Folies meurtrières

**Egypte:

attentat à la voiture piégée devant un bâtiment militaire à Ismaïliya

Les lieux de l'attentat à la voiture piégée à Ismaïliya, le 19 octobre 2013

*photo:Les lieux de l’attentat à la voiture piégée à Ismaïliya, le 19 octobre 2013

Un attentat à la voiture piégée a visé samedi -19.10.2013-, un bâtiment des renseignements militaires dans la ville égyptienne d’Ismaïliya sur le canal de Suez, blessant six militaires, selon l’armée.

Six militaires ont été légèrement blessés, a précisé le porte-parole de l’armée le colonel Ahmed Aly sur sa page Facebook officielle, dénonçant un «acte terroriste» s’inscrivant «dans une série de lâches opérations terroristes».

Une seconde voiture piégée a été découverte à proximité du site et n’a pas explosé, ont affirmé à l’AFP des responsables des services de sécurité.

Ils ont indiqué que la déflagration avait provoqué d’importants dégâts, détruisant notamment le mur d’enceinte du bâtiment et provoquant l’incendie de plusieurs voitures garées dans les environs.

Des témoins ont affirmé avoir entendu des tirs au moment de l’explosion.

Ismaïliya et sa région –à l’ouest de la péninsule instable du Sinaï– ont été à plusieurs reprises le théâtre d’attaques visant les forces de l’ordre et l’armée, alors que les attentats se sont multipliés en Egypte depuis la destitution le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée.

Depuis cette date, une centaine de policiers ont été tués à travers le pays.

Les autorités installées par l’armée mènent une répression sanglante des partisans de M. Morsi qu’elles accusent régulièrement de «terrorisme».*AFP-19/10/2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

 **Thaïlande:

10 blessés dont un journaliste de l’AFP, dans des explosions

Une double attaque à la bombe samedi 19.10.2013, dans le sud insurrectionnel de la Thaïlande a fait dix blessés dont un journaliste de l’AFP et trois de ses confrères, selon la police.
Une première explosion est survenue dans la région de Narathiwat, une des provinces du sud de la Thaïlande où la rébellion est la plus active, visant une patrouille de l’armée. Elle a fait six blessés parmi les soldats, dont trois grièvement.
Et lorsque dans un second temps, les journalistes sont arrivés, un deuxième engin a explosé à leur hauteur, a expliqué Madaree Tohala, photographe thaïlandais de l’AFP couvrant le conflit dans la région, avant son évacuation vers l’hôpital de Narathiwat.
« Nous étions en train de discuter sur le bord de la route », a-t-il expliqué. « Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai entendu une grosse explosion non loin et quand j’ai rouvert les yeux, j’ai vu mes amis reporters au sol », a-t-il ajouté.
Le photographe de l’AFP a été atteint à l’oreille et au dos par des éclats de bombe. Trois autres journalistes travaillant pour des médias locaux ont été blessés, dont une femme.
Les attaques de la rébellion se poursuivent quasi quotidiennement dans le sud de la Thaïlande, où le conflit a fait plus de 5.700 morts depuis 2004 dans cette région majoritairement musulmane qui était rattachée à la Malaisie jusqu’au début du XXe siècle.
Et les négociations de paix entre les rebelles, notamment du Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire) et les autorités thaïlandaises sont au plus bas.
Les insurgés musulmans se rebellent contre ce qu’ils vivent comme une discrimination contre la population d’ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.*AFP-19/10/2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Somalie: 12 morts dans un attentat suicide dans un restaurant

 Au moins douze personnes ont été tuées samedi 19/10/2013, en Somalie dans un attentat suicide perpétré par un kamikaze dans un restaurant de la ville de Beledweyne (centre), selon des témoins.
L’attaque a été revendiquée par les islamistes somaliens shebab, liés à Al Qaïda. « L’attaque a été menée par un des Moujahidines. Grâce à Dieu, il a tué de nombreux ennemis, y compris des soldats éthiopiens et des Djiboutiens », a déclaré à l’AFP un commandant shebab dans la ville voisine de Bulaburde, Sheikh Mohamed.
« C’était horrible, j’ai pu compter douze morts parmi lesquels des soldats, et un grand nombre de blessés », a indiqué à l’AFP Mohamed Islow Ali, un témoin joint par téléphone.
« Le restaurant était plein de monde lorsque le kamikaze s’est fait sauter; il y a eu de nombreux morts dont des civils », a raconté un autre témoin Hussein Ali.
Le restaurant est connu pour être fréquenté par des militaires, notamment des soldats éthiopiens et djiboutiens de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et des Somaliens, qui sont tous stationnés à Beledweyne.
Selon des habitants de la ville, des militaires des trois pays étaient réunis pour boire le thé dans ce restaurant lorsque l’attaque est survenue.
En juin 2009, 20 personnes dont le ministre somalien de la sécurité, ont trouvé la mort à Beledweyne dans l’explosion d’une bombe dans un hôtel, une opération revendiquée par les shebab.
Cette ville, proche de la frontière avec l’Ethiopie, est située à 300 km au nord de la capitale Mogadiscio.
En intervenant en Somalie, la force africaine, qui compte actuellement quelque 17.700 hommes sous mandat onusien, a repoussé les shebab qui s’étaient rendus maîtres des principales villes du pays. Mais les groupes islamistes contrôlent toujours de larges parties du sud de la Somalie, et ont récemment fortement accentué leurs attaques.*AFP-19/10/2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Fusillade sur une base américaine à Washington

