Tour d’Algérie cycliste

*Tour d’Algérie cycliste 2012.  

Et ça repart!

****************************L’Erythréen Berhane entre dans l’histoire

Monter a vélo sur le col de Santa Cruz -Oran

oran-murdjadjo

On savait que le Tour allait se jouer lors de cette avant-dernière étape que redoutaient tant les coureurs, en raison des difficultés qu’elle comportait, particulièrement le col de Santa Cruz. Alors qu’on attendait les Danois, ce sont, une nouvelle fois, les Erythréens qui se sont mis en valeur, en s’imposant, avec panache, à l’arrivée. Une double victoire car non seulement ils ont gagné l’étape, mais ils se sont également emparés du maillot jaune récompensant le premier au classement général. Pour ceux qui connaissent le cyclisme africain et suivent son évolution, les résultats des Erythréens ne constituent pas vraiment une surprise.
Ils sont le fruit de longues années d’efforts et d’une politique sportive qui privilégie le travail à long terme et la formation. «Le cyclisme africain progresse lentement, mais sûrement. Ce qu’ont montré les Erythréens lors de ce Tour et les prétentions qu’ils affichent augurent d’un avenir radieux de cette discipline dans le continent», nous avait déclaré le Belge Jean-Michel, commissaire cycliste et représentant de l’Union cycliste internationale au cours d’un dîner. Une analyse que partagent de nombreux techniciens qui pensent que malgré le manque de moyens et de compétition, le cyclisme africain est sur la bonne voie. Hamza Madjid, ex international et actuellement directeur sportif du Vélo club Sovac Algérie, est persuadé, lui, que «c’est la bonne préparation des Erythréens et leur participation à de nombreuses courses internationales qui sont à l’origine de leur progression.» Que dire alors des Algériens, sinon qu’ils ont réalisé de bonnes choses à l’image de Chaâbane Hichem qui a laissé une très bonne impression dans la montée du col de Santa Cruz. Luttant mano à mano avec l’Erythréen Tesfom Okibamariam, il n’a dû s’avouer vaincu qu’à une trentaine de mètres de l’arrivée. Avec lui, on peut citer Azzedine Laagab, le vainqueur de l’édition précédente, qui revient peu à peu à son meilleur niveau et Hanachi Abdelbasset auteur d’un bon début de parcours.
Tous les autres ont tenté de faire bonne figure dans ce Tour version 2012, mais le manque d’expérience et de compétition les ont beaucoup handicapés et ne leur ont pas permis de se mettre en évidence. Encore sous l’émotion, Hamza Madjid salue le courage de Chaâbane Hicham qui dit-il, s’est battu comme un lion lors de cette étape qui a conduit les 96 coureurs du centre de convention de Sonatrach jusqu’au sommet de Santa Cruz. Massée tout le long du parcours, la population a répondu massivement à l’appel des organisateurs qui ne s’attendaient pas à pareille fête. Comme dans le Tour de France, les coureurs avaient du mal à avancer au milieu de cette marée humaine venue spécialement pour les encourager. Même au sommet du col, il y avait énormément de monde. Un bon point pour le Tour d’Algérie cycliste qui retrouve l’ambiance festive de jadis. Un bon point aussi pour le tourisme algérien et pour les opérateurs et promoteurs qui en ont profité pour faire découvrir l’Algérie et les trésors qu’elle recèle, car, comme l’a si bien décrit le directeur général de l’Office national du tourisme «le Tour d’Algérie, la plus belle des randonnées», a subjugués, par la beauté du paysage et la richesse de son patrimoine, les invités du TAC, parmi lesquels l’ancien président de l’UCI. Ils ont tous promis de revenir car pour eux, le Tour d’Algérie cycliste est un rendez-vous sportif devenu, désormais, incontournable.(L’Expression-14.03.2012.)

Le nouveau maillot jaune Natnael Berhane au moment de franchir la ligne d'arrivée

 

******

*Berhane maillot jaune

Le Tour d’Algérie 2012 tire à sa fin et la lutte pour le maillot jaune devient de plus en plus serrée.

