*idées,débats,opinions

*L’Algérie et ses dangereuses incertitudes

L’année 2011 comme les précédentes, avec les attentes populaires toujours différées, voire ignorées, commence par des émeutes et se présente pour l’Algérie chargée de grandes et dangereuses incertitudes.

Ces dernières violences diffèrent de celles, nombreuses, de l’année 2010 avec leurs intensités élevées, leurs simultanéités et leurs étendues. Touchant à la fois plusieurs wilayas et des localités au sein d’une même wilaya, elles présentent l’allure d’insurrections brutalement réprimées avec encore des morts, des blessés, des détenus et des destructions.
Les pouvoirs qui se succèdent par les coups de force, les trucages des urnes et autres manipulations et intrigues sont coupables et responsables des centaines de milliers de morts, d’exilés, des dizaines de milliers de blessés, de disparus et des milliards de dollars de destructions semblent s’en accommoder et traitent avec mépris les jeunes poussés, par le désespoir, la hogra et l’exclusion, à la violence.

Pour eux, il ne peut s’agir que de comportement de voyous, trouvant dans ces évènements l’occasion pour mettre la main sur quelques biens de personnes ou de collectivités. Ces violences seraient considérées même comme nécessaires pour servir de soupapes de sécurité pour évacuer l’excès de pression du chaudron Algérie, évitant ainsi l’explosion fatale.
Les Algériennes et Algériens sont nombreux à avoir compris qu’ils n’ont rien à attendre de ces pouvoirs usurpés depuis 1962 et qui consacrent leur énergie à confisquer tous les moyens du pays pour s’imposer et se sauvegarder en renforçant leurs positions et intérêts.

L’Algérie indépendante, avec eux, s’est enfoncée dans la militarisation qui lui a coûté cher et continue encore de coûter de plus en plus cher. Mieux encore, sous couvert d’un terrorisme, généré par les conditions de gestion du pays par ces mêmes pouvoirs, la militarisation de la société a été encore renforcée avec la multiplication de toutes les milices mises en place et pudiquement appelées patriotes, groupes de légitime défense, gardes de ceci, de cela, société de sécurité, armes distribuées à leurs clientèles.
Tous ces arsenaux, qui sont venus s’ajouter à ceux déjà énormes de l’armée, de la gendarmerie et de la police, sont censés conduire à rétablir, à maintenir la paix et à reprendre, donc, des niveaux compatibles avec les besoins d’un pays aux moyens financiers limités et qui nécessite un développement élevé. Dans la réalité d’aujourd’hui, où en est le pays ? L’état d’urgence est toujours en place, des Algériens sont toujours tués, blessés, handicapés, disparus, exilés, terrorisés, brimés, rackettés, enlevés, atteints dans leur honneur, leur dignité et leurs biens.

L’énorme machine à réprimer continue à produire de la répression et de l’oppression, lesquelles engendrent colère, révolte, délinquance, banditisme ; ce qui réamorce la répression. La boucle est bouclée. Les pouvoirs s’éternisent, s’enrichissent et reportent à un autre jour les solutions aux vrais problèmes de la société. Ainsi, les dernières augmentations de salaires des personnels de la Fonction publique, durement arrachées par les luttes des travailleurs et de leurs syndicats autonomes, quoique substantielles, sont vite vidées de leur contenu par les augmentations du coût de la vie et les manipulations monétaires perfides des pouvoirs. Les augmentations des denrées alimentaires, notamment le sucre et l’huile, considérées comme la grosse goutte qui a fait sauter le couvercle du chaudron Algérie, continueront, hélas, à absorber une part importante des revenus, non seulement à cause des augmentations sur les marchés internationaux, mais surtout du fait de la mainmise de la maffia militaro-politico-financière sur le marché intérieur de ces mêmes produits.

Le torchon brûle, l’Algérie ne connaît peut-être pas encore ces vraies «émeutes de la faim», mais il y a déjà des Algériens qui ne mangent pas toujours à leur faim, et quand la consommation absorbe plus de 60% des revenus, la faim est aux portes de nombreuses familles. Les discours mensongers et irresponsables de tous ceux qui se vantent de pouvoir assurer l’autosuffisance et la sécurité alimentaire du pays sont dangereux. Les Algériens ne veulent pas avoir faim, ce qui est normal, mais leurs revendications sont surtout politiques, convaincus aujourd’hui qu’avec le système en place, les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets. Ils exigent le changement profond du système politique, pour redonner au peuple sa souveraineté, toute sa souveraineté.

