20.Tourisme

**des journalistes algériens en ballade à l’ouest du pays

A l’occasion de la célébration de le Journée nationale du tourisme, l’Office national du tourisme (ONT) et la tutelle, ont organisé deux «éductours» (tous éducatifs) en faveur des journalistes de la presse nationale. Ces deux caravanes de journalistes qui ont pris deux directions opposées, Ouest et Est, ont été l’opportunité pour la presse et les médias de découvrir la beauté de l’Algérie…Ils ont été convié à cette «aventure»  avec départ à partir de la Perle du Maghreb, Tlemcen, ensuite Aïn Témouchent et Oran…Si l’Agèrie est le Pays du million et demi de martyrs, elle est aussi celui du million et demi de merveilles.
*Les dommages collatéraux des révolutions arabes ont fait que les touristes désertent ces pays. Ce qui représente une occasion en or pour le pays de promouvoir la destination Algérie. A l’occasion de la 1ère célébration de cette journée, l’Office national du tourisme (ONT) et la tutelle, ont organisé deux «éductours» (tous éducatifs) en faveur des journalistes de la presse nationale. Ces deux caravanes de journalistes qui ont pris deux directions opposées, Ouest et Est, ont été l’opportunité pour la presse et les médias de découvrir la beauté de l’Algérie…Mais surtout d’établir les états généraux du secteur et cela afin d’amorcer la véritable relance de la «destination Algérie». Nous avions été été conviés à cette «aventure» avec comme destination, l’ouest du pays avec départ à partir de la Perle du Maghreb, Tlemcen, ensuite Aïn Témouchent et Oran.Tlemcen, El Ghalia
La première étape de «l’eductour», a été un véritable bouillon de culture et d’histoire. Tlemcen, la capitale des Zianides, et capitale de la culture islamique 2011, recèle un patrimoine naturel et historique des plus excitants. Les grottes de Beni Aad, sont l’exemple le plus concret des merveilles naturelles dont dispose la wilaya. Les journalistes émerveillés par la beauté des motifs formés par les stalactites et stalagmites, ne se sont pas fait prier pour immortaliser ces moments qui les marqueront à jamais. Emerveillés comme des enfants, ils se sont aisément prêtés au jeu de l’imagination de ce que le rassemblement de ces stalactites et stalagmites peuvent représenter. Un visage, un corps, un animal, les propositions fusaient de part et d’autre, il y en a même qui ont cru voir le visage de leur directeur…Ce qui eut le don de détendre l’atmosphère et créer une ambiance unique dans son genre. La beauté des grottes de Beni Aad est telle, qu’elle sont classées 2e au monde après celles du Mexique. Il est prévu qu’elles soient protégées en étant classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Le plateau de Lalla Setti, est également un autre endroit qui a laissé sans voix les présents. Un site féerique! Des réalisations magnifiques! Le plateau de Lalla Setti est l’endroit de promenade par excellence pour les familles tlemcéniennes. L’éclat des lieux n’a d’égal que le sentiment de sécurité qu’éprouve le visiteur! En plus d’être «gâtée par la nature», Tlemcen est une ville qui remonte aux racines mêmes de l’histoire de l’Algérie. Accompagnés par des guides qui maîtrisent admirablement bien leur sujet, les journalistes ont également voyagé dans le temps avec toutes les histoires et les secrets de la ville qui garde un aspect architectural sont marqués du label des Zianides, des Mourafidounes (Almoravides) et des Idrissides. Le palais d’El Mechouar est un grand monument incontournable, celui qui n’a pas vu le Méchouar, n’a rien vu de Tlemcen. Le Méchouar, signifie littéralement «le lieu de Mouchawara» – soit le «Conseil consultatif» – est une merveille architecturale qui a été récemment restaurée. Son architecture à elle seule témoigne du passé historique de la ville.
Sidi Boumediene n’a rien à envier à Sidi Bou Saïd…
L’autre monument historique, que les journalistes ont eu l’opportunité d’admirer et sans nul doute l’endroit le plus connu de Tlemcen, n’est autre que le mausolée de Sidi Boumediene. Depuis huit cents ans, ce tombeau est vénéré par les musulmans de toute l’Afrique du Nord. Les ruelles de Sidi Boumediene, ressemblent étrangement à celles de Sidi Bou Saïd (la ville touristique tunisienne) avec ses belles maisons mauresques blanches. Sauf que les Tunisiens, contrairement aux Algériens, ont su utiliser leur «Sidi» pour attirer les touristes du monde entier… Surplombant la ville de Tlemcen, Sidi Boumediene comporte de grands monuments entre autres la kouba de Sidi Boumediene, sa mosquée, sa médrasa, ainsi que sa médina. La qouba de Sidi Boumediene abrite le saint patron de Tlemcen qui fut un grand savant au XIIe siècle. Son mausolée reste l’un des monuments les plus visités de Tlemcen. La mosquée et la médrassa de Sidi Boumediene sont de purs joyaux inspirés du style andalou de Grenade. Le minaret est orné de briques et de céramiques polychromes. Seule fausse note dans la ville des Zianides, est le manque d’infrastructure hôtelière puisque la wilaya ne compte que 840 lits dans des hôtels classés. Cependant, ce chiffre qui a été quadruplé en un an (il n’y avait que 200 lits l’année dernière), ne prend pas en compte les 2522 lits d’hôtels non classés. De ce fait, des efforts sont consentis par les responsables locaux pour augmenter cette capacité avec 18 projets d’hôtels d’une capacité de 1775 lits actuellement en cours de réalisation. Parmi eux, l’hôtel Renaissance Tlemcen du groupe français Marriott. «Renaissance» semble sonner la renaissance de l’hôtellerie algérienne. Ce splendide 5 étoiles qui est un mélange entre le style local et la griffe Marriott, est d’après son directeur, André Saadé, le seul hôtel arabo-mauresque en Algérie ou à l’étranger. De la déco au plafond, chaque pièce diffère de l’autre. Le «Renaissance» qui devrait ouvrir au courant du mois de juillet, affiche des prix des chambres aux alentours de 12.000 DA, ce qui est très raisonnable pour ce genre d’établissement de luxe. Le Renaissance-Marriott qui ne compte dans son effectif que quatre étrangers ne peut faire que du bien pour le tourisme de la région, comme booster son économie.
Aïn Témouchent, ville aux plages enchanteresses
La deuxième étape de la tournée s’est poursuivie au Royaume de Syphax, Aïn Témouchent. Les journalistes ont eu droit une peu commode, mais très originale balade en chalutier. Ils ont ainsi pu contempler au large, la splendeur des côtes témouchentoises. Et par la même, admirer l’île de Rachgoun et ses vestiges. Dans cette ville tout aussi historique que Tlemcen, ce qui marque le plus, est la beauté des plages. Madrid, Beni Saf, Bouzedjer, Sassel…sont en effet des criques féeriques, avec une mer azurée, du sable fin allié à de vastes plaines verdoyantes. Ce qui fait que Aïn Témouchent a tout pour inspirer les poètes et faire rêver ses visiteurs… Malheureusement, elle n’est pas la destination touristique par excellence que laisse imaginer sa côte. Pour quelle raison? Mohamed, un commerçant de Aïn Témouchent croit avoir la réponse: «Manque d’infrastructure, prix excessifs», résume-t-il. C’est donc le même constat qu’à Tlemcen: magnifique panorama, sublime paysage, multitude de sites historiques qui font rêver. Mais parallèlement pas d’infrastructures qui ordonnent, la formule tant convoitée, qualité-prix. Qu’en est-il de la 3e ville au programme, à savoir Oran?

