*Terrorisme et lutte contre la drogue

*attentat kamikaze contre un commissariat à Tizi ouzou

 tiziouzou2.jpg

 Un attentat kamikaze a ciblé le commissariat de l’ex brigade de gendarmerie du centre ville de Tizi ouzou, 100 km à l’est d’Alger, dimanche aux environs de 4h du matin, faisant de nombreuses victimes et d’importants dégats. Selon un premier bilan, fait par le directeur du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, 29 personnes, dont 8 policiers ont été blessées.

Toute la ville de Tizi ouzou a été réveillée par la très forte explosion, entendu à des kilomètres. Le kamikaze a foncé sur le l’entrée du commissariat qui fait l’angle de l’avenue Abane Ramdane et de la route de l’hopital (Lamali), au niveau du rond point centrale, à bord d’une voiture de marque Toyota Hilux.

Le batiment bleu, le djurdjura et le premier batiment des genêts ont été serieusement touchés. Les premières informations font état de 29 blessés dont 8 policiers et trois Chinois qui possédent des magasins de vente de vêtements. A présent, aucun bilan officiel n’a été communiqué. Selon les habitants des villages limitrophes, l’explosion ce fut tellement forte qu’elle a été entendue par tous les villageois. Cet attentat a provoqué, également, des dégâts matériels considérables.Cet attentat a provoqué une véritable panique chez les citoyens habitant cette ville. Juste après l’explosion, les services de sécurité ont quadrillé la ville en fermant tous les accès qui mènent vers le lieu de l’attentat. C’est la deuxième fois qu’un commissariat est ciblé dans la ville de Tizi Ouzou. En 2008, un attentat kamikaze a détruit le siège des RG, faisant des dizaines de blessés.(El Watan+ Expression-14.08.2011.

*Quatre terroristes abattus, des bombes désamorcées et 12 éléments de réseaux de soutien arrêtés par les forces de sécurité algériennes.

 Le bilan sécuritaire pour cette première semaine de ramadhan a indiqué une continuité dans la baisse significative de la criminalité dans le pays, même si quelques mouvements, sans rapport géographique avec l’Algérie, de groupes terroristes ont été enregistrés au Sahel.

Le plan sécuritaire a compris quelques opérations de ratissages, le démantèlement de réseaux de soutien, alors que les éléments de l’organisation ont évité des affrontements directes après les attentats kamikazes ratés avant le ramadhan. La situation sécuritaire lors du ramadan de l’année dernière avait connu l’une de ses meilleurs périodes depuis près de dix ans, et le bilan de cette première semaine de ramadhan voit la continuité de la baisse de l’activité terroriste, malgré l’état d’alerte maximale une semaine avant le début du ramadhan en raison des tentatives d’Al Qaida d’exécuter des opérations. Le bilan sécuritaire de cette semaine a vu l’élimination, l’arrestation et la réddition de terroristes, des ratissages, le démantèlement de réseaux de soutiens, le désamorçage de bombe et la destruction de casemates. La région centre (la deuxième plus importante zone pour Al-Qaida) reste une des plus surveillée en raison de la présence d’éléments d’Al-Qaida. (El Khabar-07.08.2011.)

 

*3 soldats turcs tués dans une embuscade

Trois soldats turcs ont été tués dans un accrochage entre l’armée et des rebelles kurdes dans le sud-est de la Turquie, selon une source militaire. Des rebelles du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a tendu une embuscade sur une route, dans la province de Sirnak (sud-est), contre une patrouille militaire qui revenait d’une opération contre le groupe armé, a indiqué à la presse cette source qui a requis l’anonymat.

Les faits se sont produits à 10 kilomètres de la ville de Beyttussebab. Le 16 juin, 13 soldats avaient été tués dans des affrontements avec le PKK dans la province de Diyarbakir. Il s’agissait des pertes les plus lourdes pour l’armée turque dans ce conflit depuis octobre 2008. (14.08.2011.)

*Affrontements internes au sein d’Al Qaida au Sahel 

 Les services de sécurité chargés du dossier du terrorisme dans la zone Sahélo-saharienne ont commencé à enquêter sur l’identité de deux terroristes appartenant aux katibates du Sahara d ’Al Qaida au Maghreb, qui ont été tué lors d’affrontements internes quelques jours avant le début du ramadan, en raison, selon des informations, de divergences sur le partage de l’argent.

