Paris toujours alignée sur les thèses expansionnistes du Maroc,

21 07 2012

**Sahara Occidental :

 Droite ou gauche, Paris toujours alignée sur les thèses expansionnistes marocaines

Ce n’est ni une surprise, ni un secret: la France actuelle, qu’elle soit dirigée par la droite ou la gauche, reste toujours le soutien le plus fidèle aux thèses expansionnistes du Maroc, au Sahara Occidental.
<br />
 » /></a></em></strong></p>
<p><span style=A peine l’épisode Sarkozy estompé, voilà que la France officielle réitère, sans grande retenue du reste, son plein appui à l’occupation du Sahara Occidental par le Maroc, et, dans la foulée, se dit respectueuse des résolutions de l’ONU sur ce dernier conflit de décolonisation en Afrique. De passage au Maroc où il a visité des projets d’habitat financés par la France, le ministre français chargé du Développement Pascal Canfin, a affirmé que la France «appuie» toujours le ‘plan d’autonomie’ proposé par le Maroc, pour résoudre le conflit du Sahara Occidental. Lors d’une conférence de presse à Rabat avec le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères Youcef Amrani, il a déclaré que la France réitère cette position «qui n’a pas changé». «Nous appuyons le plan d’autonomie marocain qui est pour nous, la seule proposition crédible sur la table des négociations», a-t-il précisé, ajoutant que la France «soutient» aussi la «recherche d’une solution politique à cette question sous l’égide des Nations unies et conformément aux résolutions qui ont déjà été adoptées». Le soutien, sans faille, de la France aux thèses marocaines, quant à l’avenir du Sahara Occidental, vient jeter une ombre sur les espérances des uns et des autres quant à un certain recul, attendu de la part de la gauche, quant à la situation actuelle d’impasse dans laquelle la décolonisation de ce territoire a été créée par Rabat. Les déclarations de Canfin battent en brèche les affirmations, dimanche dernier à Alger, du chef de la diplomatie française Laurent Fabius sur la recherche des moyens d’arriver à une paix durable dans la région. D’autant que les efforts de tous sont actuellement requis pour lutter contre la grande menace du terrorisme au Sahel, et qui met entre parenthèses tous les efforts de développement de ces vastes territoires.
Pour autant, la France a toujours bloqué les résolutions de l’ONU sur l’avenir du Sahara Occidental, notamment dans la mise en oeuvre du plan onusien du référendum d’autodétermination, que Rabat a toujours ignoré, bloqué, sinon saboté depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu et l’apprêt des combats en 1991.
Le plan d’autonomie est la seule proposition mise sur la table par les autorités d’occupation marocaines, lors des négociations organisées sous l’égide des Nations unies et menées par l’envoyé personnel du SG de l’ONU, le diplomate américain Christopher Ross. Par contre, le Front Polisario a, lors des différents rounds de ce processus, déclaré qu’il est ouvert à toutes les propositions sur l’avenir du territoire, mais à travers un référendum au cours duquel les Sahraouis s’exprimeront librement sur leur avenir politique.
Les négociations entre le Maroc et le Front Polisario, qui se tiennent à Manhasset, près de New York, sont pour le moment gelées, le Maroc ayant entre temps récusé l’envoyé personnel de Ban Ki Moon, l’accusant de partialité. Une manoeuvre habituelle de la diplomatie marocaine pour renvoyer indéfiniment la résolution d’un conflit né de l’invasion du Sahara Occidental en 1975 par les troupes marocaines.
Dimanche à Alger, Laurent Fabius avait souhaité un rapprochement des positions du Maroc et de l’Algérie sur ce dossier, précisant que la position de la France était celle «défendue par les Nations unies». En fait, ‘’il n’y a aucune contradiction, fait-on valoir aujourd’hui au Quai d’Orsay, le plan d’autonomie est une bonne solution, mais cela relève de l’Onu ». Selon un responsable du Quai d’Orsay, interrogé par RFI, le règlement du conflit entre Sahraouis et Marocains a peu de chance d’aboutir avec les Nations unies, qui depuis vingt ans n’ont pas réussi à désensabler l’épineux dossier. « Il ne faut pas se leurrer, ajoute-t-il, la solution passera par une réconciliation entre l’Algérie et le Maroc ». A Alger, Laurent Fabius avait insisté sur la dynamique de rapprochement engagée entre ces deux nations du Maghreb, en proposant même, si les Algériens et les Marocains le souhaitaient, l’aide de la France. Paris, en somme, quelle que soit sa couleur politique, ne veut pas changer de fusil d’épaule, quant au conflit sahraoui, le dernier dossier de décolonisation en Afrique, encore sur la table des Nations unies. (Quotidien d’Oran-21.07.2012.)