 Une fusillade dans un immeuble de la marine américaine à Washington fait au moins 12 morts

Selon un premier bilan, 12 personnes ont été tuées. Un des tireurs a été tué dans l’assaut. Deux autres sont recherchés.

**voir vidéo: Navy Yard Shooting in Washington

La situation est assez confuse dans le quartier de Navy Yard à Washington. Selon les médias américains, plusieurs tireurs ont ouvert le feu lundi matin dans un immeuble de bureaux de la marine américaine, tuant et blessant plusieurs personnes. Un premier bilan provisoire établi par la police fait état de douze morts.

Fusillade sur une base américaine à Washington  dans actualité media_xll_6131690

Selon la chef de la police, un tireur a été tué et deux autres tireurs n’ont pas encore été localisés. L’un des hommes en fuite est un blanc portant un uniforme kaki, semble-t-il de l’US Navy, et d’un béret. Il était muni d’une arme de poing, a-t-elle détaillé. L’autre est un noir d’une cinquantaine d’années qui était équipé d’une «arme longue».

Les premiers tirs se sont produits à 8h20 (14h20 en France). Un tireur a fait feu à au moins trois reprises dans l’un des immeubles de cette enceinte où travaillent quelque 3.000 employés de la marine américaine

media_l_6131957 Fusillade dans international

La police et une équipe d’intervention du FBI se sont aussitôt rendues sur place tandis que des hélicoptères survolent le site. Des policiers ont pénétré dans l’immeuble où les tireurs se sont barricadés. Un hélicoptère de la police a notamment déposé un homme en uniforme noir sur le toit d’un des immeubles, a constaté une journaliste de l’AFP. Quelques minutes plus tard, un autre hélicoptère se posait à l’intérieur de l’enceinte.

À la Maison-Blanche, des conseillers antiterroristes et à la sécurité intérieure tiennent le président Barack Obama informé de l’évolution de la situation. «Nous nous retrouvons une nouvelle fois face à une fusillade de masse», a remarqué le président américain, au début d’un discours qu’il avait prévu de consacrer à l’économie. «Aujourd’hui, cela s’est produit dans un établissement militaire de notre capitale. Il s’agit d’une fusillade qui visait des militaires et des civils» employés par l’armée, a-t-il ajouté, promettant une «enquête sans bavure».

«J’ai entendu trois coups de feu à la suite ‘Pa, pa, pa’. Trois secondes plus tard, encore ‘pa, pa, pa’». Au total, il y a dû avoir sept coups de feu. On s’est mis à courir», a raconté Patricia Ward, une employée qui prenait son petit déjeuner dans une cafétéria du premier étage de l’immeuble. Pour entrer dans l’immeuble, il suffit juste de montrer son badge, mais il n’y a pas de détecteur de métaux, selon elle. Un autre témoin, Terry Durham, qui travaillait également dans l’immeuble 197, a raconté sur CNN avoir vu le tireur. «On a entendu des tirs, il est apparu dans le couloir, il nous a mis en joue et tiré au moins deux ou trois fois. On a couru vers la sortie et on a continué d’entendre des tirs à l’intérieur», a-t-elle indiqué. L’homme était «grand», «noir» et portait un fusil, selon elle.

media_l_6131961 marine.américaine

Le site de Navy Yard à Washington abrite le quartier général du Commandant des systèmes navals de la marine américaine (NAVSEA), chargé de la conception et de la construction des navires et sous-marins américains. Il abrite également la résidence du chef d’état-major de l’US Navy, l’amiral Jonathan Greenert.

