La Terre vit à crédit

30072018

*Tentative d’assassinat contre le Président Maduro

Nicolas Maduro

Moscou a condamné la tentative d’assassinat contre le Président vénézuélien Nicolas Maduro, perpétrée samedi lors d’une cérémonie militaire à Caracas.

 *sept militaires blessés à la suite de cet attentat.

Nicolás Maduro, presidente de Venezuela

*Vidéo: *La réaction rapide des gardes du corps de Nicolas Maduro lors de la tentative d’assassinat

****Moscou condamne fermement l’attaque perpétrée contre le Président vénézuélien Nicolas Maduro, et appelle à la résolution des différends politiques sans recourir à des méthodes terroristes, exclusivement via des moyens pacifiques, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Nous condamnons fermement la tentative d’assassinat contre le Président de la République bolivarienne du Venezuela, survenue le 4 août, à la suite de laquelle sept personnes ont été blessées. Nous considérons qu’il est absolument inacceptable d’utiliser des méthodes terroristes comme instruments de lutte politique… Nous sommes convaincus que le règlement des différends politiques doit être réalisé exclusivement de manière pacifique et démocratique», est-il indiqué dans le communiqué.

Selon le communiqué, Moscou souhaite un prompt rétablissement à chacun des blessés de l’attaque.

Le Président vénézuélien était en train de prononcer un discours au cours d’une cérémonie militaire à Caracas lorsqu’une détonation s’est produite à proximité de l’estrade présidentielle. Nicolas Maduro a tenté de reprendre son discours. Mais après avoir prononcé quelques mots, il a quitté l’estrade.

Jorge Rodríguez, ministre vénézuélien de la Communication et de l’Information, a annoncé samedi que l’incident qui s’est produit lors d’une parade à Caracas était une tentative d’assassinat contre Nicolas Maduro menée à l’aide de drones chargés d’explosifs. Selon lui, sept militaires ont été blessés et hospitalisés à la suite de cet attentat.*.sputniknews. / dimanche 05 juillet 2018

**une tentative d’assassinat à l’aide de drones chargés d’explosifs

L’incident qui s’est produit ce samedi lors d’une parade à Caracas était une tentative d’assassinat contre Nicolas Maduro menée à l’aide de drones chargés d’explosifs. Le Président se porte bien et s’adressera prochainement à la nation, a informé le ministre de la Communication et de l’Information du pays.

Le Président Nicolas Maduro se porte merveilleusement bien suite à l‘attentat qui l’a visé, a annoncé Jorge Rodríguez, ministre vénézuélien de la Communication et de l’Information.

«Notre Président Maduro est en excellent état de santé», a déclaré le ministre dans un message adressé à la nation.

Et d’ajouter que dans les heures qui viennent, le Président lui-même s’adresserait à la population.

Le ministre a en outre confirmé les informations selon lesquelles un attentat contre Nicolas Maduro avait eu lieu ce samedi lors d’une parade. Plusieurs drones chargés d’explosifs ont été à l’origine d’explosions, a-t-il encore précisé.

Diosdado Cabello, président de l’Assemblée nationale constituante, a accusé la droite d’être derrière cette attaque.

La diffusion en direct de l’intervention du Président Nicolas Maduro lors d’une parade à Caracas a été interrompue après qu’un bruit d’explosion s’est fait entendre et que le leader vénézuélien et les personnes se trouvant autour de lui ont levé les yeux vers le ciel. Comme ont ensuite informé les médias, la foule s’est immédiatement mise à courir *sputniknews. / dimanche 05 juillet 2018

***Commentant la tentative d’assassinat de Nicolas Maduro, un expert de l’Amérique latine a pointé dans un commentaire à Sputnik la ressemblance de cette attaque avec celles dirigées contre la base russe en Syrie.

La tentative d’attentat contre Nicolas Maduro, entreprise samedi à Caracas, a été bien préparée, si bien qu’il ne puisse pas s’agir d’une attaque menée par des opposants radicaux, estime Konstantin Sapojnikov, journaliste spécialiste de l’Amérique latine. Dans un commentaire à Sputnik, il attire l’attention sur le fait que les drones chargés d’explosifs employés lors de cette tentative d’assassinat rappelaient ce qui se passe actuellement en Syrie.

«Le schéma de l’attaque rappelle trop celui pratiqué en Syrie, les attaque contre la base russe, etc. Ce schéma est clair et pour l’organiser, une infrastructure très solide et des cadres formés sont nécessaires», a-t-il déclaré.

Certes, souligne-t-il, ces équipements peuvent être achetés, mais vu le professionnalisme avec lequel ils ont été équipés et la puissance de l’explosif utilisé, il ne peut pas s’agir d’opposants radicaux.

«Ici, il y a un coordinateur, des professionnels et le fait que tout se soit passé lors de la célébration du 81e anniversaire de la Garde nationale du Venezuela n’est pas une simple coïncidence. Tout a été calculé dans les moindres détails. Tout a été soigneusement préparé […] en vue d’un coup d’État dans le pays.», estime-t-il.

Samedi, alors que le Président Maduro prononçait un discours lors d’une parade à Caracas, trois drones chargés d’explosifs ont été envoyés vers l’estrade sur laquelle il se trouvait, a informé le ministre de la Communication et de l’Information du pays, Jorge Rodriguez, ajoutant que le Président s’en était sorti indemne. Toujours d’après lui, l’attaque en question a été planifiée pendant six mois.*sputniknews. / dimanche 05 juillet 2018

*****La réaction de Maduro à la tentative d’assassinat

Une vidéo publiée par l’agence russe Ruptly montre le Président vénézuélien et ses gardes du corps lorsqu’une détonation se produit à proximité. Nicolas Maduro a quitté la tribune protégé par des boucliers tactiques.

Nicolas Maduro et ses gardes du corps ont été filmés lors de la tentative d’assassinat perpétrée samedi dans la capitale vénézuélienne. Cette vidéo a été publiée par l’agence russe Ruptly.

e Président vénézuélien était en train de prononcer un discours au cours d’une cérémonie militaire à Caracas lorsqu’une détonation s’est produite à proximité de l’estrade présidentielle. La vidéo montre le moment où ses gardes du corps l’entourent, en le protégeant avec des boucliers tactiques. Nicolas Maduro a tenté de reprendre son discours. Mais après avoir prononcé quelques mots, il a quitté l’estrade.

Jorge Rodríguez, ministre vénézuélien de la Communication et de l’Information, a annoncé samedi que l’incident qui s’est produit lors d’une parade à Caracas était une tentative d’assassinat contre Nicolas Maduro menée à l’aide de drones chargés d’explosifs. Selon lui, sept militaires ont été blessés et hospitalisés à la suite de cet attentat.*sputniknews. / dimanche 05 juillet 2018

***************************************************

La Terre vit à crédit dans actualité dans eco-finances

*L’Algérie a enregistré 51,3° Celsius le 5 juillet  2018 à Ouargla. Un record mondial pour cet été qui a fait sortir dans la rue, les populations du Sud. Car, cette chaleur suffocante a été accompagnée par des coupures d’électricité dues, selon le ministre de l’Énergie, à une surchauffe des équipements. Qu’importe pour ces populations qui se sentent lésées: c’est la goutte qui fait déborder le vase! les responsables ont décidé que le Sud paiera l’électricité à moitié prix. C’est ce qu’a annoncé, jeudi dernier, le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni. En visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Relizane (ouest du pays), il a annoncé une réduction de 65% sur la facture d’électricité des habitants du sud du pays.  La climatisation marche en boucle en cette période de forte chaleur. La facture, est, elle aussi, des plus chaudes. C’est donc une décision exceptionnelle qui vise à calmer un Sud en véritable effervescence. Car, cette décision intervient après les protestations enclenchées par les habitants du Sahara, notamment ceux de la wilaya de Ouargla, suite aux fréquentes coupures du courant électrique dues aux fortes chaleurs qui ont enregistré cette année des records. *médias / 04 aout 2018

30 dans international

****************************************************************************

La Californie ravagée par de violents incendies

En images. La Californie ravagée par de violents incendies

Sud Ouest

L’incendie Carr, qui fait rage depuis le 23 juillet, a tué au moins sept personnes. L’Etat fait également face au Mendocino Complex, un incendie composé de deux brasiers.

