Infos générales.4

*Découverte incroyable de millions de monticules de termites vieux de 4000 ans au Brésil

Une colonie de termites large comme la Grande-Bretagne découverte au Brésil 

Sous la végétation au nord-est du Brésil se cachait depuis 4 000 ans un complexe incroyable : une super-colonie de termites couvrant une superficie de la taille de la Grande-Bretagne. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Current Biology.

Les termites

Une super-colonie de termites couvrant une superficie de la taille de la Grande-Bretagne et aussi vieille que les pyramides égyptiennes a été mise au jour au Brésil.

Pendant 4.000 ans, une forêt brésilienne cachait une colonie de termites dont la superficie s’avère comparable à celle de la Grande-Bretagne, relate la revue Current Biology.

S’étendant sur près de 230.000 kilomètres carrés, le complexe compte près de 200 millions de monticules larges de neuf mètres à la base en dessous desquelles se trouve un gigantesque réseau de tunnels souterrains.

monticules termite Brésil

Selon le biologiste Roy Funch de l’université d’État de Feira de Santana au Brésil, il s’agit sans doute du «plus bel exemple d’ingénierie écosystémique jamais enregistré» et le plus étendu au monde pour une seule espèce d’insecte. 

Cette merveille biologique est visible depuis l’espace, bien que certaines de ses structures restent cachées sous la végétation.

Les chercheurs estiment que les termites ont créé ce réseau en réponse aux conditions environnementales de la région afin de pouvoir ramasser le plus de feuilles mortes possible sur une vaste zone pour survivre durant les mois de manque de nourriture.

*sputniknews / mardi 20 novembre 2018

Image associée

**********************

*le secret de la longévité des reines termites enfin dévoilé

termites

Les généticiens des universités japonaises de Tottori et de Yamaguchi ont découvert le secret de longévité des reines termites qui, en plus, conservent une capacité reproductive intacte pratiquement jusqu’à la fin de leur vie.

Selon la revue PlosOne, une équipe de chercheurs dirigée par Eisuke Tasaki a étudié les termites Reticulitermes speratusa afin de comprendre pourquoi la durée de vie des termites inférieurs ne dépasse pas deux ans, tandis que la reine termite vit jusqu’à 50 ans tout en conservant ses fonctions reproductives tout au long de sa vie.

Dans leur étude, les chercheurs ont accordé une attention particulière au stress oxydatif. Ce stress endommage les cellules et déclenche le processus de vieillissement.

Ils en sont venus à la conclusion que les dommages oxydatifs causés à l’ADN, aux protéines et aux lipides des reines termites étaient notablement plus faibles que ceux causés aux femelles inférieures. Les enzymes antioxydants des insectes sont généralement composés de catalase (CAT) qui détruit le peroxyde d’hydrogène toxique, et de peroxirédoxine (Prx) qui aide à contrôler des signaux cellulaires.

Chez les reines termites, l’activité des CAT est deux fois supérieure à celle des termites inférieurs et le gène CAT RSCAT1, qui code la catalase, est sept fois plus actif.

Ces résultats ont suggéré aux chercheurs que ce système antioxydant efficace pouvait expliquer en partie la longévité et la capacité reproductive des reines termites.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » – sputniknews / 17 / 01 / 2017

Image associée

*****************************************

La viande cultivée en laboratoire bientôt disponible à la consommation aux États-Unis

Le ministère de l’Agriculture (USDA) et la Food and Drug Administration (FDA) américains viennent d’annoncer leur intention de superviser la production de viande cultivée en laboratoire, de manière à pouvoir être vendue en toute sécurité aux consommateurs. Une victoire pour l’environnement et pour la condition animale.

Résultat de recherche d'images pour "viande cultivée en laboratoire in vitro"

La viande cultivée en laboratoire bientôt sur le marché américain ? Possible. Le ministère de l’Agriculture et la FDA travailleront prochainement de concert pour « promouvoir ces produits alimentaires innovants et maintenir les normes les plus élevées de santé publique ». D’un côté la FDA se chargera de réglementer le cadre des cellules utilisées, et d’autre part le ministère travaillera sur la production et l’étiquetage des produits alimentaires.

« La transition de la FDA à la surveillance de l’USDA aura lieu au stade de la récolte cellulaire, peut-on lire dans un communiquéCe cadre réglementaire tirera parti à la fois de l’expérience de la FDA en matière de régulation de la technologie de culture cellulaire et des biosystèmes vivants, et de l’expertise de l’USDA en matière de réglementation du bétail et de la volaille pour la consommation humaine. L’USDA et la FDA sont convaincus que ce cadre réglementaire peut être mis en œuvre avec succès et assure la sécurité de ces produits ».

Image associée

**Viande in vivo

Mais alors, comment fabrique-t-on de la viande in vivo ? « Le principe est assez simple », détaillait il y a quelques mois dans Libération Yaakov Nahmias, professeur à l’Université de Jérusalem, cofondateur et directeur de SuperMeat, entreprise qui développe de la viande en laboratoire. « On extrait des cellules souches de poulets pour les faire se développer en dehors de l’animal dans une boîte de Petri ». Et si l’idée de viande artificielle peut au premier abord en rebuter quelques-un·e·s, il ne fait aucun doute que l’humanité devra passer par-là si elle veut continuer à se nourrir de chair animale.

viande laboratoire élevage intensif

 
Élevage bovin aux États-Unis. Crédits : Greenpeace
****Réchauffement climatique

Une récente analyse suggérait en effet il y a quelques semaines à peine que la consommation de viande devrait augmenter fortement à mesure que la population mondiale continuera de croître (nous devrions atteindre les 9 milliards d’habitants d’ici 2050). Seulement, la production de viande est l’une des industries les plus énergivores de la planète (besoin en terres, en céréales et en eau), plus polluante que tous les transports réunis.

***Condition animale

Enfin, la viande cultivée en laboratoire présente également un sérieux avantage en matière de condition animale. Rappelons que plus de 60 milliards d’animaux sont abattus chaque année pour la consommation humaine (3 millions en France chaque jour). Seulement, les cadences actuelles pour répondre à la demande impliquent malheureusement beaucoup de « ratés » dans le processus d’abattage. Elles ne s’accordent pas non plus avec l’éthique que l’on est en droit d’exiger envers des êtres doués de sensibilité. En témoignent les récentes vidéos filmées par PETA dans les abattoirs français.*/sciencepost.fr /  mardi 20 novembre 2018

**********************************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café