Les services de sécurité de Tamanrasset ont récupéré deux corps de terroristes algériens tués lors d’affrontements entre des éléments d’Al-Qaida, au nord du Mali. Selon des informations confidentielles les chefs des Katibates (de la zone Sahara d’Al Qaida), Yahia Djouadi, Hamadou Abid et Abderrahmane Tendeghi ont ordonné la mise aux arrêts de terroristes et le retrait de Chahada leurs armes, comme mesure disciplinaire après un différend entre des éléments algériens et mauritaniens de la Katibaet celle de Tarek Ibn Ziad, au sujet du partage des revenus des trafics d’armes et de drogue. Les affrontements auraient selon nos informations, fait au moins 4 morts et plusieurs blessés dont deux algériens, les services de sécurité enquêtent d’ailleurs pour confirmer la mort des deux terroristes algériens. Le différend qui a débouché sur un affrontement armé a débuté il y a plusieurs mois lorsque 10 éléments d’Al Qaida au sahel s’étaient rebellés, et que les algériens faisant partie du groupe avaient pris contact avec les services de sécurité algériens pour se rendre. Le différend au sein de l’organisation s’était déclenché après le déplacement du dénommé « Houal Medou Mahmoud » et d’un élément de soutien logistique qui était recherché par les services de sécurité de Tamanrasset au nord du Mali il y a deux mois, ou ils ont demandé leur parts des revenus du trafic. (El Khabar-07.08.2011.)

*Les rançons des otages occidentaux financent les opérations kamikazes dans le nord

 Les aveux d’éléments de réseaux de soutien d’Al Qaida au Maghreb islamique appréhendés, et des témoignages de récents repentis indiquent que l’organisation a lancé une campagne pour trouver des volontaires pour des opérations kamikazes durant le mois de ramadan en leur proposant des sommes considérables provenant des rançons récoltés par le kidnapping par les katibates du sahel d’otages occidentaux.

Les témoignages des personnes arrêtées et des repentis indiquent en effet que l’organisation promettait à leur nouvelles recrues de se charger de leurs proches et de leur offrir de l’argent en échange de l’exécution d’opérations terroristes, en leur faisant croire que cet argent n’était pas une contrepartie mais cela leur était proposé dans le cadre de la prise en charge des familles de martyrs. Les témoignages des repentis et des prévenus se sont accordés sur le fait que les sommes proposées par l’organisation aux kamikazes volontaires étaient très importantes, mais la majorité des familles de ces terroristes refusaient de recevoir de l’argent d’une opération kamikaze exécutée par leur fils. Certains proches de ces jeunes sont allés en informer la police mais en donnant le moins de détails de peur de poursuites et d’une fin dramatique pour leurs fils. D’autres sont même allés jusqu’à convaincre leurs fils d’accepter d’exécuter des opérations kamikazes et d’utiliser cela pour pouvoir échapper à l’emprise de l’organisation, tandis que des familles cachent leurs fils, et que certaines ont réussi à les convaincre d’abandonner les armes, faisant ainsi de leurs fils dans les maquis des informateurs sur les mouvements de l’organisation, ce qui a permis de faire avorter de nombreux plans comme l’opération de Thenia, qui a pu être déjouée grâce à la coopération de kamikazes qui ont choisi de se repentir. (El Khabar-06.08.2011.)

*L’Algérie seule sur la ligne du front

Maintenant que le verrou libyen a sauté, l’Algérie est devenue le seul rempart contre le terrorisme.

Le coordonnateur pour le contre-terrorisme au département d’Etat américain, Daniel Benjamin, a estimé que l’Algérie constitue l’un des remparts les plus sûrs dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Maghreb et du Sahel.
«L’Algérie est sur la première ligne de front dans le domaine de la lutte contre la criminalité et le terrorisme au niveau de la région», a déclaré, hier, Daniel Benjamin lors d’une conférence de presse qu’il a organisée au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Alger. En matière de lutte contre le terrorisme, le responsable américain, comme ses prédécesseurs, n’a pas tari d’éloges sur le rôle que joue l’Algérie dans ce domaine.
«Le gouvernement algérien a fait de grands efforts dans le rétablissement de la sécurité et l’Algérie d’aujourd’hui n’est pas celle d’il y a 15 ans», s’est félicité M.Benjamin ajoutant que «ces progrès au plan sécuritaire offrent plus de possibilités de développement économique et social». Le conférencier a affirmé que son pays s’interdit de dicter ou de décider à la place des autres peuples. «C’est aux Algériens de décider de leur avenir», a-t-il déclaré estimant qu’il est «important d’écouter les aspirations des populations surtout quand elles sont exprimées de manière pacifique».
Round d’observation, attentisme ou changement de position? Tout porte à croire que l’administration américaine a changé de regard sur l’Algérie.
Au discours tranché, à la limite du reproche, développé au lendemain de la marche du 12 février à Alger, empêchée par les services de sécurité, Washington met un bémol à sa position. Maintenant que le verrou libyen a sauté, la voie est grande ouverte pour qu’Al Qaîda circule sans inquiétude sur les vastes territoires qui s’étendent de la Tunisie à l’Egypte en passant par la Libye. En fait, une réelle menace plane sur la région et donc en priorité, sur les intérêts américains. D’ailleurs, le coordonnateur pour le contre-terrorisme au département d’Etat américain ne cache pas sa crainte de voir Al Qaîda profiter de cette situation de troubles dans la région. «Nous sommes toujours inquiets de l’instabilité dans la région, inquiets que le groupe terroriste très actif, Aqmi, ne cherche toujours à exploiter ce qui se passe dans la région», a-t-il déclaré. Les frontières Sud de plusieurs pays de la région, dont l’Algérie et la Libye, «qui est en pleins remous, se trouvent dans le Sahel et bien sûr, nous avons quelque inquiétude que les terroristes en profitent pour l’exploiter», a-t-il souligné. «Avec nombre de nos partenaires, nous avons affirmé notre détermination à faire en sorte que les terroristes ne puissent pas abuser de cette période», a-t-il déclaré. Et le partenaire le plus indiqué dans la région c’est l’Algérie. Il convient donc de contribuer à la stabilité sociale de l’Algérie, la préserver des troubles qui marquent la région, maintenant qu’elle est désormais le seul rempart contre le fléau terroriste.
C’est ce qui expliquerait ce revirement de l’administration Obama envers l’Algérie. Evoquant la situation actuelle en Libye, le responsable américain a affirmé que pour les Etats-Unis, la question essentielle «reste la satisfaction des aspirations du peuple libyen», ajoutant que le colonel El Gueddafi «a perdu toute légitimité de gouverner la Libye et il faudrait qu’il s’en aille pour mettre fin à l’effusion de sang».
Par ailleurs, M.Benjamin a estimé le travail du groupe de contact bilatéral de coopération algéro-américain dans le domaine de la lutte contre le terrorisme comme un pas important.
«Nous avons inauguré les premières séances de travail de ce groupe. C’est un pas important qui va nous aider, des deux côtés, à assurer plus de sécurité, de paix et de développement», a déclaré M.Benjamin. (L’Expression-05.03.2011.)

