*Steve Jobs

**Steve Jobs… le visionnaire d’Apple est mort.

 

Celui qui était devenu indissociable de la marque à la pomme. Celui qui était derrière l’iPhone et l’iPad…

 Steve Jobs est mort, annonce Apple

 

*Le fondateur emblématique d’Apple s’est éteint mercredi à Los Angeles. Le monde rend hommage à ce visionnaire de l’informatique. – Le créateur du Mac, de l’iPod et de l’iPhone, avait 56 ans…

Steve Jobs est mort mercredi, à l’âge de 56 ans, a annoncé Apple le 5 octobre. «Nous sommes tristes d’annoncer que Steve Jobs est décédé aujourd’hui», écrit le comité de direction de l’entreprise dans un bref communiqué. «L’esprit brillant de Steve, sa passion et son énergie furent les sources d’innombrables innovations qui ont enrichi et amélioré nos vies. Son plus grand amour était pour sa femme, Laurene, et sa famille. Nos pensées sont avec eux et avec tous ceux qui ont été touchés par son incroyable talent».

Le site Apple.com rend homme à son cofondateur avec une image en noir et blanc, simplement accompagnée du texte «Steve Jobs, 1955-2011», qui illustre cet article.

«Steve est mort paisiblement entouré par sa famille», précisent ses proches dans un message. Ils indiquent qu’un site Web sera mis en ligne pour permettre à tous les internautes de laisser un hommage.

Longue maladie

En 2004, Steve Jobs avait été opéré d’un cancer du pancréas, une maladie en général fatale. Dans son cas, il s’agissait d’une forme rare, et la tumeur avait pu être retirée. Deux ans plus tard, il était apparu très amaigri, relançant les rumeurs sur un retour de la maladie. En janvier 2009, il avait été contraint de prendre un second congé maladie, annonçant qu’il souffrait d’un déséquilibre hormonal. Six mois plus tard, il subissait avec succès une greffe de foie.

Après un 3e congé maladie début 2011, il avait finalement annoncé, le 25 août dernier, que sa santé l’obligeait à démissionner de son poste de directeur général du groupe. Apple avait aussitôt nommé Tim Cook pour le remplacer et fait de Steve Jobs le président du conseil d’administration. Après avoir présenté l’iPhone 4S hier, Tim Cook se trouve désormais seul à la barre. (20Minutes-06.10.2011.)

 

Comme ces étudiants de Stanford, il pourra cependant compter sur les enseignements de Steve Jobs pour le guider:

 Miniature

**vidéo..ici

*************************

**Portrait

 *Steve Jobs, l’homme visionnaire qui voulait changer le monde (et qui a réussi)

 Les fondateurs d'Apple, Steve Jobs (à droite) et Steve Wozniak, en 1976, devant un Apple I.

 *Photo: les fondateurs d’Apple, Steve Jobs (à droite) et Steve Wozniak, en 1976, devant un Apple I

