Le rôle de Qatar

**L’ancien chef du Mossad rend hommage au Qatar !

et affirme que le Qatar a joué un rôle historique en faveur d’Israël  « plus important que celui de la Grande-Bretagne

L'ancien chef du Mossad, Shabtai Shavit

L’ancien chef du Mossad, Shabtaï Shavit (1989-1996), vient de déclarer que le Qatar a joué un rôle historique en faveur d’Israël   »plus important que celui de la Grande-Bretagne », c’est ce qu’a rapporté le quotidien israélien « Yediot Aharonot ».

Evoquant le rôle de Doha dans l’application des politiques des Etats-Unis et du régime israélien dans la région du Moyen-Orient, Shavit a ajouté que les services rendus par le Qatar à Tel-Aviv sont plus décisifs que les services
rendus à « Israël » pendant de longues années par d’autres pays.

Le rôle de Qatar Tzipi+Livni+Premier+ministre+Qatar+140408+AP

Selon l’ancien chef du Mossad, le Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-e Thani, Emir du Qatar, s’était toujours rangé aux côtés des Etats-Unis et d’ « Israël » dans les dossiers régionaux.

Pour Shavit, la politique étrangère du Qatar est comme le levier arabe des politiques de Tel-Aviv et de Washington.

*Irib News-30.03.2012.

Un des blessés de l'agression israélienne contre Gaza

** 177 cas de violation des droits de l’homme commis par Israël en 2012 !

177 cas de violation des droits de l’homme commis par l’armée israélienne ont été rapportés en 2012, a rapporté l’agence de presse palestinienne Wafa.

Dans leur troisième rapport annuel, les rapporteurs ont signalé 177 cas de violation des droits de l’homme dont trois ont abouti au meurtre des journalistes. » En dépit de l’immunité dont bénéficient les journalistes, l’armée israélienne a blessé et tué des journalistes au cours de ses raids aériens ou en tirant des grenades de gaz lacrymogène.Les arrestations et les procès arbitraires font également partie des cas de violation des droits de l’homme dénoncés dans ce rapport.Les journalistes sont notamment visés par les israéliens qui cherchent à faire taire toute voix qui diffuserait la vérité.*Irib News-07.01.2013

************************************

Les Qataris étaient prêts à investir 250 millions d’euros  dans un fonds piloté par Sarkozy

Les qataris étaient prêts à investir 250 M EUR dans un fonds piloté par Sarkozy

Les Qataris étaient prêts à investir 250 millions d’euros dans un fonds d’investissement qu’aurait piloté Nicolas Sarkozy, mais ce projet est désormais dans les limbes en raison du renouveau des ambitions politiques de l’ancien
président français, a affirmé vendredi le Financial Times sur son site internet.

M. Sarkozy a reçu une lettre d’intention du fonds souverain qatari, le Qatar Investment Authority, lui promettant d’engager cette somme dans un fonds spécialisé dans l’investissement dans des sociétés non cotées dont il aurait eu
la charge, selon quatre personnes proches du dossier citées par le FT.

Le nouveau fonds, dont le nom de code était Columbia Investments, aurait disposé d’un bureau à Londres où M. Sarkozy se serait rendu une ou deux fois par semaine, selon une autre source citée par le journal sur son site.

Les fonds d’investissement prélevant des frais de gestion de l’ordre de 1,5% des sommes investies, M. Sarkozy et son équipe auraient reçu une rémunération de plus de 3 millions d’euros par an, relève le journal économique.

Le Qatar entretient d’excellentes relations avec la France, où l’émirat pétrolier possède de plus en plus d’intérêts, dont le plus médiatique est le club de football du Paris Saint-Germain.Les liens entre les deux pays se sont particulièrement resserrés sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012).*divers médias-29.03.2013.

******************************************

« Le Jihad des musulmans contre les musulmans n’a pas de sens » , déclare Cheikh Abdellah Al Manbaa, membre de l’association des oulémas saoudiens

« Le Jihad des musulmans contre les musulmans n’a pas de sens » , déclare Cheikh Abdellah Al Manbaa, membre de l’association des oulémas saoudiens

Cheikh Abdellah Al Manbaa, membre de l’association des oulémas saoudiens, affirme que « le jihad n’a pas lieu d’être à l’intérieur des pays islamiques et que les événements en Syrie et dans d’autres états islamiques sont des guerres internes et non pas du jihad ».

cheikh Al Manbaa a violemment critiqué les « fatwas » qui incitent à la guerre
en Syrie. « L’une des conditions du Jihad est l’obtention de l’accord de la source religieuse et de l’Etat. On ne peut pas agir suivant son propre point de vue », a-t-il dit, au cours d’un entretien à la presse saoudienne.

« Il n’est pas permis qu’ils agissent seuls et de se mettre en danger et mettre en danger l’Etat. Ainsi il est interdit toute ingérence dans ces genres de guerres ». *Source: Irib News-26.03.2013.

