infos.par-ci, par-là.22

4 10 2015

**La Russie, plus efficace, a repris le leadership mondial

media_xll_7804849 cuba dans société

*La Russie mène depuis le 30 septembre 2015, une opération militaire contre l’EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d’armes, de munitions et de combustible appartenant à l’EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l’EI. Selon l’Etat-major général russe, les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes faisant partie de l’EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

***Le New York Post, l’un des plus anciens journaux américains, a qualifié la Russie d’unique superpuissance mondiale. Lundi, note-t-il, le relais a été remis à l’unique superpuissance mondiale, et Vladimir Poutine l’a volontiers accepté.

« Le président Obama (vous souvenez-vous de lui?) a décidé que les idéaux chantés par les fondateurs de l’Onu seront valables pendant encore longtemps alors que la puissance et la force perdront. Poutine a lui aussi a fait appel aux lois de l’Onu (comme il les comprend) et a utilisé son discours pour annoncer la formation d’une « large coalition internationale » pour lutter contre l’EI en Irak et en Syrie ».

« Mais qui conduira cette nouvelle coalition? Indice: Moscou a toujours célébré la victoire des Alliés dans la Seconde Guerre mondiale comme une victoire menée par la Russie », poursuit le journal.

Le New York Post estime que l’intervention d’Obama n’était que des paroles en l’air, alors que Poutine a tout de suite confirmé son discours par des actes, en accordant une aide militaire à la Syrie en y envoyant ses forces aériennes. 
Le discours d’Obama est « comme d’habitude » plein de promesses mais ne garantit pas de résultats positifs. « Au contraire, le déploiement des forces armées par Poutine en Syrie et le fait d’armer Assad « crée des faits sur le terrain ». Ceux-ci l’ont propulsé vers le sommet, car Poutine a pris l’initiative du règlement du problème mondial actuel le plus aigu, note le NYP.

Lors de son intervention, Obama a reçu moins d’applaudissements que lors de ses discours précédents, mais il est toujours aimé. Cependant ceux qu’il a critiqués, à savoir Poutine, Assad, Xi Jinping et l’Iranien Hassan Rohani étaient à ce moment-là absents et ne l’ont pas entendu. Parce que ses paroles, aussi énergiques soient-elles, sont rarement appuyées par des actions.

Poutine, lui, n’a pas été applaudi du tout. Il est plus intéressé à être craint qu’à plaire. Mais ses paroles visent à expliquer ses actes énergiques. Voilà comment Poutine a retiré à l’Amérique son leadership.

« Et c’est mauvais pour l’Amérique. Car tôt ou tard, après des effusions de sang et dans des conditions encore pires qu’aujourd’hui, notre prochain président sera appelé à retirer le bâton du relais à Poutine. Et cela pourrait être difficile », conclut le journal.*/ jeudi 08 octobre 2015/ .sputniknews

*****La peur commence à changer de camp

désertions massives dans le camp des rebelles

Le ministère russe de la Défense a affirmé posséder les preuves de désertions massives dans le camp des rebelles, contre lesquels les forces du régime syrien ont lancé une grande offensive terrestre il y a onze jours.

Le rapport de force sur le terrain en Syrie commence à évoluer en faveur de Bachar Al Assad. Grâce à l’appui de l’aviation russe, les forces gouvernementales syriennes ont progressé  dans le nord du pays, où elles ont repris aux groupes armés plusieurs villages, notamment dans la province d’Alep, a rapporté une ONG. Les forces gouvernementales ont pris samedi, en 24 heures, cinq villages  et des collines de la province septentrionale d’Alep et se trouvaient aux portes de la localité-clé d’Al Hader, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

«La prise de cette localité, à 25 km au sud de la ville d’Alep, permettra de sécuriser une ligne d’approvisionnement de l’armée entre la province d’Alep  et celle de Hama, plus au sud», a précisé le directeur de l’OSDH, Rami Abdel  Rahmane. La province d’Alep était quasi entièrement aux mains du Front Al Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaîda. L’armée syrienne cherche également à briser le siège imposé par l’Etat islamique (EI) à l’aéroport militaire de Kweires dans cette même province, selon une source militaire.

Selon l’OSDH, depuis vendredi, 17 rebelles et 8 soldats syriens ont  été tués. Les combats ont poussé 2000 familles à fuir leurs habitations. De son côté, l’armée russe a annoncé hier avoir frappé «60 cibles terroristes» ces dernières 24 heures, ce qui a, selon elle, «complètement bouleversé» l’organisation des groupes terroristes visés. L’aviation russe a effectué, au cours des dernières 24 heures, 39 sorties et frappé 60 cibles «terroristes» en Syrie, soit un peu plus que samedi (49 cibles), selon un communiqué du ministère russe de la Défense.

Ces frappes ont été menées dans les provinces de Hama (centre), Homs (centre), Alep (nord-ouest), Lattaquié (ouest) et dans la région de la capitale Damas, d’après le ministère. Près de Hama, l’armée russe dit avoir détruit un poste de commandement de la coalition terroriste Jaïch Al Fatah (l’armée de la conquête), dont fait partie le Front Al Nosra, la branche d’Al Qaîda en Syrie.

