Les politiques ne s’intéressent plus aux citoyens.2

     »Ils sont en train de priver nos enfants de futur »

Grève générale de deux jours en Grèce

Les politiques ne s’intéressent plus aux citoyens.2 PC_121106_ic5tw_athenes-parlement_sn635

À la veille de l’adoption d’un énième plan d’austérité en Grèce, des milliers de personnes ont entrepris mardi -06.11.2012. une grève générale de 48 heures, qui paralyse les transports, la santé et la distribution notamment.

Près de 40 000 personnes ont manifesté à Athènes et environ 20 000, à Salonique, contre les nouvelles réformes que propose le gouvernement d’Antonis Samaras, dont une baisse des prestations de retraite allant jusqu’à 25 % et l’élimination des primes de vacances des fonctionnaires.

Athènes doit adopter mercredi une série de mesures totalisant 13,5 milliards d’euros pour obtenir de ses créanciers une tranche d’aide de 31,5 milliards d’euros pour recapitaliser des banques. Toutefois, devant l’augmentation du taux de chômage, qui dépasse les 25 %, et de la pauvreté, une partie grandissante de la population dit avoir perdu confiance envers la classe politique.

Mardi matin, les trains, les autobus et le métro étaient immobilisés à Athènes. De nombreux vols ont aussi été annulés dans les aéroports du pays. Les taxis et des traversiers étaient aussi touchés par la grève générale. Des cours ont été suspendus dans des écoles et des hôpitaux fonctionnaient avec des équipes réduites.

Manifestants à Athènes

« Il faut que quelqu’un leur dise qu’il n’y a plus rien à couper ! », a déclaré Vassilis Dimosthenous, un ouvrier du bâtiment de 50 ans, qui est au chômage depuis 10 mois. « Ils ont rendu nos vies insupportables, dit-il. Si seulement j’avais 10 ans de moins, je quitterais ce pays. »

« Nous faisons grève mardi et mercredi pour adresser un message au gouvernement : ces mesures ne doivent pas passer », a lancé le secrétaire général du syndicat GSEE, Nikos Kioutsoukis, qui représente le secteur privé. « Il est inacceptable, ajoute-t-il, que les gens soient obligés de payer pour les capitaux que les banquiers vont recevoir de l’État. »

Après de nombreux plans d’austérité, la Grèce se dirige vers une sixième année de récession. Sa dette continue à grimper et devrait atteindre l’an prochain au moins 189 % de son produit intérieur brut.*Radio-Canada..mardi 6 novembre 2012

109313_cortege-dans-les-rues-athenes-contre-la-politique-gouvernementale-d-austerite-le-11-mai-2011

*****************************************

*C’est toujours les riches qui en profitent!

France – Budget 2018 : les mesures profiteront davantage aux riches, selon l’OFCE

D’après une étude de l’OFCE, les mesures du budget 2018 ne devraient pas avoir de gros impact cette année, mais permettront, à terme, un meilleur niveau de vie des ménages les plus riches.
Article publié le 15/01/2017 –.latribune.fr

En 2018, les mesures auront un impact nul sur le pouvoir d'achat des classes moyennes.

Les mesures du budget 2018 devraient en moyenne exercer un effet presque neutre sur le pouvoir d’achat global des ménages cette année avant de l’augmenter en 2019, mais devraient davantage profiter aux plus aisés, selon une étude de l’OFCE publiée lundi.

Cette étude, intitulée Budget 2018 : pas d’austérité, mais des inégalités, risque d’alimenter le débat entre le gouvernement, qui met en avant les gains de pouvoir d’achat et les réformes destinées à réorienter l’épargne vers l’économie réelle, et l’opposition de gauche, qui a régulièrement dénoncé des mesures qu’elle juge favorables aux plus riches.

« La classe moyenne qui travaille sera la première bénéficiaire de cette politique fiscale, parce qu’elle verra sur sa feuille de paie ses salaires augmenter dès la fin du mois », a déclaré le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire lundi lors de la présentation de ses voeux aux forces économiques et à la presse.

Effet de calendrier

Les économistes de l’Observatoire français des conjonctures économiques, le centre de recherches lié à Sciences Po Paris, chiffrent à 0,2 milliard d’euros en moyenne cette année les effets sur le pouvoir d’achat des ménages des mesures fiscales et des revalorisations de prestations sociales prévues. Cette moyenne annuelle recouvre des évolutions trimestrielles très variables, avec des effets pénalisants en début d’année et une accélération des gains à la fin 2018.