********************************

*Le Britannique Bradley Wiggins remporte le Tour de France

Paris toujours alignée sur les thèses expansionnistes du Maroc, media_xll_5010596

Le Britannique Bradley Wiggins (Sky) s’est adjugé la 99ème édition du Tour de France au terme de la 20ème et dernière étape disputée dimanche 22.07.2012. sur 120 km entre Rambouillet et Paris, où son équipier et compatriote Mark Cavendish a décroché son 3ème succès d’étape en s’imposant au sprint sur les Champs Elysées.

media_l_5010622

Champion olympique de la poursuite individuelle sur piste en 2004 et 2008, Wiggins, né à Gand il y a 32 ans, est le premier Britannique vainqueur du Tour depuis la création de l’épreuve en 1903. Il s’est emparé du maillot jaune au soir de la 7e étape à La Planche des Belles Filles et a ensuite remporté les deux longs contre-la-montre sur les 9e et 19e étape.
Dans cette dernière étape, Cavendish a magnifiquement été emmené par son Wiggins au dernier kilomètre, pour signer un quatrième succès sur les Champs-Elysées, où il n’a encore jamais été battu (record du genre). Le sprinter de l’Ile de Man s’est imposé devant le maillot vert, le Slovaque Peter Sagan. L’Australien Matthew Goss a pris la 3e place devant l’Argentin Juan José Haedo et notre compatriote Kris Boeckmans.
media_l_5010621

C’est le 23ème succès au Tour du champion du monde en 5 participations. Au général, Wiggins devance de 3:21 un autre équipier et compatriote, Chris Froome, et de 6:19 l’Italien Vincenzo Nibali. Jurgen Van den Broeck est premier Belge à la 4e place, à 10:15 de Wiggins. Les autres maillots distinctifs sont revenus au Français Thomas Voeckler (montagne) et à l’Américain Tejay Van Garderen (jeune). Source: belga.be-22.07.2012.

media_l_5010619

Le palmarès du tour de France

**********************************

«Dans dix ans il n’y aura plus d’Opep»

Les Etats-Unis visent la disparition de cette organisation!

«Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe.» Albert Einstein
Les matières premières ont toujours déterminé le développement des sociétés développées. Qu’elles soient alimentaires ou énergétiques, elles sont l’objet de… convoitises de la part des Etats pour leur exploitation. Si les conflits pour le contrôle des gisements et des ressources prennent rarement la forme d’affrontements armés, on parle toutefois aujourd’hui de «guerres commerciales». Un combat inégal a lieu, d’un côté les importateurs obnubilés par la sécurisation de leur approvisionnement pris dans l’ébriété énergétique, de l’autre, les exportateurs généralement des pays rentiers qui s’attachent à protéger leurs gisements pour en limiter le pillage sans pour autant mettre en place des stratégies de conservation pour les générations futures. C’est le drame des pays rentiers arabes de l’Opep installés dans les temps morts. Cette compétition pour les matières premières a lieu aussi, entre les pays développés. «C’est une guerre sans mort» comme l’écrit François Mitterrand l’ancien président français.
Depuis le début des années 2000, une révolution énergétique silencieuse a lieu,et donne lieu à un bouleversement total de la scène énergétique mondiale. Cette révolution a été menée par les Etats-Unis à la fois sous l’Administration Bush et Obama. C’est avant tout une révolution scientifique avec les nouvelles techniques de prospection et de forage boostées par des prix élevés du baril, qui au lieu de rendre exploitables les énergies renouvelables, a profité aux énergies fossiles. Dans le futur, la consommation connaîtra par contre un boom de plus en plus important pour les pays émergents qui consommaient moins de 10 millions de barils /jour en 1985 et qui ont consommé en 2011 près de 28 millions de barils /jour. Les Etats-Unis sont passés pendant la même période, de 16 à 19 millions de barils avec une pointe vers l’an 2005 à 21 millions de barils (dépendance 60%). En 2011, la production était de 10 millions de barils pour des importations de 9 millions de barils (45%). On prévoit qu’en 2022, la production grimperait à 12 millions de barils pour une consommation constante de 19 millions de barils (dépendance de 38%). L’Europe est passée de 14,5 à 15 pendant la même période avec une pointe à 16,5 millions de barils vers 2005. L’Europe suit le mouvement dans une cacophonie et il n’y a pas de signe d’une transition énergétique. (1)
La dépendance énergétique des Etats-Unis appartient au passé
C’est donc un bouleversement majeur, presque passé inaperçu, qui pourrait pourtant changer considérablement la politique internationale de la première puissance économique et militaire de la planète. Les Etats-Unis sont de moins en moins dépendants de l’énergie, et surtout du pétrole, importé de l’étranger. Comme le décrit le New York Times dans une longue enquête: «Dans tout le pays, l’industrie pétrolière et gazière augmente fortement sa production après deux décennies de déclin. Utilisant de nouvelles technologies et encouragée par l’envolée des prix du pétrole depuis le milieu des années 2000, l’industrie extrait des millions de barils de plus par semaine depuis les eaux les plus profondes du golfe du Mexique aux prairies du Dakota du Nord.» Et dans le même temps, les Américains consomment de moins en moins de pétrole (9% de moins qu’en 2007), ce qui est lié à la fois à la crise économique des dernières années, à la forte hausse des prix des carburants et au fait que les Américains commencent à échanger leurs 4X4 contre des voitures plus petites et beaucoup plus économes.»
«Entre une augmentation de la production et une baisse de la consommation, les Etats-Unis se retrouvent aujourd’hui sur la voie d’un rêve évoqué par Richard Nixon lors des chocs pétroliers des années 1970, redevenir indépendant sur le plan énergétique. En 2011, les Etats-Unis n’ont plus importé que 45% des carburants liquides qu’ils ont utilisés contre 60% en 2005 et ce recul des importations s’accélère. Le pays est devenu un exportateur net de produits raffinés et notamment d’essence pour la première fois depuis les années 1940! L’industrie américaine du gaz, qui il y a dix ans craignait de ne plus être capable de satisfaire la demande intérieure, produit aujourd’hui en telle quantité, notamment des gaz de schiste, qu’elle transforme à toute vitesse ses infrastructures pour pouvoir exporter vers l’Europe et l’Asie et non plus importer du gaz. «Comment cela est-il possible’ Parce que sous l’impulsion de George Bush et aussi sous l’administration Obama, le gouvernement américain a décidé de soutenir par tous les moyens l’industrie pétrolière et gazière en permettant l’exploitation et la recherche de façon intensive.(…) Ces bouleversements, s’ils se prolongent, auront des conséquences considérables sur l’économie et la politique internationale des Etats-Unis. Washington, conscient de sa dépendance à l’égard du pétrole importé, notamment du Moyen-Orient, n’a eu de cesse au cours des dernières décennies de protéger avant tout diplomatiquement et militairement ses approvisionnements. (2).
L’apport décisif des nouvelles technologies
C’est un fait que la technologie a permis de reculer les limites des réserves. «Grâce, écrit Jim Wilson, aux technologies nouvelles et stimulées par la hausse des prix du pétrole depuis le milieu des années 2000, l’industrie pétrolière extrait des millions de barils de plus par semaine, à partir des eaux les plus profondes du golfe du Mexique vers les prairies du Dakota du Nord. Dans le même temps, les Américains consomment de moins en moins d’essence, en partie à cause de la récession et des prix élevés de l’essence Mais les tendances nationales sont indéniables. Non seulement les Etats-Unis ont réduit les importations de pétrole provenant des membres de l’Opep de 20 pour cent ces trois dernières années, de plus ils sont devenus un exportateur net de produits pétroliers raffinés comme l’essence pour la première fois depuis la présidence Truman. Tout comme l’augmentation de la production a été largement tirée par les prix du pétrole, la tendance pourrait s’inverser si l’économie mondiale devait ralentir. Même si, une grande partie de l’industrie est ravie par les perspectives.» (3)
«La fracturation est devenue poursuit l’auteur, le moyen privilégié d’extraction. Connue dans les années 1980 et 1990, les foreurs de gaz naturel ont commencé à combiner la haute pression avec la fracturation des puits de forage à l’horizontale, et pas seulement à la verticale. Ils ont pu extraire le gaz à partir des couches de schiste. De plus, les progrès technologiques ont permis les forages en eau profonde comme dans le golfe du Mexique. Les techniques nouvelles en imageries et la technologie sismique ont permis de prévoir l’emplacement et la taille des réservoirs une fois obscurcis par d’épaisses couches de sel. De plus, de nouveaux alliages «superstrong» ont été développés pour résister aux températures chaudes et hautes pressions profondes sous les fonds marins. «Notre dépendance au pétrole étranger est en baisse en raison des politiques mises en place par notre administration, mais aussi l’administration de notre prédécesseur,» a déclaré M.Obama lors d’une apparition de campagne en mars, «nous allons avoir une révolution», a déclaré Steven G. Farris, directeur général d’Apache Corporation, l’un des producteurs les plus actifs du bassin. «Et nous ne faisons que gratter la surface.» Les programmes informatiques de simulation ont permis de minimiser les essais et les erreurs. Fibres optiques avancées permettent aux ingénieurs et aux géologues installés au siège à plus de 300 miles, de suivre les progrès et à distance de diriger le forage. Des microphones sous-marins aident à identifier les fissures dans la roche afin de planifier les forages subséquents.» (3)