Wahran El Bahia
A Oran, la ville qui ne dort pas, tout est parfait. Wahran est vraiment «Bahia» (belle) de jour comme de nuit. En plus, les hôtels sont nombreux. Il y en a pour tous les goûts, toutes le bourses. Même un centre de thalassothérapie a été inauguré samedi par le ministre du Tourisme, Smaïl Mimoune. Un centre qui, faut-il le signaler, est le deuxième dans le pays après celui de Sidi Fredj. Parce qu’il faut comprendre que les centres qui ont abondé à travers le pays activent dans la balnéothérapie (eau douce) et non dans la thalasso (eau de mer). Il y a également le mythique complexe des Andalouses qui a été récemment rénové. Ce qui fait de lui un établissement qui répond tout à fait aux normes internationales. Les chambres ne sont pas luxueuses, mais restent plus que correctes. Toutefois, il manque quelques petits détails comme l’absence de climatisation dans les chambres. Mais les investisseurs du groupe Mehri, sont en train de donner une autre dimension aux infrastructures hôtelières de la ville, ce qui est en mesure de créer une certaine concurrence à même de booster le marché tout en contribuant à améliorer la qualité des prestations et services et en baisant les prix. L’hôtel Ibis d’Oran, qui a été inauguré par le ministre lors de la Journée nationale du tourisme, est un exemple parfait des investissements réalisés par le groupe Mehri. Mais, quand on visite l’hôtel Royal, du même groupe, l’Ibis qui nous avait impressionné un peu plus tôt, perd quelque peu de son aura. Car, sans avoir peur du ridicule, on peut avancer que le Royal est bien le plus bel hôtel du pays. Avec un service impeccable, des couloirs aménagés en galerie d’art avec les tableaux originaux des plus grands artistes peintres du pays, les moin-dres détails sont étudiés, les produits cosmétiques offerts par l’hôtel sont griffés Hermès. Rien que cela! Le Royal Hôtel peut être considéré comme un mini Ritz, ce qui nous redonne foi quant au développement du tourisme algérien. Les journalistes ont également été confondus par le panorama que propose la fameuse colline de Santa Cruz surplombant la ville d’Oran. Cet «éductour» qui a été admirablement encadré par l’ONT, a permis à beaucoup de découvrir la beauté sauvage de leur pays. Mais comme l’a expliqué M.Mimoune, cette beauté reste sauvage. «L’Algérie a des potentialités brutes qu’il faut développer et accompagner d’infrastructures.» 2011, serait-ce l’année de la relance touristique en Algérie? En tout cas cet «eductour» nous laisse très confiants et comme diraient les Tunisiens «Salmouna Aala Dzair». (L’Expression-29.06.2011.)

