*L’agression contre la Libye-5

 *sept morts dans un raid de l’Otan sur un hopital à Zliten

 Les agresseurs occidentaux détruisent quatre dépôts de produits alimentaires dans le but d’affamer la population…

 **Les journalistes ont vu des centaines de sacs de riz, des tomates, de l’huile végétale partir en fumée… Au moins sept personnes ont été tuées hier matin dans le bombardement par l’Otan d’un petit hôpital à Zliten, à 150 km à l’est de Tripoli, ont dénoncé les autorités libyennes, accusant aussi l’Alliance atlantique d’avoir frappé des dépôts de produits alimentaires. Les autorités ont conduit des journalistes accrédités, dont celui de l’AFP, à Zliten, une ville de 200.000 habitants dans le viseur des combattants de l’enclave rebelle de Misrata, à une soixantaine de kilomètres plus à l’est. Les journalistes ont pu voir un bâtiment complètement détruit, avec le croissant rouge à l’entrée et des produits pharmaceutiques, un brancard, des gants, des bouteilles d’oxygène éparpillées. Selon les autorités, il s’agissait d’un petit centre de lutte contre les maladies contagieuses, qui a été détruit par un raid de l’Otan hier entre 8h00 et 8h30. Dans l’après-midi, des engins étaient toujours à l’oeuvre pour fouiller les décombres, et cinq ambulances étaient sur place dans l’attente d’éventuels survivants. Dans une autre zone, les journalistes ont été conduits hier devant quatre dépôts de produits alimentaires. Trois étaient endommagés, et le 4e était en flammes. Les journalistes ont vu des centaines de sacs de riz, des tomates, de l’huile végétale partir en fumée. Selon un habitant, les destructions ont été causées par une frappe de l’Otan vers 3h du matin. (26.07.2011.) 

********************

* La Suisse « neutre » armerait-elle en douce les rebelles libyens pour la poursuite du massacre?

 **Quant au Qatar, il n’aurait servi dans cette affaire que de prête-nom.

**L’armement suisse a déjà transité vers le Maroc 

L'armement suisse découvert en Libye (laliberte.ch).

La caisse métallique de couleur olive est posée négligemment sur le sol caillouteux. Sur une étiquette blanche figure le nom du fabricant des 400 cartouches M80 qu’elle contient : Ruag Ammotec, filiale du groupe d’armement basé à Thoune (canton de Berne) et propriété de la Confédération [helvétique]. Ces munitions suisses pour fusils mitrailleurs et mitrailleuses, les rebelles libyens du front de l’ouest les utilisent contre les troupes gouvernementales … C’est la télévision suisse alémanique qui, mercredi soir, dans l’émission « Rundschau », a révélé la découverte étonnante en Libye du journaliste indépendant Kurt Pelda. En montant vers la ligne de front, le reporter a d’abord découvert plusieurs boîtes de cartouches estampillées « Ruag ». Avant de tomber au milieu d’un arsenal hétéroclite sur la fameuse boîte métallique portant, côté pile, le nom du fabricant bernois, et côté face, celui du destinataire des munitions : le Qatar, via une société zougoise, FGS Frex, à Oberägeri (centre de la Suisse). Quant au Qatar, il n’aurait servi dans cette affaire que de prête-nom.Selon « Rundschau », c’est l’Etat du golfe Persique, seul pays arabe faisant partie de la coalition engagée contre le colonel Kadhafi, qui aurait envoyé aux rebelles libyens les cartouches achetées en Suisse. Problème : d’après le secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), qui contrôle les exportations de matériel de guerre helvétique, le Qatar s’était engagé à ne pas réexpédier plus loin les munitions sorties des usines de la Ruag. A-t-il violé sa promesse ? En accord avec le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), le Seco a diligenté une enquête, confirme sa porte-parole, Antje Bärtschi. Dans l’attente de ses résultats, plus aucune autorisation d’exporter vers le Qatar ne sera délivrée. En 2010, l’émirat avait passé des commandes pour 515 000 francs (445 000 euros), contre 2,56 millions (1,95 million d’euros) en 2009.Et si les rebelles libyens s’étaient directement approvisionnés en Suisse ? Le 1er juillet, Mohamed Bachir Al Warfalli, qui coordonne depuis la Tunisie » l’aide humanitaire » et la logistique pour la rébellion, affirmait avoir reçu « des moyens de communication, des munitions, de l’aide humanitaire et sanitaire » de la Suisse. « Ni le Seco, ni le DFAE n’ont connaissance d’un tel soutien armé », réplique Antje Bärtschi.L’armement suisse a déjà transité vers le MarocLa Suisse n’en a pas moins affiché une certaine bienveillance vis-à-vis du Conseil national libyen de transition, dont un représentant a été reçu en mars à Berne par la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey. La coopération suisse a par ailleurs ouvert une antenne à Benghazi, dans l’Est du pays. Le journaliste Kurt Pelda se demande pour sa part si la Suisse ne cache pas quand même une partie de la vérité. Il soupçonne en effet les munitions de Ruag d’avoir été destinées dès le départ à la rébellion libyenne. Quant au Qatar, il n’aurait servi dans cette affaire que de prête-nom. Kurt Pelda ajoute avoir vu sur le front des roquettes air-sol de fabrication suisse. Comment les insurgés se sont-ils procuré ces armes ? Le journaliste poursuit son enquête.Ce n’est pas la première fois que de l’armement suisse finit par ricochet dans un pays en guerre. En 2005, des chars M-109 d’occasion vendus un an plus tôt aux Emirats arabes unis avaient réapparu au Maroc, pourtant interdit d’achat de matériel de guerre « made in Switzerland » en raison du conflit au Sahara occidental. « Si l’on pense que 20 000 autorisations ont été délivrées ces dix derières années, le nombre d’abus – un avéré, deux si l’affaire libyenne se confirme – est infiniment petit », relativise Antje Bärtschi. (20Minutes-25.07.2011.)

**********************

Il a affirmé que la reconnaissance du CNT “n’a aucune portée”

Kadhafi résiste en s’appuyant sur les populations libyennes

**Il n’imagine pas qu’un jour le peuple libyen puisse être “représenté par une poignée de traîtres

Fidèle à sa démarche depuis le début de l’agression occidentale contre son pays, il y a de cela cinq mois maintenant, le leader libyen Mouammar Kadhafi a renouvelé, hier, son rejet des décisions du groupe de contact sur la Libye, tout en menaçant les rebelles d’une marche sur Benghazi, s’ils ne fuient pas le pays.

Alors que la réunion du groupe de contact sur la Libye à Istanbul a apporté un soutien total au Conseil national de transition libyen, (un groupe fantoche désigné par ses tuteurs occidentaux et qui n’a aucune légitimité populaire), Mouammar Kadhafi a affirmé vendredi que la reconnaissance par les puissances mondiales et régionales de ce conseil n’avait “aucune portée pour le peuple libyen”. “Jusqu’à ce qu’une autorité intérimaire soit en place, les participants ont convenu de traiter le CNT comme l’autorité gouvernementale légitime en Libye”, affirme le document paraphé à Istanbul. Pour le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé : “Cela veut dire que nous allons pouvoir dégeler un certain nombre d’avoirs appartenant à l’État libyen puisque que c’est le CNT qui exerce désormais cette responsabilité.” Guère impressionné par ces décisions, le colonel Kadhafi a affirmé dans un message relayé par haut-parleurs à des milliers de ses partisans rassemblés à Zliten : “Reconnaissez un million de fois le soi-disant Conseil national de transition (CNT), cela n’a aucune portée pour le peuple libyen qui va piétiner vos décisions.” Il ne manquera pas de menacer une fois de plus les dirigeants de la rébellion, en déclarant : “J’ai avec moi cinq millions de Libyens prêts au martyre.
Je ne leur ai pas encore donné le feu vert pour marcher sur vous, je vous donne une dernière chance de cesser vos opérations et je demande aux traîtres de Benghazi de se rendre ou de se sauver du pays.” Sur un ton ironique, il a affirmé qu’il qui ont ouvert les portes de Benghazi à des forces croisées”. S’excluant lui-même comme représentant du peuple libyen, il ajoutera : “Personne ne peut représenter le peuple libyen, même pas Kadhafi. Le peuple va donc piétiner vos décisions et vous dire « zut »”. Le colonel Kadhafi, qui est confronté depuis cinq mois maintenant à une rébellion armée, a de nouveau défié l’OTAN qui bombarde ses forces depuis mars en lui donnant “une dernière chance”. Au passage, il égratignera le président français Nicolas Sarkozy, qu’il a qualifié de “fou et stupide” pour avoir “détruit les intérêts communs de la Libye et de la France”. Poursuivant, il dira : “Nous avons toujours œuvré pour avoir de bonnes relations avec les peuples français, britannique et italien”, avant d’accuser les dirigeants de ces pays de “vouloir créer un désastre pour l’Europe, la Méditerranée et l’humanité entière en lançant une croisade contre le peuple libyen pacifique”. Pour rappel, Kadhafi avait traité jeudi Sarkozy de “retardé mental” et de “criminel de guerre qui a entaché l’histoire de la nation française et détruit les rapports de son pays avec la Libye et les pays musulmans”. … (source: Liberté-17.07.2011.)

  « Nous sommes chez nous et nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte pour défendre notre honneur, notre pétrole et nos richesses»

 Alors que le conflit libyen s’éternise Mouammar Kadhafi n’entend pas céder aux pressions et se dit prêt à résister jusqu’au bout. «Des millions de Libyens sont à mes côtés. Nous sommes chez nous et nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte pour défendre notre honneur, notre pétrole et nos richesses», dira-t-il. «Cette guerre nous a été imposée, le seul choix que nous avons est de nous battre, hommes, femmes et enfants, pour libérer Benghazi, Misrata» a ajouté le Guide libyen dans un message audio. Et à l’endroit des insurgé il promettra récupérer les zones sous leur contrôle : «nous marcherons sur ces villes contrôlées par les traîtres et les mercenaires de l’Otan pour les reprendre». Confronté depuis le 15 février 2011 à une agression militaire de l’Otan, et à une rébellion armée soutenue par les Occidentaux qui veulent le chasser du pouvoir, Kadhafi résiste …. Le conflit qui dure depuis plus de cinq mois semble au fil des jours sans solution en vue. Les initiatives diplomatiques font du surplace. A Moscou, le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov devait recevoir son homologue libyen Abdelati Obeidi pour tenter de trouver un compromis. …La France, pays particulièrement engagé dans cette agression contre le peuple libyen, semble opter pour une attitude équivoque. Par l’entremise de son ministre des Affaires étrangères, Paris estime que Kadhafi pourrait rester en Libye s’il se mettait à l’écart de la vie politique. Plusieurs chefs militaires des rebelles tentent de trouver des soutiens et de l’aide chez les Etats occidentaux contre leur propre pays… ils ont demandé à Nicolas Sarkozy davantage d’aide militaire de la France pour vaincre Tripoli et le gouvernement loyal libyen…du surréalisme…! ! (sources diverses-21.07.2011.)

************************

 **Alors que la France et d’autres pays de l’OTAN fournissent des armes aux rebelles, ces derniers assayent d’impliquer l’Algérie, sur conseil de leurs tuteurs…!