Que reste-t-il de l’Opep’
Les convulsions énergétiques du marché énergétique international ont traversé plusieurs époques. Il est incontestable que l’âge d’or de l’Opep a correspondu avec la première remise en cause de l’ordre des sept soeurs qui fixaient les prix du pétrole, répartissaient les marchés, évitaient d’être en compétition les unes avec les autres depuis l’accord d’Achnacchary et de la Red Line dans les années trente. Le baril, à la veille de la réunion des pays de l’Opep en novembre 1973, coûtait moins de 2 dollars. Le réajustement du prix – considéré dans la doxa occidentale comme un choc – permettant de rattraper l’inflation généré par le flottement du dollar depuis le 15 aout 1971, le prix bondit jusqu’à 11$. L’Algérien Belaïd Abdesselam et le Saoudien Zaki Yamani, les deux ministres les plus influents de l’Opep, furent reçus dans les capitales occidentales pour rassurer.
En novembre 1974, Kissinger, en créant l’AIE (l’Agence Internationale de l’énergie), comme un outil visant à détruire l’influence de l’Opep, a répondu aux voeux de son concepteur qui avait prédit ou plutôt décidé: «Dans dix ans, il n’y aura plus d’Opep.» C’est un fait que depuis le début des années 1980, juste après que les pays occidentaux soient «choqués» pour la deuxième fois par un réajustement du prix du pétrole dans le sillage de la révolution iranienne, l’Opep n’a plus rien repris de la main. Deux événements majeurs l’expliquent: l’émergence du hors Opep, notamment avec les gisements de la mer du Nord, boosté par un prix du pétrole qui a rendu compétitifs ces gisements. La compétition pour des parts de marché lancée par l’Arabie Saoudite contre le Royaume-Uni de Margaret Thatcher. Résultat des courses: les prix baissent jusqu’à moins de 10 dollars ruinant des petits pays comme l’Algérie et annonçant l’endettement, prélude des événements de 1988. L’Opep perdit son marker crude: «L’Arabian Light» au profit d’un pétrole, le Brent qui sert actuellement de référence pour la zone Europe. Depuis, l’Opep qui ne décide plu de rien, suit les instructions prévisionnelles de l’AIE et répartit la demande en jouant au cartel avec toujours les pays du Golfe chargés d’appliquer la politique américaine. Avec les nouvelles technologies d’extraction, le Moyen-Orient est en train de perdre la main dans le secteur de la production de pétrole et de gaz. L’Amérique du Nord va redevenir le centre du monde pour les hydrocarbures. Depuis un demi-siècle, le Moyen-Orient est le centre de gravité mondial de la fourniture d’énergie. D’ici les années 2020, la capitale de l’énergie sera sans doute revenue dans l’hémisphère Ouest, Les raisons de ce déplacement sont en partie technologiques et en partie politiques. Les géologues savent depuis longtemps que les Etats-Unis regorgent d’hydrocarbures prisonniers de gisements offshores difficiles d’accès, de schiste, de sable bitumineux et de formations de brut lourd. Les Etats-Unis comptent plus de 2000 milliards de barils de pétrole non conventionnel, le Canada 2 400 milliards et l’Amérique du Sud plus de 2 000 milliards, à comparer avec les ressources de pétrole conventionnel du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui se montent à 1 200 milliards de barils. La production du gaz de schiste aux Etats-Unis est passée de quasiment rien à 15-20% de la production de gaz naturel américain en moins de dix ans. D’ici 2040, elle pourrait en représenter plus de la moitié. On est bien loin du pic de production pétrolier! Le fameux peak oil. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, balayés par de récentes révolutions, seront bientôt confrontés à une vérité dérangeante sur leur propre héritage en énergies fossiles (…) Le Printemps arabe tend à compliquer davantage la situation: le boom des Amériques devrait faire réfléchir les autocrates qui restent au Moyen-Orient: il signifie qu’ils ne pourront pas toujours compter sur une perpétuelle augmentation des cours du pétrole pour calmer les populations. Ce nouvel ordre géopolitique dicté par les hydrocarbures est déjà en train de se mettre en place.» (4) On connaissait déjà les risques environnementaux de l’exploitation du gaz de schiste, il y aurait désormais le risque d’une nouvelle bulle spéculative, rapporte le New York Times (…) Les sociétés d’exploitation du gaz naturel ont beaucoup investi dans les puits actuellement creusés aux Etats-Unis, persuadées qu’ils généreraient de gros profits et qu’il s’agissait là d’une nouvelle ressource énergétique pour le pays. Mais après lecture des documents internes, il apparaît que le gaz de schiste n’est pas aussi facile et peu coûteux à exploiter que prévu. (…) A tel point que ces révélations rappellent«la façon dont les doutes ont été exprimés lors de précédentes bulles financières». «Chez les indépendants, il se dit que le gaz du schiste est une escroquerie», déclare pour sa part un analyste d’ IHS Drilling Data, un groupe de recherche dans l’énergie.» (5)
Le grand perdant: l’environnement
Si il y a un perdant dans cette expansion sans fin, c’est l’environnement. À l’échelle nationale, des écologistes ont remis en cause le forage avec des résultats mitigés. Les efforts visant à arrêter ou à ralentir la fracturation ont réussi seulement dans l’ Etat de New York. Cependant, comme l’explique l’auteur: «À plus long terme, des facteurs sociaux et économiques peuvent réduire les miles parcourus – par exemple la hausse des achats sur Internet et le télétravail et la tendance des baby-boomers à conduire moins à mesure qu’ils vieillissent. La récession a également contribué à entraîner moins de déplacements quotidiens et les prix des maisons en chute ont permis à certaines personnes de se permettre de se rapprocher pour travailler. «(…) Voulons-nous continuer, écrit l’auteur, à payer 500 milliards de dollars par an aux pays arabes musulmans qui nous haïssent ou voulons-nous augmenter notre propre production pour devenir véritablement indépendants de pétrole du Moyen-Orient le plus rapidement possible’ Ce sont les deux seules alternatives, l’environnementalisme radical ne sert à rien et continue à mettre 500 milliards de dollars par année dans les poches des pays arabes. Nous avons besoin d’investir et de dépenser cet argent aux Etats-Unis en développant des sources d’énergie alternatives pour les automobiles, camions, machines et équipements. Nous pouvons changer radicalement notre politique étrangère au Moyen-Orient, cela seul permettrait d’économiser 100 milliards de dollars par année en frais militaires.» (3)
On le voit, l’essentiel est de diminuer la dépendance américaine. La nécessité est avant tout de ne pas dépendre des musulmans pour le pétrole même si l’environnement est saccagé, qu’il y ait des tremblements de terre récurrents comme dans l’Arkansas, que les produits chimiques détruisent les écosystèmes, c’est pas grave… même si les changements climatiques, l’environnement seront les grands perdants ce qui explique l’extinction du Giec. *Ecrit par : Chems Eddine CHITOUR (L’Expression-21.07.2012.)