La question, donc, est de savoir comment procéder à ces changements en espérant pouvoir éviter au pays d’autres bains de sang, sauvegarder son unité et son intégrité territoriale. La sagesse et le patriotisme, comme la fidélité à la mémoire des martyrs de la guerre de Libération nationale, commandent d’évaluer lucidement la situation et de prendre exemple sur les pays comme la Pologne, l’Espagne et le Portugal qui ont réussi à sortir leur pays du totalitarisme et les intégrer dans le monde des démocraties libres.
 La marche pacifique à laquelle a appelé le RCD le 22 janvier, vite interdite et brutalement réprimée, au-delà de toute considération partisane et des évaluations des uns et des autres, sur le moment et la manière choisis comme sur les objectifs réels ou supposés recherchés par ses auteurs, a montré que les Algériennes et Algériens ont encore beaucoup à faire pour se libérer de leur tyrannie.

Les moyens humains et matériels déployés, disproportionnés et même insensés, n’ont pas suffit à rassurer les hordes en bleu amassées partout dans la capitale. Ils ont suscité la colère, la réprobation et la condamnation des citoyens qui n’acceptent plus d’être bastonnés quand ils sortent pour crier leur ras-le-bol. La nervosité est grande quand le doyen des hommes politiques algériens Ali Yahia arrive sur la place, entouré de quelques amis et journalistes et quand la rumeur a gagné la place pour annoncer l’investissement du siège du RCD avec coups et blessures.

Non, les Algériens ne veulent plus recevoir de coups. Chaque fois qu’un bâton vient s’écraser sur la tête de quelqu’un ou une balle vient arracher la vie à un autre,  ce sont tous les Algériens et Algériennes qui ressentent la douleur. Ils ne peuvent concevoir qu’on dénonce à juste titre les crimes et tortures d’un le Pen et qu’on tolère, ou  devienne complices d’autres bourreaux qui sévissent en Algérie, 50 ans après l’indépendance. Il n’y a plus de place aux milices, aux mercenaires de tout genre, seules des forces républicaines et nationales placées sous les seules autorités des lois écrites, promulguées par des institutions librement et régulièrement élues méritent respect et considération.

Dans cet ordre d’idées, des Algériennes et des Algériens ont souvent exprimé leurs souhaits de voir toutes les forces du changement se rassembler et procéder aux ruptures indispensables pour sortir le pays de la tyrannie.    
Le moment est aussi peut-être venu d’œuvrer à clarifier les positions des uns et des autres et en particulier de ceux qui disent être dans l’opposition. Des rencontres et des échanges ont eu lieu dans le passé pour instaurer des concertations et dégager des idées communes à une opposition plurielle. La tâche n’a pas été aisée à cause des approches différentes sur le diagnostic de la situation et les actions nécessaires à mener.

Dans la définition de la notion d’opposition, les divergences sont encore nombreuses. Il y a ceux et celles qui s’opposent au système politique dans sa globalité, toujours constitué par les pouvoirs occultes de la police politique (sécurité militaire, DRS) et les pouvoirs apparents : président de la République, gouvernement, administration,  organisations politiques, associations, satellites des pouvoirs. Il y a ceux et celles qui sont opposés à certaines idées et orientations et celles et ceux qui sont opposés à des hommes, à des clans et autres. Il est évident qu’une telle situation n’est pas de nature à établir des clivages lisibles et visibles pour pouvoir se situer.
Aujourd’hui, eu égard aux déclarations publiques des uns et des autres mais aussi à des intentions avancées par certains, des possibilités de convergence semblent se dessiner. Des rapprochements seraient à encourager pour mieux préciser les choses et partager les revendications à rendre publiques pour aider le pays à sortir de manière ordonnée du système actuel vers une vraie démocratie et ce dans le cadre d’une transition négociée avec des objectifs définis et limités dans le temps : levée immédiate de l’état d’urgence, ouverture des champs politiques et médiatiques, suspension des lois scélérates et amendements d’autres dispositions pour libérer l’action…   

