*Algérie-Grande Bretagne

**Commerce, santé, éducation et télécoms

Les nouveaux secteurs cibles des Britaniques en Algérie

Le commerce des biens entre les deux pays a atteint 1 milliard de livres sterling en 2010.

La Grande-Bretagne semble vouloir diversifier davantage ses échanges avec l’Algérie. En dehors des hydrocarbures, secteur dans lequel il a réalisé de grands projets, le Royaume-Uni explore de nouvelles pistes à la recherche d’opportunités de coopération. Le commerce est classé première cible des Britanniques dans sa relation bilatérale avec l’Algérie. Cet intérêt pour ce secteur se veut en fait une réponse au message lancé par les hautes autorités algériennes en direction de la Grande-Bretagne leur demandant de développer davantage les relations commerciales entre les deux pays. Son Excellence, l’ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie, M. Martyn Roper, ainsi que la présidente du Conseil d’affaires algéro-britannique, Mme Olga Maitland, ont bien saisi le sens de ce message. Ces deux responsables avouent que toutes les conditions sont réunies pour que le volume des échanges entre les deux pays enregistre une hausse. L’ambassadeur appuie ses dires sur les statistiques des 5 dernières années qui, selon lui, ont connu une augmentation significative. “Les chiffres pour les deux premiers mois de l’année 2011 montrent que nous sommes sur la bonne voie”, pour concrétiser cette hausse, soulignera-t-il à ce propos, au cours d’une conférence qu’il a animée hier à la résidence de l’ambassade. Le commerce des biens entre les deux pays a atteint 1 milliard de livres sterling en 2010. Les exportations algériennes vers la Grande-Bretagne se sont élevées à 710 millions de livres en 2010, en hausse d’un tiers par rapport à 2009. De son côté, le Royaume-Uni a exporté vers notre pays pour 345 millions de livres en 2010. Outre BP, Shell, BG, entreprises spécialisées dans le pétrole et le gaz, les Britanniques sont également présents en Algérie dans d’autres secteurs. L’on peut citer l’éducation à travers la société Linguaphone, l’industrie pharmaceutique où le laboratoire GSK active depuis quelques années déjà. Dans la vente en détails, Unilever représente également le Royaume-Uni. HSBC et British Airways sont deux autres sociétés activant respectivement dans le secteur bancaire et le transport en Algérie. Par ailleurs, la présidente du conseil multiplie ses visites en Algérie et rencontre les différents responsables et ministres suivant un planning par département. Elle a accompagné une société, Colbot Système, spécialisée dans les TIC pour rencontrer le ministre des Postes et des Technologies de la communication et de l’information. Dans une quinzaine de jours, soit le 15 mai, elle effectuera la même visite, et présentera Travlex, qui développe des services dans le secteur financier. Une réunion avec les responsables de la Banque d’Algérie est prévue dans ce sens. à partir du 15 juillet prochain, Mme Olga Maitland reviendra à la tête d’une délégation composée d’hommes d’affaires pour explorer toutes les opportunités de partenariat et d’investissement dans notre pays. Avant cette date, plus précisément le 21 juin prochain, une présentation générale et détaillée du marché algérien sera organisée par le conseil au Sénat britannique au profit des hommes d’affaires et les politiques. Commentant les efforts qu’elle fournit pour renforcer les relations commerciales et la coopération bilatérale entre les deux pays notamment dans le domaine économique, Mme Olga Maitland n’hésite pas à soulever quelques contraintes d’ordre bureaucratique. “Même si c’est encore difficile, je demeure patiente et persévérante”, lancera avec dynamisme et une ferme volonté la présidente du conseil. Interrogé sur les difficultés que rencontrent les investisseurs algériens pour obtenir le visa, l’ambassadeur indiquera que le délai ne dépasse pas les 15 jours. Mieux, la réponse peut être notifiée au bout de trois, quatre ou cinq jours, pour peu que la demande soit déposée à temps, ajoutera-t-il. (Liberté-04.05.2011.)