** c’est le cannabis marocain qui «empoisonne» l’Algérie

Le département d’Etat américain salue les efforts de l’Algérie

Le département d’Etat américain salue le gouvernement algérien pour la politique mise en place de lutte contre la dogue. Dans son rapport 2010 sur «la Stratégie internationale de contrôle des stupéfiants» (Incsr), publié jeudi, le département d’Etat a expliqué que l’Algérie, grâce au dispositif législatif, à l’appareil sécuritaire compétent et aux autres mesures qui ont été mises en place, oeuvre activement pour lutter contre ce fléau. Abordant ces mesures, le rapport, qui a examiné les politiques nationales antidrogue de près de 200 pays, a mis en exergue l’augmentation des ressources consacrées à l’éducation, l’interdiction et le traitement de ce phénomène. Les autres mesures citées dans le rapport concernent, notamment, l’augmentation des effectifs chargés de lutter contre la drogue, ainsi que la formation de ces effectifs et l’acquisition d’équipements de lutte des plus modernes. Abordant le dispositif législatif, le département d’Etat a souligné que le gouvernement algérien a élaboré un arsenal juridique «très sévère» pour lutter contre ce fléau. «L’Algérie a des lois sévères contre les actes liés aux drogues illicites, avec des peines allant jusqu’à deux années pour la consommation de la drogue et de 10 à 20 ans pour trafic de drogue et de vente», lit-on dans ce communiqué. A propos de l’appareil sécuritaire, le département d’Etat n’a pas manqué de faire l’éloge des différents services de sécurité chargés de cette mission. «L’Algérie est dotée d’un appareil de sécurité important et compétent, endurci par près de deux décennies de lutte contre le terrorisme», a-t-il ajouté. Et d’indiquer que «le gouvernement algérien a enregistré un certain nombre de succès dans ses efforts de lutte contre les narcotiques: les forces de sécurité ont opéré près de 10.000 arrestations et des saisies de 75 tonnes de résine de cannabis, soit le double des saisies de 2008, et des quantités négligeables d’héroïne et de cocaïne». Aux efforts des services de sécurité ainsi que des dispositifs législatifs existants, le rôle que joue l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Onlcdt) a été souligné dans son rapport, dans la mesure, expliquent les Américains, où cet office «coordonne la politique gouvernementale de lutte contre la drogue et élabore des rapports». Il s’agit d’une reconnaissance envers l’établissement dirigé par Abdelmalek Sayeh. Il faut le dire, depuis qu’il a pris en charge cet office, M.Sayeh n’a pas cessé de multiplier les efforts et de mettre en place des études et expertises pour faire face à ce fléau. La reconnaissance américaine témoigne, réellement, du travail effectué par M.Sayeh dans la lutte contre la drogue. S’agissant de la propagation de la consommation de la drogue en Algérie, le département d’Etat américain ne l’a pas jugée inquiétante. Il estime qu’en dépit de la hausse enregistrée ces dernières années, la consommation de drogue «n’est généralement pas un problème important en Algérie», note-t-il. Et de mentionner que les Algériens consomment, généralement, le cannabis, avec une faible «mais croissante consommation de drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne». Il est indiqué que «l’Algérie est essentiellement un pays de transit pour les drogues illicites à destination de l’Europe. Le gros de la drogue transitant par l’Algérie se compose de cannabis d’origine marocaine (en particulier le cannabis et résine de haschich) et une quantité croissante de cocaïne sud-américaine et de l’héroïne». «La majeure partie de ces produits est transportée par voie maritime vers l’Europe, le reste passe en contrebande par voie terrestre à destination du Moyen-Orient», conclut le rapport. (L’Expression-05.03.2011.) 

