La puissante pieuvre de Qatar dans le monde

**Le Qatar, un pays richissime

La puissante pieuvre de Qatar dans le monde

photo: Doha City

Le Qatar est le pays qui a vu son PIB annuel grimper le plus fort au monde en 2011: +18,7% après déjà +16,6% en 2010 et +12% en 2009. Le Qatari (ou Qatariote) est le plus riche de la planète, désormais devant l’habitant du Liechtenstein et du Luxembourg. Mais il est aussi le plus gros pollueur (trois fois plus que les Américains). Le taux de croissance de la population est près de 5%, le plus élevé du globe, devant le Zimbabwe. Sur les 2 millions d’habitants, 90% sont des étrangers (Arabes, Indiens, Pakistanais, Iraniens, etc…) qui travaillent essentiellement dans l’industrie pétrolière et gazière et dans le secteur de la construction tandis que les Qatariens de souche sont pour la plupart des fonctionnaires. Dans ce pays, on ne paie pas d’impôts sur le revenu, les bénéfices des sociétés sont taxés à 10%, les transports et l’accès aux soins sont gratuits. La monnaie locale est le riyal qatari. Il en faut 3,64 pour avoir un dollar américain (changes fixes). Le taux directeur de la Banque centrale qatarie s’affiche à 3,5%. Le taux d’inflation est inférieur à 3%… (Le Figaro)

La puissance de la pieuvre Qatar dans le monde
*

 

***********************************************

**La pieuvre Qatar a déployé ses tentacules aux quatre coins de la planète. Ses investissements sont diversifiés: finance, industrie, transport, énergie, bâtiment, hôtellerie, immobilier, sport, médias, etc… Selon des chiffres officiels, le patrimoine du Qatar devrait atteindre 210 milliards de dollars en 2012. Le fonds souverain qatari, le Qatar Investment Authority (QIA), présidé par l’émir du Qatar, est le dernier né dans le Golfe (2005). Via le QIA, dont les avoirs sont estimés à 100 milliards de dollars par le Sovereign Wealth Fund Institute, le Qatar s’achète une visibilité à l’international. Le fonds prépare l’après-hydrocarbures en plaçant ses milliards sur le long terme, et en diversifiant ses investissements. Objectif: financer la totalité de son budget par ses activités hors pétrole et gaz d’ici à 2020. La stratégie du fonds répond à deux plans: le Qatar National Development Strategy 2011-2016 et le Qatar National Vision 203

*Au Royaume-Uni aussi, la présence du Qatar écorche la fierté nationale. À Londres, la plus haute tour d’Europe, The Shard, est qatarie (environ 2 milliards d’euros) et offre à son émir une jolie vue sur ses autres pépites londoniennes. Comme le célèbre magasin de luxe Harrods, le futur quartier chic de Chelsea Barracks, celui de Canary Wharf, le Village Olympique, etc. Le Qatar s’est aussi fait sauveur: en 2009, en pleine crise bancaire européenne, il a «aidé» la banque Barclays… moyennant un juteux coupon de 14% jusqu’en 2019! En 2011, il a participé au sauvetage de la banque fraco-belge Dexia en avalant Dexia BIL, sa division luxembourgeoise. En Grèce, il a investi dans l’or et participé à la fusion entre Alpha et Eurobank.En Allemagne, c’est l’automobile qui est visé. Un secteur que le Qatar plébiscite, lui qui organise le désormais célèbre Qatar Motor Show. En Janvier dernier, il a été dit que «des acquisitions aux États-Unis» étaient prévues. Outre-Atlantique, l’émirat s’est déjà offert les studios Miramax de Disney, et tout récemment, le fonds souverain est monté à 5,19% du capital du joallier Tiffany