***Le camping le Grand Bleu de Chenoua Plage change de visage

 Projet de village touristique à Tipasa

 tipaza3.jpg

 Le camping le Grand Bleu de Chenoua Plage, à l’ouest de Tipasa, qui existe depuis 1996, va bientôt changer de visage. «Je suis très proche de mes clients. à travers leurs remarques, j’ai eu l’idée de proposer un projet d’investissement. Il y aura une transformation sur la même assiette foncière. Au lieu d’un camping, il y aura un village touristique», nous explique Mohamed Barki, directeur général du Grand Bleu.Le futur village sera composé d’un hôtel de 280 lits, de 120 apparts-hôtel (entre F3 et F1), de 6 résidences touristiques, d’un théâtre de plein air, de restaurants, de cafétérias, d’une terrasse jardin pour le thé, de terrains combinés de sports, un quai sur pilotis (pour les bateaux de plaisance et les jet-skis) et 4 piscines. «Après une expérience importante sur le terrain, nous nous sommes rendus compte qu’il fallait créer une piscine spéciale pour femmes en plus des piscines mixtes et celle destinée aux enfants. Il y a des clients qui veulent l’intimité. Le tourisme, c’est quoi ? C’est mettre à l’aise les gens. Il faut diversifier le produit comme cela existe au Maroc et en Tunisie, d’où notre choix de construire plusieurs piscines par respect aux clients. C’est un projet destiné aux familles. Nous n’allons pas servir de boissons alcoolisées», explique le promoteur du projet. Le futur hôtel devrait être classé 4 étoiles en raison de l’absence des boissons alcoolisées. «Peu importe pour nous les étoiles, l’essentiel est que le client soit satisfait. Les prix seront adaptés au produit. Cela dit, nous ne serons pas extrémistes dans nos tarifs. C’est la particularité du Grand Bleu», dit-il.Le village touristique sera également doté de plusieurs salles de conférences pour les séminaires et les programmes de formation. Des salles modulables pour une utilisation optimale. Selon Mohamed Barki, le futur village sera ouvert à longueur d’année. Pas uniquement en saison estivale.

Ambition affichée

«Nous serons ouverts pour les organisateurs de formations, pour les sportifs et pour la remise en forme. Nous aurons un centre de remise en forme par l’eau de mer. Ce n’est pas de la thalassothérapie, car cela nécessite beaucoup de moyens. Créer un centre de thalasso sera compliqué et, en plus, ne sera pas compétitif par rapport à celui de Sidi Fredj. Ce centre appartient à l’Etat et les prix sont fixes», souligne-t-il précisant que les clients peuvent se déplacer pour y passer un week-end. Le projet Grand Bleu est étudié, selon lui, par rapport à la demande locale. «Les clients étrangers sont bien entendu les bienvenus. Mais, pour être raisonnable, c’est d’abord destiné aux touristes nationaux. Il y a deux millions d’Algériens qui partent passer des vacances à l’étranger chaque année. Pourquoi ne pas convaincre une partie d’entre eux de venir ici en lui proposant un bon produit ?» estime-t-il.

Cette stratégie peut, d’après lui, persuader des étrangers à venir passer des vacances en Algérie. «L’étranger viendra lorsqu’il verra que l’Algérien est satisfait par les services proposés localement. Il ne viendra pas tant qu’il verra que l’Algérien passe hors frontières pour les vacances. C’est une question de logique (…) Actuellement, les Turcs étudient la demande du client algérien pour mieux l’attirer chez eux alors que la Turquie ne manque pas de touristes», insiste-t-il. A ses yeux, la promotion dans les salons internationaux de tourisme ne suffit pas. La priorité doit d’abord être donnée aux produits proposés.