*************************************

 terrorism.jpg

 

**les plans secrets d’ AQMI…un livre et des révélations

Noyautage des révoltes arabes, création d’une nouvelle «légion du djihad» au Sahel, future bataille autour de la récupération des réseaux européens… Alors que la succession définitive de Ben Laden n’est pas encore décidée, Al Qaîda au Maghreb islamique amorce un tournant important. Dans son nouveau livre, AQMI, enquête sur les héritiers de Ben Laden au Maghreb et en Europe (à paraître aux éditions Jean Picollec), Atmane Tazaghart révèle les plans secrets de la filiale maghrébine. Un livre passionnant et éclairant dont El Watan Week-end vous livre en exclusivité les bonnes feuilles.

Face aux révoltes populaires maghrébines, AQMI en embuscade

AQMI tente opportunément de tirer profit du chaos sécuritaire et des situations tendues provoquées par la Révolution du jasmin en Tunisie et le «soulèvement du 17 février» en Libye. Ainsi, au cours de la dernière semaine de décembre 2010, des sources sécuritaires ont relevé un «mouvement inhabituel de déplacements de groupes armés liés à AQMI, remontant du Sahel vers les régions frontalières algéro-tunisiennes». Selon les mêmes sources, il s’agissait de «groupes composés de plusieurs dizaines de djihadistes, dont la plupart sont de nationalité tunisienne, faisant partie de la katiba de l’émir Abdelhamid Abou Zeïd au Sahel».
Au moment où la révolte tunisienne commençait à prendre de l’ampleur, ces groupes avaient reçu l’ordre de s’installer à proximité des zones frontalières, pour profiter d’un éventuel relâchement de la vigilance policière et des contrôles aux frontières, à cause de la révolution, pour tenter de s’infiltrer en Tunisie. Ces informations ont été confirmées par des télégrammes diplomatiques occidentaux qui évoquent «un plan visant à profiter de la chute du régime Ben Ali, pour installer une filière d’AQMI en Tunisie, mise en place, sous l’égide de Mohamed Nokta, l’un des lieutenants tunisiens d’Abdelhamid Abou Zeïd». A sa demande, AQMI nomme à la mi-janvier 2011, à la tête du groupe chargé de s’infiltrer en Tunisie, un émir parmi les figures les plus célèbres du djihadisme tunisien, connu sous le nom de guerre de Mounir El Haïdara. Profitant des troubles qui ont accompagné la chute du régime de Ben Ali, les hommes d’El Haïdara sont parvenus à s’infiltrer dans la zone désertique tunisienne de R’mel El Abiadh (le sable blanc), située au croisement des frontières avec la Libye et l’Algérie. L’éclatement de la «révolte du 17 février» en Libye a été une aubaine pour ce groupe qui avait installé ses bases, plusieurs semaines auparavant, à quelques encablures de la frontière libyenne.

Ainsi, quatre jours après le début du soulèvement anti-El Gueddafi, cinq émissaires d’El Haïdara, qui étaient tous des berbérophones, sont arrivés dans le Djebel Nefoussa, le fief des tribus berbères du nord de la Libye. Ces tribus sont les seules qui n’ont pas le droit de disposer d’armes en Libye. Une restriction qui leur est imposée par le régime El Gueddafi,  depuis une trentaine d’années, pour parer à toute révolte berbériste contre ses penchants nationalistes panarabes. Les émissaires d’AQMI proposent aux tribus berbères de les fournir en armes, depuis leur fief voisin de R’mel El Abiadh, pour les soutenir dans la révolte anti-El Gueddafi. Une offre chaleureusement accueillie par les chefs de tribu, en raison des craintes grandissantes d’un affrontement tribal en Libye, conséquences des menaces proférées, à ce sujet, par le colonel El Gueddafi et son fils Seïf El Islam, dans leurs discours au lendemain du soulèvement populaire. A travers cette main tendue aux tribus berbères libyennes, Mounir El Haïdara espère obtenir, dans l’ère post-El Gueddafi, un soutien tribal durable, pour sécuriser ses bases de R’mel El Abiadh où il ambitionne d’installer les camps d’entraînement d’une branche tunisienne d’AQMI. Par ailleurs, cette incursion en Libye n’a pas détourné El Haïdara de son objectif initial visant à réactiver les réseaux d’Essouna Wal Djamaâ, pour en faire le bras armée d’AQMI en Tunisie, notamment dans les zones urbaines où il est difficile à ses troupes venues du Sahel de passer inaperçues pour s’y installer ou mener des actions armées. Ainsi, au moment où éclatait la révolte libyenne, ce groupe menait sa première action armée au cœur de la capitale tunisienne : un prêtre polonais est assassiné et une razzia est lancée contre le bordel de Tunis, dans la vieille médina.
 