*Le Qatar s’est infiltré dans le capital de plusieurs fleurons de la cote française. Une bonne nouvelle, pour Frédéric Jamet, directeur de la gestion de State Street global advisors: «Réjouissons-nous que les entreprises françaises attirent des investisseurs étrangers comme le Qatar, qui les crédibilise en tant que sociétés solides». Pour les analystes financiers, la dimension pacifique de la stratégie du QIA incite à ne pas s’inquiéter de la présence croissante du Qatar en France. En témoigne son retrait dans le dossier Areva en 2010. En retour, elles obtiennent de juteux contrats : dans le cadre du Mondial de 2022 à Doha, Vinci construira certains des neuf stades prévus pour la Coupe du Monde de football. Également dans la course, Bouygues est en train de monter une co-entreprise avec l’émirat et monte un ensemble immobilier majestueux. Total, présent au Qatar depuis 75 ans, tire du pays ses plus gros profits. Gemalto va doter les Qatariens d’une carte d’identité nationale numérique. GDF-Suez, EDF, Air Liquide, Technip font également partie des entreprises qui ont raflé des contrats importants au Qatar.Hors de la cote, l’épouse de l’émir du Qatar a mis la main sur les sacs Le Tanneur via le fonds Qatar Luxury Group.

*Les propriétés qatariennes en FranceUn investisseur privé du Qatar s’est offert quatre hôtels de luxe: le Martinez à Cannes, le Palais de la Méditerranée à Nice, et le Concorde Lafayette et l’hôtel du Louvre à Paris.Unesérie d’achat qui complète la longue listes des propriétés qatariennes en France, comme l’hôtel Raffles à Paris (ex-Royal Monceau), le Centre de conférences international près des Champs-Élysées, qui deviendra l’hôtel Peninsula, et la Société fermière des casinos de Cannes (27%), qui comprend deux casinos (Barrière Croisette et Les Princes), l’hôtel Majestic et le Gray d’Albion.Le Qatar possède aussi 35.000 mètres carrés sur les Champs-Élysées, dont la galerie commerciale Élysée 26. Le QIA vient d’ailleurs de s’offrir l’immeuble de Virgin sur cette avenue mythique, pour 500 millions d’euros. Ainsi qu’une maison à Marnes-la-Coquette (dans les Hauts-de-Seine), l’hôtel d’Évreux sur la Place Vendôme (230 millions d’euros), le somptueux hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis à Paris et Le Carlton de Cannes. Depuis 2008, les Qataris bénéficient d’un régime fiscal particulier : ils sont exonérés de taxe sur les plus-values immobilières. Par ailleurs, un Qatari ne paie pas d’impôt sur la fortune (ISF) durant ses cinq premières années de résidence en France. Une mesure mise en place par Nicolas Sarkozy, qui dès son élection en 2007, s’est attaché à renforcer les relations commerciales entre la France et le Qatar.

*Le portefeuille immobilier qatari contient une cinquantaine de projets dans le monde, évalués à environ 30 milliards d’euros: le Raffles Hotel à Singapour, le Sharm El-Sheikh Resort en Egypte, le futur complexe touristique Tunisian Desert Hotel à Tozeur, l’hôtel Al Houara Resort à Tanger (Maroc), le luxueux hôtel à Cayo Largo à Cuba, le Maia Luxury Resort and Spa aux Seychelles, etc. Chez lui, le Qatar construit notamment The Pearl, un archipel d’îles artificielles, à l’image du projet Palm Island de Dubai. Est en outre en train de naître sur 38km2 une nouvelle ville, Lusail City . Fier de son passé, le Qatar, qui à l’ambition d’attirer des millions de touristes, va également rénover le centre-ville de sa capitale Doha pour 4,2 milliards d’eurosLe Qatar est extravagant, certes, mais il n’oublie pas de s’assurer de gros rendements. C’est ainsi qu’il se développe depuis plusieurs années sur les marchés en forte expansion, notamment dans le secteur des banques. Exemple emblématique: le Qatar a participé à l’introduction en Bourse du géant Agricultural Bank of China (pour près de 3 milliards d’euros) en 2010. En Amérique latine, le fonds souverain qatarien a investi quelque 2 milliards dans la Banco Santander Brasil (5% du capital), la filiale brésilienne du mastodonte espagnol

