Vladimir Poutine de plus en plus populaire

31 12 2015

*******************

**infos par-ci, par-là

**********************************

*Le prix du pétrole entraine dans sa chute  Wall Street 

La chute de Wall Street s’accélérait à la mi-journée de vendredi, prise dans la même spirale baissière que les Bourses européennes, les investisseurs continuant à s’effrayer de la chute des prix du pétrole et du ralentissement chinois: le Dow Jones perdait 3,22% et le Nasdaq 4,19%.

Vladimir Poutine de plus en plus populaire dans actualité media_xll_8321116

Vers 17h40 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average dégringolait de 528,14 points à 15.850,91 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 193,51 points à 4.421,50 points. 

Très surveillé par les investisseurs, l’indice élargi S&P 500 lâchait 66,50 points, soit 3,46%, à 1.855,34 points. Le Nasdaq et le S&P 500 enfonçaient ainsi les planchers atteints le 24 août, au creux de la dernière correction du marché. 

« Les actions restent en état de siège », résumaient les analystes de Charles Schwab, notant qu’elles chutaient « avec les inquiétudes pour la croissance mondiale renforcées par la Chine et une pléiade d’indicateurs américains décevants », sans oublier le marasme du marché pétrolier, étroitement corrélé aux marchés des actions depuis plusieurs semaines. 

Les cours du pétrole accéléraient parallèlement leur recul, perdant 2 dollars à 29,20 dollars pour le baril de WTI pour livraison en février coté à New York, et 1,89 dollar à 28,99 dollars pour le baril de Brent pour livraison en mars coté à Londres.*vendredi 05/01/2016 -Source: AFP

**********************************

**jeudi 14 janvier 2016

*Plusieurs explosions au centre de Jakarta en Indonésie

media_xll_8316007 explosion dans société

Au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont péri jeudi dans des attaques qui ont semé le chaos à Jakarta, faisant craindre que le groupe Etat islamique n’ait fait des émules dans l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Au moins deux kamikazes se sont vraisemblablement fait exploser dans un quartier du centre de la capitale qui abrite les bureaux de plusieurs agences de l’ONU et des ambassades, notamment celle de France, d’où des explosions ont été entendues.L’identité des assaillants -qui ont notamment pris pour cible un café Starbucks- demeurait inconnue, mais le président Joko Widodo a d’emblée dénoncé des actes « terroristes » et la police a annoncé qu’un groupe lié à l’EI était soupçonné d’avoir perpétré les attaques.Les autorités avaient annoncé il y a quelques semaines avoir déjoué un attentat suicide projeté par des extrémistes présumés pour certains liés à l’EI.

« Cinq terroristes sont morts », a annoncé aux journalistes en fin d’après-midi le ministre indonésien de la Sécurité Luhut Panjaitan, ajoutant qu’un Indonésien et un Néerlandais avaient été tués.

L’ambassade des Pays-Bas n’a pas confirmé cette information, indiquant qu’un de ses ressortissants avait été blessé et hospitalisé.

Alors que pendant plusieurs heures, elle avait mis en garde contre le risque de tireurs embusqués, la police a finalement affirmé en fin d’après-midi que tous les assaillants étaient neutralisés. « La situation est sous contrôle », a déclaré Muhammad Iqbal, porte-parole de la police de Jakarta.media_xll_8316504 IstanbulCe dernier a également affirmé que cinq policiers, un civil étranger et quatre civils indonésiens avaient été blessés.

Le déroulé précis de ces attaques demeurait, à l’instar de son bilan, également incertain.

Selon plusieurs témoins, les premières déflagrations ont retenti peu après 10H30 (03H30 GMT). Certains ont fait état d’au moins six explosions, non loin du Sarinah, un centre commercial.

« J’ai entendu une forte explosion, comme un tremblement de terre », a raconté à l’AFP Ruli Koestaman, un homme de 32 ans qui assistait alors à une réunion. « Nous sommes tous descendus. » 

« On a vu que le Starbucks à côté était également détruit. J’ai vu un étranger, un Occidental, avec la main mutilée mais en vie. »

Un attentat prévu au Nouvel An déjoué, cinq suspects arrêtés

Fermeture des Starbucks
Dans un communiqué depuis son siège américain de Seattle, le géant du café Starbucks a annoncé la fermeture, « jusqu’à nouvel ordre », de toutes ses enseignes à Jakarta, par mesure de précaution.

