Attaque terroriste contre le musée du Bardo à Tunis

18032015

*21 touristes polonais, italiens, allemands et espagnols ont été tués dans cette attaque terroriste. 

**38 autres personnes blessées

assaillant) (1)

**Au nombre de deux ou trois, les terroristes sont arrivés ce mercredi midi -18 mars 2015-au musée du Bardo vêtus de tenues militaires. Ils auraient profité de l’affluence touristique pour se glisser derrière un bus et pénétrer dans le musée à l’insu des gardiens. Ils disposaient selon le ministère de l’Intérieur de kalachnikov et de grenades qu’ils n’auraient pas hésité à utiliser rapidement. Des témoins interrogés précisent ainsi que des touristes ont été tués à « bout portant ». L’attaque n’a pas été revendiquée pour le moment mais plusieurs spécialistes des mouvements djihadistes indiquent qu’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) avait lancé un appel au djihad en Tunisie ce mercredi.

***Le Premier ministre tunisien Habib Essid a annoncé, au milieu de l’après-midi de ce mercredi, un nouveau bilan de l’attaque terroriste perpétrée contre le musée du Bardo à Tunis par des hommes armés, qui s’est malheureusement alourdi par le décès de 11 autres personnes. En effet, selon Habib Essid 19 personnes dont 20 touristes polonais, italiens, allemands et espagnols ont été tués dans cette attaque terroriste. Il a précisé que les deux victimes tunisiennes sont un policier et un civil.

Le Premier ministre tunisien a indiqué que les assaillants, vêtus selon lui d’uniformes militaires, avaient ouvert le feu sur les touristes alors que ces derniers descendaient de leurs bus puis les avaient pourchassés à l’intérieur.  Il n’a pas évoqué de tentative de prise d’otages.

Par ailleurs, le ministre de la Santé Saïd Aïdi a indiqué à la presse que 38 personnes avaient été blessées, notamment des ressortissants de France, d’Afrique du Sud, de Pologne, d’Italie et du Japon. Selon la télévision nationale, deux assaillants ont aussi été tués. La même source a indiqué que l’opération de police était terminée et que l’évacuation des touristes du musée était finie. *divers médias-algerie1.-mercredi 18/03/2015 |

Attaque en Tunisie : 19 morts dont 17 étrangers et 38 blessés

*voir vidéo: attaque terroriste à Tunis

*Une nouvelle vidéo témoigne des sentiments de panique vécus par les touristes présents dans le musée du Bardo au moment de l’attaque du 18 mars dernier. Pour rappel, l’attentat de Tunis a fait 21 victimes. Ces images ont été filmées par une ressortissante italienne. Comme de nombreux touristes, elle a filmé, probablement avec un smartphone, la visite guidée qu’elle suivait au musée du Bardo avec son mari.  Peu de temps après, une deuxième détonation retentit, puis deux autres. La panique s’empare alors des touristes, qui se mettent à courir, malgré un appel au calme. « Oh mon dieu! », entend-on distinctement. La vidéo se poursuit avec le témoignage bouleversant du couple de touristes. La femme explique notamment avoir pleuré toute la nuit après le drame.*25/03/15 -7sur7

*Voir la vidéo de la panique

*autre vidéo

*********************************

Attaque terroriste contre le musée du Bardo à Tunis  dans actualité fsm20151

*Forum social mondial de Tunis- du 24 au 28 mars 2015

Les envoyées du Royaume marocain, se sont livrées aux insultes et aux agressions contre des filles sahraouies dans un pays, la Tunisie, qui n’a pas encore fait son deuil.

