Tourisme sexuel et prostitution

h_9_ill_664630_maroc-tourisme-55 Championnats.arabes .d'haltérophilie dans société

*********************

**Rapport accablant du département d’Etat américain sur l’ampleur de la traite humaine et du trafic sexuel au Maroc 

Le département d’Etat américain a dressé un rapport accablant sur l’ampleur de la traite humaine au Maroc en évoquant notamment les réseaux de prostitution dont sont encore victimes les femmes et les enfants marocains non seulement dans leur pays mais aussi au Moyen-Orient, dont les pays du Golfe essentiellement, et en Europe.

Dans son rapport mondial 2014 sur le trafic humain publié vendredi, le département d’Etat a observé que le Maroc restait toujours à la fois « un pays pourvoyeur mais aussi une destination et un transit pour les hommes, les femmes et les enfants qui sont victimes du travail forcé et du trafic sexuel ».

La traite humaine, a-t-il poursuivi, s’étend même à des fillettes âgées de 6 ans ramenées des zones rurales pour travailler comme domestiques dans les villes et sont « victimes de travail forcé, de non-paiement de salaires, de menaces, de restrictions de sorties et de violence physique, psychologique ou sexuelle ».

Plus grave encore, le département de John Kerry rapporte également que des hommes, des femmes et des enfants marocains « sont exploités dans le travail forcé et le trafic sexuel en Europe et au Moyen-Orient ».

Il précise, ainsi, que les femmes marocaines « sont forcées à se prostituer » notamment dans les pays tels les Emirats arabes unis, le Bahreïn et la Jordanie et dans les pays européens, sans compter les restrictions aux déplacements, les menaces et la violence psychologique et physique qu’elles subissent.

Le rapport note aussi la persistance du « tourisme sexuel » touchant les enfants marocains qui sont offerts aux étrangers dans les grandes villes du Maroc.

Par ailleurs, poursuit le département d’Etat, les réseaux de trafic humain offrent aux hommes marocains des emplois de travail dans les pays du Golfe où leurs employeurs « leur saisissent les passeports et les soumettent à la servitude ».

Ce rapport américain rejoint celui fait récemment sur le Maroc par la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la traite des personnes, Mme Joy Ngozi Ezeilo.

Cette représentante de l’ONU a, en effet, indiqué dans son rapport que la traite des femmes et des filles aux fins d’exploitation sexuelle était en augmentation au Maroc, précisant que les Marocains qui travaillent à l’étranger sont surtout des femmes, notamment aux Emirats arabes unis, où les femmes représentent environ 70 % des expatriés marocains.

Selon Mme Ezeilo, les contrats de travail qui leur sont délivrés ne correspondent pas à l’activité initialement convenue et que de nombreuses Marocaines se retrouvent « piégées dans des situations d’exploitation par des réseaux de prostitution ».

Depuis 2002, a-t-elle encore rapporté, environ 2.500 filles marocaines avaient été emmenées dans les Etats du Golfe à des fins d’exploitation sexuelle et de prostitution, ajoutant qu’à Rabat et à Casablanca, « des intermédiaires sans scrupule s’emploient activement à trouver de nouvelles recrues pour leurs clients des pays du Golfe ».*Agence | 20/06/2014 |

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Le Maroc vu par les Egyptiens

le paradis de la sorcellerie, une économie basée sur la prostitution et un pays où le sida prolifère

«Le Maroc a été désigné comme un pays de sorcellerie et de charlatans», a écrit le 17 juillet la presse marocaine

Que ce soit lors des émissions de télé, dans la presse et même dans les feuilletons, le Maroc, pour les Egyptiens,  est le paradis de la sorcellerie, une économie basée sur la prostitution et un pays où le sida prolifère, rapporte la presse marocaine.