« Tout le monde s’est rassemblé et un terroriste est arrivé et a commencé à nous tirer dessus et à tirer sur le Starbucks », a poursuivi le témoin, en précisant que l’homme avait également ouvert le feu sur un journaliste.

Des photographies montrent notamment les corps ensanglantés de deux personnes -vraisemblablement des civils- sur le bord d’une avenue à proximité d’une guérite de la police totalement dévastée.

La police a initialement fait état de bombes, avant de se montrer plus prudente.

« Ce n’était pas un attentat suicide mais plutôt, selon les témoins, un engin qui a été jeté, une bombe ou une grenade », a déclaré à la chaîne Metro TV un porte-parole de la police nationale Anton Charliyan au sujet de l’explosion ayant touché cette guérite.

Attentat déjoué
La police indonésienne était en alerte maximale pendant les fêtes de fin d’année, après avoir déjoué un attentat suicide projeté à Jakarta pour le Nouvel An.En décembre, la police avait arrêté cinq personnes soupçonnées d’appartenir à un réseau proche de l’EI et quatre autres en rapport avec le groupe extrémiste Jemaah Islamiyah, responsable d’attentats de grande ampleur en Indonésie. Les forces de l’ordre avaient saisi du matériel servant à la fabrication d’explosifs. Les extrémistes islamistes avaient également d’autres cibles dont des stations de police, des centres commerciaux, des groupes chiites minoritaires et des membres de l’unité d’élite de la police antiterroriste. 

Selon la police, l’EI avait lancé un avertissement énigmatique avant les attaques de jeudi. « L’avertissement disait qu’il y aurait un concert en Indonésie et que ce serait dans les informations internationales », a déclaré un porte-parole de la police, Anton Charliyan.

L’Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, avait été précipitée dans sa propre « guerre contre le terrorisme » par les attentats de Bali en 2002 (202 morts). Mais l’archipel n’avait pas connu d’attentats majeurs depuis ceux qui ont fait neuf morts en juillet 2009 dans des hôtels de luxe à Jakarta.

« Nous savons que l’Etat islamique souhaite proclamer une province dans la région », a déclaré à l’AFP Kumar Ramakrishna, analyste à l’Ecole S. Rajaratnam des études internationales de Singapour.

A en croire le cabinet de consultants Soufan Group spécialisé dans le renseignement, entre 500 et 700 Indonésiens qui ont rejoint les rangs de l’Etat islamique sont depuis rentrés dans l’archipel.*jeudi 14 janvier 2016 /  Source: AFP

L'avertissement énigmatique de l'EI avant les attaques de Jakarta

"Je pensais arriver dans une ville plus sûre que Bruxelles"

**************************

**jeudi 14 janvier 2016

**Nouvel attentat en Turquie

Six personnes ont été tuées et 39 blessées jeudi dans le sud-est de la Turquie dans un attentat à la voiture piégée attribué aux rebelles kurdes, deux jours après l’attaque imputée au groupe pseudo-Etat islamique (EI) qui a tué 10 touristes allemands à Istanbul.

media_xll_8316046 Poutine

Selon les premiers éléments livrés par les autorités locales, la déflagration a visé dans la nuit de mercredi à jeudi le commissariat central de Cinar, située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Diyarbakir, la grande ville du sud-est à majorité kurde du pays. Deux personnes ont été tuées dans l’explosion de la voiture piégée et quatre autres, dont un bébé, ont péri dans l’effondrement d’un bâtiment situé juste derrière, où vivent les policiers et leurs familles, a rapporté le bureau gouverneur dans un communiqué.

Les morts sont tous des civils, a précisé le gouvernorat, qui a ajouté que des policiers se trouvaient également parmi les blessés. Selon un journaliste de l’AFP sur place, la résidence occupée par les policiers et leur famille s’est effondrée sous la violence de l’explosion, le commissariat et de nombreux bâtiments environnants ont également subi de gros dégâts. Après l’explosion du véhicule piégé, des individus, présentés comme des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont poursuivi leur assaut dans la nuit à l’aide de lance-roquettes, déclenchant une riposte des forces de sécurité.