En cause, le calendrier de mise en place des mesures, avec des hausses de la fiscalité en vigueur dès le début d’année (CSG, tabac, carburants) et des baisses, dont les effets, se feront sentir plus tardivement (taxe d’habitation, réforme de l’ISF, élargissement du crédit d’impôt pour l’emploi à domicile mis en place par la précédente majorité), sauf dans le cas du prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Les revalorisations de prestations sociales plutôt concentrées en fin d’année (allocation adulte handicapé, minimum vieillesse, prime d’activité) et la baisse en deux temps (janvier et octobre) des cotisations sociales des salariés contribuent également à cette dynamique.

Pour 2019, malgré la poursuite de la hausse de la fiscalité écologique et des prix du tabac, l’OFCE estime à six milliards d’euros la hausse du pouvoir d’achat des ménages, sous l’effet de la montée en charge de certaines mesures fiscales (taxe d’habitation, PFU) et des nouvelles revalorisations de certaines prestations sociales.

Un impact « à la marge »

Au-delà de ces chiffres globaux, les économistes de l’OFCE soulignent un « déficit de redistribution », avec un accroissement des inégalités en 2018 par rapport à 2017 et un « rééquilibrage partiel » en 2019.

Même si cette année le niveau de vie d’une majorité de ménages, en moyenne, ne devrait selon eux être impacté qu’« à la marge », avec notamment un impact nul pour les classes moyennes, les principaux bénéficiaires des mesures nouvelles seront les « 2% de ménages du haut de la distribution des revenus, détenant l’essentiel du capital mobilier ».

D’après leurs calculs, en 2018, les 5% de ménages les plus modestes devraient en moyenne voir leur niveau de vie être amputé de 0,6% en 2018 (soit 60 euros par an et par ménage) alors que les 5% de ménages les plus aisés verraient le leur progresser de 1,6% (soit 1.730 euros).

Relativiser

Les auteurs notent également que les effets des nouvelles mesures seront différenciés selon les ménages : les fumeurs, les propriétaires de véhicules diesel ou les ménages se chauffant au fioul par exemple seront bien plus impactés que ces résultats moyens.

Pour autant, soulignent-ils, après la montée en charge progressive en 2018 de différents dispositifs, l’analyse en année pleine « permet de relativiser quelque peu les résultats anti-redistributifs ».

En année pleine, l’abattement de 30% de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, les revalorisations de la prime d’activité, du minimum vieillesse et de l’allocation adulte handicapé, associées à la neutralité budgétaire de la bascule cotisations-CSG « joueraient pleinement leur rôle : redonner du pouvoir d’achat aux classes modestes et moyennes », notent-ils.

Avec cette analyse, la quasi-totalité des ménages devraient gagner en niveau de vie, même si la progression pour les 5% de ménages les plus modestes (+0,5%) restera nettement plus faible que celle dont bénéficieront les 5% de ménages les plus aisés (+1,9%).

Les 5% les plus riches principaux bénéficiaires

De la même façon, d’après leurs estimations fondées sur les indications du budget 2018, l’an prochain les 5% de ménages les plus riches devraient rester les principaux bénéficiaires des réformes, avec un niveau de vie accru de 2,2% par rapport à 2017 (contre +0,2% pour les 5% de ménages les plus pauvres).

Au total, « les 2% les plus riches capteraient 42% des gains à attendre de la mise en place des mesures », notent les auteurs.

Ils préviennent également que les réductions des dépenses publiques nécessaires pour compléter le financement de certaines mesures sans creuser le déficit public pourraient affecter les ménages et accentuer les inégalités, notamment si elles venaient à toucher les prestations dans la santé, le logement, ou l’éducation.

Simulateur de pouvoir d’achat

« A tous ceux qui estiment que notre politique fiscale aggrave les inégalités, je veux dire que les premières des inégalités, ce sont les inégalités devant l’emploi [...], ce sont les inégalités à l’école [...], ce sont les inégalités entre les territoires, contre lesquelles tout le gouvernement est engagé », a dit Bruno Le Maire lors de ses voeux.

Le gouvernement a mis en place fin décembre un simulateur de pouvoir d’achat, après la publication d’estimations de l’Insee selon lesquelles les mesures fiscales amputeraient le pouvoir d’achat des ménages de 4,5 milliards d’euros en 2018.

(Avec Reuters)

*****************************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café