La mésaventure d’un couple de médecins

23 06 2012

**Leur déplacement à Constantine  s’est transformé en véritable cauchemar.

UN TRAVAIL DE RECHERCHE DE 4 ANS GÂCHÉ

Une virée à Cirta qui s'est transformée en cauchemar

C’est une véritable mésaventure que celle vécue par le couple de médecins Taziboua Madjid et Taziboua née Saïdoune Lydia, à Constantine. Leur déplacement dans cette wilaya pour permettre à Mme Taziboua, médecin résident, spécialisée en neurochirurgie de passer l’examen national en spécialité qui devait se dérouler du 17 au 21 juin2012 à l’hôpital Ibn Badis, s’est transformé en véritable cauchemar.
Trois jeunes ont intercepté le couple pour le délester, sous la menace d’armes blanches, de tout ce qui était en sa possession.
Résultat des courses: tout le travail de recherche effectué depuis plusieurs années et stocké dans les supports électroniques et le micro-ordinateur du couple a été gâché. La dame rate son examen et n’a plus avec quoi préparer le rattrapage le mois de septembre prochain. A cela, il faut ajouter le préjudice moral causé aux victimes.
«Le matin du 17 juin, soit au premier jour de l’examen, on s’est présenté à l’hôpital. Ma femme doit y rester quatre heures, le temps que durera l’examen. J’en ai profité pour faire une petite visite autour du Monument aux morts. C’est un lieu merveilleux. Un site historique», raconte M.Taziboua Madjid, médecin résident en spécialité chirurgie cardiovasculaire.
Cette visite lui a permis de constater que les lieux étaient sécurisés. «Deux véhicules de police en plus d’agent en civil avec des talkies-walkies étaient là», note-t-il. Rassuré, il est retourné dans l’après-midi en compagnie de son épouse pour lui faire découvrir le site et prendre des photos qui immortaliseront l’instant. «Quand on est revenus, au Monument, pour prendre des photos, il y avait une table en marbre, taillée d’une sculpture représentant une carte géographique de la région. On y a déposé nos objets: un sac à dos portant un micro-ordinateur portable et tous nos documents administratifs, les cachets de médecins, supports électronique de documents, un cartable contenant des livres sur lesquels ma femme devait réviser ses cours d’examens…», dit-il.
Sur sa lancée, notre interlocuteur poursuit: «En ce moment, on a remarqué trois jeunes qui nous suivaient. A un certain moment, ma femme s’est aperçue que c’était agaçant. Au moment où elle m’a alerté, ces jeunes ont contourné l’entrée principale du Monument en enjambant la barricade en fer et se sont dirigés droit vers nous.».
Les agresseurs sortent alors des couteaux. Deux jeunes ont pris en otage la femme pour lui demander ses objets de valeur. Elle leur a donné tout ce qui était sur elle. Le troisième a braqué M.Taziboua qui leur avait remis tout ce qui était sur lui: les téléphones portables notamment. Non contents de cette «moisson», les agresseurs ont pris même les bagages qui étaient déposés sur la table avant de prendre la fuite.
«J’ai tenté de leur demander de me rendre le cartable contenant les livres et alerté ensuite les policiers qui étaient à quelque 10 mètres des lieux de l’agression», a ajouté amèrement notre interlocuteur, ajoutant que ce qui l’intéressait était de récupérer au moins les livres et le micro-ordinateur où sont stockés leurs travaux depuis quatre ans.
M.Taziboua raconte aussi sa mésaventure avec la police de Constantine dans laquelle «je n’ai pas perçu une volonté d’arrêter les agresseurs et à un moment donné, l’un d’eux m’a dit, ironiquement, qu’il ne faut pas parler en Kabyle quand vous marchez dans la rue». «Le lendemain, j’ai parcouru le même chemin avec les policiers qui m’ont abandonné au milieu du chemin», dénonce-t-il encore.
Une fois à Alger, la victime s’est déplacée à la Dgsn pour déposer plainte. Sur place, elle est informée que l’affaire concerne l’Inspection régionale de la police (IRP) de Constantine. «Ma femme a le rattrapage au mois de septembre prochain, mais on a peur d’y retourner», conclut-il. Voilà donc comment des voyous peuvent vous gâcher un travail de recherche de plusieurs années durant lesquelles vous passez des nuits et des nuits blanches. (L’Expression-23.06.2012.)

**A Oran et ailleurs:

 engouement pour les terrasses de cafés

La mésaventure d'un couple de médecins dans actualité mesaventure.couple.médecins dans société

Les cafés situés dans les quartiers extra-muros d’Oran connaissent un engouement certain ces derniers mois. Les commodités multiples u’offrent ces lieux publics sont autant d’atouts qui attirent une clientèle de plus en plus nombreuse. Lieux de rencontres et de sociabilité par excellence, les cafés occupent une place importante dans le quotidien des oranais et de tous les algériens en général.  Lieux de résistances culturelle et politique durant la période coloniale, des cafés ont gagné à Oran leur renommée pour avoir été des places de rencontres des militants politiques et des artistes algériens qui saisissent la moindre opportunité pour accomplir leur travail de sensibilisation et de propagande au service de la question nationale. Après le recouvrement de l’indépendance, les cafés ont gardé leur vocation sociable pour redevenir des lieux de rencontres, d’échanges, de retrouvailles et le point de chute de tout visiteur et passager venant à Oran.Tous les quartiers, ou presque, disposent d’un ou de plusieurs cafés sur leur erritoires. Ils ne désemplissent pas tout le long de la journée et jusqu’à une heure avancée de la nuit, notamment durant l’été.  L’activité commence, dès les premières heures de la matinée avec ceux qui viennent prendre un « presse » ou un « nakous » avant de se rendre au travail pour s’achever avec les bandes de jeunes du quartier venus discuter ou commenter les faits du jour avant de rejoindre leur lit de fortune.           