Enfin, après les bombes et les canons de cette guerre qui ne finit pas et qui détruisent les forêts de la Kabylie, de l’Ouarsenis, des Aurès, des Babors et d’ailleurs, après les prisons bûchers de Chelghoum Laïd et autres, les fourgons étouffoirs de Tizi Ouzou, l’exode massif des populations vers une émigration mortelle, les suicides qui se suivent dans le silence assourdissant de nos villes et campagnes, voilà que les Algériennes et Algériens sont interpellés, dans l’horreur, par l’odeur terrible de la chaire humaine brûlée et les gémissements atroces de ces autres désespérés, transformés en torches vivantes. La détresse du pays est immense, et les limites de la patience, de la résignation, de la soumission sont franchies ouvrant ainsi les portes à toutes les incertitudes et catastrophes.       
Le système en place est fini, il faut savoir l’arrêter. La poursuite dans les voies actuelles ne peut que conduire à des insurrections de plus en plus violentes et de nature à mettre en péril le devenir de l’Algérie et de sa population. Ce qui est arrivé en Somalie, en Irak, en Côte d’Ivoire, en Tunisie n’arrive pas seulement dans ces pays. Les Algériens sont certainement prêts à relever les défis qui les attendent :

- comment réduire rapidement et sensiblement  la militarisation excessive en place et rendre à l’armée ses seules missions de défense du territoire ?
- Comment construire à moindre coût et dans des délais raisonnables des institutions légitimes issues de la souveraineté populaire rétablie ?  
- Comment  aménager le territoire national pour  mieux répartir la population, sauvegarder et protéger les propriétés de la collectivité et celles des personnes qui ne souffrent d’aucune contestation ?
- Comment corriger,  sans  verser  dans  l’esprit  de  revanche, tous les abus et autres produits de la rapine et des passe-droits en vue de rétablir aussi dans leurs droits ceux qui ont été spoliés ou victimes d’injustice et de hogra ?
- Comment  transformer  et  relancer  l’économie  pour  permettre le développement du pays et un accès égal à tous à l’emploi et aux richesses nationales ?
- Comment  adapter  l’administration  pour  en  faire la  pérennité  de  l’Etat  et mettre en place des services publics accessibles et performants ?
- Il y a évidemment d’autres domaines d’attention prioritaire que seul un vrai et libre débat pourra traiter.   (El Watan-01.02.2011.) 

*********************** 

*la «génération actuelle» comme la future ne se mettra jamais sous les bottes de quiconque.

*Nous connaissons toutes vos manipulations

*le concept de démocratie, comme vous le prétendez, est un mythe

*Comment les soi-disant droits de l’Homme ne fonctionnent qu’au profit des occidentaux et singulièrement au profit des juifs

*Tout ce beau monde n’a à la bouche et à la pensée que cette belle déclaration d’un de leur porte-parole : «tous les jours que Dieu fait, je me demande ce que je peux faire pour Israël». Et c’est un ministre français qui parle, s’il vous plaît ! Et aucune réaction sérieuse «des Français» !

* Les parlementaires européens sont-ils déjà unanimement acquis au Lobby sioniste?

*Pourquoi Israël refuse d’appliquer les résolutions de l’ONU et refuse le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique et que vous, MM Bonet et Vidal-Quadras, ne disent rien à ce sujet???

*En vérité, les gouvernants occidentaux sont inféodés aux sionistes car seule la cause d’Israël leur semble défendable.

*Que l’armée sioniste bombarde les populations de Ghaza au su de tous ne les dérange pas, au contraire les médias sont là pour tromper l’opinion. L’agressé devient l’agresseur !

*Israël n’est pas une démocratie comme on veut bien nous le présenter et nous le faire croire, mais bien une théocratie souverainement hautaine et fermée, le seul pays au monde où le Religieux dicte indubitablement sa loi…excluant toute ouverture aux autres peuples et autres religions. De cela les «intellecto» occidentaux ne disent mot …

*Il est écrit (Protocoles) que tout juif qui fait la paix avec les Arabes doit être tué. Itzhak Rabin en a fait les frais.

*«Nous devons tuer tous les Palestiniens à moins qu’ils ne soient résignés à vivre en tant qu’esclaves». Président Heilbrun, du comité pour la réélection du général Shlomo Lehat, maire de Tel-Aviv, octobre 1987.

*le monde a changé…  l’Amérique malgré son arsenal,  la France malgré les gesticulations de son Président qui veut régenter l’Europe… tout cela au fond, ne pèsent plus du même poids dans l’équilibre du monde.