L’étape la plus intéressante et la plus spectaculaire attendue par tous les amateurs du vélo a été très disputée. A l’arrivée, au sommet du mont de Santa Cruz, le maillot jaune a connu un nouveau propriétaire. Il s’agit du jeune Erythréen Natnael Berhane Teweldemedhin, qui a terminé troisième lors de la 4e et avant-dernière étape, disputée hier entre Oran et le sommet de Santa Cruz (138 km), classée 2e catégorie. L’étape a été remportée par son compatriote Tefsom Okubamariam Issak, qui a parcouru la distance en 3h 27mn 42s, suivi de l’Algérien Hichem Chaâbane (Sovac Velo Club) avec le même temps. Tefsom Okubamariam Issak, vainqueur de l’étape d’hier, a également remporté le maillot à pois du meilleur grimpeur, que détenait jusque-là le Marocain Adel Reda. En revanche, son compatriote, le jeune Berhane qui a détrôné l’Espagnol Sobrino Joaquin (Tableware Cycling/Grèce), conserve également le maillot blanc du meilleur espoir, tandis que Sobrino se contente du maillot vert du meilleur sprinteur. Après s’être emparé du maillot jaune, le coureur Berhane dira en substance : «C’est une belle étape très disputée et un merveilleux paysage. Je ferai en sorte de conserver le maillot jaune lors de la dernière étape.» Par contre, l’Algérien Hichem Chaâbane qui a affiché une grande résistance lors de l’étape d’hier, s’est emparé du maillot orange du meilleur combattant. Il a fait une belle échappée avant d’être rejoint à quelques kilomètres de l’arrivée, puis coiffé sur le fil au finish. La cinquième et dernière étape du Tour d’Algérie 2012 de cyclisme, boucle d’Oran (Oran-Front de mer en passant par toutes les communes d’Oran) sur une distance de 140 km, aura lieu aujourd’hui et s’annonce très disputée aussi bien pour la victoire d’étape que pour le maillot jaune tant et si bien que l’écart entre les prétendants au classement général n’est pas si important. Jeudi (demain), les coureurs vont regagner Alger pour animer le lendemain (vendredi) la boucle d’Alger à partir de 15h.(El Watan-14.03.2012.)

 

************

 

**Aïn Defla découvre la magie du Tour

C’est fou ce qu’une épreuve sportive peut susciter comme passion! En passant par Aïn Defla, le tour a fait sortir des milliers de citoyens de cette ville dans les rues.

Pour les organisateurs, l'ovation qui a été réservée aux coureurs à l'issue de la première étape, est un véritable plébiscite

Connue pour être une région touristique grâce, notamment, à l’antique Miliana et la station thermale de Hamam Righa, la wilaya de Aïn Defla a vécu des moments historiques, samedi, en accueillant le tour. Bravant la pluie et le froid, des milliers de citoyens ont, dès les premières heures de la matinée, investi les quatre coins de la ville pour guetter l’arrivée des 123 coureurs qui avaient pris le départ d’Alger. Un engouement sans précédent car ce n’est pas tous les jours qu’ils voient une épreuve de cette envergure passer tout près de chez eux. Certains sont venus des communes voisines pour admirer et voir de près ces as du vélo.
Pour les organisateurs, l’ovation qui a été réservée aux coureurs à l’issue de la première étape, est un véritable plébiscite qui augure d’un avenir radieux de cette discipline qui retrouve peu à peu son standing. La tragédie nationale a asséné un rude coup au cyclisme et au Tour d’Algérie cycliste qui n’a repris ses droits que l’année dernière après vingt années de disette.
Une remise sur selle saluée par l’Union cycliste internationale qui considère le TAC comme une compétition majeure inscrite sur ses tablettes. Dans un message d’encouragement qu’il a adressé aux responsables de la Fédération algérienne de cyclisme la veille du départ du tour, le président de l’UCI, Pat Mac Quaid, a beaucoup insisté sur l’importance que revêt le TAC dans la stratégie de développement du cyclisme africain que poursuit son instance depuis quelques années.
«Le Tour d’Algérie revêt en effet, une grande importance dans la stratégie de développement du cyclisme africain engagé depuis quelques années. Puisque c’est surtout par le biais d’événements de cette envergure que nos meilleurs coureurs ont l’opportunité de s’illustrer et d’acquérir l’indispensable expérience qui leur permettra à l avenir de se mesurer avec les adversaires les plus forts sur le plan international», a-t-il déclaré en substance. La considérant comme une grande aventure, le président de l’UCI lance un appel aux amoureux du cyclisme pour qu’ils viennent nombreux encourager les coureurs et partager avec eux «les émotions que le Tour d’Algérie 2012 saura proposer chaque jour». Au vu de tous les gens et curieux, de passage, que nous avons rencontrés tout au long de la première étape, on est en droit de dire que le message a été reçu cinq sur cinq.
Au-delà des résultats qui ont sanctionné cette première étape Alger-Aïn Defla, remportée par le coureur suédois Anderson Larsson (Concordia Team/Danemark) devant l’Algérien Hannachi Abdelbasset du GS Pétroliers (3h 40min 42sec) et le Danois Mortensen Mikkel (Concordia Team/ Danemark) qui a réalisé un temps de 3h 40min 51sec, c’est le courage et l’audace dont ont fait preuve les coureurs tout au long de 156 km qui ont étonné les observateurs. Les conditions atmosphériques défavorables ont rendu la course très difficile, voire très éprouvante pour certains. A l’image des Libyens et des Allemands qui ont fait preuve de beaucoup de courage pour terminer l’étape. Il n y’a pas que les intempéries, les dos-d’âne disposés à l’entrée et à la sortie des villes traversées par la caravane ont eu aussi constitué un obstacle pour les coureurs qui étaient obligés à chaque fois de freiner pour éviter la chute. Fort heureusement il y a eu plus de peur que de mal, mais les organisateurs sont avertis, les dos-d’âne ne sont pas admis dans une épreuve comme le TAC qui commence à passionner les foules et leur faire découvrir la magie du vélo. (L’Expression-12.03.2012.)