Sept morts, 62 534 hectares ravagés, 1 600 bâtiments rasés dont 1 000 maisons… Depuis le 23 juillet, la Californie est en proie au sixième incendie le plus meurtrier de son histoire.

Cet incendie a été déclenché le 23 juillet par la « défaillance mécanique d’un véhicule », ayant provoqué des étincelles au milieu d’un climat aride.

L’incendie Carr, qui fait rage à 322 kilomètres au nord de San Francisco, s’étendait encore ce lundi. Il était seulement contrôlé à 41%, malgré les plus de 4 200 pompiers déployés pour combattre les flammes. Ce feu était si intense par moments qu’une tornade de feu s’est formée.   

La Californie fait par ailleurs face au Mendocino Complex, un incendie composé de deux brasiers à l’ouest de l’État : le River Fire et le Ranch Fire. *sudouest.fr/ lundi 06 aout 2018

***********************************************************************

60.000 euros pour un salarié qui devait rester disponible 24h/24

La cour de cassation a estimé que l’obligation de rester connecté équivalait à une astreinte, impliquant un dédommagement.

Demander à ses salariés d’être disponibles 24 heures sur 24 est bien légal. En revanche, ne pas les dédommager est contraire à la loi. C’est en tout cas le sens d’une décision rendue par la Cour de cassation le 12 juillet 2018.

L’affaire, rapportée par Le Figaro, a mis en lumière la situation d’un salarié d’une « multinationale britannique spécialisée dans les services d’hygiène aux entreprises ». Obligation lui avait été faite d’être joignable à tout moment, afin de pouvoir « répondre aux sollicitations de ses subordonnés ou clients ».

En dehors de ses heures de travail, l’employé devait donc garder son téléphone allumé. Ce qui constitue obligatoirement une astreinte, rappelle au quotidien Sylvain Niel, avocat en droit social, évoquant l’article L13121-5 du Code du travail. C’est pour cette raison que l’entreprise a été condamnée à verser plus de 60.000 euros à son employé.

Pour rappel, la loi El Khomri, votée en 2016, avait introduit la notion de droit à la déconnexion, qui oblige les entreprises de plus de 50 salariés à mettre en place « des instruments de régulation de l’outil numérique ». Des mesures visant « à assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale.**bfmtv./ 02 aout 2018

******************************************************

    **La Terre vit à crédit

*Dès mercredi 1er Aout 2018, l’humanité aura épuisé les ressources de la planète pour 2018

ECOLOGIE L’humanité aura consommé au 1er août l’ensemble des ressources que la nature peut renouveler en un an et vivra « à crédit » pendant cinq mois…

La planète Terre vu de l'espace (image d'illustration).
20 Minutes avec AFP / lundi 30 juillet 2018

***Le 1er août est « la date à laquelle nous aurons utilisé plus d’arbres, d’eau, de sols fertiles et de poissons que ce que la Terre peut nous fournir en un an pour nous alimenter, nous loger et nous déplacer et émis plus de carbone que les océans et les forêts peuvent absorber », explique Valérie Gramond de WWF, partenaire du Global Footprint Network. « Il nous faudrait aujourd’hui l’équivalent de 1,7 Terre pour subvenir à nos besoins », souligne WWF dans un communiqué.

 

Voir l'image sur Twitter

***Cette date est la plus précoce jamais enregistrée depuis le lancement du « jour du dépassement » au début des années 1970, où la date retenue était celle du 29 décembre. En 2017, il était intervenu le 3 août. Le mouvement « s’est accéléré à cause de la surconsommation et du gaspillage », explique Valérie Gramond, qui rappelle que dans le monde, environ un tiers des aliments finissent à la poubelle. « On met à mal la capacité de la planète à se régénérer », en puisant par exemple dans les stocks de poissons, ajoute-t-elle.

**« On doit passer du cri d’alarme à l’action »

La situation diffère fortement selon les pays. « Nous avons des responsabilités différentes : des petits pays avec peu de population, comme le Qatar et leLuxembourg, ont une empreinte écologique extrêmement forte », souligne Pierre Cannet de WWF. Si l’ensemble de l’humanité vivait comme eux, le « jour du dépassement » interviendrait dès les 9 et 19 février. A l’inverse, dans un pays comme le Vietnam, la date retenue est celle du 21 décembre.

« On doit passer du cri d’alarme à l’action », estime Pierre Cannet, qui s’inquiète de la reprise des émissions de CO2 au niveau mondial en 2017 après trois années de stabilisation. Sur le site internet du « jour du dépassement » sont présentées différentes solutions pour inverser la tendance : revoir la façon dont sont pensées les villes, développer et privilégier les énergies vertes, lutter contre le gaspillage alimentaire et la surconsommation de viande, limiter l’expansion démographique.

Chacun peut calculer son empreinte écologique sur http://www.footprintcalculator.org.

**20minutes.fr/  lundi 30 juillet 2018

*****************************************************************

Google maps: La Terre enfin représentée par un globe en 3D, fini le planisphère

Le globe terrestre restitue plus fidèlement la taille des continents.

PLANETE Google a mis à jour son service de cartographie pour mieux représenter la Terre…

20 minutes avec Agence / mardi 07 aout 2018

Google maps a décidé de présenter une image plus réaliste de notre planète en lui rendant sa forme ronde. La semaine dernière, le géant américain a effectué une mise à jour de son application Google maps pour remplacer l’ancienne image du planisphère par un globe terrestre en 3D. L’internaute s’aperçoit de la modification en dézoomant : notre planète n’apparaît plus plate mais bien ronde.

**Visiter d’autres planètes

Google a donc abandonné le planisphère qui avait le défaut de déformer les zones éloignées de l’équateur. L’Europe apparaissait par exemple plus étendue que l’Amérique du Sud alors qu’elle est en réalité deux fois plus petite.

La nouvelle représentation de la Terre n’est pas l’unique innovation du nouveau Google maps. Lorsque le mode satellite est activé, on peut aussi voyager dans l’espace et visiter d’autres planètes ou des satellites naturels.*20 minutes avec Agence - mardi 07 aout 2018

*****************************************************************

Géopolitique d’un club de vacances

  • MOYEN-ORIENT
  • TURQUIE
  • LE QUOTIDIEN D’ORAN – ORAN

Publié le 19/08/2014 

L’Allemand organisé, le Français râleur, le Russe porté sur la boisson – autour du buffet d’un village de vacances en Turquie, les touristes confortent les stéréotypes nationaux, s’amuse un journaliste algérien.

 dans société

[Article initialement publié en 2014] Quelque part au sud de la Turquie. Au pied de montagnes chauves, dans un “resort”, sorte d’enclave luxuriante pour touristes encagés où tout (ou presque) est compris, la bataille des transats fait rage. L’Allemand se lève très tôt et, avant même de fondre sur le buffet du petit-déjeuner, il se dépêche d’étendre ses serviettes à la plage ou à la piscine. Sa satanée obsession de la profondeur stratégique le mène souvent à réserver plus de chaises longues que nécessaire.

Au grand dam de l’Anglais, son fidèle rival, qui n’hésite donc pas, pensant que personne ne le regarde, à jeter lesdites serviettes sur la pelouse et à récupérer quelques pliants au risque d’un gros raffut une ou deux heures plus tard.

Le Russe se lève tôt lui aussi ce qui n’est pas un moindre exploit quand on sait qu’il a levé le coude jusque tard dans la nuit au son de Shakira ou de Tarkan. Visage bouffi, accompagné par madame, blonde, cela va de soi, et de leurs deux ados – tout ce beau monde faisant la mine –, il accorde un bref regard de mépris à l’Allemand en train de délimiter son périmètre.