*****************

*sur les propos tenus par Mr. Ghozali 

–par Mohamed Nemouchi Rheda

*idées,débats,opinions spacer

**M. Ghozali, ex-responsable, ancien «harki» qui se reconnaît lui-même, se donne une double occasion pour faire parler de lui : en faisant publier sa fameuse lettre au maire de New York par l’intermédiaire de ses deux amis MM. Bonnet et Vidal-Quadras, et incidemment en obtenant une longue interview avec votre journal. (Quotidien d’Oran)  

Les propos tenus par M. Ghozali aussi bien dans sa lettre que dans son plaidoyer pour se justifier sont répugnants et insultants à la fois pour le peuple algérien qui connaît bien ce que «occident» veut dire et pour le peuple iranien (qui s’est débarrassé d’un tyran : le Shah) qui ne lui demande rien que de s’occuper de ce qui le regarde. (…)

M. Ghozali, vous blasphémez quand vous dites que «le El-fakih est institutionnellement… le représentant de Dieu».Vous dites des contrevérités avec vos chiffres soufflés à votre oreille. Nous disons à M. Ghozali, vous n’êtes plus des nôtres, puisque vous avez choisi votre camp. Aux «amis» de M. Ghozali, nous voudrions aussi user de notre droit de réponse.

En tant que citoyen algérien offensé par vos propos et votre morgue vis-à-vis des Arabes et musulmans et en particulier de l’Iran que vous séquestrez depuis plus de 30 ans et qui a l’honneur de garder toujours sa dignité et de le faire savoir, je vous invite à lire ce que, à notre tour, nous pensons de votre «amitié».

Vous vous permettez de nous donner des leçons et vous avez le culot de le faire savoir par la voie d’un quotidien national (après ça vous allez dire que la presse algérienne n’est pas libre !). Imaginez un peu si un Algérien rédigeait un texte de même teneur et le proposait à un quelconque quotidien français si celui-ci accepterait de le diffuser. Tiens, par exemple, vous Monsieur Alejo Vidal-Quadras si puissant au Parlement européen, vous pourriez certainement convaincre les responsables du Parisien à publier la présente réponse ! Nous saurions alors que vous êtes un vrai démocrate, ouvert à la critique des autres, notamment celle «des Arabes, des Noirs et des Roms», actuellement jetés à la pâture de tous les enragés xénophobes.

(…) Merci de nous donner l’occasion de vous donner une réponse et de vous donner aussi quelques «modestes» conseils (je ne dis pas leçons). Nous ne savons pas si vous parlez en votre nom personnel ou au nom du Parlement européen ou au nom de l’Etablissement, comme dit «votre» ami Le Pen que vous aimez bien sûrement. La précision est de taille, vous ne dites pas quel est le «nombre de vos collègues» et surtout quelle est leur couleur politique ! Par ailleurs, je ne vous demande pas votre identité, ni encore moins celle de vos origines, c’est contraire à l’islam et je ne suis pas adepte de la Sarkosite ou de la Bessonite.

Monsieur Bernard Kouchner, tout le monde sait qu’il (puisque «c’est le plus populaire des Français… comme Jack Lang avant lui… comme Simone Veil après lui, aujourd’hui traitée de criminelle pour avortement de milliers d’innocents… comme Strauss Kahn préparé à succéder à un semblable qui l’a mis sur un fauteuil…) était parti en guerre contre l’Iran, bien avant vous. Il s’est ridiculisé. Il s’est permis aussi de nous donner des leçons. Il a appris à ses dépens que la «génération actuelle» comme la future ne se mettra jamais sous les bottes de quiconque.

Nous peuples opprimés du tiers monde avons appris beaucoup de vous et grand merci pour cela. Nous savons comment vous fabriquez des complots et les imputez aux Arabes, ou à Ben Laden votre précieux complice évacué des USA par avion présidentiel juste après votre crime historique du 11 septembre (tours jumelles de New York où vous avez fait assassiner près de trois milles innocents pompiers et autres sans même donner aucune indemnité à leurs parents).  

Nous savons comment vous créez la psychose chez les populations en invoquant de pseudo terroristes (toujours musulmans bien sûr) et attentats quand vous êtes incapables de répondre à leur attente et cherchez à détourner leur attention des problèmes de l’heure (l’affaire Woert, le dossier retraite par exemple…).

Nous connaissons toutes vos manipulations. L’Iran était un pays ami de la France quand le Shah, ce tortionnaire inqualifiable qui sévissait avec sa Savak, donnait de l’argent à la France et lui achetait à prix très fort des installations nucléaires… programmées avec la complicité des ingénieures français à être de toute façon détruites. Le peuple iranien a choisi de se libérer de ce despote. Il en a payé un lourd tribut. De surcroît, les Israéliens ont fourni des armes à cet autre despote qu’est le criminel Sadam agissant par procuration pour, selon eux, étouffer la voie du peuple iranien. Mais le peuple iranien a triomphé. Ouaya mkouroun ouyamkourou Allah oua Lahou khayrou el makirin.