La fulgurante ascension des «émirs du désert»

Dans la chaleur caniculaire du désert de Tanezrouft, de longues colonnes d’hommes armés, couverts de chèche, se frayent un chemin au milieu des ruines de l’ancien bagne de Taoudeni. Le bruit de leurs pas, au rythme régulier et soutenu, rompt un silence long de plus de soixante-dix ans : nous sommes le 18 mars 2009. Et jamais, depuis l’abolition des bagnes coloniaux français, en 1938, ce lieu n’a été aussi animé ! Les hommes en chèche, arrivés dans trois convois successifs, se donnent l’accolade. Ils sont cinquante-quatre combattants, représentant les katibate d’AQMI implantées dans l’immense bande sahélo-saharienne. Les voici, à présent, installés à même le sable, formant un large cercle autour d’un homme de 42 ans, que la plupart d’entre eux rencontrent pour la première fois. Il s’appelle Yahia Djouadi, alias Abou Ammar. Tous les hommes conviés à ce conclave le connaissent de réputation et respectent le rang éminent qu’il occupe dans la mouvance djihadiste algérienne, depuis le début des années 1990. L’arrivée de Djouadi à la tête du «commandement des opérations» est intervenue lors d’une célèbre réunion qui s’est tenue dans les maquis de Kabylie, le 11 septembre 2006. C’est donc sous l’égide de ce vétéran du djihad que la nouvelle stratégie militaire d’AQMI a été élaborée, pour marquer la rupture avec l’ère GSPC et l’entrée du groupe sur la scène djihadiste mondiale. (…)

Ainsi, lorsqu’il se dresse devant les représentants des katibate sahéliennes, lors du conclave de Taoudeni, ces derniers se sentent à la fois honorés de sa présence et curieux de découvrir quelle nouvelle stratégie militaire il allait mettre en place dans leur région. En apparence, la nomination d’un émir unique pour tout le Sahel avait pour objectif d’arbitrer les conflits grandissants entre katibat Al Moulathamin, le plus ancien groupe islamiste algérien implanté au Sahel depuis 1992, sous l’égide de Mokhtar Ben Mokhtar, alias l’émir Belaouer et katibat Tareq Ibn Ziyad, fondée en 2003 par Abderazzak El Para et dirigée, depuis son arrestation, par le «petit émir du désert», Abid Hamadou, alias Abdelhamid Abou Zeïd. Cependant, le choix d’un éminent cadre comme Djouadi, issu du premier cercle du commandement d’AQMI, laissait présager un changement plus profond. Pour Droukdel, l’objectif principal étant de «politiser» les activités des katibate sahéliennes, trop longtemps assimilées au banditisme. Sur le plan organisationnel, Yahia Djouadi répartit le Sahel en deux zones d’activité : à l’Ouest, le territoire traditionnellement contrôlé par Ben Mokhtar, qui va du Sud-Ouest algérien au nord du Mali et de la Mauritanie ; à l’Est, les zones d’influence d’Abou Zeïd qui s’étendent du massif algéro-malien de Timétrine aux confins du Tchad, en passant par la région stratégique du Nord-Niger où de nombreuses sociétés occidentales et asiatiques sont présentes, notamment dans le secteur minier. Dans cette nouvelle configuration, Ben Mokhtar garde le QG de sa katibat installée de longue date à Kidal, au cœur du pays targui du Nord-Mali. Abou Zeïd établit son commandement dans l’ancien fief d’El Para à Timétrine. Quant à Djouadi, il s’entoure d’une choura de 140 djihadistes, qu’il installe sur les ruines de l’ancien bagne de Taoudeni, qui devient ainsi le commandement central de ce nouvel émirat sahélien.