«Les frappes aériennes ont eu pour résultat de complètement bouleverser la gestion de l’organisation de Jaïch Al Fatah dans cette zone que les combattants ont donc dû quitter», a déclaré le ministère. Au total, 32 camps d’entraînement «terroristes» ont été détruits au cours des dernières 24 heures, ajoute-t-on. Le ministère russe de la Défense a également indiqué avoir des informations selon lesquelles les combats entre l’EI et les groupes rebelles appartenant au Front Al Nosra s’étaient intensifiés. Il a également affirmé posséder les preuves de désertions massives dans le camp des rebelles, contre lesquelles les forces du régime syrien ont lancé une grande offensive terrestre il y a onze jours.*Aniss Zineddine/ el watan/ lundi 19 octobre 2015

**Les succès militaires russes en Syrie impressionnent

Le succès russe en Syrie semble avoir surpris ceux qui étaient persuadés que les Forces armées russes étaient demeurées figées dans les années 1990. L’aviation russe en Syrie a montré ses nouvelles capacités militaires, ce qui promet de dissiper cette conception erronée, déclare le journal américain Defense News.Vers la troisième semaine de l’opération « surprise » dans cette guerre civile qui dure déjà quatre ans et demie, Moscou a non seulement affiché des succès rapide mais a également mis en évidence les résultats de ses efforts dans la modernisation de son armée, efforts qui avaient apporté de réels bénéfices et restauré ses capacités perdues, pointe le journaliste Matthew Bodner dans son article pour le Defense News.

Le journaliste fait remarquer que la Russie utilise un large spectre d’armes, y compris les chasseurs bombardiers Sukhoi Su-34, les missiles de croisière Kalibr et les munitions guidées de précision (dont les missiles guidés laser Kh-25 et les bombes de précision KAB-500S guidées à l’aide du système de navigation par satellite GLONASS, analogue russe du GPS américain). Ces munitions n’ont jamais été vues en action, aussi éveillent-elles un intérêt particulier, ajoute-t-il.

Des navires de la Marine russe

Les frappes russes contre les positions des terroristes en Syrie, depuis la mer Caspienne, ont surpris les médias tout autant que les chefs de l’armée américaine, qui ont avoué au Congrès n’avoir jamais décelé l’existence de missiles de croisière sur des petits navires dans la mer intérieure. D’après le Defense News, les Forces russes ont également appliqué de nouvelles tactiques, un hybride des missions de soutien aérien activement appliquées en URSS et des frappes de précision pratiquées par l’Occident. En général, « la campagne syrienne a été une démonstration impressionnante des nouvelles capacités de l’armées russe », conclut le journaliste.La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l’EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d’armes, de munitions et de combustible appartenant à l’EI.**lundi 19 octobre 2015/ sputniknews.com/

*L’armée syrienne avance, l’OTAN s’inquiète

*L’armée syrienne avance. Les soldats syriens se sont emparés jeudi de la majeure partie d’une colline stratégique, Jib Ahmar, dans l’ouest de la Syrie, « avec l’aide du Hezbollah », a annoncé une source militaire. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a confirmé cette avancée réalisée par l’armée et par « des milliers de miliciens des Forces de défense nationale (FDN) entraînés par les Russes et le Hezbollah » sur la colline, située dans la province côtière de Lattaquié (ouest). 

Au neuvième jour de leurs frappes aériennes en Syrie, les Russes ont continué à intensifier leurs raids en bombardant 27 cibles dans les provinces de Raqa (nord), Homs et Hama (centre), selon l’armée. Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a déclaré s’attendre à ce que la Russie « commence à subir des pertes » humaines « dans les prochains jours ». 

M. Carter était à Bruxelles pour une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan, dont le secrétaire général Jens Stoltenberg a qualifié d’ »escalade inquiétante » l’engagement militaire russeL’Alliance, qui n’est pas directement impliquée dans le conflit syrien, a de nouveau exhorté Moscou à cesser de soutenir le régime du président Bachar el-Assad, et s’est dite prête à défendre chacun de ses membres, « y compris la Turquie », voisine de la Syrie. Ankara a récemment accusé la Russie d’avoir violé son espace aérien

« Capacité de combat » diminuée

Moscou avait annoncé mercredi que ses raids étaient « synchronisés avec les opérations terrestres » de l’armée syrienne, qui tente de reconquérir les territoires conquis ces derniers mois par les groupes rebelles et l’organisation terroriste Etat islamique (EI). « L’armée a commencé une vaste offensive en vue d’écraser les groupes terroristes et libérer les régions et localités qui ont souffert du terrorisme », a annoncé jeudi le général syrien Ali Abdallah Ayoub. 

Image tirée d'une vidéo diffusée sur le site du ministère russe de la Défense, le 6 octobre 2015, montrant le largage d'une bombe lors d'une frappe aérienne russe en Syrie
Image tirée d’une vidéo diffusée sur le site du ministère russe de la Défense, le 6 octobre 2015, montrant le largage d’une bombe lors d’une frappe aérienne russe en Syrie**afp.com
***La colline de Jib Ahmar, située sur une chaîne montagneuse à l’intersection des provinces de Hama et de Lattaquié, est une position stratégique car elle domine la plaine de Sahl al-Ghab, dont une partie a été conquise récemment par une alliance de rebelles islamistes et du Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda. L’objectif de l’armée est de reprendre le terrain perdu dans cette plaine afin d’éviter que les insurgés ne coupent les liaisons entre les provinces de Hama et de Lattaquié. 

L’armée a diffusé une vidéo intitulée « Début de l’opération militaire à Idleb et Hama », dans laquelle on la voit utiliser différents types d’armements. Une partie de ces équipements ont été fournis par la Russie, dont les bombardements ont commencé à « diminuer la capacité de combat (…) des groupes terroristes », a souligné le général Ayoub. 

Missiles de croisière

Depuis le début le 30 septembre de son intervention, la Russie a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n’a pas engagé de troupes au sol. Ashton Carter a déploré le fait que les Russes aient « tiré des missiles de croisière d’un navire depuis la mer Caspienne sans avertissement » et que certains de ces missiles se soient « approchés de quelques kilomètres d’un de nos drones ». 