*********************

*Tuerie d’Aurora dans le Colorado-USA :

 12 morts et 58 blessés dans une salle de cinéma

media_xll_5008948

Barack Obama avait suspendu de facto sa campagne en vue de la présidentielle du 6 novembre 2012 après la tuerie qui a fait 12 morts et 58 blessés dans une salle de cinéma de cette ville de la banlieue de Denver. Son adversaire républicain Mitt Romney avait fait de même. Le président a ordonné la mise en berne des drapeaux américains sur tous les bâtiments publics jusqu’au 25 juillet..Il avait appelé à une « journée de prière et de réflexion ». Egalement samedi soir, la police a annoncé avoir entièrement déminé l’appartement piégé à Aurora par l’auteur présumé de la fusillade. « Tous les éléments dangereux ont été retirés » du logement de James Holmes, ont précisé les forces de l’ordre dans un message sur Twitter. Holmes, 24 ans, a déclaré à la police lors de son arrestation qu’il avait miné son appartement dans lequel des artificiers ont mis à l’oeuvre un robot de déminage. Le chef de la police locale avait auparavant indiqué que l’appartement, rempli de substances incendiaires et explosives « était fait pour tuer la première personne qui serait entrée ».

Les artificiers ont pris soin de conserver ces différentes pièces à conviction dans la perspective du procès de James Holmes, qui sera déféré à la justice lundi à 14H30. La police d’Aurora a démenti tôt dimanche qu’un deuxième suspect avait aidé James Holmes à préparer l’attaque.

media_xll_5007962

Le mystère reste entier sur les mobiles du jeune homme, un étudiant en neurologie de l’Université du Colorado, présenté comme un solitaire. Il avait acheté plus de 6.000 balles et cartouches sur internet ces deux derniers mois, avait indiqué vendredi la police. Les quatre armes à feu saisies sur les lieux du massacre ont quant à elles toutes été achetées légalement.

Le chef de la police de New York, Raymond Kelly, qui n’a pas cité ses sources, a déclaré que le suspect était « manifestement dérangé » et avait les cheveux teints en rouge lors de son arrestation. « Il a dit qu’il était le Joker, l’ennemi de Batman », a-t-il déclaré à la presse.

La fusillade s’est produite dans une salle bondée du multiplex « Century 16″, lors d’une première à minuit de « The Dark Knight rises », dernier volet de la trilogie Batman dont la sortie était attendue par des millions de fans. Les services de médecine légale ont officiellement notifié dans la soirée les noms des victimes aux familles. La plus jeune est une fillette de six ans dont la maman a été blessée par balles et se trouvait dans un état critique à l’hôpital. Elle n’a pas été informée du décès de sa fille, selon le quotidien local Denver Post.

Un jeune homme de 27 ans, Matt McQuinn, est mort en protégeant sa fiancée, a indiqué la chaîne CNN. La plupart des défunts étaient âgés d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années, la plus âgée ayant 51 ans. D’après Bob Snyder, chirurgien du centre médical d’Aurora, sept patients sont encore à l’hôpital, dont quatre en soins intensifs. De nombreux blessés vont souffrir de séquelles à long terme, a-t-il estimé.

La tuerie a relancé l’éternel débat sur la réglementation des armes à feu, un sujet que M. Obama est accusé d’avoir soigneusement évité depuis son arrivée à la Maison Blanche. L’acteur britannique Christian Bale, qui joue le rôle de Batman dans le film s’est dit « horrifié » par la tuerie.

A Paris, l’avant-première en France du film a été annulée vendredi dans un cinéma des Champs-Elysées dans lequel étaient attendus les principaux acteurs. Mais de nombreux amateurs se sont rendus samedi soir à la première projection publique du film au cinéma le Grand Rex, tout en avouant un « pincement au coeur » à l’endroit des victimes du Colorado.

Après le choc d’Aurora, la campagne électorale en vue de la présidentielle du 6 novembre devrait reprendre ses droits lundi. Dimanche soir, Barack Obama ira à San Francisco (Californie) pour entamer comme prévu le lendemain une tournée de trois jours qui le mènera aussi notamment à Seattle (Etat de Washington, nord-ouest) et en Louisiane (sud). (AFP-22.07.2012.)

**Le tireur avait acheté 6.000 balles sur Internet

media_xll_5007317

Le tireur arrêté après le massacre dans un cinéma du Colorado avait acheté légalement plus de 6.000 balles et cartouches sur Internet au cours des deux derniers mois, a indiqué vendredi le chef de la police locale.



Munitions et armes achetées légalement
Tous les munitions, ainsi que les quatre armes que s’est procurées James Holmes dans des armureries locales dans les 60 derniers jours, ont été achetées légalement, selon le chef de la police d’Aurora Dan Oates.

 

 

Douze personnes décédées
Détaillant les dernières nouvelles en fin de journée, il a légèrement revu à la baisse le nombre de victimes de la fusillade perpétrée lors d’une séance de minuit du dernier film Batman, « The Dark Knight Rises », de 71 à 70. Douze d’entre elles sont décédées, dont 10 dans le cinéma.