«L’Etat a donné tous les encouragements mais il est important de trouver une solution au problème lié au coût élevé de la valeur vénale par mètre carré. Cela paraît comme un blocage à l’encouragement du tourisme en Algérie et à ceux qui veulent lancer des investissements. Il y a des abattements qui ont été introduits dans la loi de finances complémentaire 2011», relève-t-il. Ces abattements sont fixés à trois ans pour la phase réalisation et trois pour la phase exploitation.«C’est insuffisant. L’assiette qui a été attribuée au Grand Bleu est d’une valeur de 100 milliards de centimes. Je dois payer chaque année 4,1 milliards de centimes. Je paye toute la somme en 25 ans. En tant que locataire, cela me coûte plus qu’en tant que propriétaire. La concession est de 99 ans. En plus, chaque onze ans, les prix sont révisés. Normalement, cette révision doit être soit à la baisse, soit à la hausse. En Algérie, la révision des prix est toujours à la hausse», analyse Mohamed Barki.

Surmonter les blocages

Selon lui, l’investissement touristique ne peut pas être assimilé à la promotion immobilière. La valeur vénale est estimée à 30 000 DA pour le mètre carré. «La somme locative du terrain est un véritable fardeau surtout que pour rentabiliser un projet touristique, il faut au minimum quinze à vingt ans. A mon avis, cette valeur ne doit pas dépasser les 10 000 DA pour être supportable», relève-t-il. Mohamed Barki confie qu’il se lance dans l’aventure malgré les difficultés. «Il faut aussi être professionnel et ne pas penser uniquement qu’à l’argent», note-t-il. Le projet sera financé par un crédit bancaire. Il faut donc rentabiliser le projet pour pouvoir rembourser le crédit. «Je veux prouver à travers ce projet que les Algériens professionnels peuvent faire beaucoup de choses puis que le financement, le bureau d’études et l’investisseur sont des Algériens», lance le promoteur.

Mohamed Barki a déjà reçu l’acte de concession et le permis de construire. «Le  wali de Tipasa est convaincu par ce projet, l’administration a suivi. Nous sommes en contact avec la banque. Reste le choix de l’entreprise. Si tout va bien, le chantier sera lancé dès le début 2012. Le délai d’exécution va de  trois à quatre ans. Cette durée est expliquée par le fait de l’existence d’un camping. Nous ne voulons pas perturber le fonctionnement de ce camping. La réalisation du projet sera graduelle, une opération tiroir. L’activité du village va de 0 et tend vers 100 alors que celle du camping va passer doucement de 100 à 0», précise-t-il. Les clients habituels du camping Grand Bleu ont émis des craintes mais ont été assurés par Mohamed Barki de la poursuite des activités même la saison prochaine qui sera également courte en raison du mois du Ramadhan. «Libre à ceux qui veulent passer le Ramadhan de la faire ici», a-t-il dit lors d’une rencontre avec les estivants fin juillet 2011. (El Watan-16.08.2011.)

**********************

7 réponses à “20.Tourisme”

  1. 14 07 2011
    iPhone 5 (07:12:44) :

    You made several nice points there. I did a search on the theme and found the majority of folks will agree with your blog.

    Répondre

  2. 7 08 2011
    fieldrunners hd (22:09:21) :

    I agree with your 20.Tourisme at ElAyam.5, superb post.

    Répondre

  3. 7 11 2011
    a1492480 (17:37:01) :

    I’ve said that least 1492480 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  4. 31 08 2012
    jordans for girl (15:14:26) :

    Thanks for expressing your ideas here. The other element is that if a problem develops with a personal computer motherboard, individuals should not go ahead and take risk involving repairing that themselves because if it is not done properly it can lead to permanent damage to all the laptop. It is almost always safe to approach your dealer of your laptop for your repair of motherboard. They will have technicians who’ve an knowledge in dealing with laptop motherboard troubles and can carry out the right analysis and conduct repairs.

    Répondre

  5. 21 12 2012
    return man 2 (20:56:29) :

    Hi, do you have a facebook ID?
    return man 2

    Répondre

  6. 4 01 2013
    Exactly what (09:48:17) :

    That is some inspirational stuff. Never knew that opinions could be this varied.

    Répondre

  7. 2 03 2014
    poster (14:03:51) :

    Merci pour cette article, vous rédigez vraiment bien ;)

    Répondre

Répondre à iPhone 5 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café