 Après le ministre marocain de l’Intérieur qui a reconnu que plus de 3000 de ses compatriotes (nationaux et binationaux) sont partis combattre en Syrie et en Irak sous la bannière de l’EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant), c’est au tour d’une animatrice de la télévision égyptienne de faire certaines révélations. Des propos qui ont égratigné les oreilles de ses confrères de la presse écrite marocaine.
«Le Maroc, paradis des sorcières, terre de prostitution et pays où le taux des personnes atteintes du sida est le plus élevé dans le Monde arabe.
Ce sont là les stéréotypes que les Égyptiens ont sur nous, ou du moins ce qu’ils divulguent à travers leurs feuilletons, leurs émissions de télé et même à travers leurs articles de presse», rapportent ces derniers indignés. «Face à ce dénigrement médiatique contre les Marocains, nos responsables politiques continuent de fermer les yeux alors qu’il s’agit là d’une véritable atteinte à la dignité des Marocains par un peuple avec lequel nous partageons culture, histoire, et religion», déplorent-ils.
D’où a surgi ce début de polémique qui peut mettre du gaz dans les relations entre Rabat et Le Caire?
Le coup est parti au début de cette semaine, lors d’une émission-débat présentée par la chaîne satellitaire égyptienne Ontv, suite à l’appel du leader emblématique palestinien du Hamas, Khaled Mechaâl, qui a invité les Marocains à libérer la Palestine.
Le Maroc a d’autres chats à fouetter. «Et pourquoi pas, puisque le jeune roi (Mohammed VI) n’avait pas de temps à perdre. Il est entré en contact avec les islamistes à travers un deal et n’a pas attendu que la rue s’enflamme sous ses pieds», avait ironisé l’animatrice, Amani Khayyat, faisant allusion à l’accession des islamistes au pouvoir au Maroc en pleines révolutions arabes (Tunisie, Libye…). Soulignant au passage que: «La prostitution constitue l’un des piliers de l’économie marocaine.» Se disant désolée d’aborder ce type de sujet en plein mois sacré, elle a tout de même tenu à faire remarquer qu’il a pris des proportions considérables sous un gouvernement islamiste. Au début de l’année 2014 une ressortissante marocaine qui vendait ses charmes à des clients israéliens à l’hôtel Hilton de la station balnéaire Taba du Sinaï avait été interdite d’entrée en Egypte. Une médiatisation corroborée par un récent rapport du département d’Etat américain. Les rédacteurs de ce texte ont évoqué des réseaux dont sont victimes les femmes et les enfants marocains dans leur pays, mais aussi au Moyen-Orient, principalement les pays du Golfe et en Europe (L’Expression du 29 juin 2014).
«Les femmes marocaines sont obligées de se prostituer, principalement dans les Emirats arabes unis, le Bahreïn, la Jordanie, la Libye, la Syrie et les pays d’Europe», avait révélé le département de John Kerry.
La traite humaine s’étend même à des fillettes âgées de 6 ans ramenées des zones rurales pour travailler comme domestiques dans les villes. Ces fillettes sont «victimes du travail forcé, non-paiement de salaires, menaces, restrictions de sorties et de violence physique, psychologique ou sexuelle» a souligné le document US. «Quelque 20.000 Marocaines, dont une majorité de jeunes filles mineures, travaillent dans le marché de la prostitution dans des pays arabes» indiquait, en 2013, un rapport de la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l’homme (Lmcddh). Mais ce n’est pas uniquement pour ce phénomène que le Maroc est brocardé.
«La semaine dernière, lors d’un feuilleton ramadhanesque égyptien, diffusé sur plusieurs chaînes locales et satellitaires, le Maroc a été désigné comme un pays de sorcellerie et de charlatans», a écrit le 17 juillet 2014 la presse marocaine.*L’Expression-Dimanche 20 Juillet 2014

*************************

*Trafic d’êtres humains et tourisme sexuel:

Un rapport américain épingle le Maroc

Tourisme sexuel et prostitution

27 millions. C’est le nombre de personnes qui sont réduites à l’esclavage dans le monde, révèle un rapport américain publié, hier, sur le trafic des êtres humains dans le monde. Focus sur la situation au Maroc : les enfants, les étrangers en situation irrégulière, mais aussi les Marocains qui vivent dans la précarité à l’étranger, sont les premières victimes de ces trafics.«Trafficking in persons report » est le dernier rapport publié hier, mardi 19 juin, par le Département d’Etat américain. Il passe au peigne fin la situation du trafic d’êtres humains dans le monde. Le Maroc est loin d’être épargné : les enfants et certains étrangers en sont les premières victimes. Soumis au travail forcé, les enfants sont contraints de quitter leur campagne natale pour aller travailler dans les villes comme « petites bonnes », ouvriers, mendiants ou pour se prostituer. Dans certains cas, des petites filles âgées de 6-7 ans sont forcées à quitter leur domicile rural pour aller travailler comme « petites bonnes » dans les villes. Des conditions de travail difficiles : souvent, elles ne sont pas payées, n’ont pas le droit de mettre le pied dehors ou subissent des menaces, des agressions physiques et sexuelles. Les petits garçons, eux, sont forcés de travailler comme des apprentis dans les secteurs de l’artisanat, du bâtiment ou dans des garages comme petits mécaniciens.

Le rapport souligne, ensuite, que le trafic d’êtres humains ne touche pas seulement les Marocains mais également des personnes d’autres nationalités qui viennent au Maroc comme les Subsahariens, des personnes d’Asie du Sud, notamment les Philippines. Le phénomène s’accroit d’année en année. Ces personnes viennent de manière volontaire dans le royaume mais le font clandestinement avec l’aide de « smugglers », c’est-à-dire des passeurs. Une fois arrivées au Maroc, les femmes et les plus jeunes filles sont souvent forcées à se prostituer. Certaines iront faire du travail domestique. En traversant la frontière, les Subsahariens arrivent à Oujda. Certaines femmes subsahariennes sont forcées à tomber enceinte pour mendier avec leur enfant, sucitant ainsi plus la pitié, dans cette ville marocaine. D’autres seront vendues à des réseaux de prostitution dans les autres grandes villes du royaume comme Casablanca.Ce sont les Nigérianes qui sont les plus grandes victimes du trafic sexuel qui fait rage au Maroc. Les femmes originaires des Philippines travaillent de plus en plus comme femmes de ménage dans des familles marocaines qui leur confisquent leurs papiers d’identité, preuve de leur servitude domestique.