*Les Algériens face aux intimidations des uns et des autres

Pour la énième fois, les rebelles libyens font répandre de fausses informations sur une prétendue aide algérienne à la Libye. Cette fois, les apprentis de la désinformation «font partir» tout un bateau bourré d’armes du port algérien de Djen Djen à destination de Tripoli. Histoire de faire dans le «plus c’est gros plus ça passe!». Le ministère des Affaires étrangères algérien a encore une fois apporté, samedi dernier, un «démenti catégorique» à ces allégations. Des allégations aussitôt suivies, de manière grossière, du rappel des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité qui seraient ainsi violées par l’Algérie. Si, si, on vous l’assure, il ne s’agit pas des livraisons d’armes par la France, reconnues et même revendiquées officiellement par l’Elysée, aux rebelles libyens qui ont violé ces résolutions. Non! Ces résolutions ne peuvent être violées que par l’Algérie. Il faut dire que les rebelles libyens sont sacrément aidés par l’armada médiatique de l’Occident. C’est l’agence de presse Reuters qui a lancé la rumeur qu’elle attribue à un responsable (non identifié) du département d’Etat américain. La bêtise va plus loin puisque cette même agence précise que «l’administration américaine est en train de vérifier ces affirmations». Bêtise, car il est difficile à un bateau de déjouer les satellites qui scannent la région. Bêtise car le département d’Etat américain a les moyens d’avoir mieux que les «nous avons entendu que…» pour savoir ce qui se passe sur le globe. Bêtise enfin quand on se rappelle le démenti apporté, lors de sa dernière visite à Alger, aux ragots des rebelles libyens par le général américain, Carter Ham, qui dirige le Commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom). Le général Carter a déclaré que «l’Algérie a toujours oeuvré pour prévenir et empêcher qu’il y ait des mercenaires ou bien un mouvement de personnes et d’armements dans la région». Si les rebelles libyens et leurs mentors s’acharnent sur l’Algérie c’est à dessein. Sur le front diplomatique et militaire rien ne va plus pour eux. Ce n’est pas la reconnaissance du CNT par Malte qui changera le cours des événements. Ce sont les rebelles qui bénéficient d’encadreurs militaires occidentaux (comment pourrait-on appeler ce mercenariat?), de l’appui des frappes de l’Otan sur les villes libyennes (qui y voit des crimes de guerre?), du largage d’armes par la France (qui y voit une violation des résolutions de l’ONU?), du lobbying de leurs mentors pour leur ouvrir les portes des institutions internationales (qui y voit des Arabes de service?). Si c’est ce que veulent faire oublier les rebelles et leurs commanditaires en essayant de braquer l’opinion sur l’Algérie, il faudrait qu’ils fassent preuve d’une plus grande intelligence. L’Algérie est la cible privilégiée des mercenaires qui ont été boutés de son territoire. Depuis, ils rodent et sont toujours à l’affut le long de ses frontières. Qui leur a fourni des missiles sol-air? Des missiles qu’ils comptent utiliser contre les pays du Sahel. Qui a crié «aux voleurs!» à ce moment-là? Personne! Aujourd’hui les voleurs veulent se présenter en victimes. Et de qui s’il vous plaît? De l’Algérie, cette cible des mercenaires qui sont (c’est un secret de polichinelle) les alliés des rebelles libyens. Aux auteurs de ces campagnes contre notre pays, nous rappellerons qu’ils ne pourront jamais réussir là où les forces militaires colonialistes ont échoué. Qu’ils ne pourront jamais réussir là où le terrorisme international a échoué malgré une décennie d’horreurs infligée aux Algériens dans l’indifférence mondiale. Les Algériens ont prouvé avoir bien appris à se défendre. A défendre leur pays. Toutes les manoeuvres en cours, aujourd’hui, n’ont qu’un seul effet: celui de resserrer les rangs des Algériens. Que voulez-vous, nous sommes ainsi faits. Personne ne peut nous intimider. Il suffit de revisiter notre Histoire! Par Zouhéir Mébarki-L’Expression.25.07.2011. 

 

***************************

  ** Lourdes pertes pour les «rebelles» libyens à Brega

Un soldat rebelle tente de se mettre à l'abri lors d'un combat avec les troupes fidèles à Kadhafi dans les environs d'Al-Briqua le 14 juillet 2011. Photo:  un rebelle libyen est en train de fuir avec les conseillers militaires occidentaux dans la bataille d’El Bréga en Libye où l’opposition armée et soutenue par l’OTAN a subi de lourdes  pertes…(juillet 2011.)**Les combats pour le contrôle du port pétrolier de Brega, en Libye, ont fait 18 morts et jusqu’à 150 blessés dans les rangs des insurgés, a annoncé une source médicale aux agences de presse étrangères. Des affrontements à l’arme lourde ont également été signalés à Misrata, bastion des insurgés dans l’Ouest. «La journée de mardi  a été un désastre» pour les rebelles soutenus par les Occidentaux, a déclaré le Dr Sarahat Atta-Alah à l’hôpital d’Ajdabiah, ville voisine sous le contrôle des forces insurgées. Les rebelles libyens avaient annoncé auparavant, avoir encerclé Brega qu’ils devaient prendre et poursuivre leur progression vers la capitale, Tripoli. Ils ont été surpris par les capacités de résistance des forces gouvernementales qui les ont obligés à fuir les combats avec leurs conseillers militaires étrangers, en laissant derrière eux d’énormes pertes. Les forces gouvernementales libyennes tendent à rétablir la sécurité sur tous les territoires et faire face aux «insurgés». Les autorités gouvernementales appellent les Libyens « égarés » à déposer les armes et à se rendre dans les plus brefs délais. 

 

********************

* El Gueddafi «superstar» en pays touareg du Niger 

 

El Gueddafi, tu vaincras!», crie un homme assis sur son taxi-moto dans une rue  d’Agadez, capitale du nord du Niger : le «guide» libyen jouit d’une immense popularité en pays touareg, avec lequel il a noué des relations anciennes, parfois contestées. «Vive El Gueddafi, longue vie au Guide !», lance Alhousseïni Rhissa, poing levé pour mimer le dirigeant libyen qui, après bientôt 42 ans de pouvoir, subit les coups de boutoir d’une rébellion appuyée par les bombardements de l’OTAN.
A Agadez, comme dans de lointains campements touareg, des portraits de Mouammar El Gueddafi sont placardés sur les murs de maisons et aux portes de  magasins, des autocollants à son effigie posés sur les véhicules. «Si vous osez critiquer ou insulter El Gueddafi, certains peuvent vous molester», explique à l’AFP un policier. «Agadez est à 100% avec El Gueddafi», confirme Ibrahim Elhadj Ama. Comme plus de 200 000 Nigériens partis en quête d’eldorado dans la Libye voisine, il a dû fuir la guerre il y a trois mois.     
Récemment, une manifestation de soutien à El Gueddafi a cependant été interdite  par les autorités d’Agadez : le Niger du nouveau président Mahamadou Issoufou est soucieux de ne pas prendre parti et plaide sans relâche pour une solution «négociée». «Les autorités libyennes nous délivraient automatiquement des permis de travail pendant que les autres Africains de l’Ouest sans papiers étaient   persécutés», se souvient un ex-émigré, Yassine Souleymane. «Nous avons donc une dette morale envers elles.» Des prières collectives ont été organisées dans les mosquées pour «le dirigeant libyen et son peuple», raconte un imam près de la légendaire mosquée  d’Agadez. «El Gueddafi est dans nos cœurs», lâche-t-il, chapelet à la main.Selon Rhissa Mohamed, adjoint au maire de Dabaga, localité touareg à une   cinquantaine de kilomètres d’Agadez, «beaucoup de jeunes de la région ont déjà été recrutés pour aller combattre aux côtés d’ El Gueddafi. Chez certains, le conflit libyen suscite un sentiment anti-français et anti-américain. Le président français, Nicolas Sarkozy, a trahi et (son homologue américain) Barack Obama a trop déçu les Africains», lance Moussa dans sa boutique de souvenirs. Pour le syndicaliste Moustapha Ali, «la guerre est pur complot, c’est tout juste pour s’emparer du pétrole libyen». Décrié jusque récemment dans le pays en raison de son soutien présumé aux   rébellions touareg (1991-1995 et 2007-2009), El Gueddafi s’est attiré avec cette   crise «la sympathie de nombreux Nigériens», relève le gérant d’une station   d’essence Oil-Libya.En 2009, El Gueddafi s’était déjà rabiboché avec les Nigériens après avoir obtenu un cessez-le-feu entre Niamey et les rebelles touareg, qui réclamaient les dividendes de l’exploitation de l’uranium dans la zone. De nombreux leaders de l’ex-rébellion vivent encore en Libye. Depuis des décennies, El Gueddafi s’est «érigé en défenseur des Touareg» au Mali et au Niger, note Mahadi Ngadé, enseignant dans un lycée d’Agadez. «Les Touareg sont prêts à mourir pour lui», assure un élu local.
Lors d’une rencontre en 2005 avec des tribus touareg à Oubari (sud-ouest libyen), Mouammar El Gueddafi affirmait que «la Libye est le pays des Touareg, leur base et leur soutien», et saluait dans ce peuple nomade «les lions et les aigles du désert». En 2007, il célébra en grande pompe la fête du «Mouloud» (commémorant la naissance du prophète Mohammed) à Agadez en présence de plusieurs présidents africains. Pour relier la grande ville du Nord nigérien à son pays, il finançait la Transsaharienne, une route longue de 1 100 km. Mais le conflit a interrompu les travaux.  (El Watan-24.07.2011.)  
 

*************

* Amnesty Internationale accuse les rebelles de torture et d’exactions 

 

Des rebelles libyens à Zlitan, près de Misrata, le 13 juin 2011 (Zohra Bensemra/Reuters).  

 

Quatre mois après le début du conflit en Libye, la confusion règne toujours à l’ouest du pays, en proie à de violents affrontements entre les forces pro-Kadhafi et les rebelles. Aucune organisation humanitaire n’a accès à cette région du pays…Donatella Rovera, conseillère sur la réaction aux crises à Amnesty International, est rentrée de Libye après trois mois passés à arpenter les villes de Misratah, Benghazi, Ajdabiya et Ras Lanouf. Son témoignage éclaire certaines zones d’ombres. Rue89 : Vous avez pu rencontrer des mercenaires dans les centres de détention tenus par l’opposition.
Donatella Rovera : Il y a eu une certaine hystérie de la part des médias autour de la question des mercenaires. Le Conseil national de la transition (CNT) a organisé des visites dans les prisons pour que les journalistes « voient » les mercenaires, mais il s’agissait surtout de pauvres jeunes gens terrorisés, pas forcément liés au conflit. Mais ils ont été filmés, photographiés, ils étaient reconnaissables. Ils ont été libérés puisqu’il n’y avait pas de preuves contre eux. La plupart ont d’ailleurs quitté la Libye. Il n’en reste quasiment plus en détention, peut-être quatre ou cinq à Misrata. J’ai rencontré un jeune Algérien dans une prison de Misrata. Il n’était pas du tout mercenaire, il travaillait dans une pâtisserie. Son patron a dû faire une lettre pour prouver qu’il ne mentait pas.Vous voulez dire qu’il n’y avait pas de mercenaires ?
On n’a pas vu de mercenaires…. Nous avons rentré des étrangers et des Libyens noirs qui ont été pris pour cible par les rebelles. Le comportement des rebelles à leur égard pose question. Ils ont commis des violations graves.Quel type d’exactions ? Les rebelles sont responsables de nombreuses attaques contre les étrangers et les Libyens noirs, soupçonnés d’être des mercenaires. Certains ont été assassinés. Certains soirs, des raids ont été menés contre toutes les personnes soupçonnées d’avoir été proches du régime et contre celles dont on savait qu’elles avaient travaillé pour le gouvernement libyen…. On a retrouvé des notes près de certains cadavres disant : « C’est le sort réservé aux chiens de Kadhafi. » Enfin, on a eu connaissance d’actes de torture sur des prétendus mercenaires et sur des soldats libyens faits prisonniers. Il faut agir maintenant. Les gens du CNT  ne contrôlent pas la situation. Ont-ils vraiment la volonté politique de demander des comptes aux combattants rebelles ? Sur la question des mercenaires, par exemple, le CNT en a beaucoup parlé au début du conflit, notamment sur Al Jazeera …. Ces accusations n’étaient pas fondées et ils ont constaté les conséquences de cette légende. Il devraient avoir le courage de retourner sur Al Jazeera et sur la nouvelle chaîne d’opposition libyenne pour démonter cette rumeur et condamner les violences. Mais ils ne le font pas, ce n’est pas une priorité pour eux.**Les enquêteurs de la Cour pénale internationale (CPI) disent avoir des preuves que Mouammar Kadhafi a encouragé les viols en Libye.-On n’a pas pu vérifier ces accusations de viols systématiques. On n’en conclut rien, on continue à chercher. On a parlé d’un bilan humain très lourd. Plusieurs milliers de personnes tuées … Je suis arrivée fin février, ce n’était pas encore la guerre mais c’était le plus fort de la répression des manifestations. A Al-Baïda, une soixantaine de personnes sont mortes et à Benghazi, entre 100 et 110 personnes ont été tuées. C’est beaucoup, c’est grave mais ce ne sont pas les milliers de morts annoncés. Les civils ont surtout payé un lourd tribu à Ajdabiyah, notamment quand ils essayaient de fuir les combats. A Misrata, c’était le pire : les roquettes pleuvaient sur la ville à la fin du mois d’avril. Des centaines de roquettes sont tombées sur les quartiers résidentiels. Des bombes à fragmentation ont été utilisées et éparpillées sur une zone habitée très étendue. …Il y a aussi des mines antipersonnel aux abords d’Ajdabiyah et dans des quartiers résidentiels de Misrata.Il y a également eu beaucoup d’enlèvements et ça continue….. A Misrata, ce sont parfois tous les hommes d’une même famille qui ont été enlevés à leur domicile, même lorsqu’ils n’étaient pas impliqués dans les combats. On en recense plusieurs centaines. Leurs familles n’ont pas de nouvelles. Parfois, on en a vu réapparaître à la télévision libyenne, ils font des aveux du type « j’étais drogué » ou « je suis membre d’Al Qaeda ». .(source: 20Minutes-16.06.2011.)