  *Les Marocaines offrent un spectacle désolant

Hier, la capitale tunisienne a ouvert ses bras aux représentants de la société civile du monde entier. Le Forum social mondial qui abrite sa 13ème édition a commencé par l’assemblée des femmes sous le thème de «Dégage microcrédit, dégage!», «Les femmes unissent leurs luttes, résistances et alternatives». Hélas, cette assemblée qui a pour principale mission la solidarité avec toutes les femmes du monde entier a failli tourner au drame. Scandale! Les représentantes marocaines se sont adonnées à un jeu de provocation indigne de cette rencontre. Alors que ce Forum dénonçait la violence sous toutes ses formes, réclamait la liberté pour tous, voilà que certaines Marocaines se réclamant représentantes de la société civile déploient sur place des drapeaux et pancartes appelant à la violence contre le peuple sahraoui. Ce spectacle désolant s’est produit hier, devant des milliers de jeunes venus du monde entier assister à une fête de la jeunesse et de la liberté dans un pays qui sort à peine d’une révolution et qui n’a pas encore fait son deuil après l’horrible attaque terroriste qui a fait 22 morts, il y a quelques jours, au musée du Bardo. Cette situation anarchique a provoqué une très grande pagaille. «Vous n’avez pas le droit d’être ici. C’est l’Algérie qui vous donne de l’argent et vous finance», a crié la représentante marocaine en arrachant et agressant la représentante sahraouie au vu et au su de tous les participants. La situation s’est compliquée davantage, notamment quand les Sahraouis ont été privés de prendre la parole, contrairement aux Marocains présents en force. A cause de cette situation, de nombreux participants ont dû quitter la salle de conférences, déçus des injures et provocations des Marocaines. «Je suis très déçu des comportements inadmissibles et scandaleux de certaines Marocaines. Nous sommes venues en Tunisie pour la lutte contre les discriminations», regrette Florance une féministe française. Désillusionnée, elle se lâche: «je quitte les lieux, je ne peux plus supporter ce genre de comportements inadmissibles». Nombreuses et nombreux sont ceux qui ont partagé la position de cette Française et ont quitté les lieux. Agressées, insultées et menacées, les Sahraouies n’ont dû leur salut qu’aux Algériennes. Présentes comme participantes à l’image des autres délégations du monde, les Algériennes les ont, elles aussi, scandé et appelé côte à côte avec les Sahraouies à l’indépendance et à la liberté du peuple sahraoui. Les deux drapeaux algérien et sahraoui ont été liés l’un à l’autre. «Nous sommes venus crier et lutter contre la violence, mais en voyant quelques-uns agresser et insulter les autres, on réalise que nous sommes très loin de notre objectif», regrette Sarah, représentante d’une association, algérienne. Plus de 60 pays ont été représentés par des organisations et associations et une importante délégation algérienne a pris part. Par ailleurs, les participants à cette manifestation mondiale placée aussi sous le thème «dignité et droit» ont débattu sur différent thèmes relatifs à la situation des droits de l’homme, notamment dans le Monde arabe ainsi que le rôle et la place des jeunes dans les prises de décisions. La représente du Mozambique a revendiqué la liberté des femmes sahraouies et palestiniennes. De son côté, celle de la Côte d’Ivoire a appelé à la lutte contre le racisme. «Nous sommes victimes de la pauvreté, victimes de la violence et victimes de l’exclusion des postes politiques», a regretté la même représentante. La capitale tunisienne abrite du 24 au 28 mars la 13ème édition du Forum social mondial (FSM) avec la participation de plus de 60 pays représentés par des organisations et associations, dont une délégation algérienne. Les participants à cette manifestation mondiale placée cette année sous le signe «dignité et droit» devront débattre différents thèmes relatifs à la situation des droits de l’homme, notamment dans le Monde arabe, ainsi que le rôle et la place des jeunes dans les prises de décisions. Des représentants de l’Organisation de libération palestinienne (OLP) et une délégation sahraouie participent également à cette rencontre qu’abrite Tunis pour la deuxième fois consécutive. La délégation algérienne composée d’environ 1200 personnes est composée de 400 associations et organisations non gouvernementales. Pour marquer le début de la manifestation, une marche d’ouverture est prévue à Tunis du théâtre municipal vers la place des Droits de l’homme. Créé à Porto Alegre (Brésil) en 2001, le FSM a pour objectif de consacrer un espace de dialogue démocratique entre les différentes organisations non gouvernementales de la société civile et les différents mouvements altermondialistes, afin de concrétiser les principes de justice sociale. Le FSM se propose de «répliquer» au Forum économique de Davos où les gouvernements des pays puissants «décident du sort du monde». *Envoyée spéciale à Tunis Ilhem TERKI - Mercredi 25 Mars 2015 *L’Expression

 attaque.terroriste dans actualité

******L’organisation du Forum social mondial en Tunisie représente un événement international d’une grande importance de part la participation massive à ce forum (aux environs de 80000 participants) ainsi que la couverture médiatique attendue pour ce rendez-vous planétaire. C’est en vue de garantir les meilleurs conditions de réussite pour ce forum que toutes les parties concernées se sont mobilisées afin d’atteindre cet objectif. Les organisateurs n’ont pas cessé de souligner l’aide et la contribution des structures et des instances publiques pour le soutien du comité d’organisation du forum. Parmi ces structures, on cite souvent et particulièrement le Ministère de l’Éducation dont l’apport à l’organisation de ce forum est mis en relief par bon nombre d’organisateurs. C’est dans ce cadre que nous avons pu avoir un aperçu clair sur la grande mobilisation et les efforts considérables déployés par ce ministère et qui traduisent son engagement afin de garantir la réussite du Forum Social mondial.