**The New York Times: 3.500 tonnes d’armes acheminées aux rebelles syriens

le New York Times rapporte que la CIA soutient certains pays arabes et la Turquie dans la livraison d’armes aux rebelles syriens.Le volume des armes livrées aux terroristes syriens s’est sensiblement accru depuis l’élection présidentielle de novembre 2012.

Le Front terroriste Al-Nosra sera le bénéficiaire principal des livraisons d’armes.

Depuis la fin de l’année dernière, plus de 160 avions cargo militaires en provenance de Jordanie, d’Arabie saoudite et du Qatar se sont posés à l’aéroport d’Ankara.

« Une estimation prudente du volume des cargaisons acheminées permet de les chiffrer à près de 3500 tonnes de matériel militaire », a déclaré le porte-parole de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm Hugh Griffiths.

Les agents de la CIA aident Ankara et les gouvernements de pays arabes à acheter le matériel militaire notamment en Croatie. Par ailleurs, la CIA décide quelles unités de rebelles ont le plus besoin d’armes.

Par ailleurs, le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch a affirmé que la décision de la Ligue arabe d’attribuer le siège de la Syrie aux représentants de l’opposition syrienne implique la légalisation des livraisons d’armes aux rebelles, notamment aux terroristes du Front Al-Nosra.

Cette démarche prévoit notamment «la possibilité de fournir des armes aux rebelles d’une manière pour ainsi dire légale, sans recourir à des schémas douteux», lit-on dans un commentaire du porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«Etant donné que le Front terroriste Al-Nosra constitue la force la plus efficace faisant face à l’armée syrienne, il est facile de deviner qui sera le bénéficiaire principal de cette aide», conclut le diplomate.*Mediarama-28.03.2013.

*******************************

Les Palestiniens de Ghaza: « on n’en veut pas des larmes des Arabes, mais leurs chars, face a la barbarie israélienne »

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement de Gaza, Fethi Hamad, a appelé mercredi à la nécessité de débloquer les fonds arabes qui dorment dans les banques américaines et européennes, pour acheter des armes à la résistance, en
déclarant : « nous n’en voulons pas des larmes des Arabes pour Gaza, mais nous voulons leurs chars ».

Fathi Hamad

Dans une cérémonie d’hommage aux martyrs, blessés et dirigeants, de la dernière agression israélienne contre Gaza, Fethi Hamad a déclaré : « Gaza n’a pas besoin en l’état actuel de médicaments et de soutien verbal uniquement, mais elle a besoin d’être soutenu par l’argent et les armes pour chasser l’occupation », a-t-il dit, selon arabic-upi.
Et d’ajouter : « ce message s’adresse aux pays arabes et musulmans pour pourvoir la résistance palestinienne en armes et argent. Nous ne voulons pas les larmes des Arabes pour Gaza, ou leur intervention dans les chaînes satellitaires, mais nous voulons leurs chars ».
Le ministre a mis l’accent sur la nécessité de débloquer l’argent arabe retenu dans les banques européennes et américaines, au profit de la résistance pour acheter des armes. Il a appelé au passage « à boycotter les produits américains et israéliens ».
« Il est inadmissible que cet argent reste amassé dans les banques, c’est l’argent de Dieu et non pas le vôtre », a-t-il ajouté.
« Le gouvernement de Hamas réfléchit à la création d’un ministère de Défense en vue de développer les capacités de combat de la résistance palestinienne », a-t-il annoncé, considérant révolues les méthodes traditionnelles d’entraînement, « a fortiori qu’on est face à un ennemi impitoyable, et un conflit de cerveaux ».
« Le prochain gouvernement israélien à l’issue des élections de la Knesset, fin de janvier prochain, sera d’un haut niveau de bêtise et d’extrémisme », a-t-il prédit. « C’est pourquoi nous devons nous y préparer dès maintenant, car il est possible qu’il prenne des décisions sans étude ni sagesse ».
« Les appareils sécuritaires ont franchi lors de la dernière bataille un pas en direction de la victoire et de la libération, et on a vaincu l’occupation d’une manière écrasante sur les plans militaire et médiatique ».
« La prochaine bataille sera plus violente et plus sauvage », a-t-il prévu, faisant observer : « nous avons une plus grande détermination pour l’affrontement jusqu’à la libération de toute la Palestine, avec l’effort de la résistance, des factions et des dispositifs sécuritaire, médiatique, et des équipes médicales, tous défendent la patrie avec des armes différentes ».
« La dernière victoire est celle de la nation arabo-musulmane dans son ensemble, et non seulement de la Palestine », a-t-il indiqué en soulignant : « L’importance de la victoire s’est accrue par la découverte de la barbarie israélienne et son crime à l’échelle internationale ».

*gnet.tn -06-12-2012

****************************************

Émirat de Qatar

**Qatar:une vraie dictature. Un poète condamné à 15 ans de prison!

Le richissime Etat gazier du Golfe, le Qatar, qui se pose en champion des soulèvements anti-gouvernements arabes, notamment par le biais de sa puissante chaîne satellitaire, Al Jazeera, vient de commettre ce que les pires dictateurs arabes ont toujours hésité à faire: condamner des poètes. Pour avoir critiqué le pouvoir dans un poème défendant le «Printemps arabe», Mohammed Al-Ajami, alias Ibn al-Dhib, a été arrêté le 16 novembre 2011 et condamné en première instance à perpétuité. Hier, une cour d’appel du Qatar a réduit à 15 ans la peine de prison. Voilà donc de quoi est capable ce micro-Etat autoproclamé chantre de la démocratie dans le Monde arabe.*26.02.2013.