En parallèle, Djouadi impose aux katibate sahéliennes une nouvelle ligne de conduite. Pour lui, il ne faut plus se contenter de la manne financière que les «émirs du désert» prélèvent sur toutes les activités de contrebande qui transitent par les zones qu’ils contrôlent, même si ce trésor de guerre constitue la principale source de financement d’AQMI. Plus question non plus que les prises d’otages, qui constituent l’activité de prédilection des katibate sahéliennes soient orchestrées dans le seul but d’obtenir des rançons. Les butins obtenus en échange de la libération d’Occidentaux sont, certes, colossaux, mais ils réduisent le djihad à une simple forme de gangstérisme. (…) Il s’agit de rajouter un «volet politique» aux activités des katibate sahéliennes, en conformité avec le mandat que Djouadi avait obtenu du «commandement central» d’AQMI, pour transformer le Sahel d’une zone d’appui et de repli en «terre de djihad» dont l’action doit contribuer au rayonnement régional et international d’AQMI. Dès le début de l’été 2009, cette mutation de la zone Sahel en «émirat de guerre», qui ambitionne de devenir le fer de lance de l’action internationaliste d’AQMI, a été confirmée par deux indices majeurs : l’enlèvement puis l’assassinat de l’otage britannique Edwin Dyer et l’attentat-suicide contre l’ambassade française à Nouakchott ! (…) L’impact de la nouvelle stratégie des katibate sahéliennes dépasse toutes les espérances du commandant Droukdel : l’action de Djouadi aboutit, sans le vouloir, à un putsch sahélien qui conduit, petit à petit, au déplacement du centre de gravité d’AQMI vers le Sahel, pour en faire son principal tentacule international.

Un «nouvel Afghanistan» au Sahara

Pourquoi Oussama Ben Laden consacrait-il un tel intérêt au Sahel, une région si éloignée de ses bastions traditionnels ? Le retentissement grandissant que rencontre l’action des katibate sahéliennes, depuis l’arrivée de Yahia Djouadi à leur tête, a ravivé chez le Saoudien un vieux rêve, né au lendemain des attaques du 11 septembre 2001 : créer un «nouvel Afghanistan» dans le grand Sahara, pour y former les bases arrière d’une légion djihadiste capable de se lancer à l’assaut du Maghreb et de l’Europe. Ce projet est né lors d’un conclave qui s’est tenu dans le camp de Khaldeen, au sud de Kaboul, en mars 2001avec Ramzi Binalshibh et Khaled Tawfik Al Attach se rendirent à Kandahar, début mai 2001. Attach exposa au chef d’Al Qaîda les multiples possibilités que les zones tribales yéménites pouvaient offrir à Al Qaîda, si elle envisageait d’installer des camps d’entraînement en péninsule arabique. (…) Il évoqua la possibilité d’installer d’autres camps dans le Grand Sahara, en Afrique. Le chef d’Al Qada perçut tout de suite la portée stratégique d’un tel projet : des camps installés au Sahara constitueraient une inestimable base arrière pour renforcer le djihad au Maghreb et mener des actions en Europe. Encouragé, Binalshibh expliqua que son compagnon Imad Abdelwahid Alouane, alias Abou Mohamed Al Yamani, l’un des six Yéménites de l’attaque de l’USS Cole, avait longuement séjourné au Sahel.

(…) Il en est revenu convaincu que le vaste territoire saharien, qui échappe largement aux pouvoirs centraux, a toutes les caractéristiques pour devenir un vivier djihadiste. Pour aiguiser davantage l’intérêt d’Oussama Ben Laden, Binalshibh lui expliqua que, lors de ce séjour au Sahel, son compagnon yéménite avait noué des contacts avec un chef djihadiste (Mokhtar Ben Mokhtar) installé dans le Grand Sahara, qui dirige un vaste réseau lié aux groupes islamiques armés algériens. Binalshibh repart de Kandahar avec l’ordre d’envoyer Abou Mohamed Al Yamani au Sahel, comme émissaire chargé de préparer l’installation d’un foyer djihadiste dans le Grand Sahara. (…) Apprenant les projets de l’émissaire d’Al Qaîda, Ben Mokhtar en réfère à sa hiérarchie directe. El Para voit là une occasion inespérée de concrétiser son rêve de prendre part au djihad mondial, lui qui n’a pas eu le privilège de participer au djihad antisoviétique en Afghanistan. Il s’empresse d’inviter Al Yamani dans son repaire des Aurès. Ainsi, lorsque interviennent les attaques du 11 septembre 2001, Al Yamani était l’hôte d’El Para dans le maquis aurésien, depuis trois semaines. (…) Un an plus tard, il est à nouveau envoyé au Sahel, avec l’aval d’Ayman Al zawahiri l’autorisant officiellement à faire alliance avec El Para, au nom d’Al Qaîda, pour créer une base djihadiste au Sahara. Al Yamani arrive dans le maquis aurésien en juillet 2002. Durant deux mois, il se consacre, en compagnie d’El Para, à l’étude détaillée des modalités de la mise en place du futur front djihadiste au Sahel.