« On allait se mettre au lit lorsqu’on a entendu un énorme explosion. J’ai cru que c’était une bombe atomique », a raconté à l’AFP Sitki Dinç, voisin du commissariat. « Le souffle m’a fait tomber par terre. Après j’ai entendu des coups de feu, alors j’ai pris mes enfants et on s’est réfugié en bas (à la cave) », a-t-il poursuivi. « Nous y sommes restés jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bruit ». La police quadrillait jeudi matin Cinar à la recherche des auteurs de l’attaque. Après plus de deux ans de cessez-le-feu, des combats meurtriers ont repris l’été dernier entre les forces de l’ordre et le PKK. 

Ces affrontements ont fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés en 2012 pour tenter de mettre un terme à une rébellion qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. 

Morts civils
Epaulée de chars et d’hélicoptères, Ankara a lancé mi-décembre une vaste offensive pour déloger des jeunes partisans des rebelles qui ont érigé des barricades dans les villes sous couvre-feu de Silopi et Cizre, ainsi que dans le district historique de Sur à Diyarbakir. Au moins 200 policiers et soldats ont été tués ainsi que plus de 3.000 « terroristes », avait affirmé fin décembre le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. De nombreux civils ont également fait les frais de ces combats, qui ont plongé la région en état de guerre. Selon L’Association des droits de l’Homme (IHD) turque, un total de 170 civils ont été tués depuis la reprise du conflit l’été dernier.

M. Erdogan, dont le parti a remporté haut-la-main les législatives de novembre, a promis « d’éradiquer » le PKK et a multiplié les déclarations incendiaires contre le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), accusé d’être « complice » des rebelles. L’attentat à la bombe de Cinar intervient alors que la Turquie a été visée mardi par un attentat suicide attribué aux jihadistes du groupe Etat islamique qui s’en est pris, pour la première fois, à des touristes étrangers à Istanbul. 

Dix touristes allemands ont été tués et 17 autres personnes blessées alors qu’elles visitaient le district de Sultanahmet, tout près de la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, deux des monuments les plus visités de la plus grande ville du pays. Cinq suspects ont été placées en garde à vue, a annoncé le Premier ministre Ahmet Davutoglu mercredi. Cette attaque a été perpétrée, selon les autorités turques, par un homme âgé de 28 ans entré quelques jours plus tôt sur le territoire turc en provenance de Syrie comme un « simple migrant », a-t-il ajouté. 

Longtemps soupçonné de complaisance envers les rebelles radicaux syriens, Ankara a rejoint l’été dernier la coalition internationale antijihadiste. Depuis l’attentat qui a fait 103 tués le 10 octobre devant la gare d’Ankara, attribué à l’EI, la police turque a multiplié les coups de filets dans les milieux jihadistes. * jeudi 14 janvier 2016 /  Source: Belga

***

**mardi 12 janvier 2016

 forte explosion au coeur touristique d’Istanbul

Explosion dans le centre d' Istanbul: au moins 10 morts

**Au moins dix personnes ont été tuées et 15 blessées mardi matin à Istanbul dans une puissante explosion, très probablement d’origine « terroriste » selon les autorités, qui a secoué le quartier très touristique de Sultanahmet, près de la Mosquée bleue. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a convoqué une réunion de crise à Ankara. Six Allemands figurent parmi les blessés, selon la chaîne CNN-Türk.

Cette explosion intervient alors que la Turquie est en état d’alerte maximum depuis l’attentat le plus meurtrier survenu sur son sol, qui a fait 103 morts le 10 octobre devant la gare centrale d’Ankara. Cette attaque a été attribuée par le gouvernement islamo-conservateur au groupe djihadiste Etat islamique (EI).
Six Allemands blessés
Six Allemands figurent parmi les blessés dans l’explosion survenue mardi matin dans le quartier très touristique de Sultanahmet, près de la Mosquée bleue, à Istanbul, selon la chaîne CNN-Türk. Berlin n’a pas encore confirmé l’information, mais les autorités allemandes demandent à leurs ressortissants d’éviter les lieux publics dans la ville. 