*Al-JazeeraUn an après avoir pris la tête du Qatar   en reversant, sans violence, son père   Hamad ben Khalifa Al-Thani a créé la chaîne de télévision Al-Jazeera en 1996, propulsant la notoriété du pays sur la scène internationale. L’émir a voulu créer un CNN de l’information du monde arabe, qui libère la parole du peuple. La chaîne qatarie, qui émet 24 heures sur 24, est diffusée dans 35 pays et revendique 50 millions de téléspectateurs. Elle est désormais concurrencée par sa jumelle saoudienne Al Arabiya, ou encore la BBC et France 24 en arabe. Le 1er juin, Al-Jazeera a lancé sa version française d’Al-Jazeera Sport, BeIN Sport, pour onze euros par mois. Pour ce prix, volontairement bas, les téléspectateurs auront accès à 8 matchs du championnat de France de foot en direct et 2 en différé, à tous les matchs de la Champions League, à tous ceux de l’Europa League, à des matchs des championnats étrangers allemand, italien et espagnol, à des matchs de football sud-américains et bientôt – les négociations ne sont pas terminées – à la totalité des matchs de la Ligue 2 française. Canal+ a fait part de son inquiétude à «long terme» face à l’arrivée de beIn Sport, un acteur qu’il juge «potentiellement irrationnel économiquement».Par ailleurs, Al-Jazeera a démenti ces derniers jours vouloir lancer une chaîne d’informations en française

*Cap sur le sportLe PSG est aujourd’hui tout au Qatar. Une goutte d’eau, en termes d’investissements. Mais cet achat lui aura permis de se faire voir à international, et s’inscrit dans la lignée de la Coupe du monde de football que Doha organisera en 2022. Un choix de la Fifa qui surprend toujours: le Qatar, confiné entre l’Arabie saoudite, l’Iran et l’Irak, n’a pas de tradition sportive et n’a jamais participé à un Mondial ; il fait dans les 40 degrés au Qatar en été ; les femmes n’ont pas tous les droits et l’alcool est interdit…Côté chevaux, le Qatar Racing and Equestrian Club est le sponsor du Prix de l’Arc de Triomphe, qui s’organise tous les premiers dimanches d’octobre, à l’hippodrome de Longchamp (Paris). Enfin, le fond Qatar Sports Investiments a jeté son dévolu sur le Paris Handball, pour «construire une équipe de premier plan au niveau national et européen».

*Le Qatar a fait de Qatar Airways une des meilleures compagnies du monde, et une des rares à demeurer profitable. La société, dont le projet d’introduction en Bourse a été repoussé et qui emploie 20.000 personnes, dessert 114 destinations dans le monde grâce à une flotte de 108 appareils. Son développement est une aubaine pour les avionneurs: Airbus (maison mère: EADS) va équiper la flotte qatarie de 80 A350, sur lesquels Thales va installer des équipements multimédias, plus 50 A320 moyen-courriers Neo et 5 super-jumbos A380 Neo. Boeing va, lui, fournir des Dreamliner et des 777-300ER.Parallèlement, un nouvel et unique aéroport international – en construction depuis 2004 – ouvrira le 12 décembre 2012. Il aura coûté 15,5 milliards de dollars. Il pourra accueillir jusqu’à 29 millions de passagers annuels à son ouverture mais jusqu’à 50 millions après son ultime phase de développement en 2015.Côté défense, le Qatar s’est trouvé un allié de taille: les États-Unis ont installé dans le pays une base aérienne: Al Oudeid, où un peu plus de 11.000 hommes sont stationnés. Selon les dernières données disponibles (2005), 10% du PIB est consacré à la défense, soit une des parts les plus importantes au monde, avec Oman et l’Arabie saoudite. La plupart des officiers sont membres de la famille royale

*L’intérêt du Qatar pour l’artLe Qatar est devenu un client majeur sur le marché de l’art. Il est même le premier collectionneur d’art contemporain au monde, selon Art Newspaper. La famille royale s’est offert en 2011, pour 190 millions d’euros, Les joueurs de cartes de Paul Cézanne. C’est la fille de l’émir, la princesse Sheikha Al Mayassa, qui a la fièvre acheteuse: plusieurs Rothko, The Men in her life d’Andy Warhol, etc. Elle a débauché de New York Edward Dolman, qui dirige aujourd’hui les acquisitions d’art pour le Qatar, après 27 ans chez Christie’s. En 2008, l’architecte américain Ieoh Ming Pei inaugure le Museum of Islamic Art, construit sur la baie de Doha. En 2014, Jean Nouvel présentera le nouveau Qatar National Museum (photo). Enfin, seront dévoilés d’autres projets démesurés à l’approche de la Coupe du monde de football en 2022