**tunisienumerique.com/  23 MARS, 2015 

Accueil

fsm-2015--680x340

*Dans une déclaration accordée à leconomistemaghrebin.com, en marge de la conférence de presse  sur le Forum social mondial 2015, Alaa Talbi, directeur exécutif du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux et membre du Comité préparatoire du Forum Social Mondial -Tunis 2015 a estimé que le choix de la Tunisie pour la deuxième édition du Forum Social mondial  est une réussite pour le pays car c’est  «  le seul pays qui a accueilli le forum deux fois de suite avec le Brésil ». Notons que la Tunisie avait déjà accueilli le FSM en 2013 -D’après notre interlocuteur, cette réussite est due à plusieurs facteurs surtout au  » rôle de la société civile tunisienne, au dynamisme des syndicats et aux mouvements sociaux en Tunisie que nous ne pouvons pas nier  » et de continuer :  » Lors de la crise politique en Tunisie, nous avons vu le rôle qu’ont joué la société civile et les syndicats « , rappelle-t-il. -Par ailleurs, Alaa Talbi a estimé que le choix de la Tunisie est le choix de toute la région nord de l’Afrique  qui est au cœur des mouvements sociaux : et «  même nos confrères de la Grèce  affirment qu’ils ont subi l’influence des événements survenus dans la région ». «Ce qui est inédit dans l’expérience tunisienne c’est que la société civile est capable de changer les choses pacifiquement et de présenter d’autres alternatives afin de continuer le parcours démocratique», a-t-il déclaré. -*leconomistemaghrebin.com/2015/03/23/

***************************

*Fusillade dans un centre commercial à Copenhague: 3 blessés

Trois personnes ont été blessées à la suite d’une fusillade survenue mercredi dans un centre commercial à Copenhague, ont rapporté des média locaux.

Deux groupes de personnes, huit au total, ont été impliqués dans la fusillade au parking du centre commercial à Amager, une banlieue de la capitale danoise, a indiqué la chaîne de télévision TV2 faisant état d’un fort déploiement de la police. Aucune indication n’a été donnée sur les motifs de l’échange de tirs. L’état d’alerte est particulièrement élevé au Danemark depuis le double attentat survenu les 14 et 15 février dernier à Copenhague, faisant trois morts, dont l’auteur présumé de l’attaque abattu par la police. (Aps)mercredi 18/03/2015 |

*********************************

Des hackers se réclamant du groupe jihadiste de l’Etat islamique ont publié une liste de 100 militaires américains à abattre, précisant leurs noms et adresses supposés, indique dimanche le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

Ce groupe qui se présente comme la « Division des hackers de l’Etat islamique » a mis en ligne ces informations sur des membres de différents corps de l’armée américaine, y compris leurs photographies et grades, ajoute le SITE.

Il affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement. Selon lui, les 100 militaires ciblés ont participé à la guerre contre l’EI en Syrie, en Irak et au Yémen. Interrogés par le New York Times, le département américain de la Défense et le FBI ont dit être informés de ces menaces et enquêter sur le site. Le journal cite par ailleurs une source militaire qui affirme que les informations publiées sont pour la plupart accessibles au public et que les serveurs du gouvernement ne semblent pas avoir été piratés. Ces derniers mois, plusieurs médias et institutions américaines ont été piratés par des hackers se réclamant de l’EI. En janvier, ils avaient ainsi brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), une intrusion embarrassante pour l’armée américaine en pleine guerre contre l’EI en Syrie et Irak. (Afp) 22/03/2015 

******************************

media_xll_7583381 Airbus dans culture

*crash de l’A320 de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes françaises

*Les 150 victimes originaires d’une quinzaine de pays

Les 150 victimes – 144 passagers et 6 membres d’équipage – du crash mardi de l’A320 de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes françaises sont originaires d’une quinzaine de pays, selon les autorités françaises.

L’appareil effectuait la liaison entre Barcelone (Espagne) et Düsseldorf (Allemagne). L’Allemagne et l’Espagne payent le plus lourd tribut, avec au moins 72 Allemands et 51 Espagnols tués. Voici le point sur la nationalité des victimes confirmées mercredi à 16H00 GMT:

Europe

La grande majorité des victimes sont européennes. – Allemagne: le patron de Germanwings Thomas Winkelmann a confirmé la mort de 72 Allemands, parmi lesquels 16 adolescents et deux enseignants d’Haltern (nord-ouest de l’Allemagne).

