La contrebande dans les zones frontalières

**10 000 tonnes de produits alimentaires saisies, en route vers la Tunisie.

 Les services de la Gendarmerie nationale ont traité durant le mois de mai dernier 6 420 affaires, dont 362 criminelles et 4 939 infractions. Ces affaires se sont soldées par l’arrestation de 211 personnes. Les mêmes services ont appliqué 878 décisions de justice. Selon le bilan du commandement de la Gendarmerie nationale, ses unités ont enregistré durant le mois de mai dernier 988 affaires liées au crime organisé, notamment commerce illicite d’armes, de munitions et de drogue, la contrebande, le faux et usage de faux, l’immigration clandestine et la falsification. Ces affaires se sont soldées par l’arrestation de 1030 personnes. Les mêmes statistiques montrent que le commerce illicite de drogues est en tête des affaires qui ont été traitées par les unités de la gendarmerie nationale. En effet, 229 affaires liées à la drogue ont été enregistrées et 349 personnes ont été arrêtées dans le cadre de ces affaires. Soulignons dans le même contexte que 73 kg de kif traité ont été saisis en plus de 3 860 psychotropes. D’autre part, l’immigration clandestine a prix des proportions alarmantes durant le même mois (mai). En effet, près de 100 affaires ont été traitées. Elles se sont soldées par l’arrestation de 247 ressortissants étrangers. 68 d’entre eux ont été impliqués dans des affaires de falsifications, faux et usage de faux, commerce illicite de drogue et de contrebande. Par ailleurs la contrebande a également enregistré une hausse durant la même période. Ainsi, 327 affaires ont été enregistrées dont lesquelles ont été impliquées 98 personnes. A ce propos, il est à signaler que les services de la Gendarmerie nationale ont saisi 10 000 tonnes de produits alimentaires en route vers la Tunisie, 160 000 litres de carburant et 76 véhicules utilisés dans la contrebande et le transport des produits sus-cités produits. S’agissant des affaires de faux et usage de faux et de falsification de documents, les mêmes services ont traité durant le mois de mai 55 affaires de falsifications de documents administratifs et 7 autres liées à la falsification de billets de banque. Ces affaires se sont soldées par l’arrestation de 70 personnes. (Echorrouk-25.06.2011.)

******************

 

*Les jeubes et la contrebande dans les zones frontalières

«Le trafic nous fait bien vivre»

 

«Pourquoi travailler dur pour un salaire misérable de 20.000 DA…alors qu’en une nuit on peut se faire le double.»

La contrebande est un désastre pour l´économie nationale, mais qu´on le veuille ou non, elle fait vivre les milliers de familles des villes frontalières. «On est isolé du reste du pays, le chômage a longtemps fait rage. On a dû trouver une solution pour survivre», confie Hamda, un jeune de Souk Ahras. La solution dont il parle, n´est autre que la contrebande. «Au début, c´était une nécessité, maintenant c´est devenu un luxe. puisque c´est grâce à la contrebande qu´on est à l´abri du besoin», ajoute-t-il. «Cela fait presque 10 ans que je m´adonne à ce trafic. J´ai commencé alors que je n´avais pas encore 22 ans, je vivais dans une misère indescriptible. Voilà que 10 ans après, je baigne dans ce que je pourrais appeler le luxe», explique-t-il fièrement. Il avoue que c´est grâce à cela qu´il a fait vivre et éduquer ses cinq petits frères et soeurs, «Sans ça, ils n´auraient jamais réussi à faire des études supérieures». Sa «carrière», Hamda dit l´avoir commencée en tant que transporteur de corail. «Je déplaçais le corail volé, des plages d´El Kala, vers les autres wilayas du pays. C´est là que je me suis fait des contacts qui m´ont encouragé à me tourner vers la contrebande frontalière. Ça rapporte plus», raconte-t-il.
«Regardez, je ne porte que des vêtements de marque, ma veste est une Zara, ma chemise c´est du H&M et mon pantalon est un Celio. Des marques que je n´aurais jamais connues et encore moins portées sans mon métier de contrebandier», relate, pour sa part, Mohsen qui agit également au niveau de la frontière algéro-tunisienne. «Un métier!» C´est comme cela qu´il le qualifie, car à part cela, il ne peut et ne pourra rien faire d´autre. «C´est ancré au plus profond de moi, c´est ma profession. Je me suis habitué à la contrebande et à la belle vie que je mène grâce à elle. Je sais que sans elle je ne pourrais pas vivre aussi bien», avoue-t-il. «Pourquoi travailler dur pour un salaire misérable de 20.000 DA, alors qu´en une nuit on peut se faire le double», fait-il remarquer. Ce constat amer mais réel, nous l´avons fait nous-mêmes lors d´une visite du ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar à Souk Ahras.