Le quartier, en reconstruction et situé au bord de la rivière Anacostia dans le sud-est de la capitale fédérale, a été bouclé sur trois pâtés de maison. Des policiers et militaires étaient stationnés à chaque carrefour. Les vols au départ de l’aéroport Ronald-Reagan, situé à quelques kilomètres de là ont été suspendus en raison de la fusillade. Les appareils à destination de l’aéroport pouvaient en revanche toujours atterrir.*Le Figaro-16.09.2013

**État de siège à Washington après la fusillade

Le quartier où a eu lieu le drame est entièrement bouclé. Le FBI est sur place. Des employés de l’immeuble ont été évacués par hélicoptère. La tension semble vive.Le quartier, en reconstruction et situé au bord de la rivière Anacostia dans le sud-est de la capitale fédérale, a été bouclé sur trois pâtés de maison. Des policiers et militaires étaient stationnés à chaque carrefour, selon la journaliste de l’AFP.
Les vols au départ de l’aéroport Ronald-Reagan, situé à quelques kilomètres de là ont été suspendus en raison de la fusillade. Les appareils à destination de l’aéroport pouvaient en revanche toujours atterrir, selon Chris Paolino, un porte-parole de l’aéroport.*Médias- 16.09.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*les groupes islamistes au service de l’Occident et des monarchies du Golfe

selon « Investig Action » qui publie une pertinente analyse

Bras armés en Libye et en Syrie, partenaires politiques en Tunisie et en Egypte, alliés stratégiques de l’Arabie Saoudite et du Qatar, les islamistes sont utilisés aussi bien par les monarchies du Golfe que par l’Occident à des fins politico-idéologiques. Une analyse de  Mohamed Hassan, spécialiste de l’Afrique, publiée par le site Investig’Action, explique comment les groupes islamistes sont manipulés pour défendre les intérêts des puissances.

L’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Occident «n’ont pas hésité à utiliser les courants les plus réactionnaires de l’islam radical pour défendre leurs intérêts». Les monarchies du Golfe rêvent de royaumes islamistes où la charia remplace la Constitution et où les Etats nations comme la Syrie, l’Algérie, l’Egypte ou la Tunisie n’ont pas de place, alors que les USA font appel à des groupes radicaux pour peser sur l’Iran, principal fournisseur de pétrole de la Chine et de l’Inde. Publiée par Investig’Action, l’analyse de Mohamed Hassan montre «l’hypocrisie» des dirigeants occidentaux quand ils parlent de guerre contre le terrorisme en Afghanistan ou au Mali.

Pour lui, seuls les intérêts guident leurs actions. «Le Printemps arabe, présenté comme une transformation révolutionnaire qui allait balayer toutes les dictatures dans le Monde arabe, n’a jamais existé en tant que tel. Cependant, début 2011, il y a eu deux véritables éruptions volcaniques : en Egypte et en Tunisie. Des fusées de colère populaire parce que l’injustice sociale était devenue insupportable.» Mais, précise t-il, «ces mouvements n’avaient pas d’orientation révolutionnaire. Ils ont été  rapidement récupérés par les  partis islamiques : Ennahdha en Tunisie et les Frères musulmans en Egypte». Selon l’auteur, les deux formations ont deux points communs, ils sont partisans du capitalisme et en même temps contre : «Cependant, ils peuvent avoir des contradictions avec l’impérialisme, en particulier dans les pays où les chiites sont majoritaires comme en Iran, en Irak et au Liban. Mais là où les sunnites sont majoritaires, le courant islamique se prête à un rôle de troupes de choc des Etats-Unis et leurs alliés européens contre les gouvernements laïcs qui ont survécu dans le Monde arabe comme par exemple la Libye, la Syrie ou l’Algérie.»

Mohamed Hassan rappelle la guerre contre les troupes soviétiques en Afghanistan, dans les années 1980, parrainée par les Etats-Unis, en disant : «Des jeunes musulmans venus des quatre coins du Monde arabe se sont réunis en Afghanistan où ils ont été recrutés par les Etats-Unis pour la lutte contre le communisme. Après le retrait des troupes soviétiques en 1989, nombre de ces jeunes ont été dispersés dans le Monde arabe, emportant avec eux une solide expérience de la guerre et une idéologie très réactionnaire. Ne pouvant réaliser leur  rêve d’un Etat islamique panarabe faute de soutien des Américains, les djihadistes se sont retournés contre les USA à travers des attaques terroristes comme celles menées contre  les tours jumelles à New York le 11 septembre 2001 (…) les poussant à refermer la parenthèse des alliances (avec les groupes radicaux, ndlr). (…)