**A la découverte de l’Algérie et de son littoral

Après la pluie et le froid, le beau temps est revenu sur le Tour.

La victoire d'étape s'est jouée au sprint

Depuis que le beau temps est revenu, le Tour d’Algérie cycliste a pris un nouveau tournant, une nouvelle dimension, en attirant de plus en plus de monde lors de son passage.
«Jamais, aujourd’hui, les vertus et les qualités sportives n’ont été aussi mobilisatrices de valeurs fortes, de dépassements, de générosité, de courage et d’esprit d’équipe».
Ce témoignage ô combien élogieux, à l’adresse des coureurs qui participent au TAC, émane de Louis Tribot La Spiere, un des commissaires de la course. En traversant les wilayas de Chlef et de Mostaganem, le Tour d’Algérie 2012 et les 117 rescapés sont allés à la rencontre des milliers de citoyens venus les accueillir. Le retour du soleil a fait retrouver à ces deux paisibles villes de l’Ouest toute leur splendeur. Chlef tout d’abord, qui est connue pour être une région côtière dominée par les monts du Dahra au sud et le grand massif du Zaccar à l’est. Ses paysages enchanteurs et ses majestueuses plaines, à perte de vue surplombent les baies de corail. Située plus au nord et couvrant une superficie de 2 269 km², la ville de Mostaganem est un véritable Eden de forêts denses, de cours d’eau, de cascades, et de plaines et surtout sa façade maritime qui s’étend sur plus de 120 km, l’ont rendus très célèbre. Tout comme l’ancienne ville bâtie au XVIe siècle et dont on peut encore admirer les vestiges, à l’instar de la muraille arabe qui protégeait jadis le site du Taban. Massés tout le long de la route pour assister à «la plus belle des randonnées» les habitants de ces deux contrées n’ont ménagé aucun effort pour encourager les participants lesquels n’oublieront pas de sitôt l’ovation qui leur a été réservée, particulièrement les coureurs du groupement sportif des Pétroliers qui ont animé la course, mais qui n’ont pas été récompensés au final pour leur manque d’expérience. De loin le mieux placé, Youcef Reguigue a vu néanmoins ses efforts récompensés par l’attribution du maillot orange, consacrant le coureur le plus combatif. Au classement général, le Suédois Anderson Larson de l’équipe Danoise Concordia Forsihring conserve toujours le maillot jaune et compte le garder jusqu’à l’arrivée. La surprise, c’est la montée en puissance de l’équipe nationale qui est en train de confirmer tout le bien qu’on disait d’elle avant le départ de la Grande boucle. Ses coureurs, à l’image de Berhane Teweldemedmin Natnae, ont été à l’origine de nombreuses tentatives d’échappées durant les deux dernières étapes, ce qui a donné un peu plus de tonus à la course qui est sortie brusquement de sa torpeur. Ce qui est d’ailleurs, intéressant à relever à l’occasion de ce tour, c’est la moyenne d’âge des coureurs le désir d’aller de l’avant et la volonté qui les anime. Beaucoup ont à peine vingt ans et font déjà preuve de beaucoup de courage et de métier. C’est la preuve que le cyclisme se régénère et que la relève est assurée. Du côté africain, on assiste à une redistribution des cartes, voire à une passation de pouvoir entre le Nord qui dominait, jusque-là, et le Sud qui commence à montrer le bout du nez. L’Algérie, qui a longtemps été le porte-flambeau de la discipline, est rentrée dans les rangs. Ayant opté pour une politique sportive axée essentiellement sur la formation et la détection de jeunes talents, la Fédération algérienne de cyclisme et la DTN tablent énormément sur l’avenir et sur l’horizon 2016 pour la résurrection du cyclisme algérien. Une entreprise de longue haleine qui exige la participation de toute la famille de ce sport noble, car ce n’est qu’à ce prix que l’espoir renaîtra. (L’Expression-13.03.2012.)