Puis, la famille au complet chausse ses palmes et entre dans l’eau encore froide sans la moindre hésitation. En moins d’une minute, la voilà déjà au large, presque invisible. Son éloignement inquiète un peu l’Allemand qui se demande si les Russes ne vont pas saccager sa mise en place une fois sortis de l’eau. Il hésite à attendre leur retour mais l’appel des œufs brouillés et des crêpes à la confiture de rose est trop fort.

**Parasols, merguez de volaille et faux sacs Vuitton

Le Français, lui, râle. Bien sûr, cela fait cliché que de l’écrire mais la réalité est ce qu’elle est. Pourquoi n’y-a-t-il pas de vraies saucisses de porc à la place de ces merguez de volaille au cumin est son premier grief de la journée. Quelques minutes plus tard, découvrant l’étendue des annexions germano-britanniques, il va se mettre en quête “d’un responsable” pour protester puisque le règlement – placardé sur la plage – interdit la réservation de transats.

Un garçon de plage finit par lui trouver un parasol de libre et, gros bouquin de Marc Levy ou de Jean-Christophe Grangé en main, voici notre râleur qui, enfin calmé, joue au tournesol. De temps à autre, la moitié de la plage (ou presque, n’exagérons pas) bénéficie de ses réflexions. Il juge ainsi que l’arak ressemble un peu trop à l’ouzo mais que, de toutes les façons, rien ne vaut le pastis et les vacances en Corse. Sa femme, elle, se demande si acheter un faux sac Vuitton au marché d’à côté est vraiment dangereux. Un seul, pas dix, comme les Russes, précise-t-elle.

Tiens, voilà un Algérien accompagné de sa femme et de celle qui semble être sa belle-sœur. Le premier jour, ces dames se sont baignées entièrement vêtues d’une ample robe noire. A la piscine, un maître-nageur leur a fermement demandé de quitter le bassin pour raisons hygiéniques et elles ont été obligées de se rabattre sur la plage où des dizaines de regards, curieux, réprobateurs ou carrément hostiles, ont pesé sur elles. Quelques jours plus tard, une certaine sensation de détente et de frivolité générale aidant, les robes de bain ont fini par disparaître remplacées par de sages maillots une-pièce achetés à la boutique hors de prix de l’hôtel…

Comme le Français, avec lequel il a fini par sympathiser, l’Algérien parle haut, avec cet accent néo-algérois si difficile à blairer. Mais il ne râle pas. Il s’extasie devant tout ce que font les Turcs. “Qu’est-ce qu’ils travaillent ! On aurait pu tellement apprendre d’eux. On est loin, vraiment ! Pourtant, Béni Saf c’est bien plus beau qu’Antalya, non ?”

Toutes nationalités confondues, les mâles de la plage ne cessent d’observer les quatre ou cinq Iraniennes qui, telles des stars, arrivent tard et repartent toujours les premières. Nez visiblement refaits, poitrines opulentes et tailles de guêpes, pagnes transparents, maillots, ou plutôt strings de marque, longues cigarettes à la main et ne dédaignant pas une pression servie dans l’une des multiples buvettes gratuites. Ces jeunes femmes assurent le spectacle et montrent, s’il le fallait encore, que rien n’est simple concernant le pays des ayatollahs.

**Regain de tension au dîner

Au plus fort en début de journée à cause de la course au transat, la tension diminue progressivement au fil des heures et chacun vaque à ses occupations.

Mais quand vient l’heure du dîner, c’est de nouveau l’heure des affrontements et du parcours du combattant. Autour des buffets, ça se toise, ça vérifie que l’autre n’a pas quelque chose dans son assiette qu’on aurait raté, ça slalome, ça n’attend pas son tour pour récupérer quelques calamars carbonisés, ça se fait des queues de poisson, ça se donne des coups d’épaule. Les assiettes se remplissent à ras-bord.

Visage rouge et épaules en feu, l’Anglais n’hésite pas à dîner en tongs, marcel et bermuda là où les rares clients turcs présents s’affichent en costume de lin, chaussettes fines et chaussures blanches. Qu’en dirait Agatha Christie qui aimait tant décrire l’élégance de ses compatriotes voyageant en Orient ?

Le Russe fait d’énormes provisions, surtout au buffet des desserts. C’est par assiettes entières que les cargaisons de kabak et de gâteaux au miel vont monter dans sa chambre. Pour couper une faim nocturne ou peut-être la peur de manquer… Et comme chaque soir, la Française n’est pas contente. “Encore no caramelo ?” demande-t-elle à un serveur qui essaie de sourire alors qu’il tombe de sommeil. “Pourquoi hein ? Pourquoi toujours no car

sommeil. “Pourquoi hein ? Pourquoi toujours no caramelo ? Bon puisque c’est comme ça, vanilla alors !”

Il est vingt et une heures. La sarabande s’apaise. Il est temps d’aller courir à l’amphithéâtre pour suivre le spectacle du soir, des danses cubaines ou des jongleurs anatoliens (l’Allemand peut prendre son temps, il a envoyé ses enfants pour réserver des sièges). Parmi les retardataires au restaurant, l’Algérien, lui, est tout content. Il vient d’apprendre par la bouche d’un serveur que dolma veut dire légume farci…

- Publié le jeudi 14 août 2014– Akram Belkaïd - LE QUOTIDIEN D’ORAN

*****************************************************************

La mère d’Oussama Ben Laden témoigne pour la première fois :

“Mon fils a subi un lavage de cerveau”

ben-laden

*Quel dessein inavoué vise-t-on derrière l’interview?

**Par Karim B. –.algeriepatriotique–Les plus grands médias internationaux ont relayé de façon systématique une interview «accordée» par la mère d’Oussama Ben Laden au journal britannique The Guardian. La mère du fondateur d’Al-Qaïda, qui coule des jours heureux à Jeddah, en Arabie Saoudite, reprend la rhétorique éculée du «fils victime de mauvaises fréquentations».

Alia Ghanem a accueilli les journalistes du quotidien britannique chez elle, en présence du frère d’Oussama Ben Laden. Faisant plus jeune que son âge, la mère du terroriste, abattu par les services de sécurité américains au Pakistan, explique que c’est à l’université de Jeddah qu’Oussama Ben Laden a «subi un lavage de cerveau». Oussama Ben Laden a été mis hors d’état de nuire mais l’université, elle, existe toujours et continue donc de fabriquer des terroristes à travers son enseignement wahhabite qui consiste à endoctriner les disciples pour répandre cette doctrine moyenâgeuse à travers le monde.

L’interview a pu avoir lieu grâce à l’autorisation de Mohammed Ben Salmane, précise The Guardian. Dès lors, plusieurs questions s’imposent : pourquoi le régime de Riyad sort-il la mère du chef terroriste de l’anonymat pour lui faire dire qu’Oussama Ben Laden, l’homme qui a chamboulé l’ordre mondial, n’est pas un bourreau mais la «victime» de précepteurs qui l’ont «dévié de la bonne voie» ? La famille Ben Laden n’a jamais été inquiétée, ni par les Américains qui ont continué à traiter avec les richissimes frères et sœurs de l’«Afghan arabe» de Bora Bora ni par les autorités saoudiennes qui, bien au contraire, semblent lui vouer de la déférence et faire preuve de complaisance envers elle.

Le régime de Ryad s’est-t-il entendu avec ses alliés occidentaux – Washington et Londres – pour tourner la page Al-Qaïda et effacer des mémoires l’image d’un Ben Laden puissant et dominateur qui serait, à en croire sa propre mère, un pantin manipulable et malléable à merci ? L’interview d’Alia Ghanem cache forcément un dessein inavoué. Lequel ?

