer ce qu’est un traitement, l’infection. Pas forcément spécifiquement sur le VIH. Ça fait 15 ans que l’Education nationale s’est dotée de circulaires très précises sur ce qu’il faut faire, selon les âges, mais elles ne sont pas mises en œuvre.

Un relâchement a eu lieu ces dernières années ?

Je pense que l’enjeu de la lutte contre le VIH, c’est la question du ciblage des interventions. L’épidémie d’infection à VIH concerne certains groupes plus que d’autres. On ne peut pas dire qu’il y ait eu un relâchement auprès des populations les plus exposées : les homes gays, les populations originaires d’Afrique subsahariennes font l’objet de campagnes très ciblées. Là où il y a peut-être eu un relâchement c’est sur une population générale, auprès des groupes de lycées où l’approche globale sur la santé est insuffisante. Il faut un socle de prévention bien installé sur lequel on construise des messages ciblés en fonction des groupes et des comportements des personnes.

*Quel est l’impact de la communication faite sur la recherche d’un vaccin, les thérapies. Ce discours rassurant n’explique-t-il pas ces résultats alarmants ?

La vision morbide du VIH d’il y a quelques années a pu changer le rapport à la prise de risque. Mais encore une fois, ce n’est pas la peur qui permet de construire une bonne stratégie de prévention individuelle. Le fait qu’on donne des informations justes, dire qu’être sous traitement réduit le risque de transmission, n’est pas contradictoire avec le développement de la prévention. Je ne suis pas sûr que le VIH ne fasse plus peur. Les peurs irrationnelles sont extrêmement présentes encore aujourd’hui. Sinon les personnes vivant avec le VIH ne feraient pas l’objet de discriminations. Je ne pense pas qu’on puisse établir une corrélation entre le niveau de crainte et le taux de recours au préservatif. C’est malheureusement un petit peu plus compliqué que ça.

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 001 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans à 24 ans.

**20minutes.fr/  jeudi 31 mars 2016

************************************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café