Le groupe revenait d’une semaine à Llinars del Valles, près de Barcelone, dans le cadre d’un échange scolaire. Deux bébés de nationalité allemande se trouvaient aussi à bord, ainsi que deux chanteurs de l’opéra de Düsseldorf, le baryton-basse Oleg Bryjak, âgé de 54 ans, et la contralto Maria Radner, 33 ans, qui venaient de se produire dans l’opéra de Richard Wagner « Siegfried » au Gran Teatre del Liceu de la capitale catalane. – Espagne: au moins 51 Espagnols figurent parmi les 150 victimes, selon le gouvernement espagnol.

Le patron de Germanwings a pour sa part évoqué plus tôt le chiffre de 35 citoyens espagnols tués, tout en soulignant que la nationalité de certains passagers n’avait pas encore été établie.

Parmi les victimes, figuraient un couple de jeunes mariés qui partait s’installer à Düsseldorf, une dizaine d’hommes et femmes d’affaires ainsi qu’un femme et son bébé de 7 mois.

Grande-Bretagne: le ministre des Affaires étrangères Philip Hammond a fait état de trois ressortissants britanniques tués et n’a pas écarté « la possibilité d’autres victimes britanniques ».

Belgique : au moins un Belge figure parmi les victimes, selon le ministère belge des Affaires étrangères. – Danemark: une victime danoise, selon le patron de Germanwings. – Pays-Bas: un ressortissant néerlandais se trouvait à bord, selon Germanwings.

Amérique Latine

Argentine : trois citoyens argentins avaient embarqué sur le vol 4U 9525, selon les témoignages de leurs proches: un jeune couple de 28 ans, en vacances en Europe, et un homme d’affaires, résidant au Paraguay. – Colombie: le ministère colombien des Affaires étrangères a fait état de deux morts colombiens. – Mexique: deux Mexicains figurent parmi les victimes, selon le ministère mexicain des Affaires étrangères.

Venezuela : deux citoyens vénézuéliens figuraient sur la liste des passagers, selon Germanwings.

Amérique du Nord

Etats-Unis : deux Américains ont péri dans l’accident, a confirmé le département d’Etat.

Asie

Australie : deux Australiens sont morts dans la catastrophe, selon le Premier ministre Tony Abbott.

Japon : deux Japonais résidant à Düsseldorf figuraient sur la liste des passagers, selon le ministère nippon des Affaires étrangères. La compagnie Germanwings n’a pour sa part cité qu’un Japonais.

Kazakhstan : le ministère kazakh des Affaires étrangères a confirmé le décès de trois ressortissants, précisant qu’il cherchait à vérifier la nationalité d’une éventuelle quatrième victime.

Moyen-Orient

Iran : deux Iraniens étaient à bord, selon Germanwings.

Israël : la compagnie allemande a cité un Israélien parmi les victimes. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a également cité le Maroc parmi les « nationalités avérées » de victimes.

« Chacun est en train de recenser les différentes nationalités », a déclaré le Premier ministre français Manuel Valls, précisant qu’ »il appartient à la compagnie Lufthansa et aux autorités espagnoles et allemandes de fournir, l’ensemble de ces données ».

Interrogé lors d’une conférence de presse à Berlin, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Martin Schofer, a lui refusé de donner des chiffres de nationalité, estimant l’exercice « prématuré ».

« Environ la moitié des victimes sont des citoyens allemands », a-t-il confirmé. Mais pour « environ 10% des victimes, nous n’avons pas de certitude », a-t-il souligné.(Afp)-25/03/2015 | 

**********************************

*Crise libyenne: à quoi joue l’ONU?