Allah Ghaleb!
Lors de cette sortie ministérielle, M.Djiar s´était étonné de voir qu´il y avait insuffisance de personnel sur le chantier de la construction d´une maison de jeunes, dans un village à la limite du territoire frontalier avec la Tunisie. Le chef de chantier a expliqué que le recrutement d´ouvriers était très difficile. «Les jeunes ne veulent pas travailler pour 700 DA par jour. Ils préfèrent la contrebande qui est moins dure et qui leur rapporte 100 fois plus», avait-il exposé au ministre. Le même constat est fait dans une autre ville frontalière avec la Tunisie, à savoir El Oued.
«Les jeunes Soufis qui n´ont pas de terre ou autre héritage de leurs parents se rabattent pour la plupart sur la contrebande. C´est notre activité n°1», ironise Mohamed. «La vie est dure au Sud, il n´y a pas de travail et sûrement pas de loisirs. On est jeunes et on veut profiter de la vie, bien s´habiller, s´amuser… C´est le trafic des frontières qui nous apporte tout cela. On se fait de l´argent et on vit des aventures…», assure-t-il. «J´aurais, bien sûr, souhaité faire des études, ne pas voir ma mère angoissée dès que je mets les pieds dehors. Mais Allah Ghaleb! c´est tout ce que je sais faire, je n´ai aucune formation!», s´indigne-t-il. «On est les oubliés du pays, la contrebande est aussi une manière pour nous de nous venger de ceux qui ne se rappellent de nous qu´au moment des élections. On sabote leurs plans économiques», plaisante t-il. Pour ce qui est du genre des produits introduits illégalement, Mohamed répond: «Tout ce qui se vend est ramené ou importé. Il y a une dizaine d´années, les produits qui transitaient de l´Algérie vers la Tunisie et la Libye, étaient plus nombreux. Mais depuis quelque temps c´est le contraire».
Toutefois, depuis la Révolution du Jasmin, les choses sont revenues à leur ordre initial. «Maintenant on fait passer vers la Tunisie tout ce qui est produit alimentaire, semoule, farine…et d´autres produits vitaux. Sans oublier les stars indétrônables que sont le fioul et le bétail». En effet, à l´est du pays, les signaux sont au rouge. Des pénuries de produits de première nécessité commencent à apparaître et à devenir des plus inquiétantes pour les autorités locales dans ce contexte social fragile. Tebéssa, Souk Ahras et El Oued sont les plus touchées, mais cette pénurie a déjà atteint les grandes agglomérations telles que Constantine, Batna et Biskra.
Des produits alimentaires de première nécessité comme la semoule, l´huile et le lait, subventionnés par l´Etat, sont acheminés frauduleusement vers la Tunisie et la Libye, deux pays en proie à des crises sociales graves. Des millions de personnes se trouvent ainsi otages des contrebandiers sans foi ni loi. Les affaires sont donc en plein essor depuis les révolutions qui secouent le Monde arabe, cependant, les risques sont plus grands. «Plus les bénéfices augmentent, plus les risques sont grands», rappelle-t-il. Frontières Est ou Ouest, la contrebande est présente en force. Même si à l´Ouest les frontières sont supposées être fermées. «Ah bon! les frontières algéro-marocaines sont fermées depuis 1994?», lance espiègle Kada, passeur à Maghnia. «Pourtant moi je les emprunte tous les jours sans être inquiété!», ajoute-t-il. «Oui, je suis un contrebandier, je fais avec mes deux mules un à deux voyages par nuit. Et ma spécialité c´est le carburant», avoue-t-il. À la question de savoir s´il est inquiété par les gardes-frontières, il sourit: «Non, jamais! Ce sont mes amis, que ce soit les Algériens ou les Marocains. Moi je sais être généreux avec mes amis….». Combien lui rapporte son trafic? Kada répond qu´il n´aime pas trop parler argent. «Mais je gagne autant qu´un P-DG, si ce n´est plus.» Pour ce qui est des relations avec les Marocains, il est catégorique: «Tout se passe bien; avec nos amis marocains on s´entend très bien. Ils aiment l´Algérie. Pour eux, la politique c´est la politique. Mais ça ne doit pas influer sur notre fraternité. En tout cas, notre entente est très cordiale.»