Oui Messieurs Yves Bonnet et Alejo Vidal-Quadras, nous avons été formés à la bonne école et nous avons, au cours de longues années, très bien appris toujours auprès de vous :

- Comment le concept de démocratie, si bien décrit par Vidal Naquet, est assis sur un mythe…

- Comment fonctionne en réalité «votre» démocratie, en particulier comment se structurent tous les partis politiques (regardez du côté de leur composante communautaire vous serez édifiés : combien, par exemple, de Français de souche y sont représentés dans les directions des partis ! je ne parle pas des Arabes et des Noirs pourtant plus nombreux, en comparaison!)…

- Comment s’est construite l’Europe sans consultation et aval des peuples toujours mis devant le fait accompli…

- Comment sont choisis les dirigeants et «élus» les députés et européens après avoir été bien sélectionnés pour éviter les brebis galleuses, celles qui déplairaient à Monsieur Sarkozy par exemple…(…=

- Comment tous les détournements de finances publiques sont blanchis par la justice lorsque les voleurs sont «puissants» ou «protégés» (des dizaines d’exemples : affaire Bettencourt, Eric Woert… et j’en passe…)

- Comment certaines élections sont truquées (à la Ville de Paris et ailleurs) pour faire élire «qui de droit».

- Comment les découpages territoriaux fabriquent les majorités voulues…

- Comment s’élisent et se forment les gouvernements européens (le Président, le ministre des Affaires étrangères, celui des Affaires européennes, celui chargé de l’Immigration et de l’Identité (le comble), le Président de la Commission des affaires étrangères au Parlement… Tout ce beau monde n’a à la bouche et à la pensée que cette belle déclaration d’un de leur porte-parole : «tous les jours que Dieu fait, je me demande ce que je peux faire pour Israël». Et c’est un ministre français qui parle, s’il vous plaît ! Et aucune réaction sérieuse «des Français» !

- Comment toute la chaîne des médias où n’officient que «ceux que vous savez» est tout entière verrouillée et à la solde de la Shoa qui n’en finit pas de rabattre les oreilles des Français à leur grand désespoir comme si les dizaines de millions de morts – dont des Allemands, des Arabes, des Noirs, des Gitans et Tziganes – comptaient peu par rapport à quelques centaines de milliers d’autres (d’où sort ce chiffre de 6 millions ???) …(…)

- Comment Bernard Henri Levy, ce chantre habité par la haine des musulmans, ce pseudo intellectuel très engagé pour la cause sioniste et enragé contre l’Iran et contre tout ce qui est musulman (il compte parmi une longue liste de pseudo français mais sioniste et je ne vous le fais pas dire) placé à la bonne place d’une des chaînes privatisées décide de qui doit y être invité. On écoutait un spécialiste bien averti des problèmes et très objectif dans ses commentaires et voilà qu’il est interdit d’antenne. C’est aussi cela la démocratie française !

- Comment les soi-disant droits de l’Homme ne fonctionnent qu’au profit des occidentaux et singulièrement au profit des juifs… les Palestiniens et nous-mêmes (les non juifs) n’étant que des Goys, entendez des sous-hommes aux yeux des Israéliens, la race «élue» et supérieure, «dominatrice» selon le mot de De Gaulle.

Nous pourrions poursuivre plus longuement… Non vraiment, les peuples d’Europe (Allemands, Anglais, Espagnols, Italiens, Français, etc.) n’ont rien contre les musulmans et leurs ennemis, toujours les mêmes, sont connus. On les voit à la tête de toutes les manifestations dans tous les pays. Leurs noms, leurs figures, leurs barbes et leurs chapeaux les trahissent. Ils pensent avoir vaincu définitivement le christianisme (M. Sarkozy récemment «converti» fait attendre Sa Sainteté le Pape) et s’aventurent à attaquer l’islam. Mais l’islam, ils le savent, sera un os à leur gorge.

Les Juifs disent que «les Arabes ne lisent pas et n’ont pas de mémoire». Qu’ils se rassurent. Nous Arabes et peuples opprimés du monde, du fait de toutes les guerres menées à l’initiative des sionistes, avons appris désormais et auprès d’eux à avoir la mémoire, date par date, heure par heure, minute par minute, de tous leurs crimes et à distinguer nos véritables amis de nos véritables ennemis. Pour rafraîchir la mémoire à nos donneurs de leçons, nous leur offrons, en annexe, quelques belles déclarations des dirigeants sionistes.