** British Airways…le plan de renouveau de la compagnie aérienne britannique, vise la destination-Algérie.

British Airways consent une manne de 5,5 milliards d´euros pour de nouveaux investissements, inscrits au titre du nouveau business plan de la compagnie aérienne britannique. Une bonne partie de ce plan de renouveau servira la «destination Algérie» notamment, sous forme de renforcement de la flotte et d´amélioration des prestations en direction des clients algériens. Aussi, BA compte-t-elle incessamment, acquérir 19 A380 et 22 B 787 Dreamliners qui vont par ailleurs, couvrir de nouvelles destinations. En effet, et à la faveur d´une conférence de presse qu´il a animée, hier, M David Fordham, commercial Manager pour la région Maghreb, a rappelé tout l´intérêt que porte BA à la satisfaction des clients algériens, dans un marché très porteur qu´est celui de l´Algérie. «Nous avons de futurs projets très excitants pour l´Algérie. BA offrira la fonctionnalité du billet électronique pour tous ses distributeurs privilégiés. Cela permettra aux agences de voyages partenaires d´acheter des billets beaucoup plus facilement qu´auparavant et ainsi améliorer notre distribution en Algérie. En outre, nous nous apprêtons à lancer notre programme de fidélité aux entreprises ON Business, qui a toujours eu un grand succès auprès de notre clientèle. Les titulaires désignés par ces entreprises adhérentes bénéficient désormais des avantages aussi bien à titre personnel que pour les compagnies elles-mêmes», a expliqué l´orateur. Ce dernier a également fait part de la nouvelle politique tarifaire concernant le poids des bagages autorisé, tolérant donc un bagage en classe économique allant jusqu´à 23 kg, et deux bagages en classe affaires allant jusqu´à 32 kg (soit 64 kg au total). Tout excédent de bagage est dorénavant facturé à 35£ (4100 DZD) pour la totalité des bagages supplémentaires, alors qu´auparavant il était à hauteur de 40 £ (4690 DZD) pour le premier bagage et 90 £ (10.350 DZD) pour les bagages supplémentaires. Ces ajustements interviennent suite aux nombreux sondages réalisés tout au long de l´année par BA qui ont pour objectif de sonder les attentes des passagers de la BA. «Les clients ont toujours eu une place centrale dans notre activité et cette approche a constitué notre credo, même au plus fort de la crise économique mondiale. Nous avons toujours continué à investir pour notre clientèle!», a encore soutenu M. Frodham. Au fil de son intervention, ce responsable en charge de la zone Maghreb depuis avril 2008, n´a pas manqué d´annoncer d´autres nouveautés telles que la Classe World Traveller, une classe économique long courrier, ainsi que la World Traveller Plus, une classe économique premium, qui sont en cours de redesign. Les améliorations apportées à toutes ces catégories incluront de nouveaux systèmes de divertissement, a-t-il relevé. La British Airways a commencé à desservir Alger depuis le 5 janvier 2004, avec trois vols par semaine depuis Londres Gatwick. Elle a été la première à introduire le ticket électronique en Algérie. BA a également été la première compagnie aérienne à proposer le check in par Internet dans notre pays. BA est enfin parvenue à assurer des dessertes quotidiennes en direction de London Heathrow. En guise de reconnaissance au marché algérien, BA envisage de mettre sur pied le système BSP, c´est-à-dire un produit inédit et qui requiert un investissement lourd. Il permet aux agences de voyages d´accéder directement à la billetterie BA. (L’Expression-16.06.2011.)  
 

*Des hommes d’affaires britanniques à Alger

Développer les échanges hors hydrocarbures

 Une importante mission commerciale britannique est attendue en Algérie dès aujourd’hui pour une visite effectuée par 35 hommes d’affaires britanniques et des  représentants de grands groupes industriels.

La mission a pour objectif d’étudier le marché algérien à travers des rencontres avec des représentants d’entreprises nationales de tous les secteurs. Parmi les firmes qui effectuent le déplacement d’Alger, il y a notamment Rolls Royce, spécialisé en générateurs d’énergie, Massey Fergusson en machines et outillage agricoles, ou Asta Zenica en produits pharmaceutiques. «Le marché algérien présente les caractéristiques d’un marché  nouveau, parfois vierge dans certains secteurs, où les possibilités de progresser sont réellement énormes, pour ceux qui savent investir», a indiqué à l’APS, Robert Carr, directeur de la firme internationale Tudor, présente en Algérie depuis 2008. A propos de la sécurité en Algérie, cet investisseur a affirmé que «ce n’est pas plus dangereux que dans d’autres pays». Parlant de la législation, M. Carr a estimé qu’«il n’y a pas eu de contraintes majeures dans la procédure d’installation qui s’est déroulée normalement».

«Les hommes d’affaires britanniques ont compris l’importance du marché algérien et veulent aller au-delà de l’acte de vendre leurs produits, en s’impliquant davantage dans les projets algériens liés au  développement», a déclaré pour sa part, le directeur de la Middle East Association, M. Hollice, à la veille du déplacement de cette mission en Algérie, rapporte l’APS. La Grande-Bretagne est un important investisseur en Algérie avec un montant de 1,4 milliard de livres sterling. Le partenariat entre les deux pays a encore un potentiel d’évolution qualitatif et il s’agira de mettre en place les mécanismes, à l’occasion des prochaines rencontres bilatérales, estiment-on dans les milieux d’affaires britanniques cités par l’APS. Il y a de nombreuses possibilités pour les compagnies britanniques en Algérie dans les secteurs hors hydrocarbures comme les infrastructures de base, la construction, l’environnement, l’eau, les ports et le rail.  

L’ingénierie, l’enseignement, la défense et la sécurité, les finances, sont également autant de secteurs qui contribueront, dans une large mesure, à développer les relations économiques et commerciales et un partenariat «gagnant-gagnant» entre les deux pays, ajoute-t-on. Les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Grande-Bretagne avaient  atteint en 2009, selon les chiffres des Douanes algériennes, près de 2 milliards de dollars, dont 1,18 milliard de dollars d’exportations algériennes et 720 millions de dollars d’importations. En 2009, la Grande-Bretagne a été classée 10e client de l’Algérie et son 14e fournisseur.(El Watan-23.01.2011.)

*******************

4 réponses à “*Algérie-Grande Bretagne”

  1. 7 08 2011
    fieldrunners hd (14:18:17) :

    I agree with your *Algérie-Grande Bretagne at ElAyam.5, superb post.

    Répondre

  2. 8 08 2011
    6pm coupon code (03:08:08) :

    Thanks a lot for sharing this with all people you really understand what you are talking about! Bookmarked. Please additionally seek advice from my web site =). We could have a link alternate arrangement between us!

    Répondre

  3. 21 12 2012
    bloons tower defense 5 (21:54:04) :

    How to contact you?
    bloons tower defense 5

    Répondre

  4. 17 12 2015
    sdorttuii plmnr (20:14:51) :

    Howdy, i read your blog occasionally and i own a similar one and i was just curious if you get a lot of spam comments? If so how do you stop it, any plugin or anything you can advise? I get so much lately it’s driving me mad so any assistance is very much appreciated.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café