«Tu veux passer le reste de ta vie à vendre de l’eau sucrée ou tu veux changer le monde?»C’est ainsi, selon la légende, que Steve Jobs, alors âgé de 28 ans, a convaincu le président de Pepsico, John Sculley, de rejoindre Apple en 1983.Alors qu’il s’est éteint, mercredi, des suites d’une forme rare du cancer du pancréas, Steve Jobs peut laisser son héritage parler pour lui. Du Mac à l’iPhone, en passant par l’iPod et l’iPad: mission accomplie. En 35 ans de carrière, il a, non sans quelques controverses, rendu le monde de l’électronique un peu plus beau; et surtout beaucoup plus simple. Les débuts ne sont pourtant pas faciles. Sa mère biologique, une étudiante non mariée de San Francisco, prépare tout: son fils sera adopté par un avocat et sa femme. Mais au dernier moment, ces derniers décident qu’ils veulent une fille. Jobs atterrit chez un couple dont le mari n’a même pas terminé le lycée. Sa mère accepte de signer les papiers d’adoption contre une promesse: que son fils étudie jusqu’à l’université. Jobs grandit à Cupertino, au coeur de la Silicon Valley. Très tôt, il se passionne pour l’informatique. Pendant les années lycées il assiste régulièrement à des conférences sur le campus de Hewlett-Packard. Il y travaille les étés, et c’est là qu’il rencontre Steve Wozniak. Comme promis, il va à la fac. Après seulement six mois, il décide d’arrêter ses études, comme Bill Gates ou Mark Zuckerberg après lui. «Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire de ma vie, ni comment la fac allait m’aider à le découvrir, et j’étais en train de dépenser toutes les économies de mes parents», raconte-t-il dans son discours de Stanford, en 2005.Jobs ne quitte pas complètement le campus. Il s’inscrit à quelques cours qui l’intéressent, comme la calligraphie. «Si je n’avais pas atterri dans cette classe, le Mac, 10 ans plus tard, n’aurait jamais eu ces belles typographies», jure-t-il. Il dort part terre dans les chambres de ses amis, ramène des canettes pour 5 cents et marche 10 km jusqu’à un temple hindou pour un repas chaud hebdomadaire.Après un voyage en Inde, dont il revient bouddhiste, il travaille chez Atari puis fonde Apple en 1976, avec Steve Wozniak. Des deux, Wozniak est le génie de l’électronique, sans égal pour intégrer le maximum de composants sur une carte mère; Steve Jobs est le visionnaire, celui qui pense du point de vue de l’utilisateur. Si l’Apple I n’est qu’un embryon de «Personal Computer», l’Apple II, en 1976, «possède déjà tout ce qui fera le succès d’Apple», analyse pour 20minutes.fr  Leander Kahney, auteur du livre A l’intérieur du cerveau de Steve Jobs: «une certaine idée de l’esthétisme, un appareil fermé qui contient tout, vendu sur ce qu’on peut faire avec, et pas sur ses performances.»La révolution de l’interface utilisateur graphiqueUne visite dans le labo PARC de Xerox fin 1979 change tout. Steve Jobs y aperçoit notamment un des premiers concepts d’interface graphique manipulée avec un ancêtre de souris. Le moment est raconté dans cet article du New Yorker: «Pourquoi vous n’en faites rien, c’est révolutionnaire», hurle Steve Jobs. Dix minutes plus tard, il en est persuadé, «tous les ordinateurs seront commandés de cette manière.»Le prototype de souris de Xerox coûte 300 dollars à fabriquer et se casse en deux semaines. Apple embauche un sous-traitant avec deux directives: concevoir un modèle pour 15 dollars qui dure au moins deux ans. Côté logiciel, les programmeurs travaillent sur des fenêtres, des boutons, des menus. Evincé du projet Lisa (qui sera un échec, à cause d’un prix trop élevé, notamment à côté du Commodore 64), Steve Jobs rejoint une autre équipe. Le 22 janvier 1984, lors du Super Bowl, une publicité de Ridley Scott présente au monde le résultat: le Macintosh.Malgré un succès initial, le Macintosh peine face au front IBM/Microsoft/Commodore et au raz-de-marée PC. Une guerre au sommet d’Apple oppose Steve Jobs à John Sculley. Le conseil d’administration de l’entreprise choisit de soutenir Sculley. Jobs quitte Apple. Il a tout juste 30 ans.Les aventures NeXT et PixarJobs emmène dans ses valises un paquet d’idées et quelques cadres clés. Il fonde rapidement NeXT Computer, qui se lance dans la confection de stations de travail et de solutions logicielles. Les machines NeXT séduisent quelques grands noms, comme Tim Berners-Lee (le papa du World Wide Web) ou John Carmack, co-créateur des jeux vidéo Wolfenstein et Doom.Parallèlement, en 1986, Steve Jobs rachète à George Lucas une de ses divisions d’effets spéciaux, Graphics Group, pour 10 millions de dollars, qui devient Pixar. Vingt ans et une demi-douzaine de succès plus tard (Toy Story, Nemo, Les Indestructibles), Steve Jobs revend la compagnie à Walt Disney pour 7 milliards de dollars.

Le retour du fils prodigue

En 1996, Apple, qui n’a jamais réussi à séduire le grand public, est au plus mal. L’entreprise rachète NeXT et Steve Jobs reprend les rennes. Fin 97, l’entreprise se trouve au bord du dépôt de bilan. L’action flirte avec les 3 dollars. L’aventure des PDA/tablettes tourne court. L’impensable arrive: l’ennemi juré, Microsoft, investit 150 millions de dollars dans Apple contre le droit de sortir sa suite Office sur Mac.