*Par Karim B. –.algeriepatriotique- 4 aout 1018

****************

terrorisme Ben Laden

**3 août 2018, -Sept ans après la sortie de scène ultra-médiatisée de son fils Oussama Ben Laden, tué par un commando américain à Abottabad, au Pakistan, en mai 2011, sa mère, la très discrète Alia Ghanem, sort du silence pour brosser un portrait plus intimiste du défunt leader d’Al-Qaïda, égrenant ses souvenirs dans les colonnes du journal britannique The Guardian.

Ce n’est qu’au terme de plusieurs jours de tractations, ainsi que l’a précisé le journaliste qui a recueilli ses confidences, que la maman du cerveau présumé des attentats du 11 septembre, dont l’exécution fut le point d’orgue du premier mandat d’Obama, a accepté de lever un coin du voile sur la face méconnue de son enfant.

Né en 1957 à Riyad, au sein d’une richissime famille saoudienne originaire du Yémen, proche de la monarchie wahhabite, et devenu orphelin de père à l’âge de 10 ans, celui que les Etats-Unis ont traqué sans relâche pendant dix ans et dont la mort, longtemps entourée de zones d’ombre et de vidéos truquées, a indéniablement favorisé la réélection de Barack Obama, est décrit comme un « bon enfant » qui était « timide et très bon élève » par sa mère.

Au décès brutal de son père, le fondateur de l’empire florissant Bin Laden Construction groupdisparu prématurément dans un accident d’avion, le jeune Oussama poursuivit sa scolarité dans l’une des écoles les plus renommées de Jeddah, avant, quelques années plus tard, de décrocher brillamment son diplôme d’ingénieur à l’université du roi Abdelaziz.

« Au départ, nous étions très fiers de lui. Même le gouvernement saoudien le traitait d’une manière très noble et respectueuse. Et puis est venu Oussama le moudjahid » a souligné Alia Ghanem.

Alia-Ghanem-300x169

C’est au cours de ses années universitaires, alors qu’il avait déjà noué des liens avec les Frères musulmans, particulièrement actifs dans le royaume saoudien, que sa maman observera les premiers signes du changement qui était en train de s’opérer en lui. « Mon fils est devenu un homme différent à partir de là », a-t-elle confié au Guardian, convaincue que la rencontre qui fit basculer sa vie fut celle avec son mentor en politique et conseiller spirituel, le cheikh palestinien Abdallah Azzam, un membre des Frères musulmans exilé en Arabie saoudite.

En réalité, le grand tournant de son existence se produisit précisément avec l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, en décembre 1979. Les Etats-Unis incitèrent alors le Pakistan et l’Arabie saoudite à organiser un mouvement de volontaires musulmans pour lutter contre l’« empire du Mal ». Un mouvement que s’empressa de rejoindre le futur chef d’Al Qaïda et où, effectivement, il croisa le chemin de Abdallah Azzam, qui jouera un rôle crucial dans sa formation

« Il a rencontré des gens qui lui ont fait subir un véritable lavage de cerveau au début de la vingtaine. Je ne cessais de lui répéter de rester loin d’eux. Jamais, il ne m’a dit ce qu’il faisait réellement, quelle était sa mission », s’est désolée Alia Ghanem, en assurant n’avoir jamais imaginé qu’il deviendrait un jour « djihadiste ». « Cela ne m’a jamais traversé l’esprit », a-t-elle insisté.

A la question de savoir ce qu’elle, et les nombreux frères et sœurs d’Oussama Ben Laden, ont ressenti en apprenant qu’il avait emprunté les sentiers de la guerre, elle a répondu : « Nous étions extrêmement contrariés. Je ne voulais pas que cela arrive. Pourquoi aurait-il renoncé à tout ce qui faisait sa vie comme ça ? ». « La dernière fois que j’ai vu mon fils, c’était en Afghanistan en 1999 », a-t-elle tenu à ajouter.

Au cours de cet entretien exclusif où elle s’est confiée à cœur ouvert, Alia Ghanem a évoqué les jours heureux de son enfance passée en Syrie, dans la ville côtière de Lattaquié. Elle s’est remémorée avec émotion sa jeunesse, choyée par sa famille alaouite, puis son installation en Arabie saoudite au milieu des années 1950.

Pour les demi-frères d’Oussama Ben Laden que le journaliste du Guardian a souhaité également interroger, c’est le cœur d’une mère qui parle. Une mère qui, selon eux, « aimait tellement son enfant » qu’elle a « toujours refusé de le blâmer », ou de le voir tel qu’il était vraiment. « Au lieu de cela, elle blâme ceux qui l’entourent. Elle ne connaît que le bon côté de son garçon, le côté que nous avons tous vu. Elle n’a jamais connu le côté djihadiste », ont-ils indiqué, en nuançant l’image idéalisée du personnage qu’en donne Alia Ghanem, sa mère inconsolable. **oumma.com/ 3 août 2018, 

**************************************************************

Belgique : un ancien militaire se fait exploser sur un terrain de foot

 ** le 31 juillet 2018
L’homme serait un ancien militaire de carrière âgé de 65 ans, selon la mairie qui évoque un suicide. Le parquet fédéral indique ne pas être chargé de cette affaire. 

Un ancien militaire de carrière belge est décédé après s’être fait exploser mardi avec une grenade sur un terrain de football désert à Verviers, dans l’est de la Belgique, ont indiqué les autorités municipales et le parquet local.

« L’individu, dont l’identité n’est pas encore connue, s’est fait sauter au milieu du terrain de foot autour de 8h30 du matin. Il était seul au milieu du terrain », a expliqué un adjoint au bourgmestre (maire) de Verviers, Hasan Aydin, joint par téléphone. L’explosion n’a pas fait d’autre victime. « La piste du suicide semble pour l’instant privilégiée, car s’il avait voulu faire des victimes, il se serait rendu dans un autre endroit, à un autre moment », a ajouté l’élu municipal.

Un homme âgé de 65 ans. Des lettres d’adieu et de dernières volontés ont été découvertes au domicile de l’homme, un ancien militaire de carrière âgé de 65 ans, selon le parquet de Verviers.  »Un témoin a contacté les services de police (…) ce mardi matin afin de signaler qu’il a vu un homme seul se diriger au centre du terrain de football, avoir entendu quelques instants plus tard le bruit d’une explosion et avoir constaté que cet homme s’était fait exploser », a précisé le parquet local dans un communiqué. Après l’intervention de la police et du service de déminage, « le médecin légiste a relevé que la mort était due à l’explosion d’une grenade et qu’aucune intervention de tiers n’était à constater », a précisé le communiqué. Aucun autre explosif n’a été retrouvé. 

Une cellule djihadiste démantelée en 2015. Le parquet fédéral, responsable des dossiers terroristes en Belgique, n’avait pas été saisi de cette affaire. Verviers avait fait la une en 15 janvier 2015, lorsqu’une cellule djihadiste avait été démantelée dans une maison de la ville, une semaine après l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris. Le commando comptait trois jeunes revenus de Syrie. Deux d’entre eux avaient été tués après avoir ouvert le feu contre les policiers venus les arrêter. Un troisième, blessé, a été arrêté. Abdelhamid Abaaoud, considéré comme un des organisateurs des attentats sanglants qui ont frappé Paris (novembre 2015) et à Bruxelles (mars 2016), revendiqués par le groupe État islamique (EI), est soupçonné d’avoir supervisé la cellule de Verviers depuis la Grèce.*europe1.fr/ mardi 31 juillet 2018

******************************************************

*Partout, les milieux d’argent douteux, sentent mauvais !

Argentine, un scandale de très grande ampleur. 

un chauffeur fait trembler les milieux d’affaires

Des dizaines d’arrestations ont eu lieu, touchant aussi une entreprise de la famille Macri.

LE MONDE | 04.08.2018 

Cristina Kirchner, alors présidente de l’Argentine, et Julio de Vido, alors ministre de la planification, à Buenos Aires en 2014.