La Russie a démenti jeudi que quatre des missiles de croisière qu’elle a tirés mercredi vers la Syrie depuis la mer Caspienne soient tombés en Iran, comme l’a affirmé un responsable américain, confirmant une information de CNN. « Tous les missiles tirés de nos croiseurs ont atteint leur cible », a expliqué dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.  

Vendredi matin, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères « ne confirmait pas » la chute de missiles russes sur le sol iranien. 

Les derniers raids de l’aviation russe ont notamment détruit des stocks d’armes et des caches souterraines, a indiqué le ministère russe de la Défense. Ils ont également bombardé « onze secteurs où se trouvaient des camps d’entraînement de combattants de l’EI dans les provinces de Hama et de Raqa ». 

En outre, selon une source de sécurité sur le terrain, des combats ont opposé l’armée et les jihadistes de l’EI autour du champ gazier de Chaer, dans la province de Homs

Plus au nord, dans la province d’Alep, au moins 12 personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée à Hreitan, une région contrôlée par des groupes rebelles dont le Front al-Nosra, a indiqué l’OSDH, qui précise que l’EI est accusé de cette attaque.*Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 09/10/2015

**l’armée russe continue de déployer ses drones, frappe 49 cibles terroristes

Par Agence |samedi  17/10/2015 | AFP

L’armée russe a annoncé samedi avoir frappé en Syrie 49 cibles terroristes ces dernières 24 heures et continuer à utiliser des drones dans le ciel syrien.

« Je souhaite souligner que les drones russes continuent de surveiller la situation dans le ciel syrien », a affirmé samedi le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, cité par l’agence de presse RIA Novosti.

Si la Turquie n’a pas précisé le pays d’appartenance du drone qui a violé son espace aérien vendredi, un responsable américain a estimé qu’il était russe. Moscou a aussitôt démenti.
La Turquie avait également affirmé la semaine dernière avoir détecté plusieurs violations de son espace aérien par des avions de combat russes.

L’aviation russe a effectué au cours des dernières 24 heures 36 sorties et frappé 49 cibles « terroristes » en Syrie, selon un communiqué du ministère.

D’après le ministère, les frappes ont été menées dans les provinces d’Idleb (nord-ouest), Hama (centre), Alep (nord-ouest), Lattaquié (ouest) et dans la région de la capitale, Damas.
Au cours de certaines de leurs frappes dans la région d’Alep, les forces aériennes russes ont utilisé les données fournies par leurs drones, mettant ainsi hors combat deux tanks et trois véhicules de combats d’infanterie, selon le ministère.

A Lattaquié, les frappes des avions russes ont permis de détruire « une base d’entraînement terroriste ».« Selon nos informations, des instructeurs étrangers formaient des combattants (du groupe) Etat islamique pour mener une guérilla dans des zones libérées par l’Armée syrienne libre, et formaient aussi des kamikazes », a affirmé le ministère, précisant que la base avait été « entièrement détruite ».

A Idleb, les avions ont ciblé un poste de commandement tandis qu’à Damas et à Homs, des dépôts d’armes et de munitions ont été détruits par les frappes russes, selon le communiqué.
La Russie a affirmé vendredi avoir mené des raids aériens contre 456 cibles « terroristes » depuis le début de son intervention militaire en Syrie le 30 septembre.(afp/ samedi  17/10/2015

**Un saoudien, membre selon Washington du Front al-Nosra, affilié à el-Qaëda, a été tué par une frappe aérienne dans le nord de la Syrie, a indiqué vendredi une ONG.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a déclaré que Sanafi al-Nasr avait été tué dans la province d’Alep avec deux autres hauts responsables d’al-Nosra.

Selon l’OSDH, basé à Londres, les trois hommes ont été tués alors qu’ils se trouvaient dans une voiture, par un tir dont il n’est pas clair s’il provenait d’un avion de la coalition dirigée par les Etats-Unis, ou d’un appareil des forces russes engagées en Syrie.

Sanafi al-Nasr figure comme un des pseudonymes possibles d’Abdul Mohsen Abdullah Ibrahim al-Sharikh, un Saoudien désigné en 2014 comme un « terroriste mondial » par le département du Trésor américain, basé en Syrie pour le front al-Nosra et el-Qaëda.

L’OSDH identifie les deux autres tués comme étant Abou Yasser al-Maghrebi et Abou Mohammed al-Jazrawi.

Le Front al-Nosra d’Alep a posté sur son compte twitter la photo d’une voiture détruite, affirmant qu’elle avait été touchée par un tir « de la coalition des croisés et des Arabes » à al-Dana, à l’ouest d’Alep. Le front ne donne toutefois ni bilan, ni noms de victimes.*AFP/ samedi  17/10/2015

**Les alliés de Washington se pressent à la porte de Poutine

Rencontre entre Vladimir Poutine (au centre, à droite) et Mohammed ben Salmane (au centre, à gauche)

Les alliés clés des Etats-Unis commencent à s’adresser à Moscou et non pas à Washington compte tenu des derniers évènements internationaux, estime Dan De Luce, correspondant du magazine Foreign Policy.

La récente visite du ministre saoudien de la Défense Mohammed ben Salmane à Sotchi témoigne, selon lui, à quel point la « dynamique de pouvoir » a changé au Proche-Orient et indique que Vladimir Poutine envisage de prendre le relais de «faiseur de rois» à Barack Obama. Les délégations de haut rang d’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe frappent à la porte de Poutinen et non pas au Bureau ovale (cabinet de travail du président américain — ndlr.), souligne-t-il.