Le patron d’Apple, réputé colérique, coupe des projets et des têtes. L’entreprise joue son va-tout avec l’iMac, un ordinateur «tout en un» dessiné par Jonny Ives et décliné en plusieurs couleurs. Et puis vient le tour de l’iPod, de la première boutique Apple Store, d’une réorganisation de la chaîne d’approvisionnement, des pubs «Get a Mac», des Macbooks. Apple se lance dans la vente de musique avec l’iTunes store et transforme l’industrie tout entière, signant l’arrêt de mort du CD. Malgré des controversés verrous sur les chansons (DRM), l’iPod/iTunes conquièrent 75% du marché.

Première capitalisation boursière mondiale

En 2004, Steve Jobs survit à une forme rare et opérable du cancer du pancréas. Trois ans plus tard, il présente l’iPhone. Les réactions sont mitigées. L’interface tactile ne fait pas l’unanimité, l’appareil photo n’arrive pas à la cheville de ceux de Nokia et l’Europe se gausse face à un téléphone qui n’est même pas compatible avec les réseaux 3G. Mais la sortie de ses deux successeurs et l’arrivée de l’App store transforment le paysage des smartphones. Tout à coup, chacun se retrouve avec un superordinateur dans la poche, connecté en permanence à l’Internet, dont les fonctions s’étendent à chaque application installée. Malgré la percée fulgurante d’Android, le système gratuit de Google, qui représente aujourd’hui plus de 50% des ventes de smartphones, Apple distance tous ses concurrents sur les marges.

Si la compagnie qu’il a fondée grimpe en bourse, dépassant celle de Microsoft –et même aujourd’hui celle d’Exxon Mobil pour la position de n°1 dans le monde– la santé de Steve Jobs semble décliner. Il apparaît très amaigri lors de son keynote de 2006. En 2008, Bloomberg publie par erreur une nécrologie de Jobs. Il y répond par la plaisanterie quelques mois plus tard, sur scène, en citant Mark Twain: «Les rumeurs de ma mort sont très exagérées.» Malgré tout, il prend un congé maladie de six mois, début 2009, parlant d’un «déséquilibre hormonal.» Lors de l’été, il subit une greffe de foie, relançant les rumeurs sur un retour de son cancer.

Le succès des tablettes

Il revient en forme en janvier 2010 pour présenter l’iPad. Après de nombreux échecs, l’heure de la tablette a sonné. A ce jour, Apple a écoulé plus de 30 millions d’iPad (1 et 2). Au deuxième trimestre 2011, les bénéfices générés par sa tablette ont dépassé ceux de la division Mac. Elle semble bien partie, avec le Kindle d’Amazon, pour secouer le marché de la presse et du livre.

Le 24 août, Steve Jobs annonce qu’il quitte son poste de directeur général d’Apple pour devenir président du groupe. «Malheureusement ce jour est venu», écrit-il à la communauté. Par la suite, une photo controversée publiée par TMZ le montre rès affaibli. Moins de six semaines plus tard, il s’est éteint, au lendemain de la présentation de l’iPhone 4S. Tim Cook se trouve désormais à la barre, mais il n’est pas seul. Apple peut compter sur Phil Schiller, le patron du marketing, pierre angulaire du succès d’Apple; Jonny Ives, designer en chef, artisan de la renaissance du groupe avec l’iMac et l’iPod, et Scott Forstall, architecte de Mac OS X et d’iOS.

Plus qu’une capitalisation boursière record, plus qu’un écosystème de centaines de milliers d’applications et un dynamitage du marché de la musique et de la téléphonie, le plus grand impact de Steve Jobs reste sans doute encore mal connu: celui sur la créativité d’une génération née avec un smartphone tactile entre les mains.(20Minutes-06.10.2011.)

Miniature

vidéo 2

*****

D’Apple, il était le visionnaire, le génie. Celui qui était devenu indissociable de la marque à la pomme. Celui qui était derrière l’iPhone et l’iPad.

Chacune de ses annonces dans la Silicon Valley, dans son sous pull noir à col roulé, était attendue par tout le monde de la high tech comme une nouvelle innovation capitale.  Mais mercredi soir, Steve Jobs aura du céder face à la maladie. Dans un communiqué publié vers 20 heures, heure de New York, Apple a annoncé que son co-fondateur était mort, à 56 ans .