**Le maillot jaune change d’épaules

 

Vainqueur de la veille et bien placé au sprint final, l’Espagnol Sobrino Joaquin enlève le maillot jaune au Suédois Anderson Lars qui l’avait porté pendant deux jours.

 

L'Espagnol Sobrino Joaquin au moment de recevoir son maillot jaune

L’Espagnol Sobrino Joaquin (ici sr la photo) de l’équipe grecque «Tableware Cycling» a endossé lundi à Sidi Bel Abbès le maillot jaune de leader, à l’issue de la troisième étape du Tour d’Algérie 2012, remportée au sprint final par l’Erythréen Berhane Natnael. Sur un parcours total de 167 km, l’Erythréen, champion d’Afrique en titre, a réalisé un temps de 4:11’34 devant le Danois Nielsen Cort Magnus de l’équipe «Concordia» (4:11’35) et l’Espagnol Sobrino Joaquin de l’équipe grecque (4:11’35). A l’issue de cette étape, l’Espagnol réussit le coup double en endossant le maillot jaune de leader et le maillot vert du meilleur sprinteur. Le maillot à pois du meilleur grimpeur a été attribué au Marocain Adel Réda, alors que l’Erythréen Natnael Berhane a porté le maillot blanc du meilleur espoir. Alors que les attaques se multipliaient au niveau du peloton en début de course, un groupe de sept coureurs réussissait à déclencher la première véritable échappée de cette journée, exactement à 27 km de la ligne de départ (Tamzoura).
Ce groupe de tête a rapidement creusé l’écart en arrivant à prendre jusqu’à deux minutes trente secondes (2’30) par rapport au peloton qui s’est scindé en deux groupes. A l’entrée de la localité de Chentouf (90 Km), le premier groupe a réussi à rejoindre les hommes de tête, et a même réussi à prendre jusqu’à sept minutes et vingt secondes (7’20) sur le 2e groupe où se trouvait le maillot jaune, le Suédois Lars Anderson, qui a perdu beaucoup du terrain. A la sortie de la commune de Sidi Dahou El Zair (124 km), six coureurs ont réussi à lancer une dernière échappée, qui a porté finalement ses fruits, et l’écart est monté à deux minutes et quinze secondes (2’15) sur les poursuivants, grâce à la coordination entre les cyclistes. A l’issue de cette 3e étape, la caravane du Tour d’Algérie 2012 va prendre la direction d’Oran, où va se dérouler la quatrième étape, décisive pour la victoire finale du Tour 2012, entre Oran et l’ascension de Santa Cruz (138Km).

 

**L’Erythréen Natnael Berhane remporte la 3e étape

Le cycliste érythréen Natnael Berhane Teweldemedhin a remporté la troisième étape, courue hier, entre Oran et Sidi Bel Abbès sur une distance de 167 km en réalisant un temps de 4h 11min et 34 sec.
Il a devancé au sprint final le Danois Nielsen Cort Magnus (Concordia Team) et l’Espagnol Sobrino Joaquin (Tableware Cycling) crédités d’un même temps (4h 11min 35 sec).
Natnael Berhane s’est également accaparé du maillot blanc du meilleur espoir au détriment d’Andris Smirnovs (Lettonie). Le maillot jaune de leader, propriété avant cette étape du Suédois Lars Anderson (Team Concordia), a changé d’épaules pour atterrir sur celles de l’Espagnol Sobrino Joaquin qui endosse également le maillot vert du meilleur sprinteur. Le maillot à pois du meilleur grimpeur est revenu au Marocain Adel Reda.(L’Expression-13.03.2012.)