On parle déjà, à Buenos Aires, d’un scandale de très grande ampleur. Depuis le 1er août, l’Argentine connaît une spectaculaire vague d’arrestations de plus d’une dizaine d’ex-fonctionnaires des gouvernements Kirchner, au pouvoir entre 2003 et 2015, mais aussi, pour la première fois, de plusieurs chefs d’entreprise, mis en cause dans une vaste affaire présumée de pots-de-vin. L’ancienne présidente péroniste, Cristina Kirchner (2007-2015), est convoquée, le 13 août, par le juge Claudio Bonadio, qui la considère comme « chef d’une association de malfaiteurs ». Il pourrait demander au Sénat la levée de l’immunité parlementaire de celle qui est aujourd’hui sénatrice.

Mais le scandale ne se limite pas à l’entourage de Mme Kirchner. Parmi les hommes d’affaires placés en détention figure le patron d’une société de BTP du Groupe Macri, fondé par Franco Macri, le père de l’actuel président argentin, Mauricio Macri, au pouvoir depuis décembre 2015.

A l’origine du scandale, huit simples cahiers d’écoliers rédigés par Oscar Centeno, le chauffeur de Roberto Baratta, homme de confiance de l’ex-ministre de la planification, Julio de Vido. MM. Baratta et Centeno ont été arrêtés. Et le chauffeur a opté pour le statut de témoin protégé et a décidé de collaborer avec la justice, lors de son audition devant le juge, jeudi 2 août.

Pendant dix ans, entre 2005 et 2015, M. Centeno a noté minutieusement les remises de valises de millions de dollars, qu’il aurait effectuées en voiture, précisant de façon détaillée les parcours empruntés et les noms des personnes impliquées. Il s’agissait, selon lui, d’amener l’argent jusqu’à la Casa Rosada, le palais présidentiel, ou encore la résidence présidentielle d’Olivos, dans la banlieue de Buenos Aires, mais aussi au domicile des Kirchner, dans un quartier résidentiel de la capitale. D’après le parquet, il s’agirait de quelque 160 millions de dollars en liquide, provenant de pots-de-vin,…lemonde.fr / samedi 04 aout 2018

***********************************************

Commerce extérieur : une nouvelle année noire pour la France 

Au premier semestre, le déficit a atteint 33,5 milliards d’euros. La hausse du pétrole fait craindre une nouvelle dégradation.

LE MONDE | 07.08.2018 

C’était un très beau contrat. L’un des dix plus grands de l’histoire d’Airbus. Signé en 2016, l’achat de 98 avions par l’Iran devait faire entrer des milliards dans les caisses, et assurer des heures et des heures de travail à Toulouse. Mais voilà, Donald Trump imposant des sanctions à tous ceux qui commercent avec Téhéran au-delà du 7 août, Airbus a fait une croix sur cette gigantesque commande, qui pouvait en laisser espérer d’autres. Trois avions ont été livrés. Les autres resteront à l’état de plans sur du papier. Pour ne pas subir les foudres américaines, Renault a aussi stoppé l’essentiel de ses activités en Iran, de même que PSA, qui y assemblait des milliers de véhicules produits sur place ou expédiés de Vesoul (Haute-Saône) et Mulhouse (Haut-Rhin) en pièces détachées.

Sale période pour le commerce extérieur. Contrairement aux espoirs, la France est partie pour une nouvelle année noire dans ce domaine, d’après les statistiques publiées mardi 7 août par les douanes. Au premier semestre, les importations de biens ont dépassé les exportations de 33,5 milliards d’euros. Le déficit extérieur, véritable talon d’Achille de l’Hexagone, s’est à peine tassé de 1 % par rapport à la même période, très négative, de 2017. La performance paraît piteuse en comparaison avec l’Allemagne, qui a annoncé au même moment avoir dégagé un excédent commercial de 121,5 milliards d’euros en six mois, comme au premier semestre 2017.

Le mois de juin a été particulièrement mauvais. Le déficit s’est creusé à 6,2 milliards d’euros, un des chiffres les plus élevés jamais observés. Une conséquence directe de la hausse des cours du pétrole, la principale matière première au monde, que la France ne produit pratiquement plus. « Le déficit se creuse considérablement pour les produits énergétiques », alors que l’industrie manufacturière a, au contraire, bénéficié de bonnes livraisons d’avions, précisent les douanes.* lire la suite – source: .lemonde.fr / mardi 07 aout 2018

*********************************************

Ces grandes villes où un studio coûte moins cher qu’une voiture neuve

Alors que les prix ont flambé ces dernières années à Paris, Bordeaux ou Lyon, dans douze des cent plus grandes villes de France, la tendance est toute autre. Le prix du mètre carré est si bas qu’on peut s’offrir un studio pour moins de 27.000 euros.

Un studio de 18 m2 avec balcon à Perpignan, un appartement de 22m2 dans le centre-ville de Mulhouse, ou encore un 26m2 à cinq minutes du musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne… Ces logements ont tous en commun d’être mis en vente à 27.000 euros ou moins. Alors que les prix immobiliers sont repartis à la hausse en France (+3,5% sur un an au premier trimestre, selon les notaires), certaines grandes villes affichent des tarifs imbattables.

Parmi les 100 plus grandes communes françaises en termes de population, douze villes affichent ainsi un prix au m2 médian (50% des ventes ont été réalisées avec un tarif plus élevé, 50% avec un tarif meilleur marché) inférieur à 1300 euros. On peut ainsi s’offrir un studio d’environ 20 m2 à moins de 27.000 euros. Autrement dit le prix moyen d’une voiture neuve qui, selon les dernières estimations de L’Argus, valait 26.717 euros en 2017. Ce plafond symbolique permet de souligner que les prix immobiliers sont parfois beaucoup plus bas qu’on ne le pense. Et pas seulement en rase campagne.

La championne toute catégorie dans ce domaine est certainement Saint-Etienne, une ville de plus de 170 000 habitants au cœur d’une aire urbaine dépassant le demi-million d’habitants. Entre janvier et mars dernier, les biens, dans l’ancien, s’y sont vendus à un prix médian de 860 euros. C’est quatre fois moins cher qu’à Lyon, la capitale régionale située à une heure de route. Et c’est dix fois moins qu’à Paris. A titre de comparaison, un locataire d’un studio d’une trentaine de m2 dans la capitale pourrait acheter un appartement de la même surface à Saint-Etienne pour l’équivalent de trois années de son propre loyer.

« Des communes généralement en perte de vitesse »

Saint-Quentin dans les Hauts-de-France, 55.000 habitants, est la deuxième ville la moins chère parmi les 100 plus grosses communes du pays.  Le mètre carré médian s’y affiche à 870 euros, toujours selon les données des notaires du premier trimestre. Il est donc possible d’y acquérir un bel appartement de 100 m2 pour moins de 90.000 euros !

Des communes comme Brest, Limoges, Béziers ou Bourges, qui toutes abritent une population de plus de 50.000 habitants, affichent également un prix médian du m2 inférieur à 1 300 euros (voir la liste complète ci-dessous).

Ces tarifs très bas renvoient cependant le plus souvent à des problèmes d’attractivité des communes. « Il s’agit généralement de villes en relative perte de vitesse économique depuis 10 ans. Elles sont éloignées des grands centres urbains ou n’ont pas su tirer parti du développement des grandes agglomérations », analyse Sébastien de Lafond, président fondateur de MeilleursAgents.com. « Ces communes ont souvent connu moins d’investissements en matière d’infrastructures », ajoute-t-il.

Effectivement, depuis leur pic de 2008, Saint-Etienne affiche une baisse des prix de 37%, Calais de 29%, Perpignan de 26% et Troyes de 12% par exemple. Même si les prix peuvent paraître bon marché, il n’est donc pas sûr que ce soit un bon investissement à court terme.