*Le jeu diplomatique du Qatar
Le Qatar veut plaire à tout le monde. Outre les relations privilégiées qu’il noue habilement avec l’Occident depuis les années 1990, le Qatar a joué un rôle de médiateur dans plusieurs conflits (Liban, Yémen, Soudan, etc.). Mais depuis 2011 et les révolutions arabes, le Qatar est devenu interventionniste: en Libye notamment, il a fourni armes et argent aux insurgés, et envoyé des hommes sur place et des avions à la coalition internationale contre le régime de Khadafi (qui porte la responsabilité de son assassinat?). Le Qatar a été le premier des pays arabes à fermer son ambassade à Damas et soutient l’opposition syrienne contre Bachar al-Assad. Le Qatar est désormais pour un recours à la force face à la poursuite de la répression sanglante en Syrie. Cette implication qatarie tranche avec le système local, rigide et peu démocratique. Mais l’émirat semble épargné du mécontentement de sa population, qui ne se révolte pas, tant elle est choyée financièrement.Dans le même temps, le régime qatari s’oppose au développement du programme nucléaire en Iran. Mais il reste cordial: c’est par le fameux détroit d’Ormuz   que Téhéran menace de fermer sous la pression des sanctions internationales   que transitent ses hydrocarbures. Au final, à vouloir être ami avec tout le monde, le Qatar commence à agacer. (Le Figaro)

**********************************

*Qatar achète quatre hôtels de luxe en France

À en croire les sources de l’agence de presse AFP, l’hôtel Martinez, à Cannes, le Palais de la Méditerranée, à Nice, le Concorde Lafayette, porte Maillot à Paris, et l’hôtel du Louvre, dans le IIe arrondissement de la capitale, seraient achetés par Katara Hospitality (ex-Qatar National Hotels Co.), propriétaire et gestionnaire d’un portefeuille hôtelier de luxe dans les Émirats et dans le monde. De son côté, Claude Levy, du syndicat CGT des hôtels de prestige et économiques, n’a pas de précisions sur l’acquéreur: «On sait que c’est des Qatariens, mais rien de plus.» Starwood Capital n’a pas souhaité commenter ces informations.

Ces sites somptueux s’ajoutent à la longue liste des propriétés qatariennes en France: l’hôtel Raffles à Paris (ex-Royal Monceau), le Centre de conférences international près des Champs-Élysées, qui deviendra l’hôtel Peninsula, et la Société fermière des casinos de Cannes (27%), qui comprend deux casinos (Barrière Croisette et Les Princes), l’hôtel Majestic et le Gray d’Albion. Le Qatar possède également 35.000 mètres carrés sur les Champs-Élysées, dont la galerie commerciale Élysée 26. La Qatar Investment Authority (le fonds souverain du Qatar) vient d’ailleurs de s’offrir l’immeuble de Virgin sur cette avenue mythique, pour 500 millions d’euros. Une maison à Marnes-la-Coquette (dans les Hauts-de-Seine), l’hôtel d’Évreux place Vendôme (230 millions d’euros), le somptueux hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis à Paris et le Carlton de Cannes sont aussi détenus par ce minuscule mais richissime État du Golfe.

Les investissements qatariens dans l’immobilier de l’Hexagone affluent depuis 2008, date à partir de laquelle les Qatariens ont bénéficié d’un régime fiscal privilégié: ils sont exonérés de taxe sur les plus-values immobilières. Par ailleurs, un Qatarien ne paie pas d’impôt sur la fortune (ISF) durant ses cinq premières années de résidence en France. Des mesures instaurées par Nicolas Sarkozy, qui a, dès son élection, soigné ses relations avec l’émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani, pour favoriser les relations commerciales entre la France et le Qatar. (Le Figaro-22.06.2012.)

*******************

**Le Qatar rachète-t-il le monde ?

On en parle de plus en plus dans le débat politique, de la place prise par le Qatar dans l’économie mondiale. Ce minuscule pays pourtant richissime essaie-t-il de s’implanter partout ? Veut-il, comme certains le prétendent, racheter le monde ? DECRYPTAGE.

