*Algérie-Italie

*A cause de l’instabilité en Libye et en Tunisie

L’Italie se recentre sur le gaz algérien

 L’Italie est à l’affût de sources d’approvisionnement en gaz. L’instabilité s’installant en Libye, Rome désire s’assurer d’une alimentation continue. C’est dans cet objectif que les Italiens veulent accélérer le lancement des travaux du gazoduc Galsi reliant l’Algérie à l’Italie via la Sardaigne. Selon l’agence Reuters, le vice-ministre italien de l’Industrie, Stefano Saglia, a déclaré, jeudi dans un communiqué, que Rome allait prochainement donner son approbation au projet de gazoduc Galsi. Il compte pour cela saisir l’occasion de la tenue de la conférence des services comprenant des experts de l’industrie et les autorités locales impliquées dans le projet pour arriver à l’approbation du projet. Il ne restera donc plus que l’accord final du ministère de l’Industrie pour que les obstacles à la réalisation du pipeline soient levés, côté italien. Le projet a déjà reçu l’approbation du ministère italien de l’Environnement et le soutien de certaines autorités locales, selon une source au ministère italien de l’Industrie, citée par Reuters.
Pour Stefano Saglia, «le Galsi est un projet stratégique pour l’Italie. Il permettra une liaison directe avec l’Algérie. L’Italie pourra être approvisionnée en gaz algérien sans passer par d’autres pays. Ce qui augmentera donc la sécurité de l’approvisionnement national». L’Algérie approvisionne l’Italie en gaz naturel depuis 1983 à travers trois gazoducs, dont le Transmed reliant l’Algérie à la Sicile (Italie) via la Tunisie sur 775 km. Mais les Italiens ont été marqués par l’acte de sabotage ayant ciblé le gazoduc Enrico-Mattei en Tunisie en juillet dernier. Même si l’incident en lui-même n’a pas eu de conséquence notable sur l’approvisionnement en gaz de l’Italie, l’évolution de la situation intérieure en Tunisie inquiète quelque peu Rome, qui réfléchit à promouvoir d’autres voies d’approvisionnement. Les inquiétudes des Italiens sont également alimentées par l’instabilité en Libye. Tripoli était, avant le conflit, le troisième fournisseur en gaz des Transalpins, derrière l’Algérie et la Russie. Mais l’arrêt du gazoduc Greenstream, au mois de février dernier, a changé la donne. Les inquiétudes italiennes grandissent aussi à mesure que la course aux hydrocarbures libyens se fait plus féroce.
Nul autre choix donc, pour Rome, que de renforcer ses approvisionnement en gaz à partir de l’Algérie à travers la réalisation du nouveau gazoduc, laquelle tarde néanmoins à se concrétiser. Un retard justifié par la lenteur du processus d’approbation du projet en Italie, mais aussi par l’absence d’un accord direct liant Sonatrach au groupe italien Eni. Un accord intergouvernemental a bien été signé en novembre 2007. Les études techniques ont été bien entamées pour arriver à la réception du projet en 2012. Celle-ci a été repoussée à 2014 en raison d’une modification du parcours du pipe. Toutefois, 2011 touche à sa fin et le projet n’est toujours pas lancé concrètement.
Du côté de Sonatrach, on affirme que rien n’est remis en cause. S’il est finalisé, le gazoduc acheminera un volume annuel de 8 milliards de mètres cubes de gaz vers l’Italie en passant par la Sardaigne. Il sera géré par la société Galsi, composée de Sonatrach avec 36% des parts et des groupes italiens Edison et Enel. Reste, du côté algérien, à étudier la rentabilité du projet qui coûtera pas moins de 3 milliards d’euros. Le marché gazier est actuellement en berne et les cours ne permettent pas, pour l’heure, aux entreprises énergétiques d’engager de gros investissements dans le secteur. Il faut donc parier sur un retournement du marché, d’autant qu’il est aujourd’hui vital pour Sonatrach de reconquérir les parts qu’elle a perdues au profit de nouveaux entrants, comme le Qatar.
Et elle peut compter sur un soutien de taille : le Galsi a été inscrit en 2009 par la Commission européenne dans la liste des projets prioritaires. (El Watan-15.10.2011.)