Presque tous les blessés ont été atteints par des tirs, a-t-il dit, ajoutant qu’une « poignée » des personnes soignées à l’hôpital ne présentaient aucune blessure par balle, mais avaient subi d’autres blessures pendant la panique causée par les tirs.

3.000 balles de fusil d’assaut
Parmi les munitions achetées par le jeune homme de 24 ans, 3.000 étaient des balles de fusil d’assaut, 3.000 des balles de pistolet Glock et 300 des cartouches de fusil à pompe.

« Sur Internet, il a également acheté plusieurs chargeurs pour le fusil d’assaut de calibre .233, dont un chargeur de 100 balles, qui a été retrouvé sur les lieux », a ajouté le policier.

Il aurait pu tirer de 50 à 60 balles… en une minute
« Des experts m’ont expliqué qu’avec ce chargeur, il aurait pu tirer de 50 à 60 balles… en une minute. Et pour ce que l’on en sait, c’était un rythme de tir assez rapide dans ce cinéma », a noté le chef de la police La fusillade a ravivé le vieux débat sur la légalité des armes à feu aux Etats-Unis. (AFP-21.07.2012.)

**Vidéo de la fusillade d’Aurora

La police tente toujours d'entrer chez le tireur

*******************

*La finance mondiale et ses délinquants

Il est question d’autoriser les étrangers non résidents à investir en Bourse chez nous. C’est à l’étude, nous apprend l’APS qui cite «une source proche du dossier». C’est bien! Sauf qu’avant de vouloir prendre le risque d’offrir le fruit au ver, il faut bien réfléchir. Surtout en cette période de grands scandales dans la finance internationale. Le tout dernier, le scandale du Libor, met aux prises les banques entre elles. Pour faire vite, disons que le Libor est le taux de référence, utilisé par les banques quand elles se prêtent de l’argent, entre elles. Ce qui est très courant. Il y a plusieurs Libor. Ou, plutôt si! pour le marché londonien c’est le Libor, pour Bruxelles c’est l’Euribor. Shangaï a son Shibor et Djakarta son Jibor. Pour dire que chaque place financière a sa propre cotation. En réalité, les interconnexions et un maillage très complexe, réunit en définitive le monde de la finance. Pourtant, le scandale du Libor qui met en cause la banque Barclays, comme avant elle, la banque suisse UBS, confirme que la finance internationale génère en son sein une grande délinquance. Il s’avère que depuis 2005, le taux Libor est manipulé. C’est-à-dire que les banques font croire qu’elles empruntent à un taux faible qui est un signe de bonne santé financière. La première banque à se faire attraper à ce «jeu» aura été la Barclays qui accepte de verser 365 millions d’Euros plutôt que de subir les enquêtes des régulateurs britannique et américain. Jeudi dernier, nous avons appris que quatre autres banques, européennes cette fois, étaient dans le collimateur des enquêteurs. La perte de confiance à l’intérieur même du système financier mondial n’est pas la moindre des répercussions de cette délinquance sur un marché mondial déjà bien mal en point. Les révélations se succèdent. De la manipulation du taux Libor au blanchiment de l’argent de la drogue et du terrorisme dont est accusé Hsbc à l’utilisation des fonds clients pour renflouer les fonds propres dont doit répondre la banque américaine MF Global en passant par le délit d’initié, le monde de la finance est en pleine «guerre civile». Chacun y va de ses moyens de défense. Ainsi, les quatre dernières banques à avoir été confondues à manipuler le taux Libor préfèrent, aux dernières nouvelles, un accord amiable collectif avec les autorités de régulation. Histoire de ne pas faire comme la Barclays, dont trois dirigeants ont dû démissionner, mais tout faire pour réduire les effets du scandale. C’est à cette période de grande agitation financière dans le monde que nos responsables ont la lumineuse idée de commencer à réfléchir sur l’ouverture de notre Bourse aux capitaux étrangers. Pourvu qu’ils s’éternisent dans leurs réflexions. Le bras de fer engagé par le gouvernement français avec les entreprises du CAC 40 et notamment avec PSA qui a décidé de licencier 8000 travailleurs alors que sa situation financière est positive, est un autre exemple de l’influence de la finance sur les économies nationales. Comme l’a déclaré George Osborne, chancelier britannique de l’Echiquier. Ces faits «sont symptomatiques d’un système financier qui a élevé la cupidité par-dessus toute autre considération et a mis notre économie à genoux». Pour le ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, le scandale bancaire du Libor «relève de la délinquance financière de haut vol». Dire que c’est le moment choisi pour penser ouvrir notre Bourse à cette délinquance. Si le choix du moment a été fait d’une manière lucide et délibérée, l’opinion publique a le droit de savoir pourquoi et comment’ Difficile de croire à une coïncidence. Difficile aussi de comprendre pourquoi «on» décide tout d’un coup à affronter un milieu qui donne du fil à retordre aux plus puissants des pays. *Ecrit par : Zouhir MEBARKI (L’Expression-21.07.2012.)