Selon qu’ils menacent ou non les intérêts, ces  mêmes islamistes radicaux sont tantôt qualifiés de «combattants de la liberté» comme c’est le cas en Bosnie, en Tchétchénie, en Libye et en Syrie, tantôt de ‘‘terroristes’’ comme en Afghanistan, au Pakistan ou en Afrique.» L’analyse note par ailleurs que la mouvance des Frères musulmans, originaire d’Egypte, repose sa stratégie sur la «fraternité musulmane» et possède des ramifications dans de nombreux pays arabes. «Dans un premier temps, sa stratégie était de s’opposer aux dictatures pro-occidentales en Egypte et en Tunisie, mais après quelques vagues de répression sévère dans les années 1980, les Frères musulmans ne cherchaient plus la confrontation avec l’Etat et se sont concentrés sur la création d’un tissu social et dans la collecte de la richesse (…).

Ils ont  leurs propres méthodes de travail, d’entrisme et de solidarité entre classes, comme le fait d’ailleurs le parti turc du Premier ministre Erdogan, l’AKP. Une fois les dictatures de Moubarak (Egypte) et Ben Ali (Tunisie) emportées par la colère populaire, les Frères musulmans ont rapidement réinvesti le terrain et fini par gagner les élections. Les courants djihadistes radicaux et les ‘‘frères’’ dits ‘‘musulmans modérés’’ diffèrent à plusieurs égards, mais ont une vision commune de l’économie et la mise en service de la société.»

Alliance entre l’Amérique et les États du Golfe

Par ailleurs l’auteur ne trouve pas surprenant de constater des «similitudes» entre l’idéologie islamiste radicale et l’idéologie catholique de droite qui, «au début du siècle dernier, a utilisé la religion comme une arme contre les bolcheviks et a assumé la défense du capitalisme, le colonialisme et même le nazisme. Dans les deux idéologies, la clé réside dans la défense d’un ordre féodal ‘‘naturel’’ contre tout ce qui tend à un nouveau, plus juste socialement (…). Mais les différences actuelles sont plus islamistes d’interprétation, comme la résistance au colonialisme et à l’impérialisme. Toutefois, cette résistance passe rapidement dans le contexte où l’impérialisme, en fonction de leurs propres intérêts, soutient le courant islamiste».

L’analyste estime que  la guerre contre la Libye n’a rien à voir avec l’explosion populaire spontanée de Egypte et de la Tunisie : «Une menace largement exagérée, dirigée par des insurgés contre El Gueddafi dans la ville de Benghazi, a suffi à l’Occident pour déclencher des bombardements intensifs et une série de lynchages, dont celui d’El Gueddafi lui-même (…). Avec l’aide des milices les plus réactionnaires, l’Etat libyen a été réduit à des décombres. Une énorme quantité d’armes s’est retrouvée chez les milices, puis au nord du Mali.» Mohamed Hassan précise que Washington «s’est tourné vers une stratégie complètement différente de celle de Paris ou de Londres. En Afrique, les Etats-Unis interviennent à travers la médiation d’une tierce partie. Cela a été le cas en Libye où Africom (commandement unifié de l’armée américaine en Afrique) a agi après l’intervention des forces de l’OTAN, composées des troupes françaises et britanniques. Les Américains ont travaillé en étroite collaboration avec l’Arabie Saoudite et le Qatar».

L’auteur qualifie de «surprenante» l’attitude l’attitude de la chaîne satellitaire Al Jazeera du Qatar. Il écrit : «Auparavant, Al Jazeera était connue pour son attitude critique envers les Etats-Unis dans les guerres en Irak et en Afghanistan. Mais dans la guerre en Libye, elle a joué un rôle important la propagande contre El Gueddafi (…). L’alliance entre les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne d’une part, et entre le Qatar, l’Arabie Saoudite ainsi que d’autres Etats du Golfe de l’autre, n’est pas nouvelle. Depuis la montée des prix du pétrole dans les années 1970 et 1980, ces pays ont accumulé de grandes richesses et, de ce fait, sont devenus prêteurs aux Américains.

Politiquement, il y a toujours eu collaboration entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis, notamment avec le soutien de la guerre contre les troupes soviétiques en Afghanistan. Vers la fin de la décennie précédente, ce partenariat a été relancé pour établir un front commun contre l’Iran et son influence croissante dans la région. Pour les pays riches sunnites comme l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Etats du Golfe, un puissant Iran, avec des alliés chiites au Moyen-Orient (Irak, Liban) est une menace.»*Salima Tlemçani-El Watan-19.10.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

***************************************

Pas de réponses à “Folies meurtrières”

  1. 17 12 2015
    sdorttuiiplmnr (20:05:56) :

    I went over this website and I conceive you have a lot of excellent info, saved to bookmarks (:.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café