 *La Russie accuse les occidentaux de prendre partie dans le conflit libyen… et refuse de reconnaître le CNT comme autorité

La Russie a estimé lundi que la reconnaissance du Conseil national de transition (CNT)-entité fantoche créée de toutes pièces par l’Otan-  comme gouvernement légitime de la Libye par certains pays occidentaux et arabes , équivalait à prendre parti dans le conflit libyen. «Ceux qui annoncent (la reconnaissance du CNT) se mettent du côté d’une force politique dans la guerre civile», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavorv, à la presse. La Russie refuse de reconnaître le Conseil national de transition (CNT), instance dirigeante de la rébellion libyenne, comme autorité de ce pays à l’instar des Etats-Unis, a ajuoté Sergueï Lavrov. « S’il s’agit de reconnaître le CNT comme seul représentant du peuple libyen, nous ne partageons pas cette position», a déclaré M. Lavrov au cours d’un point de presse.Les pays de l’Otan et les puissances arabes membres du “groupe de contact sur la Libye” ont reconnu vendredi le CNT comme seule instance représentative de la Libye, alors qu’il n’a aucune représentation réelle du peuple libyen. (18.07.2011.)  

 

******************** *Seif El-Islam : « La médiation de l’Algérie est la bienvenue »

**dans le premier entretien accordé à un journal arabe… »AL Khabar »… 

 

 « L’Algérie n’est pas un peuple de mercenaires et nous l’acceptons comme médiatrice »

seifelislam.jpg  Seif El Islam Kadhafi, le fils du leader Libyen, Mouammar Kadhafi, a déclaré lundi dans un entretien accordé au quotidien algérien El Khabar que la Libye accepterait de voir l’Algérie jouer un rôle de médiateur.   »La médiation de l’Algérie est la bienvenue pour le rapprochement entre les frères libyens », a assuré à ce sujet Seif El Islam.

******Seif El Islam Kadhafi, le fils du leader Libyen  Mouammar Kadhafi a indiqué dans le premier entretien qu’il accorde à un journal arabe, le rôle crucial de Paris dans la guerre en Libye.

**Commençons notre entretien par ce qui intéresse le plus l’opinion publique internationale…ou en sont les négociations avec l’opposition à Benghazi ?

Nous tenons en réalité les véritables négociations avec la France et non avec les rebelles. Nous avons reçu par m’intermédiaire d’un envoyé spécial qui a rencontré le président français, un message clair de Paris. Le président français a très franchement dit à notre envoyé que « c’est nous qui avons crée ce conseil et sans le soutien de la France, l’argent et les armes il n’existerait pas ». Ces groupes nous ont contactés par des canuax égyptiens, nous les avons rencontrés au Caire, ou nous avons tenu un round de négociations, mais lorsque les français ont entendu parler de cette rencontre ils ont dit au groupe de Benghazi : nous vous soutenons et si d’autres contacts avec Tripoli ont lieu sans que nous en ayons connaissance ou dans notre dos nous cesserons immédiatement de vous soutenir…toutes les négociations doivent donc passer par la France, ils leur ont dit : nous ne faisons pas cette guerre par bonté ou sans contrepartie, nous avons des intérêts commerciaux en Libye, et le gouvernement de transition devra approuver plusieurs contrats, ils veulent parler des contrats au sujet des avions « rafales », ainsi que d’autres contrats de la société Total.

**Pourquoi n’avez-vous pas dévoilé à l’opinion publique les documents prouvant le financement de la campagne de Sarkozy ?

Et bien nous n’utilisons pas toutes nos armes d’un coup, nous avons plus d’une surprise, et plus d’une arme que nous utiliserons au moment opportun…

**Qu’en est-il des médiations internationales, que se passe-t-il en ce moment, notamment après la visite du médiateur russe qui a pris connaissance de la situation, et après la tenue d’une réunion entre le président russe Medvedev et le président de l’Otan, ainsi que la réunion entre Medevedev et le président sud-africain Jacob Zuma l’autre partie de la médiation ?

Je voudrais avant cela préciser quelques chose, c’est que toute la planète s’est moquée d’eux à travers des articles de presse, ils ont menti au monde en déclarant que l’état libyen avait tué des milliers de manifestants, et ont dit que nous avions bombardé des populations avec des avions. Le monde sait maintenant que tout cela n’était que mensonge, l’organisation « Human Right Watch » a reconnu que ces informations étaient fausses, Amnesty international a également indiqué que c’était faux, tout comme le Pentagone qui à fait une enquête interne et a souligné que c’étaient de fausses informations.

Revenons au sujet des médiations internationales, ou en sont-elles ? Concernant les initiatives il y a une feuille de route africaine sur laquelle tout le monde s’accorde, nous voulons organiser des élections et arriver à un gouvernement d’unité nationale, et sommes prêt des élections supervisées par des organisations internationales, et à mettre en place une nouvelle constitution mais les rebelles refusent, pourquoi refusent-t-ils, parce que nous ne sommes pas encore arrivé à un accord avec Paris.

**Le colonel Kadhafi a menacé dans son discours ce vendredi devant ses partisans à Sebha de se venger et d’envoyer des kamikazes en Europe, n’avez-vous pas peur d’être assimiler à des terroristes ? Premièrement il est de notre droit d’attaquer les états qui nous attaquent et tuent nos enfants, ils ont tué le fils de Mouammar Kadhafi et ont détruit sa maison et tué ses proches, et il n y a pas une famille en Libye qui n’ait pas été victime de l’attaque de l’Otan, c’est pour cela que nous sommes en guerre, l’Otan a commencé par attaquer qu’il en assume les conséquences.

Seif El Islam se présentera-t-il aux élections de la future Libye ? Je suis officiellement sorti de la politique en Libye en 2008, et depuis cette date et jusqu’au début de la crise j’étais en dehors de la Libye, j’étais au Cambodge…je suis revenu en Libye au début des événements, j’étais en dehors du jeu politique, mais après ce qui est arrivé en Libye toutes les données ont changé, après avoir vu les trahisons, les intérêts et la colonisation toutes les données ont changé, je ne vois pas contre le fait de me présenter, toutes les options sont possibles.

**Certains pensent à une division de la Libye, le premier ministre britannique, David Cameron a déjà déclaré qu’il fallait partager le Sahara Libyen, qu’en pensez-vous ?

Il y a un plan britannique pour la division de la Libye, l’ouest et le sud pour la France, l’est pour la Grande-Bretagne, et une base militaire pour la Grande-Bretagne à Tobrouk… ceci n’est pas un secret, mais ce ne sont que des velléités de colonisation qui ne se réaliseront pas.

**Que représente pour vous l’Algérie ?

En toute sincérité, si on prend un libyen lambda, il vous dira que les algériens sont très proches des libyens. Malheureusement, comment vous l’aurez déjà constaté, le seul pays arabe visé par les hors-la-loi c’est l’Algérie. Nous avons une chose en commun avec les algériens. Vous avez lutté, par le passé, contre la France, nous faisons la même chose aujourd’hui…la médiation de l’Algérie est la bienvenue. Car elle a toujours joué le rôle d’unificateur. Je tiens à préciser que les positions des pays arabes sont indignes, l’Algérie figure parmi les quelques pays arabes ayant pris une position complètement différente. Le peuple libyen n’oubliera jamais cela, c’est pourquoi la médiation de l’Algérie est la bienvenue pour le rapprochement entre les frères libyens, .

**Avez-vous quelque chose à ajouter, un dernier mot ?

Je veux que la communauté internationale fasse attention à ce qui se passe en Libye, où l’une des plus grandes campagnes de désinformation et de falsification des vérités a eu lieu. Cette vérité est reconnue par les européens et les américains eux-mêmes. En effet, les médias ont crée de nombreux scandales qui n’ont jamais eu lieu. Nous nous adressons à la communauté internationale pour lui dire que les images que vous regardez sur les chaînes satellitaires et sur internet sont truquées. La vérité se fera un de ces jours ! (El Khabar-10.07.2011.)

***Réactions d’internautes:

 **lhadi   le 11.07.2011 | 

 reconcilier le peuple libyens

L’ALGÉRIE doit impérieusement jouer le rôle de médiateur pour réconcilier le peuple libyen. Il est inconcevable que les libyens puissent s’entretuer. La diplomatie algérienne ne doit plus être rétive. Elle doit s’employer à inviter à Alger tous les acteurs libyens de cette tragédie fomentée par la couardise Franco/Américaine pour des desseins malsains (…). Une conférence pour la paix entre libyens dans un pays frère. Cela a plus de sens pour moults raisons (…). fraternellement lhadi (lahdi24@yahoo.fr)

*elbahri   le 11.07.1011 | 

 Encore une autre guerre française perdue

Personne ne peux nier que ni les Algériens, ni les autres nord africains ne sont mieux traité par leur guide ou autorité qu’el-Kadhafi. Logement à bas prix, hôpitaux de luxe gratuit, allocation de chômage, et j’en passe. Mais ce que certains de nous voient, c’est la  »petite peste » se mêler des affaires des autres. Ils les arment, leurs disent quoi dire, négocient à leurs place, à la limite, leur envoyer des cuisses de grenouilles. Avez-vous entendu parler des enfants de 15 ans qui se font embaucher par le CNT….silence des médias français comme d’habitude.
Ce n’est un secret pour personne, Je n’aime pas la France, je n’aime plus les occidentaux et je n’aime surtout pas les traîtres….Je ne cherche pas le pouvoir, mais si on me le donne, je sais très bien ou commencer à nettoyer devant la porte ‘Algérie’.

Mohamed 1   le 11.07.2011 |
 Responsabilité partagée

Au lieu d’aider la Lybie vers une transition démocratique lentement mais sûrement, ils ont fait le contraire ils ont joué le jeu de puissances occidentales, qui attendaient avec impatience la réaction musclée des kedafi face au soulèvement populaire, les traitres qui sont à la tête des pseudos rebelles ne sont que hommes de Kedafi qui ont changé de camp pour choisir celui des impérialistes, les traitres rebelles et El Kedafi sont responsables de cette catastrophe lybienne.

**********************

Les vraies raisons d’un mensonge

 Le nouveau Lawrence d'Arabie, est prompt à s'y appliquer. Reprenons le récit de BHL.

Bernard-Henri Lévy est fier de sa mission effectuée la semaine dernière en Libye. Il peut raconter à la presse que les rebelles crient «Vive la France!».