Exploitation des Marocaines dans le Golfe

Le rapport soulève également le problème des Marocains et Marocaines qui sont exploités par le travail ou sexuellement à l’étranger, en particulier en Europe et dans les pays du Moyen-Orient  : dans les pays du Golfe, en Jordanie, Libye ou Syrie. A l’instar de ce que peuvent endurer certains femmes des Philippines dans des familles au Maroc, certaines Marocaines parties à l’étranger subissent également des menaces, des abus physiques et sexuels et ne sont pas autorisées à sortir.Les hommes marocains à l’étranger, lorsqu’ils sont en situation précaire, se voient très souvent confisquer leur passeport dans les pays du Golfe et tombent dans la servitude par leurs dettes. Ils sont contraints de la rembourser en fournissant directement un travail plutôt que par de l’argent. En Europe, c’est une autre histoire. Les hommes marocains travaillent le plus souvent dans des travaux frauduleux ou tombent dans des trafics de drogue.

Le gouvernement marocain inactif

Le rapport américain est formel : l’élimination du trafic d’êtres humains et la fin de l’esclavage moderne ne semblent pas être les priorités du pays, même si le gouvernement fait de temps en temps des efforts pour montrer sa bonne foi en inculpant des personnes qui ont fait travailler de force des enfants, par exemple.Ainsi le Département d’Etat américain recommande au Maroc de durcir les lois pour mieux condamner les trafiquants d’êtres humains et de ne pas punir les victimes qui ont été forcées de commettre certains faits. Le Maroc devrait aussi encourager les victimes à prendre part aux enquêtes pour mieux démanteler les trafics et en retour leur promettre de ne pas les expulser. Le rapport recommande aussi de renforcer la législation avec les autres pays pour mieux protéger les ressortissants marocains qui sont victimes d’esclavage. Enfin, les dernières recommandations concernent les enfants : former plus de personnel et de juges à la problématique du travail forcé, en intensifiant la communication entre les différents ministères ; et s’assurer que les enfants victimes n’aient pas à subir de violences supplémentaires de la part de la police ou en créant des campagnes pour sensibiliser la population au tourisme sexuel. (Yabiladi.com-20.06.2012.)

**Le Maroc est un eldorado pour pédophiles et touristes sexuels.

De Marrakech à Agadir, des milliers de jeunes sont exploités avec la complicité de rabatteurs marocains.

La question du tourisme sexuel et de la pédophilie s’est invitée dans le « printemps arabe ». Au Maroc, le mouvement du 20 février qui lutte pour plus de liberté demande au roi d’inscrire dans la future réforme constitutionnelle l’interdiction du tourisme sexuel au Maroc, pédophilie inclue. La colère de la rue arabe s’explique, notamment, par le cynisme des autorités locales et la permissivité à l’égard des Occidentaux. En clair, « Dégage » le touriste sexuel. Face à l’ampleur du phénomène, les autorités sont dépassées et peinent à endiguer ce fléau. En caméra cachée, nos reporters ont infiltré ce milieu fermé. (France 24-24/06/2011 )

**Sida au Maroc : 80% des porteurs du virus l’ignorent

Le ministre marocain de la Santé, Houcine El Ouardi, a annoncé le lancement d’une campagne de sensibilisation sur le Sida, hier, jeudi 21 juin, rapporte EFE. Il reconnait que 80% des personnes porteuses du virus du Sida, au Maroc, l’ignore. 29 000 Marocains seraient porteurs du virus, selon le ministère, mais seulement 6453 personnes ont réellement développé la maladie. Ignorer sa séropositivité augmente le risque de transmission du sida. Le ministère appuit sa campagne de sensibilisation sur 200 centres de détections dans tout le pays. Toutefois, seuls 6 centres sont mobiles alors que la propagation de sida dans les villages reculés des montagnes se poursuit.  On réalise le « dépistage dans des coins particuliers. On n’arrive pas au sommet des montagnes et dans les falaises. […] La montagne ou la campagne, Tout ça c’est oublié », estime le fondateur de l’Associationde Lutte Contre le Sida (ALCS).(Yabiladi.com-22.06.2012.)

****************************

Une réponse à “Tourisme sexuel et prostitution”

  1. 9 08 2015
    Cliquez ici (14:34:46) :

    Génial article ! Une aparté pour vous présenter le site d’un magasin en France à Vincennes de bijoux fantaisie.

    https://bijouxtutti.wordpress.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café