La visite du ministre saoudien, estime Dan De Luce, fait penser que ce pays, qui a armé les rebelles syriens, pourrait accepter un marché en vertu duquel le président Assad resterait au pouvoir plus longtemps si les deux parties conjuguent leurs efforts dans la lutte contre l’Etat islamique. Or, des observateurs se demandent si cette visite avait reçu l’aval de Washington ou si c’était une décision des autorités saoudiennes.

Les alliés clés des Etats-Unis, préoccupés par l’accord survenu entre Washington et Téhéran, sont de plus en plus enclins à penser qu’Obama perd en importance et en puissance lorsqu’il s’agit de la guerre civile en Syrie ou de la lutte contre l’Etat islamique.

Alors que les Etats-Unis soutiennent des alliances durables au Proche-Orient et exercent une grande influence militaire et économique, certains de leurs partenaires cherchent à se procurer des garanties, étant donné les événements qui ont lieu actuellement en Syrie, et expriment des doutes quant aux positions américaines tout en étudiant les initiatives russes.

L’Egypte, un autre allié clé de Washington dans la région, essaie lui aussi d’améliorer ses relations avec la Russie. Le président Fattah al-Sissi a visité Moscou quatre fois depuis le coup d’Etat survenu dans le pays en 2013 et a reçu Poutine au Caire en février 2015. Il n’a visité les Etats-Unis que deux fois.

Israël a lui aussi frappé à la porte de Poutine, note le journaliste, faisant référence à la rencontre entre Poutine et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou en septembre.

La Maison blanche espère, selon De Luce, que la Russie trébuchera en Syrie. Mais Vali Nasr, ancien fonctionnaire de haut rang au Département d’Etat américain, fait ressortir que si Moscou arrive à utiliser ses succès pour régler la crise syrienne, il l’utilisera pour augmenter son influence au Proche-Orient, en Asie et en Ukraine.**sputniknews.com/17 octobre 2015

**la Russie, rayon d’espoir en vue de mettre fin au cauchemar syrien

Les Syriens disent merci aux Russes

Moscou a entamé une opération militaire en Syrie, pendant que les hommes politiques américains rêvaient de destituer le président syrien Bachar el-Assad et de renforcer l’opposition modérée, tout en considérant la Russie comme un « hôte indésirable » dans la région.

Des démarches coordonnées de Moscou et de Washington constitueraient la meilleure voie pour sortir de la crise actuelle, écrit le quotidien américain New York Times. Même si les Occidentaux n’approuvent pas les démarches du président russe Vladimir Poutine en Crimée et en Ukraine, « l’implication de la Russie dans la crise syrienne pourrait constituer le premier rayon d’espoir en vue de mettre fin au cauchemar qui y règne », relève le prestigieux journal.Les journalistes donnent également raison à « M. Poutine, qui affirme que ce sont un gouvernement stable et la sécurité interne qui permettront aux réfugiés syriens de revenir chez eux ».

En outre, le quotidien cite Gordon Adams, professeur de l’Université d’Etat de Washington, et Steven Walt, professeur de l’Université de Harvard, qui soulignent que la Russie a à sa disposition des leviers d’influence en Syrie que les Etats-Unis ne possèdent pas, notamment une présence militaire à l’intérieur du pays, des relations politiques avec le régime au pouvoir ainsi qu’avec les gouvernements d’Iran et d’Irak, y compris un accord sur l’échange de renseignements mutuels.

« Bien que Washington ait à sa disposition des centaines d’avions, des milliers de soldats et des liens étroits avec les Kurdes, ses relations politiques avec l’Iran sont assez faibles et celles avec l’Irak sont instables. En outre, les renseignements américains sur la Syrie sont fragmentaires », fait remarquer le quotidien. « Ainsi, une coalition régionale plus large constituerait un levier puissant dans la lutte contre l’Etat islamique (EI). Les hauts fonctionnaires américains doivent admettre ce fait et faire bon usage de tous les moyens disponibles afin d’atteindre des objectifs humanitaires et anti-extrémistes », écrit le journal.D’après le quotidien, « les fonctionnaires américains doivent cesser de taper du poing sur la table à cause de l’implication russe dans le conflit syrien, comprendre que la guerre froide appartient au passé et qu’il est grand temps de se mettre à la gestion des affaires d’Etat ».*sputniknews.com/14 octobre 2015

*****************************************

*Brouille diplomatique entre le Maroc et la Suède

infos.par-ci, par-là.22 dans actualité france dans international

La brouille diplomatique entre les royaumes du Maroc et de Suède née de la décision des députés du parti social-démocrate des travailleurs de déposer une proposition de loi afin de reconnaitre la RASD, semble avoir effarouché le makhzen. En effet, le royaume de M6 va dépêcher dimanche une délégation à Stockholm pour tenter de ramener le gouvernement de suède à de meilleurs sentiments s’agissant de sa position vis-à-vis du Sahara occidental.

La mission de ces socialistes marocains ?Convaincre les sociaux-démocrates, au pouvoir actuellement en Suède avec leurs alliés les Verts, de suspendre le projet de résolution au parlement appelant à reconnaitre la RASD. Mission pas de tout repos dans ce pays où la démocratie et la liberté ne se marchandent pas. Le royaume de Suède reconnait le Polisario comme représentant légitime du peuple sahraoui ainsi que le droit de ce dernier de réaliser son autodétermination.

Le Polisario roi en Suède

« Il est bon que l’Organisation des Nations unies soit en train de faire des efforts renouvelés pour trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable au conflit du Sahara occidental », a souligné la chef de mission adjointe de l’Ambassade de Suède à Rabat, Mme Wiktoria Dagerås. Et d’ajouter : « Nous soutenons le travail de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, monsieur Christopher Ross ».