Nous savons qui gouverne l’Amérique (un ex-président israélien l’a fait connaître à ses concitoyens (déclaration n°1) et la France. Mais l’Europe, quelle mouche l’a piquée pour se porter porte-drapeau d’une idéologie qui n’est pas la sienne. Les parlementaires européens sont-ils déjà unanimement acquis au Lobby ? Les indemnités qu’ils reçoivent pourraient le faire croire. Mais, alors, peuples d’Europe ! où est l’intérêt de l’Europe que vos élus sont censés défendre ?!

Messieurs qui interpellez le peuple algérien, un peu de décence ! Vous nous avez appris en vertu de votre théorie de la démocratie, que c’est le peuple qui est souverain, qu’il doit être consulté, qu’il doit voter, et qu’il doit décider de son propre sort. De quoi alors vous mêlez vous pour nous donner des leçons et s’il vous plaît cessez de nous faire des menaces !

Pourquoi Israël refuse d’appliquer les résolutions de l’ONU et refuse le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique et que vous, MM Bonet et Vidal-Quadras, ne disent rien à ce sujet???

Pourquoi vous et Monsieur Ghozali vous ingérez vous dans les affaires intérieures des peuples. Le peuple iranien a choisi son Président comme le peuple français. Qui peut croire que c’est au nom de la démocratie que vous, impérialistes de tout bord, allez massacrer les peuples en Irak, en Afghanistan et détruire ces pays comme vous l’avez fait au Viêtnam et dans des dizaines de pays de par le monde ?

En vérité, les gouvernants occidentaux sont inféodés aux sionistes car seule la cause d’Israël leur semble défendable. Ils se culpabilisent comme s’ils étaient eux-mêmes coupables de quelque crime. En réalité, les sionistes n’ont qu’un seul objectif : entretenir la mémoire de la Shoa chez les juifs pour humilier quotidiennement tous les présidents non juifs du monde : Clinton, Obama et tous les autres. Tiens ! en voilà encore un et toujours en souvenir de loloukoste : Berlusconi déclare le jeudi 7.10.2010 «je me sens israélien» lui à qui la Bonne société voudrait lui ravir les médias qu’il dirige. Que l’armée sioniste bombarde les populations de Ghaza au su de tous ne les dérange pas, au contraire les médias sont là pour tromper l’opinion. L’agressé devient l’agresseur !

Les juifs du monde entier (qui cotisent toujours au profit des dirigeants corrompus d’Israël) se réveilleront un jour et découvriront où les auront conduits la chimère des 24 protocoles. En attendant, leurs dirigeants s’enrichissent copieusement sur leur dos. Ils portent en tous les cas une lourde responsabilité s’ils ne se désolidarisent pas collectivement de la politique criminelle de leurs dirigeants. Tout semble indiquer qu’ils font corps, à l’exception de quelques rares individualités, avec eux. Le font-ils en toute conscience ou sont-ils contraints ? Bien des éléments plaident pour cette deuxième hypothèse.

Israël n’est pas une démocratie comme on veut bien nous le présenter et nous le faire croire, mais bien une théocratie souverainement hautaine et fermée, le seul pays au monde où le Religieux dicte indubitablement sa loi, le seul pays qui exige d’être reconnu comme Etat juif (afin de chasser les 20% d’Arabes présents sur son territoire et afin de fermer la porte aux autres réfugiés palestiniens) (voir les déclarations en annexe), excluant toute ouverture aux autres peuples et autres religions. De cela les «intellecto» occidentaux ne disent mot : ils seraient traités d’antisionistes, voire perdre leurs emplois (beaucoup de journalistes courageux en ont fait les frais). Voilà la bonne image de l’intégrité de la pensée française ! Honte aux Français soumis !

La seule façon de croire et d’entrevoir la fin du conflit en Palestine (Monsieur Abbas court après une chimère, il change quotidiennement de cravate, et il sera renié tôt ou tard, et de quelle façon (attendons de voir) par son propre peuple) est de voir des juifs, en dehors d’Israël (à l’intérieur ils seraient réprimés par l’armée) se lever en masse à travers l’Amérique et l’Europe et manifester leur désaveu vis-à-vis de la politique expansionniste et colonisatrice d’Israël. Si, au contraire, ils se taisent c’est bien parce qu’ils démontreront qu’ils sont peureux ou complices de leurs dirigeants et l’histoire les jugera en conséquence.