La contrebande est une arme à double tranchant
Les produits qui transitent par la frontière Ouest, sont pratiquement les mêmes que ceux de la frontière Est; le carburant est aussi en tête de liste. Cependant, Kada admet nostalgiquement qu´à une époque, il faisait même office de passeur pour les harraga qui voulaient rejoindre l´Espagne à partir de Melilla. «Mais les temps sont durs, les contrôles sont plus stricts. On a donc abandonné cette activité», regrette-t-il. Pour finir, Kada nous donne rendez-vous pour le match Maroc-Algérie. «Les passeurs de Maghnia seront présents en force pour soutenir l´Algérie. Nos amis marocains nous ont déjà acheté les billets», conclut-il. Néanmoins, la contrebande ne suit pas que «le tracé de l´autoroute Est-Ouest», elle s´étend également le long de la Transsaharienne, puisque même les frontières Sud sont touchées par ce fléau. Peut-être même plus que l´Est et l´Ouest.
À l´extrême-sud, les véhicules de type 4×4 station de Toyota, sont utilisés pour acheminer du carburant vers les pays du Sahel. En sens inverse, les téléphones portables et les cigarettes contrefaites prennent la direction de l´Algérie. C´est donc une véritable calamité pour l´économie nationale. À combien se chiffrerait ce manque à gagner? Les chiffres exacts ne peuvent être donnés. Mais une chose est sûre, ce sont des millions de dollars qui s´évaporent tous les jours à travers nos frontières. Les répercussions sont d´abord sécuritaires, militaires et ensuite alimentaires. Des millions de dollars, des milliers d´hommes ont été mobilisés pour assurer la sécurité aux frontières. Il n´est donc pas aisé de chiffrer l´impact économique et financier d´une activité commerciale qui relève de la contrebande. Les statistiques officielles ne font aucune allusion à ce phénomène et il n´existe pas d´études ou enquêtes à l´échelle régionale ou nationale pour évaluer l´ampleur des dégâts de la contrebande. Cette dernière engendre des pertes sèches pour les entreprises et les pouvoirs publics. En plus de cet impact économique et sécuritaire, ce phénomène a également des incidences sociales considérables sur les citoyens, sans toujours être évidentes. La perte des recettes (taxes) publiques nuit à tous les programmes sociaux destinés aux régions frontalières. En outre, les marchandises et les objets de contrebande les plus communs peuvent contribuer à accentuer d´autres problèmes sociaux résultant de l´abus de substances nocives comme l´alcool, les drogues et le tabac. Par ailleurs, le crime organisé s´intéresse de plus en plus aux activités de contrebande La contrebande est donc une arme à double tranchant, elle fait vivre des milliers de familles, alors que parallèlement, elle tue à petit feu l´économie nationale. (L(Expression-31.05.2011.) 