**L’Irak n’est pas en mesure d’accueillir les réfugiés syriens

Le porte-parole du gouvernement irakien a annoncé vendredi que son pays n’était pas en mesure d’accueillir les réfugiés syriens fuyant les violences dans leur pays, en raison de la situation sécuritaire toujours précaire en Irak.
« Nous n’avons pas les moyens de venir en aide aux réfugiés en raison de la situation sécuritaire » en Irak, a expliqué Ali Dabbagh dans un entretien accordé à la chaîne de télévision publique Iraqiya. Il a notamment souligné que la zone frontalière se trouvant en plein désert, il était difficile d’y accueillir un important afflux de réfugiés.
« Nous ne sommes pas comme la Jordanie ou la Turquie. Dans leurs zones frontalières, ils ont les moyens de leur venir en aide », a-t-il indiqué. « Nous sommes navrés (…) Nous aurions souhaité aider nos frères syriens réfugiés », a-t-il encore dit.
Face aux intenses combats dont leur pays est le théâtre, entre l’armée fidèle au président Bachar al-Assad et les insurgés, les Syriens ont fui par milliers vers les pays limitrophes. Selon le Comité international de la Croix-Rouge, « plus de 18.000 personnes » ont fui notamment vers le Liban ces deux derniers jours. Le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU a dit pour sa part qu’ils étaient entre 8.500 et 30.000 à avoir traversé cette frontière durant cette période.
Dans le même temps, Ali Dabbagh a annoncé qu’un millier d’Irakiens qui résidaient en Syrie avaient pu rentrer en Irak par avion. Mais ils sont encore 1.500 à attendre un vol à l’aéroport de Damas.
Selon lui, les voyages terrestres « ne sont pas sûrs ». Jeudi, il avait estimé entre 100.000 et 200.000 le nombre d’Irakiens toujours en Syrie. (APS-21.08.2012.)

****************************

**En accordant une ligne de crédit de 20 milliards de dollars…La Chine devient le premier bailleur de fonds de l’Afrique

La 5e conférence ministérielle du Forum de coopération sino-africain (FCSA) qui vient d’avoir lieu à Pékin n’aura pas été vaine. Le plan 2013-2015 est en marche. Pékin consolide ses positions dans le continent noir. Rendez-vous en 2015 en Afrique du Sud pour la 6e édition.
Jeudi 19 juillet 2012. 8h30. Les premières délégations arrivent au Grand Palais du Peuple. Le dispositif pour l’accueil des officiels est déjà là. Garde républicaine, tapis rouge déroulé et agents de sécurité veillant au grain et scrutant le moindre mouvement. Avec 6 présidents africains, 2 premiers ministres et plusieurs MAE, les autorités n’ont rien laissé au hasard. La circulation automobile est réglementée devant cette imposante bâtisse de 150 000 m2 construite à la fin des années 1950. Les lignes du métro menant jusque-là sont suspendues pour la journée. Situé tout près de la place Tian An Men, ce bâtiment reçoit les sessions de la législature, ainsi que d’importantes réunions politiques. Et c’est le cas avec la 5e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) que le président Hu Jintao a personnellement tenu à inaugurer. 10h, la cérémonie commence. Dans son discours devant des chefs d’Etat africains, du SG de l’ONU et d’autres délégations, Hu Jintao a détaillé le plan 2013-2015 que la Chine mettra en ‘uvre en direction du continent. Première mesure : ‘La Chine mettra à la disposition des pays africains une ligne de crédit de 20 milliards de dollars destinée en priorité à promouvoir le développement des infrastructures, de l’agriculture, de l’industrie manufacturière et des PME en Afrique », a-t-il précisé. Les observateurs estiment qu’avec cette enveloppe, la Chine devient le premier bailleur de fonds du continent, loin derrière le club de Londres ou de Paris ainsi que du FMI et de la Banque mondiale. Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont atteint un niveau record de 166 milliards en 2011, plaçant du coup la Chine au premier rang des partenaires commerciaux du continent.
18 000 bourses d’études accordées et 30 000 cadres à former
Deuxièmement, la Chine ‘augmentera le nombre de centres-pilotes agricoles en Afrique pour aider les pays africains à renforcer leur capacité de production agricole et mettra en ‘uvre le programme « Talents africains » pour former 30 000 personnes dans différents secteurs, fournir 18 000 bourses gouvernementales et construire des infrastructures culturelles et de formation technique et professionnelle ».
Troisième mesure : Hu Jintao a indiqué que la Chine ‘établira avec l’Afrique un partenariat sur la construction des infrastructures transnationales et transrégionales pour soutenir la planification et l’étude de faisabilité des projets, encourager les entreprises et institutions financières chinoises performantes à prendre part à la construction de ces infrastructures, comme elle aidera les pays africains à améliorer les infrastructures douanières et de contrôle des marchandises afin de faciliter le commerce intra-africain ».
Quatrième mesure : ‘La Chine propose de lancer l’ ‘Action pour l’amitié des peuples Chine-Afrique » afin de soutenir et promouvoir les échanges et la coopération entre les associations, les femmes et les jeunes Chinois et Africains. Elle créera en Chine un ‘centre d’échanges de la presse Chine-Afrique », afin d’encourager les visites entre les professionnels de la presse des deux côtés, et soutiendra l’envoi réciproque de correspondants par leurs médias. Le pays continuera à mettre en ‘uvre le programme sino-africain d’échanges et d’études conjointes en finançant 100 projets d’études entre les établissements des deux parties », a encore précisé le chef de l’Etat chinois.
Cinquième mesure : le président Hu Jintao a annoncé que son pays ‘encouragera la paix et la stabilité en Afrique dans le but de créer un environnement sûr pour le développement du continent. » Pékin ‘lancera l’Initiative du partenariat de coopération Chine-Afrique pour la paix et la sécurité afin d’approfondir sa coopération avec l’UA et les pays africains dans les domaines de la paix et de la sécurité en Afrique, fournir un soutien financier aux opérations de maintien de la paix de l’UA sur le continent ».
Ban Ki-moon : réduire la pauvreté et partager les connaissances
Intervenant à son tour, le SG de l’ONU Ban Ki-moon a qualifié les mesures du président chinois de ‘nouvelle hauteur » dans les relations sino-africaines. Il a affirmé que le partenariat stratégique entre la Chine et l’Afrique ‘contribuera également à l’économie mondiale à un moment où les pays traditionnellement moteurs de la croissance sont en récession ». Dans ce cadre, il a proposé trois domaines de coopération, dont la lutte contre la pauvreté, le renforcement de la capacité de l’Afrique en encourageant la Chine à continuer de partager ses connaissances, et la construction d’une économie verte. De son côté, le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, tout en mettant l’accent sur la croissance et les opportunités d’investissement en Afrique, ajoutant que l’Afrique est devenue l’un des continents ayant réalisé la croissance économique la plus rapide au monde, a cependant reconnu que ‘l’Afrique restait confrontée à d’importants défis, tels que le développement des infrastructures et des technologies de l’information ». Le président actuel de l’UA et président béninois Boni Yayi a déclaré quant à lui que l’Afrique souhaitait renforcer le partenariat gagnant-gagnant avec la Chine et explorer conjointement les ressources abondantes de l’Afrique. ‘La population africaine devrait atteindre les deux milliards d’habitants en 2050, ce qui devrait poser de sérieux défis à l’éducation, à l’hygiène, à l’énergie et à la sécurité alimentaire de ce continent », a dit M. Yayi.
Abdelkader Messahel : ‘Une représentation équitable de l’Afrique dans les institutions »
Intervenant lors du débat général, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a souligné l’importance du plaidoyer de la Chine ‘en faveur d’une coopération internationale rénovée pour le développement en Afrique, et pour une représentation équitable de notre continent dans les institutions et aux processus de réforme de la gouvernance mondiale ».
‘L’Afrique, qui est attachée à l’approfondissement par les Africains des solutions aux conflits et aux crises sur le continent, trouve auprès de la Chine un soutien constant à ses positions et initiatives », a estimé M. Messahel. Sur le plan bilatéral, le ministre a souligné que l’Algérie fonde de grands espoirs dans la capacité du forum à approfondir le partenariat stratégique sino-africain. Pour M. Messahel, ces relations ‘ont été toujours empreintes d’exemplarité, d’abord par le soutien apporté par la Chine à l’Algérie combattante, ensuite par sa solidarité dans la phase postcoloniale de restructuration socioéconomique, pour aboutir aujourd’hui au développement continu d’un partenariat global de portée stratégique ». (Liberté-21.07.2012.)