*L’Italie prête à accorder des visas de longue durée aux Algériens

 

 Entre l’Algérie et l’Italie, c’est visiblement la lune de miel. Les relations bilatérales entre les deux pays vont tellement bien que le gouvernement italien se dit prêt à signer une série d’accords avec Alger, dont l’un porte sur l’octroi aux Algériens de visas d’entrée sur le territoire de l’Union européenne de longue durée. L’annonce a été faite par Franco Frattini, chef de la diplomatie italienne, en personne, lors d’une conférence de presse animée, hier à Alger, en compagnie de son homologue algérien, Mourad Medelci.M. Frattini a fait savoir, à ce propos, que la deuxième réunion de haut niveau, prévue d’avoir lieu à l’automne prochain à Alger, pourrait ainsi constituer une «opportunité historique» pour élargir la coopération bilatérale. «Nous sommes en train de préparer des accords qui devraient être historiques. Pour moi, le plus important est celui qui porte sur l’octroi de visas de longue durée (…). Il s’agirait d’un accord bilatéral qui vise à faciliter et à promouvoir, dans le respect des règles européennes auxquelles nous (les Italiens, ndlr) sommes soumis, la circulation dans des domaines d’intérêt communs», a indiqué M. Frattini, précisant que c’est sur des points tels que celui-ci que se base une vraie amitié. La vraie amitié passe également, pour lui, par une présence «durable» des entreprises économiques italiennes en Algérie. Le ministre italien des Affaires étrangères a, à l’occasion, plaidé pour la nécessité d’élargir la coopération bilatérale à d’autres domaines, hors secteur des hydrocarbures, comme  les énergies renouvelables, les travaux publics, les infrastructures et l’agriculture. Il a fait part, dans ce contexte, de la disponibilité de son pays à participer au développement de l’Algérie et à partager son savoir-faire et son expertise : «Nous avons beaucoup parlé de nos relations économiques (…). L’Italie souhaite que le sommet bilatéral, qui se tiendra ici à Alger en octobre ou novembre prochains, soit une opportunité historique pour élargir cette perspective. L’Italie est le 2e partenaire économique de l’Algérie. Nous voulons garder cette place et pourquoi pas faire mieux si cela est possible», a-t-il déclaré peu après avoir signé avec M. Medelci un accord de reconversion d’une partie de la dette algérienne vis-à-vis de l’Italie en 34 projets de développement, notamment dans le domaine de l’environnement, pour un montant de 10 millions  d’euros.  
L’Italie a, rappelle-t-on, déjà transformé en projets de développement divers un total de 84 millions d’euros de la dette algérienne éligible à ce genre de remboursement, et il reste désormais 49 millions d’euros à traiter prochainement selon la formule de la reconversion.
Par ailleurs, le chef de la diplomatie italienne a salué le «rôle-clé» et «proactif» de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme au Sahel «qui représente la plus grande menace pour la sécurité de la Méditerranée».
Menace qui, selon lui, s’est aggravée en raison de la crise libyenne. A ce sujet, il a révélé qu’il y a eu récemment un «transfert» d’armes, d’hommes et d’argent au profit des groupes extrémistes.
De son côté, Mourad Medelci a exprimé également le souhait de l’Algérie de renforcer sa coopération bilatérale avec l’Italie de sorte à la hisser au rang de partenariat stratégique. «Notre souci est de savoir comment faire en sorte que la coopération économique bilatérale algéro-italienne, qui est importante, puisse l’être encore davantage jusqu’à devenir stratégique», a souligné le chef de la diplomatie algérienne. M. Medelci, qui a relevé le caractère déjà stratégique de la coopération énergétique entre les deux pays, a souligné, lui aussi, la nécessité que cette caractéristique soit étendue à des domaines de coopération autres que le secteur hydrocarbures, comme ceux de la culture et de la coopération militaire et sécuritaire.
Le chef de la diplomatie italienne est, mentionne-t-on, arrivé hier à Alger pour une visite de travail d’une journée dans le cadre de la poursuite de la concertation politique prévue par le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération qui lie les deux pays.
Une grande partie des discussions entre les deux parties a été consacrée à la Libye. (El Watan-13.07.2011.)
  ***L’Algérie et l’Italie sont favorables à une «solution politique» à la crise libyenne