 *************************

*Une autre quantité de près de 3,5 quintaux de kif saisie près de Maghnia

 

La contrebande dans les zones frontalières  spacer

Une nouvelle quantité de près de 3,5 quintaux de kif traité a été découverte mercredi près de Maghnia par des éléments des Groupements des Gardes-Frontières (GGF), sur les mêmes lieux où avaient été déjà saisis 4 quintaux de cette même drogue, a-t-on indiqué jeudi auprès de la Gendarmerie nationale. Une unité des GGF avait intercepté, mercredi, aux premières heures de la matinée, un véhicule à bord duquel étaient dissimulés quatre quintaux de kif, dont le conducteur avait illégalement traversé la frontière occidentale du pays et tenté de rallier la ville de Maghnia. Celui-ci avait réussi à prendre la fuite à la faveur de l’obscurité. La fouille des parages a permis la découverte d’une autre quantité de drogue qui s’est ajoutée à celle trouvée à l’intérieur du véhicule, portant ainsi la saisie totale à quelque 7,46 quintaux. Selon la même source, la drogue a été minutieusement dissimulée, notamment à l’intérieur de la malle et des portières du véhicule. Plusieurs tentatives d’introduction, ces derniers mois, de kif traité sur le territoire national ont échoué grâce au renforcement de la surveillance et de la vigilance des éléments des GGF, a-t-on précisé de même source. (Q.d’O. 26.11.2011.)

 

 

***

OULHAÇA: 28 kg de kif rejetés par la mer

 

spacer

C’est sous forme de colis que cette quantité de drogue a été récupérée, mardi passé, près de la plage de Rachgoun par une patrouille de la gendarmerie de Oulhaça (25km à l’ouest de Béni-Saf), a-t-on appris auprès d’une source digne de foi.

L’on se rappelle qu’un tel phénomène a été déjà observé, plusieurs fois durant les 03 dernières années, presque à la même période, quand la mer, à la faveur des vents d’Est, commençait à «cracher» du kif sur tout le littoral. Notamment en octobre 2010, quand une embarcation bourrée de kif s’était échouée sur la côte témouchentoise. Les paquets de kif sont souvent soigneusement emballés pour éviter tout contact du contenu avec l’eau. Ruse ou faillite des narcotrafiquants, une chose est certaine, le plan d’urgence de surveillance ou ratissage, mis en place par les services concernés, à la recherche de tout emballage ou tout mouvement suspect ou indice, a très souvent apporté ses fruits. Une enquête a été ouverte. (Q.d’O.26.11.2011.)

 

 

****************************

*Oran

Affaire des 5,5 quintaux de kif:
 Des peines de 7 à 20 ans de prison pour quatre accusés

 

 

 

spacer

Accusé à tort dans une affaire de trafic de drogue, confondu à tort – et à dessein aussi – avec le fils du ministre de la Justice, puis condamné à tort à 20 ans de réclusion au premier procès, il y a près d’un an, Djamel Belaïz, né le 8 mars 1971, à Bab El-Assa (localité frontalière de la wilaya de Tlemcen), a été rejugé hier et blanchi de toute accusation. Acquitté donc, l’homonyme du fils du garde des Sceaux a ainsi retrouvé la liberté au bout de 27 mois d’incarcération. Suite à un double pourvoi en cassation, l’affaire de la saisie de 5,5 quintaux de kif près d’El-Amria (Aïn Témouchent), en août 2009, est retournée devant le tribunal criminel d’Oran. La genèse de cette affaire remonte au 21 août 2009. Ce jour-là, en patrouille sur la RN 2, reliant El-Amria à Sidi Bakhti, les gendarmes ont suspecté deux véhicules de marques Renault Mégane et Mercedes E-250. Une course-poursuite est déclenchée. Quelques minutes plus tard, la Mercedes est retrouvée abandonnée sur la route ; les hommes qui étaient à bord auraient rejoint la Mégane qui s’est évaporée dans la nature. Dans la Mercedes, 5.500 kilos de kif ont été découverts. Mais aucun indice, sinon deux puces de téléphone mobile oubliées par les trafiquants dans le feu de l’action. De quoi permettre pourtant aux enquêteurs de remonter à la filière. Les enquêteurs sont parvenus à des noms déjà répertoriés dans les fichiers du trafic transfrontalier de drogue, parmi lesquels «Touala Omar», un gros caïd du kif activement recherché par les services de sécurité, impliqué dans plusieurs grosses transactions, dont celle des 8 quintaux de Bab El-Assa. Ce principal accusé en fuite est le présumé baron du cartel dont l’opération des 5,5 quintaux d’El-Amria porte la signature.