***Voici la liste des 12 villes du top 100 avec un prix au m2 inférieur ou égal à 1 300 euros:

  • Saint-Etienne : 860 euros le prix au m2 médian (-37% depuis 2008)
  • Saint-Quentin : 870 euros (-16% sur 10 ans)
  • Mulhouse : 1 130 euros (-20% sur 10 ans)
  • Bourges : 1 190 euros (-16% sur 10 ans)
  • Roubaix : 1 240 euros (-30% sur 10 ans)
  • Limoges : 1 240 euros (-13% sur 10 ans)
  • Troyes : 1 260 euros (-12% sur 10 ans)
  • Tourcoing : 1 270 euros (-25% sur 10 ans)
  • Béziers : 1 270 euros (-15% sur 10 ans)
  • Calais : 1 270 euros (-29% sur 10 ans)
  • Brest :  1 300 euros (-9% sur 10 ans)
  • Perpignan : 1 300 euros (-26% sur 10 ans)

*bfmtv./ lundi 06 aout 2018

*******************************

A Roubaix, la mairie met en vente des maisons à 1 euro

Pour redonner vie à certains quartiers de la ville laissés à l’abandon, la municipalité des Hauts-de-France propose à la vente des maisons pour le prix symbolique d’un euro.  Des habitations en mauvais état qu’il faudra rénover et habiter au moins six ans. Une première en France.

C’est du jamais vu en France. La mairie de Roubaix va proposer à la vente des maisons pour le prix symbolique d’un euro. Ce projet sur lequel la ville planche depuis plusieurs années doit permettre de redynamiser certains quartiers laissés à l’abandon, mais également de faciliter l’accès à la propriété. « L’ancienneté, la vétusté, voire l’insalubrité des logements du territoire roubaisien le place en deçà des moyennes métropolitaines », explique dans un communiqué Milouda Ala, adjointe au maire en charge du logement.

Seul hic: les potentiels acheteurs devront s’engager à réaliser d’importants travaux et à occuper leur futur logement pendant au moins six ans. Par ailleurs, seuls les primo-accédants peuvent candidater, c’est-à-dire les ménages n’ayant pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années. Ces derniers doivent en outre être éligibles à l’accession sociale, donc ne pas dépasser les plafonds de revenus actuellement en vigueur pour ce type d’habitat. À noter aussi que les locataires habitant Roubaix ou la métropole lilloise (et/ou ceux qui y travaillent) seront privilégiés.

***Trois biens maximum par candidature

Au total, 17 maisons d’une surface habitable de 60 à 148 mètres carrés -allant du deux au cinq pièces et plus- vont être cédées. Les candidats à l’accession pourront se positionner sur trois biens maximum correspondant à la composition de leur foyer et à leur budget. S’agissant des travaux de réhabilitation, ils auront la possibilité de faire appel à une entreprise, de réaliser eux-mêmes les finitions (pose d’un parquet flottant, peinture etc.) ou d’assurer seuls finitions et second oeuvre (cloisons, sols…).

Les personnes intéressées peuvent déposer leur candidature à partir du 21 mars. Les dossiers, à remettre avant le 31 mai 2018, sont téléchargeables sur le site que la mairie de Roubaix à créé pour l’occasion. Pour chacun des biens mis en vente, dix candidats seront sélectionnés et invités à visiter les lieux. Le logement sera attribué par une commission neutre au candidat « le mieux classé », qui se verra attribuer une note en fonction de la qualité de son dossier (composition familiale, revenus, capacité à rembourser son prêt travaux…).

**Modèle britannique

La signature du compromis de vente chez le notaire est prévue pour cet automne et celle de l’acte définitif début 2019. Bien sûr, les frais de mutation sont à la charge de l’acquéreur. Côté tarifs, « ce sera au cas par cas », nous indique-t-on. Le prix de revient d’une maison sera forcément différent d’un foyer à l’autre. Car certains pourront, sous conditions de revenus, bénéficier d’une aide de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), qui peut accorder une subvention pour la réalisation de travaux.

**Calendrier

*bfmtv./ lundi 14/ 03/ 2018

*********************************************

Le Chili devient le premier pays d’Amérique du Sud à interdire les sacs plastique

Un chariot en libre service rempli de sacs plastiques dans un centre commercial de Santiago, le 18 juillet 2018.

Cette mesure, en vigueur depuis vendredi 3 août, est une petite révolution culturelle dans ce pays où seulement 4 % de la population recycle ses déchets et où sont consommés environ 3,4 milliards de sacs plastiques par an.

Le Chili est devenu le premier pays d’Amérique du Sud à interdire les sacs plastique, rejoignant la soixantaine de nations qui ont pris des mesures pour réduire la pollution provoquée par les 10 millions d’emballages de ce type consommés chaque minute dans le monde. « Je voulais partager ma joie avec vous : à compter d’aujourd’hui, nous promulguons la loi », a déclaré vendredi 3 août le président de droite, Sebastian Piñera, lors d’une cérémonie à Santiago, la capitale, avant de donner des sacs en toile au public.

Le texte interdit la distribution de sacs en plastique, sauf ceux servant à emballer des aliments « pour des raisons hygiéniques ou (…) pour éviter le gâchis de nourriture », selon le Journal officiel.

**« Au large, il y a des îles de plastique de la taille du Mexique »

La loi donne six mois à compter de vendredi aux grandes entreprises et deux ans aux petits commerces pour mettre en application cette interdiction totale. Une fois ces délais écoulés, une amende de 370 dollars par sac plastique remis aux clients est prévue en cas d’infraction. Dans l’intervalle, « les commerces peuvent remettre un maximum de deux sacs plastique aux consommateurs à chaque achat », précise le texte.

« Nous sommes très heureux de faire un pas dans la bonne direction. Ce que nous proposons est simple : nous voulons changer le mode de vie des Chiliens. Nous voulons passer de la culture du jetable à celle du durable », a ajouté le chef de l’Etat. « Je me tire moi-même les oreilles, nous devons tous participer à la protection de l’environnement », déclare Marcos Santibañez, client d’un supermarché de la capitale, devant son chariot rempli de sacs pleins de produits.

Un goéland ramasse un sac en plastique sur la plage de Caleta Portales, à Valparaiso, au Chili, le 17 juillet 2018.

**Un goéland ramasse un sac en plastique sur la plage de Caleta Portales, à Valparaiso, au Chili, le 17 juillet 2018

Au Chili, où seulement 4 % des 17,5 millions d’habitants recyclent leurs déchets, se passer de sacs plastique est une véritable révolution culturelle. On estime que les Chiliens utilisent 3,4 milliards de sacs par an, dont au moins 90 % finissent dans des décharges. Ou dans la mer. Pendant l’hiver austral, le littoral chilien, qui s’étend sur plus de 4 000 km, n’est fréquenté par personne, mais jonché de déchets. Ou peut les voir le long des plages du centre du pays. Dans les eaux gelées du Pacifique, les sacs plastiques s’accumulent, en profondeur et en surface, formant d’immenses îles.

« Près des côtes, entre le Chili et le Pérou, il y a des îles de plastique de la taille du Mexique, soit près de 2 millions de kilomètres carrés, rappelle Marcela Cubillos, ministre de l’environnement. Non seulement la quantité est problématique, mais surtout la durée, puisque [les sacs] peuvent rester dans la nature jusqu’à quatre cents ans sans se dégrader. Alors que leur utilité dans la vie quotidienne ne dépasse pas trente minutes. »

En 2016, un programme de nettoyage lancé par le gouvernement, avait permis de ramasser 93 tonnes d’ordures sur 218 kilomètres de plages. Quatre-vingt-dix pour cent de ces résidus étaient du plastique.

**De nombreux pays interdisent ou limitent son utilisation

Le Chili rejoint ainsi la soixantaine de pays qui ont pris des mesures pour réduire leur consommation de sacs à usage unique. Lors de la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, dix pays d’Amérique du Sud et des Caraïbes ont annoncé des initiatives pour limiter leur utilisation.