Autrement dit, ce pays est attaché à la feuille de route de Ross visant à organiser un référendum d’autodétermination du peuple Sahraoui. Le Makhzen voudrait aussi court-circuiter une importante conférence qui se tiendra le 15 de ce mois au parlement suédois sur « les 40 ans de la colonisation du Sahara ».

Ce jour là, l’icône de la lutte sahraouie Aminatou Haidar, et les militantes Rebab Amidane et Sonnia Abderrahmane, vont témoigner des atrocités vécues par le peuple Sahraouis dans les territoires occupés.*médias-samedi 03 octobre 2015

*Le département d’État américain au secours des réfugiés sahraouis

En voilà une bonne nouvelle pour les Sahraouis, venue tout droit des Etats-Unis. Le département d’État américain a annoncé aujourd’hui une contribution de plus de quatre millions (04) de dollars pour soutenir les efforts d’aide humanitaire suite aux inondations dans les camps de réfugiés sahraouis près de Tindouf, en Algérie, au cours des trois mois à venir.

Ce qu’a annoncé aujourd’hui dimanche l’ambassade américaine dans un communiqué reçu à notre rédaction. Cette assistance sera programmée par l’intermédiaire du bureau du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). Celle-ci s’ajoute aux 8,4 millions de dollars que les États-Unis ont débloqués au cours de l’exercice 2015 pour le HCR et le PAM au profit des réfugiés sahraouis.

Cette nouvelle assistance comprend près de 2,5 millions de dollars pour le HCR, 1,5 million pour le PAM, et plus de 400 000 dollars pour l’UNICEF, dans le cadre des opérations pour les réfugiés sahraouis du bureau du département d’Etat pour la population, les réfugiés et la migration. La contribution du gouvernement américain représente une partie importante de l’appel conjoint lancé par le HCR.

Une aide de 4 millions de dollars

Il faut rappeler que les inondations ont entraîné des dommages importants à l’infrastructure du camp, aux abris des réfugiés, et aux produits alimentaires affectant près de 11 500 ménages. La contribution des États-Unis aidera à fournir des tentes d’urgence et à soutenir la réhabilitation et la reconstruction des maisons endommagées. En plus de remplacer les 85 000 rations alimentaires détruites dans les inondations, cette contribution aidera à fournir des produits essentiels de secours de base, de l’eau potable, des produits d’assainissement et d’hygiène.

Par ailleurs, elle permettra d’installer des unités de santé temporaires sous les tentes, de réhabiliter les installations endommagées, et de rétablir l’électricité dans la chambre froide de l’hôpital. Restaurer les écoles En raison des dommages causés aux écoles sahraouis, «cette aide contribuera à mettre en place des espaces temporaires d’apprentissage et à réhabiliter les écoles endommagées, en plus de la reconstruction du centre pour les enfants à mobilité réduite», souligne le communiqué de l’ambassade US. Et de préciser que les États-Unis «soutiennent fermement» les efforts de l’ONU et d’autres ONG présentes dans les camps pour répondre aux besoins humanitaires des réfugiés sahraouis.

Alors que les organisations déjà présentes dans les camps de secours ont mobilisé un plan d’urgence, le soutien de la communauté internationale est nécessaire pour prendre en charge pleinement les dégâts causés par les inondations. Il faut espérer que ce geste humanitaire du gouvernement des Etats unis sera suivi d’une position plus conforme au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Les Etats unis semblent en tout cas s’aligner de moins en moins sur la position du Maroc occupant, en témoignent le projet de résolution déposé en 2013 pour élargir le mandat de la MINURSO à la surveillance des droits de l’homme dans les territoires occupés.

*****************************

*Violentes inondations sur la Côte d’Azur, 16 morts

media_xll_8046715 inondations

Les violentes intempéries qui ont frappé la Côte d’Azur, dans le sud-est de la France, ont fait 16 morts et six disparus, selon un nouveau bilan revu à la hausse par les autorités. Un premier bilan faisait état de 13 morts dans ces inondations spectaculaires consécutives à des très violents orages qui ont emporté des véhicules jusque dans la mer à Cannes et fait déferler l’eau sur la célèbre Promenade des Anglais à Nice.

De violents orages, qui ont causé d’impressionnantes inondations, ont ravagé dans la nuit de samedi à dimanche la Côte d’Azur, de Mandelieu-la-Napoule à Nice, faisant au moins 16 morts et disparus, un bilan qui pourrait encore augmenter à mesure que les secours accèdent aux zones sinistrées. 

Dimanche matin, sous le soleil, les habitants de Mandelieu-la-Napoule se sont réveillés hébétés, et constataient les dégâts dans une résidence proche du fleuve le Riou de l’Argentière. « Je n’ai jamais vu ça », a déclaré à une journaliste de l’AFP Marc Moinet, qui y vit depuis 30 ans. 

media_xll_8046701 maroc

Samedi soir, M. Moinet a sorti sa voiture du parking souterrain de la résidence, mais cela n’a pas suffi: l’eau est montée jusqu’à 1,5 m, et a détruit son véhicule. « Je prends ce qu’il y a dedans, elle va partir ensuite à la casse », souffle-t-il, dans les rues couvertes de terre de la résidence. Samedi soir, un déluge de pluie s’est abattu sur la région, entraînant notamment la crue du petit fleuve côtier de la Brague, et submergeant les rues de Cannes, Antibes, Mandelieu-la-Napoule, Villeneuve-Loubet et Nice, a précisé François-Xavier Lauch, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes. 

 sahara.occidental

Bilan revu à la hausse 
Les relevés de Météo-France sont impressionnants: entre 19H00 et 22H00, 180 mm d’eau sont tombés à Cannes, 159 mm à Mandelieu-la-Napoule, et 100 mm à Valbonne, près de Biot. En deux jours, la zone littorale aura reçue l’équivalent en pluie d’un mois d’octobre moyen, soit 10% des précipitations annuelle, a calculé la mairie de Nice. 