**Classement général

Classement général

1- Lars Anderson
(Team Concordia-Danemark) 7h19.06
2- Hannachi Abdelbaset
(GS Pétroliers) 7h19.115-Sobrino Joaquin 3h41.13
3- Mortensen Mikkel (Team Concordia-Danemark)7h19.11
4- Sobrino Joaquin (Tableware Team-Grèce) 7h19.43
5- Smirnovs Andris (Lettonie) 7h19.43
6- Lauwers Sylvain 7h19.43
7- Karatzios Giorgios 7h19.43
8-Tamouridis Iqannis (Grèce) 7h19.43
9- Aistrup Nikolas (Danemark) 7h19.43
10- Ramon Frederic (France) 7h19. (L’Expression-13.03.2012.)

 Ils ont dit

Ils ont dit :

Sobrino Joaquin
(Tableware Team-Grèce):
«ça me fait plaisir de remporter cette étape disputée sur un parcours qui me convenait très bien, mais sincèrement je ne m’attendais pas à remporter cette étape. Nous avions été lâchés par un groupe de 12 coureurs, mais le travail réalisé par mes coéquipiers a donné son résultat.»

Youcef Reguigui (GS Pétroliers): «Au départ de cette étape, je me sentais bien. J’étais parmi le groupe de 12, mais faute de coordination entre les coureurs, le peloton nous a rejoint à quelques kilomètres de l’arrivée. J’ai été victime d’une chute à moins de trois kilomètres mais sans gravité.
Il nous reste une étape difficile à terminer où il va y avoir deux cols de 3e et hors catégories à Oran. Restons concentrés jusqu’au bout.»

Hamza Madjid (Vélo Club Sovac):
«Nous avons déclenché beaucoup d’attaques au début de la course, mais sans pour autant arriver à les concrétiser. J’ai demandé aux coureurs de prendre le devant et participer à toutes les échappées. Cette fois-ci, ça n’a pas marché mais c’est de bon augure pour la suite du parcours.» Le classement général du Tour d’Algérie de cyclisme 2012, à l’issue de la deuxième étape remportée par l’Espagnol Sobrino Joaquin, devant le Letton Smirnovs Andris et le Grec Tamouridis Iqannis…

 ** 2ème étape: L’Espagnol Sobrino Joaquin vainqueur au sprint

Le coureur espagnol, Sobrino Joaquin (SP Tableware/ Grèce), a remporté la deuxième étape du Tour d’Algérie 2012 de cyclisme, courue hier entre Chlef et Mostaganem (147 km) en réalisant un temps de 3h 38min 30sec. Il a devancé au sprint final le Letton Smirnovs Andris (Rietumu-Delfin/ Lettonie) et le Grec Ioannis Tamouridis (SP Tableware / Grèce). Le Suédois Lars Anderson (Team Concordia-Danemark) a conservé le maillot jaune de leader, alors que le Letton Smirnovs détient les maillots vert du meilleur sprinter et blanc du meilleur espoir. De son côté, le coureur danois Mortensen Mikkel (Team Concordia-Danemark) endosse le maillot à pois du meilleur grimpeur.La troisième étape du Tour d’Algérie 2012 de cyclisme aura lieu aujourd’hui entre Oran et Sidi Bel Abbès sur une distance de 151 km. (12.03.2012.)

***Echos du tour :

 *La Gazette du Tour d’Algérie de cyclisme se déroule du 10 au 16 mars avec la participation de 96 coureurs représentant treize pays sur un parcours total de 642 km.

Dopage: A l’issue de la deuxième étape, disputée entre Chlef et Mostaganem, la commission anti-dopage présidée par le Dr Hamlaoui Hakima a effectué deux contrôles antidopage. Il s’agit du vainqueur de l’étape, l’Espagnol Sobrino Joaquin et le Français Lauwers Sylvain (4e de l’étape).

Chaleur: Il a fait chaud dimanche lors de l’étape Chlef-Mostaganem, et les coureurs ont bu beaucoup d’eau, et admiré également le beau paysage qui caractérise cette partie du pays, notamment le lac situé à Merdjet Sidi Abed (à 10 km de Oued Rhiou).