**Au moment où le tout-Paris accourait dimanche, au Parc des Princes (rebaptisé Parc des Emirs à l’occasion), pour voir les premiers pas de David Beckham sous le maillot «qatari» pour le choc PSG-OM, et que Nicolas Sarkozy posait ostensiblement à la tribune officielle entre Nasser El Khelaïfi et Leonardo, un poète croupissait en prison, à Doha, dans l’indifférence des «peoples» et d’Al Jazeera.Arrêté le 16 novembre 2011 pour un poème jugé subversif intitulé «Qassidate al Yassamine» (Le Poème du jasmin) composé en janvier 2011 peu après la chute de Ben Ali en Tunisie, Mohammed Al Ajami dit Ibn Al Dhib a été condamné à la prison à perpétuité en première instance, le 29 novembre 2012, pour «outrage au prince et incitation au renversement du régime». Hier s’est déroulé le procès en appel du sulfureux poète. Verdict : 15 ans de prison ferme. Oui. Pour un simple petit poème d’une quinzaine de vers, soit un ratio de un an de prison par ver. Cela donne une idée du tarif de la liberté au pays du cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani.

L’objet du délit (ou plutôt «l’arme du crime» à en juger par la sévérité du verdict), ce sont ces quelques lignes jetées comme un cocktail Molotov où le poète a littéralement dézingué les monarchies du Golfe et leur citadelle de cristal. Dans une langue crue, sans sophistication ni métaphore, le barde flingue à tout-va. Florilège : «A quand le tour des pays commandés par des ignares et qui tirent leur gloire des forces américaines ? (…) A quand le tour du pouvoir héréditaire ?» Et de marteler : «Nous sommes tous la Tunisie face aux castes répressives.» «Vous qui importez tout de l’Occident, que n’importez-vous le droit et la liberté.» Lors de l’audience d’hier, Mohammed Al Ajami avait fière allure.

Sur l’une des nombreuses pages de solidarité qui lui sont dédiées sur facebook, des photos de l’audience ont été postées. Le poète est vêtu d’un uniforme bleu, réservé aux détenus. Mohamed Al Ajami est confiant et souriant. Il a manifestement pris du poids, tant physiquement que politiquement, lui qui est en passe de devenir un symbole, une icône, un héros populaire.
Son avocat, l’ancien ministre de la Justice, Mohammed Néjib Al Naïmi, a déclaré à l’AFP que le jugement était «politisé, comme celui du tribunal de première instance».

Fait sidérant : l’avocat a assuré dans sa plaidoirie que le poète n’a pas déclamé son poème sur la place publique, mais qu’il l’avait simplement récité «dans son appartement au Caire». Force est de le constater : après cet esclandre, l’aède est définitivement sorti de l’anonymat pour atteindre une audience internationale, sachant que le poème a fait le buzz sur le web et tourne en boucle sur Youtube et les réseaux sociaux.

Pour rappel, la condamnation du poète en première instance avait suscité de vives réactions d’indignation comme l’illustre ce «coup de gueule» de Philip Luther, directeur d’Amnesty International pour la région MENA : «Il est regrettable que le Qatar, qui œuvre pour apparaître sur le plan international comme un Etat soucieux de la promotion de la liberté d’expression, commette, dans les faits, une violation criante de ce droit.»

Cette affaire rappelle à plus d’un titre celle de la poétesse bahréïnie Ayate Al Qormozi qui fut arrêtée le 30 mars 2011 pour un poème au vitriol contre le roi Hamad Bin Issa Al Khalifa. Elle sera condamnée le 12 juin 2011 à un an de prison par un tribunal militaire avant d’être libérée un mois plus tard sous la pression internationale. Le moins que l’on puisse dire est que l’affaire «Ibn Adhib» écorne sérieusement l’image du Qatar et sa diplomatie des paillettes, lui qui s’échine à passer pour une monarchie démocratique, et qui se permet de donner des leçons de bonne gouvernance aux autres pays arabes.

Ainsi, il aura suffi d’un «petit poème» pour mettre à nu le régime de Doha.  Et, sur ce coup, le sourire «marketing» de Beckham n’occultera pas le verbe flamboyant de cet homme révolté. Oui, lui, Mohammed Al Ajami. Le griot qui a refusé d’être un «poète de cour». *El Watan-26.02.2013.

***************

Une réponse à “Le rôle de Qatar”

  1. 17 12 2015
    sdorttuii plmnr (20:20:25) :

    Thanks for the sensible critique. Me and my neighbor were just preparing to do some research about this. We got a grab a book from our area library but I think I learned more clear from this post. I’m very glad to see such wonderful info being shared freely out there.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café