Le siège de l'ONU

L’Organisation des Nations unies (ONU) n’a pas pour vocation d’emmener le monde au paradis, mais peut-être de le sauver de l’enfer. Encore que ce n’est pas sûr puisque dans le cas de la grave crise libyenne, elle le place entre deux feux.
Aux efforts colossaux entamés par l’Algérie en vue d’aboutir à une solution politique, sous l’égide de l’ONU, entre les milices libyennes qui se font la guerre sur le terrain, voilà que l’émissaire de cette auguste organisation pour la Libye, Bernardino Leon, décidément inspiré autour d’un tajine à Skhira au Maroc, déclare qu’il y avait «une chance» que les Parlements libyens rivaux proposent «les premiers noms pour un gouvernement d’unité nationale cette semaine».
Le même responsable nous apprend même que «les négociations entre ces deux Parlements, qui se déroulent au Maroc sous l’égide des Nations unies, ont été prolongées (…)». A quoi joue l’ONU qui confie ce dossier à la fois à l’Algérie et au Maroc? Il ne s’agit pas de ménager des susceptibilités mais de régler une grave crise qui risque de déboucher sur un génocide.
La question mérite d’être posée aussi bien dans le fond que dans la forme. Dans le fond, il ne s’agit pas d’une simple réunion de parlementaires qui palabrent au bord de l’océan pour régler une crise qui affole même l’Otan. La clé de la crise libyenne est entre les mains des milices et des factions qui se livrent la guerre sur le terrain. La vraie solution est entre les mains des chefs de tribus qui composent la mosaïque libyenne. Ce sont ces milices, ces chefs de tribus qui se sont rencontrés à Alger et qui sont capables de faire la paix. Durant ces derniers mois, l’Algérie a reçu dans la discrétion la plus totale, plus de 200 acteurs libyens. Il y a eu des rencontres à Alger entre des ailes opposées, des rencontres secrètes qui parfois ont abouti à des accords signés entre les parties.
Après avoir parrainé avec succès un accord entre les parties maliennes en conflit, un triomphe salué par toutes les capitales du monde, l’Algérie s’apprête à recoller les morceaux de la mosaïque libyenne très complexe. Le plus grand défi était de convaincre les parties en conflit de la nécessité d’une solution pacifique et négociée. Si le conflit n’aura pas trouvé son règlement à Alger, il le sera à Bruxelles où se tiendra, dans quelques jours, une autre réunion et regroupera des représentants de municipalités libyennes dans le cadre du processus du dialogue inter-libyen. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait émis le voeu, que cela devrait être une «source d’inspiration» pour la recherche de «solutions durables» de paix en Libye. Le chef de la diplomatie a ajouté que l’Algérie était «mobilisée» pour apporter sa contribution en «empruntant la voie de la réconciliation, de la paix et de la stabilité».
Cette démarche n’a pas été du goût du Royaume marocain qui tentait de disputer un rôle de leader régional à l’Algérie qui est, de par son voisinage avec la Libye, et son expérience, le pays le mieux placé pour assumer ce rôle. Le Maroc a beau déclarer ses ambitions diplomatiques, il est loin de cette réalité libyenne.
Cela, même s’il tente de préserver ses «intérêts» trop étroits: 120 000 chômeurs marocains sont actuellement en Libye, principalement à Tripoli et à Benghazi, à la recherche d’un emploi. Dans la forme, pour revenir aux imperfections de l’action onusienne, des contradictions patentes grèvent la démarche de l’ONU. Premièrement, il faut rappeler que sa création, en 1945, était nécessaire, car on ne pouvait compter sur des Etats belliqueux pour éviter la guerre.
Ensuite, la Charte des Nations unies proclame le droit à l’autodétermination et encourage la décolonisation. Comment confier alors le règlement d’une guerre à un pays qui est lui-même un Etat qui résiste à l’abandon de sa colonie, le Sahara occidental, qui est d’ailleurs la dernière colonie au monde? Comment confier un dossier aussi sensible à un Etat qui foule aux pieds un des principes fondateurs de l’ONU? *Par Brahim TAKHEROUBT - Mardi 24 Mars 2015-L’Expression

***********************************

tifrres

*Un fournisseur d’un cantonnement militaire tué dans un faux barrage sur la route Akkerou-Azefoune à l’Est de Tizi Ouzou

Un fournisseur d’un cantonnement militaire a été tué, mercredi après-midi peu avant 14heures, dans un attentat terroriste sur la route Akkerou-Azefoune(67 km à l’Est de la Wilaya de Tizi Ouzou) a apprisAlgérie1 de sources sécuritaires.

Selon les indications fournies par la même source, le convoi des fournisseurs, en produits alimentaires, composé de deux camions venait de livrer les marchandises à la caserne de l’armée implantée au chef lieu de la commune d’Akkerou, Tifrit Nait El-Hadj.

Sur le chemin du retour, le premier camion a été intercepté à la sortie du même village, sur le chemin de Wilaya N°158 menant vers Azeffoune, dans un faux barrage dressé par un groupe armé composé d’au moins 6 à 8 individus.

Ces derniers ont sommé le chauffeur du camion de s’arrêter avant de l’abattre froidement et de retenir en otage son accompagnateur. Le camion a été incendié sur les lieux alors que les occupants du second camion ont pris la fuite en se rendant compte de la présence de terroristes sur leur route. L’otage de ce faux barrage a finalement été relâché quelques minutes après ce lâche attentat.*Par Ameziane Athali | 18/03/2015 / algerie1.

***********************************







humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café