En d’autres termes, la marchandise lui appartenait ; il en est l’importateur. Quant aux autres mis en cause, au nombre de huit, dont six détenus, ce sont soit des éclaireurs, des convoyeurs, des pourvoyeurs ou des dépositaires, selon l’accusation. Quant à Belaïz Djamel, son seul tort est de figurer sur des photos – enregistrées sur une puce de téléphone – prises, quelques jours avant l’opération des 5,5 quintaux, avec le «big boss» du réseau, Touala Omar, à bord de deux véhicules haut de gamme aux faux papiers. Car, en plus du trafic de drogue, ce groupe faisait également dans la contrebande de carburant, le trafic de voitures volées en Europe puis transitant via l’Espagne et le Maroc, la contrebande de denrées alimentaires et autres produits de contrefaçon, d’après l’enquête. La perquisition opérée dans un kiosque situé à Bab El-Assa dans le sillage des investigations afférentes aux 5,5 quintaux de kif s’est soldée par une mince quantité de résine de cannabis et des comprimés psychotropes. A l’issue des délibérations, des peines de 7 à 20 ans de réclusion criminelle ont été prononcées à l’encontre de quatre individus. Deux autres accusés, dont Djamel Belaïz, ont été innocentés. (Le Quotidien d’Oran-26.11.2011.) 

 

 

***************************

 

 

6 réponses à “La contrebande dans les zones frontalières”

  1. 7 11 2011
    a2924887 (17:01:38) :

    I’ve said that least 2924887 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

    Répondre

  2. 9 12 2012
    canada goose expedition parka (07:42:07) :

    canada goose canada goose canada canada goose jackets for women canada goose vinterjacka alternative canada goose canada goose jacket for sale
    canada goose expedition parka

    Répondre

  3. 20 12 2012
    bloons tower defense 4 (19:59:27) :

    Appreciating the persistence you place into your website as well as in depth info you supply. It is excellent to come back across a website every single occasionally that is not the identical outdated rehashed info. Fantastic go through! I have saved your website and I’m including your RSS feeds to my Google account.
    bloons tower defense 4

    Répondre

  4. 24 07 2014
    nouveau maillot equipe de france pas cher (17:11:17) :

    bookmarked!!, I love your site!
    nouveau maillot equipe de france pas cher http://www.park-usa.com/skins/maillot-equipe-de-france-pas-cher.html

    Répondre

  5. 7 08 2014
    camisetas futbol baratas tailandia (07:43:34) :

    These are truly great ideas in on the topic of blogging. You have touched some fastidious points here. Any way keep up wrinting.
    camisetas futbol baratas tailandia http://www.lavau.eu/intranet/html/camisetas-de-futbol-baratas-tailandia.html

    Répondre

  6. 9 08 2015
    URL Vincennes (13:21:47) :

    Magnifique article ! Une aparté pour vous faire découvrir le site d’un magasin en France à Vincennes de bijoux fantaisie.

    https://bijouxtutti.wordpress.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




humain, trop humain! |
ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café