 Des accords historiques sont attendus

 Les ministres des Affaires étrangères, algérien et italien, ont animé une brève conférence de presse hier à Djenane El Mithak. Mourad Medelci a reconnu que les discussions avec son homologue italien, Franco Frattini, ont surtout porté sur la crise libyenne, un sujet qui semble prendre le dessus sur toutes les autres questions, y compris le chapitre des relations bilatérales.
L’Algérie ne changera pas de position. La guerre contre le peuple libyen n’aboutira à aucune solution. Les Italiens qui ont pris part aux opérations de l’Otan reviennent à de meilleurs sentiments. Désormais ils sont convaincus que la solution politique est la seule alternative urgente pour le règlement de la crise libyenne, a déclaré M. Frattini, ajoutant que l’Algérie aussi bien que l’Italie avaient un «intérêt direct» dans le retour de la paix et de la stabilité politique en Libye en tant que pays «voisins immédiats» donc «les plus proches» de la Libye.
Durant les discussions entre les deux diplomates, Medelci a insisté sur la feuille de route de l’Union africaine, arrêtée à Malabo. «J’ai eu l’occasion d’expliquer à M. Frattini que cette proposition africaine bénéficie d’éclairages extrêmement importants que l’Union européenne, la Ligue arabe et les Nations unies ont pu donner». L’Algérie souhaite que cette initiative soit adoptée comme une «démarche collective». Là aussi, les Italiens sont d’accord. Fratini s’est même engagé à la défendre ce vendredi à Istanbul lors de la prochaine réunion du groupe de contact sur la Libye. «Je crois qu’à Istanbul on pourra avancer sur cette perspective de solution politique à cette crise», a estimé M. Frattini. Sur ce rendez-vous d’Istanbul, il a précisé que l’Italie «est en train de travailler pour apporter une contribution italienne et proposer des suggestions pour une feuille de route qui puisse inclure le cessez-le-feu et le début du dialogue inter-libyens avec l’exclusion d’El-Gueddafi et de sa famille qui doivent quitter le pouvoir comme récemment affirmé par l’UA.» Une exclusion au sujet de laquelle l’Algérie n’a pas imposé un quelconque veto. A la question de savoir si l’Algérie était pour ou contre la participation du colonel Mouamar El Gueddafi au dialogue inter-libyens, M. Medelci a réaffirmé «l’adhésion de l’Algérie à la démarche de Malabo» qui a-t-il rappelé, «fait mention très clairement de l’engagement du colonel El Gueddafi à ne pas faire partie du dialogue inclusif libyen». Un autre point de divergence réglé. Mais la question qui taraude la communauté internationale a trait aux interlocuteurs libyens chapeautant le dialogue interne. Une inquiétude soulevée hier par Frattini.
Le chef de la diplomatie italienne a souligné, en outre, la nécessité de mettre en place un gouvernement libyen de transition et de sauvegarder l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye.
Frattini a affirmé que la crise libyenne aura des répercussions graves sur la sécurité dans la région. « On peut affirmer aujourd’hui qu’il y a eu transfert d’armes, d’hommes et d’argent», les groupes extrémistes se sont servis des armes, ces même armes sont gardées dans une région déjà bien sensible». (L’Expression-13.07.2011.)

************************

7 réponses à “*Algérie-Italie”

  1. 8 08 2011
    fieldrunners hd (06:32:59) :

    I agree with your *Algérie-Italie at ElAyam.5, superb post.

    Répondre

  2. 7 11 2011
    a691265 (17:21:50) :

    I’ve said that least 691265 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  3. 4 12 2012
    Additional Info (09:56:17) :

    This design is incredible! You certainly know how to keep a reader entertained. Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost…HaHa!) Excellent job. I really enjoyed what you had to say, and more than that, how you presented it. Too cool!

    Répondre

  4. 9 12 2012
    canada goose solaris parka (07:45:07) :

    canada goose sales canada goose repellent canada canada goose hybridge hoody is canada goose worth it canada goose parka review chilliwack parka canada goose canada goose vest pris
    canada goose solaris parka

    Répondre

  5. 12 12 2012
    cheap north face coats (05:55:13) :

    Hello I am so happy I found your website, I really found you by accident, while I was looking on Google for something else, Nonetheless I am here now and would just like to say kudos for a marvelous post and a all round enjoyable blog (I also love the theme/design), I don抰 have time to browse it all at the minute but I have bookmarked it and also added your RSS feeds, so when I have time I will be back to read much more, Please do keep up the awesome job.

    Répondre

  6. 12 12 2012
    north face osito jacket (05:55:41) :

    I was curious if you ever considered changing the structure of your website? Its very well written; I love what youve got to say. But maybe you could a little more in the way of content so people could connect with it better. Youve got an awful lot of text for only having 1 or two pictures. Maybe you could space it out better?

    Répondre

  7. 21 12 2012
    return man 2 (22:13:05) :

    How to contact you?
    return man 2

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café