Zone touristique
La déflagration, très puissante, s’est produite à 10h18 locales (09h18 HB) sur l’ancien hippodrome qui borde la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, les deux monuments les plus visités de la plus grande ville du pays.
Les premières photos prises sur place montrent plusieurs corps démembrés couchés sur le sol pavé de cette grande esplanade. Les secours et la police sont immédiatement arrivés en nombre sur les lieux et ont bouclé le périmètre, a constaté une journaliste de l’AFP. 

Premier bilan de 10 morts et 15 blessés
Dans une déclaration citée par les médias turcs, le gouverneur d’Istanbul a annoncé que le premier bilan s’élevait à au moins 10 morts et 15 personnes blessées, dont l’état n’a pas été précisé. « L’enquête est en cours pour déterminer la cause de l’explosion, son type et son ou ses auteurs », a-t-il ajouté.
« Nous soupçonnons une origine terroriste »
Un responsable gouvernemental turc a toutefois rapidement confirmé les récits de nombreux témoins sur place qui évoquaient la piste d’un attentat suicide. « Nous soupçonnons une origine terroriste », a-t-il déclaré sous couvert de l’anonymat.

La détonation a été entendue et ressentie jusqu’à la place Taksim, à plusieurs kilomètres de distance de Sultanahmet, a confirmé un témoin qui se trouvait sur place. 
En janvier 2015, une kamikaze s’était fait exploser devant un poste de police sur le même site de Sultanahmet, blessant deux policiers. L’attaque avait été attribuée à une organisation d’extrême-gauche, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), qui a commis plusieurs attentats ces dernières années.

Le 23 décembre 2015, l’aéroport Sabiha Gökçen, sur la rive asiatique de la plus grande ville de Turquie, a également été la cible d’une attaque au mortier qui a fait un mort et un blessé.*mardi 12/01/16 -Source: Belga

media_xll_8310055 turquie© twitter.
media_xll_8310140

**************************************************

Pakistan : 15 morts dans un attentat suicide contre un centre anti-polio

Un kamikaze a tué quinze personnes devant un centre anti-polio mercredi matin dans le sud-ouest du Pakistan, dans une attaque revendiquée par les talibans et qui a pris pour cible une campagne de vaccination qui venait de démarrer dans ce pays où la maladie reste endémique. La plupart des victimes sont des policiers. Les policiers étaient en train de se réunir devant le centre afin d’accompagner les vaccinateurs à l’occasion de la troisième journée d’une campagne de vaccination contre la poliomyélite dans le Baloutchistan, province instable dont Quetta est la capitale. Les talibans militent contre le vaccin, faisant circuler des rumeurs selon lesquelles il contiendrait du porc ou viserait à rendre stérile la population musulmane. Les campagnes de lutte contre la maladie sont entravées par des attaques meurtrières récurrentes contre les équipes de vaccination. *médias/ mercredi 13 janvier 2016 | 

Cameroun : au moins douze morts dans un attentat-suicide

Douze personnes ont été tuées mercredi au Cameroun dans un attentat suicide contre une mosquée pendant la prière du matin dans une localité de la région de l’Extrême-Nord, cible régulière d’attaques de Boko Haram. L’attentat a ciblé la mosquée de Kouyape, un petit village de l’arrondissement de Kolofata, proche de la frontière avec le Nigeria. « Sur le champ, 11 fidèles sont morts. Un douzième a succombé à ses blessures à l’hôpital », a déclaré une source sécuritaire de la région. Une source proche des services de sécurité a fait état de son côté de « 13 morts (y compris le kamikaze) dans l’attentat-suicide de Kouyape ».*médias/ mercredi 13 janvier 2016 | 