Comment AQMI a hérité des réseaux euro-méditerranéens d’El Medjatti

En avril 2004, un nouvel émir est chargé de chapeauter les réseaux des «revenants» afghans, pour préparer le terrain à l’entrée en action des «Groupes islamiques combattants maghrébins». Ce nouveau chef de guerre s’appelle Abdelkrim El Medjatti. Lors de sa nomination à la tête des «réseaux maghrébins», il explique à l’état-major des «opérations extérieures» d’Al Qaîda (…) que les liens historiques et les facteurs sociaux liés à la présence en Europe de fortes communautés d’Afrique du Nord offrent aux réseaux djihadistes maghrébins la possibilité d’agir sous forme d’une nébuleuse régionale dont la zone d’action peut englober à la fois le Maghreb et les pays du sud de l’Europe. C’est ainsi que naquit le projet d’un «émirat euro-méditerranéen du djihad». (…) Les attentats de Casablanca et de Madrid ont apporté la preuve que les réseaux de cet émirat naissant, qu’ils soient basés sur le vieux continent ou au Maghreb, sont en mesure de fonctionner en étroite coordination. (…) Malgré tous ses succès, El Medjatti savait que son statut au sein de l’organisation Ben Laden peut se renforcer, davantage encore, s’il parvient à réactiver la branche saoudienne d’Al Qaîda. Celle-ci avait été complètement décimée par les moukhabarate saoudiennes, au lendemain des attentats de Riyad, en mai et novembre 2003. (…) En avril 2005, arrivé en Arabie avec un faux passeport qatari, le Marocain réunit, à Al Ress, les 19 survivants du commandement des Ansar al Qaîda, pour faire allégeance à son lieutenant saoudien Khaled Al Jahni, en tant que nouvel émir du groupe.

Or, les services saoudiens avaient réussi à retourner l’un des 19 djihadistes conviés à cette réunion. Alertés par leur indicateur, ils encerclent la cache d’El Medjatti. Et au bout de trois jours d’affrontements, le Marocain est tué, ainsi que le nouvel émir Al Jahni. L’émirat euro-méditerranéen élargi au «Grand Orient» et à la péninsule arabique s’effondre, alors. La mort d’El Medjatti n’en est pas la seule raison. Une opération posthume, qu’il avait planifiée et qui aura lieu deux mois après sa mise hors de combat, va considérablement précipiter cet effondrement. Ce sont les attentats de Londres de juillet 2005. En s’attaquant au sanctuaire londonien, El Medjatti a ouvert la boîte de Pandore qui conduira à la perte de son émirat. Les «mollahs du Londonistan» sont mis hors d’état de nuire et la coopération britannique permettra aux services antiterroristes des pays concernés de démanteler de nombreux réseaux qu’El Medjatti avait mis en place en Europe, au Maghreb et au Moyen-Orient. Dans la péninsule arabique, ceux qui parviennent à échapper aux coups de filets de la police se regroupent dans les zones tribales yéménites, pour y fonder une organisation fédératrice appelée Al Qaîda en péninsule arabique (AQPA). En Europe et au Maghreb, les survivants des réseaux El Medjatti n’ont d’autre alternative que de rejoindre le GSPC algérien. Ce qui permet à ce groupe, confiné depuis sa création en 1998 au «djihad local» en Algérie, d’acquérir, petit à petit, la dimension régionale dont il rêvait. C’est ainsi que naquit l’AQMI qui prendra, à partir de janvier 2007, le relais de la «troisième armée de Ben Laden» !
 

Quel lien faire entre la multiplication des attaques contre les forces de sécuritéalgériennes et l’attentat de Marrakech ?

Ce regain d’activité correspond à une stratégie mise en place depuis la mi-mars. L’attentat de la place Djamaâ El Fna à Marrakech s’inscrit dans la continuité de cette volonté constante d’AQMI de mener des actions terroristes au Maroc. Cependant, il semble obéir à un contexte particulier et à des motivations distinctes : la volonté affichée d’Al Qaîda à travers les forums djihadistes de revenir sur le devant de la scène, après avoir été prise de cours et dépassée par les «révolutions populaires» du début 2011 dans le monde arabe. L’ingérence lourdement revendiquée par AQMI dans le conflit libyen, sa récente implantation en Tunisie, le regain de ses activités dans les maquis algériens depuis la mi-avril 2011 sont autant d’indices qui montrent qu’AQMI, qui est actuellement la filiale la plus active d’Al Qaîda, a reçu de la «maison mère» des directives l’incitant à multiplier les actions terroristes dans le Maghreb et au Sahel, voire au-delà, en Europe et en Afrique noire. Enfin, le choix de frapper le Maroc traduit aussi une volonté de la part d’AQMI d’attirer dans son giron les éléments les plus radicaux des courants salafistes marocains, notamment au sein de la Salafiya Djihadiya et du Sirate El Moustaqim, déjà associés par Al Qaîda aux attentats de Casablanca, en mai 2003.

Reperes :

- Nokta est un djihadiste tunisien d’une quarantaine d’années. Ancien cadre du Groupe islamique combattant tunisien (GICT), il avait rejoint la katiba d’Abou Zeïd au Sahel, durant l’été 2007.

- Le vrai nom de Mounir El Haïdara est Abdewahab Ben Jalloud Hamad. Il est l’un des plus anciens activistes d’Essouna Wal Djamaâ

- Colocataire de Mohamed Atta, à Hambourg, Ramzi Binalshibh a été le coordinateur du commando du 11 septembre. Il a notamment financé les cours de pilotage des 19 kamikazes qui ont pris part aux attaques et de Zacarias Moussaoui. Arrêté le 11 septembre 2002, à Karachi.