Absence: Le coureur emblématique des années 1940 et 1950, Ahmed Kebaïli, n’a pas participé à cette 2e édition du Tour, après avoir été l’invité d’honneur du TAC 2011.
L’homme qui a couru cinq tours de France et trois tours de Suisse, a suivi l’année dernière de très près les étapes du Tour, et avec un engouement sans précédent pour le cyclisme.
Traducteur: Le comité d’organisation du Tour d’Algérie a appelé cette année l’interprète, le Pr Bouyahiaoui, qui a participé à la précédente édition du Tour. Cet interprète du métier commente en direct tout ce qui se passe au cours de l’étape, mais il fait également des traductions spontanées pour la presse écrite et audiovisuelle qui couvre l’événement.

Vitesse: Le peloton du Tour d’Algérie 2012 a foncé dimanche sur les routes entre Chlef et Mostaganem, en enregistrant une vitesse moyenne de 60 km/h, ce qui constitue un record pour les amateurs du cyclisme. (L’Expression-13.03.2012.)

 

***

*Débordé: Le Suédois Lars Anderson a découvert très brièvement dimanche matin à Chlef les joies du maillot jaune, qu’il a emprunté la veille à Aïn-Defla avec brio. Avec le maillot distinctif sur le dos, il a été débordé par des journalistes accrédités pour couvrir cet événement.
* Professionnel: Le directeur sportif de l’équipe Danoise «Team Concordia», a affirmé samedi soir que son équipe est venue pour ce Tour pour tout simplement le gagner. Je ne ferai aucun cadeau particulier à personne sur ce Tour, même si les coureurs algériens veulent faire quelque chose devant leur public.
*Abandon: Trois coureurs de la caravane du Tour d’Algérie ont abandonné à l’issue de la première étape disputée entre Alger et Aïn Defla.
*Intérêt: «Dans le vélo, on collabore avec quelqu’un lorsqu’on y trouve un intérêt. J’ai un sponsor qui paie pour que l’équipe marche bien et gagne des étapes, pas pour qu’on aide gratuitement un coureur d’une autre équipe», dit Hamza Madjid, le directeur sportif de Sovac.
*Patient: Le vainqueur de la dernière édition du Tour d’Algérie, Azzedine Laagab s’est montré prudent à l’idée de se lancer dans une échappée solitaire lors de la 2e étape entre Chlef et Mostaganem tout en déclarant: «Je voudrais voir à l’oeuvre les coureurs des autres équipes et on verra après.»
* Epinglés: La direction du Tour a pointé des «problèmes avec des dossards autocollants». Elle a demandé aux équipes de «bien vouloir les fixer sur les maillots avec des épingles».
* Combativité: A chacune des étapes est décerné le Prix de la combativité. Samedi, le Tour d’Algérie a reçu un «super-combatif» en la personne du coureur suédois,Lars Anderson, qui a remporté la 1re étape du Tour après avoir gagné deux sprints.
* Encouragements: La première étape du Tour d’Algérie a été marquée par l’affichage par les citoyens des slogans encourageant les coureurs de peloton, notamment les Algériens. Tout au long de l’étape on a ainsi pu voir des banderoles «Allez Laagab» ou «Bon courage à Youcef Reguigui». (L’Expression-12.03.2012.)

*************

*Première étape: Alger – Aïn Defla

C’est à partir de l’esplanade du Palais de la culture que sera donné ce matin à onze heures, le départ du Tour d’Algérie cycliste 2012.Longue de 156 km, la première étape conduira les 123 coureurs inscrits, cette année, de Kouba à Aïn Defla qui attend avec impatience l’arrivée de la caravane pour découvrir la magie du TAC.L’esplanade du Palais de la culture vivra un moment solennel ce matin à l’occasion du départ du Tour.