 musique.Haouzi dans société dans sport

Aujourd’hui, les cafés du centre-ville ne connaissent pas le même succès d’antan.  Circuler dans l’une des artères les plus fréquentées est devenu un véritable cauchemar au vu de l’intense circulation automobile et même piétonne. De ce fait, les rencontres amicales ou pour affaires au centre-ville sont fortement évitées. Les cafés sont sévèrement touchés par ces problèmes qui ont un impact certain sur leur fréquentation. « Pour mes rendez-vous professionnels et d’affaires, j’évite coûte que coûte le centre-ville. Je préfère de loin les cafés situés en dehors de la ville, loin de toutes formes de tumultes », explique Miloud, gérant d’une agence immobilière. Nazim, un jeune entrepreneur, abonde dans le même sens. « Il est difficile de discuter affaire dans un lieu public et de surcroit dans un café. Je fréquente surtout les nouveaux quartiers résidentiels où je peux rencontrer dans un lieu chic ma clientèle », précise-t-il. (Suivra) Ils sont de centaines de personnes, tout comme Miloud ou Nazim, à afficher leurs préférences pour des lieux en dehors d’Oran. Les nouveaux cafés sis à Bir El Djir, à El Kerma, aux Palmiers, à Saint-Hubert, près de la pépinière, à la sortie Est d’Oran, au boulevard du Millenium ou encore les salons feutrés et luxueux des grands hôtels attirent de plus en plus de clients nouveaux.Généralement ouverts au niveau des rez-de-chaussée de luxueuses villas et autres habitations individuelles, ces commerces se distinguent par leurs espaces vastes, leur décor parfois recherché, leur mobilier confortable et la qualité de leurs services. Les murs sont « tapissés » d’écrans de télévision plasma, branchés sur des chaines satellitaires. Les tables sont loin d’être « collées » les unes aux autres. Les clients peuvent discuter tranquillement loin des oreilles indiscrètes et sans être importunés par leurs voisins d’à-côté.Pratiquement tous ces cafés disposent d’un parking, facilitant la tâche aux clients véhiculés.

« Au centre-ville, il est pratiquement impossible de trouver un endroit où stationner à proximité d’un café. Ici, je peux siroter mon thé à la menthe, discuter avec mon matin, sur la terrasse, sans me soucier de ma voiture puisque je peux la surveiller de temps en temps », précise un client, rencontré à proximité du lieu dit La Pépinière.  Un gardien assure la sécurité du parking où un simple coup d’œil donne une idée précise de la catégorie des clients et des consommateurs reçus. D’autre part, sur le plan des consommations, toute une variété de produits sont proposés aux consommateurs. Cela va du « café-presse » traditionnel au « capuccino » en passant par toute la gamme des boissons gazeuses, limonades et jus de fruits maison préparés sous le regard du client.Même côté viennoiseries et gâteaux, le client pourra commander des préparations traditionnelles comme les « Bradj », « L’mssemen », « Baghrir », « Makrout au miel » ou encore « Matloue beurré ». Les diabétiques trouvent également leur bonheur puisqu’ils peuvent demander de petits sachets de saccarine pour sucrer leur café ou thé. Tout est fait pour que le client trouve tout son confort et qu’il ressente l’envie de revenir le lendemain ou le surlendemain.Ces cafés dont le nombre croît de mois en mois a pour avantage de pousser les autres commerces de ce genre à suivre cette tendance. Celle-ci montre que les oranais sont prêts à payer « au juste prix » leurs consommations pour peu que le service soit de qualité et que la formule « le client est roi » soit effective et réelle. (APS.Oran)

p4-produits-4

*****************************


Actions

Informations



6 réponses à “La mésaventure d’un couple de médecins”

  1. 28 06 2012
    jaimemelhorn blog (19:05:46) :

    It is definitely an incredible along with useful bit of details. Now i’m pleased that you just distributed this useful details around. Remember to keep people up-to-date this way. Thanks for sharing.

    Répondre

  2. 29 06 2012
    sunnyakc blog (09:53:49) :

    I have to find across my devotion to your kindness helping folks who require help with this area appealing. Your current actual resolve for passing the solution close to has been ideal and still have regularly motivated employees much like me to achieve their set goals. Your personal helpful helpful details indicates that much somebody just like me and still more to my friends. Thanks all of us.

    Répondre

  3. 5 11 2012
    Moncler Manteaux Femme (11:01:54) :

    i wat et hanpy to gake this matched set

    Répondre

  4. 14 12 2012
    north face outlet (22:36:34) :

    the quality production and superb musicality really perked up the ears of the industry. The distinctive track ‘Spoons’ featuring Amir on spoons, singer/songwriters

    Répondre

  5. 21 12 2012
    bloons tower defense 4 (20:49:06) :

    Have you ever thought about writing an ebook or guest
    bloons tower defense 4

    Répondre

  6. 27 12 2012
    north face jackets (05:08:55) :

    The Israeli defense force changed the name of its attack on Gaza likely to somewhat hide its theological background.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café