Dimanche matin, le bilan humain a été revu à la hausse, et les secours évoquaient alors au total 13 morts ou disparus. Les intempéries ont notamment été meurtrières à Biot, près d’Antibes, où trois personnes âgées ont péri noyées dans une maison de retraite; à Cannes, où une femme d’une soixantaine d’années a été retrouvée morte près d’un parking; à Vallauris-Golfe-Juan, où trois victimes ont été découvertes dans leur voiture; à Antibes, où une personne s’est empalée dans un camping; à Mandelieu-la-Napoule, où cinq personnes étaient recherchées dans les parkings de deux immeubles. 

Le bilan restait dimanche matin en deçà de celui des pluies torrentielles de juin 2010 dans le département du Var, qui avaient fait 25 morts, 31.560 sinistrés et près d’un milliard d’euros de dégâts. 

media_xll_8046699 Suède

Le président François Hollande a exprimé dimanche matin « la solidarité de la Nation » et remercié « les élus et les acteurs du secours qui se sont pleinement mobilisés ». Exprimant sa « profonde émotion », le Premier ministre Manuel Valls a annoncé depuis le Japon que M. Hollande et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve allaient se rendre « dans les minutes ou les heures qui viennent » sur les lieux des inondations. 

« Mon émotion est immense ce soir face au terrible bilan des intempéries », a dit le président du conseil départemental, Eric Ciotti. « Certains véhicules ont été emportés jusque dans la mer », a raconté le maire de Cannes David Lisnard, en indiquant que presque toute la ville était touchée. « C’est très spectaculaire, on a secouru beaucoup de personnes, on doit maintenant prévenir des phénomènes de pillages », a ajouté l’élu, qui a hébergé d’urgence 120 personnes dans un local durant la nuit. 

media_xll_8046698

Touristes
De gros dégâts matériels sont aussi à craindre alors que quelque 35.000 foyers étaient encore privés d’électricité, dont 14.000 à Cannes. Le réseau routier secondaire était encore impraticable en de nombreux points au petit matin. Une partie de l’autoroute A8 a été submergée par le fleuve de la Brague près d’Antibes et une grue va devoir déblayer dimanche un éboulement au niveau de Mougins (nord de Cannes). 

Dans une région où la saison touristique bat encore son plein, plus de 500 personnes, dont de nombreux Britanniques et Danois, se sont retrouvés coincés, hébergés dans les terminaux de l’aéroport de Nice. 

Des centaines de « naufragés du rail » étaient également recensés en soirée, immobilisés dans une dizaine de trains immobilisés dans des gares du sud-est. La SNCF leur a distribué plateaux repas et couvertures. Les passagers de deux trains ont été évacués par les secours dans les Alpes-Maritimes, notamment un groupe de pèlerins âgés dont le train était arrêté en pleine voie à Cannes-La Bocca. 

Plus anecdotique, les spectateurs d’un concert de Johnny Hallyday à Nice ont eu le plus grand mal à sortir de la salle et certains ont dormi sur place. Les pluies diluviennes ont aussi surpris joueurs et spectateurs du match Nice-Nantes. La rencontre, comptant pour la 9e journée de Ligue 1, a été interrompue à la 46e minute, le terrain étant devenu injouable à cause des très fortes pluies. Celles-ci ont cessé au milieu de la nuit et les orages se sont dispersés vers l’Italie. *Dimanche 04/10/2015 -Source: Belga

media_xll_8046703

media_xll_8046717

media_xll_8046702

**********************************************

*Moteurs truqués du géant automobile allemand Volkswagen

**Plusieurs ingénieurs sont passés aux aveux

media_xll_8046464

Plusieurs ingénieurs employés par le géant automobile allemand Volkswagen ont reconnu être responsables du trucage de moteurs diesel révélé il y a deux semaines, rapporte dimanche le journal allemand Bild, sans en divulguer le nombre ni l’identité.

Les services chargés d’enquêter en interne sur l’affaire, séisme de magnitude mondiale qui secoue le secteur automobile, « ont déjà reçu de premiers aveux », selon le journal, qui ne cite pas ses sources.

« Plusieurs ingénieurs ont témoigné avoir installé le logiciel truqueur en 2008″, poursuit Bild. Volkswagen a avoué il y a peu avoir équipé les moteurs de 11 millions de véhicules d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution.

La révélation de cette tricherie a coûté son poste au patron du groupe Martin Winterkorn, et Volkswagen a promis de faire toute la lumière sur l’affaire, au moyen d’une enquête confiée à un cabinet d’avocats américain.

Le groupe impute la responsabilité de la manipulation à « un petit groupe de personnes », et a suspendu certains salariés. La presse a évoqué le chiffre d’une douzaine, parmi eux le chef des activités de recherche-développement de la filiale Audi. Les aveux déjà recueillis n’ont pas apporté d’éclaircissement sur l’identité des commanditaires de l’installation du logiciel, explique Bild.

Selon les confessions faites par les ingénieurs concernés, il était techniquement impossible de fabriquer le moteur EA 189, développé par Volkswagen en 2005, en respectant à la fois les plafonds d’émission de gaz polluants et les impératifs de coûts. Il aurait donc été décidé d’avoir recours au logiciel truqueur.

Volkswagen doit rappeler dans les semaines qui viennent des millions de voitures et véhicules utilitaires pour les remettre aux normes, et l’image de ce fleuron de l’industrie allemande a pris un sacré coup.(Afp)–Dimanche 04/10/2015 

***Face à la crise sans précédent de ses voitures diesels truquées, Volkswagen a systématiquement donné le sentiment de réagir à contre-temps et d’avoir une stratégie de communication incomplète, estiment la majorité des spécialistes interrogés par l’AFP.