***Pluies torrentielles en Chine: 12 morts

media_xll_5008588

Au moins 12 personnes ont trouvé la mort à la suite des pluies torrentielles qui ont balayé le nord et le nord ouest de la Chine de vendredi soir à samedi matin, indique l’agence chine nouvelle. A Pékin, des vents violents ont arraché des toits tuant deux personnes et en blessant six autres, a annoncé, selon Chine nouvelle, le Centre médical des urgences de Pékin. Les pluies ont coupé plusieurs routes et provoqué l’annulation de 223 vols au départ de la capitale, ce qui a amené le Bureau météorologique de Pékin à publier une alerte de tempête de niveau maximal pour la première fois depuis 2005. Selon les observations météorologiques, les précipitations ont atteint en moyenne 95mm à 19h locales (11h GMT). Les pluies devraient, selon cette source, se poursuivre jusqu’à dimanche matin. Dans la province septentrionale de Shanxi, quatre personnes ont été tuées et une cinquième a été portée disparue lorsque le pick-up où elles se trouvaient s’est renversé dans un fleuve alors que le véhicule passait sur un pont, ont précisé les sauveteurs à l’agence Chine nouvelle. On a enfin constaté des glissements de terrains dans la province du Sichuan, qui ont fait six morts, ont indiqué à l’agence chinoise, des agents des services provinciaux de contrôle des crues et de secours. (Source: belga.be-21.07.2012.)

 

******************************

 

 


Actions

Informations



2 réponses à “Paris toujours alignée sur les thèses expansionnistes du Maroc,”

  1. 14 12 2012
    north face coats sale (21:00:23) :

    bomber who can only train once.Posted by: Daniel Rich | Nov 15, 2012 9:58:09 PM | 31Excuse me while I vomit

    Répondre

  2. 27 12 2012
    bloons tower defense 5 (12:21:11) :

    Appreciating the persistence you put into your website as well as in depth information you provide. It is good to come across a site each and every occasionally that isn’t exactly the same out-of-date rehashed information. Great read through! I’ve saved your website and I’m adding your RSS feeds to my Google account.
    bloons tower defense 5

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café