Les juifs pensent-ils qu’ils pourront braver continuellement la Communauté internationale en voie de restructuration et qu’ils resteront indéfiniment impunis ???… Nous les invitons à y réfléchir.

Il est écrit (Protocoles) que tout juif qui fait la paix avec les Arabes doit être tué. Itzhak Rabin en a fait les frais. Netanyahu si fanfaron auprès d’Obama est en réalité un grand poltron, il n’oserait pas sacrifier sa vie pour le plus grand bien de sa communauté… Il est écrit (Protocoles) une autre phrase : «du Nil à l’Euphrate», c’est la guerre actuelle faite par procuration… Il est écrit (Protocoles) qu’il faut amuser les peuples, voyez la télé et remarquez qui anime les émissions… Il est écrit (Protocoles) que le Vatican sera détruit en 2042… on a déjà vu, dans un film, son dôme renversé… et les chrétiens n’ont rien compris de ce signe précurseur !

Les dirigeants européens doivent comprendre, et Hubert Védrine leur a dit déjà, que le monde a changé, que l’Amérique malgré son arsenal, que la France malgré les gesticulations de son Président qui veut régenter l’Europe… au fond ne pèsent plus du même poids dans l’équilibre du monde. La France de Papa, Messieurs Bonnet et Vidal-Quadras vous y croyez encore ??

Quant à Monsieur Ghozali, l’homme sympathique à vos yeux à cause de son nœud papillon, merci de nous faire savoir qu’il est un de vos amis. Ne sont en réalité vos amis que ceux qui baissent l’échine pour vous plaire et recevoir individuellement beaucoup en retour, ceux qu’on appelle les indigènes de service «les nouveaux harkis» tels qu’ils se reconnaissent eux-mêmes. Il y en a encore beaucoup qui n’ont pas perdu leur complexe et ceux d’en face le savent très bien, les lettres MM. Bonet et Vidal-Quadras, eux-mêmes encore imbus de l’esprit colonial (ou copieusement arrosés pour intervenir, c’est une hypothèse), le démontre très bien.

Nous vous faisons savoir, en tout cas, que la prise de position de Monsieur Ghozali, en contradiction totale avec la politique de l’Algérie de non ingérence dans les affaires d’un pays, l’Iran, en l’occurrence, véritable démocratie mais islamique objet de la haine qui vous consume, très largement acceptée par son peuple, et non une démocratie «occidentale» hypocrite au service d’une clique de politiciens détenant tous les pouvoirs (de droite comme de gauche toujours les mêmes qui se cooptent et qui dictent leurs lois à la majorité des peuples européens exclus des débats) n’est pas, comme vous dites, «source de fierté pour tout algérien». Bien au contraire, nous pensons qu’il a sali notre pays. Nous allons proposer à Monsieur Sarkozy de le déchoir de cette autre nationalité qu’il possède.

En effet, l’interview de M. Ghozali (le Quotidien d’Oran du 18/10/2010) n’a fait qu’aggraver son cas.

Je vous salue «mes chers amis d’outre-mer».

Quelques précieuses déclarations

1. «Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela… Je vais vous dire quelque chose de très clair : ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël, nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent». Le Premier ministre israélien Ariel Sharon, 3 octobre 2001, à Shimon Peres, cité sur la radio Kol Yisrael

2. «Les Palestiniens» seront écrasés comme des sauterelles et leurs têtes éclatées contre les rochers et les murs».Yitzhak Shamir, Premier ministre israélien, 1er avril 1988.

3. «Le sang juif et le sang des «goys» (non-juifs) ne sont pas les mêmes». Le rabbin israélien Yitzhak Ginsburg, concluant que tuer n’est pas un crime si les victimes ne sont pas juives. Jerusalem Post, 19 juin 1989.

4. «Nous devons tuer tous les Palestiniens à moins qu’ils ne soient résignés à vivre en tant qu’esclaves». Président Heilbrun, du comité pour la réélection du général Shlomo Lehat, maire de Tel-Aviv, octobre 1987.

5. «Nous devons tout faire pour nous assurer qu’ils (les Palestiniens) ne reviennent pas» et «Les vieux mourront et les jeunes oublieront». David Ben Gourion, journal du 18 juillet 1948.

6. «Lorsque nous aurons colonisé le pays, il ne restera plus aux Arabes que de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille». Raphael Eitan, chef d’état-major des forces de défense israéliennes (Tsahal), New York Times, 14 avril 1983.