C’est la petite île des Caraïbes d’Antigua-et-Barbuda qui, dès 2016, avait montré l’exemple en devenant le premier pays du continent américain à interdire les sacs plastiques. La Colombie avait suivi en limitant son interdiction aux sacs de petite taille et en faisant payer pour les plus grands. En Amérique centrale, le Panama a adopté au début de 2018 une loi interdisant les sacs plastique.

En Europe, à la fin de mai, la Commission européenne est allée plus loin en proposant l’interdiction des cotons-tiges, couverts, assiettes, pailles, mélangeurs de cocktails et tiges de ballons en plastique, qui devront à la place êtrefabriqués en matériaux plus durables. En France, les sacs plastique à usage unique sont interdits en caisse depuis juillet 2016 et les sacs fins non compostables, hors caisse (comme les sacs de fruits et légumes), depuis janvier 2017.

Les chiffres donnent le tournis : on estime qu’environ 5 000 milliards de sacs en plastique sont consommés dans le monde chaque année, soit presque 10 millions par minute, selon le rapport publié par l’Organisation des Nations unies au début de juin qui évoque un défi d’une ampleur « décourageante »« S’ils étaient attachés ensemble, ils pourraient entourer la planète sept fois toutes les heures », explique le rapport.*lemonde.fr / samedi 04 aout 2018

**********************************************

Trump encourage la pollution et s’attaque aux normes antipollution dans l’automobile

Le gouvernement américain cible une mesure essentielle de lutte contre le réchauffement climatique de l’ère Obama.

Le gouvernement de Donald Trump s’attaque à l’“une des mesures emblématiques du président Barack Obama pour combattre le changement climatique”, rapporte The New York Times. Jeudi 1er août, l’exécutif américain a rendu public un projet de nouvelle réglementation gelant les normes de consommation de carburant pour les véhicules et empêchant les États de fixer leurs propres normes en la matière.

Alors que la réglementation adoptée en 2012 imposait aux constructeurs automobiles d’atteindre progressivement une moyenne de 54 miles par gallon d’essence en 2025 (5,2 litres aux 100 kilomètres), le gouvernement Trump plafonnerait la norme à 37 miles par gallon (7,6 litres aux 100 kilomètres), soit l’objectif actuellement prévu pour 2020. Au-delà de cette date, la norme n’évoluerait plus jusqu’en 2026.

**La Californie dans le viseur

Avec ces nouvelles règles, “le gouvernement Trump vise directement la Californie et son rôle de régulateur de facto du secteur automobile pour le pays”, souligne The Wall Street Journal. Le plus grand État du pays est un leader sur la question du changement climatique et impose depuis longtemps des normes ambitieuses de consommation de carburant pour les véhicules. Treize autres États ont adopté ses règles, et la réglementation de l’ère Obama “est largement calée” sur celles-ci, écrit le journal des affaires.

Désormais, le gouvernement Trump veut empêcher les États de fixer des normes plus restrictives que celles actées au niveau fédéral. Ce qui promet une longue bataille juridique, qui pourrait aller jusqu’à la Cour suprême. “La Californie défend ses règles de consommation”, titre en une le Los Angeles Times ce 3 août, citant le gouverneur de l’État Jerry Brown, qui a promis de combattre le projet fédéral “par tous les moyens possibles et imaginables”.

Le gouvernement Trump affirme que les normes de consommation de l’époque Obama risquaient d’entraîner 12 700 décès supplémentaires dans des accidents de la route sur les 13 prochaines années. Elles conduiraient les automobilistes à rouler davantage (grâce aux économies d’essence), dans des véhicules plus anciens (les neufs seraient plus chers) mais aussi plus légers, donc moins protecteurs pour leurs passagers. Des arguments qui laissent de nombreux experts sceptiques, comme le détaille The New York Times.

**L’industrie automobile appelle au compromis

Le projet de réglementation dévoilé jeudi “a immédiatement suscité l’opposition d’un ensemble inhabituel de détracteurs – comprenant non seulement des défenseurs de l’environnement et des associations de consommateurs, mais également des représentants de l’industrie automobile ainsi que certains États”, note The New York Times.

Si les constructeurs automobiles jugent les normes de l’époque Obama trop restrictives, ils craignent de se trouver dans une situation d’incertitude en cas de long bras de fer juridique. Ils ont donc appelé à un compromis entre les autorités fédérales et la Californie, rapporte The Wall Street Journal.

Gabriel Hassan / courrierinternational.com / 03 aout 2018

*******Une vague de poussière «apocalyptique» s’empare d’une ville US

south-africa-sandstorm-hoopstad-4

Un haboob, une puissante tempête de poussière, s’est abattu sur la ville américaine de Phoenix, dans l’Arizona. Des clichés et des vidéos de ce phénomène à couper le souffle ont inondé les réseaux sociaux.

Des images et des vidéos spectaculaires d’une tempête de poussière formée le 3 août par de forts vents dans la ville de Phoenix, dans l’Arizona, ont été largement diffusées dans les réseaux sociaux.

Selon The Independent, cette vague faisait environ 1,6 km de haut. La visibilité dans la ville était quasi nulle.

Un haboob est une violente tempête de sable généralement rencontrée dans le désert du Sahara. Ce mot signifie «vent fort» ou «phénomène». *sputniknews. / dimanche 05 juillet 2018

*************************************

7843278_6e442426-97ea-11e8-90dc-059e30cd28ac-1_1000x625

France: pollution à l’ozone dans plusieurs départements

Sous l’effet des fortes chaleurs, plusieurs départements font face à un épisode de pollution à l’ozone, un gaz irritant.

***04.08.2018 

Qui dit fortes chaleurs, dit aussi pollution à l’ozone. Plusieurs régions du Nord, de l’Est et du Sud-Est sont touchées par un nouvel épisode ce samedi. Très irritant, ce gaz peut provoquer des irritations des yeux, du nez et de la gorge.

En Centre-Val de Loire, l’alerte est restée maintenue ce samedi dans le Loiret. En Occitanie, des procédures d’information des populations ont été déclenchées dans le Gard et l’Hérault en raison de la chaleur et du trafic routier prévu pour le week-end dans la vallée du Rhône. Dans les Hauts-de-France, la qualité de l’air est « médiocre » ce samedi, indique Atmo, en raison des « conditions ensoleillées ». Dans le Grand-Est comme en Île-de-France, le pic de pollution persiste également ce samedi.

En Normandie, l’Eure et la Seine-Maritime devaient sortir de l’alerte ce samedi. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, « les niveaux d’ozone devraient augmenter dans le sud des Alpes-de-Haute-Provence mais ils devraient rester en dessous du seuil d’information-recommandations en raison des nuages et des risques d’orages », indique Air Paca, en charge de la surveillance de l’air.

Il ne faut pas confondre l’ozone stratosphérique, la fameuse « couche d’ozone » qui protège la Terre des rayonnements ultraviolets du soleil, et l’ozone que l’on respire et qui devient toxique lorsque sa concentration augmente.

Cet ozone des basses couches de l’atmosphère est un polluant dit « secondaire » car il n’est pas directement rejeté par une activité. Il est issu de réactions chimiques, sous l’effet du soleil, impliquant des polluants présents dans l’air, comme les oxydes d’azote, émis principalement par le trafic routier, et les composés organiques volatils (hydrocarbures, solvants…), rejetés par l’industrie.

Il pose surtout problème en été, en période de fort ensoleillement et s’il n’y a pas de vent pour le disperser. Il peut être transporté sur de longues distances.

**Pas de valeur limite légale pour l’ozone en Europe

« On parle d’une baisse de 10 % de l’amplitude des pics depuis le début des années 2000 », indique Augustin Colette, spécialiste de la modélisation de la qualité de l’air à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris).