C’est un minuscule pays qui pourtant, en seulement quelques années, est devenu un acteur incontournable sur la scène mondiale, à la fois de par ses investissements massifs, et sa diplomatie active. Très présent en France, le Qatar a, depuis 1995, su construire un puissant réseau d’alliances et d’influences qui le hisse désormais au niveau des plus grands.

Le Qatar, c’est une micro-monarchie de seulement 1,7 millions d’habitants vivant sur 11 500km², mais qui possède le PIB par tête le plus élevé au monde et le plus grand gisement mondial de gaz naturel. C’est aussi un pays à la capacité d’investissement de 60 milliards de dollars. Des chiffres qui font rêver les pays autour.

Des liens étroits avec la France.

La micro-monarchie a investi jusqu’à présent dans une quarantaine de pays partout sur le Globe, mais sa cible privilégiée est avec la France, pays dans lequel il est très présent de par les liens que le pays entretient avec le président Nicolas Sarkozy. En cinq ans, les ministres se sont précipités dans l’émirat, dont Claude Guéant et Rachida Dati par exemple, tandis que l’émir fut le premier chef d’état arabe à être reçu par le président français. Mais c’est tout la classe politique qui tisse des liens avec le Qatar : Bertrand Delanoé Ségolène Royal, Jack Lang, Hervé Morin, Jean-Louis Debré, Philippe Douste-Blazy ou encore Claude Guéant, eux parmi tant d’autres connaissent bien ce pays et ses dirigeants.

Ces relations privilégiées sont profitables au Qatar qui a su obtenir un statut fiscal exorbitant, par vote du Parlement en 2008, qui permet à ses résidents vivant en France de ne pas payer l’ISF pendant cinq ans mais aussi aux investissements immobiliers de ne pas être imposables sur les plus-values. Quant à la France, elle profite de l’amitié avec le Qatar dans l’affaire de la libération des infirmières bulgares ou l’intervention militaire en Libye.

Une puissance économique redoutable et hégémonique.

Mais la présence de l’émirat qatari en France, ce sont aussi et surtout des investissements massifs : le pays possède le PSG, 10% du groupe Lagardère, 5,6% de Vinci, 5% de Veolia , 2% de Total, 1% de LMVH, un fonds d’investissement de 50 millions d’euros pour les banlieues françaises, le rachat du Carlton, l’acquisition d’une partie des droits du championnat de Ligue1, rachat du groupe Le Tanneur en Corrèze, de l’hôtel Lambert, d’un palais dans les Hauts-de-Seine ou encore de l’hôtel d’Evreux. Le Qatar en France est partout.

Mais il est aussi dans le reste du monde. En Grande-Bretagne actuellement est en construction un gratte-ciel, le Shard, qui sera le plus haut d’Europe, et qui est financé par la monarchie qui a aussi racheté Harrods, investi une dizaine de milliards dans Barclays, Sainsbury et la Bourse de Londres. Il a également acquis la moitié du village olympique. En Grèce il a investi un milliard de dollars dans des mines d’or, aux Etats-Unis il a renfloué Miramax, il est entré dans le capital de Porsche et Suez et depuis 2003 il accueille la plus grande base aérienne du Pentagone hors continent américain.

Une diplomatie en construction.

La puissance du Qatar n’est pas seulement économique car le pays essaie de plus en plus de développer sa diplomatie pour devenir un acteur incontournable dans la région du Proche-Orient. Depuis le début des années 2000 il accueille tous les opposants islamistes, et il s’est fait remarquer en 2011 en soutenant les printemps arabes et en intervenant en Libye pour renverser le colonel Kadhafi.

Mais, et c’est un aspect plus étonnant de sa diplomatie, le Qatar entend développer son rayonnement dans le monde en accueillant d’abord en 2015 la coupe du monde de handball puis en 2022 la coupe du monde de football. Le pays, qui ne possède pourtant aucun atout dans ce domaine, entend bien utiliser le sport comme un instrument diplomatique non négligeable.

Une stratégie controversée.