« Il y a d’abord cette conférence de presse du patron américain, sur scène avec la chemise ouverte, une attitude totalement désinvolte face à l’énormité des faits. Le groupe a fait preuve d’une forme d’arrogance qui a doublé sa crise industrielle d’une crise de communication », estime ainsi Yves-Paul Robert, directeur associé et responsable de la communication de crise chez Havas Worldwide. Lundi 21 septembre à New York, Michael Horn ne s’est pas embarrassé de périphrases en s’excusant pour le scandale des contrôles antipollution falsifiés, admettant que le géant allemand de l’automobile avait « complètement merdé ». Philippe Jourdan, spécialiste marketing et fondateur de Promise Consulting, estime que cette sortie « était adaptée au marché américain ». « Mais cette adaptation de la communication en fonction des spécifitités locales pouvait fonctionner à l’époque, aujourd’hui, l’information est mondiale et il est nécessaire d’avoir une communication centralisée avec des porte-paroles peu nombreux et des directives très claires », relativise-t-il. Une communication mal maîtrisée qui n’a pas été sans conséquence sur la dégradation de l’image du groupe, particulièrement visible sur internet, relève Bertrand Girin, cofondateur de Reputation VIP, startup spécialisée dans la gestion de la réputation sur internet. « Lorsque l’on réalise une recherche en ligne de Volkswagen, ce qui apparaît désormais sur la première page, c’est l’ensemble des articles consacrés à l’affaire, loin devant même la page Wikipedia du groupe, ce qui démontre l’impact de cet affaire et le travail important nécessaire pour rattraper cela en ligne ». Les clients, les grands oubliés 
Selon les experts, le groupe n’a pas communiqué en direction de ses clients, les grands oubliés de cette crise. « Ils ont fait de la communication financière, et c’est important également, mais ce n’est évidemment pas suffisant, pour l’heure il manque clairement la question de l’approche de l’opinion publique », analyse M. Robert. Car au-delà de l’image, il y a les conséquences pour les clients du groupe allemand et de ses marques, qui se retrouvent associés à « une image de mensonge, avec le risque d’être montré du doigt ». Sans compter l’impact économique pour des clients possédant ces diesels qui voyaient dans leur véhicule un « marqueur statutaire », et pour qui « il sera plus difficile de le revendre, si ce n’est avec une décote assez importante », selon Philippe Jourdan.« Il y a des représentations très fortes, presque passionnelles dans cette crise, nous sommes dans le registre émotionnel fort, qui est lié à l’image de la voiture pour le grand public », ajoute Yves-Paul Robert. « Plus que d’autres groupes, ils s’étaient engagés vers des véhicules propres voire 100% propres. Ils ne sont pas à l’origine du diesel dit propre mais ils s’y sont engouffré et désormais se retrouvent dans une situation difficile », rappelle M Jourdan. Le meilleur moyen de s’en sortir serait, aux yeux d’Yves-Paul Robert, « de tout changer pour retrouver la confiance des clients. Il faut donner la vérité à l’opinion puis lancer des changements profonds qui soient visibles. Ils ne peuvent pas être à la traîne, ils doivent reprendre la main sur le tempo ». « Pour Volkswagen, la meilleure des nouvelles serait que d’autres constructeurs soient concernés », pense pour sa part Philippe Jourdan. Pour l’instant, l’image des autres constructeurs, notamment en ligne, reste relativement épargnée, selon les observations réalisées par Bertrand Girin. « Quand un séisme pareil arrive sur un secteur, cela peut être nuisible pour tous. Mais pour l’heure, ce n’est pas le cas et les autres constructeurs restent épargnés et pourraient, à terme, en profiter », estime-t-il. Car de l’avis de tous, la crise que traverse le groupe allemand est appelée à durer, avec d’importantes conséquences pour son image de marque, « durablement touchée ». « On peut difficilement faire pire, tous les indicateurs sont au rouge et c’est appelé à durer, du fait des différentes vagues médiatiques », conclut M. Girin.*.Afp–Dimanche 04/10/2015La Suisse interdit l'immatriculation des véhicules VW neufs

*** Volkswagen a annoncé vendredi la mise en place d’une page internet sur son site pour permettre à ses clients de savoir si leur voiture figure parmi les 11 millions de véhicules dotés d’un logiciel truqueur.

« Dès maintenant, tous les clients de (la marque) Volkswagen ont la possibilité de vérifier eux mêmes, si leur voiture doit être retouchée », indique le constructeur automobile allemand. Belgique
En Belgique une telle vérification peut se faire via le site de l’importateur D’Ieteren Auto. Il suffit d’entrer sur la page www.volkswagen.de/info le numéro de châssis de sa voiture. Le site indique alors si ce logiciel est installé sur le véhicule ou pas et si, le cas échéant, la voiture doit être ramenée au garage pour être révisée.Disponibilité mondiale
Comprenant également un questions-réponses sur le sujet, cette page internet déjà disponible sur le site allemand de Volkswagen va être « à court terme » également mise en ligne sur les différents sites internet de Volkswagen dans le monde, précise le constructeur automobile, insistant sur le fait que même avant révision, la conduite reste possible avec une voiture équipée de ce logiciel truqueur.D’Ieteren
En Belgique, cette vérification peut se faire via le site de l’importateur D’Ieteren Auto (www.customercare.dieteren.be), qui informera par ailleurs « dans les plus brefs délais » et par courrier l’ensemble des clients concernés.Marques concernées
Sur les douze marques que possède le groupe, l’installation de ce logiciel truqueur concerne les marques Volkswagen, Audi, Skoda, Seat ainsi que les utilitaires. Audi a également indiqué vendredi avoir mis une page internet similaire en ligne.*2/10/15 -Source: Belga"Les attaques répétées contre les voitures diesel frôlent parfois le grotesque"

************************************************

*Les alliés occidentaux complices avec les terroristes en Syrie

Photo de propagande de combattants djihadistes en Syrie, publiée le 4 mai.