 

**Il y a effectivement une mainmise étrangère sur les rebelles

Qu’est-ce qui manque aux hommes de djebel Nefousa pour descendre dans la vallée et marcher sur Tripoli? «Le feu vert de l’Otan», dit Oussama Djewel, un haut gradé dans les rangs de la rébellion libyenne. Ce serait un plan idéal, «avec le renfort de Misrata dont les troupes, à l’est, prendront, avec eux, la capitale en tenailles». Toutes ces informations sont rapportées par le Journal du Dimanche auquel Bernard-Henri Lévy a confié le récit de son voyage en Libye. Arrêtons les extraits à ce niveau pour l’instant. Que révèlent ces descriptions?

D’abord, qu’il y a effectivement une mainmise étrangère sur les rebelles et qu’ensuite, l’objectif de l’expédition en Libye vise la chute du colonel El Gueddafi et non seulement la protection des populations civiles comme l’autorisaient les Nations unies.
Mais cet objectif immédiat cache mal d’autres desseins beaucoup plus stratégiques. Ce sont les réserves pétrolières de la Libye qui font courir la France. Lorsqu’elle avait perdu l’Algérie, elle s’est tournée vers le Gabon et la Côte d’Ivoire pour s’assurer en approvisionnements énergétiques. A présent, elle jette son dévolu sur la Libye et ça fait des étincelles. Voilà une partie du secret. Mais pas tout le secret. En installant à Tripoli une équipe à sa botte, dans le plus pur style de la Françafrique, l’Elysée veut que le futur régime en Libye soit la copie conforme de ceux qui existent au Gabon ou en Côte d’Ivoire où la France continue de se conduire en pays conquis. L’autre élément qui émerge de cette analyse est le fait que Paris veut étendre à tout prix son aire d’influence à toute l’Afrique du Nord en plus de ses anciennes colonies. Mais dans cette histoire, il y a aussi le beurre et l’argent du beurre. La France qui aura joué un rôle capital dans l’avènement d’un nouveau régime en Libye dont elle choisira les futurs dirigeants, met la main sur le magot: le pétrole libyen dont Total, comme ELF, dans l’ancien temps se chargeront. Cela sans compter la reconstruction d’un pays dont près de 80% des infrastructures sont détruites. Encore un marché juteux pour les sociétés françaises sans compter le fait que la Libye constituera un marché pour les produits français. Tout ce scénario inquiète les voisins. Tunisie, Algérie et Niger ont tôt fait de souhaiter une solution politique et rapide du conflit. L’une des dernières manifestations de cette conviction a eu lieu lors de la visite du ministre tunisien des Affaires étrangères à Alger.
«La solution militaire ne sert ni la Libye ni ses voisins algériens et tunisiens car elle comporte des dangers. L’accord obtenu à Malabo est le cadre idoine pour parvenir à une solution pacifique», avait-t-il expliqué à l’issue d’entretiens avec son homologue Mourad Medelci. Mais cette position déplaît au CNT qui continue de distiller ses accusations à destination d’Alger. Sans s’attarder sur les leçons d’histoire. Car le Conseil ne voit aucune gêne à faire appel à l’Otan, cette Alliance qui a prêté main forte à la France lors de la colonisation de l’Algérie et qui a été combattue par l’ALN. La France et l’Otan s’invitent pour s’installer durablement au Maghreb? D’autres entités nourrissent les mêmes espoirs. Des informations ont circulé sur le désir de l’Etat hébreu d’entretenir de nouveaux foyers de tension jusqu’à nos frontières. Et d’installer, pourquoi pas? chez les éventuels successeurs d’El Gueddafi, une base militaire. Le CNT aura alors plusieurs maîtres. Bernard Henri-Lévy, le nouveau Lawrence d’Arabie, est prompt à s’y appliquer. Reprenons le récit de BHL.
«C’est l’heure des adieux et je suis là, en train de m’engager à me faire l’écho, à mon retour, mais auprès de l’opinion et des institutions de mon pays, de cette volonté unitaire et de cette détermination à vaincre». L’opinion et les institutions de son pays sont-elles à ce point pressées de sceller le sort de tout un peuple, sans d’ailleurs évoquer aucune légitimité pour ce faire, hormis celle, qui n’est pas si subliminale que ça, du néocolonialisme? Le philosophe est rentré à partir de la Tunisie non sans souhaiter l’avènement d’une Libye «libre». Pour être, tout de suite après réoccupée. (L’Expression-27.07.2011.)

***************************

 Les ex-forces coloniales télécommandent la sale guerre en Libye

 bomblibye.jpgLe crise libyenne est tellement sur-médiatisée et entourée de zones d’ombre que beaucoup de spécialistes et observateurs avertis relèvent nombre de faits qui appellent moult interrogations: quels sont les tenants et les aboutissants de cette sale guerre? Les Libyens s’entretuent et se livrent à une guerre fratricide, arbitrée par d’ex-forces coloniales. Orchestrée par des mains étrangères ou enclenchée par des opposants à Mouamar El Gueddafi, la crise libyenne pose, cependant, une somme de questions capitales, à savoir: pourquoi le Conseil national de transition libyen (CNT) refuse et rejette toute forme de sortie de crise à caractère pacifique et politique? Pourquoi l’Occident a donné sa bénédiction au CNT, alors qu’il compte dans sa composante, des ex-terroristes, peut-être encore en connexion avec d’autres réseaux actifs, et de proches du régime libyen? A qui profitera le vide sécuritaire en Libye? Autant de questions, qui demeurent sans reponses. Soutenu politiquement et militairement par la France, l’Italie, la Grande-Bretagne, en l’occurence les ex-puissances coloniales, et appuyé par les Etats-Unis, le Conseil national de transition libyen, récuse donc un quelconque règlement politique de la crise. Cependant, des propositions portant sur un règlement politique de la crise ne manquent pas et ont été formulées par l’Union africaine, la Ligue arabes ainsi que d’autres initiatives, moins médiatisées. Contrairement au CNT, une bonne partie des Libyens proches de Mouamar El Gueddafi, exclu des médias occidentaux et orientaux, ont salué les initiatives de paix qui leur ont été proposées. Le CNT, réclame armes et soutien diplomatique en promettant, en contrepartie, des contrats d’investissement et d’exploitations des richesses libyennes qu’il semble s’être offert le droit de brader. Ce que n’excluent pas des experts occidentaux. Pas pour défendre Mouamar El Gueddafi, un dictateur ignorant tout sens de la démocratie et de la liberté, mais pour que la vérité sur la Libye soit dite. Sur ce chapitre, des spécialistes occidentaux soutiennent que la crise libyenne a été bel et bien décidée et montée de toutes pièces de l’extérieur, puis confiée à des Libyens. Affirmative et catégorique, une délégation internationale d’experts indépendants a noté dans son compte rendu de mission d’évaluation auprès des belligérants libyens et pro-El Gueddafi que «le conflit en Libye est un complot orchestré par les pays occidentaux et le Qatar». L’intervention occidentale en Libye, a souligné la délégation dans son rapport, menace de déstabiliser tout le Maghreb. Du même, elle a jugé que cette intervention constitue plutôt un problème qu’une solution.
La guerre en Libye a été décidée de l’extérieur
Dans son rapport de mission, le Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (Ciret-avt) a fait savoir que le CNT est une formation antidémocratique. Il est composé, a-t-il assuré, d’anciens partisans du colonel El Gueddafi, de monarchistes, d’ex-terroristes et d’islamistes radicaux. «Le soulèvement libyen ne présente aucun caractère spontané, il procède de la volonté indépendantiste des habitants de Cyrénaïque, animés par la volonté d’imposer un régime islamiste», a indiqué le rapport du Ciret-Avt, précisant également que depuis la prise par l’opposition libyenne de toutes les casernes dans l’est du pays, où s’est implantée la rébellion, des tonnes d’armes ont disparu, tombées entre des mains inconnues. Cette alerte a été donnée par les services de renseignements occidentaux. «Les services secrets internationaux sont très inquiets. Il s’agit d’une injection massive d’armes dans les réseaux de trafic internationaux», assure Eric Dénécé, expert international dans le domaine du renseignement. Il est à noter qu’une délégation américaine s’est rendue le mois dernier en Algérie. Sa mission est, croit-on savoir, de travailler à la traçabilité des missiles. Américains et Algériens, sont, dit-on, très inquiets. La Libye qui est devenue aujourd’hui un enjeu sécuritaire régional, objet d’une guerre fratricide, s’inscrit-elle dans la foulée du Printemps arabe? Un Printemps, faut-il relever, porteur d’espoir et de renouveau, lors duquel les peuples arabes ont réclamé et revendiqué pacifiquement liberté et démocratie. A l’évidence, la crise libyenne est plutôt une pièce théâtrale, conçue et montée de l’extérieur, où les rôles ont été distribués par un metteur en scène. C’est dire que les uns jouent pour gagner et les autres trichent pour ne pas perdre. Ainsi, en Tunisie, en Egypte, au Yémen et en Syrie, islamistes et laïcs, hommes et femmes, ensemble, crient leurs ras-le-bol. Ils réclament des changements et un renouveau. C’est «le réveil des peuples», dit-on. Donc, après bien des décennies de souffrance, des milliers de personnes s’opposent pacifiquement à l’autoritarisme de leurs dirigeants et rejettent toutes formes d’ingérence. Sans pour autant recourir aux alliance avec les ex-forces coloniales, et/ou à l’usage des armes, les révolutions arabes ont pu chasser Ben Ali du pouvoir en Tunisie et contraindre Hosni Moubarak à lâcher prise en Egypte. Les motivations des Egyptiens, des Yéménites, des Syriens, sont les mêmes que celles des Tunisiens: ils réclament du travail, une justice sociale, des conditions de vie décentes, plus de liberté et des réformes démocratiques, avant de réclamer le départ de leurs dirigeants, finissants et d’une autre époque. Pacifiquement, certains peuples arabes ont pu enfin parvenir à déchoir leurs dictateurs, sans armes et sans alliés. Par contre que réclament les Libyens, singulièrement absents de la bataille pour la démocratie, et particulièrement le CNT, cet organisme occulte, adepte de tout ou rien, fort du soutien des forces plus préoccupées de leurs intérêts que du devenir du peuple libyen? nul ne le sait encore. (L’Expression-14.07.2011.)

***************

*Les ONG internationales accuse la rebellion d’être coupable d’incendies, de pillages et d’abus contre des civils….

Les ONG internationales commencent à s’intéresser à la manière avec laquelle les rebelles
se comportent vis-à-vis des civils et de la protection des biens et des personnes.

