*achetez, entre prodigalité et avarice

«L’avarice est plus opposée à l’économie que la libéralité, prétendait La Rochefoucauld, précurseur de John Maynard Keynes».

*achetez, entre prodigalité et avarice  coeur- Il ne faut jamais s’en tenir aux apparences. Paris Hilton, la riche et fantasque héritière américaine, aux allures de nymphette attardée, vient de nous administrer une formidable leçon de politique économique. Prise d’une frénésie d’achats en Australie, où elle se trouvait pour la Saint-Sylvestre, elle a dépensé 5 560 dollars australiens en quarante minutes (2 746 €), provoquant la colère des associations caritatives. «Je pense qu’il est important d’aider, vous savez, l’économie, ici comme partout», leur a répondu la «jet-setteuse», petite fille du fondateur de la chaîne hôtelière éponyme. Elle a reçu le soutien immédiat de Julia Gillard, vice-premier ministre du gouvernement travailliste, qui l’a remerciée d’avoir choisi l’Australie comme destination de shopping. ..«Vos achats sont nos emplois» : rarement la formule n’a été aussi vraie qu’aujourd’hui. Dans cette période de vœux, on en trouve une autre illustration éloquente a contrario. Nombre d’entreprises et de municipalités croient en effet judicieux d’annuler les agapes qui accompagnent souvent les cérémonies de l’An nouveau. Au grand dam des traiteurs comme Dalloyau, Potel & Chabot ou Lenôtre, qui avouent devoir faire face à de nombreuses annulations. Avec à la clé de forts risques de chômage technique. Quoi de plus normal, dira-t-on ? En temps de crise, le gaspillage n’est pas de mise, faisons donc des «économies». En réalité, il n’y a pas de terme plus piège que celui-là. À son origine (grecque), l’économie désignait la gestion de la maison (oikos) et, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le mot était essentiellement synonyme d’épargne. Un esprit perspicace, La Rochefoucauld, contemporain de Louis XIV, avait pourtant parfaitement subodoré la contradiction : « L’avarice est plus opposée à l’économie que la libéralité» (prodigalité), prétendait notre mémorialiste dans une de ses maximes . Avec trois siècles d’avance, il préfigurait l’économiste John Maynard Keynes, qui, dans les années 1930, exhortait ainsi les ménages : «Dépensez, sinon vous serez tous au chômage.»  Cette leçon de sagesse, mettant en exergue les deux faces de toute activité économique, l’offre productive et la demande, est en même temps contre-nature. Au niveau de chaque entreprise et de chaque ménage, la «crise» – autre mot diabolique qui signifie simultanément «difficultés» et «décisions» – incite à serrer les boulons. De tels comportements sont légitimes : chacun entend préserver l’équilibre voire la pérennité de sa propre maison. Mais ils s’avèrent catastrophiques à l’échelle collective. Aux États-Unis, le professeur Paul Krugman, Prix Nobel d’économie 2008, stigmatise, dans sa chronique du New York Times, «les cinquante Herbert Hoover» qui feraient la loi : il nomme ainsi les gouverneurs des États, qui à l’instar du président de l’État fédéral de 1928 à 1932, cherchent à réduire les dépenses publiques, notamment en Floride et en Californie.  Alors que le chômage s’emballe des deux côtés de l’Atlantique, il peut paraître certes inconvenant de lancer des messages de prodigalité. Luc Chatel, le secrétaire d’État à la Consommation, s’est fait rabrouer par nombre d’internautes le 23 décembre, après avoir déclaré que les achats de Noël constituaient « un acte citoyen  ». Il a pourtant entièrement raison. Les économistes et les politiques, qui ont un devoir d’explication, devraient méditer la formule du peintre Paul Klee : « L’art ne donne pas une reproduction du visible, il rend visible.» Il convient de rendre visibles les vraies réalités et leurs enjeux, au-delà des apparences, des préjugés de la morale et d’un prétendu sens commun. Prenons modèle sur La Rochefoucauld, Keynes et leur disciple Paris Hilton.  Le soutien de la consommation des ménages, affaire collective et individuelle, est crucial car la consommation représente 60 % à 70 % de la demande totale en Europe et aux États-Unis. Même en Chine où elle est loin d’atteindre ces niveaux, les autorités s’en soucient : dans certaines régions, tel le Sichuan, on distribue des «bons d’achat» de 100 yuans. C’est la version autoritaire de nos incitations fiscales et autres primes à la casse dans les démocraties libérales. L’année 2009 sera à la mesure de notre sang-froid et de notre allant. – Chronique..le Figaro.

********************

Pas de réponses à “*achetez, entre prodigalité et avarice”

  1. 7 08 2011
    fieldrunners hd (03:07:10) :

    I agree with your *achetez, entre prodigalité et avarice at ElAyam.5, great post.

    Répondre

  2. 7 11 2011
    a1890845 (17:02:34) :

    I’ve said that least 1890845 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  3. 3 11 2012
    Avis Site Moncler Pas Cher (04:32:08) :

    Engaged In Activities

    Répondre

  4. 28 11 2012
    north face outlet (00:56:16) :

    Hello I like your blog. Do you need to visitor publish on my very own at some point? If so please inform me by means of e-mail or perhaps reply to this kind of opinion since We enrolled in notifications and will understand should you choose.
    [url=http://www.northfacejacketsoutletonsale.com]north face outlet[/url]
    north face outlet

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café