Les pilotes américains et alliés de la coalition opérant en Syrie et en Irak ont reçu l’ordre de ne jamais frapper les terroristes du groupe Front al-Nosra, la filiale syrienne d’Al-Qaïda, révèle le Canard enchaîné du 6 octobre. »La Turquie (membre de l’Otan), l’Arabie saoudite et le Qatar (alliés et clients des Etats-Unis et de la France) arment et financent cette Armée de la Conquête », une force « dirigée par le Front Al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) », écrit le Canard.

« Les pilotes américains et alliés ont, voilà plus d’un an, reçu l’ordre de ne jamais balancer le moindre missile sur ces héritiers de Ben Laden. Une interdiction encore valable aujourd’hui », poursuit le journal célèbre pour ses révélations.

Et le Canard de poursuivre en énumérant, parmi d’autres « vérités premières »: « c’est l’armée de Bachar, avec le soutien militaire de la Russie, de l’Iran et du Hezbollah, qui a empêché Daech de planter ses drapeaux noirs sur Damas ».

Opérant depuis plus d’un an, la coalition menée par les Etats-Unis, composée de plus de 60 pays, n’est toujours pas parvenue à venir à bout de l’Etat islamique, qui compterait 30.000 hommes selon la CIA.

Les avions russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites des terroristes. Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l’EI depuis des navires en mer Caspienne. Les forces armées russes soulignent qu’elles agissent en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad et ne visent que les positions et infrastructures de l’Etat islamique.

Les missiles ont notamment frappé des usines de production d’obus et d’explosifs, des postes de commandement, des dépôts de munitions, de combustible et d’armes, ainsi que des camps d’entraînement des terroristes.

Le lancement de l’opération russe a été accompagné d’une vaste offensive de propagande dans la presse occidentale, qui a accusé Moscou de ne pas frapper les « bonnes cibles » sur le terrain. La Russie était en outre accusée, fausses preuves à l’appui, de faire des victimes civiles.(sputnik)* jeudi 08 octobre 2015

**La richesse de Daech s’élèverait à 2 200 milliards de dollars

Daech posséderait près de 2 200 milliards de dollars de richesses selon une étude à paraître du Centre d’analyse du terrorisme (CAT), dévoilée en partie par Challenges. Le même think-tank chiffrait en 2014 cette fortune comprenant les richesses naturelles sous contrôle de l’État islamique sur une large partie de la Syrie et l’Irak, à 2.000 milliards de dollars. En outre, Daech mettrait en place une collecte des impôts de plus en plus efficace. Selon le CAT, en un an les revenus tirés des taxes seraient passés de 600 millions à 1 milliard de dollars. Le commerce du coton cultivé dans le nord de la Syrie, rapporterait 20 millions de dollars par an, avec un potentiel de 100 millions de dollars. Il contrôlerait 130 banques de dépôt. En revanche, les bombardements sur les centres de raffinages et les puits d’extraction ont eu un impact sur les activités pétrolières de Daech. Les revenus seraient passés de 1 milliard à 600 millions d’euros*:source: lexpress.fr/10/10/2015

***Le « calife » de Daech touché lors d’un raid aérien

media_xll_8063958

L’autoproclamé « calife » de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, aurait été touché dans un raid aérien mené par l’armée de l’air irakienne, samedi en milieu de journée. Mais il ne ferait pas partie des tués, selon Reuters.

« Une opération héroïque », à en croire l’armée de l’air. Les forces irakiennes soutiennent en effet avoir touché le convoi du chef du groupe djihadiste Etat islamiqueAbou Bakr al-Baghdadi, samedi, près de la frontière syrienne en Irak. Si son état reste encore inconnu, l’agence de presse Reuters soutient qu’il ne figurent pas parmi les huit personnes tuées.  

« L’armée de l’air irakienne a mené une opération héroïque en ciblant le convoi du terroriste criminel Abou Bakr al-Baghdadi », a indiqué un communiqué conjoint officiel des forces de sécurité. L’armée ne précise pas pour autant si le chef du groupe ultradical qui sévit en Irak en Syrie a été tué ou blessé. L’agence de presse Reuters, qui cite des sources hospitalières, affirme que le « calife » autoproclamé ne fait pas partie des tués. 

10 millions de dollars pour la capture du « calife »

Le raid a visé le convoi alors que le chef de l’EI se dirigeait « vers la région de Karabla (ouest) pour participer à une rencontre des leaders terroristes de Daech », a ajouté le texte. La frappe a eu lieu samedi en milieu de journée, a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur Saad Maan. Karabla est située sur le fleuve Euphrate, à environ 5 km de la frontière syrienne. 

Déjà en mars dernier, le leader de l’organisation islamiste avait été grièvement blessé lors d’une frappe aérienne, affirmait le Guardian. Baghdadi est l’un des hommes les plus recherchés de la planète. Les Etats-Unis sont prêts à offrir 10 millions de dollars pour sa capture. Mais il reste introuvable et invisible, alors même que l’EI a développé un vaste arsenal médiatique en diffusant de multiples photos ou vidéos de ses offensives et exactions. *:source: lexpress.fr/11/10/2015

*******************************************


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café