Les rebelles libyens se sont rendus coupables d’incendies, de pillages et d’abus contre des civils lors de leur offensive sur Tripoli à partir du Djebel Nafusa (ouest), a accusé hier Human Right Watch (HRW). Dans un communiqué publié par l’organisation américaine des droits de l’homme, il est mentionné qu’elle a été témoin de certains de ces actes, et qu’elle a interrogé des témoins et parlé avec un commandant rebelle de ces abus. «Ces violations ont eu lieu en juin et juillet et jusqu’à la semaine dernière, alors que les rebelles engageaient leur offensive à partir du Djebel Nafusa, une région montagneuse au sud de Tripoli», a déclaré l’organisation. Répondant à des journalistes qui l’interrogeaient sur les accusations de HRW, alors qu’il venait de se réunir avec les chefs de la diplomatie des trois pays du Benelux (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas qui ont reconnu hier le CNT comme étant le représentant légitime du peuple libyen), le ministre des Affaires étrangères du CNT, et numéro deux de la rébellion libyenne, Mahmoud Jibril, a réfuté ces accusations d’exactions. Il a, toutefois, admis que quelques incidents s’étaient produits durant les deux premières semaines de l’insurrection, lancée à la mi-février contre le régime du colonel Mouamar El Gueddafi. Suite à ces accusations, la France a, de son côté, appelé la rébellion libyenne à enquêter sur d’éventuelles exactions commises par ses membres. Ces accusations pourraient interférer dans le déroulement actuel du conflit.
Les Occidentaux auront du mal à justifier leur soutien à une entité qui ne respecte pas les droits de l’homme.
Le 27 juin, l’ONG américaine avait déjà fait état de ce genre d’abus perpétrés selon elle par les rebelles, mais aucune suite n’a été donnée à ces révélations. Autre fait fâcheux pour la rébellion, l’affaire des 105 enfants d’un orphelinat, enlevés à Misrata (ouest), après les bombardements de cette ville et dont on est sans nouvelles depuis plusieurs semaines, a indiqué un ministre du régime du colonel. Ces enfants, ont été enlevés à Misrata, ville contrôlée par les rebelles, et emmenés vers une destination inconnue, a affirmé devant la presse étrangère, le ministre libyen des Affaires sociales, Ibrahim Charif. Les autorités libyennes ont d’ailleurs lancé une enquête pour déterminer le sort de ces enfants. Décidément, les choses vont de mal en pire. Cherchant à optimiser leurs gains, les rebelles libyens, qui pâtissent d’un manque de coordination, ont annoncé avoir créé une structure de commandement unifiée. Cette structure comprend toutes les forces révolutionnaires présentes sur les lignes du front, a-t-on souligné. Quant à El Gueddafi, les dernières informations indiquent qu’il chercherait une solution pacifique à la crise car il s’est fortement affaibli sur le terrain.
Pour sa part, la rébellion du Djebel Nefusa, estime «impossible jusqu’à présent de trouver une solution politique avec le régime», a déclaré à l’AFP le colonel Juma Brahim, chef du centre militaire opérationnel pour l’Ouest libyen basé à Zenten.
Le colonel Juma a aussi jugé la position de la France, dont le Parlement a voté mardi la prolongation de l’intervention en Libye, difficile à comprendre d’un point de vue militaire. «D’un côté, elle vous aide, de l’autre, elle parle au régime de El Gueddafi. Politiquement c’est possible mais pas militairement», a-t-il estimé.
Sur le terrain, les affrontements se poursuivaient hier, alors que les pro-El Gueddafi, lançaient une contre-offensive au sud-ouest de Tripoli, reprenant aux rebelles la majorité du hameau de Goualich où les combats se poursuivent, selon un journaliste de l’AFP sur place. (L’Expression-14.07.2011.)

*************************

*Pour intensifier le massacre en Libye…  La Grande-Bretagne déploie quatre avions Tornado supplémentaires

le 15.07.2011-Reuters.

La Grande-Bretagne a annoncé vendredi le déploiement de quatre avions Tornado supplémentaires pour participer aux missions de l’Otan en Libye, en plus des 12 déjà présents.

En plus des Tornado, la Grande-Bretagne a déjà déployé des avions Typhoon, qui sont stationnés sur la base de Gioai del Colle, dans le sud-ouest de l’Italie, à 600 km des côtes libyennes. La Raf [l'armée de l'air britannique] a, à elle seule, endommagé ou détruit plus de 500 cibles en Libye…

*******************  

harraga.jpg 

Plus d’un millier d’immigrants clandestins débarquent à Lampedusa-09.07.2011.

Plus d’un millier d’immigrants clandestins, venant tous de Libye à bord de quatre embarcations, sont arrivés dans la nuit de vendredi à samedi sur la petite île italienne de Lampedusa. Parmi les 1.041 personnes débarquées, figurent 122 femmes, dont un grand nombre en état de grossesse avancée, et 33 enfants.Les quatre embarcations ont été secourues par des vedettes des garde-côtes et des douanes italiennes puis accompagnées à Lampedusa, une petite île située plus près des côtes nord-africaines que de la péninsule italienne. Le chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, qui devait effectuer ce samedi un déplacement sur l’île, a renoncé à sa visite pour ne pas entraver les opérations de secours, selon l’agence italienne Ansa.Depuis le début de l’année, plus de 11.000 réfugiés africains fuyant le conflit en Libye ont débarqué dans le sud de l’Italie, un phénomène qui s’est intensifié après le lancement des raids aériens occidentaux sur la Libye. Selon la communauté catholique Sant’Egidio, au moins 1.820 immigrants d’Afrique du Nord, en majorité originaires de pays situés au sud du Sahara, se sont noyés depuis début janvier en Méditerranée en naviguant vers l’Europe.Il s’agissait en majorité d’immigrants fuyant les combats en Libye, où ils travaillaient ou s’étaient réfugiés, quand la guerre a éclaté. Ils voyageaient sur des navires surchargés et en mauvais état, pour des tarifs souvent exorbitants exigés par les passeurs, qui les abandonnaient parfois au large des côtes. (L’Expression-10.07.2011.)

**Rapatriement de deux mille Tchadiens bloqués dans le sud de la Libye

Environ 2.000 Tchadiens fuyant les combats en Libye et bloqués dans le sud de ce pays, pour la plupart des femmes et des enfants, sont en train d’être rapatriés, a annoncé samedi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).Ces migrants, qui tentaient de traverser le Sahara pour regagner le Tchad, étaient coincés dans les villages de Sabha et de Gatroun, situés dans le sud dudésert libyen, selon Jean-Philippe Chauzy, membre de l’OIM, qui a indiqué que l’opération avait commencé jeudi et a permis le rapatriement de près de 500 personnes.Les migrants tentaient de regagner leur pays d’origine par voie terrestre, mais ils ont été bloqués par les affrontements entre les deux parties libyennes au conflit.« Ils étaient sans abri et dans un état lamentable », a précisé M. Chauzy, ajoutant que « beaucoup d’hommes ont réussi à se déplacer dans des camions ou des 4×4, tandis que les femmes, les enfants, les personnes âgées et les malades n’ont pu faire de même ». Selon M. Chauzy, la plupart de ces migrants avaient une bonne situation en Libye et n’étaient probablement pas retournés au Tchad pendant toutes ces années. (L’Expression-10.07.2011.)

 

 ***************************

*D’autres articles: cliquer ici:

**L’agression contre la Libye-4

*L’agression contre la Libye.3

*L’agression contre la Libye-2

******************

***** 

**Alger et Tunis plaident pour une solution politique à la crise  L’Algérie et la Tunisie se sont mises d’accord pour qu’une solution politique soit trouvée à la crise qui secoue la Libye depuis plusieurs mois.Le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci et son homologue tunisien Mohamed Mouldi Kéfi ont insisté, samedi, sur le fait que le dialogue politique reste la seule voie de sortie de crise en Libye.Dans une conférence de presse qu’ils ont animée à l’issue de la réunion de la 6e session de la commission de concertation politique algéro-tunisienne, les deux ministres ont insisté sur la nécessité de privilégier le dialogue politique entre l’ensemble des parties libyennes pour aboutir à une solution au conflit dans ce pays.Ils ont appelé, notamment, à appuyer les différents efforts pour une solution pacifique de la crise libyenne, tout en exprimant leur opposition à l’option des armes pour régler ce problème. Pour le chef de la diplomatie algérienne, la solution politique demeure la « seule voie » à la sortie de crise, soulignant que « la démonstration se fait un peu partout sur la vanité de la solution militaire ».Il a appelé, à cet effet, à exploiter toutes les propositions menant vers une issue pacifique de la crise, en passant par l’accord-cadre établi lors du dernier sommet de l’UA tenu à Malabo (Guinée-équatoriale). Il a, en outre, réaffirmé la nécessité de respecter les résolutions de l’ONU sur la Libye, notamment en ce qui concerne l’embargo sur les armes. De son côté, le ministre tunisien a salué les efforts déployés par l’Algérie pour le règlement du conflit libyen, s’exprimant également en faveur d’une solution politique. Il a appelé, à ce propos, à accélérer les efforts pour régler le problème « le plus rapidement possible », soutenant que la Feuille de route africaine ouvre la voie à une « solution pacifique et acceptable ». (L’Expression-10.07.2011.)

**L’émissaire de Ban Ki-moon reçu à Tripoli

 

L’émissaire du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, M. Abdel Ilah al-Khatib a été reçu par le gouvernement libyen à Tripoli, au moment où les forces de l’OTAN poursuivaient leurs frappes sur la capitale libyenne.L’émissaire onusien s’est entretenu avec le Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi qui a dénoncé les « violations flagrantes » des résolutions 1970 et 1973 par l’OTAN qui poursuit ses « raids meurtriers contre les civils et les quartiers d’habitations », selon la télévision libyenne.M. Mahmoudi a souligné que ces raids « ont causé des victimes humaines et doivent être considérés comme des crimes contre l’humanité ».La visite de M. Al-Khatib en libye a été décidée à l’issue d’un entretien de M. Baghdadi avec M. Ban Ki-moon qui ont discuté notamment de « l’urgente nécessité de trouver un moyen de mettre fin aux combats et d’améliorer la dramatique situation humanitaire ». (10.07.2011.) 

***Des experts américains et français mettent en garde

Al-Qaida au Sahel s’est emparée de missiles « SAM-7 » en Libye

Des experts et des spécialistes dans le domaine sécuritaire ont fait part de leurs craintes qu’Al-Qaida au Maghreb Islamique n’obtiennent par ses relations avec des réseaux de contrebande, de redoutables armes de Libye.

Ces experts précisent même que des éléments de l’organisation ont mis la main sur des missiles « SAM-7 », provenant des casernes de l’armée libyenne. Le directeur de recherche du Centre d’étude des menaces asymétriques du Collège national de défense suédois, Magnus Ranstorp, a d’ailleurs indiqué que l’élimination d’Oussama Ben Laden avait affaibli Al-Qaida mais cette dernière a, comme il l’a assuré, des cellules au Yémen, au Sahel et en Afghanistan et peut s’en servir pour étendre son activité. Il ajoute que « des succès ont été réalisés dans la lutte contre Al-Qaida mais il est prématuré d’annoncer la fin de cette organisation ». L’expert français Gilles Andreani a pour sa part indiqué à l’AFP que Al-Qaida au sahel était sur le point de « s’emparer, par l’intermédiaire de ses relations avec les réseaux de contrebande, d’un arsenal de guerre subtilisé dans les casernes militaires de l’est de la Libye ». Soulignant que parmi ces armes se trouvaient des « missiles anti-aériens SAM-7, ce qui inquiète de plus en plus les responsables des aéroports africains ». (El Khabar-08.07.2011.)

**********************

 *Au centième jour de bombardements criminels de l’OTAN

 **Par

 *une enquête sur le terrain démontre tout le contraire de ce que véhicule la presse occidentale à la solde de l’OTAN

 Ce qui reste du bureau d'El Gueddafi après le bombardement de sa khaïma d'El Azizia

Un groupe international d’enquêteurs du Réseau Voltaire est actuellement en Libye. Il a pu se rendre sur des lieux des bombardements. Il a pu rencontrer quelques-uns des dirigeants politiques et sécuritaires malgré les conditions de guerre. Leur constat est diamétralement opposé aux images véhiculées par la presse occidentale. Pour comprendre un tant soit peu ce qui se passe en Libye, nous avons estimé important de donner à nos lecteurs un autre regard et son de cloche sur les évènements qui marquent ce pays voisin depuis plus de quatre mois et sur lesquels tout n’a pas été dit. Thierry Meyssan*, fondateur du Réseau Voltaire, revient de Libye d’où il apporte son témoignage. Lecture.