 Daech revendique sa première attaque contre l’État pakistanais

L’État islamique a revendiqué mercredi sa première attaque contre l’État pakistanais, un assaut meurtrier contre un Consulat de ce pays dans l’Est afghan, région où les daechistes sont implantés depuis quelques mois. Cette attaque intervient deux jours après une réunion quadripartite destinée à remettre sur les rails les pourparlers de paix entre les talibans et Kaboul, interrompus depuis l’été dernier. L’attaque de mercredi à Jalalabad, grande ville de l’Est afghan à proximité du Pakistan, a commencé par un attentat suicide et s’est poursuivie avec le siège d’un bâtiment adjacent au consulat pakistanais où des hommes armés se sont retranchés pendant plusieurs heures. Au total, sept soldats et policiers afghans ont été tués et sept autres blessés, et les trois assaillants sont morts. Les autorités pakistanaises ont assuré que le personnel du Consulat était sain et sauf. *médias/ mercredi 13 janvier 2016 | 

****************************************

**Irak**11 janvier 2016-–Au moins 20 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lundi dans des attaques visant un café dans une localité du nord-est de Bagdad, selon des sources militaire et policière.

Une bombe a explosé dans un café à Mouqdadiyah, à 90 km au nord-est de Bagdad, suivie par un attentat suicide à la voiture piégée lorsque les clients se sont rassemblés sur le lieu de l’attentat, selon un capitaine de police et un colonel de l’armée. L’attentat n’a pas été revendiqué mais le mode opératoire porte l’empreinte du groupe jihadiste Etat islamique (EI). L’organisation extrémiste revendique régulièrement des attentats contre des civils chiites, une communauté – majoritaire en Irak – qu’il considère comme hérétique.

L’EI contrôle de larges pans du territoire irakien, à l’ouest et au nord de Bagdad, depuis sa fulgurante offensive lancée en 2014.

Selon un officier irakien, la province de Diyala – dont fait partie Mouqdadiyah – a été « libérée » de l’organisation jihadiste depuis janvier 2015 mais cela n’a pas mis fin aux attaques menées par les terroristes.*Agence | 11/01/2016 |

media_xll_8310296

**Syrie**mardi 12 janvier 2016Les forces du régime syrien ont pénétré mardi dans la localité stratégique de Salma, principal bastion rebelle dans la région montagneuse de Lattaquié, dans le nord-ouest du pays proche de la frontière avec la Turquie, selon une ONG.

« L’armée syrienne, appuyée par des combattants des forces populaies, milices prorégime, a pénétré mardi dans l’est de Salma, dans la province de Lattaquié, où de violents combats se déroulent avec le Front Al-Nosra et des insurgés islamistes », a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).La région côtière de Lattaquié est un fief du régime et le berceau de la famille du président Bachar al-Assad. L’offensive a été précédée par 120 raids de l’aviation russe sur le secteur en 48 heures. Les forces gouvernementales ont pris ces derniers jours plusieurs villages aux alentours. Cette Localité, située à 800 m d’altitude est aux mains des rebelles depuis juillet 2012.« S’ils prennent la ville, cela va faciliter l’avancée dans la montagne al-Akrad », qui domine la région, a ajouté M. Abdel Rahmane.Selon le géographe français Fabrice Balanche, les forces gouvernementales se sont emparées de 50 km2 dans cette région particulièrement difficile d’accès depuis le début de l’intervention russe fin septembre. Selon une source militaire, citée par l’agence officielle Sana, « l’armée, en coordination avec des troupes de défense populaire (milice prorégime), continue son avancée dans le nord-est de la province Lattaquié et contrôle la banlieue sud-est de Salma et sept collines autour ».*12/01/16 -Source: Belga

*****************************************

*Le mensonge et l’intox

de fausses images pour tromper

Permalien de l'image intégrée

1. Une bagarre de migrants à Budapest
« Le genre d’agressions (vols, agressions sexuelles et viols) qui ont eu lieu à #Cologne sur une centaine de femmes ». Seulement voilà, cette photo est fausse. Primo, elle date de septembre 2015. Secundo, comme l’explique Le Monde, elle concerne une bagarre de migrants à Budapest. De plus, la « femme » est en fait un homme (comme on peut le voir

2. Une mannequin attaquée à Londres
C’est une autre photo qui a tourné en boucle après les agressions du Nouvel An à Cologne. « Le cliché n’a rien à voir avec les agressions de Cologne : il s’agit du mannequin britannique Danielle Lloyd, qui a été attaquée en 2009 dans un club londonien », indique Le Monde.