Cette baisse n’est « pas encore satisfaisante », note-t-il, et elle risque d’être annulée par le réchauffement appelé à multiplier les canicules.

Contrairement à d’autres polluants de l’air, il n’existe pas de valeur limite légale pour l’ozone en Europe, mais une valeur cible de 120 microgrammes/m3 en moyenne sur 8 heures.

Pour la protection de la santé à long terme, cette valeur ne doit pas être dépassée plus de 25 jours par an, en moyenne sur trois ans. Mais sur la période 2014-2016, Auvergne Rhône-Alpes, Grand-Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont au-delà, avec parfois entre 40 et 50 jours de dépassement, selon le ministère de la Transition écologique.

**Responsable de 500 décès par an

Il existe d’autre part en France une procédure d’information des populations au-delà de 180 microgrammes/m3 en moyenne horaire et d’alerte au-delà de 240.

L’ozone (O3) est un gaz irritant qui pénètre facilement jusqu’aux voies respiratoires les plus fines. Il peut provoquer des irritations des yeux, du nez et de la gorge, de la toux, des essoufflements…en particulier chez les personnes les plus sensibles (personnes âgées, asthmatiques, jeunes enfants).

Il faut distinguer pics de pollution et exposition chronique à des niveaux de concentration élevés qui ne dépassent pas nécessairement les valeurs cibles. Ainsi, des concentrations journalières élevées d’ozone sont associées à une augmentation de crises d’asthme, d’admissions hospitalières pour causes respiratoires et cardiovasculaires, selon Santé Publique France.

Selon une étude publiée en 2016 par cette agence, « l’exposition chronique à l’ozone serait responsable de près de 500 décès pour causes respiratoires chaque année » en France. Moins que les 48 000 décès annuels attribués aux particules fines (PM 2,5), autre polluant de l’air.

**La photosynthèse également impactée

Concernant cette fois les pics de pollution, une autre étude de la même agence portant sur neuf grandes villes a conclu que pendant la canicule de 2003, l’ozone aurait été responsable de 380 décès prématurés (dont 228 à Paris) entre le 3 et le 17 août.

À des taux élevés, ce gaz réduit la capacité des végétaux à assurer la photosynthèse. « Des niveaux élevés d’O3 causent des dommages aux cellules des plantes, altérant leur reproduction et leur croissance, réduisant ainsi la production des récoltes agricoles, la croissance de la forêt et la biodiversité », souligne l’Agence européenne de l’environnement (AEE).

À la différence de l’ozone, les particules, matières microscopiques en suspension dans l’air, proviennent directement des combustions industrielles et domestiques et des transports (diesel) notamment. Les épisodes de pollution aux particules ont lieu essentiellement en hiver. Les organismes de surveillance de la qualité de l’air mesurent également les dioxydes d’azote (NO2) ou de soufre (SO2).– leparisien.fr / 04.08.2018 

********************************************************

La Turquie prend des sanctions contre des ministres américains

L’escalade continue. Après avoir menacé de le faire, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a demandé samedi 4 août le gel en Turquie des avoirs des ministres de la justice et de l’intérieur états-uniens, répliquant à des sanctions similaires prises par Washington en lien avec la détention d’un pasteur américain, Andrew Brunson.

« Jusqu’à hier soir nous sommes restés patients. Aujourd’hui j’en donne l’instruction : nous gèlerons les avoirs en Turquie des ministres de la justice et de l’intérieur américains, s’ils en ont », a déclaré M. Erdogan lors d’un discours télévisé à Ankara. « Nous ne voulons pas de jeux perdant-perdant. Déplacerune dispute politique et judiciaire sur le terrain économique nuit aux deux pays. »

« La Turquie est un Etat de droit », a rappelé le président turc, qui affirme toujours ne pas pouvoir intervenir dans le procès du pasteur américain. « Ceux qui pensent pouvoir faire reculer la Turquie avec un langage menaçant et des sanctions absurdes ne connaissent pas ce pays », a-t-il ajouté.

La tension est montée d’un cran ces derniers jours entre Washington et Ankara, autour du sort du pasteur américain Andrew Brunson. Placé en résidence surveillée en Turquie après un an et demi de détention, le religieux, accusé d’activités « terroristes » et d’espionnage, rejette toutes les accusations portées contre lui. Il risque jusqu’à trente-cinq ans d’emprisonnement.

Washington a imposé mercredi soir des sanctions aux ministres turcs de l’intérieur et de la justice, pour leur rôle présumé dans cette affaire.

Les relations entre la Turquie et les Etats-Unis, qui ont les deux plus grandes armées de l’OTAN, sont aussi compliquées par des désaccords sur le dossier syrien et le sort du prédicateur et opposant turc Fethullah Gülen, exilé en Amérique, dont Ankara réclame avec insistance l’extradition pour son implication présumée dans le putsch avorté de juillet 2016. Cette demande est restée pour l’heure lettre morte.*lemonde.fr / samedi 04 aout 2018

***************************************************************

Twitter fait le ménage parmi les comptes douteux et affole les utilisateurs

Twitter fait le ménage parmi les comptes douteux et affole les utilisateurs

  le 31 juillet 2018
***Dans la nuit de lundi à mardi, Twitter a supprimé des milliers de comptes douteux en France, comme elle le fait partout dans le monde. Mais des internautes ont crié à la censure.

Les internautes membres de Twitter se sont réveillés avec une drôle d’impression mardi : certains ont perdu des dizaines d’abonnés et d’autres ont carrément vu leur compte supprimé quelques temps. Si quelques voix se sont inquiétées d’une possible censure, il n’en est rien : Twitter continue simplement de faire le ménage parmi les utilisateurs douteux qui pullulent sur le réseau social, comme l’indique le Blog du modérateur.

Comptes bloqués. Concrètement, Twitter a mené une opération de vérification des comptes jugés suspects en raison de leur activité. Le réseau en a donc fermé provisoirement un nombre indéterminé et demandé le numéro de téléphone de l’utilisateur pour pouvoir réactiver le compte. Ceux qui n’en ont pas, parce que ce sont des « bots » ou parce qu’ils sont gérés anonymement, sont donc passés hors-ligne. Résultat, des milliers de faux utilisateurs ont disparu du réseau social, entraînant pour certains, une perte conséquente d’abonnés. D’ailleurs, « Bonjour Twitter » était l’une des expressions les plus utilisées mardi matin sur le réseau social, les membres s’inquiétant de cette « purge » soudaine.

Ce qui a mis la puce à l’oreille des utilisateurs, c’est que de nombreux comptes bloqués reflètent des engagements politiques, qu’il s’agisse d’inconnus, ou de personnalités comme l’élue LR Valérie Debord ou la journaliste Aude Lancelin. Un point commun qui tout de suite fait penser à une censure.

Campagne d’assainissement. Dans les faits, cela n’a rien à voir avec une campagne de censure politique. Depuis deux mois, Twitter a entamé une purge des comptes suspicieux et des spams afin d’assainir le réseau, de lutter contre la désinformation et les discours violents. « Nous avons bloqué des comptes quand nous avons détecté des changements soudains dans leurs comportements. Dans ce cas, nous contactons les propriétaires de ces comptes et, à moins qu’ils valident leur compte et changent leur mot de passe, nous les gardons bloqués avec impossibilité de se connecter », expliquait Twitter début juillet.

Reste que cette nouvelle vague s’est déroulée sans avertissement préalable et sans explication pour les comptes concernés. Un manque d’information, qui combiné à l’obligation de vérifier son compte par le biais de son numéro de téléphone, n’a pas plus à certains « twittos ». Quand d’autres ont préféré se réjouir de voir les spams supprimés du réseau.

La campagne d’assainissement de Twitter devrait continuer dans les semaines à venir. Au deuxième trimestre, le réseau social a ainsi perdu plus d’un millions d’abonnés et a plongé en Bourse.**europe1.fr/ mardi 31 juillet 2018

****************************************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café