Au centième jour de bombardements de la Libye, l’Otan annonce l’imminence de son succès. Cependant, les buts de guerre n’étant pas clairement précisés, on ignore en quoi consistera ce succès. Simultanément, la Cour pénale internationale annonce la mise en accusation du Guide Mouamar El Gueddafi, de son fils Seif El-Islam et du chef des services de renseignement intérieur, Abdallah Al Senoussi, pour «crimes contre l’humanité». Si l’on se rapporte à la résolution 1973 du Conseil de sécurité, la Coalition des États volontaires vise à établir une zone d’exclusion aérienne afin d’empêcher les troupes du tyran de tuer son propre peuple. Cependant, les informations initiales selon lesquelles l’armée de l’air libyenne a bombardé des villes qui s’étaient soulevées contre le pouvoir de Tripoli ne sont toujours pas corroborées, bien qu’elles soient considérées comme fiables par la Cour pénale internationale. Quoi qu’il en soit, les actions de l’Otan ont très largement dépassé l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne pour se transformer en une destruction systématique des forces armées nationales, air, terre et mer.
Les objectifs de l’Otan sont probablement autres. Les leaders de l’Alliance ont ainsi évoqué de nombreuses fois le renversement du «régime» de Mouamar El Gueddafi, voire l’élimination physique du «frère Guide». Les médias occidentaux évoquent des «défections massives» des cadres de Tripoli et leur ralliement à la cause des insurgés de Benghazi, mais ils ne parviennent pas à citer de noms, sinon ceux d’hommes politiques connus de longue date pour être favorables au rapprochement avec Washington, tel l’ex-ministre des Affaires étrangères Moussa Koussa. L’opinion publique internationale est massivement désinformée. Washington a fait couper les retransmissions de la télévision libyenne sur le satellite Arabsat, dont la Jamahariya est pourtant actionnaire. Le département d’État ne devrait plus être long à faire de même avec Nilesat. En violation de ses engagements internationaux, Washington a refusé un visa au nouveau représentant libyen à l’ONU. Il ne peut venir à New York exposer son point de vue, tandis que son prédécesseur, rallié au CNT continue d’occuper son siège. La voix de Tripoli étant étouffée, il est possible de répandre n’importe quel mensonge sans crainte d’être contredit.
Rien d’étonnant donc à ce que vu de Tripoli, d’où cet article est écrit, les communiqués de l’Otan et les injonctions de la Cour pénale internationale paraissent irréels. L’ouest de la Libye est paisible. À des moments aléatoires, les sirènes annoncent l’arrivée des bombardiers ou des missiles. Suivi immédiatement des explosions qu’ils provoquent. Il est inutile de courir aux abris, d’une part, parce que le temps est trop court et d’autre part, parce qu’il n’y a guère d’abris. Les bombardements sont ciblés avec une extrême précision. Les munitions guidées touchent les bâtiments visés, et dans ces bâtiments, les pièces visées. Toutefois, l’Otan perd le contrôle en vol d’environ un missile guidé sur dix. Celui-là tombe à l’aveuglette. N’importe où dans la ville, semant la mort au hasard.

La plupart des cibles de l’Otan sont stratégiques
Si une partie des cibles de l’Otan sont «militaires»: casernes et bases; la plupart sont «stratégiques», c’est-à-dire économiques. Par exemple, l’Alliance a bombardé l’imprimerie de la Monnaie libyenne, une administration civile chargée de fabriquer les dinars. Ou encore, ses commandos ont saboté des usines qui faisaient concurrence à celles de membres de la Coalition. D’autres cibles sont dites «psychologiques». Il s’agit de toucher dans leur chair les dirigeants politiques et sécuritaires en massacrant leurs familles. Les missiles sont alors pointés sur les habitations privées, et plus précisément sur les chambres à coucher des enfants des dirigeants. L’ambiance dans la capitale et sur la côte est lourde. Mais la population reste soudée. Les Libyens soulignent qu’aucun de leurs problèmes intérieurs ne justifie le recours à la guerre. Ils évoquent des revendications sociales et des questions régionales, comme il en existe dans les États européens, mais rien qui doive conduire à déchirer les familles comme on est en train de le faire en imposant une partition du pays. Face à l’Otan, des dizaines de milliers de bourgeois aisés ont plié bagage et sont allés se réfugier dans les pays limitrophes, notamment en Tunisie, laissant aux pauvres le soin de défendre la patrie qui les a enrichis. De nombreux commerces sont fermés sans que l’on sache s’ils doivent faire face à des difficultés d’approvisionnement ou si leurs propriétaires ont fui. Comme en Syrie, la plupart des opposants politiques font bloc derrière le gouvernement pour protéger l’intégrité du pays face à l’agression étrangère. Pourtant, certains Libyens, anonymes et invisibles, renseignent l’Otan pour localiser ses cibles. Jadis leurs parents accueillaient les armées coloniales italiennes, aujourd’hui ils scandent avec leurs homologues de Benghazi: «1, 2, 3, Sarkozy arrive!». Chaque peuple a ses traîtres et ses collabos.

Des éléments d’Al Qaîda venus directement de Guantanamo
Les exactions commises par les mercenaires du prince Bandar en Cyrénaïque ont terminé de convaincre bien des hésitants. La télévision montre en boucle les oeuvres des leaders d’Al Qaîda en Libye, dont certains ont été libérés directement de Guantanamo pour combattre aux côtés des États-Unis. Des images insoutenables de lynchage et de mutilations dans des villes érigées en Émirats islamistes, à la mode afghane ou irakienne, par des individus déshumanisés par les tortures qu’ils ont subies et excités par des drogues puissantes. Il n’est pas nécessaire d’être un vieux partisan de la Révolution d’El Gueddafi pour la soutenir aujourd’hui face aux horreurs auxquelles se livrent les jihadistes dans les «zones libérées» par l’Alliance. Rien, nulle part, à l’Ouest n’évoque une révolte ou une guerre civile. Pas de barricades, ni de blindés dans les rues. Sur toutes les routes, les autorités ont installé des checks-points tous les deux kilomètres. Les automobilistes patientent sagement, eux-mêmes attentifs à découvrir les éléments infiltrés par l’Otan. Le colonel El Gueddafi arme la population. Près de deux millions de fusils mitrailleurs ont déjà été remis aux civils. L’objectif est que chaque adulte, homme ou femme, puisse défendre sa maison. Les Libyens ont retenu la leçon irakienne. Saddam Hussein avait assis son autorité sur le Baas et l’armée, excluant son peuple de la vie politique. Lorsque le parti fut décapité et que quelques généraux firent défection, l’État s’effondra soudainement laissant le pays sans résistance et plongé dans le chaos. La Libye, elle, est organisée selon un système original de démocratie participative, comparable aux assemblées du Vermont. Les gens sont habitués à être consultés et responsabilisés. Ils sont donc mobilisables en masse. De manière inattendue, les femmes sont plus déterminées que les hommes à porter les armes. Cela traduit l’accroissement ces dernières années de la participation féminine aux assemblées populaires. Cela reflète peut-être aussi la nonchalance qui s’était emparée des cadres de cet État socialiste à haut niveau de vie. Chacun a conscience que tout se jouera lorsque les troupes terrestres de l’Otan débarqueront, si elles osent le faire. La stratégie de défense est donc entièrement conçue pour dissuader un tel débarquement en mobilisant la population. Ici les soldats français, britanniques et US ne seront pas accueillies en libérateurs, mais en envahisseurs coloniaux. Ils devront affronter d’interminables combats urbains.

Vers la partition de la Libye
Les Libyens s’interrogent sur les mobiles exacts de l’Otan. Je suis surpris de constater que c’est souvent en lisant les articles du Réseau Voltaire, traduits et repris par de nombreux sites Internet et certains journaux imprimés, qu’ils ont été informés des vrais enjeux. Il y a ici, comme partout d’ailleurs, un déficit d’information sur les relations internationales. Les gens connaissent et s’enorgueillissent des initiatives et des réalisations du gouvernement pour l’Unité africaine ou pour le Développement du Tiers-monde, mais ils ignorent bien des aspects de la politique internationale et sous-estiment la capacité de destruction de l’Empire. La guerre semble toujours lointaine jusqu’à ce que le prédateur ne vous choisisse comme proie. Quel est donc ce succès que l’Otan annonce imminent? Pour le moment, le pays est coupé en deux. La Cyrénaïque a été proclamée République indépendante, bien qu’on s’y prépare à restaurer la monarchie, et a été reconnue par plusieurs États, à commencer par la France. Cette nouvelle entité est gouvernée de facto par l’Otan, mais officiellement par un mystérieux Conseil national de transition, jamais élu, et dont les membres -s’ils existent- sont secrets pour ne pas avoir à répondre de leurs actes. Une partie des avoirs libyens a été gelée et est aujourd’hui gérée pour leur plus grand profit par les gouvernements occidentaux. Une partie de la production pétrolière est commercialisée à des conditions défiant toute concurrence aux compagnies occidentales qui se goinfrent. C’est peut-être cela le succès: le pillage colonial. En lançant des mandats d’arrêts internationaux contre Mouamar El Gueddafi, son fils et le chef des services de renseignement intérieur, la Cour pénale internationale cherche à exercer une pression sur les diplomates libyens pour les contraindre à démissionner. Chacun est menacé, en cas de chute de la Jamahiriya, d’être poursuivi pour «complicité de crime contre l’humanité». Ceux qui démissionnent laisseront une place vacante derrière eux, sans possibilité d’être remplacés. Les mandats d’arrêts ressortent donc d’une politique d’isolement du pays. La Cour fait aussi de la communication de guerre. Elle qualifie Seif El-Islam de «Premier ministre de facto», ce qu’il n’est sûrement pas, mais qui donne l’impression d’un régime familial. On retrouve là le principe d’inversion des valeurs typique de la propagande US. Alors que les insurgés de Benghazi brandissent le drapeau de la monarchie Senoussi et que le prétendant au trône s’impatiente à Londres, c’est la démocratie participative qui est présentée en régime dynastique. À l’issue de ces cent premiers jours de conflit, les communiqués de l’Otan masquent mal la déception. Les Libyens ne se sont pas soulevés contre le «régime», hormis en Cyrénaïque. Aucune solution militaire n’est en vue. Le seul moyen pour l’Alliance atlantique de sortir la tête haute à moindre frais est de se contenter de la partition du pays. Benghazi deviendrait alors l’équivalent de Camp Bondsteel, la méga-base militaire US en Europe, ayant accédé au statut d’État indépendant sous le nom de Kosovo. La Cyrénaïque serait la base qui manquait à l’Africom pour contrôler le continent noir. (L’Expression-29.06.2011.)

(*) (In Réseau Voltaire du 27 juin 2011)
Les titres et inter-titres sont de la rédaction

***********************

*La France a parachté des armes aux rebelles libyens…

pour donner un coup de pouce à la rébellion..ou pour inciter les Libyens à s’entretuer…comme si les bombardements quotidiens de Tripoli et des autres villes libyennes n’ont pas suffi…..

**quarante tonnes d’armes envoyées par la France, seraient arrivées dans cette région, notamment « quelques chars légers ».