Permalien de l'image intégrée

3. Un crachat en Australie
Contrairement à ce qui est rapporté sur Twitter, la photo d’un homme crachant sur une femme n’a pas été prise à Cologne le 31 décembre. Elle a notamment servi à illustrer un article d’extrême droite australien en 2014.*13/01/16 -Source: Le Monde

*****************************************

infos.par-ci, par-là.24 dans actualité media_l_8192517

*En 2015, Vladimir Poutine connaît une véritable flambée de popularité chez le public britannique, révèle une nouvelle analyse effectuée par l’institut de sondage YouGov.Sur fond de perturbations qui ont marqué l’année écoulée, YouGov a analysé quelques 4.000 personnes publiques pour déterminer qui jouissait désormais d’une réputation grandement améliorée. Qui se trouve en la tête de la liste? Ce n’est personne d’autre que Vladimir Poutine

*Selon l’analyse de YouGov, la popularité de M. Poutine est montée en flèche au moment où les opérations des forces aériennes russes contre le pseudo Etat islamique (Daech) ont débuté.

Les vœux de Poutine pour 2016

Le 30 septembre 2015 est apparemment un moment crucial pour la réputation du chef d’Etat russe. Si auparavant les occidentaux l’avaient critiqué à l’unisson, après que la Russie ait entamé sa campagne militaire, le nombre de ses défenseurs a toujours été croissant.

Pour le moment, le président russe a la meilleur réputation dans le classement spécial rédigé par YouGov et réunissant plus de 3.000 autres personnes publiques dont la popularité a été analysée.

Le taux d’amélioration a été calculé en déduisant à la moyenne des 300 dernières notes de 2015 la moyenne des 300 premières notes de l’année, pour toutes les personnalités ayant reçu au moins 1.200 notes au cours de l’année.

Toutes les personnalités analysées ont été regroupées en huit catégories qui montraient notamment les mouvements les plus importants et les plus intéressants s’agissant de leur réputations et soutien public. Dans le groupe comprenant Vladimir Poutine, on retrouve plusieurs hommes politiques Libéraux-démocrates (parti politique britannique du centre) et des représentants du Parti travailliste (parti britannique de centre gauche).*source: fr.sputniknews.com

**Les USA officiellement considérés comme une menace pour la Russie

Vladimir Poutine a signé le 31 décembre2015, un document officiel dans lequel les Etats-Unis sont qualifiés de menace pour la sécurité de la Russie, ce qui est inédit.

Ce document sur « la stratégie de sécurité nationale de la Fédération de Russie » remplace la version adoptée en 2009, alors que Dmitri Medvedev, aujourd’hui Premier ministre, était président. Ni l’Otan ni les Etats-Unis n’y étaient mentionnés.

Dans la dernière version, l’exécutif russe dit jouer un rôle de plus en plus important sur la scène internationale, ce qui a, selon lui, provoqué une réaction des puissances occidentales.

« Le renforcement de l’influence de la Russie se déroule sur fond de nouvelles menaces pour la sécurité nationale, qui sont de nature complexes et interdépendantes », disent ses auteurs.

La mise en œuvre d’une politique indépendante, « tant sur le plan international qu’intérieur », a provoqué « une réaction de la part des USA et de leurs alliés, qui s’efforcent de préserver leur rôle dominant dans les affaires mondiales », poursuivent-ils, évoquant le risque de pressions « politiques, économiques, militaires et technologiques ».

Le conflit ukrainien a donné lieu à des tensions Est-Ouest sans précédent depuis la guerre froide. L’annexion de la Crimée, en mars 2014, et le soutien de Moscou aux séparatistes de l’est de l’Ukraine a amené les Etats-Unis et l’Union européenne à imposer d’importantes sanctions à la Russie, qui a riposté en limitant les importations européennes. Selon le document sur la sécurité nationale, Washington et Bruxelles ont soutenu « un coup d’Etat anticonstitutionnel ».(Reuters)**samedi 02/01/2016 |

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

******************


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café