La nouvelle n’a pas surpris ceux qui le connaissaient et tous les fans d’Apple. Jobs, qui se battait contre un cancer du pancréas depuis plusieurs années, avait pris un congé maladie en janvier dernier puis avait démissionné en août de son poste de directeur général de la compagnie. Pour laisser la place à Tim Cook, son numéro deux.  L’histoire de Jobs est à la hauteur de sa légende. C’est dans un garage qu’il fabrique son premier ordinateur Apple, avec son compère Steve Wozniak, un passionné d’informatique. La marque à la pomme voit le jour le 1er avril 1976 et l’ordinateur sera mis en vente quelques semaines plus tard, au prix de 666, 66 dollars.  Jobs était un pionner, l’un des premiers à avoir introduit l’ordinateur personnel dans les foyers et à reconnaitre l’intérêt de la souris. Le premier ordinateur grand public commercialisé par Apple sera ainsi lancé en 1984 et sera baptisé le Macintosh.

Personnage singulier, il avait révélé un jour qu’un voyage en Inde en sac à dos et la consommation importante de drogues de toutes sortes, l’avaient aidé à créer «sa vision artistique».  Visionnaire à fort caractère, Jobs sera évincé d’Apple en 1986. Il créera alors les fameux studios Pixar, qu’il rachète à George Lucas. Pixar va devenir l’un des plus grands succès des studios d’animation à Hollywood avec des films comme «Toy Story», «Nemo» etc….

Puis Jobs revient dans la compagnie de Cupertino en 1996. Il sera alors le principal instigateur derrière la révolution d’Apple avec le lancement de l’iMac, de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad. Avec la création des comptes Itunes également qui offre une alternative payante au piratage de la musique sur Internet, il révolutionne le monde de la musique et créait un nouveau modèle économique.  Il y a quelques semaines, le New York Times avait salué Jobs comme l’un «des plus grands innovateurs de l’histoire moderne du capitalisme». «Un personnage dôté d’une intuition phénomènale», relevait le journal. Lors de sa dernière apparition publique, Jobs, toujours en sous pull noir et baskets, avait paru très frêle et à plusieurs reprises déjà, de nombreuses rumeurs avaient fait état de son décès. (Libération-06.10.2011.)

***Les dates clés de l’histoire d’Apple

Le mythique ex-patron et cofondateur du groupe américain d’informatique Apple Steve Jobs est mort mercredi après avoir été l’artisan de la réussite de la firme à la pomme.

1976: Steve Jobs et Steve Wozniak présentent le premier ordinateur Apple à Palo Alto, en Californie. Il consiste alors principalement en une carte de circuit imprimé et coûte un peu moins de 700 dollars.

1977: l’Apple 2, le premier micro-ordinateur produit en série, remporte un succès immédiat.

1980: Apple entre en Bourse.

1983: Lisa, le premier ordinateur sur lequel apparaissent une souris pour la navigation, des icônes et des fichiers, est lancé. Son échec est attribué à son prix élevé, près de 10.000 dollars.

1984: le Macintosh fait ses débuts. Il est abordable et propose plusieurs innovations dont un lecteur de disques et une souris

1985: Steve Jobs démissionne à la suite d’une lutte de pouvoir interne.

1986: John Sculley devient le président d’Apple. Steve Jobs crée l’entreprise d’informatique NeXT et achète à la société de production de George Lucas les studios d’animation Pixar.

1996: Apple achète NeXT et fait de Steve Jobs un conseiller.

1997: Steve Jobs reprend les commandes du groupe. Son concurrent Microsoft investit 150 millions de dollars dans l’entreprise.

1998: Steve Jobs transforme la chaîne de production d’Apple et lance l’ordinateur tout en couleur iMac pour 1.300 dollars.

1999: l’iBook, présenté comme un iMac portable, est commercialisé.

2001: Apple lance le baladeur iPod pour 399 dollars et ouvre son premier magasin à Palo Alto.

2003: Apple ouvre sa boutique de musique en ligne iTunes.

2004: Steve Jobs subit une opération pour un cancer du pancréas.

2007: Apple fait une entrée en trombe sur le marché des téléphones multifonction avec l’iPhone.

2009: Steve Jobs prend un congé maladie de janvier à juin et subit une greffe du foie.

2010: Apple présente sa tablette iPad. Le groupe ravit en mai sa première place d’entreprise technologique en termes de capitalisation boursière à Microsoft.

2011: 17 janvier: Steve Jobs prend un congé maladie.

18 janvier: Apple fait état d’un bénéfice trimestriel record de 6 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires de 26,74 milliards.

2 mars: Steve Jobs fait une apparition surprise à la présentation du dernier iPad.