**Moscou et Pékin expriment leur désaccord. 

*L'agression contre la Libye-5 coeur-

**Le conseilde sécurité va-t-il traduire Sarko en justice pour ce crime ?

 L’état-major des armées françaises a confirmé mercredi à Paris que des avions français ont parachuté des armes à destination des rebelles libyens, début juin dans les montagnes du Djebel Nafusa, au sud-est de Tripoli.Paris confirme une information du journal Le Figaro qui indiquait mercredi que la France avait procédé à des parachutages d’armes pour donner un coup de pouce à la rébellion. Le quotidien fait notamment état de lance-roquettes, fusils d’assaut, mitrailleuses et de missiles antichar Milan.Début juin, la situation était précaire dans la zone du djebel Nafusa, selon l’état-major des armées. « On a procédé à des largages d’aide humanitaire, des vivres, de l’eau et des fournitures médicales », a indiqué le porte-parole de l’état-major, le colonel Thierry Burkhard.« Pendant les opérations, la situation des civils au sol s’est dégradée. Nous avons également largué des armes … Il s’agissait, selon le porte-parole, d’ »armes qui peuvent être maniées par des civils, de l’armement léger d’infanterie de type fusil ». Une source officieuse proche du dossier avait confirmé auparavant que la France avait fait passer des armes via des parachutages et par les frontières terrestres avec des pays voisins. Selon cette source, quarante tonnes d’armes seraient arrivées dans cette région, notamment « quelques chars légers ». (belga-29.06.2011.) **La décision française de livrer des armes aux rebelles libyens a ravivé les tensions au sein de la coalition occidentale et contraint Paris de s’expliquer devant l’ONU. La révélation, par Le Figaro, de parachutages d’armes effectués par la France début juin au-dessus du Djebel Nefousa, massif montagneux désormais contrôlé par les rebelles au sud-ouest de Tripoli, semble avoir pris au dépourvu les alliés de l’Otan. Alors que les responsables militaires de l’Alliance cherchaient à obtenir des «clarifications», le secrétaire général de l’organisation, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré jeudi ne «pas avoir d’information» sur l’initiative de la France. À Paris, un porte-parole du ministère de la Défense a confirmé le parachutage «d’armes d’autodéfense», tout en minimisant l’importance des largages. Une source officieuse a cependant fait état de 40 tonnes d’armements et de «blindés légers», qui auraient pu transiter par la frontière tunisienne.Le cavalier-seul de Paris soulève des questions d’ordre politique, mais aussi logistique. Il reste notamment à déterminer comment les forces françaises pourraient avoir parachuté des armes à l’insu de l’Otan, qui surveille nuit et jour la «zone d’exclusion aérienne» décrétée au-dessus de la Libye – sauf à agir pendant les rotations d’Awacs (avions-radars) français ou à mêler du matériel militaire à des cargaisons d’aide humanitaire.Surtout, le débat fait rage à propos du respect du mandat de l’ONU, auquel l’Otan est tenue. La première résolution (dite 1970), adoptée par le Conseil de sécurité le 26 février, impose en effet un embargo sur les ventes d’armes à la Libye. La seconde (1973), votée le 17 mars, donne pour mission à la communauté internationale de «protéger les civils «  »…La Russie a demandé jeudi «des explications» à la France sur ses livraisons d’armes aux rebelles, soupçonnant «une violation grave de la résolution 1970», selon le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov. La Chine a également appelé la coalition «à se conformer strictement à la résolution (…) et à n’entreprendre aucune action qui excéderait le mandat accordé»….(30.06.2011.)

***Réactions des internautes français 

liet molit ….les britanniques disent « ce n’est pas quelque chose que nous devrions faire ».alors pourquoi la france seule s’entete t’elle?quelle est son réelle but?si c’est pour proteger les civils qu’elle le fait alors pourquoi armer les rebelles qui n’ont aucune formation et tirent sur tout ce qui bougent.l’onu à elle seule pouvait protéger les civils et faire partir kadhafi si c’est nécéssaire.je ne voit pas en quoi le parachutage des armes permettrait à la libye de retrouver une stabilité politique.je crois qu’en s’entetant ainsi la france a pour seul but de semer la division et le trouble dans ce beau pays.je crains que sarko ne se retrouve bientot seul dans ses prises de décision et pire à l’asile

bzh-froggy …Bien maintenant c’est clair . La France est en effraction et un pays paria pour sa contre-bande d’armes allant a l’encontre de l’ONU.
Le conseilde sécurité va-t-il traduire Sarko en justice pour ce crime ?
 

Pierre93 ….Pour la Presse Allemande aussi ce nouveau dérapage, après l’envoi d’hélicoptères d’attaque, n’est que l’expression d’une profonde désespérance de sortir d’un conflit en impasse totale. Le coût Diplomatique devient très lourd pour la France. Tous les « amis » d’hier prennent leurs distance. Les USA justifient maintenant leur soutien comme un renvoi d’ascenseur à ceux qui les ont aidés gracieusement en Afghanistan, quand aux Chinois, en grande visite économique triomphante en Europe ils évitent soigneusement la France (et vendent leur TGV aux Anglais ( La Chine a-t-elle mérité le droit de sauver l’Europe?

 Ty Bian ….La France a-t-elle encore une parole crédible?

************************* 

*Un dépôt d’armes des rebelles soutenus par l’OTAN, détruit à Benghazi 

media_xl_4259709

 

Un incendie s’est déclaré tôt jeudi dans un dépôt d’armes et de munitions des insurgés libyens près de Benghazi, fief de l’insurrection dans l’Est de la Libye, provoquant des explosions en série.

Selon des sources médicales sur place, aucune victime n’a été recensée dans l’incendie de ce dépôt, situé à Rajma, à 30 km à l’est de Benghazi. Plusieurs camions de pompiers tentaient durant la nuit d’éteindre l’incendie, dont la cause n’a pas été établie immédiatement.
 
Selon des habitants, le site compte 48 entrepôts souterrains dans lesquels sont notamment stockés des dizaines de chars ainsi que de nombreuses munitions.
 
Le 4 mars 2011, au moins 27 personnes avaient été tuées et des dizaines blessées par deux explosions qui avaient entièrement soufflé le mur d’enceinte du complexe, qui abrite le plus important dépôt d’armes de la région. (belga-30.06.2011.)

************************


 

* Les F-16 belges ont largué 202 bombes sur les villes libyennes…il n’y a pas de quoi être fiers dans ces massacres ! !  Les six chasseurs-bombardiers F-16 belges engagés dans l’opération « Unified Protector » de l’Otan en Libye ont largué 202 bombes depuis la fin mars, a indiqué mercredi le ministre de la Défense ou de la guerre, Pieter De Crem, en commission de la Chambre.Cinquante-sept de ces bombes étaient guidés par laser, les autres (145, donc) l’étaient par GPS – soit par guidage satellitaire, a précisé M. De Crem (CD&V) en réponse à une question de la députée Karolien Grosemans (N-VA), en citant des chiffres datant du lundi 27 juin.Il n’a donné aucune précision sur les objectifs visés.Les F-16 belges opèrent depuis la base aérienne d’Araxos (sud-ouest de la Grèce) Ils se sont limités durant les premiers jours du conflit à des patrouilles aériennes, également destinées à faire respecter l’embargo sur les armes à destination de la Libye décrété par les Nations unies.Ils ont entamé les opérations offensives le dimanche 27 mars, d’abord dans le cadre d’une coalition internationale, puis depuis le 31 mars dernier sous le commandement de l’OTAN, qui a pris en charge le commandement de l’ensemble des militaires en Libye sous le nom d’opération « Unified Protector ». (source…belga-29.06.2011.) *Réactions d’internautes belges**Wim De Zwijger, Soumagne…..Et nous dira-t-on combien d’innocent ils ont tués avec nos impôts? Combien de femmes et d’enfants? 

**Charles Rigoli, Anderlecht…. L’OTAN paye?Ah oui?Et croyez vous que les pays qui ont refusé d’intervenir accepteront de payer?Vous êtes d’incorrigibles naïfs: c’est nous, et nous seuls, qui payeront ces 200 bombes et plus et le kérosène de nos avions. Et cela grâce à notre gouvernement « en affaires courantes » qui est incapable même de régler ses problèmes et ceux des déplacements de ses citoyens.Et tout cela pour des problèmes qui ne nous regardent pas! Mais il faut faire de l’esbroufe pour camoufler la nullité! Pitoyable!

**tonton tonton, Bruxelles….vous annoncez cela comme si c’était une fierté d’avoir largué des bombes sur des civils et oui des civils. . ou peut être c’est une fierté d’avoir suivi comme des petits chiens les criminels US

**Patrick M, LiègeBeaucoup de notre argent en moins …. Pas de quoi se vanter de ces actions criminelles.

**Mikael MAC-WAR, BelgiqueEt … qui paye pour cela, nous le peuple belge ?.

**philippe renard, bxl….Moi j aurait honte de révéler ce :genocidaires !!!

 ***********************

  »Kadhafi ne quittera ni le pouvoir ni le pays »  

media_xl_4253071

 » C’est notre pays, nous ne le céderons pas à l’organisation criminelle de l’OTAN »

 

Le porte-parole du régime libyen, Moussa Ibrahim, a déclaré dimanche à l’AFP que le dirigeant Mouammar Kadhafi ne quittera ni le pouvoir ni le pays, en réaction à des déclarations de la rébellion qui affirme attendre une « offre » du dirigeant libyen.

« Kadhafi est ici. Il y reste. Il dirige le pays et il ne le quittera pas et il ne démissionnera pas parce qu’il n’a aucun poste officiel », a déclaré M. Ibrahim qui était interrogé au sujet d’une déclaration des rebelles…
« C’est notre pays. Nous ne le céderons pas à des gangs de criminels qui ont pris nos villes en otage. Nous ne le céderons pas à l’organisation criminelle de l’Otan. Chacun continuera à se battre. Nous sommes prêts à nous battre de rue en rue, de maison à maison », a-t-il encore dit à l’AFP. …26.06.2011.)

************************

 La crise libyenne avec son impact négatif sur toute la région continue d’alimenter les préoccupations des pays limitrophes

*Une boîte de Pandore nommée Libye

Un plan de lutte commune a été élaboré et coordonné par l’Algérie, la Mauritanie, le Mali et le Niger.

M.B. Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l’ONU, est revenu lundi dernier, sur la question de la circulation des armes au niveau de la bande du Sahel, devant le Conseil de sécurité, pour exprimer son inquiétude à l’ombre de la situation conflictuelle en Libye. Dans ce sillage, l’intervenant, lors de la réunion de l’organe de décision de l’ONU pour faire le point sur la situation militaire, politique et humanitaire en Libye, s’est dit très préoccupé par la circulation des armes dans la zone du Sahel, en provenance de la Libye. Al Qaîda au Maghreb islamique qui n’a pas tardé, en effet, à tirer profit de la crise libyenne et avec la complicité des insurgés appelés opposition libyenne, réussira non seulement à enrichir son arsenal, mais à le renouveler complètement, précisent des sources sécuritaires. La déclaration du secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l’ONU, intervient au moment où cette zone très sensible, est de plus en plus contrôlée par les armées des quatre pays impliqués dans une lutte antiterroriste commune. En témoignent les actions menées contre Aqmi. La dernière en date s’est soldée par la neutralisation de pas moins de 15 terroristes. Sachant qu’un plan stratégique de lutte contre le terrorisme a été élaboré et coordonné par l’Algérie, la Mauritanie, le Mali et le Niger pour faire justement face à cette menace, M.B. Lynn Pascoe a fait part de son inquiétude quant à la circulation des armes au Sahel. Il estime «qu’on était encore loin d’un accord sur la crise actuelle en Libye». Pour des stratèges bien avertis, cela sous-entend, soit une intervention militaire terrestre en Libye, sous prétexte de stopper l’afflux des armes, ou une ingérence étrangère au Sahel sous prétexte de contrôler le phénomène, sur lequel l’Algérie a été le premier pays à réagir en conséquence, en mobilisant des moyens humains et matériels importants pour sécuriser ses frontières. Concernant la crise en Libye, le responsable onusien déclare qu’ «on peut observer les prémices d’un processus de négociation qui doivent être encouragées par un message clair de la communauté internationale». Et d’ajouter: «Les discussions portent sur la nécessité de mettre fin aux hostilités, de trouver un accord de transition lié au processus politique, et d’accorder un accès humanitaire à des organisations d’assistance et de secours aux populations qui sont dans le besoin.» Dans ce contexte, l’intervenant s’est dit «satisfait du rôle de l’Envoyé spécial de l’ONU à Tripoli qui a encouragé les autorités libyennes à accepter une formule de transition politique, tandis qu’à Benghazi, il a insisté auprès du Conseil national de transition sur l’importance d’un dialogue qui doit conduire à une solution politique». Ce même représentant de l’ONU était présent en Afrique du Sud, lundi, pour rencontrer le président Jacob Zuma, après la réunion du Groupe de haut niveau de l’Union africaine. A ce propos, M.Mashabane, représentant de l’Afrique du Sud, prenant la parole, à son tour, a fait le point sur les résultats de cette réunion qui a eu lieu dimanche dernier. Il est question, selon lui «d’appeler toutes les parties à se déclarer prêtes à mettre un terme aux hostilités, afin de pouvoir entamer un dialogue national qui permette de parvenir à un cessez-le-feu exhaustif et à l’adoption d’un programme de transition politique». Et de souligner: «Un accord sur ce programme permettrait, avec le soutien des Nations unies et de l’Union africaine, la mise en place d’un gouvernement intérimaire.» Lors de cette rencontre en Afrique du Sud, le Groupe de haut niveau ne manquera pas de saluer la décision du colonel El Gueddafi lequel indique qu’«il ne souhaitait pas participer aux négociations». Pour l’Union africaine dont l’Algérie est membre, la solution à la crise en Libye doit être d’ordre politique, raison pour laquelle, «il est important dans ce contexte de jouer un rôle central pour trouver une solution à la crise en Libye», a souligné le représentant sud-africain, tout en affirmant que les Nations unies doivent coordonner la mise en place d’une solution en Libye. «Nous pensons que la résolution 1973 doit être mise en oeuvre dans sa totalité», a-t-il déclaré tout en insistant sur l’importance de la protection des civils. Sur sa lancée, il ne manquera pas de rappeler que son pays n’avait voté pour aucun texte autorisant un changement de régime par la force. La crise libyenne avec son impact négatif sur toute la région continue d’alimenter les préoccupations des pays limitrophes, en l’absence de prise de décisions fermes pour mettre fin aux hostilités entre les autorités libyennes et la rébellion. L’Otan poursuit ses opérations souvent marquées par de graves bavures emportant la vie des civils. (L’Expression-29.06.2011.)