7. «La thèse d’un danger d’un génocide qui nous menaçait en juin 67 et qu’Israël se battait pour son existence physique était seulement du bluff, créé et développé après la guerre». Général Matityaha Pelet, Ha’aretz, 19 mars 1972. (Le Quotidien-24.10.2010.) 

************************

**Les harkis du système, l’armée politique et la question iranienne

par Marouf Boumediene

spacer

(…) – Au moment où toute l’Europe ainsi que la puissante Amérique, les Russes et les Chinois confondus ( y compris le Conseil de sécurité et l’Onu ) ferment totalement les yeux sur le nucléaire israélien, ils emploient et utilisent toutes les forces dont ils disposent pour imposer des sanctions injustes à l’Iran pour un programme nucléaire civil qu’ils qualifient de douteux, mais sans fournir aucune preuve, malgré la présence quasiment permanente des inspecteurs de l’AIEA qui ont déclaré tous qu’il n’existe aucune preuve ni signe que ce programme est à vocation militaire.

- Si Monsieur Sid Ahmed Ghozali est un défenseur des droits de l’homme comme il le prétend, pourquoi n’a-t-il jamais évoqué les massacres perpétrés par le Shah d’Iran lorsque, aidé par les Américains, il a renversé le régime de Mossadegh ? Et malgré sa dictature, malgré les massacres, il est resté jusqu’à son dernier jour «le protégé» de ces Américains (???!!!!).

C’est pourquoi , en ce qui me concerne, je ne comprends pas cette position d’un diplomate tel que Sid Ahmed Ghozali, si ce n’est qu’ il a tout simplement, par cet acte, voulu faire parler de lui, sentant qu’il rentre petit à petit aux oubliettes de l’histoire !!!, et qu’à force de s’éteindre, il ne lui reste plu rien à dire chez lui, et dont il veut s’illuminer ailleurs sur le dos d’un pays musulman qui reste debout face à cette horde nuisible qui dirige d’une main de fer le monde.

- Monsieur Sid Ahmed Ghozali, qui reconnaît que le régime qu’il a servi longtemps, s’est au contraire servi de lui, sert actuellement ces puissances qui, en vérité, se servent de lui !!!???

- Monsieur Sid Ahmed Ghozali ne doit-il pas se résigner et accepter qu’ il est déjà trop tard pour lui et qu’il est déjà aux oubliettes de l’histoire, et que le mieux pour lui serait de s’occuper de son pays et d’en rester là et malgré sa lettre, qui nous a, nous semble-t-il, diminué aux yeux et de l’Iran et du maire de New York et de plusieurs autres pays du monde, car le Docteur Mahmud Ahmedinejad, Président de la République Islamique d’Iran, est allé à New York et y a prononcé un discours historique qui, malgré tout, a fait plaisir à des millions de gens dans le monde.

- Quant à ce qu’avance Monsieur Sid Ahmed Ghozali concernant Wilayat el Fakih, je lui demanderai de revoir ses connaissances dans ce domaine et il lui suffit d’un clic sur Google pour savoir ce qu’est Wilayat el Fakih.

A moins qu’il ait mal compris, je lui dirais qu’en République Islamique d’Iran, Wilayat el Fakih n’est pas un représentant de Dieu sur terre, non ! C’est-à-dire qu’après discussion d’un sujet quelconque au niveau de la base et lorsqu’il y a des divergences sur l’IJTIHAD, c est la wilayat el Fakih qui tranche, et sa décision est indiscutable, c’est tout ! Et c’est ce qui fait la force du système chiite car, chez nous les sunnites, il n y a pas cette référence qui tranche, et c’est chaque fakih de nos foukahas qui émet une fatwa propre à lui, ce qui crée des divergences qui sont la cause de la désunion des sunnites et donc de leur faiblesse. (Quotidien d’Oran-24.10.2010.)

NB : Je suis sunnite …

 

Pas de réponses à “*idées,débats,opinions”

  1. 7 08 2011
    fieldrunners hd (23:31:01) :

    I agree with your *idées,débats,opinions at ElAyam.5, good post.

    Répondre

  2. 7 11 2011
    a4563205 (17:42:38) :

    I’ve said that least 4563205 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  3. 31 08 2012
    jordan for girl (14:30:49) :

    I have seen lots of useful things on your site about personal computers. However, I have the viewpoint that notebook computers are still not nearly powerful more than enough to be a good selection if you often do tasks that require lots of power, for instance video enhancing. But for world-wide-web surfing, microsoft word processing, and many other frequent computer functions they are just fine, provided you may not mind the tiny screen size. Many thanks sharing your notions.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café