6 juin: Steve Jobs apparaît à nouveau à l’occasion du lancement du service gratuit de stockage de données en ligne iCloud.

19 juillet: Apple bat à nouveau son record de résultats financiers, annonçant un bénéfice trimestriel de 7,31 milliards de dollars pour 28,57 milliards de recettes.

9 août: Apple dépasse brièvement la capitalisation boursière du géant pétrolier ExxonMobil, la compagnie la plus chère au monde.

24 août: Steve Jobs démissionne de son poste de directeur général et est remplacé par Tim Cook. Steve Jobs devient président du conseil d’administration.

4 octobre: Tim Cook, le nouveau directeur général d’Apple présente l’iPhone 4S lors d’une conférence d’Apple marquée par l’absence de Steve Jobs.

5 octobre: Apple annonce la mort de Steve Jobs à l’âge de 56 ans.

(Source AFP-06.10.2011.)

*********************

**Steve Jobs (1955-2011)-Photos- (7s7)

 1977.

 en 1977

 1977, avec Steve Wozniak, co-fondateur d'Apple.

 1977, avec Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple.

 1981.

 en 1981

 1981.

 1981

 1984, présentation du Macintosh.

 1984, présentation du Macintosh.

 1984, avec Bill Gates.

 1984, avec Bill Gates.

 1988, présentation de sa nouvelle ...

 1988, présentation de sa nouvelle firme NeXT computer system.

 1998, avec l'iMac.

 1998, avec l’iMac.

 2000.

 l’an 2.000

 2001.

 2.001

 2003, présentation du PowerBook G4.

 2003, présentation du PowerBook G4.

 Janvier 2004.

 Janvier 2004.

 Juin 2004.

 Juin 2004.

 Octobre 2004, avec U2.

 Octobre 2004, avec U2.

 Octobre 2005.

 Octobre 2005.

 2007, lancement de l'iPhone.

 2007, lancement de l’iPhone.

 Janvier 2010.

 Janvier 2010.

 Juin 2010.

 Juin 2010.

 Octobre 2010.

 Octobre 2010.

 Juin 2011, dernière keynote pour Steve ...

 Juin 2011, dernière keynote pour Steve Jobs qui lance iCloud.

********************

8 réponses à “*Steve Jobs”

  1. 7 11 2011
    a2183487 (17:28:16) :

    I’ve said that least 2183487 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  2. 27 11 2012
    Nike Lebron 9 PS Elite (20:22:04) :

    This is really interesting, You are an overly skilled blogger. I have joined your feed and look ahead to looking for more of your fantastic post. Also, I have shared your site in my social networks

    Répondre

  3. 21 12 2012
    maillot foot pas cher (14:48:59) :

    Its possible Immortal would like usa in order to satisfy various faulty citizens ahead of seminar the right one, guaranteeing that once conclusively meet the guy / girl, we are figure out how to possibly be thankful.
    [url=http://www.fr-marque.com/maillot-de-club-2013-pas-cher/]maillot foot pas cher[/url]
    maillot foot pas cher

    Répondre

  4. 21 12 2012
    return man 2 (23:17:04) :

    authoring on other websites? I have a blog centered on the same ideas
    return man 2

    Répondre

  5. 23 12 2012
    ロレックス時計コピー (19:19:31) :

    株式会社ファンデリーは一人でも多くのお客様に健康で楽しい食生活を提案することを通じて、豊かな未来社会に貢献することを目指し2000年に設立されましたファンデリーは日本初である栄養士が直接お客様の自宅まで健康食をお届けする宅配サービス(カウンセリングデリバリー)を行っている企業です。

    Répondre

  6. 24 12 2012
    Pull Homme Pas Cher (12:07:14) :

    Probably The almighty would really like united states based on just a few flawed everyday people earlier than seminar the most appropriate one, to be sure back when we last of all satisfy the guy, we can are able to become relieved.
    Pull Homme Pas Cher

    Répondre

  7. 3 01 2013
    kobe bryant shoes (11:24:28) :

    Sweet blog! I found it while browsing on Yahoo News. Do you have any tips on how to get listed in Yahoo News? I’ve been trying for a while but I never seem to get there! Thank you
    kobe bryant shoes

    Répondre

  8. 17 12 2015
    sdorttuiiplmnr (20:06:42) :

    Great write-up, I¦m regular visitor of one¦s website, maintain up the excellent operate, and It is going to be a regular visitor for a long time.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café