- Né à M’hamid, dans l’Oranais, en 1967, Yahia Djouadi rejoint le maquis dès le déclenchement de l’insurrection islamiste, au printemps 1992. Deux ans plus tard, il est nommé émir de katibate El Nasr, à Mascara. Après l’éclatement du GIA, il fonde, en 1997, sa propre organisation : le Groupe salafiste combattant (GSC).

- Il s’agit de la même réunion au cours de laquelle le GSPC vote l’allégeance à Al Qaîda, créant AQMI, dont la naissance sera annoncée officiellement le 24 janvier 2007.

 

**** 

15 réponses à “*Terrorisme et lutte contre la drogue”

  1. 26 05 2011
    Waterfall Method (18:23:34) :

    I think this blog is great! Keep up the good work.

    Répondre

  2. 7 08 2011
    fieldrunners hd (08:21:01) :

    I agree with your *Terrorisme et lutte contre la drogue at ElAyam.5, excellent post.

    Répondre

  3. 7 11 2011
    a568347 (17:09:28) :

    I’ve said that least 568347 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  4. 31 08 2012
    jordans for girl (15:00:19) :

    Thanks for giving your ideas here. The other matter is that any time a problem appears with a laptop or computer motherboard, folks should not have some risk with repairing that themselves for if it is not done properly it can lead to irreparable damage to the complete laptop. Most commonly it is safe to approach your dealer of any laptop for the repair of its motherboard. They have got technicians who may have an experience in dealing with notebook computer motherboard complications and can make the right diagnosis and undertake repairs.

    Répondre

  5. 27 10 2012
    chanel wallet (17:52:09) :

    A person essentially help to make seriously articles I would state. This is the first time I frequented your web page and so far? I amazed with the research you made to create this particular post extraordinary. Wonderful job!
    chanel wallet http://chanelwallet.ezweb123.com/

    Répondre

  6. 5 11 2012
    how to buy party dress online store (11:03:28) :

    The next time I read a blog, I hope that it doesnt disappoint me as much as this one. I mean, I know it was my choice to read, but I actually thought youd have something interesting to say. All I hear is a bunch of whining about something that you coul¡­

    Répondre

  7. 22 11 2012
    cyber monday north face jacket (10:38:05) :

    Hello! This is my 1st comment here so I just wanted to give a quick shout out and say I genuinely enjoy reading through your posts. Can you recommend any other blogs/websites/forums that deal with the same subjects? Thanks for your time!

    Répondre

  8. 6 12 2012
    in Choosing (14:37:32) :

    I am not real superb with English but I line up this rattling leisurely to read.

    Répondre

  9. 6 12 2012
    Functions (14:38:34) :

    You can find a great cleanser in the pharmacist. You shouldn¡¯t have to shell out $40 with a expensive clean. Steer clear of club cleansers because they tend to normally dry out skin.

    Répondre

  10. 27 12 2012
    bloons tower defense 5 (12:42:24) :

    With havin so much written content do you ever run into any issues of plagorism or copyright violation? My site has a lot of unique content I’ve either written myself or outsourced but it appears a lot of it is popping it up all over the web without my agreement. Do you know any solutions to help stop content from being stolen? I’d truly appreciate it.
    bloons tower defense 5 http://bloonstowerdefense5.tumblr.com/

    Répondre

  11. 6 01 2013
    Put money into The Very Best (06:19:36) :

    If you haven¡¯t tried to publish this type of article in a major paper, you should give it a try. It needs to be available to as many people as possible. This is amazing information.

    Répondre

  12. 9 01 2013
    Select the right (04:49:02) :

    Well, I do not know if that¡¯s going to work for me, however definitely worked for you! Excellent post!

    Répondre

  13. 10 08 2014
    equipaciones de futbol (20:07:17) :

    There’s certainly a lot to find out about this topic. I like all of the points you have made.
    equipaciones de futbol http://www.lavau.eu/intranet/html/equipaciones-de-futbol-baratas.html

    Répondre

  14. 12 06 2015
    Johnie Jezierski (11:03:52) :

    I’ve been exploring for a little for any high-quality articles or blog posts on this kind of area . Exploring in Yahoo I ultimately stumbled upon this website. Reading this information So i’m satisfied to show that I’ve a very good uncanny feeling I discovered exactly what I needed. I most surely will make certain to don?t forget this website and provides it a look regularly.|

    http://random1.qy119.com

    Répondre

  15. 9 08 2015
    Commerce Vincennes (11:18:55) :

    Génial article ! Une parenthèse pour vous faire découvrir le site d’un boutique en France à Vincennes de bijoux fantaisie.

    https://bijouxtutti.wordpress.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café