Si la micro-monarchie se déploie dans le monde occidental en déversant entre autres des millions de dollars, cela n’est pas au goût de tout le monde et suscite des critiques car la stratégie de l’émirat n’est pas claire aux yeux de beaucoup. Le FMI explique la stratégie du Qatar de la manière suivante : « le Qatar veut que d’ici 2020 son budget soit entièrement financé par des activités autres que les hydrocarbures et par les dividendes des investissements du Qatar Investment Autority ». Une manière donc pour le pays de ne pas dépendre uniquement de ses ressources naturelles.

Depuis quelques mois déjà on entend le même refrain, surtout en France, qui est que « le Qatar rachète la France », qu’on entend notamment dans la bouche de Marine Le Pen qui soupçonne déjà les islamistes du Qatar d’envahir la France grâce à leur argent. Plus raisonnablement, certains se sont émus de l’intervention de l’émirat dans les banlieues en décembre dernier, arguant que cela traduisait un abandon de l’état. Claude Guéant lui s’est félicité de cette intervention qu’il qualifia « d’effort salutaire dès lors qu’il n’y a pas d’exigence particulière de toute nature ».

Le Qatar multiplie-t-il les investissements pour imposer sa politique ? Le fait est que la France, par le biais de son président, est désormais très proche de ce pays, et un changement de dirigeant signifierait sûrement un décroissement de ces relations privilégiées. Mais le Qatar peut se permettre d’injecter des millions de dollars partout dans le monde étant donné que, depuis 2008 et la crise bancaire mondiale, les acteurs qui investissent sont de plus en plus rares et il y a donc un vide à combler pour l’économie mondiale, dont le Qatar s’est emparé.

Mais les investissements qu’opère la micro-monarchie sont déterminés par les profits que cela peut lui rapporter, sur le long terme et correspondent plus à une stratégie interne que d’une volonté d’islamiser le monde : c’est la volonté de maintenir son pouvoir politique, une obsession pour l’émir actuel qui a lui-même détrôné son père en 1995 et qui a failli être victime d’un coup d’état en 2009. Le Qatar ne rachète pas le monde, il profite des faiblesses économiques du monde occidental pour s’imposer parmi les grands, lui qui ne dispose pas d’énormément d’atouts. (Paris Dépêches-19.03.2012.)

**L’énigme du Qatar

Qatar_Naval-Base-Rendering

 Dragage pour le futur port de Doha

Dans le cadre du projet New Port, portant sur la réalisation du nouveau port de Doha, au Qatar, Medco, filiale de DEME, entreprise de CFE (VINCI Construction), s’est vu confier un contrat de dragage d’un montant d’environ 941 millions d’euros par New Port Project Steering Committee, organisme agissant sous l’autorité du gouvernement qatari. Ce contrat concerne le dragage du chenal d’accès (20 km de long et 15 m de profondeur) et d’un bassin pour la future base de la marine qatarie, le remblayage d’environ 4,5 km² sur lesquels sera construite la base navale, des opérations de damage et d’amélioration des sols, la construction de deux brise-lames en enrochements ainsi que la fourniture et l’installation d’aides à la navigation. L’ensemble représente un volume de plus de 45 millions de m3 de matériaux à draguer. Medco va également mener des opérations de protection de l’environnement impliquant le déplacement de sites coralliens, d’algues marines, d’herbiers et de mangrove.
Les travaux ont débuté en mars 2012 et s’achèveront début 2016.

***************************

6 réponses à “La puissante pieuvre de Qatar dans le monde”

  1. 29 06 2012
    guys blog (21:44:37) :

    It’s a good post.

    Répondre

  2. 24 10 2012
    Air Jordan 12 (00:05:09) :

    It’s really a cool and useful piece of information. I’m satisfied that you simply shared this useful information with us. Please keep us informed like this. Thank you for sharing.

    Répondre

  3. 21 12 2012
    bloons tower defense 5 (22:53:39) :

    Hi, I like your theme, could you please tell me the name of this theme? Thanks!
    bloons tower defense 5

    Répondre

  4. 5 01 2013
    Bridal dress (04:11:50) :

    I adore reading by way of and I believe this internet site got some genuinely utilitarian stuff on it! .

    Répondre

  5. 7 01 2013
    Outfits Endless (02:57:03) :

    All I can think to say is wow! I think your info is intriguing and fascinating. You have done a great job on this article.

    Répondre

  6. 22 06 2016
    Mike Fox (10:35:12) :

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café