********************

15 morts dans un raid de l’Otan sur des sites civils à Brega…une boulangerie et un restaurand…

 Quinze personnes ont été tuées et plus de 20 autres blessées dans un raid de l’Otan qui a visé des sites civils à Brega, carrefour stratégique et cité pétrolière dans l’est de la Libye, a rapporté samedi la télévision d’Etat libyenne.
« La coalition atlantique croisée colonialiste a bombardé des sites civils, parmi lesquels une boulangerie et un restaurant à Brega, faisant quinze martyrs et plus de vingt blessés, parmi les clients qui fréquentaient ces endroits », a indiqué la télévision en bandeau.
La télévision libyenne qui ne précise pas l’heure du raid a fait état de « guerre d’extermination » et de « crimes contre l’humanité » commis par l’Otan en Libye.
Dans son rapport quotidien, l’Alliance atlantique a indiqué avoir visé vendredi 35 cibles  dans la région du port pétrolier de Brega, à 800 km de Tripoli et à 240 km au sud-ouest de la ville rebelle de Benghazi. (AFP-25.06.2011.)

**La Chambre des représentants américaine rejette l’intervention en Libye   

 “N’avons-nous pas déjà suffisamment de guerres sur les bras?”, s’est interrogé le démocrate Dennis Kucinich

**un revers important pour Barack Obama qui se comporte comme un monarque absolu ! *c’est une guerre illégale qui a fait beaucoup de victimes civiles   **Sarkosy et les autres va-t-en guerre, vont-ils suivre, et arrêter le massacre? La Chambre des représentants américaine a rejeté vendredi un texte autorisant l’intervention militaire des Etats-Unis en Libye, un vote qui constitue un revers important pour le président Barack Obama.
La Chambre à majorité républicaine a rejeté le texte par 295 voix contre 123. Les représentants devaient ensuite se prononcer sur une résolution visant à réduire l’action militaire américaine aux côtés des alliés de l’Otan en Libye.
Le ton est monté cette semaine au Congrès, où nombre d’élus y compris des démocrates, sont furieux contre le président qui n’a pas demandé au Congrès son avis avant d’ordonner en mars les bombardements de la Libye…
C’est la première fois que la Chambre refuse une action militaire depuis avril 1999, lorsqu’elle avait vainement voté contre l’intervention du président Bill Clinton au Kosovo. La colère des parlementaires américains survient après que le guide libyen leur ait adressé il y a deux semaines une lettre dans laquelle il louait leur “sagesse (…) de discuter de ces problèmes”.
La loi oblige en principe l’administration à demander l’autorisation du Congrès pour engager des “hostilités” à l’étranger. Mais l’administration Obama a fait valoir qu’elle se contentait de soutenir l’action de l’Otan de façon limitée et que la notion “d’hostilités” ne s’appliquait donc pas.Pas convaincus par cette argumentation, 70 alliés démocrates du président Obama ont rompu les rangs pour voter avec les républicains. “N’avons-nous pas déjà suffisamment de guerres sur les bras?”, s’est interrogé le démocrate Dennis Kucinich. “Le président se comporte comme un monarque absolu et nous devons y mettre un terme immédiatement si nous ne voulons pas devenir un empire plutôt qu’une république”, a tonné son collègue démocrate Jerrold Nadler.Seuls huit républicains ont approuvé le texte. Ileana Ros-Lehtinen, présidente de la commission des Affaires étrangères, a assuré qu’elle ne voulait pas d’un retrait “dangereux” des opérations de l’Otan, mais critiqué la stratégie de l’administration. Elle s’est refusée à donner “la bénédiction” de l’assemblée à “un engagement militaire sans fin en vue et avec des objectifs vaguement définis”.  (Source:AFP-24.06.2011.) 
**************** L’Algérie et l’Égypte choisies pour trouver une issue politique et pacifique à la crise libyenne  

 L’Algérie et l’Égypte ont été choisies par la Ligue arabe et les organisations régionales pour chapeauter une initiative sur la crise libyenne, vu leur poids dans la région et leur proximité de la Libye. Le vice-secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Benhali a révélé les grandes lignes du plan politique visant à trouver une solution politique à la crise libyenne.« La réunion de la Ligue arabe de la semaine dernière a porté sur la mise en place d’un plan politique visant à trouver une solution politique et pacifique à la crise libyenne », a indiqué à Echorouk  Ahmed Benhali. « Nous avons discuté avec les hauts responsables des organisations régionales pour trouver une issue politique et pacifique à la crise libyenne et pour protéger les civils dans ce pays », a-t-il ajouté. L’Algérie et l’Égypte joueront un rôle très important dans cette initiative. Les représentants des organisations régionales ont proposé la médiation de ces deux pays vu leur poids dans toute la région. « Tout le monde est convaincu que l’Algérie et     l’Égypte ont un grand poids dans la région, ainsi, ils pourront jouer un rôle de premier plan pour trouver une issue politique à la crise libyenne », a  expliqué  Ahmed Benhali. D’autre part, il a précisé que la crise ne profite à personne et que si la situation actuelle se prolonge dans le temps, ces deux pays (Algérie et Égypte) seront affectées vu qu’elles ont des frontières avec la Libye. Il n’est un secret pour personne que des groupes terroristes affiliés à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) profitent de la crise en Libye pour faire passer des armes et de la drogue.

S’agissant de ce plan politique, qui n’a pas été encore finalisé, il portera sur un cessez-le-feu des deux parties, (Conseil national de transition,  régime de Mouammar Kadhafi mais aussi l’Otan sur toute le territoire libyen. Dans une deuxième étape, il sera procédé à une trêve humanitaire pour sauver et apporter secours aux personnes encerclées ou prises en otages au niveau de certaines villes. La troisième étape portera, quant à elle, sur un travail sur le plan politique. Il s’agit d’ouvrir un dialogue avec toutes les parties en conflit, trouver une formule pour gérer la période de transition, voter une nouvelle Constitution et mettre en place un nouveau régime.  (Echorouk-24.06.2011.)

***********************

  Le secrétaire libyen aux affaires étrangères à Alger Le ministre des affaires étrangères, Mourad Medelci, a reçu dimanche à Alger le secrétaire aux affaires étrangères du congrès général du peuple libyen Slimane Chahoumi. L’envoyé spécial libyen est arrivé aujourd’hui à Alger en provenance de Tunisie avant de rejoindre la Mauritanie. (APS-26.06.2011.) 

****************** 

**Selon les médiateurs africains, Kadhafi accepte de ne pas faire partie des négociations sur la Libye..

 

**L’Union africaine lance en même temps un appel pour l’arrêt des bombardements de l’OTAN sur la Libye. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a accepté de ne pas faire partie des négociations sur la Libye pour mettre un terme à un conflit qui dure depuis quatre mois, ont indiqué dimanche des chefs d’Etat africains, médiateurs de l’Union africaine (UA) dans la crise.
Le comité de médiation de l’UA sur la crise libyenne, composé de cinq chefs d’Etat, “salue la décision du guide libyen Kadhafi de ne pas faire partie du processus de négociations”, indique sans plus de précision un communiqué diffusé après une réunion du panel tenue à Prétoria.
Le texte a été lu par le commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité Ramtane Lamamra…
Le communiqué a également réitéré l’appel de l’organisation panafricaine à un cessez-le-feu immédiat pour permettre des négociations.
“Les parties en conflit en Libye devraient entamer un dialogue national en vue d’un cessez-le-feu global, d’une réconciliation nationale et des dispositions pour la transition ainsi que d’un calendrier pour l’évolution vers la démocratie”, selon le texte.
“Ces mesures que nous proposons devraient aller de pair avec un effort humanitaire tout aussi déterminé. Dans ce contexte, nous réitérons l’appel lancé au sommet extraordinaire de l’UA le 25 mai 2011 pour l’arrêt des bombardements de l’OTAN et l’observation d’une pause humanitaire”, selon le communiqué.
Le comité de médiation de l’UA est composé de cinq chefs d’Etat: Afrique du Sud, Congo, Mali, Ouganda et Mauritanie.
Au début de la réunion, le président sud-africain Jacob Zuma avait souligné la “préoccupation” du comité et de l’assemblée de l’UA devant les “bombardements continus de l’OTAN”, ajoutant que “la finalité de la résolution 1973 (de l’ONU, adoptée le 17 mars) était de protéger le peuple libyen et faciliter les efforts humanitaires”.
“La finalité n’était pas d’autoriser une campagne pour un changement de régime ou un assassinat politique” de Mouammar Kadhafi, avait ajouté M. Zuma.
Cette réunion s’est tenue alors que les rebelles libyens avaient indiqué samedi soir attendre rapidement une offre de Kadhafi pour mettre fin à la guerre….(AFP-26.06.2011.)
 

***********************

*Pour consulter la suite des articles, cliquer ici:*L’agression contre la Libye-4

***********************

7 réponses à “*L’agression contre la Libye-5”

  1. 7 08 2011
    fieldrunners hd (20:21:46) :

    I agree with your *L’agression contre la Libye-5 at ElAyam.5, great post.

    Répondre

  2. 9 12 2012
    canada goose mystique parka (07:44:40) :

    canada goose hat holt renfrew canada goose shop canada goose fake canada goose jakker canada goose jacka outlet canada goose women s chilliwack bomber canada goose jakke fake ægte canada goose jakker
    canada goose mystique parka

    Répondre

  3. 21 12 2012
    return man 2 (23:47:17) :

    Nice share, thanks.
    return man 2

    Répondre

  4. 17 12 2015
    sdorttuii plmnr (20:02:23) :

    Heya just wanted to give you a quick heads up and let you know a few of the images aren’t loading correctly. I’m not sure why but I think its a linking issue. I’ve tried it in two different internet browsers and both show the same results.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

  5. 10 07 2016
    post (17:18:42) :

    As a Newbie, I am continuously exploring online for articles that can help me. Thank you

    http://freebacklinkcreate.com/story.php?title=acheter-fichiers-e-mails-b2b

    Répondre

  6. 11 07 2016
    try this out (08:44:09) :

    My wife and i have been more than happy Emmanuel could conclude his analysis using the ideas he gained while using the site. It’s not at all simplistic just to find yourself freely giving guidance which usually many others have been making money from. So we acknowledge we have the writer to give thanks to because of that. Most of the illustrations you’ve made, the easy web site navigation, the friendships you can make it easier to create – it is all powerful, and it’s really facilitating our son and us know that the article is excellent, which is incredibly essential. Thanks for all!

    http://kultamuseo.net/story/35109/

    Répondre

  7. 18 07 2016
    try this (00:22:56) :

    Some truly fantastic information, Sword lily I discovered this.

    http://mootin.com/News/repair-bowing-walls/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café