Aux petits soins depuis que les organisateurs ont annoncé que la petite boucle passera samedi par leur ville, autorités et population ont promis de réserver un accueil chaleureux aux as du vélo. Pour les cyclistes algériens et la Fédération algérienne de cyclisme, cette épreuve tombe à pic après tous les déboires qu’a connus la discipline ces vingt dernières années.
Il faut dire que la décennie noire a beaucoup nui au cyclisme et l’a stoppé net dans son élan. Exceptées quelques petites courses disputées ici ou là, les coureurs ont chômé et ont eu rarement l’occasion de se mettre en évidence.
Même ceux de l’Equipe nationale ont été obligés de ronger leur frein, en attendant des jours meilleurs. Remis sur selle grâce au retour du TAC, ils ambitionnent de jouer les premiers rôles et, pourquoi pas, s’emparer dès ce soir du maillot jaune et le conserver jusqu’à l’arrivée. Azzedine Laâgab a montré le chemin. Malgré la présence de coureurs très talentueux, à l’image des Français et des Espagnols qui font partie du gotha mondial, il rêve de rééditer l’exploit de l’année dernière, en arrachant une seconde victoire. Selon les membres de la FAC qui veulent faire de ce tour une véritable réussite pour attirer encore plus d’équipes l’année prochaine, les coureurs algériens sont assez bien préparés et peuvent inquiéter les meilleurs. La sélection olympique ne manque pas d’allure. Elle veut profiter du Tour d’Algérie pour jauger ses capacités dans la perspective des Jeux olympiques qui se profilent déjà, à l’horizon. Une échéance ô combien importante pour le cyclisme algérien et les hautes instances sportives qui comptent beaucoup sur le Tour 2012 pour relancer la discipline et la replacer sur orbite.
L’Algérie a toujours enfanté de grands champions. Certains ont même participé au Tour de France, mais cela est une tout autre histoire. (L’Expression-10.03.2012.)

voir l'image en taille réelle

*Les as du vélo reprennent la route

Les as du vélo reprennent la route

 les 120 coureurs qui ont confirmé leur participation au tour d’Algérie 2012 s’élanceront à l’assaut des 748 km de course qui les mèneront d’Alger à Oran, terme de l’épreuve. Un parcours qui ne comporte pas de difficultés majeures, hormis quelques petits cols de deuxième catégorie destinés à tester les capacités des coureurs dans les étapes de montagne. La réussite du tour précédent a redonné confiance aux dirigeants qui espèrent faire de cette édition une véritable fête du vélo après tous les déboires qu’il a connus au cours de ces dernières années. Près de vingt années d’interruption c’est très long pour une course comme le TAC qui a de tout temps attiré les meilleurs cyclistes de la planète. Faisant partie des grandes épreuves cyclistes organisées à travers le monde dans les années soixante-dix, au même titre que la Course de la paix ou le Tour de l’avenir, le Tour d’Algérie cycliste était un rendez-vous incontournable pour les ténors de la discipline qui venaient régulièrement en Algérie pour parfaire leur préparation. Quinze pays ont déjà confirmé leur participation, parmi lesquels la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Hollande et la Suède, considérés comme le porte-flambeau du cyclisme mondial. Ils comptent en tout cas beaucoup sur ce tour pour évaluer la forme de leurs athlètes et leur faire découvrir l’Algérie et ses somptueux paysages. Le tour traversera cette année les villes de l’Ouest. Cinq étapes sont prévues au programme. Longue de 156 km, la première étape Alger-Aïn Defla débutera samedi à 11heures. Le lendemain, les 120 coureurs s’élanceront de la ville de Chlef pour rallier Mostaganem sur une distance de 147 km. La troisième étape Oran -Sidi Bel Abbes, soit 167 km, est prévue pour le lundi 12 mars. La cinquième longue de 138 km, emmènera les coureurs d’Oran à Santa Cruz. La cinquième et dernière étape se déroulera sur un circuit fermé dans Oran afin d’associer la population à cette grande parade sportive. L’Algérie sera représentée par une sélection olympique ainsi que trois équipes de clubs, à savoir le GS Pétroliers, Aïn Bénian et le Vélo Club des Grands Vents. Objectif: glaner une seconde victoire après celle remportée par Azzedine Laâgab l’année dernière. Selon M.Zinou, membre du comité d’organisation, «les coureurs algériens sont gonflés à bloc et veulent gagner ce Tour.» Tous se sont bien préparés pour faire bonne figure dans l’épreuve reine, à l’image de la sélection olympique qui a hérité d’un nouveau centre d’hébergement sis à Baba Hacène, dans la banlieue d’Alger. Rencontrés mardi à l’occasion du déjeuner, ils n’ont pas manqué de remercier les responsables pour l’acquisition de ce centre qui ne manquera pas d’avoir une incidence sur leurs résultats. La Fédération, qui s’est beaucoup investie depuis qu’elle a été installée, attend énormément de ce Tour d’Algérie version 2012 pour vulgariser la discipline et l’aider à se développer, car les vélos manquent et ceux qu’on trouve sur le marché ne sont pas à la portée de toutes les bourses. La relance de la discipline passe aussi par l’organisation de courses plus nombreuses et surtout plus régulières, tels les grands Prix et les critériums.(L’Expression-08.03.2012.)

*******************************




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café